Jump to content

La gendarmerie réorganise sa chaîne du renseignement


Pendemonium

Recommended Posts

  • Spécialiste

voilà une notion dont on ne parle jamais

 

La gendarmerie nationale, grâce à son incroyable maillage territorial notamment, a toujours fait du renseignement. C'est dans sa nature et ses fonctions même si cet exercice n'est curieusement pas reconnu par une place au sein du Conseil national du renseignement (CNR) qui réunit pour mémoire la DGSE, la DCRI, la DRM, la DPSD, la DNRED et Tracfin.

 

 

Avec un ancien chef du GIGN à sa tête, donc très sensible sur la question du renseignement, la DGGN évolue dans ce domaine :

 

(...)La réorganisation en cours au sein de la gendarmerie nationale permet de créer une sous-direction de l'anticipation opérationnelle (Journal officiel de ce mercredi 19 décembre). Vers une plus grande reconnaissance du renseignement de la gendarmerie ? (...)

 

 

Surprenant cette question de reconnaissance...la discrétion est plutôt de mise non ?

D'autant que la gendarmerie n'ayant pas cette étiquette dans l'esprit de monsieur tout le monde, la reconnaissance ne risque t'il pas de fermer ces portes ? Car le maillage dont on parle, ces chaque gendarme en activité non ?

 

Article en entier : http://defense.blogs.lavoixdunord.fr/archive/2013/12/18/la-gendarmerie-reorganise-sa-chaine-de-renseignement-12498.html

Link to comment
Share on other sites

  • Spécialiste

En Gendarmerie, si il y a bien une chose qu'on nous apprend c'est d'utiliser le ou les renseignements et d'en rendre compte.

 

La différence c'est qu'un renseignement que peut avoir monsieur tout le monde peut se révéler utile pour une enquête ou bien pour un dossier. C'est pour cela qu'en général nous sommes très à l'écoute de ce qui peut se passer ou se dire autour de nous, certaines petites choses pourtant sans importances peuvent en avoir pour nous.

 

Après par là il n'y a pas de renseignements top secrets en général, ce sont juste des ragots ou des commérages qui peuvent nous être utile dans différentes affaires.

 

Cela n'empêchera jamais la mémère du coin de parler sur les fesses d'untel ou d'untel... n'aie crainte ;)

 

Concernant cette "branche" qui va être créée, je pense que c'est dans le but de centraliser les infos que chacun pourrait glaner. Elles ne sont peut être pas importantes au moment T mais pourraient l'être plus tard, ou le sont peut être pour des unités voisines qui elles n'auraient pas eu le rens'.

 

Il n'y a qu'à voir, les gens mal-intentionnés savent bien que la DCRI et autres existent et pourtant ils utilisent toujours les mêmes moyens pour communiquer et se font donc tracer comme la plupart.

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

  • Moderator

Le maillage territorial, c'est l'implantation des unités de gendarmerie sur tout le territoire. Cela remonte à l'ordonnance de 1670, où chaque brigade était à une journée de cheval de l'autre.

Ce réseau permet d'avoir une multitude de capteurs partout en métropole et en outre-mer. Les capteurs, comme l'a deviné Pende, ce sont tous les gendarmes d'active et de réserve.

 

C'est donc un dispositif particulièrement efficace, mais hélas pas assez mis en avant, d'où la nécessité de reconnaissance. On sait que les militaires font du renseignement (DGSE, DRM...), les civils aussi (DCRI, Tracfin...), mais on ne savait rien des gendarmes. Cette sous-direction permettra une meilleure visibilité au sein de l'institution, ainsi que pour nos partenaires institutionnels.

La sémantique est d'ailleurs importante. Il ne s'agit pas d'une sous-direction du renseignement, mais de l'anticipation opérationnelle. La gendarmerie continue donc "sur sa lancée" si je puis dire, à appliquer les recettes qui fonctionnent, sans empiéter sur les domaines des autres acteurs.

Link to comment
Share on other sites

  • Moderator
Après par là il n'y a pas de renseignements top secrets en général, ce sont juste des ragots ou des commérages qui peuvent nous être utile dans différentes affaires.

La gendarmerie ne traite pas des "ragots ou commérages". Le renseignement se cherche, se vérifie, se recoupe, s'analyse. Il ne s'agit pas d'écouter les élucubrations de Mme Michu qui tient de sa concierge, dont le petit-neveu a un ami bien placé, qui connaît la soeur de Mme Fichepoil, dont la tante aurait entendu dire que...

 

Ce qu'on pense être un commérage est parfois une info de valeur. La petite entreprise du coin présente peut-être un intérêt majeur pour la Défense. (exemple de Gemplus)

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

  • Staff

Je vois très bien un procès verbal de la gendarmerie pour le juge ! :vertrouge:

 

D’après notre enquête auprès de la population, nous avons pu obtenir, sur l’affaire dont référence  ci-dessus indiqué, un « ouï dire » (1/10 de preuve) un « rago » (un cinquième de preuve) et un « commérage » (un quart de preuve). :vertchoc:

 

Cela ressemble bien ce que devait être les années 1670 !

Manque les chevaux qui sont motorisés désormais, les chausses et les rapières ou sabres ! :vertrire:

Link to comment
Share on other sites



  • Posts

    ArmandT

    Posted

    Bonjour, La semaine prochaine je me rends au CSO de Lyon dans la spécialité Officier Sous-Contrat Pilote et je suis en train de réfléchir si je reporterai où non la date des sélections  en raison de mon niveau physique. En effet je réalise 14 tractions complète et 54 squats en 60 secondes, le bémol est pour le luc-leger où je n'arrive pas à dépasser le palier 8. Je me dis que sur le moment ma motivation et mon dépassement de soi sera extrême donc je pourrai surement arriver au palier 9. Que pensez-vous de mes statistiques sachant je me présente en tant que futur OSC-P. Cordialement.

    Thierry7402

    Posted

    Un officier du 91e RI de Charleville   Un autre des troupes coloniales Bonne soirée et encore merci pour votre aide       

    Thierry7402

    Posted

    Merci beaucoup pour ces premières identifications. Pour le soldat allemand ça confirme mon appréciation. Il s'agit pourtant de la photo utilisée et communément admise pour illustrer le père d'Arthur Rimbaud, Frédéric Rimbaud dont j'ai écris justement la biographie (l'Honneur du Capitaine Rimbaud). Les raisons du choix de cette photo sont toujours un mystère même si ce personnage a un visage très particulier.  Bonne soirée 

    Bouchon-Gras 49

    Posted

    Bonjour, Je lis Rimbaud père sur le descriptif de la photo. Hors : Frédéric Rimbaud entre dans l'infanterie, comme simple recrue, en 1832. Il est alors âgé de 18 ans. Doté d'une bonne instruction et d'une intelligence certaine, il est presque aussitôt promu sergent-major. En 1841, il obtient le grade de lieutenant et est envoyé à Oran, en Algérie, où il participe à la conquête du pays, ainsi qu'à l'expédition du Maroc, en 1844, contre les troupes d'Abd el-Kader, soutenant les Algériens dans leur lutte contre la domination française. En 1850, Frédéric Rimbaud est rapatrié, promu capitaine en 1852, et affecté à la garnison de Mézières, dans les Ardennes. En 1854, il reçoit, pour les postes occupés en Algérie, la distinction de Chevalier de la Légion d'honneur. Jusqu'en 1856, il participe épisodiquement à la guerre de Crimée, opposant le Royaume-Uni et la France à la Russie, et pour laquelle il reçoit la médaille de Crimée. De retour de Crimée, le capitaine est affecté à Grenoble. En 1859, il participe à la campagne d'Italie, guerre d'indépendance opposant la France et le royaume de Piémont-Sardaigne à l'empire d'Autriche, pour laquelle il reçoit la médaille de la valeur militaire sarde. En 1864, Frédéric Rimbaud quitte l'armée pour se retirer près des racines paternelles, à Dijon, en Côte-d'Or. (Source : Wikipédia) Le personnage en photo porte un uniforme de style allemand, en tout cas pas français. Sergent chef (à l'époque ; un chevron = sergent, deux chevrons = sergent chef, trois chevrons = sergent major) du 91ème régiment d'infanterie dans les années 1880 (entre 1870 et 1910) Ce militaire du 71 -ème régiment d'infanterie (empreinte de la grenade sur les bouton en laiton) porte une épaulette à franges et contre épaulette en canetille (broderie d'or) qui nous indique un lieutenant ou sous-lieutenant, malheureusement les galons en bas de ses manches ne sont pas visible. Période 1870-1890. Cavalier du 15ème régiment de Hussards, reconnaissable à son dolman bleu azur.   Sur la photo on aperçoit également sur la gauche de la photo, les plumes de casoar que l'on voit en entier ci dessus. Photo de conscription IIIème République (1870-1910).   Pour les autres, je regarderai demain.  
×
×
  • Create New...