Bienvenue sur Forum Militaire

Inscrivez-vous pour avoir accès à l'ensemble des fonctionnalités du forum. Une fois enregistré et connecté, vous serez en mesure de contribuer en publiant vos propres questions ou en répondant à un sujet existant. Vous serez en mesure de personnaliser votre profil, recevoir des points de réputation, et bien plus encore !

pub
berogeitabi

Les interventions militaires françaises en Afrique

En marge de notre intervention en Centrafrique, il m'a semblé interessant de vous proposer cette carte intercative trouvée sur le site "Jeune Afrique" qui retrace toutes les interventions françaises sur le continent africain depuis l'indépendance de ces pays vers les années 60.

 

Voici le lien vers la carte: http://www.jeuneafrique.com/infographies/2013/carte-interventions-francaises-afrique/index.php

 

006122013120318000000ttttt.jpg

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci pour les cartes présentées Berogeitabi, toujours nécessaire à la compréhension géographiques des événements !

 

Il est vrai que depuis la date indiquée, nous n'avons eu de cesse de participer aux interventions en Afrique malgré une pause et un retrait d'effectif pendant les années du Président Chirac.

 

Mais, avec l’instabilité de ces pays indépendant depuis 50 ans, notre politique  est revenue en force dans cette contrée pour assumer le rôle de gendarme.

 

Le pire, c'est que nous sommes étonnés que les pays Européens, l'Europe, le Parlement Européen ne veulent pas du tout nous suivre dans notre voie et nous assister.

 

Tout au plus, un peu de logistique pour nous faire croire qu'entre alliés et Européen, nous sommes dans le même charter ! Mais pour envoyer des contingents ou participer aux frais d'interventions, que nenni ! Nous ne pouvons pas leurs donner tords ! A chacun son fardeau !

 

Nous sommes partie prenante dans ces pays pendant un sacré bout de temps. Car tout ce qui à été décidé pour la formation des armées de ces pays, l'encadrement, etc. est resté pratiquement lettre morte ! A nous le travail !

 

Comme le dit le journal "Canard Enchainé", le mur du çon (la cédille à de l'importance) à était dépassé par notre ministre de l'économie qui recherche les millions d'Euros partout y compris dans les poches de ses concitoyens et en création de taxes de toutes natures, qui à déclaré au sujet de cette dernière intervention militaire de nos forces armées  "Il n'y à pas de problème d'argent" ! Ah ! Bon ?

 

Nous demandons à voir après le premier livre blanc de réduction de 25% du format des armées par la Présidence précédente, puis un second par ce gouvernement de 25% encore une fois, ou va aller notre armée si les interventions se poursuivent à ce rythme !

 

A vrai dire, cette mission me parait plus difficile à assumer que Serval ou nos forces sont tombées sur la colonne vertébrale des Islamistes qui ne s'attendaient pas trop à une telle intervention. Mais pour cette nouvelle mission ou le rôle de médiateur et de séparation des protagonistes dont l'un en armes, c'est plus délicat !

 

Ce sont des régiments habitués à ce genre de missions et de combats. Bonne chance à eux !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il y a, à mon sens, un facteur supplémentaire à prendre en considération: nous avons en Afrique des intérêts économiques majeurs, notamment avec l'implantation d'entreprises comme Total ou Areva.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En effet Torrens et c'est là tout le problème !

 

Tout les anciens colonisateurs se préoccupent de "leurs prés carrés" d'une part que ce soit les Britanniques, les Portugais ou nous Français, et d'autre part, nous  assumons la défense de nos nos  intérêts.!

 

Reste que les B.R.I.C.s (pays emmergeant,  Brésil, Russie, Inde, et Chine)  investissent à tour de bras avec des retours économiques sans intervention militaire en laissant ce soucis à la France !

 

Avec un Franc CFA bien trop fort en Afrique, nous ne risquons pas un développement économique de notre zone ou sphère d'influence !

 

Seul 3% des Africains ont un travail considéré comme tel et les millions de jeunes qui arrivent vont trouver un désert économique sachant que ce sont les ressources du sous sol qui sont le devenir de ces pays !

 

Source = C'est dans l'Air" sur la 5, de hier soir mardi.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites



  • Zone Militaire

  • Sujets

  • Messages

    • Nous venons d' apprendre la disparition de Claude Riffaud ( N-C 1bis ) précurseur des Nageur de Combats Français. L’Amicale des Nageurs de Combat a annoncé le décès, mercredi après-midi, de Claude Riffaud, "NC 1bis", c’est-à-dire premier nageur de combat (NC) au côté de Bob Maloubier, disparu le 20 avril 2015 (photo ci-dessus des deux disparus, prise en juillet 2012. Crédit: Marine nationale). Né en 1924, résistant à 17 ans, entré dans la Marine en 1944, capitaine d’un sampan en Indochine à 25 ans, Claude Riffaud passe par les commandos marine, François puis Hubert (parachustiste). En 1951, enseigne de vaisseau, il suggère à l’Etat-Major de la Marine la création d’un corps de nageurs de combat... qui accepte. Pour ce faire, il est détaché à Arzew (Algérie) au Centre Interarmées des Opérations Amphibies afin d’y créer une unité de nageurs de combat. Auparavant, il part se former chez les NC italiens puis britanniques du SBS.
      Il commande le commando Hubert, devenu l’unité des nageurs de combat de la marine, de 1953 à 1958 , puis l’Elie Monnier, bâtiment de plongée profonde du groupe d’études et de recherches sous-marines (GERS).
      Il rejoint ensuite le service action du Service de Documentation Extérieure et de Contre-Espionnage (SDECE) en charge de la collecte des renseignements stratégiques aux Etats-Unis. Revenu dans la Marine, il, est commandant en second du porte-avions Clemenceau et revient à la plongée comme , cocréateur du Centre National pour l’EXploitation des Océans (CNEXO) - futur Ifremer - en charge du programme de plongée profonde, avec l’Archimède, bathyscaphe de la Marine française qui atteint un record à – 9 500 mètres).
      Revenu à la vie civile, il publie de nombreux livres, dont des romans et une célèbre Grande aventure des hommes sous la mer. ( Source : Ligne de Défense )   L'Amicale des Nageurs de Combat vient d'apprendre le décès hier après-midi de Claude Riffaud (NC 1bis). "Sans Claude Riffaud, la Marine française posséderait vraisemblablement une unité de nageurs de combat, mais elle n’aurait ni la même structure, ni surtout la même légitimité. Le parcours du jeune Bordelais est éloquent : résistant à 17 ans, capitaine "corsaire" d’un sampan en Indochine à 25 ans. Claude, jeune chef de section du commando François stationné en Asie est ensuite affecté en février 1950 au commando parachutiste Hubert implanté alors sur la base aéronavale de Hyères Le Palyvestre. A cette même époque la Marine recherche des plongeurs volontaires pour déminer les côtes du Languedoc, Claude pose sa candidature. Et commence alors la longue histoire des nageurs de combat de la Marine.
      En 1951, Claude Riffaud, convaincu du bien fondé d’une unité de plongeurs, mais sans grande conviction, suggère à l’Etat-Major de la Marine d’envisager la création d’un corps de nageurs de combat qui pourrait être chargé de diverses missions. Et contre toute attente, deux mois plus tard le message tombe : "l’enseigne de Vaisseau Claude Riffaud est détaché à Arzew (Algérie) au Centre Interarmées des Opérations Amphibies (CIOA) pour créer une unité de nageurs de combat". Avant de rejoindre le port d’Arzew à 30 kms d’Oran, l’enseigne de vaisseau passe un mois chez les nageurs de combat italiens à La Spezia (avec des plongées à bord du Maïali) et suit un stage de deux semaines chez les SBS (Special Boat Section). Claude, n° 1 des nageurs de combat de la Marine devient donc le cocréateur des nageurs de combat français avec son ami Bob Maloubier n° 1 des nageurs de combat de l’Armée de Terre. Il commande ensuite le commando Hubert version nageurs de combat de mars 1953 à juillet 1958 (avant mars 1953, le commando Hubert était le seul commando parachutiste de la Marine), puis l’"Elie Monnier", bâtiment de plongée profonde du groupe d’études et de recherches sous-marines (GERS), ensuite chef de bataillon du service action (SA) du Service de Documentation Extérieure et de Contre-Espionnage (SDECE futur DGSE) au plus fort de la guerre d’Algérie, responsable de la collecte des renseignements stratégiques aux Etats-Unis, commandant en second du porte-avions "Clemenceau", cocréateur du Centre National pour l'Exploitation des Océans (CNEXO) et Directeur de la station de Brest, en charge du programme de plongée profonde (opération Famous "French Américan Mid Ocean Undersea Survey", avec l’"Archimède" bathyscaphe de la Marine française et seul engin à descendre en dessous des 6 000 mètres avec un record à – 9 500 mètres). Claude Riffaud est ensuite le Directeur adjoint du CNEXO puis inspecteur général de l’Institut Français pour l’Exploitation des mers (IFREMER). En 1984 le CNEXO devient l’IFREMER. Après s’être retiré dans la région toulonnaise à l’âge de la retraite, il devient romancier à succès et auteur d’une bible sur le monde sous-marin". ( Source : Amicale des Nageur de Combat ) Tout comme sont camarade Bob : http://www.forum-militaire.fr/topic/4038-décés-de-bob-maloubier/#comment-58558
    • Oui qu'est ce qu'on se marre ☺
    • Alors là, tu es loin du compte pour certains Mais je comprend mieux ton post qui pouvait porter à confusion.
  • Contributeurs populaires