Jump to content
×
×
  • Create New...

Les traditions de la Marine Nationale


Recommended Posts

  • Administrateur
il y a 1 minute, Alsur a dit :

d'après vos témoignages , c'est plus se que c'était...

Oui ça évolue.

il y a 2 minutes, Alsur a dit :

Après pour l'histoire de la rampe , c'est un peu normal ,déjà je trouve ça un peu scandaleux qu'au CIN on ait juste a posé notre plateau sur la rampe vaisselle sans aucun tri ...

Aux carrés ce sont les MOTEL ( maitre d’hôtel ) qui servent, débarrassent, s'occupent de la vaisselle , rangent...

Ça peut paraitre ridicule raconté comme ( de s'imaginer des gens servis comme des princes à table ) ça mais c'est l'évolution dans la hiérarchie, la montée dans l'échelle sociale, qui tire les gens vers le haut, contrairement au monde civil.

Link to post
Share on other sites
  • Replies 139
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Top Posters In This Topic

Popular Posts

Suite à une question d' Aurel, je vais essayer de vous éclairer sur l' histoire et l' évolutions des grades et galons des équipages ( matelots et quartiers maitres ) et des officiers mariniers

Bonjour à tous, Merci pour vos contributions à ce sujet, il y a de véritables perles ! Je vais tenter d'apporter ma petite pierre à l'édifice en vous écrivant aujourd'hui à propos de quelques rit

Parlons cordage ... Sur un bâtiment, il y a deux cordes ; - La corde de la cloche et sa rechange. Les gros " cordages " : ( tressage de fils constitué de fibre végétales ou synthétiques, soit

Posted Images

Il y a 2 heures, Alsur a dit :

Après pour l'histoire de la rampe , c'est un peu normal ,déjà je trouve ça un peu scandaleux qu'au CIN on ait juste a posé notre plateau sur la rampe vaisselle sans aucun tri ...

Le Lycée Naval est un des rares établissements qui forme les élèves à devenir Pachas, alors avant même d'avoir réussi le concours vous êtes traités comme des pachas... :D

Link to post
Share on other sites
  • Administrateur
Il y a 20 heures, Cne Caesar a dit :

Le Lycée Naval est un des rares établissements qui forme les élèves à devenir Pachas, alors avant même d'avoir réussi le concours vous êtes traités comme des pachas... :D

C'est pour ça que l'on dit la " Royale " ;)

  • Haha 2
Link to post
Share on other sites
  • 5 months later...
  • Administrateur

Tradition de nos camarades pingouins et particulièrement des pilotes :

Dans l’aéronavale, un pilote qualifié aux appontages de nuit est un « Hibou ». Et quand il détient le record historique du nombre d’appontages de nuit, il change de catégorie et devient LE Grand Duc.

jpg_tino.jpg

Un nouveau Grand Duc pour l’Aéronavale

 

Invaincu depuis 2005, le record du plus grand nombre d’appontages de nuit de l’Aéronavale vient de tomber. Dans la nuit du 5 au 6 avril 2014, en effectuant son 221ème appontage de nuit sur le porte-avions Charles-de-Gaulle, aux commandes d'un Super Etendard Modernisé, le Lieutenant de Vaisseau Tino est devenu le nouveau "Grand Duc".

 

 

Samedi dernier ( Dans la nuit du 5 au 6 avril 2014 ), cet honneur est échu au Lieutenant de Vaisseau « Tino », pilote de Super Etendard Modernisé (SEM) de 36 ans au sein de la flottille 17F. Avec style et panache, le LV Tino a accumulé 221 appontages de nuit dans l’ensemble de sa carrière. Le précédent record, 220 appontages, était détenu depuis 2005 par le capitaine de frégate Méjean. Si l’on remonte un peu plus loin dans l’histoire de l’aéronavale, le titre appartenait au capitaine de corvette Philippe Degletagne, légendaire pilote de Crusader. (219 appontages de nuit en 18 ans de flottille).

Officiellement, le record ne peut être battu que si le précédent détenteur donne son accord. A la 17F, on assure que l’autorisation sera demandée rétroactivement au CF Méjean. On ne plaisante pas avec les traditions dans la Royale…

L’appontage de nuit, acte exceptionnel de bravoure et réservé à une certaine élite au temps des ancêtres, s’est banalisé ces 20 dernières années. Il est aujourd’hui totalement entré dans les mœurs, à tel point que sauf exception tous les pilotes des flottilles deviennent Hibou à un moment ou à un autre de leur carrière. Le pré requis est de 60 heures de vol sur la machine, avec un minimum de dix séances d’ASSP (Appontages Simulés sur Piste) de nuit, comprenant chacune au moins six présentations.

« Je suis devenu Hibou dès que j’ai été équipier opérationnel (NDA : le premier stade de la progression du pilote de combat), parce qu’il y avait un besoin » explique Tino. « De nos jours, les opérations de nuit font partie de notre quotidien. J’en suis maintenant à 221 appontages de nuit pour 540 de jour, un ratio un tiers-deux tiers qui n’a rien d’exceptionnel ». Voyons maintenant comment se passe un appontage de nuit. L’esprit cartésien aurait tendance à penser que c’est comme l’appontage de jour, sauf qu’il fait nuit. La réalité est un peu plus complexe, surtout sur SEM.

De jour, le pilote arrive au break, entre dans le circuit et effectue son approche finale en utilisant de préférence le miroir d’appontage. De nuit, le break est très peu pratiqué, la préférence étant donnée à une arrivée sur longue finale, un contrôleur guidant l’avion jusqu’à une altitude de 350 ft : c’est le CCA (Carrier Control Approach). Pour un pilote en cours de qualification, la courte finale se gère obligatoirement au viseur avec l’automanette se chargeant de maintenir les 13,8° d’incidence requis. Une fois qualifié, le pilote aura de nouveau le choix entre viseur et miroir pour gérer sa finale. Dans tous les cas, la puissance un peu faiblarde de l’Atar 8K50 et l’avion qui apponte à 1,1 fois la vitesse de décrochage exige une attention maximale. Précisons aussi que le cockpit du SEM ne présente par une ergonomie optimale pour ce sport : l’éclairage du tableau de bord est difficile à régler, si bien que les pilotes utilisent une petite lampe fixée sur un doigt pour éclairer les instruments et vérifier qu’ils tripotent bien les bons interrupteurs… En bonne logique, les actions les plus simples demandent de nuit trois fois plus de temps que de jour.

Pour le LV Tino, l’appontage qui lui offre son record à un parfum aigre doux. Sauf cataclysme mondial, il devrait en effet s’agir de son dernier appontage de nuit aux commandes d’un chasseur. Entré dans la marine en 1999, il a été breveté pilote de combat et est arrivé en flottille en février 2004. Motivé par le défi de l’appontage, il a depuis été largement récompensé de ses efforts… Il a participé aux opérations en Afghanistan et en Lybie principalement au sein de la 17F, avec une petite infidélité d’un an et demi au profit de la flottille 11F quand celle-ci était également équipée de SEM. Il affiche à ce jour 2.700 heures de vol, dont 1.800 sur SEM et 450 de nuit sur le chasseur-bombardier. Sa carrière va à présent le conduire au sein à la division appontage du Centex GAE (Centre d’expertise du Groupe Aérien Embarqué), repaire des officiers d’appontage (OA) d’où il pourra faire profiter les autres pilotes de son savoir-faire. Les OA continuent de voler de jour comme de nuit. Ils peuvent apponter de jour mais sauf exception perdent leur qualification d’appontage de nuit, trop contraignante à entretenir.

 

( Source : aerobuzz )

  • Like 1
  • Thanks 1
Link to post
Share on other sites
  • 3 months later...

Aprés des mois d'instruction sur le forum par mes instructeur Bouchon gras49, tobanarine et hatonjan ( et d'autres) durant leurs quart sur ce post , Il est tant pour moi de me " lâcher " en quart et faire la fameuse " corvette gants blancs" .

Alors , Alsur prend le Quart ! 

La "corvette gants blancs " justement , durant leurs parcours à l’école navale (EN) , les aspirants du recrutement direct (post prépa ou sur titre ) ... les Bordaches effectuent au cours de leurs scolarités des corvettes ( des missions d'entrainements à la navigation )  sur les bâtiments de la ménagerie ( les navires écoles de la marine qui ont tous un nom de fauve : tigre , léopard...) . Pourtant ces lors de cette corvette que les bordaches sont "lâché" et effectuent leur premier quart en solo.... traditionnellement en T22 donc en tenue de sortie bleu avec gants blancs justement!( je ne sait pas si les VOA et OSC font cette tradition , ne connaissant pas trop leurs parcours de formation dans l’école navale)

quelques années plus tard en temps que Lieutenant de vaisseau (LV) , les officiers sont touchés par une maladie extrêmement virulente .... l'avancement . Quand la nouvelle tombe , les futurs capitaines de corvettes savent qu'ils vont changer de carré ... de façon analogue pour le passage à la trappe chez les OM/OMS , ils se font enterrés par le carré off subalterne.
On prépare un cercueil ou on place le futur CC , le président ou le vice président du carré prononce l’éloge funèbre du mort puis on finit par lancer un " à poils les OS (officiers supérieurs) " avant d’amener le cercueil dans le carré OS . Ce dernier est alors accueilli par le commandant et les autres OS ) 

Le midship ... un midship est un EV2/EV1 éventuellement un Aspi : il désigne à la fois familialement ces grades ( entres officiers ! ) mais aussi une fonction du carrée des officiers . Le midship est le plus jeunes du plus bas grades des officiers ( donc généralement un jeunes bordache tout juste sortie de sa jeanne ou alors un jeune OSC lui aussi sorti de la jeanne ) il est le seul à pouvoir sanctionner le président du carré , et il peut choisir en premier son dessert . Mais la vie du midship n'est pas pour autant facile , il doit animé le carré , présenter le menu et a des petits désavantages lors du repas présidé et dans la vie de carré ( je reviendrai lors d'un autre quart )       

Les Zebres , ce ne sont pas des animaux ( enfin pas que ) mais aussi les officiers passés par l'ecole militaire de la flotte (EMF) c'est a dire l'ecole qui formait les officiers mariniers qui ont passés les concours internes. remplacé par l'ENI (école navales interne) qui a été désactive ( enfin " provisoirement" selon les étoiles ) ,Il faut maintenant passée par les OSC interne mais je ne sais pas si les OSC (interne + externe + spécialiste reprennent les traditions de l EMF).        

je quitte le quart et attend le debrif par mon instructeur le terrible PM/ Cipal/Major Bouchon gras...

  • Like 2
Link to post
Share on other sites

Bonjour,

il y a 52 minutes, Alsur a dit :

Alors , Alsur prend le Quart ! 

Bel article ! Je valide ton initiative.

il y a 53 minutes, Alsur a dit :

je quitte le quart et attend le debrif par mon instructeur le terrible PM/ Cipal/Major Bouchon gras...

En attendant, je remarque qu'Alsur vient de changer de catégorie : il passe du carré des lecteurs à celui des rédacteurs... va-t-on le faire passer à la trappe ou prononcer son éloge funèbre ? ;)

  • Thanks 1
Link to post
Share on other sites
  • Administrateur
Il y a 2 heures, Alsur a dit :

je quitte le quart et attend le debrif par mon instructeur le terrible

PM/ Cipal/Major Bouchon gras...  :paskejelevobien:

:matelot:Ça fait plaisir de voir des jeunes prendre le quart !

il y a une heure, Cne Caesar a dit :

En attendant, je remarque qu'Alsur vient de changer de catégorie : il passe du carré des lecteurs à celui des rédacteurs... va-t-on le faire passer à la trappe ou prononcer son éloge funèbre ?

:ph34r: Oui mais comme ce sont des moments très privés où nul spectateurs étrangers au bord n'est invité, il n'y aura pas d'image. :matrix: " Ce qui ce passe à bord, reste à bord "

 

Il y a 2 heures, Alsur a dit :

je reviendrai lors d'un autre quart

Nous l’espérons bien, maintenant que tu y a gouté. ;)

  • Like 1
  • Thanks 1
Link to post
Share on other sites
  • 1 year later...

Bonjour à tous,

Merci pour vos contributions à ce sujet, il y a de véritables perles ! Je vais tenter d'apporter ma petite pierre à l'édifice en vous écrivant aujourd'hui à propos de quelques rites de passage...

Kermoco prend le quart ! 

Le passage de la ligne de l'Equateur: les marins traversant pour la première fois l'Equateur doivent se présenter devant Neptune. Les néophytes doivent payer un tribut au roi des mers et des océans et recevoir leur baptême pour passer entre les deux hémisphères. A la fin, les néophytes reçoivent leur diplôme de chevalier des mers. Au programme, déguisement, maquillage, chansons, vaste festoiement... sans couvert et sans indices de ce qui figurent dans "l'assiette".

Rituel "analogue": le passage du cercle polaire, avec un froid de canard en plus.

Dans une autre dimension, il existe également un baptême des sous-mariniers, pour ceux effectuant leur première plongée. Au "menu", vers -300 mètres, un verre d'eau de mer, parfois accompagné d'un verre et vin ou de champagne, ou encore d'une mixture dont on ne souhaite jamais connaître les ingrédients secrets.

Je quitte le quart !

  • Like 3
Link to post
Share on other sites
  • 1 month later...

En ce qui me concerne et bien que je sois pratiquement toujours coincé au pc radio, j'ai eu quelques difficultés avec les quarts 8 à 12 - 12 à 15 - 15 à 18 - 18 à 20 - 20 à 24 - 00 à 04 le fameux zérac et enfin le 4 à 8 . Si les vacations radios étaient bien régulières (toutes les 2 ou 4 heures), il fallait en plus soit chiffrer un message (ADONIS pour les vieux tactacs) soit envoyer la commande aux SAO ou un posit pour situer notre bâtiment (Je vais essayer d'ailleurs de vous trouver les termes qui étaient employés sur les différents types de messages), ces horaires avaient peu de prises sur le boulot et parfois la relève arrivait et on ne partait qu'une heure plus tard.

A ma décharge, je faisais rarement le quart à la coupée, le radio tapant à la machine faisait souvent office de secrétaire.

Et puis que dire du fonctionnement par tiers, par bordée, voire par demie-bordée, pas facile tout cela.

 

Link to post
Share on other sites
  • Administrateur
Il y a 2 heures, Tactac a dit :

il fallait en plus soit chiffrer un message (ADONIS pour les vieux tactacs)

Tu parle de la machine qui sortait trois message, un blanc, un bleu et un rose avec une petite bande latérale perforée qui permettait de faire des copies...

J'ai fais du service à l'amirauté ( gradé PC sécu en binôme avec l'officier de garde ) je devais faire le tour des bureaux, détaché les messages, les ranger.

Ca tomber à tout moment, au milieu de la nuit, la météo à l'autre bout du monde...

Tout ça n'existe plus.

15272291367_9ec0ee1ebd.jpg

C'est pas tout à fait ce modèle mais ca y ressemble.

Link to post
Share on other sites
Il y a 14 heures, Bouchon-Gras 49 a dit :

Tu parle de la machine qui sortait trois message, un blanc, un bleu et un rose avec une petite bande latérale perforée qui permettait de faire des copies... 

Plus antédiluvien que cela ...

[Les écoles de spécialités] ÉCOLE DE RADIOS LES BORMETTES - Tome 2 - Page 35 Adonis12

Il fallait jouer avec des roues dentelées (dans le carénage en haut à droite) sur lesquelles on mettait des lettres que l'on retrouvait dans le début du message pour le déchiffreur ........ le message sortait alors en clair sur une petite bande dont on léchait soigneusement l'arrière train pour la coller sur un formulaire message arrivée ......

Bouchon-Gras mon matricule commence par 0565 ..... :D

  • Thanks 1
Link to post
Share on other sites
  • Administrateur

Bonjour Tactac,

Il y a 8 heures, Tactac a dit :

Il fallait jouer avec des roues dentelées (dans le carénage en haut à droite) sur lesquelles on mettait des lettres que l'on retrouvait dans le début du message pour le déchiffreur ........

C'est presque Egnigma !

Il y a 8 heures, Tactac a dit :

Bouchon-Gras mon matricule commence par 0565 ..... :D

Effectivement, je suis un gamin 0592...

Link to post
Share on other sites
  • 2 months later...

Rapide appontage...

D'une part pour remercier les contributeurs à ce fil de discussion passionnant, de l'autre pour apporter humblement une goutte d'eau à la mer : je sais que je vais recevoir bien plus de ce forum que l'inverse. 

 

>Sur l'origine du mot bidou : du breton bidouric, jeune. D'où le plus jeune gradé.

>Sur l'origine de la bannette : les couchettes étant partagées, celui qui avait fini son quart venait dormir dans la couchette toute chaude de celui qui le relevait. D'où la métaphore boulangère.

>Celui qui reste trop longtemps dans sa bannette fait un Caillex, possiblement majeur ! Et se retrouve sur le cahier pour retard.

>Sur les surnoms : fraise des bois pour les para, me semble-t-il.

>Un deuxième sens de chouffe : vigie, du verbe chouffer, surveiller, regarder.

 

J'offre le liche (vin) volontiers si je reçois une gaffe ou un seau pour ce post !

Link to post
Share on other sites
  • Administrateur
il y a 54 minutes, Alouette a dit :

Sur les surnoms : fraise des bois pour les para, me semble-t-il.

C'est exact mais nous sommes dans les traditions Marine.

il y a 59 minutes, Alouette a dit :

Celui qui reste trop longtemps dans sa bannette fait un Caillex,

Une "caille" , on dit couramment allez se taper une caille, se qui serait plutôt une sieste.

et le petit endroit sur la bannette, une fois le rideau tiré est une "niche" allez dans sa niche est allez à la caille et fermer le rideau, afin de s'isoler des autres.

il y a 54 minutes, Alouette a dit :

sur le cahier pour retard.

Là nous disons "sur la peau" car le fameux cahier de punition était autrefois recouvert de cuir = de peau, d'où le surnom de ce cahier, connu de tous les marins.

il y a 56 minutes, Alouette a dit :

Un deuxième sens de chouffe : vigie, du verbe chouffer, surveiller, regarder.

L'origine viendrait des "indigènes" que les marins embarquaient, en Indochine et en Afrique du nord, ces personnes étaient "recrutés" pour surveiller le bon fonctionnement en machine.

  • Like 1
Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.




  • Posts

    • D'accord, mais du coup, en cas de guerre générale quiest mobilisée ?
    • Marcel Burgé est décédé le 02 novembre dernier.     Marcel Burgé. Un Français tranquille. Le 2 mars 1943, Marcel, âgé de 23 ans, ouvrier sidérurgiste, vivant à Pulligny, en Meurthe et Moselle, échappe de peu à une rafle avec de jeunes gens par la Gestapo. Direction l’Allemagne, le STO, ou pire, le camp de concentration Mauthausen. C’est un électrochoc pour ce jeune homme. Un jour, ce sera lui. Juste avant l’été, avec quelques autres, Marcel prend son sac pour se rendre en Espagne et se rallier à de Gaulle.   Au 1er juillet il est arrêté par les Espagnols et emprisonné dans la sinistre prison de Miranda qui accueille cinq fois plus de détenus qu’en temps de paix. Violences et privations. Ce n’est qu’à la veille de l’année 1944 que Marcel est libéré. Échange de prisonniers contre les marchandises américaines. Arrivé au Maroc, Marcel, qui n’a pu de temps à perdre, s’engage aux commandos de France.     Il veut être de la bataille. Mais ce sera un long temps de formation et il voit le 6 juin et le 15 aout se passer de ses services. Le jeune Lorrain bouillonne dans son coin. Enfin, après plusieurs alertes, c’est le départ pour la France le 10 octobre. Le 3 novembre 1944, c’est enfin la vraie guerre, dans les Vosges. Entre les deux dates, Marcel a eu le temps de rencontrer la « môme Piaf » à Lyon, dans un hôpital (Marcel était légèrement blessé). Au combat, pas loin de Gerardmer, Marcel, tireur d’élite, tire dans tous les coins. L’ennemi montre du mordant. Des copains sautent sur des mines. Le grabuge est partout. Marcel, passé en revue par de Gaulle à Besançon le 13 novembre 1944 va combattre presque sans arrêt jusqu’en février 1945. Il aura juste une permission express en décembre pour retourner voir les siens (et un amour…) à Pulligny. En permanence à l’avant-poste, « en pointe toujours » (devise commando) Marcel, désormais en Allemagne, faisant preuve d’un grand décourage « déminera » le terrain de ses camarades. Marcel recevra une citation à l’ordre de sa brigade et de l’armée. Il défilera sur les Champs-Elysées le 18 juin 1945 et sera démobilisé le 11 novembre 1945, reprenant ainsi, son œuvre accomplie, le cours de sa vie.   Marcel a reçu la légion d’honneur le 18 juin 2017.     Photos fonds famille Burgé. ( Source : Rudolph de Patureaux )
    • Pour moi c'est bon, j'ai compris.
    • Oui exact, mais en cas De guerre générale ? Je ne sais pas si c'est compréhensible ce que j'essaye de dire
    • Bonjour, Dans le principe, je pense que c'est possible maintenant pour être certain, le mieux serait de demander à ton CIRFA.