Jump to content
×
×
  • Create New...

Les traditions de la Marine Nationale


Recommended Posts

  • Administrateur

Dans la Marine, le commandant d' un bâtiment, lorsqu' il débarque pour une nouvelle affectation ou la retraite, quitte traditionnellement son navire par la mer, sur une chaloupe armée par les officiers du bord. Son remplaçant embarque parfois de la même maniére. La tradition tant à s' étendre aujourd'hui pour les commandants et amiraux des unités à terre.

 

Le débarquement du dernier commandant de la frégate De Grasse :

 

 

Débarquement du commandant de la Moqueuse en 2008 :

 

 

L' amiral Prazuck débarque, sur une chaloupe armée par les officiers de son état major, en 2012.

 

 

L' amiral Périssé quitte ses fonction à Cherbourg, en 2011 :

 

 

Débarquement du capitaine de vaisseau Eric Tabarly à Brest, en, 1985 :

 

  • Like 1
Link to post
Share on other sites
  • 1 month later...
  • Replies 139
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Top Posters In This Topic

Popular Posts

Suite à une question d' Aurel, je vais essayer de vous éclairer sur l' histoire et l' évolutions des grades et galons des équipages ( matelots et quartiers maitres ) et des officiers mariniers

Bonjour à tous, Merci pour vos contributions à ce sujet, il y a de véritables perles ! Je vais tenter d'apporter ma petite pierre à l'édifice en vous écrivant aujourd'hui à propos de quelques rit

Parlons cordage ... Sur un bâtiment, il y a deux cordes ; - La corde de la cloche et sa rechange. Les gros " cordages " : ( tressage de fils constitué de fibre végétales ou synthétiques, soit

Posted Images

  • Administrateur

Les " Bœufs " dans la Marine !

 

 

Il n' est pas pas rare sur un bâtiment de la Marine Nationale, d' entendre parler des bœufs en parlant des seconds maitres.

 

Cette expression n' a rien de péjoratif mais les restes d' une autre Marine, celle où l' on embarquer de la " viande sur pieds ".

Un emplacement à bord des navires était réservé à ces animaux. Avec le progrès et les moyens de conservation des aliments, chambre froide, conserve...

La Marine n' ayant plus besoin d' embarquer d' animaux. Naturellement les locaux réservés à ces bêtes fut réaménagé en poste, pour...les seconds maitres, l' habitude continua de nommer ce poste, " le poste des bœufs " et part tradition, il est courant d' appeler les seconds maitres, les bœufs !

 

  • Like 1
Link to post
Share on other sites
  • 9 months later...
  • Administrateur

Je place  ce document de " Actualité Marine ", concernant l' origine de la devise de la Marine :

Honneur - Patrie - Valeur - Discipline.

 

La Marine Nationale, plus de 200 ans d' histoire.

 

 

v2_c4_s27_ss01_03.jpg

Armand Jean du Plessis de Richelieu crée la Marine royale en octobre 1626, sous le règne de Louis XIII.
Sous la Révolution française la Marine devient nationale et l’ordonnance de l’Assemblée constituante du 24 octobre 1790 crée un pavillon français unique, associant le blanc historique de la France au bleu et rouge de la ville de Paris. Sur les bâtiments, ce pavillon remplace les nombreux pavillons bleu et blanc de la marine marchande et le pavillon blanc des vaisseaux de guerre.

 

  • Sous l’Empire (1804 -1815) la Marine devient impériale. "Honneur-Patrie" constitue alors la devise du drapeau national et de la Légion d’honneur créée le 29 mai 1802 par le premier consul Napoléon Bonaparte pour récompenser les mérites, les talents et les vertus de militaires ou de civils.

    La seconde devise "Valeur-Discipline" apparaît aussi sur les drapeaux français à l’apogée du premier Empire en 1812.

valeurs_898-210.jpg

  • Sous la Monarchie de juillet (1830- 1848) la devise "Le Roi, l’Honneur et la Patrie" s’inscrit au fronteau des vaisseaux. Placée à l’arrière près du quartier du commandement et tournée vers le milieu du navire, elle guide l’équipage dans ses missions. En 1848 les emblèmes royaux sont abolis et le mot "Roi" disparaît des fronteaux de dunette.
  • Au moment de la seconde République (1848-1851), le drapeau français reprend la devise "Valeur-Discipline". Cette devise apparaît au revers de la médaille militaire, sous l’égide de Louis-Napoléon Bonaparte. Instituée par décret du 22 janvier 1852, la médaille récompense les meilleurs soldats et sous-officiers ayant accompli des services exceptionnels et ayant servi au moins 8 ans.
  • La troisième République (1870-1940) instaure une solide tradition républicaine. Le 14 juillet 1880 la France célèbre officiellement sa première fête nationale. En présence du Président de la République Jules Grévy, le ministre de la guerre distribue aux différents régiments et corps de troupes de nouveaux drapeaux et étendards. La Marine conserve le pavillon national bleu blanc rouge, symbole de l’appartenance républicaine.

    À cette époque, la devise "Honneur-Patrie" est inscrite sur des plaques scellées réglementairement aux parois des plus nobles des bâtiments.
    "Honneur" et "Patrie" trouvent leur place à la proue du navire.
    "Valeur" et "Discipline" viendront les compléter vers les années 1890 pour composer la devise qui unit aujourd’hui la Marine nationale. Sur les bâtiments actuels la devise apparaît le plus souvent près de la passerelle, siège du commandement.

    Patrie.pngCes plaques fondues dans le bronze viennent renforcer la symbolique du pavillon national actuel créé le 15 février 1794, sous l’impulsion du peintre Jacques-Louis David, avec le bleu au mât, le blanc au centre et le rouge flottant aux vents.

 

 

  • Like 1
Link to post
Share on other sites
  • 1 month later...
  • Administrateur

Je place cet article du magazine Cols Bleus sur la remise des fourragères dans une unité de la marine, l' aéronautique navale.

Ce qui me permettra plus tard de développer ce symbole militaire...

 

 

 

Le 16 septembre 2014, l’ensemble du personnel de l’état-major de la force de l’aéronautique navale (ALAVIA) était réuni sur la terrasse du bâtiment, face au quai Milhaud, pour une cérémonie à la portée symbolique importante dans la constitution d’un équipage.

 

Forts de leur tradition plus que séculaire, les « parrains » remettaient aux nouveaux embarqués la fourragère aux couleurs de la Croix de Guerre 39-45, héritée de leurs aînés. En accomplissant ce geste, il s’agissait de transmettre l’esprit de corps et de renforcer le sentiment d’appartenance à la communauté des marins du ciel.

 

Cette fourragère représente les deux citations décernées au cours de la Seconde guerre mondiale, à la 1ère flottille d’aviation pour les journées du 10 et 11 mai 1940, puis à la 1ère flottille de chasse, engagée en mai 1944, aux avant-postes de la reconquête du sol national. Héritier de ces formations, puis du commandement de l’aviation embarquée et du 1er groupement de chasse embarquée, l’état-major de la force de l’aéronautique navale reste aujourd’hui seul à pouvoir porter cette fourragère.

 

Le contre-amiral Bruno Thouvenin, commandant la force de l’aéronautique navale, est revenu dans son allocution sur les faits d’arme de nos glorieux aînés, rappelant à chacun que, si cet héritage est une fierté, il implique surtout des devoirs. En premier lieu, celui de suivre leur exemple. Et cet équipage a su démontrer qu’il était digne d’arborer cette fourragère, en recevant de l’Amiral un témoignage de satisfaction pour son engagement dans le soutien des moyens de l’aéronautique navale engagés dans l’opération Serval.

 

Grâce à la solennité et à l’esprit de partage qui ont animés cette cérémonie, chacun sait qu’il appartient désormais au même groupe d’hommes et de femmes qui forme l’équipage de l’état-major des marins du ciel.

 

 

Source : Marine nationale
Crédits : Marine nationale

 

C' est un moment fort lorsque le nouvel embarqué se voit remettre la fourragère par un parrain, quelque fois un ancien ayant combattu sur un ancien bâtiment portant le même nom ( ce qui fut mon cas lors de l' armement du SNLE le Triomphant, nos parrains avaient servis sur le contre torpilleur le Triomphant, unité FNFL et Indochine ).

 

A suivre...

Link to post
Share on other sites
  • 2 months later...
  • Administrateur

Les fourragères :

 

La fourragère tient son nom et son origine au fait que ce n' était qu' une simple corde à fourrage portée autour de l' épaule par les dragon, c' est Napoléon qui lui donnera l' appellation de fourragère. Elle sera supprimée à la fin de la guerre de 1870. Elle fut rétablis en 1916 par décision ministérielle afin de récompenser les régiments, unités, bâtiments... méritants.

Le militaire qui à participé aux opérations, faits d' armes ou de bravoure ayant permis l' attribution de citation à son unité, conserve le droit de porter cette fourragère " à titre individuel " une fois quitter cette unité. Il doit arborer sur celle ci le nom de son unité ou numéro de son régiment.

Rappelons que nos anciens vétérans de 14-18, titulaire à titre personnel d' une fourragère, portait celle ci en miniature sur la croix de guerre.

 

 

 

La fourragère n' est donc pas un insigne typiquement marine mais une distinction militaire.

Elle se présente sous forme d' une cordelette tressée, portée à l' épaule gauche de l' uniforme. A l' une des extrémité on trouve un trèfle, à l' autre extrémité un ferret.

 

 

 Suivant le nombre d' attribution de citation à l' unité la fourragére peut etre de différente couleur :

 

- rouge, au couleur de la Légion d' Honneur ;

 


 

 

Cette fourragère est portée par les unités citées de 6 à 8 occasions à l’ordre de l’armée. Si ces citations ont été attribuées lors de la Première Guerre mondiale, la fourragère est simple. Si les citations ont été attribuées dans le cadre d’opérations extérieures, la fourragère porte au-dessus du ferret une « olive » bleue et rouge. Si les citations ont été accordées lors de la Seconde Guerre mondiale, la fourragère porte une olive à moitié rouge et à moitié rouge rayée de vert.

 

- jaune rayé de vert, aux couleur de la médaille militaire ;

 

 

 

Cette fourragère est portée par les unités citées à 4 ou 5 occasions à l’ordre de l’armée. Si ces citations ont été attribuées lors de la Première Guerre mondiale, la fourragère est simple. Si les citations ont été attribuées dans le cadre d’opérations extérieures, la fourragère porte au-dessus du ferret une « olive » bleue et rouge. Si les citations ont été accordées lors de la Seconde Guerre mondiale, la fourragère porte une olive à moitié jaune rayée de vert et à moitié rouge rayée de vert.

 

- verte rayée de rouge, aux couleurs de la croix de guerre 14-18 et 39-45 ;

 

 

 

Aux couleurs de la croix de guerre 1914-1918 ou de la croix de guerre 1939-1945. Cette fourragère est portée par les unités citées à 2 ou 3 occasions à l’ordre de l’armée. Si ces citations ont été attribuées lors de la Première Guerre mondiale, la fourragère est simple. Si les citations ont été accordées lors de la Seconde Guerre mondiale, la fourragère porte une olive rouge rayée de vert.

 

- bleu et rouge, aux couleur de la croix de guerre des théâtre des opérations extérieurs ;

 

 

 

Cette fourragère est portée par les unités citées à 2 ou 3 occasions à l’ordre de l’armée.

 

- verte rayée de noir, aux couleur de l' ordre de la libération ;

 

 

 

Cette fourragère est portée par les unités décorées de la médaille de l' ordre de la Libération.

 

- rouge et blanc mélangé, aux couleurs de la croix de la valeur militaire ;

 

 

 

Cette fourragère, créée le 28 novembre 2011 est destinée à récompenser les unités citées au moins deux fois à l'ordre de l'armée au cours d'opérations de combat ne permettant pas l'attribution de la croix de guerre des théâtres d'opérations extérieures Croix de guerre des TOE

Description : "la fourragère se compose d'un cordon rond doublé sur la partie formant le tour du bras, dont les fils sont de nuances rouge et blanc mélangées rappelant les couleurs de la CVM. Une extrémité du cordon forme un trèfle et l'autre munie d'un ferret et d'un coulant en métal doré ; au-dessus du ferret, le cordon forme un nœud à quatre tours sur lequel sera accrochée une agrafe portant le nom du théâtre.

Citations multiples : une olive est placée en haut du ferret et sera de couleurs différentes en fonction du nombre de citations de l'unité :

  • 2 à 3 citations : sans olive ;
  • 4 à 5 citations : olive aux couleurs de la Médaille militaire ;
  • 6 à 7 citations : olive aux couleurs du ruban de la Médaille militaire pour la partie inférieure et du ruban de la Légion d'honneur pour la partie supérieure ;
  • 8 à 9 citations : olive aux couleurs du ruban de la Légion d'honneur ;
  • plus de 10 citations : olive aux couleurs du ruban de la Médaille militaire pour la partie inférieure et du ruban de la Légion d'honneur pour la partie supérieure. Les deux couleurs sont séparées par un liseré blanc.

Chacune des olives portera une plaque métallique indiquant le théâtre d'attribution.

 

On peut trouver différentes olives :

 

 

Les olives permettent de différencier les conflits dans lesquels ont été obtenues les citations de l’unité. Elles peuvent également se superposer. Ainsi une unité portant une fourragère jaune rayée de vert avec une olive rouge rayée de vert aura reçu 4 ou 5 citations lors de la Première Guerre mondiale et 2 ou 3 pendant la Seconde Guerre mondiale.

 

 

 

Le personnel de l' école des fusiliers marins de Lorient ( Lanester ) porte la fourragère rouge au couleur de la Légion d' Honneur avec deux olives, Légion d' honneur / croix de guerre 14-18 et médaille militaire / croix de guerre 39-45, ainsi que la fourragère de l' Ordre de la Libération.

L' école étant " l' héritière " de la brigade des fusiliers marins ( 6 citations 14-18 ) et du 1er régiment de fusiliers marins ( 5 citations 39-45 ), en 1996 l' école se voie attribuer la fourragère de l' ordre de la Libération.

 

Les commandos marine, certaines flottilles de l' aéronautique navale et bon nombre de bâtiments de la Marine portent des fourragères qui ont été gagnées lors des différents conflits.

 

http://www.forum-militaire.fr/uploads/monthly_12_2014/post-14-0-19899900-1418496685.jpghttp://www.forum-militaire.fr/uploads/monthly_12_2014/post-14-0-75612800-1418496559.jpg

Link to post
Share on other sites
  • Administrateur

Les aiguillettes :

 

 

Les aiguillettes à ne pas confondre avec les fourragères ne sont pas des décorations au sens militaire du mot ( médaille, citation... ) mais un ornement, une passementerie pour faire beau ou simplement faire reconnaitre une fonction ou une attribution ;

 

Les aide de camps, officiers d' état major... état major particulier du président de la République, du cabinet militaire de premier ministre, ou de celui du ministre de la défense, également pour les officiers attachés navals à l' étranger mais aussi les officiers faisant partie de l' état major de la Marine et des états majors à terre ou embarqués portent une aiguillette or sur l' épaule droite.

 

 

 

Capitaine de frégate en tenue de soirée avec aiguillette.

 

 

Autre personnel à porter des aiguillettes, les membres de la musique des équipage de la flotte, qui portent eux une aiguillette bleu ou une aiguillette doré sur l' épaule gauche suivant les circonstances.

 

http://www.forum-militaire.fr/uploads/monthly_12_2014/post-14-0-20477400-1418498847.jpghttp://www.forum-militaire.fr/uploads/monthly_12_2014/post-14-0-41176100-1418499304.jpg

 

Les gendarmes maritimes porte eux une aiguillette en soie blanche sur l' épaule gauche.

 

 

A l'origine, cet accessoire était utilisé pour verrouiller les pièces d'armures, puis pour lier des bottes de fourrage destinées aux chevaux.

 

Les aiguillettes s'imposent peu à peu dans l'Arme jusqu'à être portées réglementairement en 1720, sous la dénomination "aiguillettes de soie blanche de la Maison du Roi". Ce symbole d'Ancien Régime est abandonné à la Révolution, avant de revenir comme accessoire réglementaire quelques années plus tard.

 

De nos jours, les aiguillettes blanches sont toujours portées avec ferrets et coulants argent pour la GD et or pour la GM. La Garde républicaine et les élèves-officiers portent quant à eux des aiguillettes or.

 

post-8-0-72058000-1362306698_thumb.jpg

( Post copié sur les traditions de la gendarmerie, auteur Torrens '?do=embed' frameborder='0' data-embedContent>> )

 

http://www.forum-militaire.fr/uploads/monthly_12_2014/post-14-0-14263500-1418499571.jpghttp://www.forum-militaire.fr/uploads/monthly_12_2014/post-14-0-94128900-1418499602.jpg

 

 

 

 

Link to post
Share on other sites
  • Staff

Merci Bouchon-Gras pour ces informations concernant les "aiguillettes".

Je me suis toujours posé la question de connaitre leurs utilités , attributions et de leurs ports.

Les photographies sont éloquentes et parlent d'elles même.

Link to post
Share on other sites
  • Administrateur

L' hallebardier de l' amiral ou tout simplement l' hallebarde de l' amiral :

 

 

 

Jusqu’au début de ce siècle, un certain nombre de factionnaires étaient répartis à bord et chargés de faire respecter les consignes dans les endroits ou locaux sensibles :  » la mèche « , où l’on venait d’allumer sa pipe, les  » cartahuts  » , où l’équipage mettait le linge à sécher après la lessive générale, les appartements du commandant ou de l’amiral.

 

Ce dernier factionnaire, qui veillait en permanence, à la mer comme au mouillage, sur la tranquillité du commandant, était doté d’une arme d’abordage : hallebarde définie par l’ordonnance de 1689, plus tard pique d’abordage modèle 1833, fusil réglementaire, puis, semble-t-il, après les campagnes d’Extrême-Orient de la fin du XIXe siècle, furent utilisées les grandes hallebardes chinoises, » pour les commandants somptueux, amis d’un certain luxe, très en rapport avec leur grade  ».

 

Si la permanence du factionnaire hallebardier n’existe plus, l’usage de la hallebarde – il est bien connu que le fait précède le droit – s’est maintenu dans la Marine, comme arme de parade auprès des hautes autorités. Beaucoup de grands commandements s’exerçant désormais à partir de la terre, cette tradition, qui n’est plus l’apanage des autorités embarquées, a même été étendue aux autorités à terre ayant une marque de commandement.

 

L ’arme utilisée ne correspond plus à aucune prescription réglementaire.

 

Le fer, souvent très ouvragé, décoré des étoiles de l’attributaire ou de l’emblème de l’unité qu’il commande, est généralement le fruit du travail et du talent artistique des remarquables armuriers de la Marine. Seule restriction : sa hampe ne doit s’orner d’aucun accessoire de fantaisie.

 

Les hallebardiers, dont le nombre est limité à deux pour les officiers généraux et à un pour les capitaines de vaisseau, ne peuvent être mis en place qu’à l’occasion de cérémonies ou de réceptions auxquelles ils assistent personnellement, car la hallebarde est considérée comme un symbole de commandement.

 

Ces hallebardiers seront utilisés  » en honneurs « , lorsqu’ils sont placés à l’extérieur ou devant l’accès d’un édifice, ou  » en interdiction « , à l’intérieur, devant l’accès à certains locaux officiels. Dans ce dernier cas, la position adoptée par le hallebardier est telle que, lorsqu’il se met au garde-à-vous, il ramène la hallebarde à lui laissant ainsi le libre accès.

 

Albert Brenet a donné du  » hallebardier de l’amiral  » une représentation contemporaine très vivante et il faut bien reconnaître que, lors des manifestations officielles, la présence, devant les appartements du commandant, des hallebardiers, choisis pour leur taille et leur prestance, dissuade en douceur les importuns et impressionne toujours fortement les visiteurs étrangers.

 

La signification que les marins attachent à cette arme prestigieuse du passé et à son maintien dans le décorum naval a été concrétisée, tout récemment, par la remise à Jean-François Deniau, par l’amiral chef d’état-major de la Marine, d’une hallebarde d’honneur en remerciement de son action en faveur du rayonnement de la Marine et notamment de son musée.

( source : La Sabretache )

 

L' hallebardier est mis en place lors d' une cérémonie ou d' une réception auxquelles assiste personnellement l' amiral, la hallebarde étant considéré comme un symbole de commandement.

 

Remise de la hallebarde présente auparavant à bord de la Jeanne d' Arc, qui désormais est remise symboliquement à chaque mission " Jeanne d' Arc ".

 

Hallebarde, devant la porte du contre amiral Vichot, en 2010, alors  commandant du Centre d' Études Supérieurs de la Marine et commandant de la Marine à Paris, établis depuis 1962 dans l' enceinte de la prestigieuse École Militaire. ( L' amiral est donc présent, sinon l' hallebarde est enlevée )

 

En 1992/93, j' ai pu admirer le travail de réalisation d' une hallebarde par les marins de ce qui s' appelait alors les Ateliers Militaires de la Flotte ( AMF ) de Cherbourg.

  • Like 1
Link to post
Share on other sites
  • Administrateur

Le sac :

 

Objet tant pratique que symbolique de l' image du matelot ; le sac.

Dans la Marine le sac sous entent l' ensemble des effets réglementaire des matelots et quartiers maitres.

Fournis à l' incorporation de la jeune recrut, en toile blanc / écru, le premier acte de l' apprenti marin est d' y inscrire son matricule. 

 

http://www.forum-militaire.fr/uploads/monthly_12_2014/post-14-0-78980400-1419161559.jpghttp://www.forum-militaire.fr/uploads/monthly_12_2014/post-14-0-76953100-1419161765.jpg

 

http://www.forum-militaire.fr/uploads/monthly_12_2014/post-14-0-44718500-1419161884.jpghttp://www.forum-militaire.fr/uploads/monthly_12_2014/post-14-0-35924700-1419161920.jpg

 

Puis très vite on distingue " l' ancien " du " bleu ", par son sac recouvert de dessins d' escales, de bateaux, de ses différentes affectations, de jolies filles ou tout simplement de Donald, Popeye...

 

http://www.forum-militaire.fr/uploads/monthly_12_2014/post-14-0-64692100-1419164930.jpghttp://www.forum-militaire.fr/uploads/monthly_12_2014/post-14-0-59414600-1419162559.jpg

 

http://www.forum-militaire.fr/uploads/monthly_12_2014/post-14-0-85919200-1419162593.jpghttp://www.forum-militaire.fr/uploads/monthly_12_2014/post-14-0-25477000-1419162654.jpg

 

Certains sont de vrais chefs d' œuvres :

 

http://www.forum-militaire.fr/uploads/monthly_12_2014/post-14-0-18893600-1419165177.jpghttp://www.forum-militaire.fr/uploads/monthly_12_2014/post-14-0-14083400-1419165214.jpg

http://www.forum-militaire.fr/uploads/monthly_12_2014/post-14-0-60218000-1419165303.jpghttp://www.forum-militaire.fr/uploads/monthly_12_2014/post-14-0-60955400-1419165273.jpg

http://www.forum-militaire.fr/uploads/monthly_12_2014/post-14-0-82267400-1419165332.jpghttp://www.forum-militaire.fr/uploads/monthly_12_2014/post-14-0-13975300-1419165244.jpg

 

Ou encore :

http://www.forum-militaire.fr/uploads/monthly_12_2014/post-14-0-74287000-1419165365.jpghttp://www.forum-militaire.fr/uploads/monthly_12_2014/post-14-0-15952000-1419165388.jpg

http://www.forum-militaire.fr/uploads/monthly_12_2014/post-14-0-40639900-1419165417.jpghttp://www.forum-militaire.fr/uploads/monthly_12_2014/post-14-0-29136900-1419165443.jpg

 

Inspection des affaires d' un marin suite à un naufrage.

 

Depuis quelques années le sac, le vrais sac du marin est remplacé par un sac à poignées vert de type sac à parachute.

 

 

Il est courant d' entendre dire d' un marin qui quitte la Marine pour la vie civile :

" qu' il pose son sac à terre et accroche sa casquette au clou "

Link to post
Share on other sites
  • Administrateur

Je post cette intéressante photo qui illustre bien les articles précédents, qui regroupe un officier d' état major ( portant les aiguillettes ) et l' hallebardier  de l' amiral :

 

 

Chef d' Etat Major de la Marine, en 2013.

 

Ainsi que l' hallebardier  de la mission Jeanne d' Arc sur le Tonnerre :

 

Toujours la mission Jeanne d' Arc mais sur le Dixmude :

 

Link to post
Share on other sites
  • Staff

Magnifique la décoration des sacs de marins.

 

Lors de mon service militaire, les deux miens n’étaient pas si bien "au carré" (nous en avions deux au 501° Régiment de Chars de Combat ! Cavalerie oblige).

Link to post
Share on other sites
  • Administrateur

Tenue de marin de port :

 

 

J' entend souvent cette question : " pourquoi certains matelots portent le veston croisé au lieu de la vareuse ? "

 

Pour expliquer ce fait, je vais remonter un peu ( car il y a beaucoup à dire ) sur l' histoire d' un corps, celui des marins des ports.

 

Dans la Marine, il existait pour les équipages et officiers mariniers, deux corps bien distincts ;

 

- Le corps des marin de la flotte.

- Le corps des marins des ports.

 

Le premier étant bien connu de tous, il regroupe les marins dans l' ensemble, ceux qui naviguent et ceux que l' on trouvent à terre et qui régulièrement changent d' affectations. Les équipages portent sur leurs vareuses, les ancres croisées indiquant leurs appartenances au corps des marins de la flotte.

 

Le deuxième moins connus, puisque en voix d' extinction, regroupe des unités de marins dit sédentaires, c' est à dire qu' ils ne changent pas d' affectation.

Les marins de ports sont surnommés : MARGA qui viendrait de " marin gardien ".

 

Un peu d' histoire :

 

- Ce corps fut crée en 1674, afin de maintenir et conservé les forces maritimes dans les ports, ainsi que la police et la discipline dans les arsenaux, sur ordre du roi Louis XIV, ces raisons entrainent la rédaction du " règlement pour la police générale des arsenaux de la Marine ", le 6 octobre 1674, document contre-signé par Colbert.

Le titre huit de ce règlement dispose de la création des officiers mariniers et matelots gardiens payés et gagés pour le service et l' entretien des vaisseaux qui sont dans les ports... entretenir les ouvrages portuaires... porter secours de jour comme de nuit aux bâtiments en danger...

Ce personnel était recruté exclusivement parmi les officiers mariniers et marins de la flotte mais  perdait leurs qualité de militaire.

 

- En 1776, une ordonnance royale définit les taches des Directions de Port.

Elles sont chargées des mouvements, de l' atelier des cordages et de la garniture...

 

-  La loi du 2 brumaire an IV réorganisant la Marine, redéfinit les taches de la " Direction de Port " en les allégeant. Ce réglement rentre en application jusqu' en 1831.

 

- Le roi louis Philippe réorganise le personnel des " Directions de mouvements des Ports " par l' ordonnance du 23 aout 1831 relative à la conservation et à l' armement des bâtiments de la Marine Royale.

Cette ordonnance crée pour les cinq ports militaires du royaume les escouades de gabiers de port et les escouades de gardiennage, les travaux sont répartis suivant les spécialités ;

Les gabiers, chargés des mouvements des navires...

Les gardiens, chargés de de la surveillance des vaisseaux.

L' ensemble de ce personnel est recruté entre trente et quarante ans, parmi les marins " revenant de mer ", leurs uniforme est celui du personnel de la Marine.

 

- Le décret du 21 novembre 1874 crée le corps militaire des marins vétérans " et lui donne un statue militaire. Leurs attributions sont les mêmes. Il sont répartis en manœuvriers, mécaniciens et chauffeurs. un cadre de maistrance est crée, la tenue reste la même.

- Le décret du 11 novembre 1909 confie aux préfets maritimes le droit d' avancement en grade dans les corps sédentaires de la Marine.

 

- Par décret et arrêté du 18 aout 1926 l' appellation Marin de Direction de Port apparait. La tenue est modifié pour les matelots et quartiers maitres et se présente comme celle des officiers mariniers, sauf les grades.

 

- La guerre de 1939 / 44, impose des conditions draconiennes en ce qui concerne les effectifs militaires, ainsi les le corps des marins de Directions de Ports deviennent civils.

 

- L' ordonnance du 9 aout 1944 rends aux marins de Directions de Ports la qualité militaire.

 

- En 1951, les besoins de la Marine rendent nécessaire une refonte complète du corps.

Par décret du 29 octobre 1951 et l' arrêté du 8 novembre 1951, institue trois grands services utilisateurs :

- Direction de Port.

- Atelier Militaire de la Flotte.

- Centre Automobile Principal.

Le personnel n' est plus interchangeable et doit servir pendant toute sa carriére dans sa spécialité d' origine.

 

- En 1956, une modification de la tenue, introduit le port de la veste à revers avec chemise blanche et cravate noir en remplacement de la veste à col fermé.

 

- L' arrêté du 4 décembre 1962modifie l' appellation du corps qui devient le corps des " Marins de Ports ".

 

- Le décret du 26 aout 1970 crée le corps des agents militaires avec un uniforme à galonnage différent. ( galons inversés )

 

- Le 1er janvier 1976 est crée le corps des " Marins des Ports " avec la reprise de la traditionnelle hiérarchie des équipages de la flotte.

 

Dans ce corps était regroupé plusieurs spécialités :

 

- Les guetteurs sémaphorique.

L' ancien et le nouvelle insigne de spécialité de guetteur sémaphorique.

- Les marins des Directions de Ports ( DP ). http://www.forum-militaire.fr/uploads/monthly_12_2014/post-14-0-14931600-1419534222.jpghttp://www.forum-militaire.fr/uploads/monthly_12_2014/post-14-0-35352800-1419534248.jpg

- Les marins des Centre Automobile Principales ( CAP ).

- Les marins des Ateliers Militaires de la Flotte ( AMF )

- Les marins pompiers ( Marseille, Toulon, Brest, Cherbourg mais aussi Landivisiau, Nîmes-Garons, Hyères... )

- Les agents postaux.

- Les personnels de foyers.

- Les gardiens des locaux d' arrêts.

 

Ces marins avaient la particularité de rentrer par concours sur poste ( un peu comme dans la fonction public ), l' examen d' entrée étant considéré comme Brevet Élémentaire (BE ), autre particularité les équipages ( quartier-maitre et matelot ) portaient la tenue d' officier marinier, avec galons et insigne de spécialité rouge. Ces même personnes passant officier marinier ( second maitre ) sans avoir le Brevet d' Aptitude Technique ( BAT ), celui-ci se passant en interne ( pas de cours à l' école de spécialité ) par examen local, seul le BS étant commun avec celui de la flotte ( en école de spécialité ).

Ces personnels partaient sur volontariat en " campagne " dans les DP, AMF, CAP... d' outre mer

 

Bien avant que l' encre figure sur les pattes d' épaule et épaulettes, les marins des ports avaient leurs insignes de spé de cousue sur celle-ci.

 

http://www.forum-militaire.fr/uploads/monthly_12_2014/post-14-0-25057100-1419534176.jpghttp://www.forum-militaire.fr/uploads/monthly_12_2014/post-14-0-61040900-1419703731.jpg

 

Seul aujourd'hui les marins pompiers ont conservés par tradition le port de la tenue d' officier marinier et la casquette avec écusson rouge pour leurs équipages.

 

Casquette avec écusson brodé rouge des équipages.

 

Quartier maitre de 1er classe des marins pompiers de Marseille.

 

Garde aux drapeaux à Marseille.

 

Inspection chez les marins pompiers de Cherbourg.

 

Le corps des marins des ports allait en contre sens de la politique des Armées et de la Marine d' aujourd'hui, qui ce veut jeunes et mobile...

Les GSBDD ont repris dans leurs fonctions celles des centre autos ( CAP ), les ateliers ( AMF ), suite à la création de la spé ATNAV ont intégré le Service Logistique de la Marine ( SLM ) et les DP sont devenue soutien de la flotte ( SST ) et dépendent des Bases Navales. Toutes ces unités sont dorénavant armés par des marins de la flotte comme n' importe quelle unité de la Marine.

  • Like 1
Link to post
Share on other sites
  • Administrateur

Tenue de marin de port ( suite ) :

 

 

Pour illustrer l' historique, voici quelques exemples ( photos ) de l' évolution de la tenue :

 

Veste d' un quartier maitre de 1er classe à col fermé, porté avant 1956.

 

Tenue d' un quartier maitre de 1er classe, mécanicien de la DP, après 1956 ( vétéran d' Indochine et d' Afrique du nord ), remarquer que l' insigne de spé de mécanicien est conservé sur l' épaule, alors que l' insigne de spé DP est cousue sur les collets.

 

Par la suite, les marins des ports aurons l' insigne ( DP, AMF, CAP... ) d' appartenance cousue sur l' épaule quelque soit leurs spécialités.

Ainsi à la Direction du Port, on trouve des manœuvriers et des mécaniciens, regroupés sous le même insigne DP avec l' ancre central ( voir photo dans le 1er post ).

Mais sur le papier la spécialité est différente et pour chaque port :

 

Ainsi :

- MEDEC = mécanicien/électricien ( à la DP ) Cherbourg

- MANEC = manœuvrier ( à la DP ) Cherbourg

 

- MEDET = mécanicien/électricien ( à la DP ) Toulon

- MANET = manoeuvrier ( à DP ) Toulon

 

- MEDEB = mécanicien/électricien ( à la DP ) Brest

- MANEB = manœuvrier ( à la DP ) Brest

 

- MEDEL = mécanicien/électricien ( à la DP ) Lorient

- MANEL = manœuvrier ( à la DP ) Lorient

 

Tenue de travail d' un marin de port ( quartier maitre ) dans les années 60.

 

Fin des année 90 l' ensemble de ces spécialité fut regroupé en MECDP = mécanicien/électricien de DP et MANDP = manœuvrier de DP, ainsi le personnel n' était plus sédentarisé à un port précis.

 

( le corps des marin des ports, n' existe plus )

 

Dans les Centre Auto Principal ( CAP ) même principe, sous le même insigne sont regroupé mécaniciens, carrossiers, électriciens, moniteurs d' auto/école, conducteurs vl, pl...

Idem pour les AMF, qui regroupent des charpentiers,des voiliers, des chaudronniers, des mécaniciens, des tourneurs/fraiseurs, des électriciens, des mécaniciens d' armes...

Ceux ci sont aujourd'hui regroupés sous l' insigne de spécialité de la flotte ATNAV

 

En lien la carrière actuel d' un personnel de spé ATNAV : http://www.colsbleus.fr/articles/1678 et sur l' AMF Toulon : http://www.netmarine.net/forces/operatio/amf/toulon.htm

  • Like 1
Link to post
Share on other sites
  • 4 weeks later...
  • 2 weeks later...
  • Administrateur

Dans les traditions de la Marine, il est une pièce importante, c' est l' uniforme, pièce maitresse de l' identité d' une Armée.

Celui-ci ce décline en différente tenue, suivant la catégorie de personnel, le lieu, la saison et la mission...

 

Parmi ces tenues, j' ai envie de vous parler de l' une d' entre elle, peu connu du grand publique :

 

La tenue de soirée des officiers.

 

Héritière des tenues de la Restauration ( comme le sabre et la casquette ) la tenue de soirée a succédé à l' habit brodé pour les reception et manifestations mondaines officielles.

Officier de marine en habit.

 

La tenue actuelle a évoluée, notamment  en perdant la " queue de pie " ( habit à basque ) et les ornement de parement de manches, devenant spencer, le gilet blanc à laissé place à une ceinture de soie noir.

 

 

La tenue dans les années 30, ce compose d' un pantalon à bande dorée, d' une chemise blanche à col cassé, d' un nœud papillon, d' un gilet de piquet blanc et d' une veste à basques ( queue de pie ) sur laquelle sont fixé des épaulettes de grade, sur le parement des manches figure une sorte de galon et vague doré.

 

 

Sur cette gravure de Maurice Toussaint datant d' avant la guerre on peut y voire quelques officiers en tenue de soirée, lors d' une réception sur un bâtiment ( on aperçoit les canons au dessus des têtes).

Le lieutenant de vaisseau portant des aiguillettes car appartient à l' état major de l' amiral que l' on aperçoit derrière arborant la cravate de commandeur de la Légion d'honneur.

 

Uniformes de nos officiers en 1914 / 1939, on peut y voir la tenue de soirée très " cintré " sur un lieutenant de vaisseau ( Notez qu' à cette époque les décorations peuvent être porté en barrette sur la poitrine ou en réduction.

 

http://www.forum-militaire.fr/uploads/monthly_02_2015/post-14-0-30882800-1423330103.jpghttp://www.forum-militaire.fr/uploads/monthly_02_2015/post-14-0-11776000-1423330130.jpg

La tenue de soirée de  Jean Gras ( 1879 - 1932 ), contre-amiral, compositeur de musique et inventeur de la règle / rapporteur Gras ( pour la navigation ).

Exemple même du port des décorations sous forme de barrettes ( ou dixmudes )

 

Belle exemple que celui du capitaine de vaisseau Baudouin ( à Cherbourg en 1932 ) où l' on distingue bien l' habit de soirée à basques ( veste à queue de pie ) sur lesquels sont portée les rubans de décorations.On distingue bien les ornements des parements de manches ainsi que le gilet de piquet blanc et la bande dorée du pantalon.

 

Tenue de soirée d' un amiral modèle 1964, avec plaque et cravate.

 

Aujourd'hui ;

 

Tenue 12 et 13 :

- Pantalon de soirée, chemise de soirée, nœud papillon noir, ceinture de soie noir, gants blanc, souliers vernis noir, plaques, cravates et décorations.

 

Tenue 14 et 15 :

- Pantalon de soirée, chemise de soirée, nœud papillon noir, ceinture de soie noir, gants blanc, souliers vernis noir et décorations miniatures.

 

Capitaine de vaisseau ( à gauche ) lors du bal de l' UORRM.

 

Amiraux en tenue de soirée dans le Var, à droite le préfet maritime de la Méditerrané.

Remarquez qu' ils portent le pantalon sans bande dorée.

 

Tenues de soirée pour officiers masculin et féminin ( conservatoire des uniformes à Toulon ).

Aujourd'hui les décorations se portent uniquement ( sauf plaque et cravates ) en miniatures sur le revers du spencer et non sur la poitrine.

( le gilet piquet blanc ne se porte plus mais est remplacé par la ceinture de soie noir, voir les photos précédentes ).

 

Épaulette d' amiral pour spencer.

 

http://www.forum-militaire.fr/uploads/monthly_02_2015/post-14-0-93342900-1423335235.jpghttp://www.forum-militaire.fr/uploads/monthly_02_2015/post-14-0-80235200-1423335284.jpg

Vue de face et de dos du spencer.

A notez que le spencer existe en version blanc pour les régions chaudes

 

Le spencer ne se boutonne pas mais il est maintenu fermé par deux bouton relié entre eux par une chainette.

 

Photo prise sur le vif, du chef d' état major de la Marine lors d' une réception en 2013, en spencer.

 

Je clôturerai le sujet par cette image des cœurs des élèves officiers de l' École navale sur le Charles de Gaulle lors d' une émission diffusé au nouvel an à la télévision.

 

Si des officiers passent par là, ils pourrons compléter ce sujet, car il est difficile de trouver des illustrations, photos, explications et descriptions sur cette tenue qu' il est de bon ton pour un officier de posséder ( ils n' en ont pas tous car cette tenue est relativement couteuse ).

 

Précisons aussi que les enseignes de vaisseaux de réserve et les aspirants ( arrêté de 1975 ) sont autorisés à porter la tenue 22 avec chemise de soirée et nœud papillon comme les officiers mariniers supérieurs.

 

 

 

 

 

 

  • Like 1
Link to post
Share on other sites
  • Administrateur

Désolé, j' ai commis une erreurs ( je ne peux corriger ) il faut lire " le contre amiral Jean Cras "

 

 

Jean Cras : http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Cras

 

Inventeur de la règle Cras

 

 

 

Afin de compléter le sujet :

 

Habit brodé, qui sera remplacé par l' habit à basques ( tunique du commissaire Plivard, vers 1900 )

 

Habit à basques, précurseur du spencer, d' un médecin ( épaulettes et bout de manche en velours  "cramoisi " ).

 

Pour sortir et se protéger de la fraicheur du soir ou du matin, les officiers portaient une cape ( ici, notre médecin dans la période  "entre deux guerre " ).

 

Pantalon à bande or ( l' on peut voir le détail de la bande ).

Porté en " grand spencer ".

 

Spencer blanc ( sans les épaulette ).

  • Like 1
Link to post
Share on other sites
  • 4 months later...
  • Administrateur

Pour changer un peu, parlons des traditions de l' aéronaval.

La fierté des pilotes et des personnels volants, c' est leurs insigne, appelé " macaron " :

IM5450z1WEB.thumb.jpg.f44bb5da443baae8ff

Macaron de pilote.

IM5460z1WEB.thumb.jpg.c4be69dcf5f4c66874

Macaron du personnel volant.

La remise du macaron se fait en le " pêchant " avec la bouche, au fond d' un récipient remplit de champagne.

1280x720-K02.thumb.jpg.52a649a7d03269de7

Démonstration en images : http://www.dailymotion.com/video/x10kdyy_peche-au-brevet-de-pilote-de-l-aeronavale-promo-2012a_news

Les macarons sont numérotés, il faut donc trouver le sien !

 

  • Like 1
Link to post
Share on other sites
  • Administrateur

Ahahahah pas mal cette tradition !

​Avant d' en arriver là, il y a du travail !

Conserver et transmettre les traditions et un moment fort pour un marin.

En parlant du macaron de pilote, une petite explication :

Les pilotes disent :  " l' étoile te guide, les ailes te portent, l' ancre te retient et la couronne t' attend "

  • Like 2
Link to post
Share on other sites
  • 3 weeks later...
  • Administrateur

Étudions aujourd'hui le cérémonial des couleurs.

flag-71112_640.thumb.jpg.17dd5c3bdb0517e

Tout les matins, au levé du soleil ( heures réglés ) les couleurs sont hissés et descendu tout les soirs au couché du soleil ( heures réglés ).

Lors de cérémonies, l' équipage est réuni sur la plage arrière ( ou sur la place d' arme pour les unités à terre ), les hommes sont au garde à vous, le commandement annonce :

" envoyer les couleurs "

L' équipage se découvre, le pavillon est hissé au mat par des marins sans coiffures ni gants, une fois hissé les hommes se recoiffent.

pavillon.thumb.jpg.74091b4521302c7ad14aa

Le soir au même ordre les couleurs sont descendu puis plié :

derniere-ceremonie-a-bord-du-p400-la-rai

- Un marin tient le guindant ( coté bleu ), l' autre le flottant ( coté rouge ).

- Le pavillon est plié en quatre ( ou plus suivant la dimension du pavillon ) dans le sens de la longueur.

- Le marin tenant le flottant plie dessus/dessous le pavillon en s' avançant vers le marin tenant le guindant, jusqu' au milieu du pavillon.

549942_530363430320193_1658839381_n.thum

- Le pavillon est ensuite roulé.

derniere-ceremonie-a-bord-du-p400-la-rai

- Les bouts du guidant sont ensuite noués lui permettant de rester dans cette position.

CDC4567.thumb.jpg.36819073577ff23ebd56d9

Le bleu est alors à l' extérieur.

remise-du-pavillon-tourville.thumb.jpg.d

Ici lors de la dernière descente des couleurs sur le Tourville.

 

  • Like 2
Link to post
Share on other sites
  • 4 months later...
  • Administrateur

Suite à une question d' Aurel, je vais essayer de vous éclairer sur l' histoire et l' évolutions des grades et galons des équipages ( matelots et quartiers maitres ) et des officiers mariniers subalternes ( seconds maitres et maitres ).

Le Mousse et le matelot non breveté :

Les jeunes qui font l' école des mousses perçoivent des vareuses vierges de tout galon, comme autrefois les matelot qui intégraient la Marine avant de faire une école de spécialité, durant ce temps ils étaient appelés " matelots non brevetés ".

ob_1b894a_150311-ecole-des-mousses-001.t

Les mousses ( vareuses dépourvues de tout galons et insigne de spécialité )

5665fc5b94d65_P1020368dclargguerr.thumb.

Matelots non brevetés dans les années 40.

 

A l' issu des classes, les matelots partaient ( pour la plus part ) en école de spécialité, afin d' y être formé a un métier et obtenir leurs Brevet Élémentaire ( BE ), la formation était longue et se terminait à bord et en attendant d' obtenir le BE ils étaient brevetés provisoires. Sur la vareuse ils portaient alors un seul galon rouge sur le haut de la manche gauche, ainsi que l' insigne de spécialité.

4910aa0915a8d88c620b848dffa2e2e89b73557f

Vareuse d' un matelot breveté provisoire fusiliers marin.

 

Une fois breveté, notre matelot portait un galon rouge en bas de chaque manche et pouvait recevoir la distinction ( et non le grade ) de 2éme classe puis de 1er classe.

1637405346_1_3_YChT4DYQ.thumb.jpg.217501

Tenue d' un matelot breveté ( galons rouge en bas des manches et insigne de spécialité, ici fusilier marin ).

 

Les quartiers maitres :

Avec le temps le matelot évolue en grade et deviens quartier maitre de 2éme classe, dans le langage courant du marin " crabe ", il arbore deux galons rouge en bas de chaque manche.

557_001.jpg.26a20bbdee2a7ed46e0b25190fe0

Puis quartier maitre de 1er classe, dénommé aussi quartier maitre chef, appelé dans le langage du marin " choufe ". L' origine viendrait des quartiers maitres chauffeurs ( de machine à vapeur ) qui veillaient sur la pression et de l' arabe choufe : regarder/surveiller.

544_003.jpg.e9d0d20bea5a6e9f5fe6792a8243

Les quartiers maitres chef avaient des privilégies du à leurs grades, trop gradés pour être corvéables mais pas assez pour être responsables. Ils disposaient de leurs tables à la cafétéria et de leurs postes où nul n' aurait oser s' aventurer.

Il existait les quartier maitre chef au dessus de dix ( ans ), appelaient choufes mexicains à cause de leurs galons ; deux rouge et un doré. Ces quartiers maitres ne pouvaient accéder aux grades supérieurs.

566607639a812__57.thumb.JPG.3022cc7b7409

Épaulettes de choufe mexicain.

 

A suivre...

 

  • Like 3
Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.




  • Posts

    • D'accord, mais du coup, en cas de guerre générale quiest mobilisée ?
    • Marcel Burgé est décédé le 02 novembre dernier.     Marcel Burgé. Un Français tranquille. Le 2 mars 1943, Marcel, âgé de 23 ans, ouvrier sidérurgiste, vivant à Pulligny, en Meurthe et Moselle, échappe de peu à une rafle avec de jeunes gens par la Gestapo. Direction l’Allemagne, le STO, ou pire, le camp de concentration Mauthausen. C’est un électrochoc pour ce jeune homme. Un jour, ce sera lui. Juste avant l’été, avec quelques autres, Marcel prend son sac pour se rendre en Espagne et se rallier à de Gaulle.   Au 1er juillet il est arrêté par les Espagnols et emprisonné dans la sinistre prison de Miranda qui accueille cinq fois plus de détenus qu’en temps de paix. Violences et privations. Ce n’est qu’à la veille de l’année 1944 que Marcel est libéré. Échange de prisonniers contre les marchandises américaines. Arrivé au Maroc, Marcel, qui n’a pu de temps à perdre, s’engage aux commandos de France.     Il veut être de la bataille. Mais ce sera un long temps de formation et il voit le 6 juin et le 15 aout se passer de ses services. Le jeune Lorrain bouillonne dans son coin. Enfin, après plusieurs alertes, c’est le départ pour la France le 10 octobre. Le 3 novembre 1944, c’est enfin la vraie guerre, dans les Vosges. Entre les deux dates, Marcel a eu le temps de rencontrer la « môme Piaf » à Lyon, dans un hôpital (Marcel était légèrement blessé). Au combat, pas loin de Gerardmer, Marcel, tireur d’élite, tire dans tous les coins. L’ennemi montre du mordant. Des copains sautent sur des mines. Le grabuge est partout. Marcel, passé en revue par de Gaulle à Besançon le 13 novembre 1944 va combattre presque sans arrêt jusqu’en février 1945. Il aura juste une permission express en décembre pour retourner voir les siens (et un amour…) à Pulligny. En permanence à l’avant-poste, « en pointe toujours » (devise commando) Marcel, désormais en Allemagne, faisant preuve d’un grand décourage « déminera » le terrain de ses camarades. Marcel recevra une citation à l’ordre de sa brigade et de l’armée. Il défilera sur les Champs-Elysées le 18 juin 1945 et sera démobilisé le 11 novembre 1945, reprenant ainsi, son œuvre accomplie, le cours de sa vie.   Marcel a reçu la légion d’honneur le 18 juin 2017.     Photos fonds famille Burgé. ( Source : Rudolph de Patureaux )
    • Pour moi c'est bon, j'ai compris.
    • Oui exact, mais en cas De guerre générale ? Je ne sais pas si c'est compréhensible ce que j'essaye de dire
    • Bonjour, Dans le principe, je pense que c'est possible maintenant pour être certain, le mieux serait de demander à ton CIRFA.