Jump to content
×
×
  • Create New...

Les traditions de la Marine Nationale


Recommended Posts

  • 2 months later...
  • Replies 195
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Top Posters In This Topic

Popular Posts

Je trouve ce post de moins en moins sérieux! 🤣. Et je ne vous félicite pas, marins et autres affiliés de la marine française!  😂

On continue la nav ...   Plus astucieux étaient les surnoms faisant allusions à une caractéristique ou à un travers de leur titulaire :   - CHALLANT de CEVINS dit "le bugalet de pi

Les termes marine suite et fin LETTRE T    TABLE A ROULIS – Table percée de trous – Par gros temps on y met des chevilles appelés violons ou cabillots qui permettent de fixer les objets

Posted Images

Entre parenthèses, je fais du catamaran et un peu de voile (barreur) et des croisières sur des paquebots surtout americain pour le plaisir de la navigation comme une transatlantique. Bon , c'est pas très sportif mais bon marché et à un coté un peu aventurier au rabais ! C'est pas evident pour embarquer autrement....sauf convoyage mais j'ai pas la qualification.je trouve que le site Mer et marine . com est très complet y compris sur l'aspect militaire (réparations, entretiens....) , de plus leur newsletter est pratique et informative. On a le droit bien sûr de venir m'enchetronr si vous êtes pas satisfait de ma proposition .

Bon vent à tous

Link to post
Share on other sites
  • 3 weeks later...
  • Administrateur

Bon parlons de " la Machine ", :ancetre: l' entre, le cœur du navire, le local machine et non la salle des machine.

La machine en bon " terrien " le ou les moteurs, la propulsion !

Sur certain bâtiment il peut y avoir une machine avant et une machine arrière, sans oublier les " aux " ( les auxiliaires ).

La propulsion peut être une chaudière à vapeur, une turbine à gaz, un moteur diesel ... lancement à air comprimé...

Ce lieu, embaumant les doux parfums d' huile, de gaz oïl .. dans une chaleur étouffante avec un bruit assourdissant, est le royaume des mécaniciens, ( MECAN ) ou familièrement ; " bouchon gras " , ces êtres en " bleu de chauffe " ( combinaison de travail ), adorent, que dis je son en adoration :respect: devant ces merveilles de mécanique, au point de leurs donner des noms ; Neptune, Poséidon, ou des noms féminins ...

On peut voir accroché au dessus de ces rutilants moteurs, des gousses d' ail afin de chasser le mauvais œil ! Surtout n' y touchez pas ! :batte:

On y trouve aussi les pompes d' asséchements, les pompes incendie, les émulseurs, pour l' eau douce, les auxiliaires pour la production d' électricité ...

On y trouve des tuyaux, des vannes de toutes les couleurs, rouge : incendie, bleu : air comprimé, marron : huile, violet : gaz oïl, noir : eau de mer ...

A proximité ce trouve le PC machine, local rempli de voyant, d' indicateurs, d' alarmes et de conduite des moteurs.

Link to post
Share on other sites

Merci pour avoir expliqué ton pseudo bouchon gras , c'est très copain comme attitude. Tu sais moi qu'à,d je veux visiter une machinerie

Suis obligé de le faire en croisière , en payant et en négociant en anglais avec le chef car c'est interdit bien sur. Ce qui m' à le plus impressionné c'est la turbine à gaz du GTS millenium. Par contre sur le Costa riviera, un liner qui desservait l'Australie ce qui m'a le plus marqué ormis les pistons et la machinerie A L ÉTAT NEUF et la passion des hommes, je me souviendrai toujours de l'odeur de la salle des machines.

J'aimerai aussi , en rêve bien sur, pouvoir sentir l'odeur d 'un sous marin mais la....

Pourquoi tu dis ces êtres en bleu de chauffe ...c'est des vrais mecs , sains avec des vrais valeurs et s'il on un chef qui comprends cela c'est les plus heureux au monde ....ils aime com'e on aime une femme LEUR machine.

Voilà vous savez pourquoi en plus des cata et autres laser et surprise en voile, je fais des croisières à la con pour les bâtiments en eux mêmes

Link to post
Share on other sites

Pardon pour m'épencher encore un peu publiquement encore sur un truc que j'adore

-je savais pas pour les superstitions dans la salle des machines en mer oui lapin , le vert etc

-j'ai jamais compris que le manque d'intérêt pour la salle des machines du reste de l'équipage , surtout au niveau de la passerelle ! Ils ont rien compris au coeur même du bâtiment (genre commandant du condordia)

-mon grand rêve ,c'est de visiter la salle des machines de l'oasis of thé seas (240 000 ton eaux je crois)

- je n'ai jamais eu accès au PC machine non plus

- la chaleur est aussi un facteur très très important

Je regrette de n'avoir pas pu prendre des photos , des gravures et de ne savoir écrire pour décrire ce milieu , pour le faire mieux connaître mais peut être que c'est mieux ainsi pour que ce milieu reste noble

C'est tout ce que je peux espérer car visiter un tanker ou un porte avion c'est impossible. Me suis déjà fait inviter en instant sur un porte avion US au mess mais bon ...voir des mugs et de l'argenterie. Mais c'est déjà gentil à eux de m'avoir invité bien sur (rade de ville franche sur mer )

Link to post
Share on other sites
  • Administrateur

Je parle du milieu Marine Nationale ; la machine n' est pas sujet à un manque d' intérêt du reste de l' équipage, simplement, c' est pas parce-que on est sur lieu restreint ( bateau ),

que tout le monde ce balade comme " à la maison ". La cuisine est réservé aux cuistot, commis et motels, la passerelle est réservé aux officiers de quart, aux timoniers, bref aux gens qui y travaillent. Chacun a son lieu de travail, par-contre, les équipes d' intervention incendie, doivent connaitre ces lieux !

Quand aux mécanos en bleu de chauffe, c' est juste pour donner une image aux novices.

Je n' ai que très peu parler des machines à vapeur, n' étant pas vaporiste mais c' est aussi très impressionnant, je suis rentré dans une chaudière ( à l' arrêt depuis plusieurs jours, bien sur ! ), je suis rentré aussi dans le cœur nucléaire d' un sous marin ( à l' arrêt aussi ! )

Link to post
Share on other sites

Moi suis condamné à errer sur des paquebots de croisière pour voir un peu tout ça , entre des enfants qui hurlent et des chaises roulantes et en payant. Alors effectivement , un réacteur nucléaire d'un sous marin ...faut pas que je rêve et puis j'aimerai sentir l'odeur d'un sous marin. T'inquietes , suis quelqu'un de très sain et simple. Je sais pas si je me suis fais comprendre c'est tout. Tout comme pour une salle de machine, c'est passionnant.

Pendant ma PMS, patatra réformé Y4! j'avais déjà compris que je ne pourrais jamais embarqué , je voulais être médecin militaire...

C'est tellement informatisé de nos jours que dans une salle des machines c'est moins vivant , le pire c'est à la passerelle ...il ne se passe plus rien. Attention je parle en visiteur d'une demi heure et ce que je comprends en anglais qui est correct sans plus car le vocabulaire technique lui est copieux

Link to post
Share on other sites
  • Administrateur

Il y a dans la Marine des bâtiments " âgés ", où l' informatique n' a pas encore prit la place de l' homme.

Allons faire un tour du coté des lieux de détente et de restauration ;

La cafétéria où ce trouve la rampe, réservé aux équipage ( matelot, quartier-maitre, quartier-maitre chef ) et les jeunes second-maitre, si il n' y a plus de places au carré OM. A la cafétéria il n' y a pas de protocole, on prend un plateau, on passe à la rampe puis on s' installe à table, on mange, on dépose son plateau et on quitte les lieux.

Pour les autres catégories de marins, c' est différent, pas de cafétéria mais des carrés ;

- le carré OM ( officier marinier : second-maitre, maitre )

- le carré OMS ( officier marinier supérieur : premier-maitre, maitre-principal, major )

suivant la taille du bâtiment et le nombre d' officiers ;

- le carré officier ou le carré du Commandant.

- le carré officier subalterne.

- le carré officier supérieur ou carré du Commandant.

Pour les carrés OM / OMS, ça ce passe comme ça ;

Il y a le salon ou bar, comme un vrais bar, avec un comptoir, les consommations sont pointés par le gérant du bar, qui fait aussi la comptabilité et l' approvisionnement. La discussion y va bon train et les consommation avec modération !

Puis on passe à table ( il y a deux services ),Les tables sont dressés; assiette blanche, ancre bleu avec entre-las de cordage de la même couleur, couvert en inox avec ancre. Chacun a sa place, la table machine, pont, artilleur ... chacun à sa serviette.

Le maitre d' hôtel attend le signal pour apporter à chacun son entrée, puis les plat suivant ...jus-qu' au café, puis le maitre d' hôtel débarrasse.

Dans ces carrés, deux personnes y jouent un rôle important :

- le Président ; " le Prés " élu par les membres du carré, il veille à la bonne marche du carré, surveille les dépenses, accueil les invités offre les cadeaux de bienvenue et donne l' autorisation d' invitations pour les gens extérieurs au carré.

- Le " bidou ", c' est le plus jeune dans le grade le moins élevé du carré, sont rôle est d' animer, de fêter les anniversaire, veiller au respect des TG ( tournés générale ) du lors d' infraction du règlement.

Le règlement est affiché à l' entrée du carré, à coté d' une cloche !

  • Thanks 1
Link to post
Share on other sites
  • Administrateur

Le règlement ;

FRÉGATE

LAFAYETTE

CARRE DES OFFICIERS

MARINIERS SUPÉRIEURS

Ce RÈGLEMENT en embarquant tu liras

A défaut de le respecter TG tu paieras

Remarques au Président tu éviteras

Reproches au bidou tu ne feras

Et participer aux animations tu feras

O membres en entrant dans ce LIEU SAINT

Mains tu serreras et bonne humeur tu répandras

Salir ton voisin tu ne feras

L' heure du repas tu respecteras

A table point du travail tu ne parleras

Fumé au carré tu t' interdiras

Au fumoir, non fumeur tu respecteras

Y boire sans excès tu pourras

En quittant ses lieux chanson tu pousseras

Tg , à ta santé nous boirons

Ta table Président il y aura

Et présent en partant il te fera

Le Président Le Bidou

Link to post
Share on other sites
  • Administrateur

Au carré officiers, la table est dressée, nappe blanche, serviettes dans leurs ronds en argent, assiettes de porcelaines blanches ornés d' une ancre et d' entre-la dorés à l' or fin, couvert en argent ...

Le président du carré, dispose d' attributs, c' est une série de petits objets en cuivre jaune, destinées à prévenir et clore les conflits et les malentendus.

- La gaffe : pour celui qui en commet une, lors des repas.

- Le sceau ou le puis : pour un convive qui étales sa science et sa culture.

- L' échelle : pour celui qui veut monter et qui parle d' avancement.

- Le marteau : pour les têtu.

- Le balai et la pelle : pour balayer devant sa porte.

- Le brancard : pour quelqu'un de fatigué, ou malade, ou pour un changement de carré. ( promotion )

- Le cercueil : boite à idée, à la disposition de tous les membres du carré. Le cercueil est ouvert à chaque changement de Président et chaque année au 1er novembre.

Pas de bidou mais le plus jeune officier est chargé de l' animation.

Je laisse le soin à un officier qui passerai par là, de développer le fonctionnement de ce carré.

Link to post
Share on other sites

Au carré officiers, la table est dressée, nappe blanche, serviettes dans leurs ronds en argent, assiettes de porcelaines blanches ornés d' une ancre et d' entre-la dorés à l' or fin, couvert en argent ...

Le président du carré, dispose d' attributs, c' est une série de petits objets en cuivre jaune, destinées à prévenir et clore les conflits et les malentendus.

- La gaffe : pour celui qui en commet une, lors des repas.

- Le sceau ou le puis : pour un convive qui étales sa science et sa culture.

- L' échelle : pour celui qui veut monter et qui parle d' avancement.

- Le marteau : pour les têtu.

- Le balai et la pelle : pour balayer devant sa porte.

- Le brancard : pour quelqu'un de fatigué, ou malade, ou pour un changement de carré. ( promotion )

- Le cercueil : boite à idée, à la disposition de tous les membres du carré. Le cercueil est ouvert à chaque changement de Président et chaque année au 1er novembre.

Pas de bidou mais le plus jeune officier est chargé de l' animation.

Je laisse le soin à un officier qui passerai par là, de développer le fonctionnement de ce carré.

juste pour dire que depuis quelques années, lorsqu'il y a deux carrés officiers (subalterne et commandant), le carré subalterne dispose de la même vaisselle que les OM. Et quitte à faire rêver, verre en cristal, bien entendu ! Je vous raconte pas quand il y a de la casse à cause de la mer ce que ramasse le motel !

Et le plus jeune des officiers ne s’appelle pas le bidou, mais le midship ;) et il a grosso modo le même rôle.

Dans le carré officier, il y a en général un service plus "important", ainsi, le maitre d'hôtel sert les apéritifs.

Pareil, les emplacements des personnes sont dans l'ordre protocolaire français (les personnes les plus importantes en centre de table).

Evidemment, lorsque le carré officier est unique, le rôle de président est donné au commandant.

Sinon, il y a des choses assez bien faite sur netmarine.

Mais un attribut important, le mur, où il manque une pierre, et ce n'est pas un hasard ;)

Link to post
Share on other sites
  • Administrateur

Merci hatonjan ;) pour ces précieux détails de la tradition de la table Française, dans notre Marine.

Un exemplaire du service d' argenterie de l' amiral, est exposé au conservatoire du commissariat de la Marine de Toulon.

N' étant pas officier et ayant que peu de fois eu l' occasion de me rendre dans ces carrés ! ( pour l' apéro, deux ou trois fois !!! ) B)

( J' ai zappé le mur ! :wacko: )

Link to post
Share on other sites

Juste un mot pour dire merci à tous de la part des lecteurs quis'associent à moi j'en suis sûr et on attends la suite car l'expérience humaine est irremplaçable bien sûr.

Link to post
Share on other sites
  • 2 weeks later...

Dans les traditions, on a le pompon, le toucher porterai bonheur. Certains monnaient ce privilège contre un touch'pipi auprès de la gent féminine ...

Un petit article de var matin :

http://www.varmatin.com/toulon/le-pompon-du-marin-collection-ete-2012-a-bord-du-bpc-mistral-a-toulon.942354.html

Ils oublient de préciser que les filles, dotées d'un tricorne, n'ont pas de pompon.

Le nom officiel du pompon rouge est "houppette écarlate".

Link to post
Share on other sites
  • 2 months later...
  • Administrateur

Dans toutes les unités de la Marine, sur tous les bâtiments sont fixés des plaques en bronze, où se détache sur fond bleu, les inscriptions suivantes :

HONNEUR

-
PATRIE
-
VALEUR
-
DISCIPLINE

Ce sont les valeurs de la Marine ;

L' HONNEUR : est la force d' âme qui pousse chacun à se dépasser dans l' action, jusqu’à l' abnégation ; il est également refus de ce qui est bas et vulgaire.

La PATRIE : rappelle aux marins le sens de leurs engagement, celui de servir leur pays.

La VALEUR : s' exprime dans la recherche individuelle et collective de l' accomplissement d' action digne d' estime et démontrant du courage.

La DISCIPLINE : enfin, est la règle qui permet aux énergies individuelles d' être fédérées.

  • Thanks 1
Link to post
Share on other sites
  • Moderator

"....Honneur valeur patrie discipline,

Salut à toi belle école de France, nous graverons dans la pierre et l'airain

Ce beau serment fait de reconnaissance..."

Refrain du chant chanté à Maistrance, j'ai oublié le reste...

Link to post
Share on other sites
  • Administrateur

Parlons d' un objet emblématique ; la cloche !

Présente sur toutes les unités, en bronze, y figure le nom du bâtiment et sa date d' armement. Plus ou moins orné de décorations, plus ou moins grosse. Au bout du marteau, y est fixé la corde.

Imposé à bord par les règles internationales, elle servait à piquer l' heure mais aussi et surtout à prévenir de sa présence en cas de mauvais temps et de mauvaise visibilité.

Chouchouté par le bosco, qui l' astique avec amour, pour les divers escales, cérémonies, visites ...

Une fois le bâtiment désarmé la cloche continue sa vie à terre, gardien de la mémoire de son bâtiment et de son époque.

La cloche du SNLE Le Triomphant

Link to post
Share on other sites
  • Administrateur

Un autre objet de tradition et de collection ; la tape de bouche.

La tape de bouche ; c' est cet objet en bronze, représentant les symboles d' une unité marine, monté sur un socle en bois. Généralement de forme circulaire.

On peux ce la procurer, à la coopérative de l' unité.

Monté sur un socle de bois en forme d' écu, on y rajoute une plaque de laiton sur laquelle est gravé un nom, une date ; de débarquement, de visite ...

Elle est remise à un ôte, par le commandant, le président d' un carré. C' est un symbole fort d' amitié, les unités se les offrent et ornes les carrés, les coursives.

Les Marines étrangères en possèdent également, de formes et de matières divers, dont certaines colorés.

L' origine :

Dans la Marine une tape, c' est un " bouchon ", que l' on trouve principalement sur le pont, ou en machine, pour fermer les caisses ( réservoirs ) à gasoil, à eau, à huile ...

La bouche, c' est l' ouverture d' une pièce d' artillerie.

Donc une tape de bouche, c' est au départ un bouchon servant à obstruer, pour les protéger, l' ouverture des canons d' artillerie.

Au fil du temps, ce bouchon, c' est orné des symboles du " bateau " ( car au début seul les unités embarquées possédaient des tapes de bouche ) ces symboles, sorte d' armoiries, sont agrées par la Marine ( on ne fait pas ce que l' on veut ), coulés en bronze puis fixés sur un socle de bois exotique, d' un diamètre d' environ 12 cm, orné d' un congé ( petite moulure en forme de creux ).

Les marins possèdent en général la tape de bouche, de chacune des unités où ils ont été affectés.

Link to post
Share on other sites
  • Administrateur

Parlons du " Renard ".

C' est une plaque de laiton ajouré sur laquelle figure le grade et le nom, des officiers et des OMS ( Officiers Mariniers Supérieurs ) du bord.

A l' aide d' un taquet, le gradé de coupé, indique si les personnes sont " à bord " ou " à terre ".

( renard du dépôt des modèles et conservatoire, Toulon )

Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.




  • Posts

    • C'est avec tristesse que nous avons appris la disparition de George G. Klein, vétéran de l'armée américaine déployé en Europe en juillet 1944 et blessé en Moselle. Après la guerre, il avait pourtant déclaré qu'il avait débarqué comme Ranger le 6 juin 1944 lors de la célèbre prise de la Pointe du Hoc, ce qui était faux. Un petit mensonge qui avait pris des proportions inimaginables. Adieu George : ton combat pour notre pays ne sera jamais oublié, malgré tout    L'histoire de George G. Klein est celle d'un véritable héros : cet officier est engagé dans l'armée américaine lorsque les Alliés débarquent en Europe. S'il ne participe pas au D-DAY, il est déployé à partir de fin juillet 1944 en France au sein du 46th Field Artillery Battalion (qui appartient à la 5th Infantry Division), combattant en Normandie, en région parisienne puis dans l'est de la France. Il est blessé en Moselle le 17 novembre 1944. Il va survivre à la guerre, étant décoré de la Bronze Star pour bravoure au combat et de la Purple Heart pour sa blessure. Il reçoit également la Légion d’honneur le 6 juin 2015, lors du 71e anniversaire du D-DAY.   Mais voilà, George a toujours voulu être un Ranger. Plus que tout. D'ailleurs, il l'a été, Ranger. Mais en 1943, il se blesse, se cassant la cheville. Il est alors renvoyé de cette unité, parmi les plus exigeantes de l'armée américaine. Il rejoint le 46th Field Artillery Battalion, mais ne peut oublier son échec. Alors quand il apprend que les hommes du 2nd Ranger Battalion, qui ont pris la célèbre Pointe du Hoc, sont célèbres, il s'invente une nouvelle vie militaire.   À partir des années 1990, il raconte à qui veut l'entendre qu'il était l'un de ces soldats d'élite, l’un des 225 hommes du 2nd Ranger Battalion. Leur exploit est célèbre : sous les ordres du lieutement-colonel Rudder, ils ont escaladé une falaise d'une trentaine de mètres afin d'atteindre et prendre possession de la Pointe du Hoc, une imposante batterie allemande, dans les premières heures du D-DAY. Pourtant, dans les premières heures du 6 juin 1944, George se trouve en Irlande du Nord, avec son unité. Bien loin des plages du Débarquement.   Mais l'histoire prend une tournure de plus en plus importante : les médias s'intéressent au Ranger-artilleur-vétéran et en juin 2015, George se retrouve en Normandie, pour le 71e anniversaire du D-DAY auquel il n'a pas participé ! Il y rencontre de nombreux officiels, d'autres vétérans ainsi que des passionnés, dont Marc Laurenceau, de l'association D-DAY Overlord. Ce dernier décide de l'inviter en 2017, pour le 73e anniversaire !   L'association va réunir près de 4000€ pour permettre au vétéran de revenir en Normandie. Et en juin 2017, Il est de retour sur les plages du Débarquement. Il arbore une casque de Ranger et est présent à la Pointe du Hoc. Il prend même place dans un avion qui l'amène dans les airs, au-dessus des plages et de la Pointe du Hoc. Mais le mensonge est trop gros.   Marc Laurenceau et d'autres historiens, dont l'auteur Marty Morgan et Gary Stern, propriétaire du musée de la batterie de Maisy, se rendent compte du pot aux roses : l'histoire de George Klein ne colle pas avec les informations qu'il a donné. Lui qui précise avoir été l'un des officiers de la Company F du 2nd Ranger Battalion, il n'est retrouvé sur aucun roster, les listes officielles de chaque unité tenues par l'armée américaine.   Pire encore, en aout 2017, plusieurs vétérans du 46th Field Artillery Battalion témoignent et affirment que George appartenait bien à leur unité et qu'il était en Irlande le 6 juin 1944 ! Une fois les vérifications faites, le doute n'est plus possible : George a menti. Il n'a jamais été en Normandie. Mais pourquoi le vétéran a-t-il inventé un tel mensonge ? Pour enjoliver son histoire ? En souvenir de son échec au sein des Rangers ? Par solitude et envie d'attention ?   Mais Marc Laurenceau insiste : il est hors de question d'envoyer au purgatoire le vétéran, selon lui incapable "de se sortir de ce mensonge" et pourtant un soldat décoré au combat et héros de guerre. En 2017, il n'avait cessé de sourire, de rire, de signer des autographes, de parler à toutes les personnes qui venaient à lui. Un petit mensonge, pour un grand homme, qui vient de s'éteindre et nous quitter. Adieu George, et merci pour tout, malgré tout.   Cette histoire en rappelle d'autres : plusieurs vétérans avaient ainsi enjolivé leurs parcours, à l'image de Howard Manoian, qui s'était fait passer pour un parachutiste de la 82nd Airborne Division ayant sauté en Normandie le 6 juin 1944, alors qu'il appartenait à la 33rd Chemical Company, pourtant débarquée le 8 juin 1944. Ou encore Eugene A. Cook Jr, qui racontait à tout le monde qu'il avait sauté en Normandie au sein de la Company A du célèbre 506th Parachute Infantry de la 101st Airborne Division. Alors qu'il était incorporé au 401st Field Artillery Battalion ayant combattu en 1945 en Allemagne. Source : D-Day Overlord (Facebook), Marc Laurenceau & France 3       C'est avec une immense tristesse que nous apprenons la disparition de William 'Bill' Galbraith, parachutiste au sein du 506th Parachute Infantry Regiment, rendu célèbre dans la série télévisée Band of Brothers, vétéran du D-DAY, des combats en Normandie et de l'opération Market Garden, où il fut grièvement blessé. Il venait de fêter son 97e anniversaire   William P. Galbraith nait en janvier 1924 dans la ville de Pasadena, en Californie. Fils unique, il déménage avec sa mère à Long Beach. Il est profondément marqué par l'attaque japonaise sur Pearl Harbor le 7 décembre 1941, alors qu'il n'a pas encore 18 ans : il campe sur le toit de sa maison, armé d'une carabine Winchester, dans l'attente d'une possible invasion japonaise. Finalement, le 9 septembre 1942, il décide de s'engager. Il est envoyé à Fort Mac Arthur, où il décide de s'enrôler dans les Marines. Mais il est refusé, étant daltonien. William, qui veut malgré tout se battre, décide de rejoindre l'arme parachutiste, en cours de formation. Il est directement envoyé à Toccoa, en Géorgie : il est assigné à la Company I du 506th Parachute Infantry Regiment, 3rd Battalion. Cette unité est l'une des premières du genre et doit servir à tester les capacités de troupes parachutistes. Bill reçoit une formation intensive à Toccoa, comme tous les hommes. On lui attribue le rôle de mitrailleur, recevant une arme d'un calibre de .30. De Toccoa, le régiment est transféré à Fort Benning. C'est dans ce camp que les hommes vont recevoir leur formation de parachutiste. Bill réalise ses cinq sauts de qualification à Fort Benning et gagne ses ailes. Les parachutistes de la 101st Airborne Division reçoivent ensuite une formation complémentaire au Camp Mackall. Désormais, la 101st est prête pour envahir l'Europe : l'unité est transférée en Angleterre en septembre 1943. Finalement, après des mois d'entraînement, le 5 juin 1944, Bill se retrouve sur l'aérodrome d'Exeter, où sa compagnie, la Item, monte à bord de leurs avions C-47 Skytrain pour l'invasion de la Normandie, en France. La Company I est l’une des dernières à être parachutée en Normandie. Bill atterrit près de Saint-Come-du-Mont où il rencontre le First sergent Paul W. Garrison, également de sa compagnie. Garrison s'est blessé à la cheville lors du saut de nuit : Bill décide de rester avec lui. Finalement, les deux hommes tombent nez à nez avec un groupe du 501st Airborne Infantry Regiment, également de la 101st Airborne, à proximité de la zone de combat dite de Hell’s Corner. Après d'intenses affrontements, lorsque les choses se calment finalement, Bill et Garrison arrivent à rejoindre leur unité. Le 13 juin, le troisième bataillon participe à proximité du manoir de Donville, à la bataille dite de Bloody Gulch, l'un des plus sanglant affrontement de la bataille de Normandie : les parachutistes américains sont confrontés à des paras allemands du 6. Fallschirmjäger Régiment et des SS de la 17. SS-Panzergrenadier-Division. Au cours de l'attaque, Bill couvre l'attaque. Et le 28 juin, son régiment est relevé de la ligne de front et est renvoyé en Angleterre. Bill est alors promu Technician 4th grade et est assigné à la S-3 section du HQ-3 du 506th PIR. Mais après quelques semaines de repos, la division doit retourner au combat : l'invasion aéroportée des Pays-Bas, l'opération Market Garden. Avec son unité, Bill atterrit parfaitement sur la zone de largage prévue. Le 3e bataillon est déployé au soutien du 2e bataillon dans sa capture d'un pont sur le canal Wilhelmina. Mais alors que le combat tourne à l'avantage des Américains, le pont est détruit par l'ennemi. Le lendemain matin, le 18 septembre, le 3e bataillon est de l'attaque sur la ville d'Eindhoven. Bill assiste à la mort de son officier, le Captain Kiley, avant d'être à son tour touché : deux canons allemands de 88 mm, installés sur la Woenselsestraat et le Kloosterdreef, prennent pour cibles les paras américains. Bill est touché par des éclats d'obus à la jambe, puis lors d'une seconde salve, à l'épaule. C'est un Néerlandais, Piet Klompemaker, qui va aider Bill à s'en sortir vivant, lui prodiguant les premiers soins. Finalement, le médecin Alvin 'Bill' Kidder, de la Company I, retrouve Bill. Il refait de nouveaux soins au para, panse du mieux qu'il peut les blessures et fait rapatrier Bill à l’hôpital de campagne de la 326th Airborne Medical Company. Bill est opéré en urgence le même jour. Il se réveille finalement le lendemain. La guerre est terminée pour lui ! Il est envoyé à Bruxelles dans une ambulance britannique et embarque sur un C-47 à destination de l'Angleterre, où il est opéré de nouveau : les médecins retirent tous les éclats d'obus qu'ils peuvent. Dans les jours qui suivirent, il est renvoyé aux États-Unis par navire-hopital, arrivant juste avant Noël 1944. Recipiendaire de nombreuses décorations, dont la Bronze Star, la Purple Heart et la Légion d'honneur, Bill était venu à plusieurs reprises en Normandie, lors de différentes commémorations. C'est l'auteur américain spécialisé dans l'histoire militaire de la Seconde Guerre mondiale et de la 101st, Ian Gardner, ami de Bill, qui a annoncé son décès. Sa disparition laisse un grand vide dans la communauté. Adieu Bill. Source : ww2marketgarden.com & museumofthebigbend.com       Normandie. Le vétéran britannique Len Cox est décédé à l'âge de 97 ans Histoire. Len Cox était un vétéran de la bataille de Normandie. Il a débarqué le 6 juin 1944 à Gold Beach et a participé à la libération de Bayeux. Il est décédé mardi 23 février.     Len Cox est décédé le mardi 23 février à l'âge de 97 ans. Il revenait souvent sur le territoire, comme ici en 2016 à Arromanches, et avait participé à la libération de Bayeux.   "Nous venons d'apprendre la disparition de notre ami et plus fidèle visiteur, Len Cox, vétéran de la bataille de Normandie", s'est désolé le musée du Débarquement d'Arromanches, dans une communication, le vendredi 26 février. Len Cox, vétéran britannique, est décédé le mardi 23 février à l'âge de 97 ans. Il  avait débarqué le 6 juin 1944 sur Gold Beach. Depuis, comme sur notre photo à Arromanches en 2016, à l'occasion du 72e anniversaire du Débarquement, il revenait très régulièrement sur le territoire et notamment au musée du Débarquement. Il a participé à libérer le Bessin sur les plages, mais aussi dans les terres : il a en effet fait partie des libérateurs de la ville de Bayeux, le 7 juin. Dans le cadre des différentes commémorations, il est revenu dans la capitale du Bessin. Len Cox faisait partie du Glouscestershire regiment. Il avait été appelé dans l'armée le 18 juin 1942. Au cours de la bataille de Normandie, le 5 juillet 1944, il a été blessé par balle, puis soigné à Bayeux, dans un hôpital de campagne. https://www.lamanchelibre.fr/actualite-930999-normandie-le-veteran-britannique-len-cox-est-decede-a-l-age-de-97-ans?fbclid=IwAR09orCjjvjm8YYne5fjCInpOM086Km2MBpw4vwgaSub7CPVOLEQgEhrJWM
    • pas forcement pour moi ça te mets minimum en 3 ( donc apte opération type VOA ops ) mais après ça dépend de chacun .  pour la pms EM , seul le médecin peut te donner un avis ferme, mais à mon avis ça devrait aller pour la PMS . Pou   le voa notamment ops , c'est différent .
    • Bonjour, Dans un épisode des Têtes Brûlées " Pépé " et Harachi As de l'aviation japonais en changeant de canal dans leur avion communiquent et se parlent. Pure fiction ? Ou cela est arrivée que des pilotes ennemis se parlent ? Merci pour vos éclairages !
    • Ils ont accepté que tu fasses un test antigénique 72H avant l’incorporation?    Moi mon conseiller m’a dit qu’ils acceptent que des tests PCR... 
    • Bonjour, je vous explique, pendant une année d'alternance, au travail j'ai découvert des symptômes au cœur (Tachycardie de bouveret) je l'ai dis a mon médecin on a fait plusieurs expertise et je me suis finalement fait opérer pour enlever cette Tachycardie.  Ceci étant pour rentrer dans l'armée, si j'aurais envisagé le civil on aurait laisser cette maladie dite "bénine" sans trop de danger. Mes médecins (CARDIO, RYTHMO etc mon dit ok pour l'armée)  Maintenant je n'ai plus du tout ce problème de cœur tout marche parfaitement, niveau sport je m'entraine au luc léger, tractions et squats quasi tout les jours, donc niveau cardio tout est ok.  Je voulais juste savoir si quelqu'un avait déjà eu ce problème et avait passé une visite médicale. Etant en règle de partout tant physiquement que mentalement je n'ai point envie de mentir.  J'ai envie entre guillemet de commencé ma vie d'adulte sincèrement et en toute honnêté juste pour ma conscience aussi. Bien sur cette maladie ne peut revenir donc je suis guéri a vie (après sait on jamais ahah) mais voila normalement no souci.  Juste pour me renseigner, mais personnellement j'ai envie d'être sincère a 100% sur tout ce que je pourrais dire la bas.