Jump to content

Détails uniformologiques


Alexis Simon

Recommended Posts

Bonsoir à tous,

 

Pour commencer je remercie Bouchon Gras de son petit message, concernant la rubrique dans laquelle je dois vous interroger.

Je recherche des informations sur le port de la cravate noire, à savoir :

Où doit-elle être portée avec la marinière bleue et le col amovible blanc?

Quel genre de nœud doit la nouer?

Combien de rayures du tricot rayé doit-on voir?

Un membre du forum aurait-il une paire de guêtres blanches du modèle 2ème guerre à céder?

Merci de vos réponses.

Cordialement.

Alexis

 

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur

De rien, c' est pour plus de lisibilité et augmenter les chances de réponses.  ;)

 

Pour te répondre, la cravate noire, dite ; " régate " se porte passé sous le col bleu ( amovible ) et la vareuse, puis passe sous le revers blanc, puis glisse naturellement dans la vareuse, pour se nouer à l' intérieur de celle ci, le nœud devant être apparent.

( Ce n' est pas facile à expliquer, c' est clair pour moi mais... )

 

La cravate est porté avec la tenue bleu et la tenue blanche. ( attention, durant les années 30/45, la vareuse blanche se porte sur le rayé et non la coloniale comme aujourd'hui )

 

Le nœud de cravate, est nœud très simple, comme un nœud de lacet de chaussure mais sans serrer.

On doit voir sept rayures, ( selon la tradition ; pour sept victoires, la cravate noir en signe de deuil pour Trafalgar.)

 

Je cherche des illustrations pour que cela soit plus explicite.

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur

Je te met quelques photos où tu pourras voir la cravate :

 

tenue bleu actuelle :

 

 

et une tenue blanche ancienne ( celle en fond est beaucoup plus vieille et ne correspond pas à la période qui t' intéresse ) :

 

 

A titre d' exemple les cols bleu anciens ( les deux pointe se positionne devant et le morceau rectangulaire, se met dans le dos, le lacet passe dans les deux pointes et retient le tout, autour du corps. )

 

 

et les cols actuels, qui se boutonnent directement sur la vareuse ( ils devraient être parfaitement repassé ).

 

 

N' ayant pas trouvé de schéma plus explicatif, je recommence donc ;

 

Sur ton mannequin, tu enfile le rayé, puis tu met le col, la partie rectangulaire dans le dos, les pointes devant et tu noué le lacet autour du corps. Tu relève le col sur l' arrière de la tête, tu enfile la vareuse. Tu définie la moitié ( ou l' axe ) de la cravate et tu la positionne entre le col et la vareuse à l' emplacement de la nuque, laissant les deux pointe descendre sur le devant du corps, puis avec ses deux extrémités tu fait un nœud comme une écharpe et tu la rentre dans la vareuse, ne laissant que le nœud paraitre de l' échancrure de la vareuse. Tu rabaisse le col sur le dos et le tour et joué !

 

Es ce plus clair ? :marinquestion:

Link to comment
Share on other sites

Merci beaucoup, ça va bien m'aider dans cette reconstitution d'un marin du Strasbourg en 1942 à Toulon .

Pour les photos il ne manque plus que le mannequin.

Mais dès que j'ai trouvé, c'est promis je poste les photos .

Cordialement.

Alexis

Link to comment
Share on other sites

De rien, c' est pour plus de lisibilité et augmenter les chances de réponses.  ;)

 

Pour te répondre, la cravate noire, dite ; " régate " se porte passé sous le col bleu ( amovible ) et la vareuse, puis passe sous le revers blanc, puis glisse naturellement dans la vareuse, pour se nouer à l' intérieur de celle ci, le nœud devant être apparent.

( Ce n' est pas facile à expliquer, c' est clair pour moi mais... )

 

La cravate est porté avec la tenue bleu et la tenue blanche. ( attention, durant les années 30/45, la vareuse blanche se porte sur le rayé et non la coloniale comme aujourd'hui )

 

Le nœud de cravate, est nœud très simple, comme un nœud de lacet de chaussure mais sans serrer.

On doit voir sept rayures, ( selon la tradition ; pour sept victoires, la cravate noir en signe de deuil pour Trafalgar.)

 

Je cherche des illustrations pour que cela soit plus explicite.

 

bonsoir,

pouvez-vous m'indiquer  le nom des sept victoires s'il vous plait

merci

A bientôt

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.



  • Posts

    Janmary

    Posted

    L’actualité est au ballon Chinois traversant haut dans le ciel l’Alaska, le Canada et les Etats-Unis d’Amérique. Il n’y a pas de surprise. Un peu d’Histoire sur les ballons. Quelques idées sur les projets et les réalités.   Un Français, Camille Rougeron, polytechnicien et ingénieur naval, ayant participé aux conceptions de notre flotte de guerre entre les deux conflits mondiaux fut par la suite nommé au Ministère de l’Air toujours avant le second conflit mondial. Il fut un théoricien avertit de nombres de conceptions d’armes par la suite et auteur de nombreux ouvrages avant et après guerre (1939-1945). Par exemple on lui doit, la formulation du chasseur-bombardier qui affiche un poids de bombe équivalent à un bombardier lourds à puissance égale rapportée au cheval avec la vitesse d’un chasseur après lancement. Les bombes, bombes planantes pour l’attaque à grande distance et torpilles assistés par fusées qui donnèrent la roquette anti-char par la suite durant le second conflit mondial. Les obus d’artillerie avec une puissance additionnelle après le tir qu’il appelé obus –fusée et qui donna lieu au mortier de 120 mm de l’Armée par la suite. Etc.Etc.   Un ouvrage doit être retenu pour une innovation entre autre, à savoir = La guerre nucléaire. Armes et parades. – 1962 – Chez Calmann-Levy   Le but proposé par l’auteur étant l’attaque par ballon de sites agricoles et industriels. Il s’agissait d’un ballon d’un diamètre de 30 mètres, possible de fabrication à l’époque puisque utilisé par des ballons du type « Echo 1 » pesant moins d’une centaine de kilos. Il aurait eu un volume de 10.000 mètres cubes (pi.R au cube) avec un mélange gazeux Sachant qu’un kilo d’explosif TNT dégage 10 Kilocalories et un hydrocarbure 10.000 à 11.500 Kilocalories par kg, et qu’un kg de gaz représente 1 mètre cube, c’est environ 10 tonnes de gaz  qu’aurait comporté ce ballon.  Or, le gaz est énergiquement plus puissant qu’un explosif puisque le rapport calorifique des gaz est supérieur à la tolite par exemple dans le rapport précité soit  10 tonnes de gaz représente 100 tonnes de tolite.     Nous pouvons donc voir qu’un « ballon inoffensif  de 30 mètres de diamètre » peut provoquer des dégâts non négligeables si l’on peut l’amener sur un objectif. Certains ballons ont pu être contrôlés par radio pour acquérir des vents favorable à des altitudes assez élevés (Test d’un ballon en 1954, lâché de Vernalis en Californie, il monta à 11300 mètres. Il fut contrôlé pendant 52 heures pendant un trajet de 10.080 km. Il atterrit à Badajoz en Estrémadure, Espagne).   En 1955, Explorer II, avec un poids de 2950 kg pour 105.000  mètres cubes améliora encore les caractéristiques et purent avoir épaisseurs d’enveloppe de 0,01 à 0,06 mm.   La détection de ces ballons peut poser des problèmes. Pourquoi ce Ballon Chinois a-t-il pu survoler l’Alaska puis le Canada avant le survol des USA ? Ballons (gonflé à l’hélium) météo ou de surveillance avec transmission d’informations électroniques (fréquences RADAR, photos aérienne de sites sensibles, etc.).   C’était l’objet des réflexions de ce sujet. Mais un innocent ballon peut-être éventuellement une arme.   Notes = L’aviation de bombardement – 1936 - en deux volumes – Chez Lavauzelle Les enseignements aériens de la guerre d’Espagne – 1940 – Chez Lavauzelle Les enseignements de la guerre de Corée – 1952 – Chez Berger-Levrault Les applications de l’explosion thermonucléaire – 1956 – Chez Berger-Levrault Le pétrole thermonucléaire - 1959 -  Chez Berger-Levrault Ainsi que de très nombreux écrits dans plusieurs ouvrages scientifiques et militaires.  

    Fred689

    Posted

    Tireur d'élite ou de précision? https://www.defense.gouv.fr/terre/actualites/etre-tireur-delite-tireur-precision

    HernanF

    Posted

    Un Rafale monoplace de la Force aérienne de l'Émir du Qatar (QEAF). 📷 Dassault Aviation

    berogeitabi

    Posted

    N’oublions pas que les renseignements américains avaient averti l’Europe de la menace russe aux frontières de l’Ukraine et que l’Europe n’ya pas cru.  Donc, sur ce que prévoit les américains sur la non reprise par l’Ukraine des territoires occupés, nous avons peut-être intérêt à les écouter.    D’autant que dans le même temps, ces américains viennent de signer un accord de coopération militaire avec les Philippines (jusque-là plutôt tournée vers la chine)  justifiant d’une présence militaire accrue sur des bases philippines, ceci pour contrecarrer la volonté Chinoise de contrôler la majeure partie des eaux asiatiques tout en étant plus à même d’intervenir en cas de conflit chinois avec Taiwan. 

    Janmary

    Posted

    Il semble qu'il y a des soucis pour l'administration Américaine. Ces derniers en effet n'envisage vraiment pas la reprise des territoires occupés par la Russie du fait de l'augmentation en ligne des Forces de la Fédération Russe dû a la mobilisation de l'ordre de 500.000 hommes, de changement de tactique, de la prise en compte de leurs échecs passés, de la suppression des relais de télécommunications pour éviter le réparage des téléphones portable des appelés, Etc.Eetc. En effet l'Administration Américaine voudrait régler le problème Russo-Ukrainiens dans les 6 mois. En effet, les USA pensent que le conflit Chine Continentale et Taïwan sera à l'ordre du jour. Depuis 1949 ou les Nationalistes Chinois du général Tchang Kai-Chek ayant perdu la guerre contre les Forces Communistes de Mao Tsé Toung en Chine Continentale, se sont réfugiés à Formose, appelé Taïwan désormais. Décidemment, notre planète est bien malade.
×
×
  • Create New...