Jump to content

Coiffe Gendarmerie


sophonie

Recommended Posts

Bonjour à tous, 

Pour ma simple culture personnel j'aimerais savoir quelle est la différence entre les coiffes ?particulièrement entre le calot et la casquette : pourquoi une fois on voit des gendarmes avec des calots et une autre fois avec des casquettes?? 

Merci d'avance pour vos réponses.

Link to comment
Share on other sites

  • Spécialiste

Bonjour,

 

Le calot ou "bonnet de police" est utilisé particulièrement par les unités motocyclistes (type peloton motorisé) et par les gendarmes mobiles.

 

La casquette elle, est en dotation dans toutes les unités de Gendarmerie (au même titre que le calot) mais est plus communément utilisée dans les unités départementales type brigades.

 

Il n'y a pas de différence à proprement parlé, certaines coiffes sont prévues pour un certain type de tenue (la 4S, qui est la tenue de maintien de l'ordre des Gendarmes Mobiles par exemple).

 

La plupart du temps, le port du calot ou de la casquette réglementaire dépend du souhait du commandant de compagnie, qui préfère l'un ou l'autre ou bien qui n'en impose pas en particulier. Le but étant que l'unité et ses patrouilles soient uniformes.

 

En école Gendarmerie, les élèves Gendarmes et Gendarmes Adjoints revêtissent la casquette bigeard  quand ils sont en treillis et la casquette réglementaire lorsqu'ils sont en bleu. Le calot quant à lui vient en récompense, après un certain laps de temps ou une épreuve particulière. La compagnie peut donc le porter par la suite. Il fait partit des attributs "d'ancienneté" des élèves en école et il est en général très attendu par ces derniers.

 

J'espère avoir répondu à votre question :mobile:

Link to comment
Share on other sites

  • Moderator

Bonjour,

 

La casquette est en dotation dans toutes les unités, hormis la gendarmerie mobile et les unités de sécurité routière (il est plus facile de plier un bonnet de police et de le mettre dans sa poche qu'une casquette pour ensuite porter un casque).

Cependant, les gendarmes ont rapidement fait montre d'un certain dédain de cette casquette, en raison de son côté peu esthétique. La DGGN a donc autorisé le port du bonnet de police pour les autres unités.

Link to comment
Share on other sites



  • Posts

    ArmandT

    Posted

    Bonjour, La semaine prochaine je me rends au CSO de Lyon dans la spécialité Officier Sous-Contrat Pilote et je suis en train de réfléchir si je reporterai où non la date des sélections  en raison de mon niveau physique. En effet je réalise 14 tractions complète et 54 squats en 60 secondes, le bémol est pour le luc-leger où je n'arrive pas à dépasser le palier 8. Je me dis que sur le moment ma motivation et mon dépassement de soi sera extrême donc je pourrai surement arriver au palier 9. Que pensez-vous de mes statistiques sachant je me présente en tant que futur OSC-P. Cordialement.

    Thierry7402

    Posted

    Un officier du 91e RI de Charleville   Un autre des troupes coloniales Bonne soirée et encore merci pour votre aide       

    Thierry7402

    Posted

    Merci beaucoup pour ces premières identifications. Pour le soldat allemand ça confirme mon appréciation. Il s'agit pourtant de la photo utilisée et communément admise pour illustrer le père d'Arthur Rimbaud, Frédéric Rimbaud dont j'ai écris justement la biographie (l'Honneur du Capitaine Rimbaud). Les raisons du choix de cette photo sont toujours un mystère même si ce personnage a un visage très particulier.  Bonne soirée 

    Bouchon-Gras 49

    Posted

    Bonjour, Je lis Rimbaud père sur le descriptif de la photo. Hors : Frédéric Rimbaud entre dans l'infanterie, comme simple recrue, en 1832. Il est alors âgé de 18 ans. Doté d'une bonne instruction et d'une intelligence certaine, il est presque aussitôt promu sergent-major. En 1841, il obtient le grade de lieutenant et est envoyé à Oran, en Algérie, où il participe à la conquête du pays, ainsi qu'à l'expédition du Maroc, en 1844, contre les troupes d'Abd el-Kader, soutenant les Algériens dans leur lutte contre la domination française. En 1850, Frédéric Rimbaud est rapatrié, promu capitaine en 1852, et affecté à la garnison de Mézières, dans les Ardennes. En 1854, il reçoit, pour les postes occupés en Algérie, la distinction de Chevalier de la Légion d'honneur. Jusqu'en 1856, il participe épisodiquement à la guerre de Crimée, opposant le Royaume-Uni et la France à la Russie, et pour laquelle il reçoit la médaille de Crimée. De retour de Crimée, le capitaine est affecté à Grenoble. En 1859, il participe à la campagne d'Italie, guerre d'indépendance opposant la France et le royaume de Piémont-Sardaigne à l'empire d'Autriche, pour laquelle il reçoit la médaille de la valeur militaire sarde. En 1864, Frédéric Rimbaud quitte l'armée pour se retirer près des racines paternelles, à Dijon, en Côte-d'Or. (Source : Wikipédia) Le personnage en photo porte un uniforme de style allemand, en tout cas pas français. Sergent chef (à l'époque ; un chevron = sergent, deux chevrons = sergent chef, trois chevrons = sergent major) du 91ème régiment d'infanterie dans les années 1880 (entre 1870 et 1910) Ce militaire du 71 -ème régiment d'infanterie (empreinte de la grenade sur les bouton en laiton) porte une épaulette à franges et contre épaulette en canetille (broderie d'or) qui nous indique un lieutenant ou sous-lieutenant, malheureusement les galons en bas de ses manches ne sont pas visible. Période 1870-1890. Cavalier du 15ème régiment de Hussards, reconnaissable à son dolman bleu azur.   Sur la photo on aperçoit également sur la gauche de la photo, les plumes de casoar que l'on voit en entier ci dessus. Photo de conscription IIIème République (1870-1910).   Pour les autres, je regarderai demain.  
×
×
  • Create New...