Jump to content

Recommended Posts

  • Administrateur

« Un homme d’explosions brusques et de feu aux yeux gris et perçants », ainsi le décrit le commandant Hélie Denoix de Saint Marc qui le considère comme un des « deux capitaines [qui] ont eu une importance capitale dans ma vie […] C’était un solitaire. Il affrontait le destin de manière rageuse et désenchantée, sans céder un pouce sur la fierté, son moteur le plus sûr. »

3421290-4921667.jpg

Ajoutons à ces traits de personnalité une stature physique imposante et un visage, une « gueule de guerrier » . Tel se présente Roger Faulques au lecteur. Il est né à Koblentz, en 1924, d’un père adjudant au 4e RTA et d’une mère pyrénéenne. Deux de ses oncles sont tombés au Champ d’Honneur pendant la Grande Guerre. C’est tout naturellement que, élevé dans un milieu imprégné des valeurs militaires, il va préparer Saint-Cyr à Toulouse.

Mais la fermeture de l’École fin 1942 y met un terme et en mars 1944 il rejoint la Résistance, le célèbre Corps-Franc Pommiès, puis il fera la campagne de France avec la 1re Armée de De Lattre, il a vingt ans, est caporal et reçoit sa première citation en Alsace.

Son ascendant sur ses coéquipiers et sa bravoure le font remarquer par ses chefs qui l’envoient à l’École militaire interarmes de Coëtquidan. Il y intègre la promotion Victoire, en juillet 1945, où il se liera avec d’autres futures figures légionnaires,

« Loulou » Martin, Louis Stien et Georges Hamacek. Il en sortira sous-lieutenant fin décembre 1945 et choisit la Légion étrangère.

OPN-Roger-Faulques-4.jpg

Le sous-lieutenant Faulques est affecté au 3e REI avec lequel il débarque en Indochine le 25 avril 1946. C’est sur cette terre d’Asie que va se forger sa légende. Il la quittera, après trois séjours, en 1954 avec 7 blessures, 8 citations (dont 5 à l’ordre de l’Armée) et aura été fait chevalier à vingt-trois ans puis promu officier de la Légion d’Honneur à vingt-cinq ans !

Grièvement blessé lors des combats pour dégager le poste de Phu Tong Hoa, il est rapatrié en Métropole en octobre 1948. Il y trouve « l’incompréhension si ce n’est l’hostilité » et n’a qu’une hâte, « retrouver ces amitiés, ces dévouements noués dans les dangers partagés ». Sa convalescence achevée, il va effectuer les stages de spécialité parachutiste à Pau et se retrouve affecté au 3e BEP, à Sétif, puis au 1er BEP qu’il rejoint à Hanoï en avril 1950. Il y prend le commandement du PEG (peloton d’élèves gradés) dont il va faire l’unité d’élite du régiment.

Retenons le plus célèbre de ses faits d’armes, le 6 octobre 1950 : celui de la sortie du cirque de Coc Xa. Une seule issue pour les unités, 11e Tabor et 1er BEP, encerclées par le Viet Minh (VM), le passage de La Source, tenu par l’ennemi. C’est par une percée héroïque que le lieutenant Faulques, à la tête du PEG, au prix de pertes énormes et de plusieurs blessures graves, dans « un corps à corps démentiel », permettra aux assiégés de sortir du piège des Viets. Ce sera, hélas, un court répit et bon nombre de « survivants » des combats de la RC4 tomberont encore ou seront fait prisonniers.

Seul officier rendu par le VM, en raison de son état jugé désespéré, il est évacué à Hanoï où, décoré sur son lit d’hôpital, il expliquera vertement aux autorités présentes sa façon de penser sur les erreurs de commandement lors de l’affaire de la RC4. Les soins se poursuivront au Val-de-Grâce, à Paris, pendant deux années au cours desquelles il épousera son infirmière dévouée, Madeleine Rigail, le 12 avril 1952. À peine rétabli, il demande à repartir en Indochine et il débarque à Hanoï en février 1953 où il rejoint le Groupement des commandos mixtes aéroportés (GCMA) formé d’ethnies hostiles aux VM et chargés de harceler les arrières ennemis. Il va y faire merveille. Mais le désastre de Diên Biên Phu sonnera le glas de la présence française. Faulques quittera l’Indochine le cœur gros, laissant derrière lui huit années de sa vie, « les plus riches et les plus exaltantes ». Il écrira plus tard, parlant des « survivants de cette épopée », dans ce qui est un parfait autoportrait : « Soldats de l’impossible, sans calcul, sûrs d’eux-mêmes et orgueilleux de leurs sacrifices, ayant enterré dans cette terre d’Extrême-Orient leurs illusions de jeunesse et les meilleurs de leurs camarades, ce qui est peut-être le prix à payer pour vivre en hommes. »

Après de nombreux examens médicaux, il rejoint le 1er REP en avril 1955 à Zéralda, commandé par le chef de bataillon Jeanpierre. Il y retrouve une unité très soudée autour d’officiers de valeur : Saint Marc, Loth, Loulou Martin, Ysquierdo, Bonelli et, bientôt, son grand ami Robin. L’entraînement est intensif et il force l’admiration en atterrissant sur un pied, lors des sauts en raison d’un vieux souvenir de Coc Xa… Après l’affaire de Suez dont l’échec renforce l’impression de trahison qu’éprouvent les soldats vis-à-vis de la classe politique, c’est le retour en Algérie où le FLN crée un climat de terreur, en particulier à Alger, en posant des bombes dans les lieux publics, bars, stades, écoles, etc. En juin 1957, le pouvoir politique confie les pleins pouvoirs de police à la 10e DP, commandée par le général Massu. La ville va être quadrillée en secteurs répartis par régiments. Dans celui du REP, c’est le capitaine Faulques qui est responsable du renseignement. La Police refusant de lui fournir ses dossiers, il en organise le cambriolage. Des prêtres sont complices des poseurs de bombes ? Il les arrête ! Scandalisé par la vue des soutanes, son chef de corps, le Lcl Brothier, lui ordonne de les relâcher : « Faulques, obéissez. Je peux briser votre carrière ! – Vous ne briserez rien du tout, je vous flanque ma démission. J’en ai marre de cette armée de dégonflés. Au revoir et bonne carrière. »

téléchargement (1).jpg

Les interventions de Jeanpierre et de Massu lui rendront justice, il restera. L’obtention des renseignements ne va pas sans violence et une campagne de presse va se développer contre « la torture en Algérie » dont Faulques sera une des principales victimes et qu’il traitera par le mépris. Quoi qu’il en soit, la bataille d’Alger est gagnée et le FLN définitivement éradiqué. Il est alors affecté à l’état-major de la 10e DP mais le fort caractère de Faulques ne le pousse pas à obéir à n’importe quel supérieur, surtout si celui-ci n’est pas originaire de la Légion étrangère…

Muté au 2e REP en août 1960, il retrouve son ami Cabiro, avec lequel il va monter quelques belles opérations. Il n’est pas dupe des changements de cap de De Gaulle en Algérie et doit, par ailleurs, faire face aux accusations de torture : il en est à sa 23e citation à comparaître devant le juge d’instruction… Écœuré par ce contexte politico-judiciaire, il demande sa mise en disponibilité de l’Armée en janvier 1961, décision difficile mais inévitable. Il quitte l’Algérie avec deux nouvelles citations et la cravate de commandeur de la Légion d’Honneur à trente-cinq ans.

Mais la guerre continue pour lui puisque, pendant encore dix-neuf ans, il encadrera des mercenaires français au Katanga, au Yémen puis au Biafra, de 1961 à 1968, et qu’on le verra, ensuite, jusqu’en 1980 en Arabie saoudite, en Éthiopie, au Liban et même en Chine comme conseiller d’une entreprise privée très discrète… On peut avoir une idée des événements du Katanga à travers le roman de Lartéguy, Les Chimères noires, dont le personnage du héros, La Roncière, est inspiré de Roger Faulques.

En 1968, il est accusé par L’Express d’avoir torturé deux militants communistes en Algérie, Maurice Audin et Henri Alleg. Il assignera l’hebdomadaire en diffamation et le fera condamner fin 1969.

En 1980, le commandant Faulques prend une retraite discrète à Nice, il sera promu grand officier de la Légion d’Honneur en 2004.

téléchargement.jpg

Le 30 avril 2010, pour le 147e anniversaire du combat de Camerone, c’est lui, suprême distinction, qui est désigné par le commandement de la Légion étrangère pour porter « La Main » du capitaine Danjou, relique insigne présentée chaque année, sur le front des troupes, à Aubagne, sur la Voie Sacrée du 1er Étranger, par un Ancien particulièrement représentatif des valeurs de la Légion. Il confiera plus tard qu’à ce moment, il ne lui aurait « pas déplu de mourir sur la Voie Sacrée au milieu des légionnaires ».

Cet honneur viendra couronner les mille vies de ce guerrier qui s’éteindra un an plus tard, le 6 novembre 2011. Il aura parcouru le monde, les armes à la main durant trente-six ans, de 1944 à 1980. Vies qu’il résumera en confiant à un journaliste niçois : « Nous nous sommes bien amusés ! » 

(Source: Défense)

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.



  • Posts

    CorentVal

    Posted

    Merci beaucoup pour cette réponse !

    Bouchon-Gras 49

    Posted

    Accident mortel sur la RN4 à Ligny-en-Barrois : un gendarme tué en service et un autre gravement blessé. Un accident de la circulation s’est produit ce jeudi matin, un peu avant 7 h 30, dans la montée de Ligny-en-Barrois, en Meuse. Il implique une voiture de gendarmerie et un poids lourd. Les circonstances de la collision sont encore indéterminées, a indiqué le procureur de la République de Bar-le-Duc, Sofian Saboulard. Le passager avant droit de la voiture, un militaire de la brigade des flux de Ligny-en-Barrois, est décédé. Les pompiers ont procédé à des opérations de désincarcération pour extraire le passager arrière droit, gravement blessé. Quatre militaires se trouvaient à bord du véhicule. Le conducteur et le passager arrière gauche sont indemnes. Les gendarmes se rendaient en formation à Etain. Une enquête a été ouverte pour homicide involontaire par le procureur de la République, qui se trouvait sur place. (source : est républicain)     L'équipe et les membres du forum-militaire.fr s'associent pour exprimer leurs sincères condoléances à sa conjointe, sa famille et aux proches. Nous souhaitons un prompt rétablissement aux blessés.  

    Commando Anonyme

    Posted

    Bonjour j’aurais voulu rentrer à l’école des mousses et j’aurais 16ans le 2juin puis-je prendre rendez-vous dans un Cirfa de Marine pour faire mon dossier de candidature et mon entretien de motivation à 15 ans ? Puis le 2juin j’aurais 16ans   

    Commando Anonyme

    Posted

    Bonjour je veut rentrer à l’école des mousses et j’espère que quelqu’un réussiras à me répondre j’aurais 16ans en juin es que  à 15ans je peut prendre rendez-vous dans un cirfa pour faire ma candidature et mon entretien de motivation ? Pour que à 16ans je rentre à l’école des mousses 

    Bouchon-Gras 49

    Posted

    Bonjour, Tous militaires et réservistes est éligible à cette décoration, cependant il doit  justifier de 60 jours d'activités PROTEC, ces jours doivent être effectuées au cours de l'ESR (activités saisies par les BARH / SAP dans RH@psodie au vu de l'état nominatif des activités du réserviste opérationnel) suite a un compte rendu d'activité. https://www.info-reglement.terre.defense.gouv.fr/index.php/fr/decorations/205-medaille-de-la-protection-militaire-du-territoire Voir également les textes de ton armée, dans la Marine, il faut faire de la PROTEC et être armé, ce qui désigne spécifiquement les fusiliers marins et écarte un certain nombre de personnes qui participe à cette mission mais sans arme.  
×
×
  • Create New...