Jump to content

Disparition du Général François Meyer, le général défenseur des harkis.


Bouchon-Gras 49

Recommended Posts

  • Administrateur

Le 10 juin 2022 à Clamart est décédé un Grand Monsieur Défenseur des droits des harkis, le général François Meyer

287503581_1126499654576237_1596563949522478437_n.png

- L'appel du général François Meyer -

" Il faut que les associations de harkis se réunissent sur un tronc commun, bien sûr il y a des opinons différentes, un tronc commun pour présenter, élaborer d'abord des propositions et les faire courir pour que la presse en parle. Pour qu'un tas de députés de sénateurs, hommes politiques soient au courant. " Général François Meyer - Bourg-Lastic (63) le 26 août 2017

Fils d'un ingénieur et officier dans l'armée de l’air , François Meyer grandit à Versailles. Il étudie à l'École spéciale militaire de Saint-Cyr et choisit la cavalerie .

Il participe à la guerre d'Algérie comme lieutenant au 23e régiment de spahis en Oranie entre 1958 et 1962. Il dirige successivement deux harkas, d'abord chef de commando du secteur opérationnel de Géryville puis à Bou Alam.

À l'issue du conflit, qui se solde par l'indépendance de l'Algérie, 80 000 harkis et leur famille sont massacrés par des Algériens alors que le gouvernement français rechigne à rapatrier ces anciens supplétifs de son armée.

François Meyer parvient toutefois à sauver 350 personnes d'abord installés dans des camps du Larzac et de Sissonne , cherchant ensuite des villages français pour les accueillir, qu'il trouve finalement sur le plateau du Roure (Lozère). Les harkis qui s'y installent deviennent agriculteurs .

François Meyer s'emploie ensuite à entretenir la mémoire de ses anciens compagnons d'armes, dans la presse et dans des colloques, publiant par ailleurs un livre à leur sujet en 2005.

Le 14 avril 2012, le président de la République Nicolas Sarkozy l'élève à la dignité de grand-officier de la Légion d’honneur .

Le 20 septembre 2021, le président de la République Emmanuel Macron lui remet ses insignes de titulaire de la grand-croix de la Légion d'honneur, à l'occasion d'une réception à l'Élysée consacrée aux Harkis.

--------------------------------------------------------------------------

BIOGRAPHIE

Lieutenant au 23ème régiment de spahis durant la guerre d’Algérie, François Meyer organise le départ de 350 harkis à l’indépendance. ll les aide à s’installer en France, nouant de solides liens au fil des ans. À 82 ans, le général Meyer poursuit son combat pour leur reconnaissance.

287712515_1126500044576198_5520402015188014044_n.png

Il est des hommes pour qui les termes honneur et parole donnée ont un sens. Si beaucoup l’ont oublié, d’autres nous le rappellent, non par de beaux discours, mais par des engagements pris tout au long de leur vie, dans la droite ligne des valeurs qu’ils défendent. Le général François Meyer est de ceux-là. Le « sauveur de harkis », comme le présente souvent la presse, n’est pas du genre à disserter sur les raisons de son engagement en faveur de ces anciens soldats musulmans de l’armée française qui ont combattu pendant la guerre d’Algérie. Pour expliquer sa conduite, il préfère citer Christophe Colomb : « Il est de tradition, chez les amiraux de Castille, de choisir la mort plutôt que d’abandonner un seul de ses hommes. »

Le général François Meyer, nommé le sauveur de harkis par la presse

Né en 1933, Francois Meyer grandit à Versailles. Son père est ingénieur et officier dans l’armée de l’Air. Marqué par la défaite de la France en 1940, le jeune homme décide de servir son pays. Sorti de Saint-Cyr en 1957, il choisit la cavalerie.

En novembre 1958, lieutenant au 23e régiment de spahis, il rejoint l’Oranie, dans le nord-ouest algérien. « J’ignorais quasiment tout des Français musulmans, comme on les appelait alors, lorsque j’ai pris mon commandement auprès de ces hommes, supplétifs, engagés ou appelés. » À cette époque, le discours officiel est clair. « L’Algérie est organiquement française aujourd’hui et pour toujours », clame le général de Gaulle qui lance aux musulmans : « Venez à la France, elle ne vous trahira pas ! »

Au contact de ses hommes, le lieutenant Meyer découvre la richesse d’une culture, la dignité d’un peuple. Il apprend l’arabe et se familiarise avec les coutumes locales.

« rester avec eux quel que soit le dénouement de la lutte »

En dépit des déclarations publiques, il doute de l’issue du conflit : la libre autodétermination et la victoire annoncée du Front de libération nationale (FLN) apparaissent chaque jour plus probables. Les harkis, qui ont choisi la France par fidélité ou refus des exactions sanglantes du FLN, se sentent floués. Le lieutenant Meyer leur fait la promesse de « rester avec eux quel que soit le dénouement de la lutte ».

En mars 1962, les accords d’Évian sont signés, l’Algérie devient indépendante. Pour autant, la fin de la guerre ne signifie pas l’arrêt des violences. La France, qui avait promis de garantir la sécurité de ces hommes qui l’avaient servie, les abandonne à la vengeance du FLN. Alors que l’armée française plie bagages, le lieutenant Meyer refuse de laisser ses hommes. Leur mise à l’abri est inefficace ; leur transfert vers la France lent. On les encourage à rester au pays. Il parvient à organiser deux convois, en juin et en juillet 1962. Ainsi, près de 350 personnes échappent à une mort certaine quand, durant l'été, de 60 000 à 80 000 harkis sont massacrés.

Si les protégés du lieutenant Meyer sont en sécurité dans des camps du Larzac et de Sissonne, quid de leur avenir dans l’Hexagone ? « Le général de Gaulle avait annoncé que la France les protégerait et les établirait. Je devais également tenir cette promesse. »

Chaque week-end, il parcourt le sud de la France à la recherche de villages où pourraient prendre corps des projets d’insertion. C’est en Lozère qu’il les trouve. Une chaîne de solidarité se met en place. Les harkis se lancent dans l’exploitation agricole du plateau du Roure et commencent leur intégration.

287558119_1126499811242888_1270225290890629738_n.png

Les liens tissés ne se distendent pas. Tandis qu’il poursuit sa carrière militaire en France et en Allemagne, François Meyer continue à rendre visite à ses anciens compagnons d’armes, leur apportant aide et conseils. Il les défend dans la presse, au cours de conférences, écrit un livre intitulé Pour l’honneur… avec les harkis et lutte aujourd’hui encore pour la reconnaissance du bien-fondé de leur engagement pendant la guerre d’Algérie.

Oui, le général Meyer sait ce que veulent dire honneur et parole donnée.

(Source: Rédigé par Harkis Dordogne / Les Commandos de Ponchardier)

 

C’est en 1958 que le jeune lieutenant Meyer, futur général de brigade rejoint le 23e régiment de spahis cantonné à Saïda. Il prend en janvier 1960 le commandement du commando 133 dit Griffon en Algérie, composé de Spahis et de tirailleurs harkis.

Lors de sa création, en 2018 le peloton d’Aide à l’Engagement Amphibie (PAEA) du 1er régiment de spahis s’est vu hériter des traditions du commando 133.

287877615_3217897391807007_2984479362686158928_n.jpg

Il y a un an, le général Meyer a remis aux spahis du peloton PAEA (Griffon) le fanion original du commando 133. Ce fanion est l’incarnation même du devoir de mémoire permettant de transmettre les traditions du commando griffon 133 aux générations futures.

(source : 1er régiment de Spahis)

 

 

Nous avons rendu aujourd'hui les honneurs funèbres militaires au général de brigade François Meyer.

287300447_447938983824845_5737570803440970623_n.jpg

Jamais sa voix n’a cessé de clamer la cause des harkis. C'était sa manière d’honorer la parole qu’il a donnée à ses frères d’armes il y a 60 ans dans une montagne au sud d’Alger.

287544893_447939067158170_1345448751010713429_n.jpg

287496957_447938993824844_6323135340651697416_n.jpg

(Source : Sébastien Lecornu, Ministre des Armées).

 

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.



  • Posts

    Semmerade

    Posted

    Bonjour, je recherche d’où vient l’insigne sur le col de cette photo avec le numéro 3 ? Je ne retrouve pas cette forme de feuille avec la barre ailleurs. Normalement il y a une grenade ou une étoile  merci ! Photo

    Bouchon-Gras 49

    Posted

    Nous apprenons avec tristesse le décès soudain en service d’un Gendarme mobile de l’escadron 32/3 de Luçon en Guyane. Cet adjudant-chef de 50 ans, a succombé à une embolie pulmonaire le 19 juin alors qu’il était détaché en Guyane avec son unité. Mickaël Desbois était marié et père de trois enfants. (Source : la voix du gendarme)   L'équipe et les membres du forum-militaire.fr s'associent pour exprimer leurs sincères condoléances à la famille, aux proches et à ses frères d'armes.

    HernanF

    Posted

    L’escadron Normandie-Niemen fête ses 80 ans avec un Rafale C aux couleurs uniques pour marquer l’occasion.

    Bouchon-Gras 49

    Posted

    Oui, et l'intérêt c'est que les militaires ou anciens militaires souffrants de stress post-traumatique sachent vers qui ce tourner et ne surtout pas rester seul face à ces blessures.

    Heïdi

    Posted

    Bonjour,   Grâce a eux, cela mets aussi en lumière ces différentes associations d'aides .
×
×
  • Create New...