Jump to content

Infirmière diplômée d'état


Shaw54

Recommended Posts

Bonjour, 

 

Je rentre à l'école d'infirmière en septembre, et j'aimerais devenir infirmière à l'armée de terre après avoir obtenu le diplôme.

 

On ma dit que je pourrais travailler QUE en hôpital militaire, vu que je ne suis pas allé à l'école du personnel paramédical des armées (EPPA). 

Je voulais savoir si c'était vrai ? 

Car je souhaite partir en OPEX. Si ce qu'on m'a dit n'est pas vrai, après m'être engagé comment sa se passe ? Quel est la journée type d'une infirmière à l'armée ? Au bout de combien de temps je peut partir en OPEX ?

 

Excusez moi de toutes ces questions, je m'y connait pas trop et je réfléchis beaucoup à mon avenir en ce moment. 

Link to comment
Share on other sites

  • Moderator

Bonjour,

 

Je suis pas infirmier mais j'en connais, dont une qui à intégré un régiment TDM directement après st maix, car elle était diplomée avant de s'engager... et était sur l'opération serval avec moi... !

 

Si tu es IDE, tu es déjà formée, il te manque que la formation Militaire (ENSOA) et stages nécessaire pour partir en OPEX (Secours au combat Niveau 1&2, etc....).

 

J'ai envie de te dire que "on" est un con ! pourquoi tu aurais pas accès à un SMA dans une BAN, BA ou Terre ? rien ne t'en empêche.

 

Je précise aussi qu'a la sortie de l'EPPA les marinettes, aériennes ou terriennes ! peuvent allez là ou elles veulent suivant leurs classements générale.

Pour résumer une infirmière marine qui à fais maistrance peut se retrouver dans un régiment d'infanterie de l'armée de terre .

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Merci beaucoup pour votre réponse. 

 

La formation militaire c'est 8 mois c'est sa ? 

 

C'est lors d'un entretien pendant ma PMD qu'on m'a dit sa, mais en reposant la question à d'autres on me disait le contraire donc je ne savais plus trop. 

Link to comment
Share on other sites

  • Spécialiste

Bonjour,

 

Je suis pas infirmier mais j'en connais, dont une qui à intégré un régiment TDM directement après st maix, car elle était diplomée avant de s'engager... et était sur l'opération serval avec moi... !

 

(...)

Elle n'était pas partie au 21 ?

 

Je pose la question car entrer dans l'armée est une chose, être infirmier en unité opérationnelle en est une autre. J'ai connu un médecin qui a due gérer une jeune infirmière qui a demandé un régiment TDM soi disant pour faire de l'opérationnel et qui a due être relevé en Afghanistan car elle craquait. ça peut arriver aux meilleur.s Mais au final, sa véritable motivation était qu'elle a demandé ce régiment pour un rapprochement familial, rien d'autre. Elle est affecté en hôpital depuis.

Vaut mieux savoir dans quoi on met les pieds.

A contrario, j'ai bossé avec des infirmières en régiments para et il n'y avait aucune différence entre ce qu'elle faisaient et les paras qu'elles soutenaient. Crapahuter avec 20 kg sur le dos, c'est le quotidien d'un infirmier de terrain.

 

Pour la faire courte: tu as 2 options:

Tenter l'entrée en école sous off après l'école et accéder à une unité.

Ou t'engager directement comme MITHA ou tu iras feras une formation militaire plus courte en vue d'être affecté en HIA pour 3 ans minimum. Après quoi tu pourras théoriquement demander une mutation vers un CMA d'unité.

Je te conseil de faire de la réserve dans une unité de l'armée de terre (ou autre selon tes aspirations) pour confirmer ton projet. Ainsi, tu sauras mieux ou tu mettras tes mieds.

Dans les 2 cas, tu pourras partir en OPEX. En rôle 2 ou 3 (unité médico chirurgicale équipé légèrement ou lourdement selon le niveau) si tu es en hôpital, en rôle 1 (équipe médecin/infirmier et auxiliaire sanitaire) en soutien direct d'unité sur le terrain si tu es en CMA (Centre médical des armées = infirmerie d'unité).

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

  • 4 weeks later...
  • 2 years later...

Bonjour,

 

Je suis pas infirmier mais j'en connais, dont une qui à intégré un régiment TDM directement après st maix, car elle était diplomée avant de s'engager... et était sur l'opération serval avec moi... !

 

(...)

Elle n'était pas partie au 21 ?

 

Je pose la question car entrer dans l'armée est une chose, être infirmier en unité opérationnelle en est une autre. J'ai connu un médecin qui a due gérer une jeune infirmière qui a demandé un régiment TDM soi disant pour faire de l'opérationnel et qui a due être relevé en Afghanistan car elle craquait. ça peut arriver aux meilleur.s Mais au final, sa véritable motivation était qu'elle a demandé ce régiment pour un rapprochement familial, rien d'autre. Elle est affecté en hôpital depuis.

Vaut mieux savoir dans quoi on met les pieds.

A contrario, j'ai bossé avec des infirmières en régiments para et il n'y avait aucune différence entre ce qu'elle faisaient et les paras qu'elles soutenaient. Crapahuter avec 20 kg sur le dos, c'est le quotidien d'un infirmier de terrain.

 

Pour la faire courte: tu as 2 options:

Tenter l'entrée en école sous off après l'école et accéder à une unité.

Ou t'engager directement comme MITHA ou tu iras feras une formation militaire plus courte en vue d'être affecté en HIA pour 3 ans minimum. Après quoi tu pourras théoriquement demander une mutation vers un CMA d'unité.

Je te conseil de faire de la réserve dans une unité de l'armée de terre (ou autre selon tes aspirations) pour confirmer ton projet. Ainsi, tu sauras mieux ou tu mettras tes mieds.

Dans les 2 cas, tu pourras partir en OPEX. En rôle 2 ou 3 (unité médico chirurgicale équipé légèrement ou lourdement selon le niveau) si tu es en hôpital, en rôle 1 (équipe médecin/infirmier et auxiliaire sanitaire) en soutien direct d'unité sur le terrain si tu es en CMA (Centre médical des armées = infirmerie d'unité).

Bonjour,

 

Je suis pas infirmier mais j'en connais, dont une qui à intégré un régiment TDM directement après st maix, car elle était diplomée avant de s'engager... et était sur l'opération serval avec moi... !

 

(...)

 

Elle n'était pas partie au 21 ?

 

Je pose la question car entrer dans l'armée est une chose, être infirmier en unité opérationnelle en est une autre. J'ai connu un médecin qui a due gérer une jeune infirmière qui a demandé un régiment TDM soi disant pour faire de l'opérationnel et qui a due être relevé en Afghanistan car elle craquait. ça peut arriver aux meilleur.s Mais au final, sa véritable motivation était qu'elle a demandé ce régiment pour un rapprochement familial, rien d'autre. Elle est affecté en hôpital depuis.

Vaut mieux savoir dans quoi on met les pieds.

A contrario, j'ai bossé avec des infirmières en régiments para et il n'y avait aucune différence entre ce qu'elle faisaient et les paras qu'elles soutenaient. Crapahuter avec 20 kg sur le dos, c'est le quotidien d'un infirmier de terrain.

 

Pour la faire courte: tu as 2 options:

Tenter l'entrée en école sous off après l'école et accéder à une unité.

Ou t'engager directement comme MITHA ou tu iras feras une formation militaire plus courte en vue d'être affecté en HIA pour 3 ans minimum. Après quoi tu pourras théoriquement demander une mutation vers un CMA d'unité.

Je te conseil de faire de la réserve dans une unité de l'armée de terre (ou autre selon tes aspirations) pour confirmer ton projet. Ainsi, tu sauras mieux ou tu mettras tes mieds.

Dans les 2 cas, tu pourras partir en OPEX. En rôle 2 ou 3 (unité médico chirurgicale équipé légèrement ou lourdement selon le niveau) si tu es en hôpital, en rôle 1 (équipe médecin/infirmier et auxiliaire sanitaire) en soutien direct d'unité sur le terrain si tu es en CMA (Centre médical des armées = infirmerie d'unité).

Bonjour,

En lisant les différentes discussions sur ce forum, j'ai cru comprendre que vous étiez infirmier militaire. J'en profite donc pour vous poser une petite question : je suis ESI en 2eme année d'un ifsi civil et j'aurais voulu savoir si l'on peut travailler dans un CMA dès l'engagement ou s'il faut obligatoirement commencer par un HIA ? Si l'on peut aller directement en CMA quelle est la démarche à suivre ?

Merci d'avance pour votre réponse 

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur

Bonjour.

Tu remontes là un sujet datant de 2013, ce qu'il faut éviter de faire., les intervenants de ce sujet n'étant plus forcément actifs sur le fil de cette discussion. 

De plus, mais cela tu ne peux pas le savoir, Pendemonium ne vient plus sur le forum.

N'attends donc pas de réponse de ce côté là.

Link to comment
Share on other sites

  • 1 year later...
Le 14/07/2013 à 18:41, Pendemonium a dit :

Elle n'était pas partie au 21 ?

 

Je pose la question car entrer dans l'armée est une chose, être infirmier en unité opérationnelle en est une autre. J'ai connu un médecin qui a due gérer une jeune infirmière qui a demandé un régiment TDM soi disant pour faire de l'opérationnel et qui a due être relevé en Afghanistan car elle craquait. ça peut arriver aux meilleur.s Mais au final, sa véritable motivation était qu'elle a demandé ce régiment pour un rapprochement familial, rien d'autre. Elle est affecté en hôpital depuis.

Vaut mieux savoir dans quoi on met les pieds.

A contrario, j'ai bossé avec des infirmières en régiments para et il n'y avait aucune différence entre ce qu'elle faisaient et les paras qu'elles soutenaient. Crapahuter avec 20 kg sur le dos, c'est le quotidien d'un infirmier de terrain.

 

Pour la faire courte: tu as 2 options:

Tenter l'entrée en école sous off après l'école et accéder à une unité.

Ou t'engager directement comme MITHA ou tu iras feras une formation militaire plus courte en vue d'être affecté en HIA pour 3 ans minimum. Après quoi tu pourras théoriquement demander une mutation vers un CMA d'unité.

Je te conseil de faire de la réserve dans une unité de l'armée de terre (ou autre selon tes aspirations) pour confirmer ton projet. Ainsi, tu sauras mieux ou tu mettras tes mieds.

Dans les 2 cas, tu pourras partir en OPEX. En rôle 2 ou 3 (unité médico chirurgicale équipé légèrement ou lourdement selon le niveau) si tu es en hôpital, en rôle 1 (équipe médecin/infirmier et auxiliaire sanitaire) en soutien direct d'unité sur le terrain si tu es en CMA (Centre médical des armées = infirmerie d'unité).

Bonjour

Je me permets de revenir sur cette discussion étant étudiant en 3éme année civil (résultat du DE en Juillet) je souhaiterai intégrer le SSA. J'ai ouvert un dossier.
Si je reprends vos explications deux possibilités sont ouvertes aux IDE civil :

-Passé par le recrutement du SSA

-Passé par le recrutement Sous officier (n'importe quelle spé?) avec le DE en poche? 

 

Merci

Link to comment
Share on other sites



  • Posts

    Janmary

    Posted

    L’actualité est au ballon Chinois traversant haut dans le ciel l’Alaska, le Canada et les Etats-Unis d’Amérique. Il n’y a pas de surprise. Un peu d’Histoire sur les ballons. Quelques idées sur les projets et les réalités.   Un Français, Camille Rougeron, polytechnicien et ingénieur naval, ayant participé aux conceptions de notre flotte de guerre entre les deux conflits mondiaux fut par la suite nommé au Ministère de l’Air toujours avant le second conflit mondial. Il fut un théoricien avertit de nombres de conceptions d’armes par la suite et auteur de nombreux ouvrages avant et après guerre (1939-1945). Par exemple on lui doit, la formulation du chasseur-bombardier qui affiche un poids de bombe équivalent à un bombardier lourds à puissance égale rapportée au cheval avec la vitesse d’un chasseur après lancement. Les bombes, bombes planantes pour l’attaque à grande distance et torpilles assistés par fusées qui donnèrent la roquette anti-char par la suite durant le second conflit mondial. Les obus d’artillerie avec une puissance additionnelle après le tir qu’il appelé obus –fusée et qui donna lieu au mortier de 120 mm de l’Armée par la suite. Etc.Etc.   Un ouvrage doit être retenu pour une innovation entre autre, à savoir = La guerre nucléaire. Armes et parades. – 1962 – Chez Calmann-Levy   Le but proposé par l’auteur étant l’attaque par ballon de sites agricoles et industriels. Il s’agissait d’un ballon d’un diamètre de 30 mètres, possible de fabrication à l’époque puisque utilisé par des ballons du type « Echo 1 » pesant moins d’une centaine de kilos. Il aurait eu un volume de 10.000 mètres cubes (pi.R au cube) avec un mélange gazeux Sachant qu’un kilo d’explosif TNT dégage 10 Kilocalories et un hydrocarbure 10.000 à 11.500 Kilocalories par kg, et qu’un kg de gaz représente 1 mètre cube, c’est environ 10 tonnes de gaz  qu’aurait comporté ce ballon.  Or, le gaz est énergiquement plus puissant qu’un explosif puisque le rapport calorifique des gaz est supérieur à la tolite par exemple dans le rapport précité soit  10 tonnes de gaz représente 100 tonnes de tolite.     Nous pouvons donc voir qu’un « ballon inoffensif  de 30 mètres de diamètre » peut provoquer des dégâts non négligeables si l’on peut l’amener sur un objectif. Certains ballons ont pu être contrôlés par radio pour acquérir des vents favorable à des altitudes assez élevés (Test d’un ballon en 1954, lâché de Vernalis en Californie, il monta à 11300 mètres. Il fut contrôlé pendant 52 heures pendant un trajet de 10.080 km. Il atterrit à Badajoz en Estrémadure, Espagne).   En 1955, Explorer II, avec un poids de 2950 kg pour 105.000  mètres cubes améliora encore les caractéristiques et purent avoir épaisseurs d’enveloppe de 0,01 à 0,06 mm.   La détection de ces ballons peut poser des problèmes. Pourquoi ce Ballon Chinois a-t-il pu survoler l’Alaska puis le Canada avant le survol des USA ? Ballons (gonflé à l’hélium) météo ou de surveillance avec transmission d’informations électroniques (fréquences RADAR, photos aérienne de sites sensibles, etc.).   C’était l’objet des réflexions de ce sujet. Mais un innocent ballon peut-être éventuellement une arme.   Notes = L’aviation de bombardement – 1936 - en deux volumes – Chez Lavauzelle Les enseignements aériens de la guerre d’Espagne – 1940 – Chez Lavauzelle Les enseignements de la guerre de Corée – 1952 – Chez Berger-Levrault Les applications de l’explosion thermonucléaire – 1956 – Chez Berger-Levrault Le pétrole thermonucléaire - 1959 -  Chez Berger-Levrault Ainsi que de très nombreux écrits dans plusieurs ouvrages scientifiques et militaires.  

    Fred689

    Posted

    Tireur d'élite ou de précision? https://www.defense.gouv.fr/terre/actualites/etre-tireur-delite-tireur-precision

    HernanF

    Posted

    Un Rafale monoplace de la Force aérienne de l'Émir du Qatar (QEAF). 📷 Dassault Aviation

    berogeitabi

    Posted

    N’oublions pas que les renseignements américains avaient averti l’Europe de la menace russe aux frontières de l’Ukraine et que l’Europe n’ya pas cru.  Donc, sur ce que prévoit les américains sur la non reprise par l’Ukraine des territoires occupés, nous avons peut-être intérêt à les écouter.    D’autant que dans le même temps, ces américains viennent de signer un accord de coopération militaire avec les Philippines (jusque-là plutôt tournée vers la chine)  justifiant d’une présence militaire accrue sur des bases philippines, ceci pour contrecarrer la volonté Chinoise de contrôler la majeure partie des eaux asiatiques tout en étant plus à même d’intervenir en cas de conflit chinois avec Taiwan. 

    Janmary

    Posted

    Il semble qu'il y a des soucis pour l'administration Américaine. Ces derniers en effet n'envisage vraiment pas la reprise des territoires occupés par la Russie du fait de l'augmentation en ligne des Forces de la Fédération Russe dû a la mobilisation de l'ordre de 500.000 hommes, de changement de tactique, de la prise en compte de leurs échecs passés, de la suppression des relais de télécommunications pour éviter le réparage des téléphones portable des appelés, Etc.Eetc. En effet l'Administration Américaine voudrait régler le problème Russo-Ukrainiens dans les 6 mois. En effet, les USA pensent que le conflit Chine Continentale et Taïwan sera à l'ordre du jour. Depuis 1949 ou les Nationalistes Chinois du général Tchang Kai-Chek ayant perdu la guerre contre les Forces Communistes de Mao Tsé Toung en Chine Continentale, se sont réfugiés à Formose, appelé Taïwan désormais. Décidemment, notre planète est bien malade.
×
×
  • Create New...