Jump to content

Décès du vice-amiral Anne de Mazieux


Recommended Posts

  • Administrateur

"J'adresse mes plus sincères condoléances à la famille, aux proches et aux camarades du vice-amiral Anne de Mazieux, dont le décès est survenu hier. Pendant 34 ans, elle a servi la Marine nationale avec un engagement sans faille, à terre comme en mer.

Elle a particulièrement œuvré au développement de la mixité au sein de nos équipages. Depuis 2018, elle était en charge de la mise en œuvre du plan ministériel du Ministère des Armées dans ce domaine.

Nous lui devons collectivement beaucoup. Puissent son parcours exemplaire et son courage personnel continuer à nous inspirer."

Amiral Pierre Vandier, chef d'état-major de la Marine

275120136_326503666186624_262625874966937019_n.jpg

Le contre-amiral Anne de Mazieux, a vécu les premières étapes de la féminisation des armées françaises. Elle décrypte la situation.

Quel a été votre parcours en tant que femme dans la marine nationale ?

ANNE DE MAZIEUX. Je fais partie de la génération de femmes militaires ayant vécu les premières étapes de la féminisation des armées. J'ai pris part à quelques combats. En 1988, j'entre dans la marine par un concours externe. À l'époque, l'École navale m'était fermée. Ce n'est qu'en 1992 que le concours d'entrée s'est ouvert aux femmes. De même, certains métiers nous étaient interdits et nous ne pouvions pas embarquer. Ce n'est qu'en 2017 que quatre femmes ont pu embarquer à bord d'un sous-marin nucléaire lanceur d'engin. J'ai donc commencé ma carrière au cabinet du chef d'état-major de la marine en tant que responsable du patrimoine. Puis, je me suis occupée des relations presse.

A quel moment vous êtes-vous penchée sur la place des femmes ?

En 1998, je deviens responsable des questions de mixité. Au sein de la cellule « conditions de vie » du cabinet du chef d'état-major, je suis chargée du suivi de la politique de féminisation au sein des équipages de la marine. En 2000, alors que le Charles de Gaulle accueille ses premières femmes, je suis nommée chef du cabinet du commandant du porte-avions et accompagne ainsi la féminisation de l'équipage. En 2017, je rédige ce qui est devenu le plan famille, destiné à améliorer les conditions de vie des militaires et à renforcer l'équilibre entre la vie personnelle et professionnelle. En 2018, je suis nommée contre-amirale. La même année, la ministre des Armées me confie l'élaboration puis le pilotage du plan mixité.

Comment renforcer la mixité ?

Aujourd'hui, les femmes ont accès à tous les métiers, grades militaires et formation. Avec le plan mixité, nous voulons leur donner envie de rejoindre le ministère, d'y rester et d'y évoluer pour accéder aux responsabilités les plus hautes. A titre d'exemple, les femmes officiers nous quittent après 14 ans d'ancienneté en moyenne contre 26 ans pour leurs confrères masculins. Certaines le font par choix, d'autres par contrainte, guidées par des impératifs familiaux. Nous perdons ainsi beaucoup de talents. Grâce aux mesures du plan, nous accordons désormais plus de souplesse aux parcours et nous veillons à ce que les femmes et les hommes puissent concilier plus aisément vie de famille et carrière militaire.

Par Lucile Chevalier 

Le 3 mars 2020

(Source : Le Parisien)

Link to comment
Share on other sites



  • Posts

    Bakoua

    Posted

    Merci Bouchon Gras, ça signifie quoi un jour "sans service" ?

    Bouchon-Gras 49

    Posted

    Bonjour, Tout dépends de ton emploi... Tu peux effectivement faire du service ou garde ou avoir des activités de journée, c'est très vague. Une année de réserve pour qu'elle compte pour l'avancement, c'est trente jours (avec ou sans service, avec ou sans récup).

    Bouchon-Gras 49

    Posted

    Merci pour ce partage Tactac.

    Bouchon-Gras 49

    Posted

    J'ai eu un jeune réserviste qui se préparer pour maistrance, plongeur démineur. Il s'entrainé avec des anciens (facile pour lui, il été proche de Toulon) mais c'est très dur, il été un peu "rebelle" et a certainement du "manger" un peu mais il a réussi, il est au GPD de Brest mais malheureusement je n'ai plus de contact, comme souvent lorsque "l'oiseau s'envol" ils oublient leurs premiers gradés. Un petit retex qui pourras peut être t'aider :  http://www.forum-militaire.fr/topic/16273-retour-dexpérience-tests-de-présélection-plongeur-démineur-st-mandrier-septembre-2020/ Ainsi que : http://www.amicale-plongeurs-demineurs.fr/archives/ecoplonge/recrutement-pld.pdf et : https://marine-nationale.career-inspiration.com/app/discussions/view/86522/est-ce-qu-un-plongeur-demineur-pourrait-me-partager-son-experience-pour-le-recrutement-et-le-metier

    Bouchon-Gras 49

    Posted

    Oula, là ca date ! Période, fin second Empire/début IIIème République. C'est un cavalier. Ce ne sont pas des décorations mais une sorte de "raquette" /fourragère. La forme particulière de l'uniforme caractéristique est bien particulier à cette période, dommage que l'on est pas sa coiffe. Quelques uniformes de cette période :   Comme vous pouvez le voir sur ces photos du musée de l'Empéri, les cavalier portaient des fausses bottes, la partie montante étant directement cousue sur le pantalon et ne faisant qu'un (cerclé de bleu). Et vous vous verrez la cordelière/fourragère (raquette) cerclé de rouge) que vous avez pris pour une retouche de décorations (à cette époque, les décorations ne se portaient que sous forme "pendante" (pas de ruban)). Malheureusement je ne suis pas assez callé sur cette période pour vous donner l'arme exacte de votre ancêtre, cavalier... peut être un lancier ??? KURKA DE GRANDE TENUE DES LANCIERS DE LA GARDE IMPÉRIALE DE NAPOLÉON III, Second Empire. https://www.bertrand-malvaux.com/fr/p/27260/kurka-de-grande-tenue-des-lanciers-de-la-garde-imperiale-de-napoleon-iii-second-empire.html    
×
×
  • Create New...