Jump to content

Recommended Posts

  • Administrateur

Yorgui Koli est un héros oublié, une personnalité hors du commun. Ce Tchadien, engagé comme simple soldat en 1921, va être de tous les combats : Tchad, Congo, Syrie, Tunisie, Italie, Provence et Libération de la France. Il quittera l'armée comme officier, avec le grade de lieutenant, obtenu sur le terrain, au combat. Un véritable héros.

262223542_6627977510608626_2084980512567555445_n.png

Yorgui Koli est né le 8 janvier 1896 à Bendi, au Tchad. Le 13 janvier 1921, il s'engage pour trois ans au Régiment de Tirailleurs Sénégalais du Tchad. Il ne quittera l'armée qu'après ...27 ans ! Il est nommé caporal en 1925 et, affecté au 10e Régiment de Tirailleurs Coloniaux, participe aux opérations de pacification du Maroc. Entre 1926 et 1929, le sergent Yorgui Koli sert en Tunisie. Puis, réaffecté au RTST, il est envoyé au Tchad. Là, le 9 mars 1932, au cours d'une patrouille qu'il commande, il surprend trois bandits qu'il met hors de combat et est cité à l'ordre du Régiment. Le début d'une très longue liste de faits de guerre.

Médaillé militaire et promu adjudant en 1935, il est en poste au Tchad lors de la déclaration de guerre de septembre 1939. Promu adjudant-chef, il doit rejoindre la métropole en mars 1940 avec le Détachement de Renfort n°1. Il quitte le Tchad le 2 mars 1940, passe à Bangui et arrive le 15 mars à Brazzaville, où il est affecté au Dépôt de Guerre du Moyen-Congo. Le 28 août 1940, il prend une part importante, aux côtés de Raymond Delange, au ralliement du Moyen-Congo à la France Libre.

Le détachement de renfort n°1 devenant le Bataillon de Marche n°1, Yorgui participe à la campagne du Gabon en octobre-novembre 1940 comme chef de section de voltigeurs. Il est cité pour le rendement remarquable obtenu de ses hommes lors des opérations. Il est déployé en Syrie où il est sérieusement blessé par balle à la main gauche, le 13 juin 1941. Pour ses hauts faits de guerre et sa bravoure, Il est promu au grade de sous-lieutenant le 1er juillet 1941. Yorgui est rapatrié au Tchad en novembre 1942.

Il participe alors aux campagnes du Fezzan et de Tunisie. Au Djebel Garci, il fait preuve d'une belle attitude au feu en entraînant ses hommes avec énergie. Il est cité à l'Ordre de la Brigade. Arrivé en Tripolitaine en juin 1943, il est muté au Bataillon de Marche n°21 de la 1ère Division Française Libre le 18 août 1943, puis au Bataillon de Commandement n°4, où il se retrouve directement sous les ordres du colonel Delange.

Il stationne en Tunisie, de septembre 1943 à avril 1944, et est promu lieutenant en décembre 1943. Il prend part à la campagne d'Italie où il est de nouveau cité, le 15 juin 1944, pour ses qualités d'officier au combat. Il débarque en Provence, le 17 août 1944 et participe à la campagne de France jusqu'en novembre 1944. Il est ensuite affecté au camp de Fréjus puis, de Marseille, débarque à Douala le 4 juillet. Rapatrié au Tchad, il y arrive en août 1945 et est affecté au RTST, sa première unité

Libéré du service actif le 1er octobre 1948, le lieutenant Koli se retire à Fort-Archambault (Tchad) comme cultivateur. Il est naturalisé français en 1949. Il décède le 17 juillet 1970.

Compagnon de la Libération par décret du 7 juillet 1945, Yorgui sera décoré de nombreuses médailles : Chevalier de la Légion d'Honneur, Médaille Militaire, Croix de Guerre 1939-1945, Croix du Combattant ou encore Médaille de la Résistance avec rosette et la Croix du Combattant Volontaire de Résistance. Mais aussi de la Médaille Coloniale avec agrafes "Maroc 1925", "Fezzan-Tripolitaine"

(Source : Ordre de la Liberation-Bunker sud de France, histoire du sud de la France, WW2 et collectionneur)

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

  • 7 months later...

J'adresse mes sincères reconnaissances à la France pour avoir exposé la vrai Histoire de mon cher père, ce qui nous a facilité de le connaître le plus mieux que nous l'avions connu tel tout vulgaire père.

Mille et un mercis 

Mes chaleureuses et cordiales salutations 

Simon Koli Yorgui

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.



  • Posts

    Bouchon-Gras 49

    Posted

    L’ancien combattant et résistant déporté de Trouville-sur-Mer (Calvados), Pierre Mallez, est décédé le lundi 1er août 2022, dans sa 103e année. Pierre Mallez est né en 1920, à Denain (Nord), et s’est installé à Trouville-sur-Mer à la retraite. L’ancien résistant déporté est décédé le lundi 1er août 2022. | ARCHIVES OUEST-FRANCE « Ancien combattant de la France Libre, chef de la centrale de renseignements du réseau Turma, déporté résistant à Auschwitz-Birkenau et à Buchenwald, officier liquidateur du réseau Turma-Vengeance », la liste est longue dans l’avis d’obsèques de Pierre Mallez. Il est décédé le lundi 1er août 2022, à Trouville-sur-Mer (Calvados) alors qu’il était dans sa 103e année. « Le grand gaillard a les épaules qui tombent, mais le regard vif et la parole limpide. Pierre Mallez, né en 1920, est fier, soixante-quatorze ans après, de montrer l’insigne de la France libre n° 38130, plus symbolique que la Légion d’honneur qu’il recevra aussi, bien plus tard. La France libre, celle de de Gaulle,... (Source : Ouest-France) ____________________________________________________________________________________________________ C'est avec tristesse que nous apprenons la disparition du dernier SAS belge ayant combattu durant la Seconde Guerre mondiale, Jaak Daemen. Engagé en 1944, recevant la formation SAS (forces spéciales de l'armée britannique), il avait combattu aux Pays-Bas, en Allemagne et au Danemark. Il avait notamment participé à l'opération Larkswood, qui avait précipité la libération des Pays-Bas. Il avait 97 ans Né le 13 décembre 1924 à Leopolsburg, en région flamande, frère aîné de quatre jeunes sœurs, Jaak n'est pas majeur lorsque l'Allemagne s'empare de l'Europe occidentale, en mai/juin 1940. En 1942, via les Scouts belges, il rejoint la résistance au sein du Groupe G mais entre très vite en clandestinité après l'arrestation de trois de ses camarades. Il décide, en septembre 1944, de s'engager comme volontaire auprès des parachutistes. Il est envoyé au sein de l'armée britannique, qui commande plusieurs unités de pays occupés, dont la Belgique. Il va être versé au sein de la formation Special Air Service (SAS), en Angleterre. Après avoir obtenu sa licence le 9 mars 1945 (#9163), il rejoint cette unité de forces spéciales qui compte également des groupes français et belges. Il va combattre aux Pays-Bas, en Allemagne et au Danemark. C'est au sein de sa section (van Daemen), qu'il va participer à l'audacieuse opération Larkswood, à savoir la libération du nord des Pays-Bas alors encore sous contrôle allemand. Survivant à la guerre, il s'est éteint le 6 août dernier, à l'âge de 97 ans. (Source : Leopold Tilmant & SAS / Passionmilitaria)

    Bouchon-Gras 49

    Posted

    Bonjour, Etonnant, il y a pas mal de bases aériennes et elles utilisent des réservistes. https://air.defense.gouv.fr/node/57 C'est indiqué centre d'instruction, donc je suppose (n'étant pas de l'armée de l'air) qu'une fois ta formation de base effectuée tu rejoindra la Base aérienne la plus proche de ton domicile.  

    Bouchon-Gras 49

    Posted

    Bonjour, Si c'est un engagement QMF : Tu débuteras matelot (second classe puis 1er) ayant le BE (Brevet élémentaire) tu feras tous (bon travail, bonne notations...) pour être sélectionné pour le BAT (brevet d'aptitude technique), durant ce temps tu passeras quartier maitre de second classe puis quartier maitre chef qui te permettrons de pouvoir évoluer dans le premier grade d'officier marinier, second maitre (si tu n'obtiens pas le BAT, ta carrière n'ira pas loin...). Une fois second maitre ton but sera de passer maitre et surtout d'être sélectionné pour le BS (brevet supérieur) qui est le sésame pour obtenir le "cadre de maistrance" soit être de carrière puis passer officier marinier supérieur (premier maitre, maitre principal) ensuite il te faudra te préparer pour le BM (brevet de maitrise qui donne un niveau ingénieur) et éventuellement passer major. Si tu postule à l'école de maistrance, tu auras le même parcours mais quasi directement second maitre. En cours de parcours, si tu as le niveau tu pourras présenter le concours d'officier et t'orienter vers cette voix.

    Yoan

    Posted

    Bonjour à tous,  Voilà, j'aimerais entamer une procédure pour être réserviste de l'armée de l'air. J'ai donc créé mon espace candidat sur le site reserviste.defense.gouv.fr. Arrivé à l'étape du choix d'unité je me rend compte qu'il "n'y a que" 2 unités : (cf image) CENTRE D'INSTRUCTION ET D'INFORMATION DE RESERVE DE L'ARMEE DE L'AIR ET DE L'ESPACE- CREIL CENTRE D'INSTRUCTION ET D'INFORMATION DE RESERVE DE L'ARMEE DE L'AIR ET DE L'ESPACE- SOLENZARA (EN CORSE) Or, j'habiterais dans la région de Clermont en septembre, donc le choix est vite fait : Creil. Mais ça fait un peu loin, donc mes questions sont les suivantes : Le choix de cet unité est-il décisif et fixe dans la durée ? Est-ce un choix d'unité fait "spécifiquement" pour les formations et sera amené à évoluer à l'issu de cette formation ? Et alors, à l'issu des formations initiales, sera-t-il possible de choisir une BA un peu plus proche de mon secteur ? Merci pour vos réponses ça m'aiderait beaucoup pour constituer mon dossier.  Y.C

    MaxenceL

    Posted

    Bonjour,  Afin de préparer au mieux mon engagement et mon entretient psychologie lors du processus de recrutement, j'aurais souhaité avoir des précisions quant aux évolutions de carrière possible d'un mearm embarqué, et enfin des postes d'officiers via les concours internes sous t'il à pourvoir ?  Cordialement 
×
×
  • Create New...