Jump to content

Examen d'un projet de loi de reconnaissance mémorielle aux harkis et à leurs familles


Bouchon-Gras 49

Recommended Posts

  • Administrateur

La guerre d'Algérie est toujours un sujet sensible, notamment pour les familles ayant des appelés ou des rappelés en leurs sein. Longtemps considéré comme du maintien de l'ordre (dans une colonie ou un département) il fallût beaucoup de temps pour que la France reconnaisse ce conflit et ose enfin l'appelé "guerre d'Algérie".

Cette guerre a marquée nombre de militaires, par l'abandon des supplétifs, appelé "Harkis", la majorité resté sur le sol algérien fut assassiné cruellement, les autres rapatrié en métropole furent parqué dans des camps sans aucune reconnaissance.

 

Ce jeudi, les députés ont entamé l'examen du projet de loi qui vise à reconnaître et à indemniser cette communauté longtemps stigmatisée.

AAQRUar.jpg

© afp.com/GERARD JULIEN Des anciens combattants harkis participent à une cérémonie officielle devant le monument aux morts de Mas-Thibert à Arles, le 25 septembre 2011, lors de la Journée nationale d'hommage aux harkis

Il s'agit de "dépasser dénis et tabous", a martelé la ministre déléguée chargée de la Mémoire et des Anciens combattants Geneviève Darrieussecq. Les députés ont débuté jeudi l'examen d'un projet de loi pour demander "pardon" aux harkis et à leurs familles. Leur histoire tragique a parfois suscité l'émotion à l'Assemblée nationale, où planent encore les fantômes de la guerre d'Algérie. Près de 130 amendements ont été déposés sur le texte qui se veut la traduction législative d'un discours d'Emmanuel Macron le 20 septembre à l'Elysée devant les représentants de cette communauté. Près de soixante ans après la fin de la guerre d'Algérie, le texte vise à allier dimension mémorielle et indemnisation. C'est un "tournant historique dans la reconnaissance", s'est félicitée la ministre déléguée.

Le projet de loi jongle avec le symbolique et le concret. Il reconnaît les "services rendus en Algérie par les anciens membres des formations supplétives qui ont servi la France et qu'elle a délaissés lors du processus d'indépendance de ce pays". Jusqu'à 200 000 harkis avaient été recrutés comme auxiliaires de l'armée française pendant le conflit entre 1954 et 1962. Mais après les accords d'Evian le 18 mars 1962 consacrant la défaite française en Algérie, le gouvernement français refuse leur rapatriement massif. Seuls quelque 42 000 harkis sont évacués en France par l'armée vers des camps aux conditions de vie difficiles. D'autres y parviennent clandestinement et au total environ 90 000 personnes arrivent en France, pour la majorité entre 1962 et 1965. Le texte reconnaît également "les conditions indignes de l'accueil" qui leur a été réservé. Près de la moitié d'entre eux ont été relégués dans des camps et des hameaux de forestage.

Le projet de loi prévoit aussi la "réparation" du préjudice avec, à la clef, une somme forfaitaire tenant compte de la durée du séjour dans ces structures. D'ores et déjà, cinquante millions d'euros ont été inscrits dans le projet de budget 2022 pour abonder le fonds d'indemnisation. A gauche ou à droite, les oppositions demandent que les mesures de réparation touchent tous les harkis, et pas seulement ceux qui ont "transité par ces camps", selon le communiste André Chassaigne. De son côté, Julien Aubert (LR) a demandé à ne "pas trier" les harkis ni "hiérarchiser leurs souffrances". Le projet de loi "n'a pas vocation à dire l'Histoire ou à décrire les souffrances", a ajouté la ministre déléguée. Selon elle, "la réparation ne peut pas tout, elle n'efface pas les souvenirs douloureux".

"Malheur à ceux qui réactivent sans celle les termes du conflit"

Sous le regard de représentants de la communauté harkie présents en tribune, plusieurs orateurs des groupes politiques, dont certains sont des descendants de rapatriés d'Algérie, ont laissé percer leur émotion telle la rapporteure LREM Patricia Mirallès. Emotion également partagée par des députés comme David Habib (PS) ou Alexis Corbière (LFI) dont les circonscriptions comptent de nombreux descendants de ces Algériens qui ont combattu aux côtés de l'armée française avant de débarquer en métropole dans "des conditions indignes". "La guerre est finie et malheur à ceux qui réactivent sans cesse les termes du conflit", a déclaré Alexis Corbière, visant implicitement le polémiste d'extrême droite Eric Zemmour.

Les harkis et leurs descendants formeraient aujourd'hui une communauté de plusieurs centaines de milliers de personnes. Depuis 1974, plusieurs de leurs enfants ont mené des grèves de la faim et manifesté pour obtenir la reconnaissance de leur drame. Leurs parents ont connu une intégration difficile en France, à la fois assimilés à des immigrés et rejetés par les immigrés. En 2000, le président algérien Abdelaziz Bouteflika les avait qualifiés de "collaborateurs", excluant leur retour en Algérie. Pour la première fois en 2016, le président français François Hollande reconnaît les "responsabilités des gouvernements français dans l'abandon des harkis, les massacres de ceux restés en Algérie et les conditions d'accueil inhumaines des familles transférées dans les camps en France".

Avec ce projet de loi, le président Macron va plus loin que ses prédécesseurs depuis Jacques Chirac, en reconnaissant une "dette" envers ces hommes, mais aussi leurs familles. En 2018, un "plan harkis" est lancé et permet de débloquer 40 millions d'euros sur quatre ans pour revaloriser les pensions des anciens combattants et aider leurs descendants. La même année, le Conseil d'Etat condamne la France à indemniser un fils de harki ayant subi des "séquelles" d'une vie aux conditions "indignes" dans les camps. Le 20 septembre dernier, le président Emmanuel Macron leur demande "pardon" au nom de la France pour leur "tragédie" vécue et promet "réparation".

(source https://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/guerre-d-algérie-ce-que-contient-le-projet-de-loi-pour-demander-pardon-aux-harkis/ar-AAQRMRn?ocid=msedgntp )

Link to comment
Share on other sites



  • Posts

    Bouchon-Gras 49

    Posted

    L’ancien combattant et résistant déporté de Trouville-sur-Mer (Calvados), Pierre Mallez, est décédé le lundi 1er août 2022, dans sa 103e année. Pierre Mallez est né en 1920, à Denain (Nord), et s’est installé à Trouville-sur-Mer à la retraite. L’ancien résistant déporté est décédé le lundi 1er août 2022. | ARCHIVES OUEST-FRANCE « Ancien combattant de la France Libre, chef de la centrale de renseignements du réseau Turma, déporté résistant à Auschwitz-Birkenau et à Buchenwald, officier liquidateur du réseau Turma-Vengeance », la liste est longue dans l’avis d’obsèques de Pierre Mallez. Il est décédé le lundi 1er août 2022, à Trouville-sur-Mer (Calvados) alors qu’il était dans sa 103e année. « Le grand gaillard a les épaules qui tombent, mais le regard vif et la parole limpide. Pierre Mallez, né en 1920, est fier, soixante-quatorze ans après, de montrer l’insigne de la France libre n° 38130, plus symbolique que la Légion d’honneur qu’il recevra aussi, bien plus tard. La France libre, celle de de Gaulle,... (Source : Ouest-France) ____________________________________________________________________________________________________ C'est avec tristesse que nous apprenons la disparition du dernier SAS belge ayant combattu durant la Seconde Guerre mondiale, Jaak Daemen. Engagé en 1944, recevant la formation SAS (forces spéciales de l'armée britannique), il avait combattu aux Pays-Bas, en Allemagne et au Danemark. Il avait notamment participé à l'opération Larkswood, qui avait précipité la libération des Pays-Bas. Il avait 97 ans Né le 13 décembre 1924 à Leopolsburg, en région flamande, frère aîné de quatre jeunes sœurs, Jaak n'est pas majeur lorsque l'Allemagne s'empare de l'Europe occidentale, en mai/juin 1940. En 1942, via les Scouts belges, il rejoint la résistance au sein du Groupe G mais entre très vite en clandestinité après l'arrestation de trois de ses camarades. Il décide, en septembre 1944, de s'engager comme volontaire auprès des parachutistes. Il est envoyé au sein de l'armée britannique, qui commande plusieurs unités de pays occupés, dont la Belgique. Il va être versé au sein de la formation Special Air Service (SAS), en Angleterre. Après avoir obtenu sa licence le 9 mars 1945 (#9163), il rejoint cette unité de forces spéciales qui compte également des groupes français et belges. Il va combattre aux Pays-Bas, en Allemagne et au Danemark. C'est au sein de sa section (van Daemen), qu'il va participer à l'audacieuse opération Larkswood, à savoir la libération du nord des Pays-Bas alors encore sous contrôle allemand. Survivant à la guerre, il s'est éteint le 6 août dernier, à l'âge de 97 ans. (Source : Leopold Tilmant & SAS / Passionmilitaria)

    Bouchon-Gras 49

    Posted

    Bonjour, Etonnant, il y a pas mal de bases aériennes et elles utilisent des réservistes. https://air.defense.gouv.fr/node/57 C'est indiqué centre d'instruction, donc je suppose (n'étant pas de l'armée de l'air) qu'une fois ta formation de base effectuée tu rejoindra la Base aérienne la plus proche de ton domicile.  

    Bouchon-Gras 49

    Posted

    Bonjour, Si c'est un engagement QMF : Tu débuteras matelot (second classe puis 1er) ayant le BE (Brevet élémentaire) tu feras tous (bon travail, bonne notations...) pour être sélectionné pour le BAT (brevet d'aptitude technique), durant ce temps tu passeras quartier maitre de second classe puis quartier maitre chef qui te permettrons de pouvoir évoluer dans le premier grade d'officier marinier, second maitre (si tu n'obtiens pas le BAT, ta carrière n'ira pas loin...). Une fois second maitre ton but sera de passer maitre et surtout d'être sélectionné pour le BS (brevet supérieur) qui est le sésame pour obtenir le "cadre de maistrance" soit être de carrière puis passer officier marinier supérieur (premier maitre, maitre principal) ensuite il te faudra te préparer pour le BM (brevet de maitrise qui donne un niveau ingénieur) et éventuellement passer major. Si tu postule à l'école de maistrance, tu auras le même parcours mais quasi directement second maitre. En cours de parcours, si tu as le niveau tu pourras présenter le concours d'officier et t'orienter vers cette voix.

    Yoan

    Posted

    Bonjour à tous,  Voilà, j'aimerais entamer une procédure pour être réserviste de l'armée de l'air. J'ai donc créé mon espace candidat sur le site reserviste.defense.gouv.fr. Arrivé à l'étape du choix d'unité je me rend compte qu'il "n'y a que" 2 unités : (cf image) CENTRE D'INSTRUCTION ET D'INFORMATION DE RESERVE DE L'ARMEE DE L'AIR ET DE L'ESPACE- CREIL CENTRE D'INSTRUCTION ET D'INFORMATION DE RESERVE DE L'ARMEE DE L'AIR ET DE L'ESPACE- SOLENZARA (EN CORSE) Or, j'habiterais dans la région de Clermont en septembre, donc le choix est vite fait : Creil. Mais ça fait un peu loin, donc mes questions sont les suivantes : Le choix de cet unité est-il décisif et fixe dans la durée ? Est-ce un choix d'unité fait "spécifiquement" pour les formations et sera amené à évoluer à l'issu de cette formation ? Et alors, à l'issu des formations initiales, sera-t-il possible de choisir une BA un peu plus proche de mon secteur ? Merci pour vos réponses ça m'aiderait beaucoup pour constituer mon dossier.  Y.C

    MaxenceL

    Posted

    Bonjour,  Afin de préparer au mieux mon engagement et mon entretient psychologie lors du processus de recrutement, j'aurais souhaité avoir des précisions quant aux évolutions de carrière possible d'un mearm embarqué, et enfin des postes d'officiers via les concours internes sous t'il à pourvoir ?  Cordialement 
×
×
  • Create New...