Jump to content

Recherche sur les régiments


denistou

Recommended Posts

Bonjour,

J'ai récemment retrouvé ces photos et je souhaiterais identifier les personnes par rapport à leur uniforme.

la première photo représenterait peut-être mon grand-oncle qui fut incorporé au 4eme zouave le 14/10/1912 (campagnes Tunisie, Maroc, Algérie) caporal le 01/10/1913 puis sergent le 01/03/1915; tué le 09/08/1916 à Vaux Chapitre.

la seconde photo : inconnu

Merci pour votre aide

denistou

Jean Caresmel.jpeg

soldat inconnu.jpeg

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur

Bonjour,

Il y a 7 heures, denistou a dit :

la première photo représenterait peut-être mon grand-oncle qui fut incorporé au 4eme zouave le 14/10/1912 (campagnes Tunisie, Maroc, Algérie) caporal le 01/10/1913 puis sergent le 01/03/1915; tué le 09/08/1916 à Vaux Chapitre.

767203051_JeanCaresmel.thumb.jpeg.3def3627674d59f9132f443d4ca9a656.jpeg

C'est effectivement un Zouave en tenue orientale, pour définir le régiment il s'identifie à la couleur du  "tombô" (que j'ai cerclé), difficile sur une photo en noir et blanc.

OIP.jpg

R (1).jpg

L'uniforme des zouaves, inspiré de la tenue traditionnelle masculine algérienne est fixé en 1831 par le général Lamoricière et dessiné par le commandant Duvivier. Cet uniforme des zouaves, très élaboré, ne changera pratiquement pas de 1830 à 1962. Mais à partir de 1915, il ne sera plus que la tenue de tradition, porté pour les cérémonies et prises d'armes. En effet si son exotisme participa à la notoriété des zouaves, il se révèle peu pratique pour un usage militaire.

Il se compose d'une coiffe arabe dite « chéchia », sorte de bonnet de feutre rouge, agrémenté d'un gland à franges de couleur variable jusqu'au Second Empire puis bleu moyen par la suite, et d'un turban de coton blanc roulé en boudin autour de la chéchia. La « bedaïa », veste-boléro de forme algérienne, en drap bleu foncé avec passepoils et tresses garance, est portée sur le « sédria », gilet algérien sans manche en drap bleu foncé à tresses garance. Le « tombô » de la veste, sorte de fausse poche dessinée par une arabesque formée par la tresse décorative, est à la couleur du régiment. Le pantalon arabe, le « sarouel » (dit aussi « saroual », « seroual » ou encore « serouel ») est d'une forme très ample et sans séparation d'entre-jambe. Il possède même un trou au fond, le « trou Lamoricière », prévu pour laisser écouler l'eau lors des passages de rivière1. Une ceinture de laine bleu indigo vient s'enrouler à la jonction du bas du gilet et du haut du sarouel (cette ceinture est destinée à tenir les intestins au chaud pour lutter contre la dysenterie). La ceinture, qui mesurait 40 centimètres de large pour quatre mètres de long, était l’élément le plus difficile à mettre, le zouave devant souvent appeler à l’aide un de ses compagnons. En guise de manteau, le zouave possède un collet à capuchon, sorte de pèlerine ample mais courte, fabriquée en drap de couleur « gris de fer bleuté ». De hautes guêtres de drap bleu foncé ou de toile blanche selon la saison ou la circonstance, portées avec des souliers cloutés de cuir noir, complètent la silhouette du zouave. Les guêtres sont remplacées vers 1905 par des bandes molletières en drap de la couleur du collet. Le style de cet uniforme, partagé avec les troupes indigènes de tirailleurs et de spahis en Algérie, variant totalement de celui des autres troupes d'infanterie française, a pour origine le style vestimentaire des populations kabyles de l'époque, dont la tenue traditionnelle s'inspirait très largement de celle des envahisseurs turcs qui occupaient le pays depuis des décennies.

(source https://fr.wikipedia.org/wiki/Zouaves  )

La photo date certainement de l'année 1912, puisqu'il ne porte pas encore de galons.

télécharger.jpg

Galons de caporal.

Il y a 8 heures, denistou a dit :

la seconde photo : inconnu

2121277434_soldatinconnu.thumb.jpeg.84e46ec825bb92f9fe9ba33ce70b6263.jpeg

Photo typique des années 20, le conscrit c'est fait tirer le portrait chez un photographe, ce simple soldat est équipé d'une tenue qui nous ferait penser à un officier, verste à poches à plis Watteau, épaulettes en tissus, numéros régimentaire métallique imitant la canetille (broderie de fil d'or), ceinturon et baudrier "sam-brown" qui était l'apanage des officiers anglais durant la guerre de 14-18 et dont les officiers français adoptèrent à la fin du conflit. Il porte également une fourragère fantaisie à double volant.

Le 43eme régiment d'infanterie porte bien la fourragère aux couleur de la croix de guerre 14-18.

OIP (1).jpg

Fourragère fantaisie avec deux volants supplémentaires.

R (2).jpg

Fourragère réglementaire.

Il faut bien comprendre que les photographe de l'époque détenaient tout un stock d'effets militaires servant à mettre le conscrit en valeur sur ces photos destinée à la famille, à la fiancée...

Il est coiffé d'un bonnet de police (appelé couramment "calot") caractéristique de l'après première guerre.

Donc voila fantassin du 43eme RI années 20.

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.



  • Posts

    Bouchon-Gras 49

    Posted

    Vétéran du jour J et ambassadeur du Memorial Trust Britannique, Frank Baugh, titulaire de la Légion d'Honneur est décédé à l'âge de 98 ans, lundi 20 juin. Engagé auprès de l'Association des Vétérans de Normandie, il avait participé à la campagne de dons pour l'édification du Memorial. Frank Baugh, photographié lors de sa visite au Memorial, avait déclaré "qu'il était honoré de pouvoir aider "d'une certaine manière" à se souvenir des hommes et des femmes qui ne sont jamais rentrés chez eux". - Memorial trust Il avait assisté à son ouverture officielle, le 6 juin 2021 au National Memorial Arboretum, puis avait pu le visiter en octobre avec un petit groupe d'anciens combattants. Julie Verne, directrice du développement du Memorial Trust, le décrit comme "un homme chaleureux, calme et digne avec un beau sens de l'humour". En mémoire de Frank, le site du Memorial diffuse un film où il raconte son D-Day. Il y explique notamment, qu'ayant débarqué sur Sword Beach parmi les premiers de son unité, ils ont "été touchés par un obus assez lourd qui est arrivé à bâbord". Sept à huit d'entre eux furent grièvement blessés. (Source : La Manche Libre)

    Semmerade

    Posted

    Bonjour, je recherche d’où vient l’insigne sur le col de cette photo avec le numéro 3 ? Je ne retrouve pas cette forme de feuille avec la barre ailleurs. Normalement il y a une grenade ou une étoile  merci ! Photo

    Bouchon-Gras 49

    Posted

    Nous apprenons avec tristesse le décès soudain en service d’un Gendarme mobile de l’escadron 32/3 de Luçon en Guyane. Cet adjudant-chef de 50 ans, a succombé à une embolie pulmonaire le 19 juin alors qu’il était détaché en Guyane avec son unité. Mickaël Desbois était marié et père de trois enfants. (Source : la voix du gendarme)   L'équipe et les membres du forum-militaire.fr s'associent pour exprimer leurs sincères condoléances à la famille, aux proches et à ses frères d'armes.

    HernanF

    Posted

    L’escadron Normandie-Niemen fête ses 80 ans avec un Rafale C aux couleurs uniques pour marquer l’occasion.

    Bouchon-Gras 49

    Posted

    Oui, et l'intérêt c'est que les militaires ou anciens militaires souffrants de stress post-traumatique sachent vers qui ce tourner et ne surtout pas rester seul face à ces blessures.
×
×
  • Create New...