Jump to content

Recommended Posts

  • Administrateur

Résistant et pilote d'hélicoptère, Thomas Geffroy n'est plus

Sa discrétion était inversement proportionnelle à ses états de service. Résistant et pilote d'hélicoptère Thomas Geffroy a été porté en terre à Lanmeur par ses pairs parachutistes.

geffroy-lanmeur.jpg

Très jeune résistant, devenu parachutiste puis pilote d’hélicoptère et instructeur, le capitaine Thomas Geffroy, homme discret, s’en est allé.

Jeudi 30 septembre à Lanmeur, c’est une figure des anciens combattants du secteur qui a été portée en terre en présence de son épouse, de sa famille et de ses frères d’armes : un détachement en armes du 1er Régiment de chasseurs parachutistes venu de Pamiers, une trentaine de bérets rouges de l’Union nationale des parachutistes du Finistère, une délégation de l’Alat portant béret bleu mais aussi vingt drapeaux d’associations patriotiques du Trégor. 

Un biniou a entamé Amazing Grace et, conformément au souhait du défunt, c’est à gorge déployée que la quarantaine de parachutistes présents ont entonné un chant bien connu chez les troupes aéroportées, Debout les paras. 

Résistant à 17 ans

Né le 19 décembre 1927 à Plouégat-Guérand, Thomas Geoffroy n’avait pas 15 ans, en 1942, lorsqu’il a intégré l’école des Pupilles de la Marine, alors basée à Saint-Mandrier près de Toulon. Deux ans plus tard, en juin 1944, il rejoignait le Bataillon FFI du maquis du Lot, au sein du 2e Régiment d’infanterie.

ll participera à la Libération de la ville de Cahors et de Toulouse, puis s’engagera pour la durée de la guerre, en octobre 1944, avec la ferme volonté de libérer la France. En avril 1945, lors des combats pour la réduction de la poche allemande de la Pointe de Grave, Thomas Geffroy sera blessé par balle.

hommage-8.jpg

Parachutiste

Un temps en Allemagne, il se portera volontaire au sein du corps expéditionnaire en Extrême Orient. Par la suite volontaire pour servir à la 25e division aéroportée, il rejoindra Sétif, en Algérie, affecté au 2e Régiment de chasseurs parachutistes à compter d’avril 1946, puis au 1er Régiment de choc, « En pointe toujours ». C’est ensuite en Indochine qu’il sera breveté parachutiste, en avril 1947.

Nommé sergent en 1948, il sera déjà titulaire de deux citations et de croix de Guerre des Théâtres d’opérations extérieures.

Pilote d’hélico et instructeur

Le 15 octobre 1954, à 26 ans, Thomas Geoffroy s’engagera dans un troisième grand conflit, la guerre d’Algérie. En 1957, il quitte les parachutistes pour devenir pilote d’hélicoptère avec le grade d’adjudant-chef, breveté sur Bell en 1957, puis sur Sikorsky en 1959 et enfin sur Vertol (surnommé la banane) en 1960 avec la qualification Vol sans visibilité en 1961.

Pendant quatre années, jusqu’au cessez-le-feu de mars 1962, il aura souvent l’occasion d’héliporter en opération ses anciens camarades du 1er Régiment de chasseurs parachutistes.

De multiples décorations

Cité à nouveau à quatre reprises et décoré de la croix de la Valeur militaire, il rentrera en France et sera affecté à la base-école de l’Aviation légère de l’Armée de terre (Alat) à Dax, où il passera la qualification de moniteur pilote d’hélicoptère et sera promu au grade de sous-lieutenant.

Officier instructeur durant neuf années, soucieux de faire de ses élèves d’excellents pilotes d’hélicoptère, il quittera l’armée en 1977 avec le grade de capitaine.

Thomas Geffroy était commandeur de la Légion d’honneur, médaillé militaire, chevalier de l’Ordre national du Mérite, croix de Guerre des TOE avec 2 citations, croix de la Valeur militaire avec 4 citations, croix du Combattant volontaire, médaillé de l’Aéronautique (pour 93 sauts en parachute et 6 000 heures de vol comme pilote hélicoptère), et titulaire de la Médaille coloniale.

La médaille d’honneur du Service de santé des armées lui avait été décernée pour avoir, durant la guerre d’Algérie, évacué en hélicoptère cargo 166 blessés en 115 évacuations sanitaires, dont 28 de nuit.

(Source : https://actu.fr/bretagne/lanmeur_29113/lanmeur-resistant-et-pilote-d-helicoptere-thomas-geffroy-n-est-plus_45540120.html  )

 

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.



  • Posts

    cmoimumu

    Posted

    Bonjour   Je ne sais pas si j ai choisi le bon onglet mais voici mon souci Je suis sous officier depuis 2 ans J'ai intégré un PSPG en milieu d année 2022 Ma compagne (pacs) travaille à + de 4h de mon lieu de travail et ça devient compliqué de gérer les allers retours - son poste sera trés difficilement trouvable autour de mon affectation Je vais démarrer le DA (normalement) Mon souci  : comment faire pour me faire muter  là où elle travaille - quelles sont les solutions? je sais qu il y a des places dans un PSIG pas trop loin - soit stopper le DA mais fait être certain d'avoir le rapprochement familiale ? - soit le continuer mais ne pas être bloquer  suite à l'obtention de celui ci - soit ?????   Aidez moi SVP Merci  

    Fred689

    Posted

    Comme tu dis, la patience est une vertu. Donc patience. Bien souvent, ce sont eux-aussi des réservistes donc à mi-temps.

    FramboiseFrançaise

    Posted

    Bonjour et mes respects ! J ai commencé les démarches pour entrer dans la RO1 et intégrer le 35ème RI. J aimerais egalement passer la FMIR en fevrier. J ai posé mon certificat medical du medecin traitant et j attends l appel de l officier de réserve. Le délai est de normalement 10 jours pour le contact de l officier de réserve. J en arrive à 15. Je pense que la patience est la meilleure des solutions mais je n ai rien. Aucun renseignement ni aucune date. J ai ecrit un mail a mon officier de reserve mais aucune reponse. Y en a t il d autres qui sont dans le meme cas ? En vous remerciant de la lecture de ce post et en vous souhaitant un bon we

    Àngi

    Posted

    Bonjour  !! je voudrais obtenir des avis par apport à la situation de mon copain  il s’est présenté en 2020 à la légion étranger il a resté à paris 3 jours et après il est parti à Aubagne , après une semaine il était pas très sûr de sa décision et il a décidé de partir voluntariamente ( il a pas signé le contrat ) . maintenante il est très décidé à partir pour s’engage totalement dans la légion étranger , la question est : il est encore possible de se réintégrer ?  si la réponse est oui , comment il peut le faire ?    je vous remercie beaucoup pour votre réponses ☺️
×
×
  • Create New...