Jump to content
×
×
  • Create New...

Sous-officier de l'Air vs Officier de Terre


Recommended Posts

Bonsoir à tous, je poste ici car je n'ai pas trouvé de meilleur endroit, si c'est inapproprié, je laisse le soin aux modos/admins de déplacer mon sujet.

En faisant mes recherches sur les différents métiers de l'armée de l'air et de l'armée de terre, j'ai cru voir que le niveau d'étude demandé pour devenir sous-off dans l'armée de l'air est le même que celui demandé pour devenir officier dans l'armée de terre : Bac+2.

Ayant pour projet de devenir réserviste dans l'une de ces 2 armées (mon choix n'est pas encore arrêté), et la solde étant plus intéressante pour les grades les plus élevés, je m'interrogeais sur la véracité de ce que j'ai vu. Est-ce que cette information est vraie ou ai-je tout simplement mal compris ?

 

Link to post
Share on other sites
  • Moderator

Je ne pense pas qu'il faille être Bac+2 pour être sous-officier, en tous cas pas dans l'AdT.

" Qu'il s'engage sans le BAC (militaire du rang), entre BAC et BAC +2 (sous-officier) ou au-delà (officier), il est aujourd’hui toujours possible à un jeune, quelque soit son niveau, d’obtenir un premier contrat militaire " c'est effectivement ce qui est écrit sur le site de l'AAE.

Ce sont les cas les plus diplômés.

Link to post
Share on other sites
  • Administrateur
Il y a 6 heures, Fred689 a dit :

Je ne pense pas qu'il faille être Bac+2 pour être sous-officier, en tous cas pas dans l'AdT.

C'est pourtant vrai pour la Marine (intégration directe).

Il y a 23 heures, a_b a dit :

et la solde étant plus intéressante pour les grades les plus élevés

Attention, le grade mais surtout l'ancienneté dans l'armée et dans le grade.

Link to post
Share on other sites

Bonsoir Fred689 et Bouchon,

De ce que j’ai compris, pour être sous off en directe dans l’AdT il faut juste un Bac, et je faisais remarquer qu’avec un simple Bac on ne pouvait pas prétendre au grade sous off en AdA, il est demandé un Bac+2. Ce qui m’à paru étrange, car cela voudrait dire que l’AdA a des exigences plus importantes en terme de diplôme pour "la même chose" en quelque sorte.

De ce fait pour en revenir à la solde et à l’avancement, si on est diplômé il serait a priori plus intéressant d’évoluer dans l’AdT (par rapport à l’AdA, je n’ai pas étudié la question pour la Marine). 

Le site de l’AdT est plus complet que celui de l’AdA, l’AdT donne un salaire indicatif par métier, je ne crois pas l’avoir vu sur celui du site de l’AdA donc difficile de comparer le niveau des soldes entre ces deux armées.

L’expérience compte aussi, j’entend bien, mais a priori pour ce qui est du grade, l’AdT serait + accessible en regard du niveau d’études. 

 

Link to post
Share on other sites
  • Administrateur

Bonjour,

Il y a 13 heures, a_b a dit :

Ce qui m’à paru étrange, car cela voudrait dire que l’AdA a des exigences plus importantes en terme de diplôme pour "la même chose" en quelque sorte.

L'armée de l'air tout comme la Marine sont des armées de techniciens (sans mépris pour l'armée de terre) cela vient certainement de là.

Il y a 13 heures, a_b a dit :

Le site de l’AdT est plus complet que celui de l’AdA, l’AdT donne un salaire indicatif par métier, je ne crois pas l’avoir vu sur celui du site de l’AdA donc difficile de comparer le niveau des soldes entre ces deux armées.

L’expérience compte aussi, j’entend bien, mais a priori pour ce qui est du grade, l’AdT serait + accessible en regard du niveau d’études. 

Je suis assez surpris, il y a des grilles, des échelles et des échelons qui sont commun après peuvent se rajouter des primes variant suivant les armées, les spécialités, les fonctions... etc

Et si ta motivation pour intégrer la réserve est la solde...

Link to post
Share on other sites

Non 

il y a 14 minutes, Bouchon-Gras 49 a dit :

Et si ta motivation pour intégrer la réserve est la solde...

Ce n’est pas avec la réserve qu’on s’enrichi (dumoins financièrement), mais n’ayant pas arrêté ma décision entre l’AdT et l’AdA, les possibilités d’évolution sont un critère à prendre en compte comme nimporte quel autre.

Avant tout je m’interrogeais sur la raison de cette différence, et tu as répondu a ma question, je t’en remercie.

  • Like 1
Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.



  • Posts

    • Bonjour, C'est effectivement un Zouave en tenue orientale, pour définir le régiment il s'identifie à la couleur du  "tombô" (que j'ai cerclé), difficile sur une photo en noir et blanc. L'uniforme des zouaves, inspiré de la tenue traditionnelle masculine algérienne est fixé en 1831 par le général Lamoricière et dessiné par le commandant Duvivier. Cet uniforme des zouaves, très élaboré, ne changera pratiquement pas de 1830 à 1962. Mais à partir de 1915, il ne sera plus que la tenue de tradition, porté pour les cérémonies et prises d'armes. En effet si son exotisme participa à la notoriété des zouaves, il se révèle peu pratique pour un usage militaire. Il se compose d'une coiffe arabe dite « chéchia », sorte de bonnet de feutre rouge, agrémenté d'un gland à franges de couleur variable jusqu'au Second Empire puis bleu moyen par la suite, et d'un turban de coton blanc roulé en boudin autour de la chéchia. La « bedaïa », veste-boléro de forme algérienne, en drap bleu foncé avec passepoils et tresses garance, est portée sur le « sédria », gilet algérien sans manche en drap bleu foncé à tresses garance. Le « tombô » de la veste, sorte de fausse poche dessinée par une arabesque formée par la tresse décorative, est à la couleur du régiment. Le pantalon arabe, le « sarouel » (dit aussi « saroual », « seroual » ou encore « serouel ») est d'une forme très ample et sans séparation d'entre-jambe. Il possède même un trou au fond, le « trou Lamoricière », prévu pour laisser écouler l'eau lors des passages de rivière1. Une ceinture de laine bleu indigo vient s'enrouler à la jonction du bas du gilet et du haut du sarouel (cette ceinture est destinée à tenir les intestins au chaud pour lutter contre la dysenterie). La ceinture, qui mesurait 40 centimètres de large pour quatre mètres de long, était l’élément le plus difficile à mettre, le zouave devant souvent appeler à l’aide un de ses compagnons. En guise de manteau, le zouave possède un collet à capuchon, sorte de pèlerine ample mais courte, fabriquée en drap de couleur « gris de fer bleuté ». De hautes guêtres de drap bleu foncé ou de toile blanche selon la saison ou la circonstance, portées avec des souliers cloutés de cuir noir, complètent la silhouette du zouave. Les guêtres sont remplacées vers 1905 par des bandes molletières en drap de la couleur du collet. Le style de cet uniforme, partagé avec les troupes indigènes de tirailleurs et de spahis en Algérie, variant totalement de celui des autres troupes d'infanterie française, a pour origine le style vestimentaire des populations kabyles de l'époque, dont la tenue traditionnelle s'inspirait très largement de celle des envahisseurs turcs qui occupaient le pays depuis des décennies. (source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Zouaves  ) La photo date certainement de l'année 1912, puisqu'il ne porte pas encore de galons. Galons de caporal. Photo typique des années 20, le conscrit c'est fait tirer le portrait chez un photographe, ce simple soldat est équipé d'une tenue qui nous ferait penser à un officier, verste à poches à plis Watteau, épaulettes en tissus, numéros régimentaire métallique imitant la canetille (broderie de fil d'or), ceinturon et baudrier "sam-brown" qui était l'apanage des officiers anglais durant la guerre de 14-18 et dont les officiers français adoptèrent à la fin du conflit. Il porte également une fourragère fantaisie à double volant. Le 43eme régiment d'infanterie porte bien la fourragère aux couleur de la croix de guerre 14-18. Fourragère fantaisie avec deux volants supplémentaires. Fourragère réglementaire. Il faut bien comprendre que les photographe de l'époque détenaient tout un stock d'effets militaires servant à mettre le conscrit en valeur sur ces photos destinée à la famille, à la fiancée... Il est coiffé d'un bonnet de police (appelé couramment "calot") caractéristique de l'après première guerre. Donc voila fantassin du 43eme RI années 20.
    • Bonjour, Lucky berger belge du Commando Parachutiste de L'Air n°30 a été récompensé aux Trophées des Chiens Héros dans la catégorie des chiens de recherche d'explosifs et d'armements. https://air.defense.gouv.fr/armee-de-lair-et-de-lespace/actualite/Lucky_Gregory_binome_qui_a_du_chien
    • Oui effectivement 😁  Nous avons beaucoup de choses à apporter. Je viens de Paris et toi ?
    • Le jour des tests il faut donner le maximum pour avoir le plus de choix possible: les minimas pour être fantassin seront plus élevés que ceux requis pour être gestionnaire RH. Une fois à St Maix, évaluation du niveau initial pour établir une courbe de progression afin d'atteindre les minimas.