Jump to content
Search In
  • More options...
Find results that contain...
Find results in...
Sign in to follow this  
Guest Systema

Vos meilleures techniques/astuces pour cirer vos rangers

Recommended Posts

Guest Systema

Salut les gars,

 

Placez ici vos meilleures techniques (ou quelques-unes de vos astuces) pour cirer vos rangers.

 

Ma technique, mes astuces :

 

- Faire chauffer la cire (technique du grisou)

- L'appliquer avec la brosse

- Laisse prendre 30 seconde

- Nettoyer l'excédent avec du bas de gonzesse (bas nylon)

 

= rangers impeccables et reluisantes en 2''30' - 3''.

 

Il vous reste 2 minutes pour vous habiller. :)

 

À vous !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut,

 

Pour ma part, j'utilise un ustensile qui m'est indispensable maintenant, c'est le gant lustreur! Le top pour faire briller ses rangers en un clin d’œil après les avoir laissé sécher quelque instants.

 

Coups de bluff assuré vis à vis de vos camarades :vertrire:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Plusieurs choses:

 

Bien attendre que la chaussure soit sèche avant de faire les premiers traitements.

Ne pas exposer la chaussure à une source trop chaude mais plutôt à température ambiante pour le séchage. Une température trop élevée durcit le cuir.

 

L'huile pénètre le cuir et permet de maintenir sa souplesse.

La cire protège en surface.

 

Vous devez mettre un produit spécifique sur les cuirs et un autre qui est également spécifique pour les tissus si la fabrication utilise tissus et cuir.

 

Oui, les vieux pulls sont de très bons lustreurs.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Systema
Author of the topic Posted

Salut,

 

Pour ma part, j'utilise un ustensile qui m'est indispensable maintenant, c'est le gant lustreur! Le top pour faire briller ses rangers en un clin d’œil après les avoir laissé sécher quelque instants.

 

Coups de bluff assuré vis à vis de vos camarades :vertrire:

 

Un gars de mon unité utilise le même ustensile. En effet ça a l'air efficace... À l'époque, ma mère m'avait parlé de ça. On peut s'adresser à un cordonnier ou dans une droguerie. Les spécialistes du cuir ;)

 

Par contre : est-ce que ça fonctionne sur le gore-tex ?

 

 

Plusieurs choses:

 

Bien attendre que la chaussure soit sèche avant de faire les premiers traitements.

Ne pas exposer la chaussure à une source trop chaude mais plutôt à température ambiante pour le séchage. Une température trop élevée durcit le cuir.

 

L'huile pénètre le cuir et permet de maintenir sa souplesse.

La cire protège en surface.

 

Vous devez mettre un produit spécifique sur les cuirs et un autre qui est également spécifique pour les tissus si la fabrication utilise tissus et cuir.

 

Oui, les vieux pulls sont de très bons lustreurs.

 

Pour "lustrer" j'utilise du "bas de gonzesse" comme on dit. J'ai eu l'air fin quand je suis allé acheter des bas nylon au magasin... Avant j'utilisais des chaussettes, je n'avais jamais pensé aux vieux pulls.

 

Mais le gant lustreur m'a l'air parfait, je compte investir.

 

Parfois j'utilise une éponge autolustrante. Ca fait briller le cuir en un clin d'oeil - à n'utiliser que des heures après avoir ciré ses godasses, au cas où il y aurait de la poussière, etc. Ca évite de devoir refaire tout le boulot X fois par jour, hors para-ground.

 

Pour la cire, je fais chauffer. Elle devient à moitié liquide, il faut attendre qu'elle reprenne une forme plus ou moins compacte et là, c'est beaucoup plus efficace. Technique du grisou.

 

Concernant la graisse (huile) toute paire de rangers est fabriquée avec du tissu. ABL, BMJA, etc.

Share this post


Link to post
Share on other sites

1) Eponge humide

2) laisser sécher à l'ombre

3) Pulvériser largement avec une bombe d'huile pour arme 

4) laisser sécher

5) graisser technique du grisou

6) astiquer avec un chiffon en microfibre

7) terminer au collant

 

 

Mais rien ne vaut mieux que des mains de femmes !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Admin

 

Mais rien ne vaut mieux que des mains de femmes !

 

D' où l' intérêt d' avoir une bonne camarade !  :lolfete:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Systema
Author of the topic Posted

D' où l' intérêt d' avoir une bonne camarade !  :lolfete:

 

On peut appeler Miquette en renfort pour nous aider ?

 

(désolé Bouchon, j'ai pas pu m'empêcher)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Systema
Author of the topic Posted

Tant de mal pour cirer vos rangers... ! un pot de baranne, une bonne brosse ! et surtout de l'huile de coude...

 

Ca ne suffit pas toujours Origine.

 

Enfin si, quelque part c'est suffisant, mais certaines techniques "perso" sont plus efficaces, justement dans l'objectif de réduire l'effort.

 

Exemple avec la technique du grisou - le cirage est beaucoup plus efficace et facile d'usage une fois chauffé.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Modérateur

Peut-être mais cela prend du temps... pendant mes classes on utiliser les cirage liquide ! et les brosse à lustrer pour gagner un max de temps et arriver à l'heure... enfin être à l'heure c'est déjà être en retard :)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Modérateur

Rien à ajouter, Origine a tout dit : une boîte de cirage (éventuellement du cirage liquide pour aller au plus pressé), une brosse, et une brosse à lustrer ou des "bas de gonzesse"... sans oublier, l'huile de coude !!!

 

Enfin si, quelque part c'est suffisant, mais certaines techniques "perso" sont plus efficaces, justement dans l'objectif de réduire l'effort.

 

Et je peux vous assurer, que mes "bras de gonzesse" survivent très bien à cet effort  :vertsiffle:

 

 

Brünhild

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour ma part le cirage liquide je l'utilise régulièrement. Le vrai cirage, avec la brosse à dent et le chiffon je l'emploi quand mes pompes sont neuves au début.

 

Le cirage liquide de chez Baranne (allez hop un peu de pub) nourrit vraiment bien le cuir pour ma part, quitte à repasser une seconde fois une couche. Ca va très vite et sèche rapidement aussi.

 

Après, pour ne pas être en retard c'est simple : on se met sur le coin de son lit le soir avant d'aller se coucher et on cire ses grolles. J'ai fais ça en école et je n'ai eu aucun soucis durant l'année, certes ça embête les copains 5 min parce que la loupiote est allumée mais le lendemain on est serein ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites

A quelle fréquence cirer vous vos rangers ? Et quand vous ne les mettez pas ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

En service en général j'essaye de les cirer une fois par semaine. Bien qu'elles n'en aient (visuellement) pas besoin à première vue.

 

Après j'avoue que quand je suis en perm je ne passe pas mon temps à les cirer ;) , mais je leur mets un petit coup quand j'y pense.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Modérateur

Pour ma part, sur des rangers neuves:

  - un coup de cirage solide (Kiwi, Badiane...) ou un crème;

  - puis pendant au moins une semaine, plusieurs fois par jour, je les passe à l'huile de tendon de boeuf (magasin de sport, rayon équitation). Si les rangers ne son pas trop rigides, elle se "casse" toutes seules. Dans le cas contraire, une nuit pliées sous les pieds du lit et s'est réglé.

  - enfin cirage régulier au cirage solide avec lustrage au bas/collant de madame au moins une fois par semaine en temps normal. Si elles sont mouillées/très sales, après les avoir nettoyées à la brosse ou l'éponge, je les laisse bien sêcher puis applique du cirage puis de l'huite de tendon de boeuf.

 

Pour un effet bien brillant avant une cérémonie, un petit coup de brosse lustrante juste avant, effet garanti.

 

J'ai aussi essayé dernièrement sur mes chaussures "félin" et ça a bien marché même si le rendu est moins brillant en raison d'un cuir moins lisse.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Sign in to follow this  

  • Similar Content

    • By Bouchon-Gras 49
      Entre Omaha Beach et Utah Beach, la pointe du Hoc fait partie des incontournables à visiter sur les plages du débarquement en Normandie.


      Point stratégique du Mur de l'Atlantique, le site de la pointe du Hoc fut prise d'assaut le matin du 6 juin, le DDay, par les Rangers du Colonel Rudder. Ce fut l'une des batailles les plus difficiles du débarquement : au final, sur les 225 Rangers, seuls 90 d'entre eux étaient encore en état de poursuivre la libération. Aujourd'hui, les stigmates de la bataille sont toujours visibles. Lors de votre visite, vous pouvez découvrir ce qu’était une batterie d’artillerie avec son poste de direction de tir, ses casemates, ses abris… Panneaux d'information sur site.

      La pointe du Hoc se compose d'une falaise de 25 à 30 mètres de haut précédée d'une aiguille qui s'avance dans la mer et elle surplombe une plage de galets d'une dizaine de mètres de large à ses pieds. La pointe se trouve sur la commune de Cricqueville-en-Bessin.
      Elle fut le théâtre d'une des opérations du débarquement allié en Normandie le 6 juin 1944. Située entre les plages d'Utah Beach (à l’ouest) et d' Omaha Beach (à l'est), la pointe avait été fortifiée par les Allemands (WN 751) et, selon les reconnaissances aériennes alliées, était équipée de pièces d'artillerie lourde dont la portée menaçait les deux plages voisines. Il avait été jugé primordial, pour la réussite du débarquement, que les pièces d'artillerie soient mises hors service le plus rapidement possible.
      Cette mission fut confiée au 2e bataillon de Rangers américain qui réussit à prendre le contrôle du site au prix de lourdes pertes. Par la suite, les pièces d'artillerie se révèleront avoir été déplacées par les Allemands peu de temps auparavant et installées 1,3 km en arrière, à l'intérieur des terres.

      Avant le débarquement du 2e bataillon de rangers prévu le 6 juin à 6 h 30, l'aviation et la marine alliée doivent au préalable bombarder la pointe afin de neutraliser la garnison en place, à savoir 125 fantassins et 80 artilleurs allemands.
      Pour ce faire, le 15 avril 1944, une puissante formation de bombardiers alliés venant de la terre avait survolé la pointe du Hoc en trois vagues successives. Les premières bombes touchèrent l'importante ferme Guelinel qui n'était plus occupée que par les Allemands, la famille Guelinel ayant dû évacuer les lieux auparavant. Tous les bâtiments furent détruits, y compris les baraquements de la cantine construite en annexe ainsi que les étables et la plupart des chevaux chargés de tracter les batteries de canons.

      Selon des soldats allemands (Benno Müller, Emil Kaufman), au cours de cette action deux encuvements furent détruits, et trois des six canons à long tube furent gravement endommagés ou rendus inutilisables. Dans la nuit du 25 au 26 avril les pièces intactes furent déplacées vers l'intérieur des terres, 1 300 mètres en amont, dans un chemin creux où elles étaient prêtes à tirer. Pour donner le change aux futurs vols de reconnaissances alliés, le commandant de la batterie fit construire à la hâte des canons factices dans les encuvements inoccupés, ainsi que des poteaux télégraphiques. L'organisation Todt cessa d'ailleurs à partir de cette date toute nouvelle construction sur le site considéré à risques3. Le dernier bombardement dit de préparation pour le Jour J y eut lieu le 4 juin avec 85 Douglas A-20 Havoc qui déversèrent près de 100 tonnes de bombes sur la pointe. Le résultat fut jugé satisfaisant.

      Puis ce furent les bombardiers lourds de l'opération Flashlamp, 35 Boeing B-17, qui pilonnèrent de nouveau le site au matin du 5 juin avec de nouveau 100 tonnes de bombes déversées, détruisant un canon et un bunker de munitions. Endommageant à peine, malgré des coups directs, trois bunkers à l'épreuve des bombes où étaient stationné du personnel. Ceci malgré les matériels employés, notamment des bombes de 500 livres hautement explosives qui furent insuffisantes pour percer les abris conçus pour résister à des bombes de 1 000 livres. Avant le Jour J proprement dit, environ 380 tonnes de bombes furent larguées sur la pointe du Hoc.

      À 4 h 30, dix LCA (Landing Craft Assault) ainsi que quatre DUKW doivent être mis à l’eau. Deux des DUKW emmènent chacun une échelle de pompier de 33 mètres de haut empruntée aux pompiers de Londres, alors que les LCA sont équipés de lance-fusées qui enverront des cordes et des échelles de cordes au sommet de la falaise, ainsi que des échelles extensibles qui seront assemblées sur place. À 6 h 30, les 225 hommes de James Earl Rudder doivent débarquer sur la plage puis escalader la falaise pour détruire l'artillerie allemande.

      Les compagnies E et F doivent débarquer à l’est de la pointe, alors que la compagnie D débarquera à l’ouest.
      Une fois la zone maîtrisée, ils doivent tirer une fusée éclairante signifiant la réussite de leur mission afin de recevoir des renforts (les 225 rangers du 5e bataillon), en attendant d’être rejoints par le 116e régiment d’infanterie américain débarquant à Omaha Beach. Si à 7 h aucune fusée n’est tirée, leur mission étant considérée comme ayant échoué, les renforts seront détournés sur Omaha Beach dans le secteur Charlie.

      Le bombardement naval préliminaire débuta à 5 h 50, tiré par les USS Texas, USS Satterlee et HMS Talybont, suivi par une vague de 19 Martin B-26 Marauder de la 9e Air Force.
      L’opération commence par la perte du LCA 860 peu après la mise à l’eau ; dans ce bateau se trouvait le commandant de la compagnie D, le capitaine Slater ; celui-ci rejoindra ses camarades le 9 juin.

      À cause du courant et de la fumée du bombardement, les barges furent déportées vers la pointe de la Percée à deux kilomètres à l’est du lieu de débarquement prévu. Cette erreur de navigation entraîna un retard de quarante minutes et la perte d’un DUKW.
      Le bataillon de rangers débarquera à 7 h 10 à l'endroit prévu. Aucune fusée éclairante n'ayant été tirée à 7 h, les renforts prévus furent déployés sur Omaha Beach. Le retard pris par les rangers leur enleva l'effet de surprise, mais l'attaque se déroula relativement bien grâce, notamment, au feu support de destroyers alliés.
      Une fois la falaise escaladée, les rangers prirent les bunkers allemands et découvrirent que les 6 pièces d'artillerie initiales, des canons français de 155 mm GPF modèle 19175, avaient été déplacées et remplacées par des pylônes en bois.
      À 8 h, la route côtière était sous le contrôle des rangers. Vers 9 h, deux rangers partis en reconnaissance à l'intérieur des terres découvrirent les pièces d’artillerie, sans aucune défense, et les détruisirent à l'aide de leurs grenades incendiaires.

      Les renforts ayant été détournés sur Omaha Beach, le 2e bataillon de rangers se retrouve isolé.
      Dans l’après-midi, le lieutenant-colonel Rudder envoya le message « Sommes à Pointe-du-Hoc — mission accomplie - munitions et renforts nécessaires - beaucoup de pertes6 » à l'USS Satterlee qui lui répondit « aucun renfort disponible - tous les rangers sont déployés ». Les seuls renforts que reçurent les rangers du 2e bataillon furent les survivants de la compagnie A du 5e bataillon de rangers qui avaient débarqué à Omaha Beach. Ces renforts amenèrent le 2e bataillon de rangers à environ 85 combattants.

      La situation des rangers était critique et ils subirent de nombreuses attaques dans la nuit de la part d'une compagnie du 914.IR de la 352.Infanteriedivision. Vers 3 h, la compagnie D qui couvrait le flanc ouest fut submergée, vingt rangers sous les ordres du sergent Petty restèrent en arrière afin de permettre à cinquante de leurs camarades de se replier et furent faits prisonniers.

      Au matin du 7 juin, seuls 90 hommes étaient encore en état de combattre.
      Le 7 juin dans l’après-midi, une force de secours constituée d’éléments du 5e bataillon de rangers, du 116e d’infanterie et des chars du 743e bataillon arrivèrent enfin.
      Ce n’est que le 8 juin au matin que les soldats américains repoussèrent les Allemands et prirent le village de Saint-Pierre-du-Mont, village le plus proche de la pointe, à 1,5 km au sud-est.

      Sur les 225 rangers qui débarquèrent ce jour-là, 135, au 8 juin 1944, (en comptant les hommes du LCA 860) furent tués, blessés ou disparus. Le lieutenant-colonel James Earl Rudder lui-même fut blessé par deux fois durant cette opération



      En janvier 1979, la France a transféré la gestion d'une partie des terrains de la pointe du Hoc aux États-Unis7. Elle abrite un monument en l'honneur du sacrifice des troupes américaines et est l'un des lieux de commémoration du débarquement. Le président Ronald Reagan y assista à une cérémonie lors des commémorations du 40e anniversaire du débarquement en juin 1984. Le président Bill Clinton y célébra le 50e anniversaire du débarquement le 6 juin 1994. De nombreux blockhaus et cratères de bombardement sont encore visibles et le site est aménagé pour la visite. Des armes ont été détruites récemment au pied des falaises (mai 2015).
      ( Source : Wikipédia )

      Ouvert toute l'année sauf le 01/01 et 25/12, du 16/09 au 14/04 de 9h30 à 16h30 et 15/04 au 15/09 de 9h30 à 17h30. Un centre d'accueil est situé à l'entrée du site avec un film et des panneaux explicatifs. Ouvert du 16/09 au 14/04 de 9 h à 17 h. Du 15/04 au 15/09 de 9 h à 18 h. Fermé les 01/01 et 25/12. Site en visite libre et gratuite. Une appli mobile "Pointe du Hoc" est disponible (gratuit,sur iTunes et Google Play)pour vous guider pendant votre visite. Nous vous conseillons de la télécharger avant votre venue. Cette application GPS, construite autour de onze étapes de visite et sept points d'intérêt, permet de mieux découvrir le site.

       
      Les cratères de bombes encore visible sont impressionnant, la vue y est magnifique, attention tout de même de ne bas approcher trop prés le bord de la falaise. A faire absolument.
       
    • By Pendemonium
      Elles vont nous porter encore un bout de temps alors autant les faire à nos pieds.
      Perso, les miennes ont quelques années de services, beaucoup (trop) de kilomètre, 3 réparations dont un changement de semelle mais au moins elles me vont bien!

      Un des 1er trucs a été de les "casser": en gros, c'est comme pour le poulpe, faut taper dessus pour les attendrir. Une nuit plié en 2 sous les pieds de lits, les chauffer pour ensuite appliquer un graissage généreux à la graisse animale (pas synthétique). Les laisser s'imbiber, les frotter longuement pour infiltrer le reste de graisser et les essuyer.
      en avant pour quelques km afin de les mettre à la forme.
      Enfin : un brossage, un cirage et hop.

      Un graissage périodique est le bienvenu.Faut jamais quelles soit sèches trop longtemps.


      Je laisse la place aux baroudeurs qui ont fait bien plus de km que moi, ça fait bien longtemps que je ne les porte plus qu'au quartier :D
×
×
  • Create New...