Jump to content

Disparition du général Maurice Faivre, figure de la guerre d'Algérie.


Recommended Posts

  • Administrateur

Le 4 novembre 2020, disparaissait le général Maurice Faivre , officier Dragons-parachutistes en Algérie au début des années 1960, défenseur emblématique des Harkis, dont il s'est occupé après la cessation des combats, sauvant des dizaines de familles. Un héros oublié. 

 

124708031_4757575267648869_87390298771609481_n.jpg

 

Il y a des histoires inconnues du grand public qui méritent d'être partagées. Celle de Maurice Faivre est l'une d'elles. Maurice nait le 19 mars 1926 à Morteau, dans le Doubs. Il est, entre 1947 et 1949, élève à l'École spéciale militaire de Saint-Cyr. Il va sortir Major de promotion de la promotion Rhin et Danube. À l'issue de sa formation, il décide de s'orienter vers la Cavalerie et la Légion étrangère. Mais l'État-major ne le voit pas comme ça et lui propose de rejoindre la branche des Renseignements militaires.
 
124828536_4757575384315524_149045086353622789_n.png
 
Entre 1949 et 1950, Maurice suit les cours de l'École d'application de l'Arme blindée-Cavalerie installée à Saumur. Et le 20 août 1955, il est déployé pour la première fois en Algérie, basé à Constantine où il constate les conditions très difficiles des populations locales. À la tête d'un escadron d'appelés, le capitaine Faivre est chargé de la construction, en banlieue de Constantine, d'un village destiné à reloger les habitants des bidonvilles, puis à la construction de maisons pour les ouvriers agricoles de Guettar-el-Aiech.
 
5-0.jpg
 
En 1958, il retourne à l'École d'application de l'Arme blindée-Cavalerie de Saumur. Il est alors retenu pour partir une seconde fois en Algérie, en 1960. Il doit notamment, à la tête de son escadron, protéger une région comprenant trois villages. Pour cette tâche, il s'adjoint une soixantaine de harkis. Une équipe médicale, menée par son épouse Monique, soigne gratuitement les populations, en soutien des forces armées. En octobre 1960, après l'assassinat d'un harki, il décide d'intensifier les relations entre eux et l'armée française. Ses hommes construisent de nouvelles infrastructures, dont une nouvelle école et une route. Maurice organise même un pèlerinage traditionnel au marabout de Taftis, en soutien à la population. L'officier, désormais commandant, est très lié aux habitants de l'oued Berd. Mais en octobre 1961, son régiment est dissous et rappelé : Maurice Faivre doit quitter l'Algérie dans les semaines qui suivirent pour rentrer en France.
 
harkis-pourquoi-une-grande-cause.png
 
Il rejoint dans un premier temps l’École Supérieure de Guerre à Paris (1964 à 1966). Mais dans le même temps, il reçoit de nombreux appels de la préfecture de police de Paris : des harkis de l'oued Berd ont réussi à rentrer en France après les accords d'Évian de 1962 et l'indépendance algérienne, pour s'installer à Choisy-le-Roi. Ils vivent dans des conditions très difficiles et manquent de tout : l'officier décide, avec l'aide de ses officiers de l'époque, de les aider, achetant tout ce qu'il peut et se battant pour rapatrier les familles des harkis en France. Il est l'un des rares officiers a ignorer l'interdiction d'aide mise en place par le Ministre de l'intérieur de l'époque, Roger Frey, qui exigeait des forces armées le refus d'aide aux membres des armées supplétives dont la vie était pourtant directement menacée. Au total, Maurice aide une cinquantaine de familles et plusieurs centaines de personnes, qui déménagent pour s'installer à Dreux, en Eure-et-Loir.
 
124624877_4757575397648856_8502160761085529961_n.jpg
 
La carrière de l'officier continue en parallèle et n'est pas directement affectée par sa désobéissance. Il devient en 1966 officier parachutiste à Tarbes, devenant le chef du 13e régiment de dragons parachutistes, installé à Dieuze, en Moselle, quelques années plus tard. Cette unité était alors la meilleure de l'armée française dans la recherche du renseignement. En 1975, une fois terminé son temps de commandement au 13e RDP, il devient chef du Deuxième bureau à Baden, au IIe corps d’armée, quelques années avant de prendre sa retraite. Il deviendra par la suite écrivain, historien et politologue.
 
Capture d’écran 2020-11-09 113544.jpg
 
Aujourd'hui encore, le nom de Maurice Faivre est sacré dans la ville de Dreux : il a permis que ces familles puissent s'installer et trouver une sécurité, chose impossible en Algérie d'alors. Ils pleurent, comme nous, la disparition de Maurice Faivre.
(Source : Passionmilitaria)
 

Distinctions

Croix de la Valeur militaire (1957)

Ordre national du Mérite

Commandeur de la Légion d'honneur (2016)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Maurice_Faivre

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.



  • Posts

    nonorex

    Posted

    Bonsoir, Je suis un homme de 36 ans, vivant à Nantes et qui souhaite s'engager dans la réserve, servir son pays et protéger ses citoyens. Fils de militaire et frère de militaire, j'ai toujours eu un très fort intérêt pour l'armée, sans jamais sauter le pas, ayant choisi une carrière dans le civil. Aujourd'hui une évolution professionnelle me laisse le temps de m'engager comme réserviste et l'envie est toujours bien présente, me voilà donc inscrit sur le site dédié. J'ai candidaté auprès du 6ème RG (il n'y a rien à Nantes) suite à la lecture sur de quelques info ici. Malheureusement, j'ai été informé ce jour, sans avoir pu passer d'entretien, que je ne correspond pas au profil recherché par ce régiment : "des étudiants de 20 ans pour monter la garde" pour citer la personne que j'ai eu au téléphone. Je n'ai pas vraiment pu défendre ma candidature, et c'est une vraie déception pour moi. Du coup je m'interroge : est-ce que j'ai mes chances auprès d'autres régiments, ou est-ce que je suis simplement trop vieux pour m'engager dans la réserve ? Je suis plutôt sportif, j'ai l'esprit d'équipe, les valeurs, l'envie, le temps... Mais j'ai peur qu'il soit trop tard pour moi. Autour de Nantes, il reste : l'école du Génie à Angers, le 2ème RMAT de Bruz, le 3ème RIMa à Vannes, et un peu plus loin le 2ème RD. Je peux même éventuellement pousser jusqu'à Paris en prenant le train (2h30 depuis Nantes), si ça peut me permettre de me former et de m'engager, j'ai un ami au 24ème RI qui s'éclate dans la réserve. Si vous savez me recommander une affection en fonction de ma situation, ou si vous avec un quelconque conseil, je suis preneur de toute info. Merci par avance !

    Heïdi

    Posted

    Bonjour, Dans le droit international le statut de " co-belligérant " n'existe pas et nous ne sommes pas non plus des belligérants. Pour l'être, il faut que par exemple des militaires français en uniforme français soient sur le sol ukrainien avec blindés, chars, avions ...etc !! D'ailleurs dés le début de la guerre, Joe Biden a dit qu'il n'y aurait aucun soldat US en Ukraine. Par contre la livraison d'armes est légale. L'ONU a reconnu que l'Ukraine est un pays souverain. Il est agressé et a le droit de se défendre. Il a le droit d'acheter des armes ou d'en recevoir. Pour rappel, le droit international de reconnaît pas l'annexion de la Crimée. C'est la Russie qui n'arrête pas d'utiliser les mots " belligérant and Co ", c'est politique et en direction du peuple russe et des " amis " de la Russie en France et dans le monde !  

    Heïdi

    Posted

    Bonjour, Airbus va fournir à la Défense Belge des communications par satellite. source... https://defencebelgium.com/2023/01/25/airbus-fournira-des-communications-par-satellite-a-la-defense-belge/
×
×
  • Create New...