Jump to content

Vie de couple entre militaires


Guest Systema

Recommended Posts

Guest Systema

Bonjour,

 

Mon amie et moi-même nous sommes rencontrés aux portes ouvertes de la Défense. Nous sommes aujourd'hui dans une belle relation. Je suis militaire (active), elle est civile mais candidate à l'Armée. J'ai donc quelques questions, si certains ici ont connaissance de la vie de couple entre deux militaires.

 

Comment s'articule la relation autour d'un schéma de vie professionnel ?

Comment s'adapter au niveau des horaires ?

Quelle est le degré de déformation professionnelle pouvant intervenir dans le bien-être ou la décadence d'un couple militaire ?

Quels objectifs pour les enfants ?

 

Note hors-sujet : en voulant me renseigner sur la question, je suis tombé sur un site de rencontres militaire :jairiencompris: .

Je ne savais même pas que ça existait.

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

  • 4 weeks later...

Les OPEX sont terribles puisqu'ils durent généralement 4 mois et isolent les deux membres du couple. 

C'est cela qui peut avoir un effet sur la durée de vie du couple.

C'est quelque chose que l'on doit savoir en embrassant la vie de militaire qu'un jour ou bien un autre, on est obligé de quitter sa famille pour aller servir son pays loin de chez soi.

 

Sur ce site, on le voit très bien que les enfants suivent en quelque sorte la voie de leurs parents en servant en tant que réserviste ou bien carrement dans l'active.

Link to comment
Share on other sites

  • Moderator

Il n'y a pas que les séjours OM/OPEX qui peuvent peser sur la vie familiale. Il en va de même pour les mutations régulières, notamment en région pas particulièrement touristique ou en région parisienne. Cela induit perte de l'emploi pour l'épouse, éloignement des amis, parfois de la famille. Changements d'école réguliers pour les enfants.

 

Il y a les concours, les examens à préparer, pendant lesquels la famille est plus ou moins entre parenthèses.

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

  • 3 weeks later...
Guest Systema

Bonjour/bonsoir (en fonction de l'heure, vu que nous avons un ami canadien),

 

Merci pour vos réponses.

 

En effet, pas évident... ma petite amie et moi-même venons de nous établir ensemble, officiellement, mais nous nous voyons peu. Elle a réussi ses tests et vient d'être incorporée.

 

Les horaires ne sont pas évidents... elle reçoit sa première année d'instruction, donc pas facile, et moi avec les Forces Spéciales c'est encore plus compliqué. Les formations/stages FS sont rudes, longs, etc, et tout cela conjugué à son instruction, l'idée d'une cohabitation était peut-être trop précipitée et irréfléchie.

 

En plus avec les FS, nous avons abandonné l'idée d'un futur avec des enfants. Dommage, j'avais envie d'en avoir... mais ma carrière et mes devoirs passent avant tout le reste, même si pour cela je dois sacrifier mes désirs.

 

Merci encore à vous... et si d'autres ont des questions en rapport avec celles qui ont initialement été posées, je reste dispo selon mes horaires.

Link to comment
Share on other sites

  • Moderator
En plus avec les FS, nous avons abandonné l'idée d'un futur avec des enfants. Dommage, j'avais envie d'en avoir... mais ma carrière et mes devoirs passent avant tout le reste, même si pour cela je dois sacrifier mes désirs.

 

Bonsoir, ne perds pas de vue que la carrière ne dure qu'un temps. Elle peut parfois se terminer plutôt que prévu, avec une inaptitude médicale par exemple. Il est dommage ensuite, de regretter certains choix.

Link to comment
Share on other sites

Guest Systema

Tu as parfaitement raison Torrens, c'est la voix de la sagesse.

 

Mais que ferais-tu à ma place ? Les FS c'est vraiment un truc en or. Là, on ne parle plus de la bande à Basile. J'ai 26 ans, je peux très bien faire des années de carrière, je serai toujours en âge de procréer, non ?

Link to comment
Share on other sites

Guest Systema

Boire ou conduire, il faut choisir...

 

Blague à part, Bouchon, tu tapes dans le mile.

 

Ce genre de dossier est toujours délicat... déjà pour un militaire non-FS c'est pas évident de conjuguer vie de famille et travail, mais pour un commando d'opération spéciales... en général on ne voit pas grandir nos enfants, les femmes vivent très mal la juxtaposition des priorités professionnelles, etc.

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur

Le tout étant de savoir si tu désir un enfant, par amour, parce-que tu aime les enfants ?

Ou si tu désir un enfant par égoïsme ?

Comme beaucoup de personnes, dont moi pendant un certain temps, afin d' avoir une descendance, quel-qu' un quand tu seras vieux et seul...

Une fois que tu as compris ça, tu voit les choses déjà différemment ! ;)

Link to comment
Share on other sites

Guest Systema

Merci pour cette lumière de sagesse et d'expérience, Bouchon.

 

Je ne désire pas un enfant "par amour" - que mes propos ne soient pas mal interprétés - "par amour", je veux dire par là : "j'aime ma femme donc je lui fais un enfant".

 

Non.

 

Je désire vraiment un enfant, parce que j'aime les enfants, parce que j'en veux un "à moi" (égoïsme ?), parce que je veux une descendance, je veux procurer de l'amour, donner de l'amour à mon fils/ma fille. Il y a 2 ou 3 ans déjà, j'ai commencé à ressentir ce besoin, ce sentiment de besoin de procréation purement humain, le côté "paternel" de ma fibre génétique. Mais bon, quelque part, j'essaie de me mettre en situation : aurai-je toujours le même état d'esprit, les mêmes sentiments, une fois mon enfant venu au monde ?

 

Mon ex-conjointe est tombée enceinte un peu "par hasard" et a avorté, d'un commun accord. Nous n'étions pas prêts, mais ça m'a fait réfléchir. Lourdement. Aujourd'hui, je suis partagé entre désir, besoin et envie. Comme tu le dis bien, il y a certainement une large part d'égoïsme et de culte de l'ego dans ces sentiments.

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur

Par contre, si tu vous  désirez vraiment un enfant, n' attend pas, fonce ! ;)

 

Sinon, tu attendras toujours le moment propice et à force d' attendre le temps passe. C' est plus facile et agréable quand les parent sont relativement jeunes, après ( la quarantaine ) c' est plus difficile. Et si toi tu peux procréer encore longtemps, ta compagne et les femmes en générale sont limitée et avec le temps, c' est plus difficile et surtout plus risqué pour l' enfant.

Link to comment
Share on other sites

Guest Systema

Par contre, si tu vous  désirez vraiment un enfant, n' attend pas, fonce ! ;)

 

Sinon, tu attendras toujours le moment propice et à force d' attendre le temps passe. C' est plus facile et agréable quand les parent sont relativement jeunes, après ( la quarantaine ) c' est plus difficile. Et si toi tu peux procréer encore longtemps, ta compagne et les femmes en générale sont limitée et avec le temps, c' est plus difficile et surtout plus risqué pour l' enfant.

 

Entièrement d'accord, une fois encore, Bouchon.

 

Mais ma future femme, étant elle-même militaire, et moi aux FS, qu'est-ce que sera l'avenir de notre (nos) enfant(s) ?

 

Une vie à être trimballé de gauche à droite parce maman est en OPEX ou trop prise par ses horaires, et papa absent la moitié de sa vie ? Sans compter le secret de confidentialité... et cette vie à part des FS.

 

"Papa, c'est quoi ce gros sac ? Papa, tu vas où ? Qu'est-ce que tu vas faire ?" ...

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur

Tu ne seras pas le premier et tu trouveras les mots.

 

Ta future femme ne sera pas non plus la première femme militaire à élever un enfant.

 

Mais ça doit rester votre choix à tout les deux !

Link to comment
Share on other sites

Guest Systema

Oui.

 

Comme on me l'a souvent fait remarquer aux premiers entretiens FS/COS : s'inquiéter pour sa femme et son enfant sont des éléments pouvant perturber la stabilité psychologique d'un opérateur FS en mission, donc augmenter les risques de la compromettre.

 

Donc comme je le dis souvent : "boire ou conduire, il faut choisir". Ce n'est pas dénué de sens.

 

Ma priorité, c'est ma carrière FS. Le plus raisonnable serait peut-être de casser tout à partir de maintenant, sans "m'encombrer" (entre guillemets) d'une femme, d'un enfant, etc...? Lors de la sélection, j'ai remarqué que beaucoup de jeunes recrues se rétractent à cause de cet aspect des Forces Spéciales. Mais j'en connais qui parviennent à conjuguer vie de famille & boulot. Ils ne sont pas nombreux, et dans ces cas rares, leurs femmes sont presque toujours femmes au foyer. Donc, capables de garder un enfant et s'en occuper toute la journée.

 

Alors qu'un papa FS à moitié absent et une maman militaire, ce n'est pas vraiment l'idéal pour l'équilibre d'un enfant, n'est-ce pas ?

Link to comment
Share on other sites

C'est un fait mais si vous avez de la famille qui peut compenser pour votre enfant, c'est cela qui compte.

Vous verrez plus tard vous serez heureux d'avoir été jusqu'au bout et avoir quelqu'un sur qui compter pendant vos vieux jours. C'est cela qui est important.

 

Pour le psychique de votre enfant, il faut qu'il y ait de la famille qui aide soit du coté de votre femme soit de votre coté qui soit là pour prendre le relai.

Quelqu'un qui est étranger à la famille laisse des traces psychiques chez l'enfant. Tout dépend de sa capacité à récupérer et de sa capacité à comprendre ce que fait ses parents. Il faut lui expliquer mais sans rentrer trop dans les détails.

Link to comment
Share on other sites

Guest Systema

"Donc comme je le dis souvent : "boire ou conduire, il faut choisir". Ce n'est pas dénué de sens."

 

A quoi ca sert de boire? A oublier pendant quelque instant tes malheures ...

A quoi t'amene de conduire ? A avancer ...

 

La maintenant tu peut choisir "boire ou conduire" ?

 

 

Max1 : c'était une métaphore. Une allégorie. Une image.

 

Et pour le choix : je préfère conduire. C'est ma carrière dans les forces spéciales. Là on ne parle plus de Toto, Ratatouille ou Barbapapa. La bande à Basile, oublie. (dixit l'opérateur du CS FS)

 

Si je dois sacrifier mes propres besoins/désirs, si je dois sacrifier une partie de moi, alors je le ferai. Et tant pis pour le reste...

 

... même si je le regretterai certainement dans quelques années.

Link to comment
Share on other sites

Guest Systema

C'est un fait mais si vous avez de la famille qui peut compenser pour votre enfant, c'est cela qui compte.

Vous verrez plus tard vous serez heureux d'avoir été jusqu'au bout et avoir quelqu'un sur qui compter pendant vos vieux jours. C'est cela qui est important.

 

Pour le psychique de votre enfant, il faut qu'il y ait de la famille qui aide soit du coté de votre femme soit de votre coté qui soit là pour prendre le relai.

Quelqu'un qui est étranger à la famille laisse des traces psychiques chez l'enfant. Tout dépend de sa capacité à récupérer et de sa capacité à comprendre ce que fait ses parents. Il faut lui expliquer mais sans rentrer trop dans les détails.

 

Difficile.

 

Voire impossible.

 

Un enfant, pour être stable, bien dans sa peau, dans sa tête, a besoin de parents présents, disponibles, tout simplement "là".

 

Alors tant pis. J'ai fait mon choix. Pas d'enfant(s), et j'envisage de rompre avec ma conjointe (pour abréger les souffrances et les prises de tête).

 

Ma carrière dans les Forces Spéciales passe avant le reste. C'est mon devoir, mon honneur, mon prestige - à travers tout ce que je suis et dans tout ce que je fais.

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Guest Systema

+1 avec Fahrenheit.

 

Max1, merci de ne plus tenir de propos pareils. Si c'est toléré sur doctissimo ou Youtube, ce n'est pas le cas sur un forum militaire. Le choix que je prends est réalisé en toute conscience, je sollicitais donc l'avis d'autres militaires, qui connaissent peut-être des soldats dans les forces spéciales, afin de témoigner.

 

Juger est ton droit, l'exprimer est ton droit, mais veille à ne pas t'égarer sans expérience du métier d'armes, encore moins, peut-être au sujet d'une section spéciale de l'Armée elle-même.

 

Concernant ta remarque : si une femme tombe amoureuse de moi, je ne vais pas "la jeter". Il lui sera poliment fait comprendre que je suis indisponible.

Link to comment
Share on other sites

Guest Systema

J'avais compris , tu ne choisis pas de conduire mais de boire ... [je choisis de conduire]

Ça va tu t'y connais en dessin animé .

Je plein la femme qui tombera amoureuse de toi elle risque de se faire salement jeté vu comment tu parle de ta (aparament futur ex) conjointe . O.O [elle ne se fera pas jeter. Et tu crois que ce sera facile pour moi si c'est réciproque ?]

Je sent que je vais être vaccine contre les militaires ... [à cause d'un seul témoignage ? Une seule version ? Un seul militaire dans les FS, tu en fais une généralité ?]

Link to comment
Share on other sites

  • Moderator

Merci de ne plus jeter d'huile sur le feu. De plus, les messages en rouge sont réservés à la modération. Au prochain écart, le sujet sera définitivement verrouillé.

 

Merci de votre compréhension.

Link to comment
Share on other sites

Guest Systema

Je conçoit tout à fait que chacun fait ce qui veux de sa vie ....

Chacun a sa vision du monde et de ses priorité .

Ce sujet est intéressant ça vaut pas sa fermeture .

À ta santé Systema .

 

 

Eh bien voilà mon choix est fait... je suis dorénavant célibataire pour raisons professionnelles. La rupture a été rapide. Un pansement, plus vite on l'arrache, moins ça fait mal.

 

Pour les FS : On part 6 mois à l'étranger, sans retour, puis encore 6 mois. Après ça, encore 6 mois, puis encore 6 mois.

 

2 ans d'entraînement supplémentaires. Plus 1 an pour compléter le tout. Donc, 3 ans. Ca n'aurait pas été compatible avec une vie de famille. Comme on nous l'a bien précisé lors des entretiens : une conjointe ou des enfants sont difficilement conjugables avec la vie (le job) d'un membre des forces spéciales. L'aspect psychologique est primordial.

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites



  • Posts

    HernanF

    Posted

    Le trois-mâts ARA Libertad, navire-école de la Marine argentine, dans la rade du Toulon , troisième escale européenne dans son 50e Voyage de formation.   Ici hier au large de Bormes-Les-Mimosas, dans le Var, lieu de naissance du marin argentine Hippolyte Bouchard.  

    frmepervine

    Posted

    Hello !  J'ai une petite question à poser à une féminine qui aurait passé les examens au cso dernièrement  Merci ! 

    Mysteriosa

    Posted

    Bonsoir à toutes et à tous, Tour d'abord j'espère poster sur le bon forum, je m'en excuse par avance si ce n'est pas le cas. Je voulais savoir s'il était possible de retrouver un légionnaire en ayant que peu de renseignements.  Je n'ai pour informations utiles qu'une date, un lieu (dans lequel il travaillait ), son âge, ainsi que sa nationalité. Je connais aussi la ville où il a passé une bonne partie de sa vie. Ne me jugez pas j'ai complétement oublié son prénom. J'avoue que ce qui m'a interpellé lors de la rencontre c'est qu'il me disait être légionnaire mais travaillait (ou n'était-il qu'en mission?) dans un musée privé, enfin plutôt à l'entrée de celui-ci. Avait-il terminé ses classes ? Était-il un jeune légionnaire à la retraite ? Je n'en sais rien. Toujours est-il que j'aimerai le retrouver, mais je ne sais pas de quelle manière. Si quelqu'un a une idée je suis preneuse ! Merci                

    Yoan

    Posted

    C'est exactement ça, j'ai cherché à joindre la BA de Creil aujourd'hui demandant le service de recrutement de la réserve : sans succès. Sûrement réessayer plus tard... Mais oui je craint bien que les CIRFA, dans ce cas précis, ne soient pas de la plus grande efficacité. Aussi, je pense que plus vite c'est fait, mieux c'est ! Merci de porter attention à ma question en tout cas, c'est sympa ! 

    Bouchon-Gras 49

    Posted

    Je n'oser pas le dire, sinon le mieux est d'avoir un contact sur la base ou tenter de joindre un officier s'occupant de la réserve.
×
×
  • Create New...