Jump to content

Pubs pour l'Armée ?


Guest Systema

Recommended Posts

Guest Systema

Bonjour,

 

Ayant voyagé en France il y a quelques temps, je fus surpris de constater que l'on diffuse des publicités pour le recrutement. Tant au niveau des "pubs" télévisées que des affiches ici et là. Un peu comme aux USA, en Russie, etc.

 

Chez nous (Belgique) ça n'existe pas. Alors que nos deux pays (concernant la composante terre) peinent à recruter sur base de critères qualitatifs en baisse.

 

Pourquoi cette différence ? J'ai posé la question à certains collègues, eux aussi relativement perplexes face à un sujet qui n'est même pas abordé chez nous.

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur

Je ne sais ce qu'il en est en Belgique, mais en France, la nécessité de recruter en masse, en raison de la politique de maintien d'une certaine jeunesse dans les effectifs et en raison des contrats courts, fait qu'il faut chaque année, organiser une turn over important. Il faut donc recruter fort auprès des jeunes pour pouvoir maintenir un choix dans la sélection des profils et donc communiquer largement autour du fait que l'armée est un employeur potentiel autant qu'un autre.

D'où ces cmampagnes de recrutement renouvellées chaque année tant à la télé que par voie d'affichage.

Link to comment
Share on other sites

Guest Systema

Je ne sais ce qu'il en est en Belgique, mais en France, la nécessité de recruter en masse, en raison de la politique de maintien d'une certaine jeunesse dans les effectifs et en raison des contrats courts, fait qu'il faut chaque année, organiser une turn over important. Il faut donc recruter fort auprès des jeunes pour pouvoir maintenir un choix dans la sélection des profils et donc communiquer largement autour du fait que l'armée est un employeur potentiel autant qu'un autre.

D'où ces cmampagnes de recrutement renouvellées chaque année tant à la télé que par voie d'affichage.

 

Bonjour Bero. Merci de cette information.

 

Je comprends mieux pourquoi certains pays font de la publicité "militaire".

 

Chez nous (BE), il est très rare (voire quasiment inexistant) de tomber sur des pubs (télé, affiches). Les seuls "pubs" sont les dépliants, mil.be et les journées portes-ouvertes, ainsi que des stands d'infos lors du défilé national.

 

En revanche, je comprends parfaitement pourquoi sur nos brochures/dépliants il y a toujours des femmes. En rapport avec l'article de Jacques Trappler sur missionreconversion.fr.

 

En même temps, il faut aussi être réaliste : le Belgique a à peine la taille de l'un de vos départements !

Link to comment
Share on other sites

  • Moderator

Je trouve les pubs pas mal faites en France. La génération cible est tournée vers les communications impalpables et immédiates. Les vidéos montrent un boulot dans la boue et la sueur. C'est pas mal.

 

Mais (il en faut toujours un...) elles ne plaisent pas aux militaires en général qui les trouvent assez loin de la réalité du quotidien des militaires.

Link to comment
Share on other sites

  • Moderator

Mais (il en faut toujours un...) elles ne plaisent pas aux militaires en général qui les trouvent assez loin de la réalité du quotidien des militaires.

 

Certes, mais les campagnes de recrutement doivent avoir un côté attractif, presque "clinquant". On va mettre de côté toute la dimension "routinière" du métier.

Link to comment
Share on other sites

  • Spécialiste

C'est sur Tobo que lorsqu'on te présente des baskets, on te montre le sportif de haut niveau qui finit son ascension sur une montagne au coucher du soleil, pas l'asiatique probablement mineur qui les fabrique pour presque rien ou les ampoules que tu te feras aux pieds lorsque tu les mettra au début ;)

 

Et ensuite ça dépend beaucoup du régiment que tu intégrera, de la fonction que tu occuperas. Il y a une différence de rêve à promouvoir entre un fantassin parachutiste et le militaire chauffeur poids lourd d'un régiment de logistique. Là on touche plus aux CIRFA qui doivent faire du chiffre tout en diffusant une image réaliste de ce qu'il propose à un postulant.

 

Le dernier soucis, c'est que le MinDef n'a pas finit d'appliquer une refonte de son système et de l'évaluer qu'on lui demande encore de se réorganiser avec les réductions d'effectif que nous connaissons. Pas facile de donner une image précise du militaire au jeune civil qui pourrait s'engager....

Link to comment
Share on other sites

  • Moderator

 Il y a une différence de rêve à promouvoir entre un fantassin parachutiste et le militaire chauffeur poids lourd d'un régiment de logistique.

 

Pendé, tu sais bien (et Tobo aussi) qu'on n'a jamais fait mieux que le parachutiste. :lol: :Diantre, je me gausse!!:

Link to comment
Share on other sites

  • Moderator

Un soldat c'est un patriote, qui aime la discipline, l'effort, le don de soi, ... Il cherche à montrer et se montrer qu'il peut dépasser certaines limites...

 

Le jeunes viennent chercher quelque chose, leur vendre du rêve ce n'est pas la meilleure des choses. C'est occulter la réalité, certaines peuvent le prendre comme un mensonge.

Link to comment
Share on other sites

Guest Systema

Pour en revenir à la publicité militaire : effectivement nous vendons du rêve. La sueur, la boue, ça, tout le monde de plus ou moins logique s'y attend.

 

Mais un jeune civil désireux de s'engager et servir n'est certainement pas confronté à la perspective d'ouvrir le feu, d'être touché par une balle, de donner la mort ou la recevoir. Ainsi que la routine. Les jeux vidéo font suffisamment de pubs pour les fameux futurs "Rambos" qui déchantent bien vite en s'apercevant, une fois intégrés, que le quotidien militaire n'est pas ce que nous montrons dans nos brochures/dépliants/pubs.

 

Par exemple au sujet des femmes, omniprésentes sur les dépliants et en parfait accord avec ce que nous venons de dire, je paraphrase l'article de Jacques Trappler sur missionreconversion.fr "La place de la femme dans l'armée, une difficile équation" :

 

 

C’est une ouverture légitime qui fait d’elles des guerrières à part entière. Car l’armée c’est la guerre, c’est le tir, c’est le feu, c’est donner la mort et la recevoir. Mais, habitués que nous sommes aux missions humanitaires conduites par des militaires et autres casques bleus, ce n’est pas la guerre que nous projetons sur les écrans pour promouvoir l’égalité des sexes dans l’armée et la carrière, mais bien souvent la mise en scène d’un mode de vie trépidant, exaltant... Et on y court pour donner un sens à sa vie.

 

Nous avons créé, pour gonfler les rangs, des motivations en parfaite contradiction avec la réalité du métier des armes ; et à la question « pourquoi vous engagez-vous ? » bon nombre de voix féminines invoquent l’humanitaire, les voyages et autres aspirations dont la guerre est exclue.

 

Ici évidemment le sujet n'est pas "La place de la femme", mais les vérités qui découlent de ce que je viens de citer souligner/mettre en gras.

Link to comment
Share on other sites

Guest Systema

Un soldat c'est un patriote, qui aime la discipline, l'effort, le don de soi, ... Il cherche à montrer et se montrer qu'il peut dépasser certaines limites...

 

Le jeunes viennent chercher quelque chose, leur vendre du rêve ce n'est pas la meilleure des choses. C'est occulter la réalité, certaines peuvent le prendre comme un mensonge.

 

D'accord à 99% tobo.

 

Un soldat n'est pas forcément un patriote (mais OK pour le reste).

 

Je suis devenu soldat parce que j'aime la nature, le sport, les grands espaces, l'action, l'aventure, la discipline, l'effort, le don de soi, l'envie de servir une cause (que je crois) juste, ainsi qu'un cadre me permettant d'évoluer au sein d'une organisation hiérarchique - j'aime l'histoire et les armes. De plus, je marche dans le sentier de mes aïeux français de souche (et sers l'Armée belge).

 

Il y a 5 types de militaires :

 

Ceux qui s'engagent par tradition familiale.

Ceux qui sont patriotes, désireux de servir.

Ceux qui sont là parce qu'ils ont besoin d'un job.

Ceux qui cherchent l'aventure, le sport, les armes, la nature, les grands espaces.

Et puis ceux qui cherchent un moyen légal de tuer d'autres personnes.

 

Je ne fais partie ni des patriotes ni des psychopathes mais bien des 3 autres catégories.

 

Et je n'ai pas eu besoin de pub pour m'engager. Je savais à quoi m'en tenir de par l'expérience racontée des anciens et en signant je savais que la guerre faisait partie de l'équation. Ainsi que la mort. Donnée ou reçue.

 

Réalité qui n'est pas présente dans nos publicités - au risque de faire peur aux jeunes civils intéressés évidemment !

Link to comment
Share on other sites

  • Moderator

D'accord à 99% tobo.

 

Un soldat n'est pas forcément un patriote (mais OK pour le reste).

 

Je suis devenu soldat parce que j'aime la nature, le sport, les grands espaces, l'action, l'aventure, la discipline, l'effort, le don de soi, l'envie de servir une cause (que je crois) juste, ainsi qu'un cadre me permettant d'évoluer au sein d'une organisation hiérarchique - j'aime l'histoire et les armes. De plus, je marche dans le sentier de mes aïeux français de souche (et sers l'Armée belge).

 

Pour moi ce sont des choses (en gras) qui montrent un certain patriotisme, si tu n'est pas patriote tu peux à tout moment aller servir les gars d'en face. Non? Alors pourquoi tu n'irais pas en face? Quelles en sont les raisons? Grosso modo c'est une volonté de défendre la famille, les amis, un mode de vie, ... En gros la défense d'une volonté collective => "Attachement sentimental à sa patrie se manifestant par la volonté de la défendre, de la promouvoir." Larousse

 

 

Il y a 5 types de militaires : c'est toi qui le dit

 

Ceux qui s'engagent par tradition familiale. Ne tien pas le choc des formations engageantes, explose si il n'y a pas quelque chose de profond de personnel.

Ceux qui sont patriotes, désireux de servir. Si tu n'en a pas tu fais parti des derniers. Car c'est le seul ciment des armées, la seule chose commune aux gars, le socle pour créer une cohésion.

Ceux qui sont là parce qu'ils ont besoin d'un job. Contrats courts demandent à servir en soutien rapidement la plus part du temps lorsqu'ils découvrent les contraintes du métier.

Ceux qui cherchent l'aventure, le sport, les armes, la nature, les grands espaces. Là je vois pas trop le rapport avec l'armée, garde forestier, rangers dans un parc naturel en Afrique,...

Et puis ceux qui cherchent un moyen légal de tuer d'autres personnes. Mercenaires

Link to comment
Share on other sites

Guest Systema

Si le patriotisme est vraiment le ciment des armées, je m'interroge sur la Légion. Moi qui pensais me reconvertir, parce que je suis français de souche, désireux de servir la France, parce que ce sont mes origines, etc. L'armée belge m'a appris énormément mais à la base ce n'est pas vraiment mon pays.

 

Pour le non-patriotisme risquant de mener à "servir les gars d'en face" : tu as raison.

 

Toutefois, si l'on raisonne en terme de trahison à sa propre Armée. Dans un sens, c'est déserter pour s'allier à l'ennemi.

Link to comment
Share on other sites

Guest Systema

Une dernière question concernant le patriotisme : si quelqu'un comme moi (simple soldat) décide de rejoindre les FS (et non pas les fesses :P) d'un pays en particulier - ici Belgique en l'occurrence - est-ce le même sens donné au mot "patriotisme" ?

Link to comment
Share on other sites



  • Posts

    Janmary

    Posted

    L’actualité est au ballon Chinois traversant haut dans le ciel l’Alaska, le Canada et les Etats-Unis d’Amérique. Il n’y a pas de surprise. Un peu d’Histoire sur les ballons. Quelques idées sur les projets et les réalités.   Un Français, Camille Rougeron, polytechnicien et ingénieur naval, ayant participé aux conceptions de notre flotte de guerre entre les deux conflits mondiaux fut par la suite nommé au Ministère de l’Air toujours avant le second conflit mondial. Il fut un théoricien avertit de nombres de conceptions d’armes par la suite et auteur de nombreux ouvrages avant et après guerre (1939-1945). Par exemple on lui doit, la formulation du chasseur-bombardier qui affiche un poids de bombe équivalent à un bombardier lourds à puissance égale rapportée au cheval avec la vitesse d’un chasseur après lancement. Les bombes, bombes planantes pour l’attaque à grande distance et torpilles assistés par fusées qui donnèrent la roquette anti-char par la suite durant le second conflit mondial. Les obus d’artillerie avec une puissance additionnelle après le tir qu’il appelé obus –fusée et qui donna lieu au mortier de 120 mm de l’Armée par la suite. Etc.Etc.   Un ouvrage doit être retenu pour une innovation entre autre, à savoir = La guerre nucléaire. Armes et parades. – 1962 – Chez Calmann-Levy   Le but proposé par l’auteur étant l’attaque par ballon de sites agricoles et industriels. Il s’agissait d’un ballon d’un diamètre de 30 mètres, possible de fabrication à l’époque puisque utilisé par des ballons du type « Echo 1 » pesant moins d’une centaine de kilos. Il aurait eu un volume de 10.000 mètres cubes (pi.R au cube) avec un mélange gazeux Sachant qu’un kilo d’explosif TNT dégage 10 Kilocalories et un hydrocarbure 10.000 à 11.500 Kilocalories par kg, et qu’un kg de gaz représente 1 mètre cube, c’est environ 10 tonnes de gaz  qu’aurait comporté ce ballon.  Or, le gaz est énergiquement plus puissant qu’un explosif puisque le rapport calorifique des gaz est supérieur à la tolite par exemple dans le rapport précité soit  10 tonnes de gaz représente 100 tonnes de tolite.     Nous pouvons donc voir qu’un « ballon inoffensif  de 30 mètres de diamètre » peut provoquer des dégâts non négligeables si l’on peut l’amener sur un objectif. Certains ballons ont pu être contrôlés par radio pour acquérir des vents favorable à des altitudes assez élevés (Test d’un ballon en 1954, lâché de Vernalis en Californie, il monta à 11300 mètres. Il fut contrôlé pendant 52 heures pendant un trajet de 10.080 km. Il atterrit à Badajoz en Estrémadure, Espagne).   En 1955, Explorer II, avec un poids de 2950 kg pour 105.000  mètres cubes améliora encore les caractéristiques et purent avoir épaisseurs d’enveloppe de 0,01 à 0,06 mm.   La détection de ces ballons peut poser des problèmes. Pourquoi ce Ballon Chinois a-t-il pu survoler l’Alaska puis le Canada avant le survol des USA ? Ballons (gonflé à l’hélium) météo ou de surveillance avec transmission d’informations électroniques (fréquences RADAR, photos aérienne de sites sensibles, etc.).   C’était l’objet des réflexions de ce sujet. Mais un innocent ballon peut-être éventuellement une arme.   Notes = L’aviation de bombardement – 1936 - en deux volumes – Chez Lavauzelle Les enseignements aériens de la guerre d’Espagne – 1940 – Chez Lavauzelle Les enseignements de la guerre de Corée – 1952 – Chez Berger-Levrault Les applications de l’explosion thermonucléaire – 1956 – Chez Berger-Levrault Le pétrole thermonucléaire - 1959 -  Chez Berger-Levrault Ainsi que de très nombreux écrits dans plusieurs ouvrages scientifiques et militaires.  

    Fred689

    Posted

    Tireur d'élite ou de précision? https://www.defense.gouv.fr/terre/actualites/etre-tireur-delite-tireur-precision

    HernanF

    Posted

    Un Rafale monoplace de la Force aérienne de l'Émir du Qatar (QEAF). 📷 Dassault Aviation

    berogeitabi

    Posted

    N’oublions pas que les renseignements américains avaient averti l’Europe de la menace russe aux frontières de l’Ukraine et que l’Europe n’ya pas cru.  Donc, sur ce que prévoit les américains sur la non reprise par l’Ukraine des territoires occupés, nous avons peut-être intérêt à les écouter.    D’autant que dans le même temps, ces américains viennent de signer un accord de coopération militaire avec les Philippines (jusque-là plutôt tournée vers la chine)  justifiant d’une présence militaire accrue sur des bases philippines, ceci pour contrecarrer la volonté Chinoise de contrôler la majeure partie des eaux asiatiques tout en étant plus à même d’intervenir en cas de conflit chinois avec Taiwan. 

    Janmary

    Posted

    Il semble qu'il y a des soucis pour l'administration Américaine. Ces derniers en effet n'envisage vraiment pas la reprise des territoires occupés par la Russie du fait de l'augmentation en ligne des Forces de la Fédération Russe dû a la mobilisation de l'ordre de 500.000 hommes, de changement de tactique, de la prise en compte de leurs échecs passés, de la suppression des relais de télécommunications pour éviter le réparage des téléphones portable des appelés, Etc.Eetc. En effet l'Administration Américaine voudrait régler le problème Russo-Ukrainiens dans les 6 mois. En effet, les USA pensent que le conflit Chine Continentale et Taïwan sera à l'ordre du jour. Depuis 1949 ou les Nationalistes Chinois du général Tchang Kai-Chek ayant perdu la guerre contre les Forces Communistes de Mao Tsé Toung en Chine Continentale, se sont réfugiés à Formose, appelé Taïwan désormais. Décidemment, notre planète est bien malade.
×
×
  • Create New...