Jump to content

photos d'uniforme à décrypter


lemon76

Recommended Posts

  • Administrateur

Bonjour lemon,

Il y a 1 heure, lemon76 a dit :

J'ai trouvé une photo ( sous forme carte postale)

C'est une carte photo, très en vogue à cette période, cela permettait aux soldats de ce faire tirer le portrait, souvent en plusieurs exemplaires que le soldat envoyait à ses parents, sa fiancée, sa marraine de guerre voir à un camarade.

Il y a 1 heure, lemon76 a dit :

signé Léon. Au vu du parcours militaire ci-dessus, et de l'uniforme porté sur la photo ci-dessous, est ce possible que ce soit lui ?

Effectivement il y a toutes les chances pour que ce soit lui.

Pour répondre à la suite j'aurais besoin d'un agrandissement de sa fiche matricule, sur la partie "mobilisé le 4 aout...", merci. Lorsque j'agrandie votre photo, ça devient flou et je ne fait que deviner.

Il y a 1 heure, lemon76 a dit :

et avec la suivante, notre tirailleur ? Je trouve une certaine ressemblance entre ces 2 visages, 

Là j'ai franchement un doute, mais je pense que lorsque j'aurai la partie de sa fiche, je pourrai vous confirmer que ce n'est pas lui.

Il y a 2 heures, lemon76 a dit :

des liens entre tirailleurs et zouaves ??

Alors,

Les Zouaves, Le corps des zouaves est créé lors de la conquête de l'Algérie par l'incorporation de soldats de la régence d'Alger. À partir de 1842, leur recrutement est exclusivement européen.

Donc tous ces Zouaves en tenues chamarré qui partent aux combat en 1914/15 sont des Français (Européens) vêtue à l'orientale.

OIP (3).jpg

Ce sont bien des Bretons, des Alsaciens, des Auvergnats, des Normands, des Vendéens que l'on voit sur ce cliché d'époque.

D'ailleurs un des frères de mon arrière grand père et natif de la Vendée fit son service juste avant la guerre chez les Zouaves et fut mobilisé au 4ème zouave où il fut blessé puis capturé par les Allemands décédant à sa libération des suites de ses blessures.

Les Tirailleurs d'Afrique regroupaient des soldats "indigènes" Sénégalais, Algériens, Marocains, Tunisiens encadré par des sous officiers et des officiers "européens", petit à petit ces soldats montèrent les échelons et certains devinrent officiers (mais ce fut aussi un combat pour eux).

OIP (4).jpg

Tirailleurs marocain, l'officier est (et était toujours) vêtue à l'européenne.

A partir de 1916/17, les troupes d'Afrique fut rééquipés et perdirent leurs tenues chamarrés pour aller au combat, ne conservant comme les zouaves que leurs couvre chef caractéristique, la chéchia.

R (4).jpg

Ce sont des Tirailleurs mais ça pourrait tout aussi bien être des zouaves.

Il est très difficile de différencier un zouave d'un tirailleur sur une carte photo représentant un soldat individuel, seul un numéro, un détail permet d'émettre un doute.

Mais pour en revenir à la grande différence, le zouave est un européen, pas le tirailleur, ce qui n'empêcha pas quelques soldat "européen" d'être affecté dans un régiment de tirailleur, surtout à la fin de la guerre voir juste après car certains soldats ne furent démobilisés qu'en 1919.

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur

Bonjour,

Merci pour ce lien très enrichissant.

Donc voici ce que nous indique sa fiche :

"né le 10 aout 1885"

"incorporé à compter  du 7 octobre 1906 ...... cuirassier de 2eme classe. envoyé dans la disponibilité de l'armée d'active le 21 septembre 1908. Passé dans la réserve de l'armée d'active le 1er octobre 1908"

Donc il est parti accomplir son service militaire à 21 ans.

"à accompli une 1er période d'exercice dans le 1er régiment de cuirassiers du 30 janvier au 21 février 1911"

Il a donc accompli une période de ce que l'on appellerait aujourd'hui de réserve en 1911.

"mobilisé le 4 aout 1914 au 23eme régiment d'infanterie. Passe au 1er régiment de zouaves le 21 novembre 1917

On en déduit donc qu'il a combattu du 4 aout 1914 au 21 novembre 1917 dans le seul 23eme régiment d'infanterie, régiment qui n'est pas indiqué clairement en marge à droite de la fiche (............ Rouen Nord), puis a été transféré au 1er régiment de zouaves le 21 novembre 1917 sans indication de fin et ce sur ordre du Grand Quartier Général (GQG) du 9 novembre 1917. 

La marge à droite nous indique son parcours comme suit ;

- Armée d'active : 

                                 -1er Cuirassier.

- Disponibilité ou réserve de l'armée d'active :

                                 - 1er Cuirassier

                                 - ............... Rouen Nord ( on devrait trouver le 23eme régiment d'infanterie ???)

                                 - 1er régiment de zouaves

- Dans l'armée territoriale et dans sa réserve :

                                 - 4eme régiment de tirailleurs

Chose importante, il est indiqué :

"campagne contre l'Allemagne du 4 aout 1914 au 13 mars 1919"

C'est ce qui valide ses droit de combattant, il n'a pas d'interruption (donc pas d'hospitalisation (blessures graves, maladies graves) ou de retrait du champs de combat (retour vers l'arrière...)

Puis il est indiqué :

"maintenu en service armé sans pension d'invalidité, infirma à 10% par décision de la commission de Grand Quevilly du 20 janvier 1920, pour séquelles de réaction appendiculaire et du "colite"..........................."

Qu'en est il, simplement que son dossier est passé en commission en 1920 lui octroyant une invalidité de 10% sans pension. Le "maintenu en service armé" ne signifie pas qu'il est été encore en régiment à cette date, mais simplement qu'il était toujours réserviste de l'armée territorial et susceptible d'être rappelé, il n'était donc pas libéré de ses obligations militaires.

Sur la deuxième numérisation, en réalité sous le petit papier, il est indiqué :

"Classé dans la non affectation, comme employé permanent de la ............................... Seine................ du 5 janvier 23 au 16 aout 1923"

Il avait donc à cette date un emploi "important" (ou considéré comme essentiel) le libérant de la réserve.

Puis,

"Décédé le 16 aout 1923 à Rouen"

Il est donc mort à 38 ans.

Il y a 16 heures, Bouchon-Gras 49 a dit :
  Il y a 18 heures, lemon76 a dit :

et avec la suivante, notre tirailleur ? Je trouve une certaine ressemblance entre ces 2 visages, 

Le tirailleur de la photo est un musicien de la "Nouba" comme l'indique la harpe (insigne de spécialité) sur le haut de son bras, donc un musicien confirmé. C'est une photo des années 20/30.

Or Léon, a été versé au 4eme régiment de tirailleurs au titre de la réserve territoriale, donc un combattant de l'arrière ligne. Si il a vraiment mis le pied dans ce régiment physiquement, car je pense plus que c'est une affectation logique de réserve, affectation qu'il a perdu lorsqu'il a été embauché en 1923.

Visiblement il devait être "malade" et c'est peut être de ça ou des suites qu'il est décédé... mais là c'est une autre histoire et je ne suis pas médecin. 

Vu sa durée au front il dut pouvoir obtenir dans les années 20 quelques décorations, du type : croix du combattant, médaille commémorative 14-18 et la médaille interalliées 14-18.

 

Voici l'historique du 23eme régiment d'infanterie durant la guerre 14-18 (périodes concernées : aout 14 à fin novembre 1917) :

https://horizon14-18.eu/wa_files/historique_20du_2023RI.pdf

L'historique du 1er régiment de zouaves (de novembre 1917 à la fin de l'historique) :

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62260782/texteBrut

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur
il y a 17 minutes, lemon76 a dit :

"Emploi important" on va dire essentiel   .... service vicinal (cantonnier)

Je n'avais pas ou décrypté ce mot.

Oui, ca ne semble pas un emploi important de nos jour, pourtant en lisant la définition, on comprend rapidement l'importance et la nécessité de cet emploi.

"C'est quoi vicinal ? (term|Administration) Se dit des chemins qui servent de moyen de communication entre plusieurs villages. - L’entretien des chemins vicinaux." 

N'oublions pas que durant cette guerre des territoriaux étaient employés comme garde voie (surveillance des "routes").

il y a 21 minutes, lemon76 a dit :

DOnc peu de chance qu'il s'agisse de Léon sur cette photo

image.thumb.png.bb6928f2de5587c38f36fa23f6a8b428.png

Pour vous ôter le doute, Léon a été affecté à la réserve du 4eme régiment de tirailleurs.

Celui-ci appartient au 19eme régiment.

il y a 25 minutes, lemon76 a dit :

Mais peut on relier la suivante à cette fiche d'après son uniforme ?

1696174526_LeonPontieu.thumb.jpg.6ef23d44377bf188a1a8f09f75f7d33f.jpg

Là, c'est très difficile, les éléments qui auraient put être des indices précieux, sont soit flou, soit cachés.

Le numéro sur sa chéchia ne parait pas suffisamment clair pour deviner un 1 ou un 4, dommage car la réponse aurait été simple. Vous pouvez essayer de zoomer sur l'original, peut être aurez vous de meilleurs résultats. De plus il porte une sorte de burnous qui cache ses pattes de col et là encore son numéro régimentaire, Malheureusement le pan gauche cache sa poitrine et ses éventuelles décorations, fourragère mais surtout sa manche gauche et ses brisques de présence au front. 

En l'état il est casi impossible de définir si il était au 1er Zouave ou au 4eme R de Tirailleurs, seul le N° sur la chéchia pourrait nous le révéler.

 

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur

Pour compléter, il est très difficile de différencier un zouave d'un tirailleur en tenue de combat "moutarde", il existait d'ailleurs des régiments mixte.

R.jpg

https://3ermzt.weebly.com/unit-history.html

 

Link to comment
Share on other sites

Bonjour

Hélas même avec le niveau le + élevé de numérisation de mon scan, ce n'est pas net. Malgré tout çà ne ressemble pas à un 1 mais plutôt à une étoile, donc je tendrais plutot pour un 4

90739995_PhotoScan(367).thumb.jpg.75208b9ef44c05d42b1ec294e44e7412.jpg

Merci de votre aide et des informations fournies. Bonne fin 'année

Cordialement

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur

Bonjour,

Il y a 1 heure, lemon76 a dit :

çà ne ressemble pas à un 1 mais plutôt à une étoile

C'est effectivement peut être ça.

R.jpg

Voici l'insigne régimentaire du 4eme RT, on y voit le croissant mais également l'étoile.

Maintenant lorsque on regarde la photo de Léon, le port de la chéchia bien droite correspond plus au port des Tirailleurs, les zouaves la portant vers l'arrière (mais bon ce n'est pas un fait absolu) et puis le port du burnout m'emmène plus vers les tirailleurs, soldats d'Afrique (nord Africain pour ce régiment).

Après ça reste de bon indice mais sans certitude absolue.

Merci du partage de ces photos très intéressantes et bonne fin d'année à vous.

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.



  • Posts

    Sirem

    Posted

    Bonjour à tous, En ce mois de janvier 2022 je vous souhaite une belle année ! Je partage aujourd'hui avec vous cette photo, il s'agit de 2 plaques émaillées provenant des archives familiales et concernant mon grand-père. Leur dimension est d'environ 8 cm. Il y a probablement un lien avec ses fonctions durant la seconde guerre mondiale au service auto de l'EMP du Général de Gaulle à Alger puis à Paris (en tant que sergent-chef et qu'ex FFL). Je suppose que ce sont des plaques à poser à l'avant du véhicule sur la calendre ou le radiateur, cela m'échappe un peu et je suis preneur d'informations si vous en avez car ma recherche sur internet n'a rien donné. Merci d'avance pour votre aide.

    berogeitabi

    Posted

    J'avais vu l'info, mais dans une très courte dépêche. 

    Bouchon-Gras 49

    Posted

    Merci Heïdi, comme souvent les média n'y font même pas allusion, trop pris dans la bataille du "trône", écœurant ! Nous leurs souhaitons un prompt rétablissement.

    Bouchon-Gras 49

    Posted

    Dans la Marine nous sommes (sauf les fusiliers marins) équipé du Famas G2 qui est conforme à la norme de standardisation STANAG 4719 de l'OTAN. La particularité de ce fusil d'assaut est d'avoir la baïonnette positionné au dessus du canon et non en dessous comme la plus part de autres fusils. Notons également qu'ils sont équipés pour tirer des grenades à fusil, en tire courbe ou tendu.  

    Heïdi

    Posted

    Bonjour, source ...  
×
×
  • Create New...