Jump to content
×
×
  • Create New...

Recommended Posts

Bonsoir, 

J'ai vu passer une info comme quoi une nouvelle spécialité ouvrirait : PNTECH

Ma conseillère ne m'en avait pas parlé au cirfa c'est pourquoi je me demandais si certains ont plus d'informations sur ce sujet ? 

Merci !

  • Like 1
Link to post
Share on other sites
il y a 48 minutes, tibslb a dit :

Bonsoir, 

J'ai vu passer une info comme quoi une nouvelle spécialité ouvrirait : PNTECH

Ma conseillère ne m'en avait pas parlé au cirfa c'est pourquoi je me demandais si certains ont plus d'informations sur ce sujet ? 

Merci !

Il a :

PNTAC pour pr le personnel navigant tactique dans les opérations tactiques en vol

PNTech pour le personnel navigant technique pour la mécanique a bord notamment la specialite avionique.(sur atl2)

 

Link to post
Share on other sites

D'accord, donc avant pour faire mécanicien de bord, il fallait faire avionique puis en interne passer des sélections etc ? Et maintenant c'est une spécialité à part entière qu'on peut intégrer en externe ? 

Link to post
Share on other sites
il y a une heure, tibslb a dit :

D'accord, donc avant pour faire mécanicien de bord, il fallait faire avionique puis en interne passer des sélections etc ? Et maintenant c'est une spécialité à part entière qu'on peut intégrer en externe ? 

Pour avant oui il me semble car en juin 2020 quand j'ai passé mes tests PNTAC il yavait aussi 3 PNTECH qui faisaient les même tests que nous mis à part le rdv psy qui était sur leur spé. C'était 3 spés avioniques. Je ne sais pas si en cellule moteur tu peux aussi faire ou non.

Pour ce qui est ajd je ne sais pas comment ça va se passer s'ils vont créer PNTECH pour les mécaniciens en vol uniquement.

Link to post
Share on other sites
Le 15/02/2021 à 21:20, tibslb a dit :

Bonsoir, 

J'ai vu passer une info comme quoi une nouvelle spécialité ouvrirait : PNTECH

Ma conseillère ne m'en avait pas parlé au cirfa c'est pourquoi je me demandais si certains ont plus d'informations sur ce sujet ? 

Merci !

Salut mec !

Si tu cherche des infos sur la nouvelle spé de PNTECH je peux te renseigner. je suis en pleine formation MECBO à Lorient.

N'hésite pas à me contacter pour qu'on puisse en discuter calmement.

  • Like 1
Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, Dumor a dit :

Salut mec !

Si tu cherche des infos sur la nouvelle spé de PNTECH je peux te renseigner. je suis en pleine formation MECBO à Lorient.

N'hésite pas à me contacter pour qu'on puisse en discuter calmement.

Salut j'ai passé les tests pour PNTECH cette semaine et j'aurai pas mal de questions à te poser si tu es disponible ! 

Link to post
Share on other sites

Salut à toi.

j’espère que tous tes tests se sont bien passés. Tu peux poser toutes tes questions de la spé PNTECH sur ce sujet ;)

Raconte moi déjà ta période de test, c’était bien à Toulon ? Ensuite est-ce que le CIRFA t’as bien renseigné sur le boulot ? Dis moi tout ce que tu sais et on va faire le point de tout ça :) 

Link to post
Share on other sites

Salut ! 
 

Alors pour mes tests ça c’est relativement bien passé, la psychologue m’a dit que je me situais dans la moyenne haute et qu’elle me mettait un avis assez favorable donc à voir avec la commission si je suis pris ! 
 

Le CIRFA ne m’a pas trop renseigné sur le boulot en lui même, mais sachant que je suis dans une unité de l’armée de l’air qui emploie des Mec Nav (Mecbo pour la Marine) je connais pas mal le taff. 
 

Mes questions sont plus porté sur la phase d’admission et la phase de formation. Est-ce que la Marine recrute beaucoup de Mecbo en ce moment ? Est-ce que j’ai mes chances au vu de l’appréciation que j’ai pu avoir de la psychologue ? Comment ce déroule la formation (cours abordé etc...) ? Quel est le niveau attendu ? 
 

Voila j’espère que tu pourras répondre à mes questions ! 
 

Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, rubisir a dit :

Salut ! 
 

Alors pour mes tests ça c’est relativement bien passé, la psychologue m’a dit que je me situais dans la moyenne haute et qu’elle me mettait un avis assez favorable donc à voir avec la commission si je suis pris ! 
 

Le CIRFA ne m’a pas trop renseigné sur le boulot en lui même, mais sachant que je suis dans une unité de l’armée de l’air qui emploie des Mec Nav (Mecbo pour la Marine) je connais pas mal le taff. 
 

Mes questions sont plus porté sur la phase d’admission et la phase de formation. Est-ce que la Marine recrute beaucoup de Mecbo en ce moment ? Est-ce que j’ai mes chances au vu de l’appréciation que j’ai pu avoir de la psychologue ? Comment ce déroule la formation (cours abordé etc...) ? Quel est le niveau attendu ? 
 

Voila j’espère que tu pourras répondre à mes questions ! 
 

Recrutement : 6 par an 

Entretien : C’est bien d’avoir un bon avis avec le psychologue mais ce n’est pas le plus déterminant. Le recrutement va se baser sur beaucoup de critères.

Formation : En tant qu’externe tu commence par 4 mois de maistrance puis 4 mois et demi de formation initiale à Rochefort (petit coup de verni aéro). CEFAE pendant au moins 1 an.

Le cours au CEFAE: tronc commun théorique qui dure 4 mois, les cours sont assez variés mais voilà une liste non-exhaustive : Météo, anglais, masse et centrage, circulation aerienne, mécanique du vol, sécurité, performances et conduite GTP...

Après la partie théorique, on commence la phase des simulateurs (20 simus dont 4 évaluation) à savoir que tous tes sont notés.

Partie vol: 5 vols notés avant le macaron volant.

Le cours est bien fait et progressif, il ne faut pas prendre de retard en cours et bien travailler. 
Normalement tu dois faire un simulateur pour les sélections. 

Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, Dumor a dit :

Recrutement : 6 par an 

Entretien : C’est bien d’avoir un bon avis avec le psychologue mais ce n’est pas le plus déterminant. Le recrutement va se baser sur beaucoup de critères.

Formation : En tant qu’externe tu commence par 4 mois de maistrance puis 4 mois et demi de formation initiale à Rochefort (petit coup de verni aéro). CEFAE pendant au moins 1 an.

Le cours au CEFAE: tronc commun théorique qui dure 4 mois, les cours sont assez variés mais voilà une liste non-exhaustive : Météo, anglais, masse et centrage, circulation aérienne, mécanique du vol, sécurité, performances et conduite GTP...

Après la partie théorique, on commence la phase des simulateurs (20 simus dont 4 évaluation) à savoir que tous tes sont notés.

Partie vol: 5 vols notés avant le macaron volant.

Le cours est bien fait et progressif, il ne faut pas prendre de retard en cours et bien travailler. 
Normalement tu dois faire un simulateur pour les sélections. 

Merci de ta réponse très complète !  

Sur quelle autres critères se base le recrutement ? Quand tu parles du simulateur pour les sélections tu parles du test ATC avec les calculs et tout ce qui va avec ? Comment se déroule le simulateur précisément ?

Link to post
Share on other sites

Salut les gars, du coup j'ai mis PNTECH en deuxième choix derrière PNTAC, je devrais aller aux sélections à Toulon pour le mois d'Avril. @ rubisirtes sélections étaient les mêmes que les PNTAC ou les Conta il me semble ? 

Au cirfa on a pas pu réellement me détailler les conditions de cette spécialité, @ Dumor tu as plus d'infos peut-être ? sur quels aéronefs on peut être affecté etc ? 

Link to post
Share on other sites
il y a 13 minutes, tibslb a dit :

Salut les gars, du coup j'ai mis PNTECH en deuxième choix derrière PNTAC, je devrais aller aux sélections à Toulon pour le mois d'Avril. @ rubisirtes sélections étaient les mêmes que les PNTAC ou les Conta il me semble ? 

Au cirfa on a pas pu réellement me détailler les conditions de cette spécialité, @ Dumor tu as plus d'infos peut-être ? sur quels aéronefs on peut être affecté etc ? 

Oui exactement les mêmes !

Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, rubisir a dit :

Merci de ta réponse très complète !  

Sur quelle autres critères se base le recrutement ? Quand tu parles du simulateur pour les sélections tu parles du test ATC avec les calculs et tout ce qui va avec ? Comment se déroule le simulateur précisément ?

Pour le simulateur, c’est un simulateur d’ATL 2 dans lequel tu dois accomplir une série de tâches auquel on t’a briefé juste avant.

Il y a du calcul mental (consommation carburant, distance et autonomie), exploitation d’une courbe afin de définir un couple moteur, action sur des manettes de carburants afin de régler la température tuyère etc... 

il y a plein de choses à faire dont un feu moteur. Tout est expliqué avant le simulateur (but: restituer ce qu’on vous dit) 

pour les affectations, la spécialité de PNTECH a été récréé afin de réarmer les équipages ATL2 donc c’est en priorité sur ATL2.

Différentes  affectations et aéronef sont possibles.

Link to post
Share on other sites

D’accord donc de bonnes bases en math seront à prévoir pour la spécialité, mais je suppose que pendant le tronc commun (peut être même aussi à Maistrance) on doit avoir des cours de mathématiques. 
 
Au niveau des aéronefs à part l’ATL2 on peut être amené à être affecté sur quel autre type d’avion ? 
 

 

Link to post
Share on other sites
il y a 26 minutes, rubisir a dit :

D’accord donc de bonnes bases en math seront à prévoir pour la spécialité, mais je suppose que pendant le tronc commun (peut être même aussi à Maistrance) on doit avoir des cours de mathématiques. 
 
Au niveau des aéronefs à part l’ATL2 on peut être amené à être affecté sur quel autre type d’avion ? 
 

 

Falcon 10, Falcon 50 et Falcon 200.

Tu aura des cours de maths mais ce n’est pas très compliqué ce que l’on te demande. 
Il faut juste s’entraîner régulièrement à faire du calcul mental.

Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, rubisir a dit :

Super, mais on a beaucoup plus de chance d’être affecté sur ATL2 il me semble, les places sur Falcon son assez rare non ? 

Ton début de carrière est forcément sur ATL2. Il faut que tu sois qualifié Mecbo 2ème opérateur pour être breveté PNTECH.

Les places sur Falcon sont possibles en fonction des places disponibles, du desiderata du mecbo etc...

Si tu es volontaire outre-mer, tu peux être être affecter à Tahiti sur Falcon 200.

Il faut être conscient que tu commencera forcément sur ATL2, là où tu feras tes preuves. A l’issue du cours, il y a un classement mais personne ne marche sur les autres pendant la formation. Les affectations sont à Lorient et le travail est le même.

L’évolution de carrière est particulier et tu évolue en fonction des qualifications obtenue avec l’expérience.

en espérant que ça t’as motiver à faire un boulot extra avec le plus beau bureau du monde ;) 

 

Link to post
Share on other sites
Il y a 4 heures, Dumor a dit :

Ton début de carrière est forcément sur ATL2. Il faut que tu sois qualifié Mecbo 2ème opérateur pour être breveté PNTECH.

Les places sur Falcon sont possibles en fonction des places disponibles, du desiderata du mecbo etc...

Si tu es volontaire outre-mer, tu peux être être affecter à Tahiti sur Falcon 200.

Il faut être conscient que tu commencera forcément sur ATL2, là où tu feras tes preuves. A l’issue du cours, il y a un classement mais personne ne marche sur les autres pendant la formation. Les affectations sont à Lorient et le travail est le même.

L’évolution de carrière est particulier et tu évolue en fonction des qualifications obtenue avec l’expérience.

en espérant que ça t’as motiver à faire un boulot extra avec le plus beau bureau du monde ;) 

 

D'accord est bien en tout cas je te remercie pour tes réponses qui ont permis d'éclairer pas mal de zones d'ombres que j'avais sur cette spécialité.

Je suis encore plus motivé qu'avant !  

 

J'espère vraiment que ma candidature sera retenue !

En espérant te croiser un jour à Lorient ! 

Link to post
Share on other sites
Il y a 5 heures, rubisir a dit :

D'accord est bien en tout cas je te remercie pour tes réponses qui ont permis d'éclairer pas mal de zones d'ombres que j'avais sur cette spécialité.

Je suis encore plus motivé qu'avant !  

 

J'espère vraiment que ma candidature sera retenue !

En espérant te croiser un jour à Lorient ! 

Pas de soucis ;) 

j’aurais peut être finis le cours d’ici là mais bon courage pour la suite et à bientôt ;) 

Link to post
Share on other sites


  • Posts

    • Bonjour tout le monde, je me tourne aujourd'hui vers vous afin de savoir s'il y a des FMIR de prévues dans un régiment de l'ALAT pendant les prochaines vacances de Pâques. Merci, Thomas.
    • Bonjour à tous, je postule pour l'EDM de spé technicien de maintenance aéronautique PORTEUR, je passe mes tests dans 2 semaines.  J'ai effectué une PMM et je suis actuellement en BTS Maintenance en alternance.  Bon courage à vous  Maxime
    • Bonjour à tous,   Je viens vous demander conseil (tous sont bons à prendre) à propos des entraînements spéciaux que suivent les commandos (plus précisément les commandos marine). Pour donner un peu plus de contexte : je suis âgée de 19 ans et compte m'engager dans la marine nationale très prochainement. Je souhaite dans un premier temps intégrer l'unité des fusiliers marins pour ensuite, éventuellement, tenter le stage commando. Seulement, cela fait un bon moment que j'ai arrêté le sport. Je compte m'y remettre très bientôt et ai une grossière idée des muscles et des parties de mon corps qu'il faut que je travaille plus que les autres, mais j'aimerai également me concentrer sur des exercices similaires à ceux que subissent les soldats qui se lancent dans le stage commando. Auriez-vous des exercices particuliers à me conseiller, qui pourraient me permettre de m'endurcir, aussi bien physiquement que psychologiquement ? Comme je ne suis pas inscrite en salle de sport,  auriez-vous des exercices que je pourrai déjà commencer à pratiquer chez moi ou même à l'air libre ?   Merci à l'avance et désolée si ce poste ne se trouve pas dans la bonne section, je ne voyais pas vraiment où le poster (ailleurs qu'ici).
    • C'est le cirfa qui m'avais demandé de réaliser un test antigénique. Une fois, pas deux... Maintenant c'est laboratoire sans faute aha
    • C'est avec tristesse que nous avons appris la disparition de George G. Klein, vétéran de l'armée américaine déployé en Europe en juillet 1944 et blessé en Moselle. Après la guerre, il avait pourtant déclaré qu'il avait débarqué comme Ranger le 6 juin 1944 lors de la célèbre prise de la Pointe du Hoc, ce qui était faux. Un petit mensonge qui avait pris des proportions inimaginables. Adieu George : ton combat pour notre pays ne sera jamais oublié, malgré tout    L'histoire de George G. Klein est celle d'un véritable héros : cet officier est engagé dans l'armée américaine lorsque les Alliés débarquent en Europe. S'il ne participe pas au D-DAY, il est déployé à partir de fin juillet 1944 en France au sein du 46th Field Artillery Battalion (qui appartient à la 5th Infantry Division), combattant en Normandie, en région parisienne puis dans l'est de la France. Il est blessé en Moselle le 17 novembre 1944. Il va survivre à la guerre, étant décoré de la Bronze Star pour bravoure au combat et de la Purple Heart pour sa blessure. Il reçoit également la Légion d’honneur le 6 juin 2015, lors du 71e anniversaire du D-DAY.   Mais voilà, George a toujours voulu être un Ranger. Plus que tout. D'ailleurs, il l'a été, Ranger. Mais en 1943, il se blesse, se cassant la cheville. Il est alors renvoyé de cette unité, parmi les plus exigeantes de l'armée américaine. Il rejoint le 46th Field Artillery Battalion, mais ne peut oublier son échec. Alors quand il apprend que les hommes du 2nd Ranger Battalion, qui ont pris la célèbre Pointe du Hoc, sont célèbres, il s'invente une nouvelle vie militaire.   À partir des années 1990, il raconte à qui veut l'entendre qu'il était l'un de ces soldats d'élite, l’un des 225 hommes du 2nd Ranger Battalion. Leur exploit est célèbre : sous les ordres du lieutement-colonel Rudder, ils ont escaladé une falaise d'une trentaine de mètres afin d'atteindre et prendre possession de la Pointe du Hoc, une imposante batterie allemande, dans les premières heures du D-DAY. Pourtant, dans les premières heures du 6 juin 1944, George se trouve en Irlande du Nord, avec son unité. Bien loin des plages du Débarquement.   Mais l'histoire prend une tournure de plus en plus importante : les médias s'intéressent au Ranger-artilleur-vétéran et en juin 2015, George se retrouve en Normandie, pour le 71e anniversaire du D-DAY auquel il n'a pas participé ! Il y rencontre de nombreux officiels, d'autres vétérans ainsi que des passionnés, dont Marc Laurenceau, de l'association D-DAY Overlord. Ce dernier décide de l'inviter en 2017, pour le 73e anniversaire !   L'association va réunir près de 4000€ pour permettre au vétéran de revenir en Normandie. Et en juin 2017, Il est de retour sur les plages du Débarquement. Il arbore une casque de Ranger et est présent à la Pointe du Hoc. Il prend même place dans un avion qui l'amène dans les airs, au-dessus des plages et de la Pointe du Hoc. Mais le mensonge est trop gros.   Marc Laurenceau et d'autres historiens, dont l'auteur Marty Morgan et Gary Stern, propriétaire du musée de la batterie de Maisy, se rendent compte du pot aux roses : l'histoire de George Klein ne colle pas avec les informations qu'il a donné. Lui qui précise avoir été l'un des officiers de la Company F du 2nd Ranger Battalion, il n'est retrouvé sur aucun roster, les listes officielles de chaque unité tenues par l'armée américaine.   Pire encore, en aout 2017, plusieurs vétérans du 46th Field Artillery Battalion témoignent et affirment que George appartenait bien à leur unité et qu'il était en Irlande le 6 juin 1944 ! Une fois les vérifications faites, le doute n'est plus possible : George a menti. Il n'a jamais été en Normandie. Mais pourquoi le vétéran a-t-il inventé un tel mensonge ? Pour enjoliver son histoire ? En souvenir de son échec au sein des Rangers ? Par solitude et envie d'attention ?   Mais Marc Laurenceau insiste : il est hors de question d'envoyer au purgatoire le vétéran, selon lui incapable "de se sortir de ce mensonge" et pourtant un soldat décoré au combat et héros de guerre. En 2017, il n'avait cessé de sourire, de rire, de signer des autographes, de parler à toutes les personnes qui venaient à lui. Un petit mensonge, pour un grand homme, qui vient de s'éteindre et nous quitter. Adieu George, et merci pour tout, malgré tout.   Cette histoire en rappelle d'autres : plusieurs vétérans avaient ainsi enjolivé leurs parcours, à l'image de Howard Manoian, qui s'était fait passer pour un parachutiste de la 82nd Airborne Division ayant sauté en Normandie le 6 juin 1944, alors qu'il appartenait à la 33rd Chemical Company, pourtant débarquée le 8 juin 1944. Ou encore Eugene A. Cook Jr, qui racontait à tout le monde qu'il avait sauté en Normandie au sein de la Company A du célèbre 506th Parachute Infantry de la 101st Airborne Division. Alors qu'il était incorporé au 401st Field Artillery Battalion ayant combattu en 1945 en Allemagne. Source : D-Day Overlord (Facebook), Marc Laurenceau & France 3       C'est avec une immense tristesse que nous apprenons la disparition de William 'Bill' Galbraith, parachutiste au sein du 506th Parachute Infantry Regiment, rendu célèbre dans la série télévisée Band of Brothers, vétéran du D-DAY, des combats en Normandie et de l'opération Market Garden, où il fut grièvement blessé. Il venait de fêter son 97e anniversaire   William P. Galbraith nait en janvier 1924 dans la ville de Pasadena, en Californie. Fils unique, il déménage avec sa mère à Long Beach. Il est profondément marqué par l'attaque japonaise sur Pearl Harbor le 7 décembre 1941, alors qu'il n'a pas encore 18 ans : il campe sur le toit de sa maison, armé d'une carabine Winchester, dans l'attente d'une possible invasion japonaise. Finalement, le 9 septembre 1942, il décide de s'engager. Il est envoyé à Fort Mac Arthur, où il décide de s'enrôler dans les Marines. Mais il est refusé, étant daltonien. William, qui veut malgré tout se battre, décide de rejoindre l'arme parachutiste, en cours de formation. Il est directement envoyé à Toccoa, en Géorgie : il est assigné à la Company I du 506th Parachute Infantry Regiment, 3rd Battalion. Cette unité est l'une des premières du genre et doit servir à tester les capacités de troupes parachutistes. Bill reçoit une formation intensive à Toccoa, comme tous les hommes. On lui attribue le rôle de mitrailleur, recevant une arme d'un calibre de .30. De Toccoa, le régiment est transféré à Fort Benning. C'est dans ce camp que les hommes vont recevoir leur formation de parachutiste. Bill réalise ses cinq sauts de qualification à Fort Benning et gagne ses ailes. Les parachutistes de la 101st Airborne Division reçoivent ensuite une formation complémentaire au Camp Mackall. Désormais, la 101st est prête pour envahir l'Europe : l'unité est transférée en Angleterre en septembre 1943. Finalement, après des mois d'entraînement, le 5 juin 1944, Bill se retrouve sur l'aérodrome d'Exeter, où sa compagnie, la Item, monte à bord de leurs avions C-47 Skytrain pour l'invasion de la Normandie, en France. La Company I est l’une des dernières à être parachutée en Normandie. Bill atterrit près de Saint-Come-du-Mont où il rencontre le First sergent Paul W. Garrison, également de sa compagnie. Garrison s'est blessé à la cheville lors du saut de nuit : Bill décide de rester avec lui. Finalement, les deux hommes tombent nez à nez avec un groupe du 501st Airborne Infantry Regiment, également de la 101st Airborne, à proximité de la zone de combat dite de Hell’s Corner. Après d'intenses affrontements, lorsque les choses se calment finalement, Bill et Garrison arrivent à rejoindre leur unité. Le 13 juin, le troisième bataillon participe à proximité du manoir de Donville, à la bataille dite de Bloody Gulch, l'un des plus sanglant affrontement de la bataille de Normandie : les parachutistes américains sont confrontés à des paras allemands du 6. Fallschirmjäger Régiment et des SS de la 17. SS-Panzergrenadier-Division. Au cours de l'attaque, Bill couvre l'attaque. Et le 28 juin, son régiment est relevé de la ligne de front et est renvoyé en Angleterre. Bill est alors promu Technician 4th grade et est assigné à la S-3 section du HQ-3 du 506th PIR. Mais après quelques semaines de repos, la division doit retourner au combat : l'invasion aéroportée des Pays-Bas, l'opération Market Garden. Avec son unité, Bill atterrit parfaitement sur la zone de largage prévue. Le 3e bataillon est déployé au soutien du 2e bataillon dans sa capture d'un pont sur le canal Wilhelmina. Mais alors que le combat tourne à l'avantage des Américains, le pont est détruit par l'ennemi. Le lendemain matin, le 18 septembre, le 3e bataillon est de l'attaque sur la ville d'Eindhoven. Bill assiste à la mort de son officier, le Captain Kiley, avant d'être à son tour touché : deux canons allemands de 88 mm, installés sur la Woenselsestraat et le Kloosterdreef, prennent pour cibles les paras américains. Bill est touché par des éclats d'obus à la jambe, puis lors d'une seconde salve, à l'épaule. C'est un Néerlandais, Piet Klompemaker, qui va aider Bill à s'en sortir vivant, lui prodiguant les premiers soins. Finalement, le médecin Alvin 'Bill' Kidder, de la Company I, retrouve Bill. Il refait de nouveaux soins au para, panse du mieux qu'il peut les blessures et fait rapatrier Bill à l’hôpital de campagne de la 326th Airborne Medical Company. Bill est opéré en urgence le même jour. Il se réveille finalement le lendemain. La guerre est terminée pour lui ! Il est envoyé à Bruxelles dans une ambulance britannique et embarque sur un C-47 à destination de l'Angleterre, où il est opéré de nouveau : les médecins retirent tous les éclats d'obus qu'ils peuvent. Dans les jours qui suivirent, il est renvoyé aux États-Unis par navire-hopital, arrivant juste avant Noël 1944. Recipiendaire de nombreuses décorations, dont la Bronze Star, la Purple Heart et la Légion d'honneur, Bill était venu à plusieurs reprises en Normandie, lors de différentes commémorations. C'est l'auteur américain spécialisé dans l'histoire militaire de la Seconde Guerre mondiale et de la 101st, Ian Gardner, ami de Bill, qui a annoncé son décès. Sa disparition laisse un grand vide dans la communauté. Adieu Bill. Source : ww2marketgarden.com & museumofthebigbend.com       Normandie. Le vétéran britannique Len Cox est décédé à l'âge de 97 ans Histoire. Len Cox était un vétéran de la bataille de Normandie. Il a débarqué le 6 juin 1944 à Gold Beach et a participé à la libération de Bayeux. Il est décédé mardi 23 février.     Len Cox est décédé le mardi 23 février à l'âge de 97 ans. Il revenait souvent sur le territoire, comme ici en 2016 à Arromanches, et avait participé à la libération de Bayeux.   "Nous venons d'apprendre la disparition de notre ami et plus fidèle visiteur, Len Cox, vétéran de la bataille de Normandie", s'est désolé le musée du Débarquement d'Arromanches, dans une communication, le vendredi 26 février. Len Cox, vétéran britannique, est décédé le mardi 23 février à l'âge de 97 ans. Il  avait débarqué le 6 juin 1944 sur Gold Beach. Depuis, comme sur notre photo à Arromanches en 2016, à l'occasion du 72e anniversaire du Débarquement, il revenait très régulièrement sur le territoire et notamment au musée du Débarquement. Il a participé à libérer le Bessin sur les plages, mais aussi dans les terres : il a en effet fait partie des libérateurs de la ville de Bayeux, le 7 juin. Dans le cadre des différentes commémorations, il est revenu dans la capitale du Bessin. Len Cox faisait partie du Glouscestershire regiment. Il avait été appelé dans l'armée le 18 juin 1942. Au cours de la bataille de Normandie, le 5 juillet 1944, il a été blessé par balle, puis soigné à Bayeux, dans un hôpital de campagne. https://www.lamanchelibre.fr/actualite-930999-normandie-le-veteran-britannique-len-cox-est-decede-a-l-age-de-97-ans?fbclid=IwAR09orCjjvjm8YYne5fjCInpOM086Km2MBpw4vwgaSub7CPVOLEQgEhrJWM