Jump to content

Psychologue des Armées, portrait.


Bouchon-Gras 49

Recommended Posts

  • Administrateur
L'enseigne de vaisseau Justine, psychologue de la Marine nationale

136333046_2899118523704572_1751946512837001058_o.jpg

 
 
 
 Préparation et accompagnement psychologiques : quelle contribution à la réussite de la mission ? 
On en parle peu, et pourtant, des officiers psychologues travaillent au sein de l’Armée française. Rencontre avec l’Enseigne de Vaisseau Justine, psychologue de la Marine Nationale, au sein des forces armées aux Antilles.
 
Votre parcours ?
Après l’obtention d’un Master 2 en psychologie clinique et d’un Master 2 pouvant s’apparenter à de la psychologie du travail, je suis entrée dans la Marine nationale en tant que Volontaire Officier Aspirant pour un contrat d’un an.
Cette première expérience professionnelle m’a permis de faire mes premiers pas dans l’institution et de découvrir la #Marine au sein des unités opérationnelles.
Je me suis également, par la suite, formée au #psychotrauma, pour pouvoir répondre au mieux aux attentes institutionnelles. Aujourd’hui, je mets à profit mes compétences en tant qu’Officier sous contrat. Je travaille au sein du Service Local de Psychologie Appliquée (SLPA) des forces armées aux Antilles.
 
Pourquoi avoir choisi de vous engager dans l’armée ?
Je suis née à Toulon et j’ai grandi dans cette ville qui accueille le plus grand port militaire français. La Marine a donc toujours fait partie de mon paysage. Aujourd’hui, j’ai la chance d’exercer un métier passionnant, qui a du sens pour moi, avec des missions très intéressantes et au sein d’une institution qui me correspond.
 
Comment êtes-vous perçue par les militaires  ?
Les psychologues sont bien identifiés dans la Marine. C’est très probablement lié au fait que le facteur psychologique soit intégré par la Marine dès son recrutement et pour suivi de son personnel tout au long de sa carrière. En quelque sorte, on fait partie du décor.
Présent à leurs côtés, le psychologue institutionnel contribue aussi à un départ en mission serein : il offre son soutien aux familles. 
 Au-delà de l’expertise qu’il met à disposition, le psychologue participe à renforcer le lien entre les deux familles institutionnelle et personnelle.
 
Qu’est-ce qui vous motive au quotidien ?
Tout simplement, j’aime mon métier ! Au-delà du fait que mes missions soient très diversifiées, j’exerce un métier qui a du sens. Pour bien exercer son métier, il est essentiel de connaître le milieu dans lequel vous évoluez et, les formations militaires suivies m’ont permis de mieux l’appréhender.
 
Justement, en quoi consistent vos missions ?
Elles sont très diversifiées, je ne connais pas la routine.
Lorsqu’un marin est amené à embarquer, le navire  devient un lieu de travail, de vie et de combat. Embarquer dans un espace restreint, en équipage, pendant de longues périodes tout en étant exposé aux risques de la navigation  en mer nécessite une préparation et un accompagnement.
En tant que psychologue, je participe à l’évaluation psychologique des candidats dans le cadre des recrutements, j’assure le suivi de nos marins pendant l’ensemble de leur carrière  professionnelle, je peux également user de mon expertise et du recul spécifique qui lui est inhérent afin d’apporter de nouveaux éclairages au Commandement et aux médecins, j’assure un soutien psychologique personnel pour les marins et leur famille et enfin, il m’arrive d’intervenir dans des situations d’urgence. Dans ce sens, la proximité des forces, la connaissance du milieu et de ses contraintes sollicitent notre identité de marin.
Dans les outremer, le SLPA a une petite particularité qui est d’apporter un soutien psychologique également aux autres militaires (Armée de terre, Armée de l'air et de l'Espace), mais également aux gendarmes, civiles de la défense ainsi qu’à leur famille.
Une dimension humaine supplémentaire que nous devons être en mesure d’apporter à chacun.
 
Comment le SLPA Antilles s’est-il adapté pendant les périodes de confinement ? 
Lors du premier confinement, nous avons connu, comme tous les secteurs, une vraie perturbation et réorganisation totale de nos activités. Demain n’a jamais été aussi inquiétant pour beaucoup d’entre nous, faute de certitudes. D’un point de vue psychologique, l’incertitude génère de l’anxiété et de l’angoisse.
Nous nous sommes adaptés pour mettre en place rapidement un soutien téléphonique pour tous. Lorsque l’accompagnement téléphonique n’était pas suffisant, nous recevions au Centre Médical Inter Armées, dans le respect des mesures de distanciation sociale  et l’application des gestes barrières , ceux et celles qui étaient en grande difficulté psychologique.
Quant à mes missions de conseil au Commandement et de consultations d’expertise, elles se sont poursuivies.
Le second confinement n’a rien à voir avec le premier. Déjà, l’activité se poursuit de manière nominale. Ensuite, le protocole national pour assurer la santé et la sécurité de tous face à l’épidémie de Covid 19  a été mis en place : mesures d’hygiène et de distanciation physique, port du masque , mise en place de vitre en plexiglass dans les salles de consultation, etc.
Nous sommes, au même titre que les personnes que nous recevons, en sécurité. Nous avons su nous adapter et tout mettre en place pour rester disponible, attentif et à l’écoute de tous.
 
Avez-vous un souvenir marquant à partager avec nous ?
J’en ai beaucoup trop pour n’en partager qu’un ! Mais, il est toujours très intéressant de pouvoir embarquer et vivre diverses expérience.
 
  • Like 2
Link to comment
Share on other sites



  • Posts

    Semmerade

    Posted

    Bonjour, je recherche d’où vient l’insigne sur le col de cette photo avec le numéro 3 ? Je ne retrouve pas cette forme de feuille avec la barre ailleurs. Normalement il y a une grenade ou une étoile  merci ! Photo

    Bouchon-Gras 49

    Posted

    Nous apprenons avec tristesse le décès soudain en service d’un Gendarme mobile de l’escadron 32/3 de Luçon en Guyane. Cet adjudant-chef de 50 ans, a succombé à une embolie pulmonaire le 19 juin alors qu’il était détaché en Guyane avec son unité. Mickaël Desbois était marié et père de trois enfants. (Source : la voix du gendarme)   L'équipe et les membres du forum-militaire.fr s'associent pour exprimer leurs sincères condoléances à la famille, aux proches et à ses frères d'armes.

    HernanF

    Posted

    L’escadron Normandie-Niemen fête ses 80 ans avec un Rafale C aux couleurs uniques pour marquer l’occasion.

    Bouchon-Gras 49

    Posted

    Oui, et l'intérêt c'est que les militaires ou anciens militaires souffrants de stress post-traumatique sachent vers qui ce tourner et ne surtout pas rester seul face à ces blessures.

    Heïdi

    Posted

    Bonjour,   Grâce a eux, cela mets aussi en lumière ces différentes associations d'aides .
×
×
  • Create New...