Jump to content
×
×
  • Create New...

armée et études de langues (LLCER)


Recommended Posts

Bonjour à tous (et bonne lecture pour ceux qui vont me lire)

J'espère être au bon endroit pour ce post (auquel cas je m'excuse si ce n'est pas le cas, je n'ai pas encore l'habitude de ce forum).

Rentrons dans le vif du sujet, je suis actuellement en dernière année de licence LLCER anglais et je voudrais rentrer dans l'armée une fois celle-ci dans la poche. J'ai eu le déclic il y a deux ans en rencontrait un ancien de ma faculté, devenu professeur d'anglais là-bas. Depuis j'ai découvert le métier de linguiste d'écoute qui me plairait beaucoup. Je vais contacter le cirfa dans les prochains jours, j'espère que le conseiller saura m'orienter correctement. En attendant, c'est toujours intéressant d'avoir plusieurs oreilles. Disons que des conseils seraient les bienvenus (comment se passe l'entretien, quoi dire/faire ou ne pas dire/faire). Et puis l'armée renferme une multitude de métiers alors peut-être qu'il existe un autre métier serait en lien avec mes études ou qui utiliserait au moins un bon niveau d'anglais sans demander trop de compétences préalables ? En outre, il me semble que l'on peut présenter deux spécialités, est-ce bien cela ? 

En ce qui me concerne je suis donc totalement bilingue français-anglais. Et j'ai un niveau B1 en russe et allemand. Dans le cadre de la formation de linguiste d'écoute, je me demandais quel était le niveau minimum à présenter aux tests pour rentrer en école. Et niveau de la formation qui est de deux ans, qu'est-ce qui est apprit/fait  ? A propos de mon niveau d'anglais, je ne me fais pas de soucis mais au niveau du russe, je me doute que je suis limite, j'ai une bonne base de vocabulaire mais pas encore au point (la pratique me manque) et il y a une différence entre revoir ses dessins animés d'enfance en russe et comprendre tout type de conversations 

Enfin, je suis potentiellement ouverte aux autres armées mais j'ai une grosse préférence pour l'armée de l'Air qui, d'abord est la plus féminisée et ensuite, car depuis petite (je suis fille et petite-fille de militaire), c'est l'armée de l'Air qui m'a fait le plus envie pendant les conversations du Dimanche.

Pour l'instant en tout cas, le plan c'est de prendre contact avec le cirfa, finir la licence et passer les tests pour les spécialités choisis (en tête linguiste d'écoute et professeur d'anglais). Sinon une poursuite d'études reste envisageable mais je n'ai pas beaucoup d'idées (enfin, idées qui auraient également des débouchées qui me plaisent dans le civil). Actuellement, je préfèrerais vivement m'engager quitte à me réorienter dans les années à venir en reprenant des études. A part ça, faire une année en tant que volontaire aspirant (dans l'enseignement de l'anglais) serait également une bonne alternative. La personne que j'avais rencontrée recherchait aussi son "assistant" avec ce type de contrat il y a deux ans, peut-être qu'il en recherche à nouveau un puis j'ai ces coordonnées au besoin. Aussi dans le cadre de ma licence je dois choisir une option et j'en ai pris une qui va me faire découverte toutes les armées + ce qui touche à la sécurité en France.

 

Je suis désolée du pavé mais les questions sont nombreuses et ma motivation grande, puis j'espère qu'il pourra aider d'autres personnes dans mon cas car je suppose que les filières littéraires ne sont pas les plus représentées ni les principaux cursus de recrutement. 

 

Link to post
Share on other sites

Re-bonjour Agata,

 

Désolée de m’incruster dans tous tes posts !

Je vais surtout te répondre pour prof d’anglais (ou prof tout court, pour ceux qui sont dans d’autres filières, d’ailleurs).

Et je commence par te décevoir. Pour cela, il faut un Master obligatoirement et tu as deux moyens :

-Le détachement : passer un MEEF et le CAPES ou un Master Recherche et l’Agrégation, comme pour l’Education Nationale. Ensuite tu fais une demande pour être détachée à la Défense, ce qui te permettra d’enseigner dans les lycées et Grandes Ecoles militaires. Tu auras un statut de civil où tu pourras retourner avec un poste assuré si, finalement, l’enseignement militaire ne te convient pas/plus.

-Entrer directement en tant que militaire-enseignant. Plus dur car beaucoup moins de postes, surtout en anglais. Mais il y a quelques années, la Marine proposait un poste sublimissime : la direction du département d’anglais de landivisiau avec gestion de l’équipe pédagogique, des concours, la création de cours et de logiciels d’apprentissage… Là aussi, il fallait un Master mais pas de concours de l’EN. Et c’était un contrat de 4 ans renouvelable, si ma mémoire est bonne.

*

Ensuite, tu peux voir beaucoup plus loin avec un doctorat, une bonne grosse thèse orientée relations internationales (US/Russie par exemple dans ton cas), une maîtrise de conférence et à nouveau un détachement à la Défense pour conseils en géopolitique, traductions etc. Bon, là, ce n’est pas donné à tout le monde et il faut cravacher et aimer la recherche.

*

Linguiste d’écoute, je connais moins, mais j’ai eu la chance de monter dans un AWACS et d’échanger un peu avec le personnel. Très clairement, l’anglais, tout le monde maîtrise ! Donc il faut être au moins quasi bilingue arabe, russe ou mandarin.

*

Après, il y a sûrement des jobs de traduction de documents ou d’interprétation, mais avec seulement français/anglais, cela me paraît juste aussi.

*

Voilà ce que je peux te dire.

Donc mon conseil serait de passer un Master d’anglais puisque tu es dedans (après, c’est plus dur de s’y remettre !) en bossant le russe à fond pour obtenir un niveau C1 C2 et en organisant tes mémoires autour de la géopolitique ou des RI, ce qui te fera un très bon bagage linguistique et politique. Ainsi, tu auras le champ libre pour postuler en tant que linguiste d’écoute ou passer un concours de l’EN.

Ou alors tu tentes un an de formation intensive en russe.

Une simple Licence d’anglais risque de ne pas t’ouvrir assez de portes.

En espérant t’avoir aidée et pas trop déçue.

Paka !

Link to post
Share on other sites

Merci de prendre le temps de me répondre, pas de problème pour l'incruste !

Perso l'objectif est de tenter de rentrer dés bac +3 mais je reste ouverte pour continuer des études et j'ai quelques pistes de master.

Par contre, concernant l'enseignement de l'anglais, le poste que je vise éventuellement à un statut d'anglais et est accessible dés bac +3 (j'ai la fiche, j'ai vérifié). En revanche c'est bac +3 minimum donc entre un candidat bac +5 et bac +3, à moins que le bac +3 a un meilleur bagage pour le reste, logique que le bac +5 sera embauché en priorité.

Niveau master en enseignement j'hésite avec la classique meef pour passer le capes mais il y a également un autre master en didactique des langues qui me plaît beaucoup. Le premier est sans doute le meilleur pour l'armée mais enseigner en collège/lycée c'est justement ce que je ne veux pas faire (au cas où je ne rentre pas). Le second me plaît bien mieux niveau débouchés et cours même si le détachement à l'armée possible avec le capes ne l'est plus. Reste alors à être pris en tant que officier (je suppose que c'est ce que vous appelez "militaire-enseignant"). Pour le master recherche, honnêtement je ne me vois pas en faire un même si je sais déjà que ma thèse aurait tourné sur les Etats-Unis et la Russie.

J'ai aussi entendu parler d'un master au cnam défense en Bretagne qui s'intéresse au russe et forme au métier d'analyste linguiste mais la formation a un petit coût (pas non plus énorme ceci dit). Je pense que c'est un très bon tremplin aussi même s'il faut que je me renseigne au niveau des coûts, si c'est aussi éligible à une bourse, etc.

Faudrait que j'arrive à pousser davantage mon niveau de russe en tout cas. J'ai pris un an pour atteindre le niveau B1 toute seule. Là je suis un cours de niveau B1 à la fac (y'a pas de B2, c'est B1 ou C1 direct) et je m'en sors bien mais ça ne sera pas suffisant pour devenir totalement bilingue). 

Link to post
Share on other sites

Ah ! Effectivement, je ne connais pas tout. Donc si tu as une fiche-métier qui t’intéresse vraiment à bac+3 ça vaut le coup de tenter. Il y a toujours des possibilités d’évoluer en interne par la suite.

Sinon, si tu obtiens un master didactique et que tu t’en sors plutôt bien en commentaire de textes et en traduction, rien ne t’empêchera de passer le CAPES en candidat libre par la suite (pas d’âge limite pour devenir prof contrairement à militaire). Si être prof ne t’intéresse pas plus que cela, évite en effet le MEEF qui ne mène pas à grand-chose d’autre !

Quant au Cnam… ce serait effectivement un super beau projet même si cela t’obligera à traverser la France pour aller vivre à Saint-Brieuc. Renseigne-toi bien pour le financement… Mais ne faut-il pas une licence LCER russe pour y entrer ? Ou une certification ?

D’ailleurs, sans vouloir jouer les oiseaux de mauvais augure, je te conseille de passer une certification car les notes des langues rares sont parfois un peu gonflées…

Bravo en tout cas d’être parvenue seule au niveau B1 en russe ! je parle d’expérience…

Pour conclure, prends bien le temps de réfléchir, ne joue pas la carte de « j’en ai marre des études, je prends un poste qui m’intéresse moins », et quoi que tu fasses, investis-toi à fond !

Bon courage et tiens-nous au courant.

Link to post
Share on other sites

Si je me souviens bien (c'était y'a deux ans alors j'ai pu mixer et mal comprendre ce qu'il a dit), quand il a candidaté, y'avait genre deux postes de dispo pour trois candidats donc lui avec son bac +5 (master recherche) il est passé mais clairement si je ne rentre pas maintenant, mieux vaut continuer les études et retenter plus tard.

Oui pour ça que le master de didactique des langues me branche plus car plus ouvert. L'EN ne me tente pas du tout si ce n'est pour les vacances (qu'est ce qu'on se marre) mais ce n'est vraiment pas suffisant comme motivation ! Tous mes proches enseignants ont des regrets en ce moment de ce métier... Y'a pas longtemps je devais faire un stage, j'avais une idée précise de domaine de stage mais j'ai quand même demandé des collèges au cas où. Au final la prof qui m'aurait prise m'a dit "c'est bien aussi si vous faites des expériences ailleurs et que vous trouvez quelque chose qui vous plaît mieux que prof dans l'EN", ça résume tout.

Je n'en ai aucune idée pour le CNAM, faudrait que je les contacte car je n'ai pas vu de brochure qui spécifiait le niveau minimum. Pour les licences de langues rares, le niveau débutant est souvent admis mais en master ce n'est plus le cas. Néanmoins en master d'anglais, le C1 est demandé alors que pour le master de russe, c'est "juste" B2. Mais pour l'instant je ne l'ai pas. La compréhension écrite je comprends à peu près mais l'oral, à part les dessins-animés c'est chaud ! Quant à l'expression, j'en fais plus à part en parlant toute seule (promis, je suis pas folle) Toutefois, il spécialiserait à fond pour être linguiste d'écoute dans l'armée mais si pour X raison je ne rentre pas, je risque d'avoir appris un métier pour rien.

Honnêtement à un moment donné je voulais rentrer coûte que coûte (même pas forcément avec de l'anglais) car je commençais à en avoir marre des études d'autant que je galérais. Puis j'ai passé presque un an en Angleterre et j'ai énormément progressé au point que ce que je fais me semble facile. Je pense que si déjà j'ai des compétences, autant continuer, c'est toujours mieux où que je finisse.

Link to post
Share on other sites

Hello,

Si je lis bien, il faut une licence en russe pour entrer : [https://cnamsecuritedefense.fr/analyste-linguiste-russe/]

Appelle-les, et demande si ton niveau LV2 ou une certification (je crois que c'est TKRI ou TORFL??? pour le russe) que tu pourrais passer cette année suffirait avec une licence d'anglais. Ça ne coûte rien.

Je pense que la personne que tu as vue a dû postuler sur un poste du type de celui dont je parlais plus haut (directeur du dpt d'anglais de Landivisiau). Mais des postes comme ça, il n'y en a pas beaucoup !

La prof qui t’a conseillée a raison : sortir de l’école pour… rentrer à l’école, ça fait bocal ! Avoir des expériences ailleurs, c’est essentiel !

Si tu n'as pas la vocation, compliqué effectivement d'être enseignante, surtout en anglais.

L'anglais, c'est toujours la matière qu'on est obligé de faire même si on n'a pas envie, ou qu'on choisit par défaut en espérant que ça aidera à communiquer et à faire du tourisme. Je caricature, mais c'est quand même un peu ça. Donc si tu n'as pas la fibre et la gnaque pour essayer de t'adapter à chaque public et à chaque cours, si tu aimes la routine, Si tu rentres tous les soirs déçue parce que ta super idée de cours a fait un gros flop et que tu n'as pas pu réagir devant 35 élèves... ça va être dur.

Que tes élèves soient militaires ou non, je ne suis pas sûre que cela change beaucoup. Evidemment, tu auras sans doute plus de discipline, et en face, des gens qui savent où ils vont et pourquoi ils sont là... c'est déjà un gros plus ! Ça n'empêchera pas que la plupart auront des matières qui les préoccuperont bien davantage et qu'il faudra que tu oublies ce qui t'intéresse et te fais envie pour te mettre à leur écoute / service et leur apporter ce dont ils auront besoin dans leur carrière et sur le terrain, de la façon la plus pratique, fluide et agréable pour eux, tout en réussissant à ouvrir sur un au-delà de la grammaire purement communicationnelle. Pour ceux qui se contenteront de leur coller des exercices de type TOIC, cela peut vite avoir un côté purement utilitaire frustrant. Pour d’autres ce sera une occasion géniale d’apprendre à leur contact, de se renouveler, d’inventer des méthodes d’enseignement, de sortir des sentiers battus du I am, you are…

À toi de te poser la bonne question !

Après, tout le monde craque en Licence et veut laisser tomber les études. Je ne te connais pas, je ne peux pas juger de ton niveau, je ne sais pas quelle est ta situation personnelle et financière, mais si ton rêve c’est vraiment linguiste d’écoute, termine ta licence avec mention, trouve un moyen de te former sérieusement en russe et pourquoi pas d’acquérir des notions en arabe ou mandarin l’année prochaine ou les deux ans à venir (en faisant ou pas un master), et postule. En revanche, mets-toi la tête dans le sac et donne-toi à fond.

C’est risqué, mais ça peut valoir le coup et tu ne seras pas sans bagage après pour faire autre chose. Et renoncer à son rêve à 20 ans parce qu’on a fait anglais au lieu de russe ou parce qu’on en a marre des études, c’est trop bête si on peut faire autrement.

Va quand même voir un CIRFA. Ils auront peut-être des propositions très intéressantes à te faire pour maintenant ou plus tard si tu ne réussis pas linguiste d’écoute.

Ce que je te dis est évidemment fondé sur mon expérience personnelle très limitée côté armée. Je ne suis pas là pour t’influencer. D’ailleurs je vais arrêter la tartine !

Cheers

Link to post
Share on other sites

Pas de problème pour la tartine, c'est agréable de pouvoir discuter.

C'est un peu ambiguë au niveau du russe pour ce master mais je sais que dans mon département d'études, des gens qui n'ont pas fait de LLCER anglais ou n'importe qu'elle diplôme d'anglais sont admis en master s'ils ont quand même un bac +3 et un (très) bon niveau en anglais. Je pense que ça dépend des facs.

Avec l'EN je crois que je me suis mal exprimé en voulant éviter de paraître "crache-venin" haha. Ça fait quelques années que je donne des cours ou que j'aide les jeunes de mon entourage et depuis cette année je m'occupe du soutien en anglais des L1 et j'ai déjà dû improviser des cours. La fibre enseignante je l'ai, ce n'est pas le soucis. Mais je souhaite éviter l'éducation nationale car il y a de plus en plus de problème, moins de soutien... beaucoup de mes proches profs l'ont un peu amer. Les plus vieux ont pris leur retraite le plus tôt et plein se reconvertissent. Sans compter que je connais pas mal de jeunes qui ont été parachuté dans des zones dures et qui ont arrêté. Honnêtement je souhaiterais éviter tout ça car je n'ai pas envie d'être dégouté de ce qui me plaît.

Pour le moment des trois master dont j'ai parlé c'est clairement celui en didactique qui me tente. Car professeur d'anglais ou linguiste si je pousse encore le russe reste accessible dans l'armée et au pire y'a d'autres métiers intéressant dans le civil avec celui là.

Faut vraiment que je contacte le cirfa, puis peut-être qu'ils pourront aussi m'aider avec l'attestation de nage-libre (j'ai zappé que je devais m'en occuper, maintenant les piscines sont fermées et j'aurais bien aimé m'entraîner avant de le passer car la natation c'est pas mon truc niveau sport)

Non clairement c'est normal de douter. Au final je me suis aperçue que la bonne moitié des élèves avait eu le même sentiment. Mais passer une année à l'étranger ça m'a été bénéfique (sauf le covid, lui je ne voulais pas le voir débarquer !)

Link to post
Share on other sites

Bon, t'as plus qu'à passer un an en Russie ! :D

Je ne te ferai pas la promo de la didactique : je ne connais pas bien et le peu que j'en ai vu, j'ai fui sans demander mon reste ! Mais tous les cours et les diplômes ne se valent pas et puis ça dépend de la personnalité. Moi, je suis quelqu'un de terrain, persuadée qu'on apprend mieux sur le tas ! La théorie me pèse vite.

Pas de soucis pour l'EN, personne ne se voile la face : être prof, ce n'est plus un métier de rêve et la plupart des témoignages ne font pas envie.

Après, si entrer dans l'armée t'intéresse, la "rusticité" du caractère a quand même quelque chose d'important et ne pas avoir envie de travailler dans des conditions difficiles (quelles que soient ces conditions) n'est peut-être pas le meilleur atout...

A propos, et puisque tu parles de la natation, j'ai entrevu ta question et je n'ai pas de réponse mais ça m'étonnerait quand même qu'on dise aux militaire "allez les gars, on se mouille la nuque et on descend par l'échelle !" (remarque sans doute stupide...)

La conclusion, c'est vraiment qu'il faut que tu ailles au CIRFA et puis si tu peux ensuite répercuter les infos ici, on se couchera moins bête !

En tout cas, bonne réflexion et bon courage dans tes recherches.

Link to post
Share on other sites

Ca fait une semaine que je ne suis plus passée ici. J'ai fini par prendre contact en remplissant un formulaire en ligne sur leur site mais je n'ai pas encore eu de réponse. Toutefois ce n'est plus très grave car dans la foulée j'avais rdv chez mon médecin et il a remarqué que j'avais un problème niveau audition. Du coup, j'ai décidé d'oublier l'idée d'intégrer dés bac +3. Je veux d'abord régler ce problème (c'est peut-être rien de grave et pour l'instant je pense pas que ça me bloquerais si je passais la visite médicale) mais en attendant j'irai en master. Au moins, d'ici l'obtention du diplôme, ça sera réglé, je saurai si je peux tenter ou pas, si oui j'aurais définitivement un bon bagage niveau étude et encore 2 ans pour être parfaitement bilingue russe et au pire temps pis pour l'armée, mais tant que je ne sais pas ce que j'ai, je préfère jouer la sécurité (ça serait bête de réussir à rentrer et me faire rejeter quelques années plus tard car ça a empiré tout en restant bac +3)

(en tout cas je l'ai mauvaise avec cette histoire d'audition, mais je vais prendre ça comme un signe d'attendre).

  • Thanks 1
Link to post
Share on other sites
  • 3 weeks later...

Je reviens pour apporter quelques réponses pour ceux qui liraient le post pour eux. (je me suis renseignée auprès d'un cirfa et un cm sur les réseaux sociaux) et j'ai rdv au cirfa bientôt ☺️

Pour être linguiste, niveau bac à bac +2 et concernant les langues... pas besoin d'être déjà bilingue ! On peut même se permettre de ne rien connaître à une langue. C'est le CFIAR qui se charge de former les élèves en 2 ou 3 ans (2 ans russe et arabe, 3 pour le chinois). Lors des tests ce qui est recherché c'est la capacité à apprendre les langues (comprenez quand même que si l'on détestait les langues à l'école et qu'on évite de se retrouver à devoir parler anglais c'est mort).

Bref ça m'a reboosté dans l'idée de tenter le recrutement (en + le petit pb de d'oreille qui m'a touché dernièrement était apparemment temporaire suite à un "choc" et là je sens que j'ai retrouvé toute ma capacité), je vais tenter, pour le russe avant tout mais une autre langue ça ira aussi et si je suis pas prise (18 postes pour 2021), j'irai en master.

Link to post
Share on other sites
  • Membre réputé

Bonjour,

Vu l'actualité du moment voire du futur, parler le russe voire l'arabe est un plus ++++++++ !

Il y a 2 heures, Agata a dit :

et si je suis pas prise (18 postes pour 2021), j'irai en master.

:vertsuper: !

Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, Heïdi a dit :

Bonjour,

Vu l'actualité du moment voire du futur, parler le russe voire l'arabe est un plus ++++++++ !

:vertsuper: !

Pour l'instant je me contente du russe, je pense que avec l'anglais c'est déjà un bon début 😅 mais s'il le faut je suis motivée pour l'arabe ! (je vais avoir l'impression d'être un incubateur de langues vivantes en revanche 😂)

Link to post
Share on other sites

Eh bien tu vois, merci beaucoup de t'être renseignée et d'avoir partagé !

Ca pourra aider beaucoup de monde.

Je n'aurais jamais cru qu'on pouvait arriver comme une fleur sans rien connaître à l'une des 3 langues obligatoires. La fiche métier n'est pas très bien faites car elle le sous-entend.

Comme quoi, rien ne vaut un CIRFA.

Tu dois être super boostée en effet ! alors fonce et bonne chance pour tout !

Et j'espère que ton oreille, ce n'est effectivement rien de grave. Tu as quand même dû prendre un sacré choc ! rire.

Link to post
Share on other sites
Il y a 20 heures, Alouette a dit :

Eh bien tu vois, merci beaucoup de t'être renseignée et d'avoir partagé !

Ca pourra aider beaucoup de monde.

Je n'aurais jamais cru qu'on pouvait arriver comme une fleur sans rien connaître à l'une des 3 langues obligatoires. La fiche métier n'est pas très bien faites car elle le sous-entend.

Comme quoi, rien ne vaut un CIRFA.

Tu dois être super boostée en effet ! alors fonce et bonne chance pour tout !

Et j'espère que ton oreille, ce n'est effectivement rien de grave. Tu as quand même dû prendre un sacré choc ! rire.

Et mieux vaut téléphoner que remplir leur formulaire ! 

Non c'est très mal fichu, c'est pas évident de savoir si justement faut déjà être bilingue ou pas. Par contre de ce que j'ai fini par trouver en creusant à fond, c'est qu'il faut une bonne culture générale et une bonne maîtrise du français. De ce côté là ça va, je vais encore un peu étoffer mes connaissances de la culture de la Russie (je connais des chose sur ce pays mais on parle quand même du plus grand pays au monde), pour le français je pense que ça ira, je fais peu de fautes dans l'ensemble (à part quand je suis fatiguée ou que j'écris sur le téléphone).

 

Ca m'a perturbé à un point cet oreille. En réfléchissant je pense que j'ai trouvé ce qui a causé un problème (un claquement trèèèès fort d'un placard à 2cm de mon oreille), depuis je fais méga gaffe à mon oreille, je n'y touche plus (je la nettoie à peine pour laisser le tympan se réparer) et en un mois je sens que j'entends de nouveau tout et mon entourage dit que je parle de nouveau normal. j'ai quand même encore rdv avec un spécialiste mais je pense que ça ira pour les tests, je n'ai plus du tout la sensation de décalage entre la gauche et la droite. Maintenant je ne m'approche plus des placards et je discipline les indélicats qui pensent qu'il faut claquer pour fermer une porte !)

Link to post
Share on other sites
  • 2 months later...

Pour avoir arrêté mes études un peu tôt alors que je m'en sortais plutôt bien, je te conseille vraiment de continuer autant que possible quitte à être réserviste en même temps. Ça te permettrait de gagner des sous et d'avoir une première vision de l'armée. Les conseillers de CIRFA ne savent pas tout parce que l'armée change tout le temps et qu'il y a beaucoup de choses à savoir (je le vis bien, mais on m'a vraiment dit plein de choses fausses et j'aurais pu m'orienter différemment). Tu peux aussi faire un contrat volontaire officier aspirant entre ta licence et ton master pour avoir du temps pour décider et voir un peu. Ne néglige surtout pas la phase d'information et d'orientation, c'est vraiment important.

  • Like 1
Link to post
Share on other sites
Le 05/04/2021 à 09:54, Gwynplaine a dit :

Pour avoir arrêté mes études un peu tôt alors que je m'en sortais plutôt bien, je te conseille vraiment de continuer autant que possible quitte à être réserviste en même temps. Ça te permettrait de gagner des sous et d'avoir une première vision de l'armée. Les conseillers de CIRFA ne savent pas tout parce que l'armée change tout le temps et qu'il y a beaucoup de choses à savoir (je le vis bien, mais on m'a vraiment dit plein de choses fausses et j'aurais pu m'orienter différemment). Tu peux aussi faire un contrat volontaire officier aspirant entre ta licence et ton master pour avoir du temps pour décider et voir un peu. Ne néglige surtout pas la phase d'information et d'orientation, c'est vraiment important.

Je n'ai toujours pas rendu le dossier car j'attends d'avoir mon diplôme, néanmoins j'ai la ferme intention de tenter. Je vais dans tous les cas postuler pour des master et en commencer un (quoi qu'il arrive la rentrée au CFIAR ne se fait qu'en Novembre) et si je suis prise, je verrais si j'arrive à continuer (ou au moins boucler le S1, pour ensuite poser une césure et arrêter si à l'armée ça va). Et sinon il y a quelques temps j'ai en effet envisagé la réserve au cas où je ne rentre pas au CFIAR car j'ai loupé (dans le sens que d'autres personnes ont fait mieux, pas que le médecin a estimé que quelque chose n'était pas ok). 

Link to post
Share on other sites
  • Similar Content

    • By Azaugan
      Bonjour,
       
      voulant déposer ma candidature pour rentrer dans la marine nationale via la filière matelot de la flotte, j'aimerais connaître le niveau d'anglais demandé ainsi que la difficulté des tests de recrutement physique (combien au LL, combien de tractions, quel temps au parcours d'agilité).
      Je voudrais également avoir une idée du taux de réussite aux tests de sélections, d'autant plus que j'ai entendu dire que la marine recrute pas mal en ce moment.
      Bien cordialement