Jump to content

Frédérique Curie, résistant et fondateur du groupement hélicoptère de la Sécurité civile.


Bouchon-Gras 49

Recommended Posts

  • Administrateur
Il y a quelques semaine, lors d'un entrainement aux secours en montagnes, un hélicoptère se craché, faisant plusieurs morts.
 
Je vous propose de découvrir un grand personnage, le lieutenant colonel Frédérique Curie.
 
Le 16 décembre 1956 mourait le pompier et résistant français Frédéric Curie à l'âge de 50 ans. En plus d'être un héros de la Résistance, il fut également le pionnier du sauvetage héliporté en France ainsi que le fondateur du groupement hélicoptères de la Sécurité civile.
 
131889729_3702619536495970_179740617507698442_n.jpg
 
Né en 1906 dans une famille d'agriculteurs, il suivit une scolarité studieuse qui l’amena à obtenir un diplôme d'enseignant en 1925. Il n'enseigna cependant pas car il choisit de rester engager au sein de l'armée à la suite à son service militaire. Il fut engagé dans plusieurs bataillons avant d'intégrer en 1934 le régiment de sapeurs-pompiers de Paris où il restera jusqu'à la Seconde Guerre Mondiale.
 
67507159.jpg
 
Une fois l'armistice signé en 1940, Frédéric Curie ne restera pas inactif et commença immédiatement à cacher des armes et à organiser un système d'aides aux soldats français s'étant évadé des camps. Mais son système finit par être découvert et il fut arrêté en août de la même année puis condamné à 15 mois de prison. Cela ne le découragea pas pour autant et à peine sorti de prison et réintégré aux sapeurs-pompiers, il chercha de nouveau à y organiser la résistance malgré la surveillance dont il faisait l'objet. Ce réseau de résistance jouera un rôle de transmission d'informations aux alliés et participa également à du sabotage car les pompiers avaient accès à beaucoup de lieux et disposaient de plans de la ville et des bâtiments. Ils feront enfin du transport d'armes et de matériels clandestins.
 
67507164.jpg
 
Après la Libération, Curie fut nommé dès 1945 directeur du Centre national d'Instruction de la Protection contre l'incendie, qui est l'ancêtre de l'École nationale des sapeurs-pompiers. Il continua aussi en parallèle à participer à des missions de sauvetage.
 
fr_d_ric-curie-l_gion-dhonneur-juillet-1946-web.jpg
 
En 1949, il officia en tant que juré militaire aux procès de l'aviateur Dieudonné Costes accusé d'intelligence avec l'ennemi puis finalement acquitté, ainsi que l'ambassadeur du Troisième Reich en France Otto Abetz qui fut lui condamner à vingt ans de travaux forcés pour crimes de guerre.
Mesurant dès 1949 l'importance qu'aurait l'hélicoptère dans les missions de sauvetage, il participa au test visant à faire voler un hélicoptère avec une personne suspendu en dessous et fut le deuxième à réaliser cette prouesse.
 
R62f59fdb00f278eb4e7af14a60bbcdcb.jpg
 
Enfin, on peut citer sa participation à la création de la Ligue françaises de secours et de sauvetage aérien qui mit au point une réglementation concrète du sauvetage aérien.
 
R025a1510c6be1032c68dbb8529f7eddd.jpg
 
En 1956, son hélicoptère s'écrasa dans la Seine et il réussit à survivre malgré de graves blessures grâce à sa présence d'esprit, mais il finit par mourir deux mois plus tard.
 
( Source : Histoire d'apprendre )
 
 
 
R2b12b86366aa64c2418e829b137043f9.jpg

Dans la cour du Quartier Central, à la caserne Champerret, Le corps de Frédéric Curie repose sous une avalanche de fleurs. Les hommages sont élogieux tel celui du préfet Maxime Roux :

« Il était d’abord courage, mais courage allègre, courage sans parade et sans vanité, courage sûr de soi et de bon aloi, du meilleur aloi. Il n’est rien en effet qu’il ne sut regarder avec une âme ferme et calme (...) En lui, l’homme tout court, a fait le soldat, par choix du danger, de tous les dangers successifs. Il était aussi enthousiasme et passion : qu’une idée pourvu qu’elle soit grande et noble se présente à son esprit, c’est l’homme tout entier qu’elle a bientôt conquis. Les malheurs de la Patrie, voici quinze ans, l’ont haussé à son propre niveau, et ce devoir accompli il aurait pu se reposer et mener la vie de celle qui peut regarder derrière soi son passé sans tache et déjà fait de dévouement ».

 

Le jour même, un reportage de plusieurs minutes retraçant sa carrière fut diffusé au journal de 20 h présenté par Léon Zitrone.

Le 20 décembre 1956, la lourde dalle de marbre noir scellait donc la dernière demeure de Frédéric Curie dans le petit cimetière d’Etupes : « Dans la campagne franc-comtoise, la nature morne parce que déjà hivernale, semble porter le deuil de ce fils éminent du terroir, que l’aile sombre de la mort vient, avec une pareille précocité, d’effacer de la communauté des vivants des (...) Au son lugubre du glas tombant de l’humble clocher et heurtant en syncope le rythme compassé d’une marche funèbre exécutée par l’harmonie locale, le cortège s’avance, grossi par une assemblée nombreuse où chaque foyer manifeste par l’un des siens son sentiment compatissant à la famille éprouvée et sa sympathie à celui qu’elle pleure et gravit le chemin en pente menant au lieu de repos des trépassés » (In le sapeur-pompier n°598)

 

Là encore, les hommages ne tarirent pas :

 

« Dans l’ombre discrète de nos temples, notre ami, avec tout son âme généreuse, s’intéresse à la solution heureuse des grands problèmes qui tourmentent, inquiètent et excitent les craintes sur les espoirs de l’humanité actuelle. (...) Mon cher frère Curie, dors en paix. Tu as été un ouvrier parfait. Au bord de cette froide tombe nous gémissons et nous espérons », souligne un franc-maçon.

 

« Repose-toi. Il est des mérites qui n’attend pas la vieillesse, il est des cœurs qui battent moins longtemps parce qu’ils battent plus vite », déclare René Beltramelli, compagnon d’arme de Frédéric Curie.

OIP.jpg

Sa tombe est surmontée d’une plaque commémorative du maître sculpteur Helbert représentant Frédéric Curie aux commandes de son Bell 47G et rappelant le triptyque de sa vie : « Combattant de la Résistance – Entraîneur d’hommes - Pionnier du sauvetage aérien ». Trois plaques identiques furent sculptées grâce à une souscription lancée à la mort de Frédéric Curie, l’une, sur l’a dit se trouve sur sa tombe, la seconde se trouvait au Centre d’Instruction de la Protection Civile à Chaptal (elle a tout d’abord été conservée au quartier central des sapeurs-pompiers de Paris, caserne Champerret avant d’être réinstallée, il y a quelques années , au 26 rue Chaptal à Paris dans la salle d’entrée de la bibliothèque publique de la Ville de Paris qui fut le siège de l’Ecole que dirigea Frédéric Curie. Elle s’y trouve toujours).

Une dernière plaque a été dévoilée le 24 mai 1960 par le ministre de l’Intérieur Chatenet à la base hélicoptère d’Issy-les-Moulineaux. Cette dernière est aujourd’hui à la base hélicoptère « Lieutenant-colonel Curie » de Nîmes-Garons.

( source https://fplancard.wixsite.com/frederic-curie/deces )

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.



  • Posts

    Heïdi

    Posted

    Bonjour, Le ministre dévoile le " Plan Famille 2 ". source.. https://www.defense.gouv.fr/actualites/ministre-devoile-plan-famille-2  

    berogeitabi

    Posted

    Oui c’est un sujet préoccupant. Les chinois sont assez provocateurs et jouent les étonnés lorsqu’on décide d’être ferme vis à vis de leurs provocations.  moi je pense que les américains ont eu raison de descendre l’un des deux ballons qui était au dessus de l’eau à ce moment là.  je pense que la Chine a clairement une ambition d’hégémonie mondiale en vue d’imposer au monde sa doctrine de contrôle permanent des populations. et d’imposer son modèle économique bâti sur une exploitation sans limites des ouvriers, des petites gens et cela sans aucun respect de normes environnementales. C’est très insidieux et nous devons, nous les occidentaux être très très vigilants vis à vis de ce que fait et décide Xi Jing Ping. Notamment par rapport à sa façon de pénétrer l’économie des pays se situant sur le trajet ou au terminus des nouvelles routes de la soie. Je pense au Sri Lanka, à la Grèce, à l’Afrique mais aussi chez nous. Il n’y a qu’à voir les prises de participation, voire l’achat total de ports, d’aéroports, de territoires, autant de sites où les chinois s’installent et «  virent » les habitants du lieu pour s’approprier le tout (Sri Lanka).  Bref, bravo aux américains d’avoir «  descendu » ce ballon.   

    OLIDEC

    Posted

    Salut Je pense que je vais galérer à trouver la fourragère et rajouter des olives.... J'ai bien envie de la laisser comme cela. Merci pour ton aide   Olivier  

    Janmary

    Posted

    C'est très précis B.G. Depuis de longues années, les budgets militaires furent limités pour diverses raisons, tel le rectificatif du budget, la fin du mur de Berlin et de l'URSS, etc. etc. Pourtant "Quand on baisse l'échine, on trouve toujours quelqu'un pour monter sur son dos". Jamais les effectifs de nos armées furent si bas en niveau. Voila longtemps que nous des défaillances dans le renseignement satellitaire.  La encore ce furent les USA qui nous assistent en ce domaine dans le manque criant de drones (appelés en France "Avions sans pilote" et conçu en carton et plastique dans les premiers projets) en Afrique. L'exemple le plus caractéristique de manque de logistique fut l'intervention en Libye. Apres avoir tiré une salve de Missiles de croisière, plus de stock. Obligé de faire appel aux USA. Nous avons un vaste territoire marin (eaux territoriale)  de par nos Départements et territoires d'Outre -Mer et cela nécessite de gros moyens pour en assumer la sécurité. Nous avons fermés des bases aériennes et limités le nombre d'appareils de combat, limité aussi la Marine dans ses effectifs et bâtiments et l'Armée de Terre se trouve démunie de nombres de ses moyens. La guerre électronique est très largement en dessous des capacités nécessaire à un pays comme le notre. Bref, le réveil est brutal de par le conflit en Ukraine, ou, du reste ,nous n'avons rien vu venir. Nous avons vendu nos usines d'armement et achetons notre matériel en tout azimut ou confions des éléments de fabrication de notre char Leclerc à la Chine (les "rotary ou systèmes de moteurs tournant par incrémentations).  Une question me chagrine en temps que passionné d'économie ! Ou sont passées les sommes dédiés à nos Armées puisque ces derniers furent mises à la portion congrue ? Enfin, dernier élément "voyant" à savoir le manque de coopération de nos voisins Allemands dans des projets communs comme jadis l'Alpha Jet, le Transall. Aujourd'hui le futur avion de combat Franco-Allemand qui intéresse aussi l'Espagne est un compromis qui ne tient peu compte du coté aéronavale. DE plus les Allemands veulent connaitre la partie électronique et Informatique des systèmes et la firme Dassault s'y oppose. Le Président à tranché et nous allons renouvelle l'expérience ou nous avons mis en commun l'Aérospatiale qui allait devenir AIRBUS Industrie (Européen) en fournissant 50%des actions aux seuls Allemands. Pour nous remercier, ils ont construit SEUL l'avion de transport ATLAS développé par nos deux pays. Le futur char de combat Franco-Allemand est géré exclusivement par les Allemands qui impose leurs désirata et décisions. Reste le drone dont on ne connait pas les détails sur l'avancement. Quand à l'Armée Européenne, une politique commun européenne, une économie Européenne, il est trop tôt pour en parler. Quand aux propos du Président concernant  d'avoir une guerre en avance, je me suis pris de rire quand même. En 1870 si il ne manquait pas un bouton de guêtre, le reste des équipements étaient obsolète à commencer par le fusil. En 1914, il semble que personne n'avait étudié la guerre de sécession aux USA avec l'utilisation de tranchées couvertes  de barbelés (Imprenable autre que par la surprise), les ballons d'observations, le transport ferroviaire, etc. En 1939, la tactique de la Guerre des blindés développé par Liddell Hart et le général Fuller en Grande Bretagne (dans les années 1933) et développé en Allemagne par le colonel puis général Guderian qui furent entendues et furent superbement ignorée malgré un certain colonel de Gaulle. La seule réalisation fut la Force de Dissuasion mis en œuvre par le Président Charles de Gaulle. Espérons la réalisation de ce budget avant d'autre conflits à venir ou celui de l'Ukraine pouvant dégénérer par "accident".

    Janmary

    Posted

    L’actualité est au ballon Chinois traversant haut dans le ciel l’Alaska, le Canada et les Etats-Unis d’Amérique. Il n’y a pas de surprise. Un peu d’Histoire sur les ballons. Quelques idées sur les projets et les réalités.   Un Français, Camille Rougeron, polytechnicien et ingénieur naval, ayant participé aux conceptions de notre flotte de guerre entre les deux conflits mondiaux fut par la suite nommé au Ministère de l’Air toujours avant le second conflit mondial. Il fut un théoricien avertit de nombres de conceptions d’armes par la suite et auteur de nombreux ouvrages avant et après guerre (1939-1945). Par exemple on lui doit, la formulation du "chasseur bombardier" qui affiche un poids de bombe équivalent à un bombardier lourds à puissance égale rapportée au cheval avec la vitesse d’un chasseur après lancement. Les bombes, bombes planantes pour l’attaque à grande distance et torpilles assistés par fusées qui donnèrent la roquette anti-char par la suite durant le second conflit mondial. Les obus d’artillerie avec une puissance additionnelle après le tir qu’il appelé obus –fusée et qui donna lieu au mortier de 120 mm de l’Armée par la suite. Etc.Etc.   Un ouvrage doit être retenu pour une innovation entre autre, à savoir = La guerre nucléaire. Armes et parades. – 1962 – Chez Calmann-Levy (Voir Note 1).   Le but proposé par l’auteur étant l’attaque par ballon de sites agricoles et industriels. Il s’agissait d’un ballon d’un diamètre de 30 mètres, possible de fabrication à l’époque puisque utilisé par des ballons du type « Echo 1 » pesant moins d’une centaine de kilos. Il aurait eu un volume de 10.000 mètres cubes (pi.R au cube) avec un mélange gazeux Sachant qu’un kilo d’explosif TNT dégage 10 Kilocalories et un hydrocarbure 10.000 à 11.500 Kilocalories par kg, et qu’un kg de gaz représente 1 mètre cube, c’est environ 10 tonnes de gaz  qu’aurait comporté ce ballon.  Or, le gaz est énergiquement plus puissant qu’un explosif puisque le rapport calorifique des gaz est supérieur à la tolite par exemple dans le rapport précité soit  10 tonnes de gaz représente 100 tonnes de tolite. Par son prix comme par son pouvoir énergétique, le gaz naturel s’impose pour le chargement. Une enveloppe aussi légère n’exige pas le méthane pur ; son homologue supérieur, l’éthane pourrait servir avec une proportion des ¾ au moins (a cause de la densité un peu supérieur à l’air) avec un complément de méthane ou un 9/10 de méthane pur et un complément d’hydrogène. (Voir Note 2).   Nous pouvons donc voir qu’un « ballon inoffensif  de 30 mètres de diamètre » peut provoquer des dégâts non négligeables si l’on peut l’amener sur un objectif. Certains ballons ont pu être contrôlés par radio pour acquérir des vents favorable à des altitudes assez élevés (Test d’un ballon en 1954, lâché de Vernalis en Californie, il monta à 11300 mètres. Il fut contrôlé pendant 52 heures pendant un trajet de 10.080 km. Il atterrit à Badajoz en Estrémadure, Espagne). En 1955, Explorer II, avec un poids de 2950 kg pour 105.000  mètres cubes améliora encore les caractéristiques et purent avoir épaisseurs d’enveloppe de 0,01 à 0,06 mm. La détection de ces ballons peut poser des problèmes. Pourquoi ce Ballon Chinois a-t-il pu survoler l’Alaska puis le Canada avant le survol des USA ? Ballons (gonflé à l’hélium) météo ou de surveillance avec transmission d’informations électroniques (fréquences RADAR, photos aérienne de sites sensibles, etc.). C’était l’objet des réflexions de ce sujet. Mais un innocent ballon peut-être éventuellement une arme.   Note 1 = L’aviation de bombardement – 1936 - en deux volumes – Chez Lavauzelle Les enseignements aériens de la guerre d’Espagne – 1940 – Chez Lavauzelle Les enseignements de la guerre de Corée – 1952 – Chez Berger-Levrault Les applications de l’explosion thermonucléaire – 1956 – Chez Berger-Levrault Le pétrole thermonucléaire - 1959 -  Chez Berger-Levrault Ainsi que de très nombreux écrits dans plusieurs ouvrages scientifiques et militaires.   Note 2 = Méthane =  7.820 Kilocalories/m au cube Propane  = 19.950 Kilocalories/m au cube Butane    = 25.900 Kilocalories/m au cube Ethane    = Je n’ai pas trouvé l’équivalent calorifique. Ethylène = 12.290  Kilocalories/m au cube   Janmary  
×
×
  • Create New...