Jump to content
×
×
  • Create New...

Question - voc armée de terre 2


Recommended Posts

Bonjour,

Quelques nouvelles questions sur le vocabulaire de la vie quotidienne. (ce sera moins drôle que les expressions des Grognards !)

 

On commence par la corvée ménage. J'ai bien retenu que "mouillé c'est lavé, sec c'est propre !" D'ailleurs je vais l'appliquer...

En revanche, si vous avez des termes colorés pour la serpillère et le seau (l'anglais dit boîte à biscuit ! pas sûre que ce soit officiel, mais peu importe) je prends.

Ensuite le soldat apprend qu'il aura une perm et ça lui fait l'effet d'un "tir de Lewis Gun". Je dirais "l'effet d'une bombe" mais si vous avez mieux...

Il emprunte de l'argent à un camarade. Là, l'anglais dit "dust" pour argent, ce qui est très fort car dust, c'est aussi la poussière et 1) ils sont dans le désert, 2) se dessine tout le côté biblique (tu es poussière etc.). Je doute de pouvoir faire aussi bien, mais vous aurez peut-être un terme intéressant pour parler d'argent.

Puis vient la visite médical car pour sortir il faut un F.F.I (free from infection) c'est-à-dire un certificat indiquant que vous ne souffrez d'aucune maladie... maladie honteuse, s'entend ! Quel est (était) l'équivalent en France ?

Enfin l'"administration" décide que, finalement, il n'aura pas de perm (oups, spoiler !). Puis-je utiliser le terme "administration" pour désigner les personnes qui s'occupent de cela au sein d'une petite unité ou y a-t-il un meilleur terme (non, pas chieurs d'encre !) ?

Question subsidiaire : le soldat est un Naik, c'est à dire qu'il appartient aux troupes coloniales indiennes. Le but du texte, montrer que les indiens ne sont pas aussi bien traités que les britanniques. Y aurait-il eu un terme générique désignant les soldats des colonies à l'époque, sans précision de pays ? Je n'ose pas utiliser "tirailleur".

Merci d'avance pour votre aide.

Link to post
Share on other sites
  • Administrateur
Il y a 1 heure, Alouette a dit :

On commence par la corvée ménage. J'ai bien retenu que "mouillé c'est lavé, sec c'est propre !" D'ailleurs je vais l'appliquer...

Dans la Marine, le ménage n'existe pas, ce sont des "postes de propreté".

Il y a 1 heure, Alouette a dit :

Puis vient la visite médical car pour sortir il faut un F.F.I (free from infection) c'est-à-dire un certificat indiquant que vous ne souffrez d'aucune maladie... maladie honteuse, s'entend ! Quel est (était) l'équivalent en France ?

Dans la Marine, le "bon de saillie" ( c'est clair, ça veut bien dire ce que ça veut dire) ce terme n'est plus trop utilisé suite à la féminisation et l'époque actuelle.

Il y a 1 heure, Alouette a dit :

Enfin l'"administration" décide que, finalement, il n'aura pas de perm (oups, spoiler !). Puis-je utiliser le terme "administration" pour désigner les personnes qui s'occupent de cela au sein d'une petite unité ou y a-t-il un meilleur terme (non, pas chieurs d'encre !) ?

"Sur les c..illes à Jules", dans la Marine c'est le "Bidel" (le capitaine d'arme) ou l'adjudant de compagnie qui gèrent les permes.

Il y a 1 heure, Alouette a dit :

Question subsidiaire : le soldat est un Naik, c'est à dire qu'il appartient aux troupes coloniales indiennes. Le but du texte, montrer que les indiens ne sont pas aussi bien traités que les britanniques. Y aurait-il eu un terme générique désignant les soldats des colonies à l'époque, sans précision de pays ? Je n'ose pas utiliser "tirailleur".

D'ordre général, un supplétif.

Link to post
Share on other sites
  • Administrateur
Il y a 3 heures, Alouette a dit :

Il emprunte de l'argent à un camarade. Là, l'anglais dit "dust" pour argent, ce qui est très fort car dust, c'est aussi la poussière et 1) ils sont dans le désert, 2) se dessine tout le côté biblique (tu es poussière etc.). Je doute de pouvoir faire aussi bien, mais vous aurez peut-être un terme intéressant pour parler d'argent.

L'argent, c'est surtout des termes d'argot qui sont utilisés. Le pèse, le flouse, le fric, le pognon, la fraiche, les radis, la thune, l'oseille....etc etc

Il y a 3 heures, Alouette a dit :

Question subsidiaire : le soldat est un Naik, c'est à dire qu'il appartient aux troupes coloniales indiennes. Le but du texte, montrer que les indiens ne sont pas aussi bien traités que les britanniques. Y aurait-il eu un terme générique désignant les soldats des colonies à l'époque, sans précision de pays ? Je n'ose pas utiliser "tirailleur".

Oui je valide bien sûr les supplétifs.

Pour autant il y a eu dans les Armées Francaises , des troupes locales qui n'étaient pas des supplétifs et qui formaient corps. Les tirailleurs bien sur, mais aussi les zouaves, les tabors, les goumiers, les spahis pour ce qui était de l'armée d'Afrique. Du coup tout dépend des années où l'on se situe. Mais je pense aussi aux Tcherkess pour les armées du Levant.   Toutes ces troupes étaient constitués d'autochtones sous commandement d'officiers Français

Link to post
Share on other sites

Merci à vous deux.

Pour le supplétif, je ne suis pas sûre que ça marche : il s'agit d'un caporal indien qui participe à l'opération Torch.

Auriez-vous un autre terme que bidel ? D'une part parce qu'il s'agit de l'armée de terre, de l'autre parce que l'anglais fait davantage référence à une instance qu'à une personne. Il dit "orderly room", càd état major à l'échelle d'une division. Le dictionnaire me propose "chambre des rapports"; ça ne me parle pas...

Merci !

Link to post
Share on other sites
  • Moderator

Pour l'armée de terre, c'est l'adjudant de compagnie ou d'unité qui est le chef de la section dite de commandement, section qui "administre" la compagnie (100/120 hommes) en regroupant les administratifs (secrétaires,comptable), le fourrier (habillement et divers), l'armurerie, les transmissions, les mécanos.

En parlant des permissions, un "dicton" me vient à l'esprit on disait:

" les corvées c'est comme les poils, y en a plein le c.., les perms c'est comme les couil..., elles sont suspendues!"

  • Like 2
Link to post
Share on other sites
  • Administrateur
Il y a 13 heures, berogeitabi a dit :

Oui je valide bien sûr les supplétifs.

Pour autant il y a eu dans les Armées Francaises , des troupes locales qui n'étaient pas des supplétifs et qui formaient corps. Les tirailleurs bien sur, mais aussi les zouaves, les tabors, les goumiers, les spahis pour ce qui était de l'armée d'Afrique. Du coup tout dépend des années où l'on se situe. Mais je pense aussi aux Tcherkess pour les armées du Levant.   Toutes ces troupes étaient constitués d'autochtones sous commandement d'officiers Français

Il y a également, les annamites en Indochine.

 

  • Like 1
  • Thanks 1
Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.



  • Posts

    • Bonjour, Voici mes petites questions du soir : -Une expression familière ou argotique pour dire « mission de reconnaissance » -Le nom de l’endroit où l’on « maquillait » les chars pour qu’ils soient moins visibles dans le désert ; -Le nom du procédé qui consiste à « maquiller » ces chars ; -Un terme qui désignerait les bombes larguées d’un bombardier. Je crois qu’on dit « crottes » lors d’un exercice, mais ce n’est pas un exercice et le ton tragique du texte ne me permet pas d’utiliser « crottes » ; -Un terme qui signifie faire le point au sens propre càd s’orienter grâce à une boussole et à une carte ; -L’anglais utilise une expression qui, mot à mot, se traduit par « mettre dans le sac » avec l’idée d’infliger une défaite et sûrement l’image d’encerclement, de prise au piège. Vous verriez un équivalent français ? -Existe-t-il des variantes spécifiquement militaires pour les expressions suivantes : >éviter les corvées, se défiler, >se décharger de ses responsabilités sur quelqu’un d’autre, >être un profiteur, >avoir la trouille, >s’en foutre comme de l'an 40, >se dépêcher d’agir ; -Est-ce que vous validez prévôt pour policier militaire et Tommies pour les anglais ? -El Eleba en Libye, ça vous parle ? Entre Altamimi et Mekili, dit le texte, mais ça a plutôt l’air d’être un camp britannique ou un terme qui désignerait un lieu où l’on va après la mort…   Merci d’avance pour votre aide. PS Est-ce un problème si je crée un nouveau sujet à chaque fois ? Si oui, je vous laisse fusionner et je posterai les prochaines questions dans le même fil.
    • D'accord, mais du coup, en cas de guerre générale quiest mobilisée ?
    • Marcel Burgé est décédé le 02 novembre dernier.     Marcel Burgé. Un Français tranquille. Le 2 mars 1943, Marcel, âgé de 23 ans, ouvrier sidérurgiste, vivant à Pulligny, en Meurthe et Moselle, échappe de peu à une rafle avec de jeunes gens par la Gestapo. Direction l’Allemagne, le STO, ou pire, le camp de concentration Mauthausen. C’est un électrochoc pour ce jeune homme. Un jour, ce sera lui. Juste avant l’été, avec quelques autres, Marcel prend son sac pour se rendre en Espagne et se rallier à de Gaulle.   Au 1er juillet il est arrêté par les Espagnols et emprisonné dans la sinistre prison de Miranda qui accueille cinq fois plus de détenus qu’en temps de paix. Violences et privations. Ce n’est qu’à la veille de l’année 1944 que Marcel est libéré. Échange de prisonniers contre les marchandises américaines. Arrivé au Maroc, Marcel, qui n’a pu de temps à perdre, s’engage aux commandos de France.     Il veut être de la bataille. Mais ce sera un long temps de formation et il voit le 6 juin et le 15 aout se passer de ses services. Le jeune Lorrain bouillonne dans son coin. Enfin, après plusieurs alertes, c’est le départ pour la France le 10 octobre. Le 3 novembre 1944, c’est enfin la vraie guerre, dans les Vosges. Entre les deux dates, Marcel a eu le temps de rencontrer la « môme Piaf » à Lyon, dans un hôpital (Marcel était légèrement blessé). Au combat, pas loin de Gerardmer, Marcel, tireur d’élite, tire dans tous les coins. L’ennemi montre du mordant. Des copains sautent sur des mines. Le grabuge est partout. Marcel, passé en revue par de Gaulle à Besançon le 13 novembre 1944 va combattre presque sans arrêt jusqu’en février 1945. Il aura juste une permission express en décembre pour retourner voir les siens (et un amour…) à Pulligny. En permanence à l’avant-poste, « en pointe toujours » (devise commando) Marcel, désormais en Allemagne, faisant preuve d’un grand décourage « déminera » le terrain de ses camarades. Marcel recevra une citation à l’ordre de sa brigade et de l’armée. Il défilera sur les Champs-Elysées le 18 juin 1945 et sera démobilisé le 11 novembre 1945, reprenant ainsi, son œuvre accomplie, le cours de sa vie.   Marcel a reçu la légion d’honneur le 18 juin 2017.     Photos fonds famille Burgé. ( Source : Rudolph de Patureaux )
    • Pour moi c'est bon, j'ai compris.
    • Oui exact, mais en cas De guerre générale ? Je ne sais pas si c'est compréhensible ce que j'essaye de dire