Jump to content
×
×
  • Create New...

Retour d'expérience tests de présélection Plongeur démineur St mandrier septembre 2020


Recommended Posts

Bonjour à tous,

Je vais vous faire un petit retex sur ma semaine de présélection effectuée fin septembre pour la spécialité de plongeur démineur.

Je vous fais un retour car j'aurai bien aimé un post comme celui-ci avant mes tests pour savoir un peu à quoi m'attendre car je me posais énormément de question surtout sur le niveau physique à avoir pour aborder ces tests. 

Rapidement, pour ma part j'ai déposé mon dossier en février 2020 pour maistrance spé Plong Dem mais je n'ai effectué la visite médicale qu'en juin après le confinement et j'ai passé les tests en septembre. La crise sanitaire n'a pas arrangé les choses mais il faut être patient car peu de tests de présélection chaque année.

Les tests de présélections, en trois mots : Soyez prêt physiquement.

Attendez-vous à ramasser toute la semaine.

Au programme : Arrivée sur l'école de plongée le dimanche soir, récupération des badges pour les candidats nous étions 16 ensuite répartitions dans les chambres (4 par chambres).

lundi Rdv 7h30 (petit déjeuné pris) devant l'école de plongée avec dans un sac tenu de sport et de quoi noter (toujours prendre de quoi noter).

8h Briefing rapide du Premier Maître qui sera avec vous toute la semaine. Un conseil oubliez le "ouai" de votre vocabulaire ici c'est oui premier maître ou si vous ne connaissez pas le grade c'est oui Patron ( attention à ne pas faire lèche botte non plus).

8h30 Footing de bienvenu : 1h15 environ, tout le groupe s'attend mais quelques côtes d'entrée de jeu qui font bien monter le coeur, environ 300m de dénivelé total. Il me semble que 2 ont sauté avant la fin du footing et 2 autres ont eu des blessures au genou pour le reste de la semaine.

10h récupération du matériel de plongée pour la semaine, petit passage en combinaison dans l'eau histoire que les combis soient bien mouillées pour l'aprem 

11h30 repas

12h30 briefing de l'aprem : 4 apnées à la suite dans notre cas nous passions par 4 à une bouée avec un instructeur qui nous attendait à 6m,

ensuite, dissociation bucco nasale (savoir respirer par la bouche avec de l'eau dans le nez),

ensuite, sustentation avec le bloc de plongée sur le dos(environ 15-20kg) et une olive de 5kg dans les mains => tenir 5 min en palmage vertical (bon courage), et pour finir capelé 1000m => 500m dos, 500m ventre. En quelques mots le capelé c'est une nage uniquement à la palme avec le bloc sur le dos, la ceinture de plomb la brassière océane palmes masque détendeur en bouche. (Pour ceux qui n'en n'on jamais fait vous n'allez pas être déçu)

Il est fortement recommander de réussir toutes les apnées, vous postulez pour être plongeur démineur donc l'aisance aquatique est primordiale.

DBN obligatoire pour le vidage de masque

je dirais 3 min minimum à la sustentation (le bloc pèse vraiment lourd et c'est pas tout confort

capelé visez les 30 min ou moins mais le tout est de le finir.

16h30-17h fin de journée

Repas du soir servi tôt : environ 18h30 

dans tous les cas vous serez cuit.

 

Mardi : tests ccpm :

rdv 7h15

vous allez en courant sur la piste d'athlé qui est à 2km

Test Vameval, minimum 16 tolérable sachant que si vous êtes au palier 16 faudra travailler pour le plongeur de bord car vous allez prendre cher. Quasiment tous les BAT font palier 20 

ensuite pompes déverrouillées complètement en haut et pec pratiquement au sol (planche en bois) 50 pour avoir 20 alors 50 conseillées.

ensuite natation 100m + 10 m apnée à la suite 1min 40 pour avoir 20 rapprochez vous le plus des 20/20 à chaque fois

N'oubliez pas que vous serez en compétition 

Très peu de place, entre 4 et 6 par an.

10h parcours aquatique, quelques apnées et des obstacles à franchir dont une échelle horizontale et un corde sur plan incliné.

11h30 repas 

12h30 Même parcours aquatique mais en groupe (parcours cohésion)

15-16h fin de journée

Mercredi : Course à pied : environ 1h avec des belles montées.

ensuite visite du Groupement des plongeurs démineurs, vous pourrez poser vos questions donc essayez de bien vous renseigner avant sur ce qu'est la plongée et un GPD.

aprèm : maxima ( pompes, abdos, tractions)

60-100-15 pour faire partie des premiers.

Je rappelle que c'est un concours entre les candidats, il y a des épreuves de cohésion mais il faut envoyer les meilleurs perfs pour avoir des chances d'être pris.

Aprem tests psychotechniques (il existe des sites pour s'entrainer) et tests de personnalité (voir si vous êtes aptes à devenir marin ) réfléchissez la dessus, proximité, êtes vous défaitiste optimiste, pouvoir voyager longtemps etc 

Jeudi  

7h 45 footing 

Ensuite entretiens individuel, un avec la psy et un autre avec le capitaine et le premier maître. Soyez clairs dans votre projet pro, dire que vous aimez la plongée ,que vous aimeriez en faire votre métier et que les plongeurs démineurs vous semblent être une très bonne idée qui réuni formation, rigueur etc n'est pas hors sujet. Alors réfléchissez y bien et soyez convaincants. Ces entretiens sont déterminants.

Connaissez sur le bout des doigts les missions d'un Plong Dem, les valeurs de la marine, vos qualités et défauts etc. 

Vendredi 

Petit contrôle écris de culture G. (Rien de bien méchant).

Puis

2000m nage palmes uniquement, ça tabasse fort au niveau des cuisses surtout avec la semaine dans les pattes.

moins de 10 min au 500m et vous êtes plutôt pas mal. 

Fin de stage 12h environ.

 

 

Souvenez-vous que vous serez sans cesse observé, n'abandonnez jamais, surpassez-vous, et préparez vous correctement. Vous serez toujours dans le speed alors soyez organisé, et surtout restez humble.

Je n'ai parlé uniquement du stage de présélection.

Si vous avez la chance d'être pris vous allez manger pendant le certificat de plongeur de bord, pendant les classes et pendant le BAT.

Tous les plongeurs de l'école de plong sont des machines physiquement et la formation plong dem n'est pas accessible à tout le monde.

 

C'est un peu l'élite, certains commandos se convertissent en plong dem donc imaginez le niveau.

 

J'espère avoir résumer un peu ma semaine même si il y énormément de choses à dire je vais m'arrêter là.

 

(Le planning de la semaine peut rester variable) mais vous avez une idée. 

Si vous avez des questions n'hésitez pas.

Et bon courage pour les prochains qui passeront les tests.

 

 

 

 

  • Like 4
  • Thanks 1
Link to post
Share on other sites
  • Administrateur
Il y a 18 heures, Soullay a dit :

Je vous fais un retour car j'aurai bien aimé un post comme celui-ci avant mes tests pour savoir un peu à quoi m'attendre car je me posais énormément de question surtout sur le niveau physique à avoir pour aborder ces tests. 

Merci, très bonne mentalité !

Il y a 18 heures, Soullay a dit :

Je n'ai parlé uniquement du stage de présélection.

Si vous avez la chance d'être pris vous allez manger

Et donc, l'aventure continue pour toi... ???

Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, Bouchon-Gras 49 a dit :

Merci, très bonne mentalité !

Et donc, l'aventure continue pour toi... ???

L'aventure continue pour moi oui 🙏

 

J'ai également trouvé ceci 

ça pourra vous être utile 

Barème plong dem.PNG

  • Like 2
  • Thanks 1
Link to post
Share on other sites
  • 3 months later...

Bonjour

Tout merci à Soullay pour son retour d'expérience qui m'a beaucoup aidé. Je suis très intéressé par la spécialité plongeur démineur mais j'ai quelques interrogations sur la semaine de tests. Je pratique la natation depuis 10 ans mais je n'ai jamais plongée en bouteille (1 fois en vacances dans une piscine 😀), est ce rédhibitoire pour la semaine de tests ? Dans mon Cirfa, on me dit que non mais j'ai des doutes.

Je vais essayer de faire une initiation mais avec la covid pas évident de trouver un club/une formation.

Link to post
Share on other sites


  • Posts

    • Bonjour à tous, je postule pour l'EDM de spé technicien de maintenance aéronautique PORTEUR, je passe mes tests dans 2 semaines.  J'ai effectué une PMM et je suis actuellement en BTS Maintenance en alternance.  Bon courage à vous  Maxime
    • Bonjour à tous,   Je viens vous demander conseil (tous sont bons à prendre) à propos des entraînements spéciaux que suivent les commandos (plus précisément les commandos marine). Pour donner un peu plus de contexte : je suis âgée de 19 ans et compte m'engager dans la marine nationale très prochainement. Je souhaite dans un premier temps intégrer l'unité des fusiliers marins pour ensuite, éventuellement, tenter le stage commando. Seulement, cela fait un bon moment que j'ai arrêté le sport. Je compte m'y remettre très bientôt et ai une grossière idée des muscles et des parties de mon corps qu'il faut que je travaille plus que les autres, mais j'aimerai également me concentrer sur des exercices similaires à ceux que subissent les soldats qui se lancent dans le stage commando. Auriez-vous des exercices particuliers à me conseiller, qui pourraient me permettre de m'endurcir, aussi bien physiquement que psychologiquement ? Comme je ne suis pas inscrite en salle de sport,  auriez-vous des exercices que je pourrai déjà commencer à pratiquer chez moi ou même à l'air libre ?   Merci à l'avance et désolée si ce poste ne se trouve pas dans la bonne section, je ne voyais pas vraiment où le poster (ailleurs qu'ici).
    • C'est le cirfa qui m'avais demandé de réaliser un test antigénique. Une fois, pas deux... Maintenant c'est laboratoire sans faute aha
    • C'est avec tristesse que nous avons appris la disparition de George G. Klein, vétéran de l'armée américaine déployé en Europe en juillet 1944 et blessé en Moselle. Après la guerre, il avait pourtant déclaré qu'il avait débarqué comme Ranger le 6 juin 1944 lors de la célèbre prise de la Pointe du Hoc, ce qui était faux. Un petit mensonge qui avait pris des proportions inimaginables. Adieu George : ton combat pour notre pays ne sera jamais oublié, malgré tout    L'histoire de George G. Klein est celle d'un véritable héros : cet officier est engagé dans l'armée américaine lorsque les Alliés débarquent en Europe. S'il ne participe pas au D-DAY, il est déployé à partir de fin juillet 1944 en France au sein du 46th Field Artillery Battalion (qui appartient à la 5th Infantry Division), combattant en Normandie, en région parisienne puis dans l'est de la France. Il est blessé en Moselle le 17 novembre 1944. Il va survivre à la guerre, étant décoré de la Bronze Star pour bravoure au combat et de la Purple Heart pour sa blessure. Il reçoit également la Légion d’honneur le 6 juin 2015, lors du 71e anniversaire du D-DAY.   Mais voilà, George a toujours voulu être un Ranger. Plus que tout. D'ailleurs, il l'a été, Ranger. Mais en 1943, il se blesse, se cassant la cheville. Il est alors renvoyé de cette unité, parmi les plus exigeantes de l'armée américaine. Il rejoint le 46th Field Artillery Battalion, mais ne peut oublier son échec. Alors quand il apprend que les hommes du 2nd Ranger Battalion, qui ont pris la célèbre Pointe du Hoc, sont célèbres, il s'invente une nouvelle vie militaire.   À partir des années 1990, il raconte à qui veut l'entendre qu'il était l'un de ces soldats d'élite, l’un des 225 hommes du 2nd Ranger Battalion. Leur exploit est célèbre : sous les ordres du lieutement-colonel Rudder, ils ont escaladé une falaise d'une trentaine de mètres afin d'atteindre et prendre possession de la Pointe du Hoc, une imposante batterie allemande, dans les premières heures du D-DAY. Pourtant, dans les premières heures du 6 juin 1944, George se trouve en Irlande du Nord, avec son unité. Bien loin des plages du Débarquement.   Mais l'histoire prend une tournure de plus en plus importante : les médias s'intéressent au Ranger-artilleur-vétéran et en juin 2015, George se retrouve en Normandie, pour le 71e anniversaire du D-DAY auquel il n'a pas participé ! Il y rencontre de nombreux officiels, d'autres vétérans ainsi que des passionnés, dont Marc Laurenceau, de l'association D-DAY Overlord. Ce dernier décide de l'inviter en 2017, pour le 73e anniversaire !   L'association va réunir près de 4000€ pour permettre au vétéran de revenir en Normandie. Et en juin 2017, Il est de retour sur les plages du Débarquement. Il arbore une casque de Ranger et est présent à la Pointe du Hoc. Il prend même place dans un avion qui l'amène dans les airs, au-dessus des plages et de la Pointe du Hoc. Mais le mensonge est trop gros.   Marc Laurenceau et d'autres historiens, dont l'auteur Marty Morgan et Gary Stern, propriétaire du musée de la batterie de Maisy, se rendent compte du pot aux roses : l'histoire de George Klein ne colle pas avec les informations qu'il a donné. Lui qui précise avoir été l'un des officiers de la Company F du 2nd Ranger Battalion, il n'est retrouvé sur aucun roster, les listes officielles de chaque unité tenues par l'armée américaine.   Pire encore, en aout 2017, plusieurs vétérans du 46th Field Artillery Battalion témoignent et affirment que George appartenait bien à leur unité et qu'il était en Irlande le 6 juin 1944 ! Une fois les vérifications faites, le doute n'est plus possible : George a menti. Il n'a jamais été en Normandie. Mais pourquoi le vétéran a-t-il inventé un tel mensonge ? Pour enjoliver son histoire ? En souvenir de son échec au sein des Rangers ? Par solitude et envie d'attention ?   Mais Marc Laurenceau insiste : il est hors de question d'envoyer au purgatoire le vétéran, selon lui incapable "de se sortir de ce mensonge" et pourtant un soldat décoré au combat et héros de guerre. En 2017, il n'avait cessé de sourire, de rire, de signer des autographes, de parler à toutes les personnes qui venaient à lui. Un petit mensonge, pour un grand homme, qui vient de s'éteindre et nous quitter. Adieu George, et merci pour tout, malgré tout.   Cette histoire en rappelle d'autres : plusieurs vétérans avaient ainsi enjolivé leurs parcours, à l'image de Howard Manoian, qui s'était fait passer pour un parachutiste de la 82nd Airborne Division ayant sauté en Normandie le 6 juin 1944, alors qu'il appartenait à la 33rd Chemical Company, pourtant débarquée le 8 juin 1944. Ou encore Eugene A. Cook Jr, qui racontait à tout le monde qu'il avait sauté en Normandie au sein de la Company A du célèbre 506th Parachute Infantry de la 101st Airborne Division. Alors qu'il était incorporé au 401st Field Artillery Battalion ayant combattu en 1945 en Allemagne. Source : D-Day Overlord (Facebook), Marc Laurenceau & France 3       C'est avec une immense tristesse que nous apprenons la disparition de William 'Bill' Galbraith, parachutiste au sein du 506th Parachute Infantry Regiment, rendu célèbre dans la série télévisée Band of Brothers, vétéran du D-DAY, des combats en Normandie et de l'opération Market Garden, où il fut grièvement blessé. Il venait de fêter son 97e anniversaire   William P. Galbraith nait en janvier 1924 dans la ville de Pasadena, en Californie. Fils unique, il déménage avec sa mère à Long Beach. Il est profondément marqué par l'attaque japonaise sur Pearl Harbor le 7 décembre 1941, alors qu'il n'a pas encore 18 ans : il campe sur le toit de sa maison, armé d'une carabine Winchester, dans l'attente d'une possible invasion japonaise. Finalement, le 9 septembre 1942, il décide de s'engager. Il est envoyé à Fort Mac Arthur, où il décide de s'enrôler dans les Marines. Mais il est refusé, étant daltonien. William, qui veut malgré tout se battre, décide de rejoindre l'arme parachutiste, en cours de formation. Il est directement envoyé à Toccoa, en Géorgie : il est assigné à la Company I du 506th Parachute Infantry Regiment, 3rd Battalion. Cette unité est l'une des premières du genre et doit servir à tester les capacités de troupes parachutistes. Bill reçoit une formation intensive à Toccoa, comme tous les hommes. On lui attribue le rôle de mitrailleur, recevant une arme d'un calibre de .30. De Toccoa, le régiment est transféré à Fort Benning. C'est dans ce camp que les hommes vont recevoir leur formation de parachutiste. Bill réalise ses cinq sauts de qualification à Fort Benning et gagne ses ailes. Les parachutistes de la 101st Airborne Division reçoivent ensuite une formation complémentaire au Camp Mackall. Désormais, la 101st est prête pour envahir l'Europe : l'unité est transférée en Angleterre en septembre 1943. Finalement, après des mois d'entraînement, le 5 juin 1944, Bill se retrouve sur l'aérodrome d'Exeter, où sa compagnie, la Item, monte à bord de leurs avions C-47 Skytrain pour l'invasion de la Normandie, en France. La Company I est l’une des dernières à être parachutée en Normandie. Bill atterrit près de Saint-Come-du-Mont où il rencontre le First sergent Paul W. Garrison, également de sa compagnie. Garrison s'est blessé à la cheville lors du saut de nuit : Bill décide de rester avec lui. Finalement, les deux hommes tombent nez à nez avec un groupe du 501st Airborne Infantry Regiment, également de la 101st Airborne, à proximité de la zone de combat dite de Hell’s Corner. Après d'intenses affrontements, lorsque les choses se calment finalement, Bill et Garrison arrivent à rejoindre leur unité. Le 13 juin, le troisième bataillon participe à proximité du manoir de Donville, à la bataille dite de Bloody Gulch, l'un des plus sanglant affrontement de la bataille de Normandie : les parachutistes américains sont confrontés à des paras allemands du 6. Fallschirmjäger Régiment et des SS de la 17. SS-Panzergrenadier-Division. Au cours de l'attaque, Bill couvre l'attaque. Et le 28 juin, son régiment est relevé de la ligne de front et est renvoyé en Angleterre. Bill est alors promu Technician 4th grade et est assigné à la S-3 section du HQ-3 du 506th PIR. Mais après quelques semaines de repos, la division doit retourner au combat : l'invasion aéroportée des Pays-Bas, l'opération Market Garden. Avec son unité, Bill atterrit parfaitement sur la zone de largage prévue. Le 3e bataillon est déployé au soutien du 2e bataillon dans sa capture d'un pont sur le canal Wilhelmina. Mais alors que le combat tourne à l'avantage des Américains, le pont est détruit par l'ennemi. Le lendemain matin, le 18 septembre, le 3e bataillon est de l'attaque sur la ville d'Eindhoven. Bill assiste à la mort de son officier, le Captain Kiley, avant d'être à son tour touché : deux canons allemands de 88 mm, installés sur la Woenselsestraat et le Kloosterdreef, prennent pour cibles les paras américains. Bill est touché par des éclats d'obus à la jambe, puis lors d'une seconde salve, à l'épaule. C'est un Néerlandais, Piet Klompemaker, qui va aider Bill à s'en sortir vivant, lui prodiguant les premiers soins. Finalement, le médecin Alvin 'Bill' Kidder, de la Company I, retrouve Bill. Il refait de nouveaux soins au para, panse du mieux qu'il peut les blessures et fait rapatrier Bill à l’hôpital de campagne de la 326th Airborne Medical Company. Bill est opéré en urgence le même jour. Il se réveille finalement le lendemain. La guerre est terminée pour lui ! Il est envoyé à Bruxelles dans une ambulance britannique et embarque sur un C-47 à destination de l'Angleterre, où il est opéré de nouveau : les médecins retirent tous les éclats d'obus qu'ils peuvent. Dans les jours qui suivirent, il est renvoyé aux États-Unis par navire-hopital, arrivant juste avant Noël 1944. Recipiendaire de nombreuses décorations, dont la Bronze Star, la Purple Heart et la Légion d'honneur, Bill était venu à plusieurs reprises en Normandie, lors de différentes commémorations. C'est l'auteur américain spécialisé dans l'histoire militaire de la Seconde Guerre mondiale et de la 101st, Ian Gardner, ami de Bill, qui a annoncé son décès. Sa disparition laisse un grand vide dans la communauté. Adieu Bill. Source : ww2marketgarden.com & museumofthebigbend.com       Normandie. Le vétéran britannique Len Cox est décédé à l'âge de 97 ans Histoire. Len Cox était un vétéran de la bataille de Normandie. Il a débarqué le 6 juin 1944 à Gold Beach et a participé à la libération de Bayeux. Il est décédé mardi 23 février.     Len Cox est décédé le mardi 23 février à l'âge de 97 ans. Il revenait souvent sur le territoire, comme ici en 2016 à Arromanches, et avait participé à la libération de Bayeux.   "Nous venons d'apprendre la disparition de notre ami et plus fidèle visiteur, Len Cox, vétéran de la bataille de Normandie", s'est désolé le musée du Débarquement d'Arromanches, dans une communication, le vendredi 26 février. Len Cox, vétéran britannique, est décédé le mardi 23 février à l'âge de 97 ans. Il  avait débarqué le 6 juin 1944 sur Gold Beach. Depuis, comme sur notre photo à Arromanches en 2016, à l'occasion du 72e anniversaire du Débarquement, il revenait très régulièrement sur le territoire et notamment au musée du Débarquement. Il a participé à libérer le Bessin sur les plages, mais aussi dans les terres : il a en effet fait partie des libérateurs de la ville de Bayeux, le 7 juin. Dans le cadre des différentes commémorations, il est revenu dans la capitale du Bessin. Len Cox faisait partie du Glouscestershire regiment. Il avait été appelé dans l'armée le 18 juin 1942. Au cours de la bataille de Normandie, le 5 juillet 1944, il a été blessé par balle, puis soigné à Bayeux, dans un hôpital de campagne. https://www.lamanchelibre.fr/actualite-930999-normandie-le-veteran-britannique-len-cox-est-decede-a-l-age-de-97-ans?fbclid=IwAR09orCjjvjm8YYne5fjCInpOM086Km2MBpw4vwgaSub7CPVOLEQgEhrJWM
    • pas forcement pour moi ça te mets minimum en 3 ( donc apte opération type VOA ops ) mais après ça dépend de chacun .  pour la pms EM , seul le médecin peut te donner un avis ferme, mais à mon avis ça devrait aller pour la PMS . Pou   le voa notamment ops , c'est différent .