Jump to content
×
×
  • Create New...

Recommended Posts

  • Administrateur

Bonjour,

Il y a 13 heures, La petite mousse a dit :

,je voudrais savoir si c'est possible de prendre rdv au cirfa avec un conseiller a partire de 14ans

Si tu as un but bien précis, tel le fait de rejoindre une PMM, oui, pour l'école des mousses c'est encore bien tôt et je ne parle pas d'un engagement type QMF...

Link to post
Share on other sites


  • Posts

    • Salut tout le monde suite à ma présentation qui remonte à la jour,je voulais vous faire par de mon incorporation au 94RI a Sissonne je voulais savoir si il y aurai des personne qui y seront.   Merci dame répondre au plus vite🙂
    • Nous apprenons avec tristesse le décès du dernier pilote belge ayant combattu au sein de la Royal Air Force britannique durant la Seconde Guerre mondiale : la Force aérienne vient d'annoncer la disparition de Joseph 'Jeff' Moureau à 99 ans, pilote bruxellois combattant sur Spitfire et ayant abattu un bombardier allemand le jour du D-DAY en Normandie    Joseph nait à Jette, à Bruxelles, le 13 avril 1921. Après la défaite alliée de mai-juin 1940, Joseph Moureau décide, avec son frère jumeau Alfred, de quitter la Belgique occupée et de rejoindre la Grande-Bretagne avec le gouvernement belge d'union nationale en exil à Londres.   Une fois sur place, les frères Moureau décide de s'engager comme pilote. Mais tout ne se passe pas comme prévu : on envoie les jumeaux voler sur des bimoteurs, ce qu'ils refusent ! Ils veulent devenir pilote de chasse et demandent leur transfert, qui est finalement accepté, les pilotes sur monomoteur étant assez rares à l'époque ! Commence alors une formation qui va durer plusieurs mois mois au sein du Fighter Command : les deux Belges sont formés sur Supermarine Spitfire, le plus répandu des chasseurs de l'époque.   Ils rejoignent finalement le No.349 Squadron, une unité dépendant de la Royal Air Force formée le 10 novembre 1942 en Afrique : les pilotes sont en majorité des Belges en exil ! Dès octobre 1943, les jumeaux et leur unité volent au-dessus de l'Europe, en reconnaissance, en escorte aux bombardiers ou pour affronter des appareils ennemis. Et le 6 juin 1944, le No.349 Squadron est déployé dans le cadre des opérations du D-DAY au sein de la No.135 Wing : Joseph survolent ainsi les plages des secteurs britanniques durant l'invasion. C'est à cette occasion qu'il se retrouve, avec son ailier, face à un appareil allemand, un bombardier Junker Ju 88, qu'il touche et abat, sa première victoire aérienne.   Les deux frères suivent alors l'escadron et déménagent en France en août 1944 pour des missions de chasseur-bombardier et d'escorte jusqu'en février 1945, date à laquelle l'unité est renvoyée au Royaume-Uni pour être rééquipée avec des Hawker Tempest, considéré comme le meilleur monomoteur de la fin de la guerre. Finalement, dès avril, l'escadron est renvoyé avec ses Spitfires aux Pays-Bas pour le reste de la guerre, effectuant des missions de reconnaissance au-dessus de l'Allemagne.   Après la fin de la guerre, Joseph Moureau avait rejoint la compagnie civile Sobelair avant d'entrer comme son frère à la Sabena, la principale compagnie aérienne belge, y volant pendant plus de trente ans.  Source : DeMorgen
    • Bonjour, Iron Spear - dans le feu de l'action source ... https://www.defense.gouv.fr/operations/otan/lynx/actualites/lynx-8-iron-spear-dans-le-feu-de-l-action  
    • Erdogan a levé les musulmans du Moyen Orient et de Malaisie contre la France et ses alliés.  Recep Tayyip Erdogan avait dénoncé comme une provocation les déclarations du président français sur le "séparatisme islamiste" et la nécessité de "structurer l'islam" en France. Un projet de loi sur la lutte contre "les séparatismes" en France, qui vise l'islam radical, doit être présenté début décembre «Qui est-tu pour parler de structurer l'Islam?», a-t-il martelé. «C'est de l'insolence et c'est dépasser les bornes».  Le projet de loi, qui vise l'islam radical, sera présenté le 9 décembre et visera à renforcer la laïcité et à consolider les principes républicains en France. Le projet comporte plusieurs points susceptibles de provoquer des tensions avec la Turquie, comme le contrôle renforcé des financements des mosquées ou l'interdiction de la formation des imams à l'étranger. ( Source : Le Figaro ) L’Elysée note de son côté « l’absence de message de condoléances » d’Erdogan après l’assassinat de Samuel Paty. ( Source : Le Monde )   L’ancien Premier ministre malaisien, Mahathir Mohamad a publié jeudi un long texte sur Twitter et sur son blog, expliquant que les Musulmans ont «le droit de punir les Français». «Les Musulmans ont le droit d’être en colère et de tuer des millions de Français», a-t-il écrit. Twitter a supprimé le message. C’est un texte qui provoque l’effroi, quelques heures seulement après une nouvelle attaque terroriste en France. L’ancien Premier ministre malaisien, Mahathir Mohamad, a pris la plume ce jeudi matin pour s’exprimer sur la liberté ou non, de caricaturer le prophète Mahomet. Comme d’autres chefs d’Etats avant lui, dont le président turc Erdogan, il s’oppose vivement à ces dessins et aux propos d’Emmanuel Macron à ce sujet. «Macron montre qu’il n’est pas civilisé. Il blâme l’Islam et les Musulmans pour le meurtre d’un professeur insultant», écrit-il sur son blog et sur Twitter en référence à Samuel Paty, décapité pour avoir montré ces caricatures lors d’un cours sur la liberté d’expression au collège.   D’après Mahathir Mohamad, toutes les religions doivent accepter le respect des uns et des autres. «Cela ne va pas avec l’enseignement de l’Islam, mais si vous manquez de respect à une religion, alors des gens en colère vont tuer. Les Français, au cours de leur histoire, ont tué des millions de gens. Beaucoup étaient des Musulmans», dit-il. L’homme de 95 ans, qui a été Premier ministre à deux reprises de 1981 à 2003 et de 2018 à 2020, va encore plus loin et lance : «Les Musulmans ont le droit d’être en colère et de tuer des millions de Français pour les massacres du passé». Il continue en expliquant cependant «que la majorité des Musulmans ne suivent pas la loi de l’"œil pour œil"». «Les Français ne devraient pas le faire non plus. Les Français devraient apprendre à respecter les sentiments des autres. Puisque vous blâmez tous les Musulmans et la religion Musulmane pour ce qu’une seule personne en colère à fait, les Musulmans ont le droit de punir les Français. Le boycott ne peut pas compenser toutes les fautes commises par la France toutes ces années». «Tuer n’est pas un acte que j’approuve en tant que Musulman. Mais, alors que je crois en la liberté d’expression, je ne pense pas qu’elle signifie insulter les autres». Le tweet, cité 15 000 fois en une heure Dans le même texte, appelé «respectons les autres», il se lance également dans une comparaison entre la façon de s’habiller des occidentales et des orientales, expliquant qu’en Europe, au cours des années «de plus en plus de parties du corps ont été exposées». «Aujourd’hui, une petite ficelle couvre la partie la plus intime, et c’est tout. En réalité, beaucoup d’occidentales sont totalement nues sur certaines plages. L’Occident accepte ça comme la norme. Mais l’Occident ne devrait pas l’imposer par la force aux autres. Faire ça, c’est les priver de leur liberté». Il ajoute qu’aujourd’hui, «on veut éliminer tout ce qui est différent entre les femmes et les hommes. Mais physiquement, nous sommes différents. Cela limite notre capacité à être égal». https://www.msn.com/fr-fr/actualite/monde/pour-l-e2-80-99ex-premier-ministre-malaisien-les-musulmans-ont-le-droit-de-tuer-des-millions-de-fran-c3-a7ais/ar-BB1avDZE     https://www.lci.fr/police/en-direct-assassinat-samuel-paty-loi-separatisme-caricatures-la-france-ciblee-par-l-islamisme-2167502.html   Le Ministre des affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian a enjoint ce vendredi 30 octobre les ressortissants français vivant à l’étranger à la prudence, au lendemain de l’attentat de Nice, estimant que la menace contre les intérêts français était « partout ».  « Le message d’urgence attentat[plus haut niveau du plan de sécurité Vigipirate, a été envoyé [jeudi] soir à l’ensemble de nos ressortissants à l’étranger, quels que soient les lieux, puisque la menace est partout », a déclaré Jean-Yves Le Drian à l’issue d’un conseil de défense. « De la haine virtuelle à la violence réelle » « On passe vite de la haine virtuelle à la violence réelle, et nous avons décidé de prendre toutes les mesures pour assurer la sécurité de nos intérêts, de nos ressortissants », a poursuivi le ministre des Affaires étrangères. Il a précisé que des instructions avaient été données aux ambassadeurs « pour qu’ils renforcent les dispositifs de sécurité » autour des présences françaises dans le monde (ambassades, consulats mais aussi Alliances françaises ou établissements scolaires). Sécurité renforcée près des écoles Quelques semaines après l’assassinat de l’enseignant Samuel Paty, décapité pour avoir montré à ses élèves des caricatures du prophète Mahomet dans le cadre d’un cours sur la liberté d’expression, le chef de la diplomatie française a évoqué une vigilance toute particulière autour des écoles. Rentrée du 2 novembre : comment les profs vont aborder l’assassinat de Samuel Paty « Nous avons aussi pris la décision de n’autoriser les ouvertures d’établissements scolaires qu’à partir du moment où la vigilance aura été accrue et une attention aura été portée à l’égard à la fois des parents, des enseignants et des élèves », a-t-il expliqué. Jean-Yves Le Drian a relevé que ces mesures étaient prises « en relation avec les autorités locales qui, d’une manière générale, nous apportent leur concours ». Des manifestations antifrançaises et des appels au boycott des produits français se sont multipliés depuis le week-end dernier dans le monde musulman pour dénoncer le soutien apporté par le président de la République Emmanuel Macron à la liberté de caricaturer. ( Source : L'Obs ) Emmanuel Macron a annoncé la mobilisation dans le cadre de l'opération Sentinelle de 4 000 militaires de façon à porter à 7 000 le nombre de soldats déployés sur le territoire métropolitain. Avec un effectif de 7 000 hommes, on en revient au "dispositif de base, qui a pour ambition d'être flexible, imprévisible et dissuasif", comme l'expliquait en décembre 2018 le ministère des Armées... ... si l'on veut effectivement 7000 militaires sur le terrain, il va falloir racler les fonds de casernes ou appeler les réservistes. http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/   L'EMA a détaillé, vendredi après la conclusion du Conseil de défense, les mesures prises par le ministère des Armées dans le cadre du plan Vigipirate. "Le déploiement de forces supplémentaires a commencé hier en particulier dans la ville de Nice", avait indiqué, peu avant, Florence Parly, ajoutant que le déploiement se poursuivrait dans les prochains jours avec une attention particulière portée aux écoles et lieux de culte. Les effectifs de l'opération Sentinelle vont donc passer de 3 000 à 7 000 hommes, comme annoncé par Emmanuel Macron jeudi. L'EMA a précisé qu'aux 3 200 militaires (dont 10% de réservistes) du dispositif opérationnel permanent (donc déployés actuellement) vont s'ajouter 4 000 militaires de l'échelon de renforcement programmé. La réserve stratégique compte toujours 3 000 soldats. L'échelon de renforcement programmé va fournir une centaine de sections venant d'unités déjà en alerte ou en préparation opérationnelle selon l'EMA. "Pas de participation de la marine et une petite contribution de l'armée de l'Air et de l'Espace", a précisé l'EMA. Ces 7 000 hommes seront déployés pour moitié en région parisienne et pour moitié dans les 6 zones de défense et de sécurité. Le dispositif sera totalement déployé en milieu de la semaine prochaine. Par ailleurs, quelque 7 000 membres des forces de l'ordre, dont pour moitié des gendarmes réservistes (organisés en détachement au niveau des départements), seront mis dès lundi à disposition des préfets pour assurer la sécurité. 3 500 policiers, CRS et gendarmes mobiles complèteront ce dispositif... http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/  
    • Bonjour, source ...  https://www.defense.gouv.fr/air/actus-air/ffdj-stage-belouga-des-commandos-forces-speciales-air-a-djibouti