Jump to content
×
×
  • Create New...

Recommended Posts

Bonjour à tous, 

 

Je cherche en vain depuis quelques temps les références de ce morceau militaire qui accompagne chaque 14 juillet le défilé aérien

Est-ce que quelqu'un en connaîtrait le titre s'il vous plait ?

Merci d'avance de votre aide !

 

A bientôt !

Link to post
Share on other sites

Ah d'accord, merci beaucoup de votre réponse, c'est vrai que c'est loin de ressembler aux musiques et marches militaires classiques (je m'expliquais cela par le côté "aviation")...

PS :  Si quelqu'un en connait le titre je suis preneur !

Link to post
Share on other sites
  • 4 weeks later...
  • Membre réputé

Bonjour,

Le 02/08/2020 à 18:03, Théo17 a dit :

Je cherche en vain depuis quelques temps les références de ce morceau militaire qui accompagne chaque 14 juillet le défilé aérien

C'est un morceau que l'Armée de l'Air connait bien puisqu'il s'agit de la musique du générique de la série TV dans les années 60/70 " Les Chevaliers du ciel ".

source ...

 

  • Like 1
  • Thanks 1
Link to post
Share on other sites

Bonjour, merci beaucoup pour votre réponse ! Elle mettra un terme à de longs et laborieux mois de recherches...

Ça n'était donc effectivement pas une musique militaire,

Merci encore et bonne journée à vous !

  • Haha 1
Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

  • Similar Content

    • By Bouchon-Gras 49
      Que l'on soit mélomane, amoureux de musiques militaire, passionnés de défilés militaires ou simple curieux, nous avons tous vu ce militaire qui accompagne les musiques militaires en lançant ( très adroitement ) cette sorte de grosse canne...
      Ça dénomination exacte est le tambour major,

      Le tambour-major Laforest, en tenue de la Batterie napoléonienne – à U N E S C O - United Nations.  ( Source : Garde Républicaine )

      En France, tambour-major est une fonction et non un grade. C'est en général un adjudant ou un adjudant-chef qui porte les attributs de son grade et de son arme. Pour marquer sa fonction, il porte une canne qui lui sert au commandement de la batterie.
       

       
      Musique de la Flotte :

      premier maître Virginie Charlet, tambour-major.

      A noter que Virginie Charlet est la deuxième femme tambour-major professionnelle à l'heure actuelle. ( Source : forum, napoléon1er.net )
       
      Musique de la Légion étrangère :

      l'adjudant-chef Jérôme Dumont, le très sérieux tambour-major qui défile en tête de la musique

       
      L'Armée de terre :
      Audrey, tambour-major de l’armée de terre
      La Marlienne Audrey Deny est la première femme tambour-major de l’armée de terre. A la tête de la batterie de la Musique de l’arme blindée cavalerie, stationnée à Montigny-lès-Metz, elle fait le tour du monde. Portrait.

      Sur le mur de son bureau, au quartier Raffenel-Delarue à Montigny-lès-Metz, elle a punaisé la Marseillaise illustrée par l’imagerie d’Epinal. Il y a aussi un croquis de Pierre et le Loup , le conte musical de Sergueï Prokofiev. « Dans l’histoire, le basson, c’est le grand-père », sourit l’adjudant Audrey Deny. Gamine, elle a démarré par le saxo à l’école de musique de Marly. Avant de craquer pour le basson dont la tessiture « a presque une voix humaine ».
      Du basson à la canne
      De l’armée, elle ne connaissait que les grillages déployés autour de la base aérienne 128. Audrey voulait être prof de musique. Elle est devenue la première femme tambour-major de l’armée de terre. La seconde de France après le premier-maître Virginie Chalet qui intervient à la Musique des équipages de la flotte basée à Toulon.
      Elle le doit au basson. Il n’y en a qu’un par orchestre d’harmonie. Une place s’est libérée à la Musique de l’arme blindée cavalerie, l’ancienne Musique de la région Terre-Nord-Est, stationnée à Montigny-lès-Metz.
      Sur le mur de son bureau, au quartier Raffenel-Delarue à Montigny-lès-Metz, elle a punaisé la Marseillaise illustrée par l’imagerie d’Epinal. Il y a aussi un croquis de Pierre et le Loup , le conte musical de Sergueï Prokofiev. « Dans l’histoire, le basson, c’est le grand-père », sourit l’adjudant Audrey Deny. Gamine, elle a démarré par le saxo à l’école de musique de Marly. Avant de craquer pour le basson dont la tessiture « a presque une voix humaine ».
      Du basson à la canne
      De l’armée, elle ne connaissait que les grillages déployés autour de la base aérienne 128. Audrey voulait être prof de musique. Elle est devenue la première femme tambour-major de l’armée de terre. La seconde de France après le premier-maître Virginie Chalet qui intervient à la Musique des équipages de la flotte basée à Toulon.
      Elle le doit au basson. Il n’y en a qu’un par orchestre d’harmonie. Une place s’est libérée à la Musique de l’arme blindée cavalerie, l’ancienne Musique de la région Terre-Nord-Est, stationnée à Montigny-lès-Metz.
      C’est ainsi qu’à 21 ans, la musicienne a appris à tirer au Famas à l’école des sous-officiers à Saint-Maixent. Au conservatoire militaire de Versailles, elle a assimilé les sonneries. Mais à la Musique, elle n’a pas défilé avec son basson : « L’instrument craint l’humidité. Par tradition, on met le bassoniste à la grosse caisse. » C’est ce qu’elle a fait. Jusqu’au jour où le tambour-major de la formation est parti. A 37 ans, Audrey, jeune maman et compagne d’un agriculteur bio, est repartie à l’école.
      Au Commandement des musiques de l’armée de terre à Versailles, elle a appris, cette fois-ci, à manier la canne.
      Du champ de bataille aux majorettes
      « Le tambour-major, un titre créé en 1651, était à côté du chef sur la colline, au-dessus du champ de bataille. Avec sa canne, il faisait des signaux au tambour-maître, en bas, qui faisait exécuter les ordres avec son tambour », résume-t-elle.
      La canne est grande et lourde. Elle est ornementée « d’un pommeau, d’une poignée, d’un jonc avec sa cordelette blanche et d’une flèche ». « Mon rôle, à la tête de la batterie, est de faire exécuter toutes les sonneries réglementaires, de battre la mesure et de donner la direction quand on se déplace. Je suis garante du protocole. » Et puis, il y a le folklore hérité de l’époque napoléonienne avec « le lancer de canne ! J’apprends encore », précise Audrey. « Certains tambours étaient champions de twirling-bâton. Les majorettes se sont inspirées du tambour-major, d’où leur nom ! »
      A la tête de la Musique de l’arme blindée cavalerie, Audrey continue à se former et à voir du pays. A l’Arsenal de Metz lors d’un concert avec le saxophoniste Fabrice Moretti, sur la place Rouge de Moscou pour un festival de musique militaire ou en Inde lors du défilé national, son métier la rend « fière ». Sur le mur, à côté de la Marseillaise , elle a placé une photo d’elle défilant à New Dehli.
      C’est ainsi qu’à 21 ans, la musicienne a appris à tirer au Famas à l’école des sous-officiers à Saint-Maixent. Au conservatoire militaire de Versailles, elle a assimilé les sonneries. Mais à la Musique, elle n’a pas défilé avec son basson : « L’instrument craint l’humidité. Par tradition, on met le bassoniste à la grosse caisse. » C’est ce qu’elle a fait. Jusqu’au jour où le tambour-major de la formation est parti. A 37 ans, Audrey, jeune maman et compagne d’un agriculteur bio, est repartie à l’école.
      Au Commandement des musiques de l’armée de terre à Versailles, elle a appris, cette fois-ci, à manier la canne.
      Du champ de bataille aux majorettes
      « Le tambour-major, un titre créé en 1651, était à côté du chef sur la colline, au-dessus du champ de bataille. Avec sa canne, il faisait des signaux au tambour-maître, en bas, qui faisait exécuter les ordres avec son tambour », résume-t-elle.
      La canne est grande et lourde. Elle est ornementée « d’un pommeau, d’une poignée, d’un jonc avec sa cordelette blanche et d’une flèche ». « Mon rôle, à la tête de la batterie, est de faire exécuter toutes les sonneries réglementaires, de battre la mesure et de donner la direction quand on se déplace. Je suis garante du protocole. » Et puis, il y a le folklore hérité de l’époque napoléonienne avec « le lancer de canne ! J’apprends encore », précise Audrey. « Certains tambours étaient champions de twirling-bâton. Les majorettes se sont inspirées du tambour-major, d’où leur nom ! »
      A la tête de la Musique de l’arme blindée cavalerie, Audrey continue à se former et à voir du pays. A l’Arsenal de Metz lors d’un concert avec le saxophoniste Fabrice Moretti, sur la place Rouge de Moscou pour un festival de musique militaire ou en Inde lors du défilé national, son métier la rend « fière ». Sur le mur, à côté de la Marseillaise , elle a placé une photo d’elle défilant à New Dehli.
      https://www.dailymotion.com/video/x6e0h2i
      ( Source : Le Républicain Lorrain )

       
      Musique de l'air :
      Le tambour-major et chef de formation :
      Au départ de Maurice Bonnard, en 1953, Robert Goute, rompu à l'exercice du commandement, lui succède comme tambour-major. L'intéressé démontre aussitôt une réelle aisance au maniement de la canne, «instrument» sine qua non associé à la fonction de tambour-major. Lors des défilés, à la tête de la Musique de l'air, Robert Goute, de par la parfaite maîtrise des mouvements de commandements et de la technique du lancer de canne, associées à sa prestance naturelle, donne à son art une dimension à part entière, tout à fait dans la lignée de G. Defrance, suscitant ainsi l'admiration d'un grand nombre.
       

       
      ( Source : jlcouturier.com/robert-goute-1919-2014  )
       
      De la Gendarmerie.

      http://canticum-militare.blogspot.com/2017/01/portrait-de-jacky-laforest-tambour.html

       
       
       

       


    • By Bouchon-Gras 49
      La Gendarmerie mobile a sa musique :

      Présente à toutes les grandes cérémonies et manifestations militaires de la capitale au profit des plus hautes autorités et tout naturellement celles organisées dans les diverses légions de Gendarmerie, la Musique occupe une place importante dans les animations culturelles notamment par les concerts auxquels elle est régulièrement invitée à participer.
      Le service des relations publiques de l'administration centrale sollicite également son concours. Composée exclusivement de sous-officiers de Gendarmerie recrutés sur audition, la Musique de la Gendarmerie Mobile ne comprend que des musiciens professionnels lauréats de conservatoires nationaux.
      Prises d'armes, défilés, concerts, festivals, telles sont les activités de la Musique de la Gendarmerie Mobile dont la renommée est grande non seulement en France, mais aussi à l'étranger où elle est régulièrement invitée à se rendre.
      Cette formation de prestige peut se produire aussi en différentiels ensembles:
      Batterie-fanfare
      Tambours
      Ensemble d'anches
      Quatuor de saxophones
      Quintette de trombones.

      ( Source : International Military Music Society )

       
      Le facebook de la musique de la Gendarmerie mobile : https://fr-fr.facebook.com/musiquegm/

      Pour infos :
      Recrutement à la Musique de la Gendarmerie Mobile
      19 octobre 2016 Patricia GUENAND 0 Commentaire Batterie-Fanfare, Concours, Gendarmerie Mobile, Recrutement La Batterie-Fanfare de la Gendarmerie Mobile recrute un clairon jouant la trompette Mi bémol.  
    • By Bouchon-Gras 49
      La musique de l' ABC est stationnée à Metz et non à Saumur, la maison mère.

      La Musique de l'Arme Blindée Cavalerie connaîtra diverses appellations après sa création en 1888. Actuellement stationnée à Montigny-lès-Metz en Moselle, et dépendant du Commandement des Musiques de l'Armée de Terre (CMAT) de Versailles, elle possède en son sein un grand orchestre d'harmonie et différents petits ensembles (quintettes à vent, de cuivres, quatuors de saxophones, de clarinettes). La musique a pour mission de rehausser les cérémonies militaires et patriotiques et évolue dans le milieu civil (concerts, festivals...) tant en France qu'à l'étranger : Brême, Mons, Arlon, Moscou et dernièrement en juillet 2015 en représentant la France au festival international de musiques militaires à Debrecen en Hongrie.
      ( Source : International Military Music Society )
       
      La Musique militaire maintenue à Metz
      Le Mosellan Jean-Marc Todeschini, secrétaire d’Etat chargé des Anciens Combattants a obtenu l’assurance que la fusion avec Lille n’aurait pas lieu.

      Les soixante musiciens de la Musique de l’arme blindée cavalerie, ancienne Musique Région Terre Nord-Est, n’auront pas à faire leurs cartons comme annoncé dans notre édition du 30 juin (lire ici).
      Jean-Marc Todeschini, secrétaire d’Etat chargé des Anciens Combattants, originaire de Moselle, l’assure : « Le projet de fusion avec Lille ne verra pas le jour. » Une annonce qui devrait provoquer le soulagement dans les rangs militaires mais également parmi tous les inconditionnels de cet orchestre, héritier des traditions du 151e régiment d’infanterie qui, depuis 1888, illustre toutes les cérémonies patriotiques, à Metz et au-delà, et donne de nombreux concerts.
      « J’ai eu l’assurance du ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, que la Musique de l’arme blindée cavalerie restera stationnée à Metz. La fusion n’aura pas lieu. Il ne s’agissait que d’une étude, interne à l’armée, qui restera au stade de projet. »
      Pourtant, la note interne adressée le 19 juin dernier par le général de corps d’armée, major général de l’armée de Terre ne laissait que peu de place au doute. Elle faisait en effet état des « décisions du général Cemat », chef d’état-major de l’armée de Terre et prévoyait clairement « la fusion des deux musiques de la RTNE » mise en œuvre pour 2016. De plus, les musiciens auraient été informés récemment de leur future fusion avec la Musique des forces terrestre à Lille (ancien Brass Band du 43e Régiment d’infanterie de Lille). Une pétition a d’ailleurs été mise en ligne dimanche pour protester contre la disparition de la musique militaire de Metz.
      En tout état de cause, le secrétaire d’Etat, conjointement alerté par certains proches des militaires concernés, lors de sa venue avec le Premier ministre Manuel Valls ce lundi à Metz, et par Dominique Gros, le maire de Metz, assure que l’action en faveur du maintien aura été « efficace ». En effet : le contre-ordre est tombé, en moins de quinze jours.
      Lisa LAGRANGE.
       
      ( Source : Le Républicain Lorrain )

      Musique de l'Arme Blindée Cavalerie
      4ème Groupe d'Escadrons de Hussards
      Musique de l'Arme Blindée Cavalerie
      Rue Franiatte Quartier Lizé - BP 70120
      57154 MARLY
      03 87 15 40 66
      http://musique-abc.fr
       
      Pour devenir Engagé Volontaire de l'Armée de Terre, vous devez :


      Être de nationalité française et jouir de vos droits civiques,
      Avoir plus de 17 ans et demi et moins de 28 ans,
      Être en règle vis-à-vis des obligations de la Journée d'Appel à la Préparation à la Défense (JAPD) ou du Service National,
      Satisfaire aux épreuves de sélection et être déclaré médicalement et physiquement apte à l'engagement,
      Satisfaire à une audition auprès du chef de musique.


      Pour devenir Sous-Officier, vous devez :


      Être de nationalité française,
      Être en règle vis-à-vis des obligations de la Journée d'Appel à la Préparation à la Défense ou du service national,
      Avoir plus de 18 ans et moins de 25 ans au premier jour du mois de la souscription du contrat,
      Avoir satisfait aux épreuves d'évaluation et être reconnu médicalement et physiquement apte,
      Être titulaire du baccalauréat ou d'un diplôme d'un niveau équivalent,
      Être reconnu apte à exercer une fonction de sous-officier dans le domaine de spécialité choisi.
      Obtenir un agrément technique auprès du Conservatoire de Musique Militaire de l'Armée de Terre (CMMAT).



      Pour plus de renseignements :

      Prenez contact avec notre secrétariat :
      4e Groupe d'Escadrons de Hussards
      Musique RTNE
      rue Franiatte Quartier Lizé
      BP 70120
      57154 MARLY

      Tel : 03 87 15 40 69
      Fax : 03 87 15 40 65

      Adressez vous au Centre d'Information et de Recrutement de l'Armée de Terre (CIRAT) le plus proche de chez vous, ou sur le site internet : http://www.recrutement.terre.defense.gouv.fr/cirat.do

      CIRAT DE METZ
      Caserne Ney - Avenue Robert Schuman
      57000 METZ
      Tel : 03 87 15 58 17
      Fax : 03 87 15 58 19

      CIRAT DE NANCY
      Caserne Thiry - 47 rue Sainte Catherine - CO N°10073
      54036 NANCY CEDEX
      Tel : 03 83 77 25 22
      Fax : 03 84 77 25 21
       

    • By Bouchon-Gras 49
      La Musique de l' infanterie est stationnée à Lille.

      Musique de l’Infanterie de Lille Héritière de la musique du 43ème Régiment d’Infanterie de Lille et de la Musique des forces terrestres la Musique de l’Infanterie est basée à Lille dpuis le 1er septembre 2016. Elle est et restera un orchestre de nomenclature brassband,ce qui fait qu’elle demeure la seule et unique formation de ce type au sein de l’armée de Terre. Ses musiciens sont pour la plupart issus des Hauts de France et ont tous un ou plusieurs prix de conservatoire ce qui fait que l’orchestre voit sa renommée perdurer depuis des années.   Cette formation, connaît un essor particulier et ses tâches musicales n’ont de cesse de se multiplier. Elle rehausse les cérémonies militaires et civiles: prises d’armes, commémorations, présentations au drapeau, accueils de chefs d’états ou de gouvernements, défilés ou parades. (Quelques 120 prestations par an dont une vingtaine de concerts). Son repertoire, vaste, varié et éclectique, permet à cette formation musicale d’être une parfaite vitrine de l’armée d’aujourd’hui, puisqu’ elle peut répondre sans délai aux exigences les plus diverses (musique militaire ou légère, marches américaines, variétés, hymnes nationaux, quintette de cuivres...). Par exemple, la formation est allée au Maroc, en Géorgie, au Mexique en Allemagne, au Québec, Grande bretagne, Belgique...   Son homogénéité et le professionnalisme de ses exécutants en font aussi la formation privilégiée pour l’accompagnement de solistes de renom tels Messieurs Steven MEAD, Roger WEBSTER, Jacques MAUGER, François THUILLIER, William HOUSSOY, Jean-Luc PETITPREZ, Gabriel CAPET, Gregory LETOMBE, David MAILLOT. La musique est actuellement placée sous la direction de Monsieur le Chef de Musique Hors Classe Maurice MARC assisté du Major Sous-chef de Musique Francis MARESCAUX et du Tambour Major l’Adjudant Cédric ROLLAND.   ( Source : Meuse / Verdun )  
      L'orchestre de l'ancien 43e RI de Lille, devenu Musique des forces terrestres, en concert demain soir à la salle Colucci
      Le brass-band du 43e Régiment d'infanterie de Lille, ancienne appellation de cet extraordinaire orchestre à la renommée internationale,
      se produira samedi, à la salle des fêtes Michel-Colucci. Chaque année, l'association LOUIS, qui s'occupe du bien-être au quotidien des enfants handicapés et de leurs familles, organise, à Râches, un prestigieux concert, destiné à récolter des fonds. Cette fois, Isabelle Letombe, la présidente, a réussi un coup de maître en faisant venir la Musique des forces terrestres de Lille.
      Un rendez-vous rendu possible grâce aux rapports amicaux entretenus par Gregory Letombe, trésorier de l'association LOUIS et saxophoniste de renom, avec un membre percussionniste de l'orchestre militaire. Le rapprochement s'est opéré facilement car la plupart des musiciens du « 43 », tous militaires, sont aussi des citoyens nordistes, membres d'harmonies municipales. Et qui ont eu, parfois, l'occasion de rencontrer la famille Letombe.
      « La Musique du 43 » est un orchestre issu d'un régiment créé en 1638 sous l'appellation « Royal des Vaisseaux » et qui s'est illustré notamment à Marengo et Iéna. Cette entité a toujours possédé une musique, créée initialement pour rehausser les cérémonies militaires et civiles.
      Renommée mondiale
      Au fil des restructurations, la musique militaire du 43e Régiment d'infanterie de Lille évolua vers une formation plus professionnelle et éclectique. C'est d'ailleurs par son basculement vers la variété (classique, rock, jazz, funk) que le brass-band (1) est devenu une formation mondialement reconnue. Comme en témoignent ses concerts à succès au Mexique (2010) et en Allemagne (2011). C'est le Québec qui sera la prochaine destination des Lillois. En 2010, le 43e Régiment d'infanterie a été dissous pour faire place au commandement des forces terrestres d'une part et du groupement des bases de défense d'autre part. Mais malgré son changement d'appellation, la musique conserve son brass-band.
      Placée sous la baguette du chef de musique principal Maurice Marc, la formation se produira à Râches, demain soir. •  RENAUD LAM TAN HING (CLP)
      (1) Le brass-band, est un ensemble formé de cuivres à perce cylindro-conique, à l'exception des trombones. Les trompettes en sont par conséquent exclues, ainsi que les cors. Le brass-band trouve ses origines en milieu militaire (XIXe siècle) et britannique. Il connut son apogée avec l'arrivée des musiciens de jazz de la Nouvelle-Orléans.
      Demain soir à 20 h 30, salle des fêtes Michel-Colucci. Chant soliste : Aurélie Leupe ; saxophone soliste : Gregory Letombe. Avec la participation de la classe de danse de Valérie Vincent du conservatoire de Roubaix.
       
      ( Source : La Voix Du Nord )

      Question/réponse du Sénat : https://www.senat.fr/questions/base/1998/qSEQ98040236S.html

      Le 43e Régiment d'Infanterie a de tout temps possédé une musique. Historiquement, la musique servait à rythmer la vie quotidienne en garnison (le réveil, la soupe, l'extinction des feux ...), a rehausser les cérémonies et prises d'armes (honneurs au drapeau, aux morts, le ban ...), mais surtout à commander la manœuvre des troupes sur les champs de bataille très bruyants (rassemblement, "en avant", "chargez", "feu" ...)
      Seule formation de ce type dans l'armée de terre, aujourd'hui le brass band du 43eRI rehausse les cérémonies militaires et civiles: prises d'armes, commémorations, présentations au Drapeau, accueils de chefs d'états ou de gouvernements, défilés ou parades... (plus de 100 prestations par an dont une trentaine de concerts).
      Son répertoire vaste et varié lui permet de pouvoir répondre sans délai aux exigences les plus diverses : musique militaire ou légère, marches étrangères, variétés, hymnes nationaux, quintette de cuivres. L'esprit de tradition militaire est conservé avec ce type de formation puisque l'ensemble de cuivres était au 17ème siècle la formation type des musiques militaires notamment la garde républicaine. Le Brass-band s'honore d'arborer une tenue de gala reprenant l'uniforme de tradition de l'infanterie jusqu'en 1914. Il s'agit d'un orchestre à part entière, avec une palette sonore étendue, des timbres chaleureux, un répertoire éclectique, et des musiciens du terroir, issus des écoles de musique et des conservatoires des régions Nord Pas-de-Calais Picardie.
      Son homogénéité et le professionnalisme de ses exécutants en font aussi la formation privilégiée pour l'accompagnement de solistes de renom : Steaven MEAD ainsi que Roger WEBSTER que la formation a pu accompagner lors du concert de Gala . Le Brass band est actuellement placé sous la direction du chef de musique militaire hors classe Maurice MARC

      assisté du major sous-chef de musique Francis MARESCAUX et du tambour-major l'adjudant Christophe DESREUMAUX.
      Aujourd'hui, elle recrute des musiciens jouant un instrument de la famille des cuivres, et ayant eu un cursus d'apprentissage dans les écoles de musiques et les conservatoires.
      Pour tous renseignements concernant le recrutement au sein de la musique 03.28.38.24.43.
      Dans le cadre de la réorganisation des formations musicales de l'armée de terre elle devient Musique de l'infanterie à compter  du 1er aût 2016
      ( Source : International Military Music Society )
    • By Bouchon-Gras 49
      La musique des troupes de marine stationné à Versailles.

      Créée en 1945 à Rochefort, la Musique principale a changé plusieurs fois de lieu et d’appellation. Connue sous le nom de « Musique principale des troupes de marine » jusqu’en 1997, la Musique principale de l’armée de Terre est inscrite sur la liste des cinq plus grandes formations des armées. Ambassadrice de l’armée de Terre, cette phalange musicale contribue au prestige de très nombreuses cérémonies officielles. Elle se produit souvent en concert à Paris, en province ainsi qu’à l’étranger. 
      MISSION   -  COMPOSITION  -  PARTICULARITES
      Mission :
      Présente aux grandes manifestations, elle rehausse l’éclat des cérémonies à caractère patriotique. La Musique principale rend les honneurs aux plus hautes personnalités de l’État. Mais elle s’ouvre aussi au monde musical extérieur en se produisant en concert.
      Composition :
      La Musique principale de l’armée de Terre compte 77 musiciens dont 11 femmes et se compose de différentes formations : quintette de cuivres, quatuor de saxophones et trio Jazz.
      Particularités :
      La musique principale de l’armée de Terre a participé au 50e anniversaire des forces armées royales à Rabat (Maroc) en mai 2006.
      Elle Musique principale  des troupes de marine en 2016.
       
      ( Source : International Military Music Society )
       

       
      Ambassadrice de l'Armée de Terre, cette phalange musicale, composée de 80 musiciens professionnels, contribue au prestige de très nombreuses cérémonies officielles. Présente aux grandes manifestations, elle rehausse l'éclat des cérémonies à caractère patriotique, honorant les plus hautes personnalités de l'État.
      Fréquemment sollicitée pour représenter la France à l’étranger (USA, Corée, Inde,…), invitée à de nombreuses reprises à des émissions télévisées ou radiophoniques (France 2, France Musique,…), la Musique Principale des Troupes de Marine est aussi partenaire des grandes entités musicales amateurs de l’hexagone.
      L’orchestre d’harmonie de la Musique Principale des Troupes de Marine aborde un répertoire éclectique favorisant l’équilibre entre la tradition populaire du concert et le modernisme d’un répertoire inédit.
      Le chef de musique des armées Michel MOISSERON, commandant la Musique Principale des Troupes de Marine, est assisté du chef de musique principal Stéphane FOUGEROUX et du chef de musique adjoint Maxime AULIO.

      Historique :
      1946 à 1952 : Musique du 3ème Bataillon d’Infanterie Coloniale
      1952 à 1958 : Musique Principale des Troupes Coloniales
      1958 à 1997 : Musique Principale des Troupes De Marine
      1997 à 2010 : Musique Principale de l’Armée De Terre
      Depuis le 1er janvier 2011: Musique Principale des Troupes De Marine
       
      ( Source : Corelia )
       
      Traditions

      Historique
      La Musique Principale des Troupes De Marine nait à Rochefort en 1945, sous forme de fanfare.
      Au début de l'année 1946; cette dernière s'installe avec le 3eme Bataillon d'Infanterie Coloniale dans la caserne 'Limoges' de Versailles, avant de rejoindre cette même année le camp de Maisons-Laffitte. Son recrutement s'opère alors sur les effectifs du bataillon.
      Sa première sortie officielle s'effectue à Paris le 14 juillet 1946.
      A la fin de l'année 1947, la fanfare voit son effectif augmenter. Devenue Musique, elle s'installe à la caserne de Clignancourt siège de l'Etat Major de la 1ere Demi Brigade Coloniale. Dès lors, les conditions de travail offertes aux jeunes incorporés, ainsi que la proximité du Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, favorisent l'negagement de musiciens de valeur musicale certaine. En 1952, elle reçoit son appellation officielle de Musique Principale des Troupes Coloniales.
      En Algérie, les nécessités des opérations font qu'en 1957, une unité de marche de 120 sous-officiers et hommes de troupe est constituée. Elle débarque à Alger le 4 février avec à sa tête le Capitaine AVIGNON. La Musique participe ainsi activement aux opérations de maintien de l'ordre tout en assurant, chaque fois que possible des services en formation contituée.
      Le reste des effectifs de la Musique Principale des Troupes Coloniales et de celle du régiment de Marche du Tchad de Pontoise, fusionnent alors et forment à Rueil-Malmaison sous la Direction du Lieutenant DUMESTRE, un ensemble comparable à celui démembré par le départ pour l'Algérie.
      A partir de 1958, cet ensemble change d'appellation pour prendre celle de Musique Principale des Troupes De Marine. En 1978 cette musique prestigieuse est inscrite sur la liste des 7 plus grande formations musicales des Armées, puis en 1997 devient Musique Principale de l'Armée de Terre.
      Structure et organisation

      Garnison
      Quartier FESCH - Camp de Satory
      BP 1331 78013 Versailles CEDEX
      Tel : 01.39.67.20.84 Fax : 01.30.21.17.54
      Organisation
      La Musique Principale des troupes De Marine, qui compte 102 musiciens est placée sous le commandement :
      d'un chef de Musique des Armées : JM SORLIN assisté d'un chef de Musique Militaire de 1ere Classe : P LAVAUD d'un sous-chef de Musique de 1ere Classe : P HENOT d'un tambour major : JM ROSSIGNOL et d'un tambour major adjoint : A COUDRAIS Placée pour emploi sous l'autorité du Général Gouverneur Militaire de Paris, commandant la Circonscription Militaire d'Ile de France, elle reste néanmoins musique traditionnelle des Troupes De Marine. C'est pour cette raison qu'elle se présente dans une tenue traditionnelle évoquant les moments glorieux de la Division Bleue et les combats de Bazeilles de 1870.
      L'orchestre d'Harmonie
      L'orchestre d'Harmonie de la Musique Principale des Troupes de Marine est né en 1947. Il se produit aussi bien seul qu'avec la Batterie Fanfare. Son répertoire se veut eclétique. Il se Compose de pièces classiques, comptemporaines, modernes ou de variétés. L'orchestre a accompagné de nombreux solistes et s'est produit à plusieurs reprises avec les choeurs de l'Armée Française. Ses déplacments dans l'hexagone, en Europe, aux Etats Unis et en Afrqiue lui valent de constants succès.
      La Batterie Fanfare
      La Batterie Fanfare de la Musique Principale des Troupes De Marine est autonome. Elle se produit dans un programme complet, traditionnel et moderne. Innovatrice, elle est à l'origine notamment de la conception du clairon en La. Elle n'hésite pas lors de festivals, à présenter un véritalbe show visuel et sonore. Malgré sa jeunesse, elle n'a rien à envier à ses ainés des grandes formations professionnelles, et ses différents enregistrements lui ont valu de nombreuses félicitations. Sollicitant de nombreux compositeurs et chefs d'orchestre, et consciente du lien privilégié que représente la musique militaire pour établir et consolider les relations Armées-Nation, cette formation s'efforce d'assurer ses diverses missions de cérémonial militaire, de conservation du Patrimoine et de divertissement avec l'enthousiasme qui le caractérise. La Musique Principale des Troupes De Marine, souhaite surtout être le reflet le plus fidèle de cette arme jeune et dynamique que sont les Troupes De Marine.
      L'orchestre à cordes
      En février 1995, la Musique Principale des Troupes De Marine accueille un orchestre à cordes. Actuellement composé d'appelés du contingent issus des Conservatoires Nationaux, régionaux et Ecoles Nationales de Musique, cet ensemble est à géométrie variable, ce qui lui permet d'aborder un répertoire très éclectique, de la petite formation de chambre à l'orchestre symphonique.

       
      ( Source : Troupes de marine )