Jump to content

Général introuvable dans les archives


Recommended Posts

Bonjour à toutes et à tous.

 

Je suis actuellement à la recherche du dossier militaire de mon grand-père, né en 1920, formé à Saint-Cyr en 42 et devenu colonel d’infanterie puis général à la fin de sa carrière. Il fut également en charge du commandement du 23e RI à Metz entre 68 et 70. 

 

Je suis allé consulter les archives du SHD de Vincennes. Je n’ai pu avoir seulement qu’un tout petit dossier correspondant à sa période de résistance (FFI). Mais rien sur le reste de sa carrière (Indo, Algérie...). Le SHD de Vincennes est catégorique, il n’y a rien d’autre sur lui. 

 

Je suis donc dans une impasse : Comment puis-je retrouver les traces de mon grand-père dans les archives militaires françaises ? 

 

Je vous remercie d’avance de tous les commentaires pertinents que vous pourrez apporter à ma démarche.

Link to comment
Share on other sites

Le 10/07/2020 à 10:28, Bouchon-Gras 49 a dit :

Bonjour,

Avant tout il est demandé aux nouveaux membres, de se présenter ( voir la charte ) avant de poster dans les divers sujets, merci de respecter cette règle.

Veuillez me pardonner, s'il vous plait, de cet oubli fâcheux.

J'ai 39 ans, je suis intermittent du spectacle et j'habite en Essonne. Je suis actuellement à la recherche d'informations, de renseignements, de documents concernant la vie de mon grand père militaire de carrière, décédé en 2012.

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur

Bonjour,  

Bon étant absent durant la semaine,  je n'ai donc accès à peu de chose,  je vous propose de voir ce que lon peut faire à mon retour.

L'identité de votre grand-père est confidentielle ou peut on savoir qui c'est  ( ce qui aiderait fortement les recherches ) mais ça reste votre choix.

Link to comment
Share on other sites

Le 13/07/2020 à 21:04, Bouchon-Gras 49 a dit :

Bonjour,  

Bon étant absent durant la semaine,  je n'ai donc accès à peu de chose,  je vous propose de voir ce que lon peut faire à mon retour.

L'identité de votre grand-père est confidentielle ou peut on savoir qui c'est  ( ce qui aiderait fortement les recherches ) mais ça reste votre choix.

Merci infiniment de votre aide.

Il s'agit de Roger Loriaut, né le 28/07/1920 à Saint-Servan (35).

Décédé en 2012, il aurait dû avoir 100 ans cet été 2020.

 

Le 13/07/2020 à 21:06, berogeitabi a dit :

Bonjour et bienvenue sur le forum 

Bonjour !

Oh merci beaucoup ! J'essayerai de faire de mon mieux pour y participer.

 

Link to comment
Share on other sites

  • Spécialiste

Bonjour. Vous dites avoir consulté le SHD ce qui est bien, qu'en est-il des archives militaires de Pau ? En donnant son identité et si possible son numéro matricule (appelé identifiant défense depuis quelques années), et en prouvant votre lien de parenté ils devraient vous fournir de précieux renseignements.

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur

Bonjour, 

De mon côté, je regarderai ce que je peux trouver la semaine prochaine. 

Étonnant que le SHD n'est rien trouvé,  car les dossiers des officiers et officiers généraux sont normalement chez eux.

A voir.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 4 heures, AureAsia a dit :

Bonjour. Vous dites avoir consulté le SHD ce qui est bien, qu'en est-il des archives militaires de Pau ? En donnant son identité et si possible son numéro matricule (appelé identifiant défense depuis quelques années), et en prouvant votre lien de parenté ils devraient vous fournir de précieux renseignements.

Merci de votre intervention. Hélas, "on" m'a laissé entendre que les gradés se trouvaient à Vincennes... Et accessoirement aussi, les militaires post 1945 (à vérifier).

D'ailleurs, je n'ai aucun numéro de matricule concernant mon général de grand-père. Comment pourrais-je me le procurer selon vous ?

 

Il y a 3 heures, Bouchon-Gras 49 a dit :

Bonjour, 

De mon côté, je regarderai ce que je peux trouver la semaine prochaine. 

Étonnant que le SHD n'est rien trouvé,  car les dossiers des officiers et officiers généraux sont normalement chez eux.

A voir.

Merci encore ! Oui, le président de la salle de lecture (Louis XIV) était très étonné de ne retrouver personne. Il me disait la même chose que vous : les officiers, c'est plutôt Vincennes. D'où ma détresse !

Permettez-moi de vous demander également une recherche avec le nom LORIAULT (orthographe différente de LORIAUT sans L à la fin) ?

 

 

Juste pour rappel :

 

Roger LORIAUT (ou LORIAULT mais peu probable)

né à Saint Servan (35) le 28/07/1920,

Sorti de l'école Saint-Cyr en 1942, promotion Charles De Foucauld,

Sous-lieutenant en Chantier de Jeunesse de Labruguière entre 1942 et 44,

FFI, Maquis du Corps Francs Bayard et 3e/12e Dragon (1ère Armée) entre 1944 et 45,

Maroc, Indochine, Allemagne, Algérie entre 1946 et 62,

Promu Lieutenant-Colonel en 1964,

Promu Colonel en 1968, en charge du commandement du 23e RI de Metz (57) entre 1968 et 70,

Travaille à l'état-major entre 1970 et 1974,

Adjoint au Général Bigeard, 4e région militaire de Bordeaux (33) en 1974,

Retraite en 1975 au grade de Général de brigade.

 

 
Link to comment
Share on other sites

  • Spécialiste
Le 16/07/2020 à 01:19, titou2b a dit :

Roger LORIAUT (ou LORIAULT mais peu probable)

né à Saint Servan (35) le 28/07/1920,

Pour le matricule, à l'époque c'était assez simple. Puisque vous semblez avoir quelques documents, cherchez un chiffre qui "devrait" commencer par 403503XXXX (les 4 derniers chiffres étant l'ordre d'enregistrement).

Link to comment
Share on other sites

  • Membre réputé

Bonjour,

J'ai fait des recherches sur des membres de ma famille. 

Après demande de renseignements à Pau, ils m'ont expliqués que né avant 1921, il faut chercher les livrets militaires dans les archives départementales du lieu de recensement ou de naturalisation.

Né à partir de 1921, c'est en effet à Pau qu'il faut voir ! 

Mais si n'est avant 1921, pour voir s'il y a des citations, on contacte Pau. 

Si vous ne l'avez pas déjà fait, regardez donc du côté des archives départementales.

Attention .... dans les archives dépt., il peut y avoir les deux écritures ... alias ... Loriaut ou Loriault !

Cela a été le cas pour un des livrets de ma famille, que je ne trouvais pas !

Link to comment
Share on other sites

Il y a 8 heures, AureAsia a dit :

Pour le matricule, à l'époque c'était assez simple. Puisque vous semblez avoir quelques documents, cherchez un chiffre qui "devrait" commencer par 403503XXXX (les 4 derniers chiffres étant l'ordre d'enregistrement).

Oui ! Merci beaucoup pour l'info : sur une fiche d'état de services retrouvé dans les papiers, il est inscrit :

40 787 13.483

Cela doit être son matricule (ce n'est pas précisé, mais cela ressemble à ce que vous dites !). Merci infiniment !!!

 

 

Il y a 4 heures, Heïdi a dit :

Bonjour,

J'ai fait des recherches sur des membres de ma famille. 

Après demande de renseignements à Pau, ils m'ont expliqués que né avant 1921, il faut chercher les livrets militaires dans les archives départementales du lieu de recensement ou de naturalisation.

Né à partir de 1921, c'est en effet à Pau qu'il faut voir ! 

Mais si n'est avant 1921, pour voir s'il y a des citations, on contacte Pau. 

Si vous ne l'avez pas déjà fait, regardez donc du côté des archives départementales.

Attention .... dans les archives dépt., il peut y avoir les deux écritures ... alias ... Loriaut ou Loriault !

Cela a été le cas pour un des livrets de ma famille, que je ne trouvais pas !

Merci infiniment pour ces informations ! Pardonnez-moi cette question idiote : de quelles archives départementales parlez-vous ? Celles du département de naissance ? De décès ? D'incorporation de l'armée ? (Dans le cas de Saint-Cyr, ça serait donc le Morbihan ? J'ai déjà fait ces recherches et je n'ai malheureusement encore rien trouvé. Il faut m'y remettre, tout simplement).

Mais pour trouver à Pau, il me faut une côte... Comment faire ???

Pour Vincennes, j'avais une côte : celle que le site Mémoire des Hommes m'a trouvé. Mais rien à Vincennes, à part quelques documents sur sa période FFI.

Link to comment
Share on other sites

Pour information, dans la plupart des archives départementales, il est écrit ceci :

"Les registres matricules disponibles avec une indexation nominative ne concernent, pour le moment, que les classes de 1887 à 1921. Les  registres antérieurs seront mis en ligne prochainement. Cependant, la délibération n°2013-281 du 10 octobre 2013 entre les Ministères de la Défense et de la Culture et la CNIL (Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés) ne permet la mise en ligne des registres matricules que jusqu’ à la classe 1921."

Mon grand-père est né en 1920 et se retrouve incorporé en 1942 (école de Saint-cyr, délocalisé à Aix-en-Provence en zone libre). Donc s'il n'est pas à Vincennes, ni à Pau... et pas non plus numérisé dans archives deptales (mais peut être consultables)... Me voilà dans l'embarras !

 

Link to comment
Share on other sites

  • Moderator

Pour les archives d'un officier général, c'est le bureau des officiers généraux qui gère celles-ci.

Voici l'adresse:

BOG

Section Terre 2S

14 Rue St Dominique

75007 Paris,

n'oubliez pas de joindre toutes pièces utiles pour preuve de la filiation.

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

  • Membre réputé

Bonjour,

Le 17/07/2020 à 19:30, Heïdi a dit :

Mais si n'est avant 1921,

Oop's ! C'est né et pas n'est 😇 !

Le 17/07/2020 à 23:07, titou2b a dit :

Merci infiniment pour ces informations ! Pardonnez-moi cette question idiote : de quelles archives départementales parlez-vous ? Celles du département de naissance ?

Il n'y a pas de questions idiotes ! On cherche .... et je cherche encore !

Oui, pour avant 1921,c'est les archives départementales du lieu de naissance ou résidence vers l'age de 18/20 ans.

J'ai regardé mes mails avec Pau, ils s'occupent des dossiers à partir de 1921.

oui, pour les officiers rayés des cadres avant 1971 ou généraux décédés, c'est le Service Historique de la Défense.

il y a une heure, Fred689 a dit :

Pour les archives d'un officier général, c'est le bureau des officiers généraux qui gère celles-ci.

Voici l'adresse:

BOG

Section Terre 2S

14 Rue St Dominique

75007 Paris,

n'oubliez pas de joindre toutes pièces utiles pour preuve de la filiation.

:vertsuper: !  

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur

Pour les archives départementales, ce sont celles du lieu de résidence de l'intéressé lors de ses 20 ans.

Comme le souligne Fred, les officiers ne sont ni à Pau ni dans les archives départementales.

Essayer avec l"adresse donné par Fred, en fournissant un maximum d'information :

Le 15/07/2020 à 20:19, titou2b a dit :

Roger LORIAUT (ou LORIAULT mais peu probable)

né à Saint Servan (35) le 28/07/1920,

Sorti de l'école Saint-Cyr en 1942, promotion Charles De Foucauld,

Sous-lieutenant en Chantier de Jeunesse de Labruguière entre 1942 et 44,

FFI, Maquis du Corps Francs Bayard et 3e/12e Dragon (1ère Armée) entre 1944 et 45,

Maroc, Indochine, Allemagne, Algérie entre 1946 et 62,

Promu Lieutenant-Colonel en 1964,

Promu Colonel en 1968, en charge du commandement du 23e RI de Metz (57) entre 1968 et 70,

Travaille à l'état-major entre 1970 et 1974,

Adjoint au Général Bigeard, 4e région militaire de Bordeaux (33) en 1974,

Retraite en 1975 au grade de Général de brigade.

- grade exacte ( ou simplement général si n'avait pas la définition exacte )

- nom et prénoms

- date et lieu de naissance

- matricule

- promotion à st Cyr ( si vous l'avez )

- fournissez également votre filiation.

Sinon vous pouvez également tenter auprz de l'école de St Cyr, qui doit posséder des registres des différentes promotions.

Vous pouvez également faire un tour sur la " base Léonore " qui réfère les détenteur de la Légion d'Honneur.

J'ai bien trouvé un Lorieau, mais ce n'est pas le votre.

http://www2.culture.gouv.fr/public/mistral/leonore_fr?ACTION=CHERCHER&FIELD_1=NOM&VALUE_1=LORIEAU

http://www2.culture.gouv.fr/documentation/leonore/NOMS/nom_00.htm

 

Sur le net, j'ai trouvé ceci mais ça ne correspond visiblement pas :

LORIOT Roger, Louis

Né le 3 septembre 1923 à Saint-Agnan (Nièvre), massacré le 22 février 1944 à Saint-Agnan ; résistant membre du maquis de Mont.

 

Roger Loriot, né et habitant à Saint-Agnan, faisait partie du maquis « Bernard », créé en mars 1943 par Louis Aubin et installé à l’automne 1943 près de Saint-Brisson (Nièvre). Ce maquis ayant dû se scinder en plusieurs groupes au début janvier 1944, un petit groupe de six hommes, dont faisait partie Roger Loriot et dirigé par Serge Girard*, s’était installé dans une grange au lieu-dit « En Mont » près de Quarré-les-Tombes, puis dans des cabanes en bois dans la forêt au Duc : c’était le maquis de Mont.
Le 2 février 1944, Serge Girard fut arrêté au Moulin-Colas, près de Saint-Léger-Vauban (Yonne). Les Allemands, guidés par un milicien de la région, se rendirent alors aux cabanes de la forêt au Duc et arrêtèrent trois de ses camarades, Maurice Blin*, Julien Dion* et André Kalck*. Roger Loriot se réfugia chez sa grand-mère, au hameau du Jarnois, sur la commune de Saint-Agnan. Mais le 22 février au petit matin, le hameau du Jarnois fut encerclé par les Allemands et Roger Loriot fut capturé et massacré sur place. Seul un autre maquisard du maquis de Mont, Lucien Charlot, réussit à échapper et rejoignit le maquis FTP Vauban, installé dans l’hiver 1944 à la chapelle Saint-Pierre, à proximité de Saint-Agnan.
Serge Girard, Maurice Blin, Julien Dion et André Kalck furent internés à la prison d’Auxerre et fusillés au champ de tir d’Égriselles-Venoy le 15 mars 1944.
Le nom de Roger Loriot figure sur le monument aux morts de Saint-Agnan, sur une plaque apposée dans l’église de ce village, et sur le monument des déportés et fusillés de l’Yonne à Auxerre.

 

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article205347, notice LORIOT Roger, Louis par Claude Delasselle, version mise en ligne le 27 juillet 2018, dernière modification le 27 juillet 2018.
 

 

Ce qui est étonnant c'est que l'on ne trouve rien, avez vous une photo de lui ?

Link to comment
Share on other sites

Le 20/07/2020 à 18:12, Fred689 a dit :

Pour les archives d'un officier général, c'est le bureau des officiers généraux qui gère celles-ci.

Voici l'adresse:

BOG

Section Terre 2S

14 Rue St Dominique

75007 Paris,

n'oubliez pas de joindre toutes pièces utiles pour preuve de la filiation.

Oh oh ! Tiens donc ! On ne m'avais jamais parlé de celui-ci... ça pourrait ressembler à ça ! Je vais essayer. Merci beaucoup !!

Le 21/07/2020 à 19:21, Bouchon-Gras 49 a dit :

Pour les archives départementales, ce sont celles du lieu de résidence de l'intéressé lors de ses 20 ans.

Comme le souligne Fred, les officiers ne sont ni à Pau ni dans les archives départementales.

Essayer avec l"adresse donné par Fred, en fournissant un maximum d'information :

- grade exacte ( ou simplement général si n'avait pas la définition exacte )

- nom et prénoms

- date et lieu de naissance

- matricule

- promotion à st Cyr ( si vous l'avez )

- fournissez également votre filiation.

Sinon vous pouvez également tenter auprz de l'école de St Cyr, qui doit posséder des registres des différentes promotions.

Vous pouvez également faire un tour sur la " base Léonore " qui réfère les détenteur de la Légion d'Honneur.

J'ai bien trouvé un Lorieau, mais ce n'est pas le votre.

http://www2.culture.gouv.fr/public/mistral/leonore_fr?ACTION=CHERCHER&FIELD_1=NOM&VALUE_1=LORIEAU

http://www2.culture.gouv.fr/documentation/leonore/NOMS/nom_00.htm

 

Sur le net, j'ai trouvé ceci mais ça ne correspond visiblement pas :

LORIOT Roger, Louis

Né le 3 septembre 1923 à Saint-Agnan (Nièvre), massacré le 22 février 1944 à Saint-Agnan ; résistant membre du maquis de Mont.

 

Roger Loriot, né et habitant à Saint-Agnan, faisait partie du maquis « Bernard », créé en mars 1943 par Louis Aubin et installé à l’automne 1943 près de Saint-Brisson (Nièvre). Ce maquis ayant dû se scinder en plusieurs groupes au début janvier 1944, un petit groupe de six hommes, dont faisait partie Roger Loriot et dirigé par Serge Girard*, s’était installé dans une grange au lieu-dit « En Mont » près de Quarré-les-Tombes, puis dans des cabanes en bois dans la forêt au Duc : c’était le maquis de Mont.
Le 2 février 1944, Serge Girard fut arrêté au Moulin-Colas, près de Saint-Léger-Vauban (Yonne). Les Allemands, guidés par un milicien de la région, se rendirent alors aux cabanes de la forêt au Duc et arrêtèrent trois de ses camarades, Maurice Blin*, Julien Dion* et André Kalck*. Roger Loriot se réfugia chez sa grand-mère, au hameau du Jarnois, sur la commune de Saint-Agnan. Mais le 22 février au petit matin, le hameau du Jarnois fut encerclé par les Allemands et Roger Loriot fut capturé et massacré sur place. Seul un autre maquisard du maquis de Mont, Lucien Charlot, réussit à échapper et rejoignit le maquis FTP Vauban, installé dans l’hiver 1944 à la chapelle Saint-Pierre, à proximité de Saint-Agnan.
Serge Girard, Maurice Blin, Julien Dion et André Kalck furent internés à la prison d’Auxerre et fusillés au champ de tir d’Égriselles-Venoy le 15 mars 1944.
Le nom de Roger Loriot figure sur le monument aux morts de Saint-Agnan, sur une plaque apposée dans l’église de ce village, et sur le monument des déportés et fusillés de l’Yonne à Auxerre.

 

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article205347, notice LORIOT Roger, Louis par Claude Delasselle, version mise en ligne le 27 juillet 2018, dernière modification le 27 juillet 2018.
 

 

Ce qui est étonnant c'est que l'on ne trouve rien, avez vous une photo de lui ?

Merci beaucoup pour toutes ces recherches !!!

Oui, j'ai une très grande quantité de photos de lui, à différentes époques...

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur

Bonjour,

Merci pour ces photos, qui permettent de mettre un visage sur un nom.

02.jpg.2134ac5b74623f98db12e7d176056e0a.jpg

Le voici en St Cyrien, si vous arrivez a obtenir un contact à l'école, service tradition, cette phot pourra les intéresser.

N407.thumb.jpg.64f1770ad3ab2540a006a8ce6a42ec76.jpg

Là, je pense qu'il est sous lieutenant, dans les années 40.

01.jpg.1c458b3dba0d1d94d583863d1803ee09.jpg

Photo intéressante, commandant du 10 bataillon de chasseur à pied ( cor de chasse sur les pattes de col ).

 

Vous n'avez pas de photo en général et de ses décorations ?

Link to comment
Share on other sites

il y a 57 minutes, Bouchon-Gras 49 a dit :

Vous n'avez pas de photo en général et de ses décorations ?

Merci infiniment pour vos commentaires, de la part de toute notre famille. Il fût général au moment de sa retraite. Mais les dernières années de sa carrière se sont déroulées au grade de colonel : en témoignent ces photos prises vraisemblablement à Metz entre 1968/70, lorsqu'il était en charge du commandement du 23e RI. La page Wikipedia du 23e RI mentionne mon grand-père en tant que tel.

 

07.jpg

06.jpg

05.jpg

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur
il y a 7 minutes, titou2b a dit :

Il fût général au moment de sa retraite. Mais les dernières années de sa carrière se sont déroulées au grade de colonel

Donc nommé général en 2eme section.

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur
il y a 2 minutes, titou2b a dit :

Mais qu'est-ce que cela veut dire ?

Un officier général n'est jamais vraiment en retraite, lorsqu'il est plus d'active, il se retrouve en 2e section, vous observerez dans l'avenir que lorsque vous verrez Monsieur X, général 2s, vous saurez que ce général ou amiral est en "retraite".

Exemple historique, lors de la guerre 14-18, le général Pétain se trouvait en 2 eme section, il fut réactivé...je ne vous raconte pas la suite qui est connu de tous.

Certains officiers supérieurs méritant, sont nommés à leurs départ au premier grade d'officier général mais n’exerceront jamais en tant que tel, c'est le cas de votre grand père.

Ce qui peut expliquer que l'on ne trouve pas grand chose sur le net, car il n'a pas servi en tant que général, mais comme colonel chef de corps ( commandant d'un régiment ).

 

Link to comment
Share on other sites

Le 23/07/2020 à 12:20, Bouchon-Gras 49 a dit :

Un officier général n'est jamais vraiment en retraite, lorsqu'il est plus d'active, il se retrouve en 2e section, vous observerez dans l'avenir que lorsque vous verrez Monsieur X, général 2s, vous saurez que ce général ou amiral est en "retraite".

Exemple historique, lors de la guerre 14-18, le général Pétain se trouvait en 2 eme section, il fut réactivé...je ne vous raconte pas la suite qui est connu de tous.

Certains officiers supérieurs méritant, sont nommés à leurs départ au premier grade d'officier général mais n’exerceront jamais en tant que tel, c'est le cas de votre grand père.

Ce qui peut expliquer que l'on ne trouve pas grand chose sur le net, car il n'a pas servi en tant que général, mais comme colonel chef de corps ( commandant d'un régiment ).

 

Merci de votre explication. Nous attendons une réponse du Bureau des Officiers Généraux, étant donné que rien ne se trouve à Vincennes ou Pau. Si toutefois une autre idée vous venait à l'esprit, n'hésitez-pas ! Merci encore.

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur
Il y a 5 heures, titou2b a dit :

Nous attendons une réponse du Bureau des Officiers Généraux, étant donné que rien ne se trouve à Vincennes ou Pau. Si toutefois une autre idée vous venait à l'esprit, n'hésitez-pas ! Merci encore.

Avez vous contacté l'école de Saint Cyr, service tradition ?

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.



  • Posts

    Heïdi

    Posted

    Bonjour, Le ministre dévoile le " Plan Famille 2 ". source.. https://www.defense.gouv.fr/actualites/ministre-devoile-plan-famille-2  

    berogeitabi

    Posted

    Oui c’est un sujet préoccupant. Les chinois sont assez provocateurs et jouent les étonnés lorsqu’on décide d’être ferme vis à vis de leurs provocations.  moi je pense que les américains ont eu raison de descendre l’un des deux ballons qui était au dessus de l’eau à ce moment là.  je pense que la Chine a clairement une ambition d’hégémonie mondiale en vue d’imposer au monde sa doctrine de contrôle permanent des populations. et d’imposer son modèle économique bâti sur une exploitation sans limites des ouvriers, des petites gens et cela sans aucun respect de normes environnementales. C’est très insidieux et nous devons, nous les occidentaux être très très vigilants vis à vis de ce que fait et décide Xi Jing Ping. Notamment par rapport à sa façon de pénétrer l’économie des pays se situant sur le trajet ou au terminus des nouvelles routes de la soie. Je pense au Sri Lanka, à la Grèce, à l’Afrique mais aussi chez nous. Il n’y a qu’à voir les prises de participation, voire l’achat total de ports, d’aéroports, de territoires, autant de sites où les chinois s’installent et «  virent » les habitants du lieu pour s’approprier le tout (Sri Lanka).  Bref, bravo aux américains d’avoir «  descendu » ce ballon.   

    OLIDEC

    Posted

    Salut Je pense que je vais galérer à trouver la fourragère et rajouter des olives.... J'ai bien envie de la laisser comme cela. Merci pour ton aide   Olivier  

    Janmary

    Posted

    C'est très précis B.G. Depuis de longues années, les budgets militaires furent limités pour diverses raisons, tel le rectificatif du budget, la fin du mur de Berlin et de l'URSS, etc. etc. Pourtant "Quand on baisse l'échine, on trouve toujours quelqu'un pour monter sur son dos". Jamais les effectifs de nos armées furent si bas en niveau. Voila longtemps que nous des défaillances dans le renseignement satellitaire.  La encore ce furent les USA qui nous assistent en ce domaine dans le manque criant de drones (appelés en France "Avions sans pilote" et conçu en carton et plastique dans les premiers projets) en Afrique. L'exemple le plus caractéristique de manque de logistique fut l'intervention en Libye. Apres avoir tiré une salve de Missiles de croisière, plus de stock. Obligé de faire appel aux USA. Nous avons un vaste territoire marin (eaux territoriale)  de par nos Départements et territoires d'Outre -Mer et cela nécessite de gros moyens pour en assumer la sécurité. Nous avons fermés des bases aériennes et limités le nombre d'appareils de combat, limité aussi la Marine dans ses effectifs et bâtiments et l'Armée de Terre se trouve démunie de nombres de ses moyens. La guerre électronique est très largement en dessous des capacités nécessaire à un pays comme le notre. Bref, le réveil est brutal de par le conflit en Ukraine, ou, du reste ,nous n'avons rien vu venir. Nous avons vendu nos usines d'armement et achetons notre matériel en tout azimut ou confions des éléments de fabrication de notre char Leclerc à la Chine (les "rotary ou systèmes de moteurs tournant par incrémentations).  Une question me chagrine en temps que passionné d'économie ! Ou sont passées les sommes dédiés à nos Armées puisque ces derniers furent mises à la portion congrue ? Enfin, dernier élément "voyant" à savoir le manque de coopération de nos voisins Allemands dans des projets communs comme jadis l'Alpha Jet, le Transall. Aujourd'hui le futur avion de combat Franco-Allemand qui intéresse aussi l'Espagne est un compromis qui ne tient peu compte du coté aéronavale. DE plus les Allemands veulent connaitre la partie électronique et Informatique des systèmes et la firme Dassault s'y oppose. Le Président à tranché et nous allons renouvelle l'expérience ou nous avons mis en commun l'Aérospatiale qui allait devenir AIRBUS Industrie (Européen) en fournissant 50%des actions aux seuls Allemands. Pour nous remercier, ils ont construit SEUL l'avion de transport ATLAS développé par nos deux pays. Le futur char de combat Franco-Allemand est géré exclusivement par les Allemands qui impose leurs désirata et décisions. Reste le drone dont on ne connait pas les détails sur l'avancement. Quand à l'Armée Européenne, une politique commun européenne, une économie Européenne, il est trop tôt pour en parler. Quand aux propos du Président concernant  d'avoir une guerre en avance, je me suis pris de rire quand même. En 1870 si il ne manquait pas un bouton de guêtre, le reste des équipements étaient obsolète à commencer par le fusil. En 1914, il semble que personne n'avait étudié la guerre de sécession aux USA avec l'utilisation de tranchées couvertes  de barbelés (Imprenable autre que par la surprise), les ballons d'observations, le transport ferroviaire, etc. En 1939, la tactique de la Guerre des blindés développé par Liddell Hart et le général Fuller en Grande Bretagne (dans les années 1933) et développé en Allemagne par le colonel puis général Guderian qui furent entendues et furent superbement ignorée malgré un certain colonel de Gaulle. La seule réalisation fut la Force de Dissuasion mis en œuvre par le Président Charles de Gaulle. Espérons la réalisation de ce budget avant d'autre conflits à venir ou celui de l'Ukraine pouvant dégénérer par "accident".

    Janmary

    Posted

    L’actualité est au ballon Chinois traversant haut dans le ciel l’Alaska, le Canada et les Etats-Unis d’Amérique. Il n’y a pas de surprise. Un peu d’Histoire sur les ballons. Quelques idées sur les projets et les réalités.   Un Français, Camille Rougeron, polytechnicien et ingénieur naval, ayant participé aux conceptions de notre flotte de guerre entre les deux conflits mondiaux fut par la suite nommé au Ministère de l’Air toujours avant le second conflit mondial. Il fut un théoricien avertit de nombres de conceptions d’armes par la suite et auteur de nombreux ouvrages avant et après guerre (1939-1945). Par exemple on lui doit, la formulation du "chasseur bombardier" qui affiche un poids de bombe équivalent à un bombardier lourds à puissance égale rapportée au cheval avec la vitesse d’un chasseur après lancement. Les bombes, bombes planantes pour l’attaque à grande distance et torpilles assistés par fusées qui donnèrent la roquette anti-char par la suite durant le second conflit mondial. Les obus d’artillerie avec une puissance additionnelle après le tir qu’il appelé obus –fusée et qui donna lieu au mortier de 120 mm de l’Armée par la suite. Etc.Etc.   Un ouvrage doit être retenu pour une innovation entre autre, à savoir = La guerre nucléaire. Armes et parades. – 1962 – Chez Calmann-Levy (Voir Note 1).   Le but proposé par l’auteur étant l’attaque par ballon de sites agricoles et industriels. Il s’agissait d’un ballon d’un diamètre de 30 mètres, possible de fabrication à l’époque puisque utilisé par des ballons du type « Echo 1 » pesant moins d’une centaine de kilos. Il aurait eu un volume de 10.000 mètres cubes (pi.R au cube) avec un mélange gazeux Sachant qu’un kilo d’explosif TNT dégage 10 Kilocalories et un hydrocarbure 10.000 à 11.500 Kilocalories par kg, et qu’un kg de gaz représente 1 mètre cube, c’est environ 10 tonnes de gaz  qu’aurait comporté ce ballon.  Or, le gaz est énergiquement plus puissant qu’un explosif puisque le rapport calorifique des gaz est supérieur à la tolite par exemple dans le rapport précité soit  10 tonnes de gaz représente 100 tonnes de tolite. Par son prix comme par son pouvoir énergétique, le gaz naturel s’impose pour le chargement. Une enveloppe aussi légère n’exige pas le méthane pur ; son homologue supérieur, l’éthane pourrait servir avec une proportion des ¾ au moins (a cause de la densité un peu supérieur à l’air) avec un complément de méthane ou un 9/10 de méthane pur et un complément d’hydrogène. (Voir Note 2).   Nous pouvons donc voir qu’un « ballon inoffensif  de 30 mètres de diamètre » peut provoquer des dégâts non négligeables si l’on peut l’amener sur un objectif. Certains ballons ont pu être contrôlés par radio pour acquérir des vents favorable à des altitudes assez élevés (Test d’un ballon en 1954, lâché de Vernalis en Californie, il monta à 11300 mètres. Il fut contrôlé pendant 52 heures pendant un trajet de 10.080 km. Il atterrit à Badajoz en Estrémadure, Espagne). En 1955, Explorer II, avec un poids de 2950 kg pour 105.000  mètres cubes améliora encore les caractéristiques et purent avoir épaisseurs d’enveloppe de 0,01 à 0,06 mm. La détection de ces ballons peut poser des problèmes. Pourquoi ce Ballon Chinois a-t-il pu survoler l’Alaska puis le Canada avant le survol des USA ? Ballons (gonflé à l’hélium) météo ou de surveillance avec transmission d’informations électroniques (fréquences RADAR, photos aérienne de sites sensibles, etc.). C’était l’objet des réflexions de ce sujet. Mais un innocent ballon peut-être éventuellement une arme.   Note 1 = L’aviation de bombardement – 1936 - en deux volumes – Chez Lavauzelle Les enseignements aériens de la guerre d’Espagne – 1940 – Chez Lavauzelle Les enseignements de la guerre de Corée – 1952 – Chez Berger-Levrault Les applications de l’explosion thermonucléaire – 1956 – Chez Berger-Levrault Le pétrole thermonucléaire - 1959 -  Chez Berger-Levrault Ainsi que de très nombreux écrits dans plusieurs ouvrages scientifiques et militaires.   Note 2 = Méthane =  7.820 Kilocalories/m au cube Propane  = 19.950 Kilocalories/m au cube Butane    = 25.900 Kilocalories/m au cube Ethane    = Je n’ai pas trouvé l’équivalent calorifique. Ethylène = 12.290  Kilocalories/m au cube   Janmary  
×
×
  • Create New...