Jump to content

Incendie sur le Perle.


Recommended Posts

  • Administrateur

Ce jour, le 12 juin 2020, à 10h35, un incendie s’est déclaré en zone avant du sous-marin nucléaire
d’attaque Perle, au bassin en zone Missiessy, au sein de la base navale de Toulon.
L’intervention des équipes spécialisées, composées de marins-pompiers de la base navale, est en
cours. Les pompiers du SDIS83 sont sur zone, en renfort. Le sous-marin a été évacué, il n’y a pas de
blessés.
103604232_1561228424047943_8573986015224762195_n.jpg
Il n’y a aucun combustible nucléaire à bord, celui-ci ayant été retiré dans le cadre de l’arrêt technique.
Il n’y a pas d’armes (missile, torpille, munitions) ni batteries à bord.
Sources Marine Nationale

 

10434810.jpg

 

eat8dp7waaeyq6j.jpg

Quatre heures après le début de l'incendie qui s'est déclaré sur le coup de 10h30 ce vendredi matin à l'avant du bateau, le sous-marin nucléaire d'attaque Perle est toujours en proie aux flammes.

L'intervention des marins-pompiers de la base navale de Toulon, qui ont reçu le renfort des pompiers du SDIS83, mais aussi de marins-pompiers de Marseille, était toujours en cours à 14h30.

( Source :  https://www.varmatin.com/faits-divers/ce-que-lon-sait-sur-lincendie-qui-a-frappe-le-sous-marin-nucleaire-dattaque-la-perle-a-toulon-524764   )

 

, publié le vendredi 12 juin 2020 à 17h51

Un incendie s'est déclaré vendredi sans faire de blessés à bord de l'un des six sous-marins nucléaires d'attaque de l'armée française, La Perle, en révision à la base navale de Toulon, faisant craindre à la marine de lourds dégâts matériels.

Le sous-marin nucléaire d'attaque (SNA) ne contenait "aucun combustible nucléaire à bord, celui-ci ayant été retiré dans le cadre de l'arrêt technique", a précisé la préfecture maritime de la Méditerranée. Il n'y avait pas non plus d'armes à bord, et le sous-marin a été évacué.

Le feu a pris à 10H35 à l'avant du sous-marin La Perle, actuellement l'objet d'un chantier d'entretien et réparations par Naval Group. Il était toujours en cours en milieu d'après-midi, selon la marine nationale et Naval Group.

"Les marins-pompiers de Toulon, de Marseille, et les sapeurs-pompiers sont mobilisés", souligne le capitaine de vaisseau Eric Lavault, porte-parole de la Marine. La ministre des Armées "Florence Parly suit de près l'évolution de la situation" et se rendra sur place "dès que les conditions le permettront", a précisé à l'AFP le ministère.

- incident "sérieux" -

Le feu a pris pour une raison indéterminée à ce stade dans les "parties inférieures" à l'avant du sous-marin, dans une zone "difficile d'accès", a détaillé un représentant de Naval Group, qualifiant l'incident de "sérieux". Une quarantaine de personnes, principalement du maître d'œuvre industriel Naval Group, travaillaient à bord quand le sinistre s'est déclenché.

Le sous-marin était entré au bassin en janvier pour un chantier de rénovation et de modernisation qui devait durer 18 mois. Cet IPER (indisponibilité période pour entretien et réparations) doit le rendre opérationnel jusqu'à la fin des années 2020.

 

"Comme on était au début du chantier, le bateau était quasiment désossé, vidé de ses équipements", comme le combustible nucléaire, les armes et une partie de ses équipements informatiques, a poursuivi le représentant de Naval Group. Le chantier, suspendu pendant les deux mois de confinement, avait repris mi-mai en tenant compte de nouvelles mesures sanitaires.

La Perle, est le dernier des six SNA français de type Rubis à être entré en service (1993). Capable de plonger à plus de 300 mètres, la mission de ses 70 hommes d'équipage est de traquer les bâtiments ennemis, d'escorter le porte-avions, d'effectuer des missions de renseignement à proximité des côtes ennemies ou encore de déployer des forces spéciales.

Les sous-marins de la classe Rubis doivent être remplacés au fur et à mesure par ceux de la nouvelle classe Barracuda, dont le premier exemplaire, le Suffren, a débuté fin avril ses essais en mer. La France compte dix sous-marins à propulsion nucléaire: 4 sous-marins lanceurs d'engins (SNLE) des missiles nucléaires et 6 sous-marins d'attaque (SNA).

Le maire (PS) de La Seyne-sur-Mer et vice-président de la métropole toulonnaise Marc Vuillemot a fait part de son côté de la préoccupation de ses concitoyens exposés aux fumées de l'incendie "en ce jour de vent d'Est".

Le préfet maritime "m'assure qu'il ne devrait pas y avoir d'incidence sanitaire sur les populations exposées aux fumées, dans la mesure où le bâtiment n'avait ni armes ni combustible nucléaire à bord", explique-t-il dans un communiqué. "Des mesures de la qualité de l'air sont toutefois effectuées pour en obtenir confirmation", ajoute-t-il.

( source :  https://actu.orange.fr/france/incendie-a-bord-du-sous-marin-nucleaire-la-perle-en-chantier-a-toulon-CNT000001qP2Jr/photos/le-casabianca-un-sna-du-type-rubis-comme-la-perle-quitte-toulon-pour-une-mission-d-entrainement-le-19-octobre-2009-1ba81f93d3d841eda650d7fb64ee844b.html   )

 

https://www.lemonde.fr/international/article/2020/06/12/incendie-a-bord-du-sous-marin-nucleaire-d-attaque-perle-a-toulon_6042664_3210.html

 

 

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur

Je vous invite à regarder le reportage de JT de 13h sur ce lien :

https://www.varmatin.com/faits-divers/larticle-a-lire-si-vous-navez-rien-suivi-a-lincendie-qui-ravage-le-sous-marin-nucleaire-la-perle-a-toulon-524770?utm_medium=Social&utm_source=Facebook&fbclid=IwAR2EZZ4GpN_vD62k-nnEy2Vq0ItcQckBg2P9MeYlNDZ0LXHjPLfsEUQ8vys#Echobox=1591986982

 

12.06.2020

Incendie sur le SNA Perle en arrêt technique à la base navale de Toulon (à suivre)

Un incendie s’est déclaré, ce vendredi 12 juin, à bord du sous-marin nucléaire d’attaque (SNA) Perle en cours de révision à la base navale de Toulon depuis le 13 janvier dernier.

Le SNA ne contenait "aucun combustible nucléaire à bord, celui-ci ayant été retiré dans le cadre de l’arrêt technique", a précisé la préfecture maritime dans un communiqué. "Le sous-marin a été évacué, il n’y a pas de blessés", a ajouté la PREMAR.

premar.jpg

L'incendie a été repéré à 10h35 à l'avant du sous-marin Perle. Ce SNA est en service depuis 1993 et fait actuellement l'objet d'un chantier d'entretien et réparations par Naval Group. Le chantier a pris du retard pour cause de crise sanitaire et de confinement (photo PREMAR).

Le feu a pris pour une raison indéterminée dans les "parties inférieures" à l'avant du sous-marin, dans une zone "difficile d'accès", a détaillé un représentant de Naval Group, qualifiant l'incident de "sérieux". Une quarantaine de personnes, principalement du maître d'oeuvre industriel Naval Group, travaillaient à bord quand le sinistre s'est déclenché.

EaUJ4FDWoAI91Fh.jpg

Actualisation 1: Florence Parly "suit de près l'évolution de la situation" et se rendra place "dès que les conditions le permettront".

Actualisation 2: selon la PREMAR, sont mobilisés:
- les marins-pompiers de la Base navale de Toulon. Ils déploient également un bateau-pompe qui alimente toutes les manches à incendie ;
- les renforts des Pompiers du Service départemental d’incendie et de secours du Var ;
- une trentaine de marins-pompiers du Bataillon des marins pompiers de Marseille, dans 11 véhicules spécialisés (appui robotisé, intervention à bord des navires, etc.) ;
- une dizaine de marins de l’Escadrille des sous-marins nucléaires d’attaque (ESNA) apporte un soutien technique aux marins-pompiers intervenant à bord, notamment la mise en place de moyens d’alimentation en eau et accompagnement dans le sous-marin des marins-pompiers intervenant à bord.

 

( Source  : Ligne de Défense )

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur

13.06.2020

Le SNA Perle est-il réparable? Aux experts (et à la ministre) de décider

EaVeyGPXgAAIUU6.jpg

L'incendie qui s'est déclaré vendredi à Toulon à bord du sous-marin d'attaque nucléaire Perle a été "éteint à 00h50, après plus de 14 heures d'une lutte qui a mobilisé une centaine de pompiers et plus de 150 personnes en soutien", a annoncé samedi matin le ministère des Armées dans un communiqué (photo ci-dessus PREMAR).

parly.jpg

Florence Parly s'est rendu à Toulon ce samedi matin. La ministre des Armées a salué les pompiers et marins, insistant sur la "violence inouïe" des flammes. L'intervention "n'avait rien d'évident", a-t-elle précisé, à cause d'une très forte chaleur, de fumées épaisses et d'une progression difficile dans les espaces étroits et confinés du sous-marin.

Le bâtiment "faisait l'objet d'une maintenance majeure depuis plusieurs mois" et "aucun combustible nucléaire, aucune arme, ni missile, ni torpille, ni munition n'était à bord", a-t-elle souligné. Dernier des six-sous marins nucléaires d'attaque français de type Rubis, entré en service en 1993, le SNA Perle était entré au bassin en janvier pour un chantier de rénovation et de modernisation qui devait durer 18 mois, et le rendre opérationnel jusqu'à la fin des années 2020.

Pour la marine, après ce sinistre exceptionnel, l'heure est à l'analyse des dommages. Une enquête judiciaire et des enquêtes techniques ont été lancées. L'inspection générale des armées a été saisie.

Par chance, en raison de la rénovation, "la quasi-totalité des équipements du navire n'était plus à bord", et les sonars, tubes lance-torpille, ou batteries sont donc "intacts" selon la ministre qui entend "prendre une décision étayée, éclairée le plus rapidement possible (...). Si ces analyses permettent de considérer que la Perle est réparable, tout sera fait pour".

Mais la marine considère aussi le risque d'une perte totale du sous-marin tant en raison des dégâts (le feu a endommagé toute la partie avant, voire la coque même) que des coûts de remise en état d'un SNA qui a fait son temps.

Voir l'article : http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2020/06/13/le-sna-perle-21240.html

Link to comment
Share on other sites

  • 5 months later...
  • Administrateur

Pour ceux qui n'aurait pas suivit les actualités, lundi 7 janvier a été exécuté, la manœuvre délicate d'embarquer le SNA Perle, à bord du Roll Dock Storm, bateau néerlandais affrété pour l'opération de transport.

p1020110.jpg

  • Le Sous-marin nucléaire d’attaque (SNA) Perle a quitté la base navale de Toulon ce jeudi 10 décembre 2020, pour être transporté vers Cherbourg-en-Cotentin, à bord du navire affrété spécialisé semi-submersible Roll Dock Storm
  • Cette opération d’envergure est la première étape du processus de réparation du SNA Perle, après l’incendie subi le 12 juin dernier, en cale sèche à Toulon, alors qu’il se trouvait en Indisponibilité périodique pour entretien et réparation (IPER).
  • Organisés en coordination par la Marine nationale et le Service de soutien de la flotte (SSF) d’une part, et l’industriel Naval Group d’autre part, le transfert et la réparation du SNA Perle permettront de maintenir la capacité opérationnelle de la Force océanique stratégique (FOST) à son meilleur niveau. 

p1020210.jpg

Ce transfert fait suite à la décision prise le 22 octobre 2020 par Florence Parly, ministre des Armées, de procéder à la réparation du SNA Perle. La partie avant du sous-marin ayant été endommagée par l’incendie, la solution retenue consistera à la remplacer par celle du SNA Saphir, retiré du service actif à l’été 2019. Cette réparation permettra de maintenir le format de la flotte de sous-marins nucléaires d’attaque.

Le transfert du SNA Perle de Toulon vers Cherbourg-en-Cotentin est nécessaire car seules les infrastructures de ce dernier permettent de réaliser ces travaux d’ampleur.

« L’embarquement du SNA Perle à bord du Storm et son départ vers Cherbourg marquent symboliquement le début de la reconquête de la Perle. Après réparation, le sous-marin aura retrouvé son potentiel technique et sera parfaitement opérationnel jusqu'à la date prévue de son retrait du service actif, les SNA de type Rubis étant progressivement remplacés par les SNA de type Suffren, tout en maintenant le format de la flotte des SNA à six sous-marins » précise l’ingénieur général Guillaume de Garidel, directeur central du service de soutien de la flotte.

Les travaux de découpe, de soudage de coque et de raccordement seront réalisés à Cherbourg-en-Cotentin. Ils seront suivis d’un retour à Toulon où le sous-marin reprendra l’IPER interrompue en juin.

Cette réparation, bien qu’exceptionnelle, est une opération industrielle maîtrisée. Des opérations de ce genre ont en effet déjà été pratiquées sur des coques de sous-marin, en France et à l’étranger. Elle sera réalisée en respectant l’intégralité des conditions nécessaires à la sécurité et à la capacité opérationnelle du sous-marin.

 

p1020212.jpg

 

 

Le chantier de réparation, estimé à 120 millions d’euros, démarrera début janvier

Son arrivée à Cherbourg est envisagée, selon les conditions météos, au milieu de la semaine prochaine.

Dans un premier temps, il séjournera au quai des Flamands avant d’être remorqué vers le site de Naval Group.

Le début du chantier, estimé à 120 millions d’euros, est programmé en janvier. Il s’agira alors, principalement, de souder la partie avant de son sister-ship, le Saphir (actuellement en cours de démantèlement à Cherbourg), sur la partie arrière de la Perle, épargnée par l’incendie.

( Source : La Presse de la Manche )







 
( source https://www.defense.gouv.fr/salle-de-presse/communiques/communique_transfert-du-sous-marin-nucleaire-d-attaque-sna-perle-a-cherbourg-en-cotentin-manche )
Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur

Manœuvre initialement prévue en rade, pour permettre au Roll Dock de de ballaster et donc d'augmenter son tirant d'eau, afin d'ouvrir son radier et permettre à la Perle de rentrer. Les lignes d'amarrage du Roll Dock ayant rompus dimanche, la manœuvre c'est don faite lundi dans le port militaire à Vauban, en zone profonde, permettant la manœuvre.

Une fois la Perle dans le dock, le radier fermé, le Roll Dock a déballasté, la Perle se retrouvant en "calle sèche" sur ses tains (bien sur amarré pour ne pas bouger).

Link to comment
Share on other sites

  • 10 months later...
  • Administrateur

Le sous-marin nucléaire Perle reprend la mer après une première mondiale

Le sous-marin SNA Perle, ravagé par les flammes en 2020, a quitté Cherbourg, ce lundi, avec un nouvel avant. La greffe industrielle subie est une première mondiale.

C’est installé dans le radier du « bateau bassin » Rolldock Storm que le SNA Perle a appareillé, ce lundi, de Cherbourg en direction de Toulon. Un soulagement pour les 300 ingénieurs et ouvriers des chantiers de Naval Group chargés de remettre en état le plus récent des sous-marins nucléaires d’attaque de la classe des Rubis en service.

Sauvé le SNA Perle après l’incendie de 2020

Un incendie s’était déclaré à bord le 12 juin 2020, alors que le bâtiment était à quai, aux mains de leurs homologues toulonnais, pour une rénovation destinée à prolonger sa vie de dix ans. Tout retard était proscrit. Hors de question de décaler le calendrier de livraison des successeurs, les six Barracuda, qui prennent aussi forme à la pointe du Cotentin. La tête de série, le Suffren, achève ses essais à la mer et le prochain, le Duguay-Trouin, doit bientôt être mis à l’eau.

Après plusieurs mois d’études pour s’assurer que les propriétés de l’acier spécial de la coque n’avaient pas été altérées, les ingénieurs ont validé l’option de la réparation. Plusieurs dizaines de minutes après le départ du feu, la température atteignait 240 degrés, a révélé l’enquête judiciaire toujours en cours. Par chance, l’intérieur avait été vidé de ses équipements, et les flammes sont restées sériées à l’avant, loin du compartiment réacteur. Avec l’aval de la Marine nationale et de la ministre des Armées, il a donc été décidé de sauver le navire.

. Une « première mondiale » :

Complexe, le pari méritait d’être tenté. « Première mondiale », assure l’hôtel de Brienne, l’opération a consisté à découper la coque avant du navire et à la remplacer par celle du son jumeau, le Saphir, désarmé quelques mois plus tôt à Cherbourg. Puis à rabouter 130 câbles et 70 tuyaux hydrauliques. Le coût s’élève à 110 millions d’euros, dont 50 millions à la charge de l’assurance de Naval Group. Une paille par rapport au prix d’un Barracuda : environ un milliard, indique Hervé Grandjean, le porte-parole des Armées.

L’enjeu était aussi crucial pour les opérations. Sans la Perle, l’escadrille des SNA - six submersibles en théorie - aurait dû se résoudre à faire des croix sur des missions. Indispensables, ces chasseurs des profondeurs assurent la sécurité des sous-marins nucléaires lanceurs d’engin (SNLE) de la dissuasion océanique, escortent le porte-avions et font du renseignement stratégique. C’est en 2023 que le sous-marin Perle, enfin rénové, et ayant gagné au passage 1,5 m et 60 tonnes, doit reprendre la mer.

249604636_847133862644220_7626402117567489977_n.jpg

248222467_847133929310880_2069019171760469480_n.jpg

249034581_847133965977543_198540640053239000_n.jpg

(source https://l.facebook.com/l.php?u=https%3A%2F%2Fwww.letelegramme.fr%2Ffrance%2Fle-sous-marin-nucleaire-perle-reprend-la-mer-apres-une-premiere-mondiale-25-10-2021-12855225.php%3Ffbclid%3DIwAR1Ig6pgvsRolzDt-9OQB7v-G5ZIMZdXRGc39-VxTD_COty2AyiKnhDpHkA&h=AT0kAtVhUeKXIazR58bXiLxzxVQoTbdGEt75BKZEyvrS8sT_-VrzdMhT0zkGyun8oZJnxVqnU-h8L3dI_dJ3xB2v6bmG-o9qA9L8FvKxH1N_PoRb4GvgELr5ZwU8kCMU6X5L&__tn__=-UK-R&c[0]=AT2ow69E9hiAf4J3om0wXaG7VzGL4JEj3eSnFYhdCltbjzgxpc5VsMm_VDCZCychwTHwFfVqeufBWxleQeR1eyRwK544Xyv_KWqvKUqwF-RhAVuhm6SVAv6UfcAL2P9_1qg8yvxwvwsPIN5GIzlD3pXi2apXxy0fG3Ma5eP0tptIDA   )

 

Ce ne sont ni les plus belles ni les plus grandioses des photos, mais elles permettent de traduire et de fêter le retour du SNA Perle à Toulon !

251832786_850498768974396_5487192693690416279_n.jpg

250727480_850498805641059_7166517277728198101_n.jpg

 

La Perle est de retour à Toulon.

Retour à la maison pour le SNA PERLE, le transbordement s'est effectué hier 03 novembre 2021 en début d'après midi, il a été dirigé vers Missiessy pour poursuivre sa mise en condition.

253650215_1878164739029904_5037087376624051235_n.jpg

253010495_1878164729029905_3661325375441573795_n.jpg

252045223_1878164695696575_3919398081573695483_n.jpg

253970957_1878164879029890_7429530738504176717_n.jpg

253474500_1878164845696560_1600999293278733089_n.jpg252958832_1878164902363221_6737612966216115532_n.jpg

252904629_1878164979029880_8579302387776133229_n.jpg253767667_1878165089029869_743795427192695027_n.jpg

252008291_1878165035696541_8151292848394127823_n.jpg

 

(Source : photo de mon ami Francis Jacquot, article : https://www.facebook.com/agasmofficiel/?__cft__[0]=AZULPSe6EATwbtva-77114Nk69bacq4xvN3jO34OjGnKUVKlCsGvIvEit8-m3fsalXtQbt8AP6abFkl4GT2M0RxpLsNCY5fPSqglKFBmtUlbR4icVdV7bG3TDvmBgUhoXu3fOSjPiBIa2tsk8jqeJwNse32jml0XUxj4IA-2AX0YlpN1zD9SMYC0AIKav6uVsRezZvqf12ZxxsAxA5-Q-fWZ&__tn__=-UC%2CP-y-R  )

245845355_1878165019029876_1212663469716089673_n.jpg

Link to comment
Share on other sites



  • Posts

    HernanF

    Posted

    Le trois-mâts ARA Libertad, navire-école de la Marine argentine, restera jusqu'à mercredi dans la base navale de Toulon, sa troisième escale européenne du 50e Voyage de formation. Photo : Valerie Le Parc

    Bouchon-Gras 49

    Posted

    Le voilier-école ARA Libertad est arrivé hier à Toulon pour quelques jours de relâche. (Source : CECMED / Marine Nationale)  

    Bouchon-Gras 49

    Posted

    Bonjour, Comme Fred, je les touche deux mois après suivant la date de la période. Dans la Marine le sabre est délivré gracieusement (ça vaut tout de même 600 euros), j'ose penser que c'est pareil au SSA.

    Fred689

    Posted

    Merci de passer par la case "Présentation".

    Fred689

    Posted

    Non officiellement il ne le peut pas mais il y en a qui font des "extras" sans que la hiérarchie ne soit au courant, à l'armée on dit "Pas vu, pas pris". Sur Paris il n'y a pas de régiment positionné, il y a un centre de recrutement à Nogent au fort de Nogent pour être précis. Il se peut qu'il soit en mission "sentinelle" mais je doute qu'ils aient le temps de faire des extras. Pas d'appartement avant les 5 ans de présence à la légion si mes souvenirs sont bons, ni voiture, ni épouse (officiellement déclarée).
×
×
  • Create New...