Jump to content

Les réservistes bénévoles ?


Recommended Posts

Voilà, tout est dans le titre.

 

Personnellement, réserviste dans l'Armée de Terre depuis deux ans, il m'est souvent arrivé d'aller au régiment (40 bornes aller / 40 retour) pour des formalités administratives, mat cat. Il m'est aussi arrivé de m'y rendre pour donner un coup  de main, sans réellement être payé.

 

Cependant, cet article et les phrases qui y sont cités me font penser que l'on est bien dans une drôle d'époque . . .

 

Il est déja diffiçile d'avoir des convocs, des formations intéressantes et des missions, alors si maintenant il faut tout payer de sa poche, qu'adviendra t-il ?

 

Qu'en pensez-vous ?

 

http://www.lepoint.fr/editos-du-point/jean-guisnel/les-reservistes-appeles-a-passer-au-benevolat-26-03-2013-1645698_53.php

 

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur

Personnellement je suis assez surpris, pas que l' on discute une fois de plus de la réserve, tout les ans la réserve est remise en question. Entre les jaloux qui se scandalise que l' on soit payé, ceux qui trouve la somme dépensé est énorme ceux qui veulent faire des économies... On a le choix !

Soyons réaliste un réserviste coute moins chère qu' un actif, car on l' utilise ponctuellement quand l' institution a un besoin, le cout des formations sont minis, puisque l' on prend en général les gens ( anciens d' active ) déjà formés et on utilise leurs compétences déjà acquises !

 

Qui en France travail gracieusement ?

Le dicton ne dit il pas " tout travail mérite salaire "

 

Les " jeunes " issus de FMIR, étudiants dans le civil, le font par passion mais aussi pour gagner un petit pécule. Ces gens là irons faire un autre job d' été !

Les " jeunes anciens " ( comme moi, 30/50 ans ) même si on le fait par passion et par conviction, il faut bien vivre. N' oublions pas que trente jours de réserves, c' est quatre semaines, or dans le privé, il y a cinq semaines de congés payés. Qui est prêt à les sacrifier !

Les plus " anciens " ( 50/60 ans ) le font parce qu' ils aiment l' institution et  pour arrondir leurs fin de mois.

 

Je doute qu' une telle idée soit viable, on a tous besoin d' argent et si certain sont prêt aux sacrifices, nos Armées risquent d' être surprises, du nombre, sans compter que l' on ne peux pas avoir la même exigence de qualité de travail, envers un bénévole !

 

Les seules bénévoles actuellement, sont les réservistes citoyens !

 

Je vous renvoie vers l' entretien avec le contre amiral de Roquefeuil, parue dans Cols Bleus N° 3010 du 23 mars 2013, p 29 : http://fr.calameo.com/read/0003318765a16e4aed42f où à aucun moment il est question de bénévolat !

Link to comment
Share on other sites

  • Spécialiste

Salut

 

je vois mal comment ça peut passer au niveau légal.

Demander à 2 personnes exerçant un même emploi mais à 2 niveaux différents de rémunérations (l'un à temps complet, l'autre partiellement bénévole si j'ai bien compris l'article) engendrerait une inégalité sociale peu compatible avec la loi de parité.

Il y a peu,  les réservistes ont été cités par la cours des comptes pour la différence de traitement vis à vis des actifs sur l'exonération de déclaration de revenu issu de la réserve.

La 2ème chose, c'est que ça peut engendrer une dérive sur l'emploi croissant de personnes bénévole pour des postes rémunérés et là encore, ça va coincer.

Bref, malgré tout le respect que je dois au contre-amiral Antoine de Roquefeuil, je pense que c'est une façon très malhabile de parler du manque de moyen octroyé à la réserve malgré sa nécessité. Je n'imagine pas qu'il puisse parler au 1er degré et préfère y voir une façon professionnelle de parler d'un problème croissant.

 

La 1ere chose serait déjà de régler une fois pour toute la question de faciliter le dégagement des réservistes de leur emploi civil au profit des armées sans risque de se faire virer, mal noté ou persécuter. Comme le dit Bouchon gras, on bricole pour se libérer mais au final, ça ne reste que moins de 30 jours par an et ça nous ampute nos vacances en famille.

Cela permettrait d'employer plus longtemps les réservistes en développant l'emploi, la formation et l'entretien d'un personnel assidu.

La réserve a un effectif plétorique mais au final, il n'est employé que 22,9 jours/an. C'est trop peu pour pouvoir compter sur une réserve motivée, entretenue et disponible sous faible délai sans préparation démesurée.

De là, la défense pourrait compter sur un effectif de renfort plus spécialisé et de ce fait, diminuer un peu ses effectifs engagé en compensant par un effectif disponible  ponctuellement sans avoir à le payer 365 j/an. Sans compter l'économie des permissions ;)

Link to comment
Share on other sites

Au sujet de ce que coûte un réserviste, j'ai fait un calcul qui risque de m'ammener certaines animosités de la part des gens d'active ... mais bon ...

 

Quand je fais une période de 5 jours, je suis payé 5 jours.

Dans le même temps les actives ne font que 4 jours. En effet, ils ont une demi journée de sport (que je fais le samedi ou le dimanche) et il n'y a pas grand monde le vendredi après-midi. Les actives sont payés le WE et ont un jour de plus. En effet chaque semaine de travail donne presque droit à un jour de perm (45+ les jours fériés). Donc si l'on fait le compte, ça fait 8 jours soldés pour 4 jours de travail.

 

Je compare ce qui est comparable, c'est à dire un boulot de réserviste qui bosse en France, à terre et sur un boulot plutôt administratif.

Donc, pour ce qui est comparable, un réserviste est déjà à moitié prix. Les charges sociales sur la feuille de paye sont en grande partie fictives ce qui doit bien à nouveau baisser le prix de 20 à 30%. Alors du boulot gratuit, on en fait déjà pas mal.

 

Pour le vrai boulot gratuit, j'ai zéro jours soldés depuis le début de l'année et pourtant je suis déjà à 3 demi-journées passées à l'arsenal (formalités administratives et visite médicale).

Il faudrait que je repasse mon CATi ce qui va à nouveau se faire hors période.

 

Pour le vrai boulot gratuit, il y a un statut : collaborateur bénévole du service public. 

La DRIMM organise certains stages d'information où les réservistes sont placés sous ce statut. Comme d'habitude, quand il s'agit de réduire les coût on est toujours en avance dans la Marine. Car à près tout "on" fait déjà ce qui est suggéré depuis quelques années.

 

En clair un truc pondu par quelqu'un qui visiblement n'est pas au courant des réalités. 

Link to comment
Share on other sites

 @ Pendé: la dualité "bénévole" et salarié existe déjà: regardes croix rouge, protection civile etc.... Donc trouver une pirouette juridique pour que le personnel sous ESR devienne bénévole ne sera pas bien difficile...

 

 

@YZ: tu oublies dans ton calcul que l'active paye des impôts sur ce qu'il touche donc en revesre une partie, le sport fait partie intégrante du métier et tu ne comptes pas les heures sup gratos effectuées..... Quand au fait qu'il n'y ait personne le vendredi AM, il ne s'agit que de l'application des 35H, valable pour tous... Que l'on fasse plus durant nos convocs n'est que notre problème de "bon vouloir" et donc que dire des cas où nous sommes de repos en étant convoqués??? Donc il ne sert à rien d'opposer réserve et active, les statuts sont différents, les activités et missions aussi.

 

Donc plutôt que de taper sur l'active, nettoyons devant notre porte: sous off sups convoqués pour pas grand chose le WE, jous très nombreux réalisés par des officiers sups pour des missions dignes de militaires du rang et je ne parle même pas du budget réserve alloué aux assoc dites patriotiques d'officiers de réserve....

N'oublions pas d'ailleurs que pour beaucoup, la réserve correspond à la vision qu'ils ont au travers de ces assoc'

Link to comment
Share on other sites

  • Spécialiste

 @ Pendé: la dualité "bénévole" et salarié existe déjà: regardes croix rouge, protection civile etc.... Donc trouver une pirouette juridique pour que le personnel sous ESR devienne bénévole ne sera pas bien difficile...

 

(...)

Comme quoi personne n'est parfait ;)

 

Il n'y aura pas de pirouette: y a la réserve citoyenne avec des missions bien définis pour les bénévoles.

 

Revoyons le code de la défense :

 

D'une part :

 

 

Article L4211-5

Ont la qualité de militaires les réservistes quand ils exercent une activité pour laquelle ils sont convoqués en vertu de leur engagement à servir dans la réserve opérationnelle ou au titre de la disponibilité.

 

 

Des militaires qui bossent bénévolement, c'est un paradoxe....

 

 

y a bien une porte pour les bénévoles : l’honorariat.

 

En dehors des activités de service mentionnées à l'article L. 4211-5, tout réserviste ou ancien réserviste qui a obtenu l'honorariat peut être admis à participer bénévolement à des activités définies ou agréées par l'autorité militaire, parmi lesquelles figurent des actions destinées à renforcer le lien entre la nation et son armée. Il est alors collaborateur bénévole du service public. Il est soumis à l'obligation d'obéissance hiérarchique et de discrétion pour tout ce qui concerne les faits et informations dont il a connaissance au titre de ces activités.

 

En gros, y a un pré requis pour être bénévole: l’honorariat donc ne plus être dans la RO.

 

Franchement, je vois plus ça comme un moyen de faire parler du manque de moyen dans la RO plutôt qu'une proposition fondée.

Link to comment
Share on other sites

L'article dont tu parles pendé met en avant le statut lors d'une convocation, mais

1/ la relation entre statut et rémunération n'est pas stipulé

2/ tu sais bien qu'un changement de loi est bien simple

 

 

Quoi qu'il en soit, n'oublions pas que dans cette proposiion qui fait plus parler que preuve d'efficacité (car je ne pense pas qu'elle sera mise en application), l'accord du réserviste sera nécessaire!

 

Le plus inquiétant par contre n'est pas ce qui est proposé mais qui le propose....

 

Par contre, je pense que ce type de mesure pourrait être intéressant dans certaines situations:

le réserviste qui souhaite participer à une cérémonie: remise de galon, f^tes de l'arme ou régimentaire

challenges sportifs

etc...

Link to comment
Share on other sites

L'article dont tu parles pendé met en avant le statut lors d'une convocation, mais

1/ la relation entre statut et rémunération n'est pas stipulé

2/ tu sais bien qu'un changement de loi est bien simple

 

 

Quoi qu'il en soit, n'oublions pas que dans cette proposiion qui fait plus parler que preuve d'efficacité (car je ne pense pas qu'elle sera mise en application), l'accord du réserviste sera nécessaire!

 

Le plus inquiétant par contre n'est pas ce qui est proposé mais qui le propose....

 

Par contre, je pense que ce type de mesure pourrait être intéressant dans certaines situations:

le réserviste qui souhaite participer à une cérémonie: remise de galon, f^tes de l'arme ou régimentaire

challenges sportifs

etc...

 

Oui, d'accord avec toi. Je pense qu'on devrait pouvoir permettre par la voie du "bénévolat" (c.à.d sans solde), la participation volontaire sous statut réserve (c.à.d autorisation d'absence, 1/4 place transport ...etc...) à un certain nombre d'actions à définir, voire à déterminer au niveau du régiment en autorisant un ordre de mission "bénévole" au niveau du chef de corps. (Prises d'armes, défilés, cérémonies, présentation de matériels ....)

Bon c'est sûr que ça concernera plutôt les anciens de mon âge en bout de piste, mais c'est aussi de nature par l'exemple à "dématérialiser" la réserve chez les jeunes qu'on encadre.

"Les exemples vivants sont d'un autre pouvoir." (Le Cid)

Link to comment
Share on other sites

Dans le statut de collaborateur bénévole du service public, les personnes qui sont convoquées peuvent recevoir un BUT qui leur permet de voyager gratuitement (et même en première classe pour les officiers).

Par contre si ils prennent leur voiture c'est 25% du tarif seconde classe SNCF. Le 25% étant sans doute justifié par la réduction dont les réservistes ne bénéficient pas !

Link to comment
Share on other sites

  • Spécialiste

Je ne trouve pas de trace certifiant la rémunération

Je ne sais pas sur quoi se base le site officiel, mais c'est marqué noir sur blanc.

http://www.reserves.terre.defense.gouv.fr/spip-unites/article-v2.php3?id_article=42

 

(...)Le personnel de réserve bénéficie, pour les activités effectuées, de la même solde et des accessoires qui s’y rattachent que les militaires professionnels de même grade.(...)

Peut être que je me leurre mais je doute que ce soit si simple d'ajouter une autre vitesse à la réserve.

 

@ Marty : L'article du code ne met pas de relation entre le statut et la convocation certes, mais je te défi de trouver une ligne citant "militaire bénévole". ça consisterait à créer une aberration légale disant qu'on pourrait faire travailler un militaire sans le payer. 

Sur un autre plan, retirer voir seulement modifier l'article L4211-5 priverait le réserviste aux droits à prétendre aux mêmes conditions qu'un actif sur bien des plans législatif et réglementaire. Tout comme ça priverait l'armée d'employer un réserviste selon les spécificités militaires.

 

Maintenant, modifier une loi pour y inclure une disposition permettant de bénéficier d'une convocation comportant les avantages accessoire sans la solde va faire arracher des cheveux à ceux qui en ont encore.

Différencier ces 2 modes de convocations risque de comporter également des soucis au niveau CIAS, centre qui continue de "louvoyer" avec son système de solde.

 

A l'impossible nul n'est tenu. Mais toucher une ligne du code de la défense peut avoir des conséquences sur bien des articles de ce code.

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur

Donc plutôt que de taper sur l'active, nettoyons devant notre porte: sous off sups convoqués pour pas grand chose le WE, jous très nombreux réalisés par des officiers sups pour des missions dignes de militaires du rang

 

Bonjour

C'est bien la 1ère fois que j'entends un réserviste parler comme celà. Je veux dire, avec cette lucidité. Bon, ça commence à faire un moment que je n'ai pas franchi les grilles du quartier, mais c'est vrai qu'on a pu à l'origine de la RO constater bien des abus. Pléthore de sous/off sup (majoritairement anciens d'active) pour encadrer des JAPD par exemple. Je me souviens même d'un off sup, récent ancien d'active lui aussi, faisant la tournée de la Région Terre pour expliquer aux petits ignorants que nous étions, ce qu'allait impliquer le passage à l'euro. Alors qu'un jeune aspirant aurait pu largement s'acquitter de cette tâche. Entre ses journées de solde, et les frais de déplacement, la gâche était bonne!

Je veux croire qu'un peu d'ordre a été remis là dedans depuis.

 

Ensuite, faire appel aux réservistes, si je peux faire une comparaison avec le civil, c'est un peu comme une entreprise qui fait appel à un intérimaire spécialisé. Pour répondre à une demande ponctuelle, on va chercher une personne qui assurera la fonction le temps d'une mission. Et il ne viendrait à personne l'idée de ne pas payer cet intérimaire. Pourquoi en serait-il alors différemment avec un réserviste?

Link to comment
Share on other sites

Il est clair qu'il y a parfois du sur-encadrement. Mais quand j'ai fait de la JAPD on était limité à trois galons, les quatre devaient faire 15 jours payés 12.

Mais il est clair qu'il y a eu des abus (par exemple des civils de la défense qui faisaient une période dans leur propre poste, en continuant à être payé (oui, payés deux fois pour le même boulot));

 

Après il est pas évident de trouver des personnel qualifiés avec des petits grades. Les gens qualifiés sont des anciens ou alors on a des gens qui sont "adaptables", ci qui signifie au moins un bac+3. Pas évident de dire à cette personne qu'il va commencer avec un rang très faible, que de fait va le bloquer pour la suite.

 

L'avancement dans la réserve obéi à la règle "pas plus vite que l'active". En soit c'est une bonne chose, mais si une personne est qualifiée il faut qu'elle "saute des niveaux et ça n'est pas évident, même si c'est possible dans les textes.

 

En ce qui me concerne je n'ai pas été content de changer de grade. Je coûte plus cher, mon nombre de jour déjà réduit a encore été réduit ! Heureusement que j'ai trouvé un nouveau poste plus adapté à mon grade (enfin, au niveau de la fiche de poste).

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur

Oui, enfin monter en grade fait toujours plaisir ! :vertsiffle:

 

Au début de ma réserve et venant de quitter l' active j' avais le grade de second maitre, grade que j' ai conservé neuf ans,  je voyais arriver des petits jeunes qui au bout de trois ans de réserve ( ça a été modifié depuis ! ) ce retrouvaient avec le même grade que moi mais avec une sacré carence dans l' emplois. Quand je vois des gens obtenir des galons, parce-que ils font reconnaitre un diplôme :vertclope:  ( et non une qualification ) je trouve ça anormal ! ( couteux et inutile pour les Armées ! )

 

WankeeZulu,  je me sent un peu insulté, quand je lis ; une personne qualifié ou adaptable et une personne ayant au moins un bac + 3 ! :vertchoc: 

Mais bon c' est le reflet de la société civil !

Dans mon travail, il y a plus d' ingénieurs et de techniciens supérieurs, que d' ouvriers, ils nous disent : " vous n' êtes pas des techniques " mais des qu' il y a des travaux un peu hors du commun, ils viennent nous voire et nous disent : " comment on peut faire ".

 

Ensuite pour revenir aux galons, le fait d' évoluer en grade, a qu' une toute petite incidence sur la solde, c' est l' échelle qui compte !

Aujourd'hui, je suis premier maitre est mon plaisir n' est pas l' augmentation de ma solde, par rapport à l' avancement mais le plaisir d' encadrer des jeunes de leurs transmettre les quelques connaissances militaires que je possède et la culture Marine, qui parfois se perd mais dont beaucoup sont friand !

 

Quand à l' histoire des cérémonies, pas besoin " d' ordre de mission bénévole " pour y assister !

Cela fait treize ans que je suis porte drapeaux " bénévole ", car j' y passe du temps, je me déplace et des fois le temps n' y est pas ( tenue trempée, donc pressing ), je n' ai jamais eu d' ordre de mission, ni de témoignage de satisfaction !

 

Bero, c' est pour ça que dans la Marine les réservistes sont surnommés les " interimer " ! :vertrire:

Link to comment
Share on other sites

WankeeZulu,  je me sent un peu insulté, quand je lis ; une personne qualifié ou adaptable et une personne ayant au moins un bac + 3 ! :vertchoc:

 

Loin de moi l'idée de t'insulter. Quand je parle de gens "adaptables" je parle des nouveaux qui entrent dans l'institution.

Vu la structure de notre système scolaire actuel, j'ai fait cette constatation. Bien sur comme chaque cas est individuel il faut tenir compte des exceptions.

 

En ce qui concerne les "anciens" (ce n'est pas une insulte on doit avoir en gros le même âge), il y a pas mal de gens intelligents qui n'ont pas fait d'études et qui ont une bonne expérience professionnelle. Ces gens là sont précieux ... mais les "chefs" s'en rendent compte seulement quand ils ont un problème. 

 

Voilà, désolé encore si j'ai pu laisser croire que j'étais insultant.

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur

Salut WankeeZulu,

 

Lorsque je dis : " je me sens un peu insulté " ( ou plutôt révolté ), ce n' est par toi directement mais par " la pensé " actuel qui rabaisse les gens et que tu exprimait là !

A savoir que dans notre culture actuel il faut avoir un minimum un BTS, pour commencer à valoir quelque chose !

 

Ma mère a fait toute sa carrière dans la fonction publique, elle a fini comme secrétaire de direction, avec seulement un CAP de dactylo. Mon père était imprimeur et possède un CAP de typographe. ( ce n' est plus imaginable de nos jours )

Dans l' établissement où je travail, il recherche un jardinier, qui doit posséder au minimum un bac pro.

Pour avoir le grade de ... ouvrier professionnel ( niveau cap ) son travail sera ; en automne/hiver soufflet et ramasser les feuilles mortes des arbres et et printemps/été tondre les pelouses. Aberrant, non ?

Voila pour ce petit  :hors: mais qui ne l' est pas tant que ça, il y a peu de temps l' APER me disait ( une personne très bien, que tu connais ;) ) elle m' expliquer que Alfusco avait donné comme consigne aux GFM et Cifusil de ne plus employer d' OMS ® non BS et ça va plus loin puisque ils retirent les OMS ® déjà en poste, ( je ne parle pas de moi ! ) donc compétent. ( bravo pour la reconnaissance des compétences !  )

 

A coté de ça je connais un gars qui a l' issus de son service ( QM1 ) c' est retrouvé second maitre, puis il a obtenue une licence équestre ...;  il est donc passé tout naturellement...;  EV2.

 

Et cette miss, qui faisant des études de psychologie et rentrée directement sous ESR comme second maitre ( nous nous devons nous battre pour en obtenir un ESR ) , elle a démissionné le deuxième jours, car elle ne supportait pas de ce lever tôt le matin ( 6h30 ) !!! Elle a comme projet de devenir psychologue des Armées, ceux qui te disent si tu es apte ou non !

 

A méditer !!!

Link to comment
Share on other sites

Il ne faut pas oublier de plus et les derniers posts en attestent que les armées ont des fonctionnement totalement différents vis à vis de leurs réservistes.

 

Dans l'armée de terre, les réservistes globalement "restent entre eux" pour les périodes d'instruction voire même pour les missions, la signature d'ESR n'est pas vraiment un problème et la formation initial est sous statut ESR contrairement à la Royale par ex..

 

Au regard du turn over en fin de FMIR, je pense d'ailleurs que celle ci devrait se faire pré-ESR ce qui permettrait de s'abstenir de rémunération ( l'été dernier,quasiment 1200€ pour à peine 15 jours, solde + primes terrain incluses..) et aussi de ne pas fournir de paquetage complet à des gens qui ne reviendraient pas....

Link to comment
Share on other sites

De ce côté là on a un filtre dans la Marine, car la FMIR est ouverte seulement aux personnes qui ont fait une PMM. Ca limite un peu la casse.

 

Pour revenir sur le "hors sujet" des diplômes, il faut voir les niveaux de qualifications actuels. Quand plus de 75% d'une classe d'âge atteint le BAC (77,5 l'an dernier) le bac n'a plus aucune valeur dans un sens de différenciation. On est donc forcé de chercher plus haut. Il faut relativiser les diplômes par rapport à leur année d'obtention ... ce qui n'est jamais fait. Difficile d'expliquer à des parents que la licence (bac+3) de leurs enfants est moins sélective que le bac qu'ils ont pu avoir.

Dans le même temps, on ne reconnaît pas assez les qualifications acquises par les personnes au cour de leur vie.

Toujours dans le hors sujet, je me permet de signaler l'existence de la validation de acquis de l'expérience (VAE) qui permet d'obtenir de diplômes de l'éducation nationale.

Pour ceux qui sont intéressés : http://www.vae.gouv.fr/

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur

Merci pour l' info VAE. ;)

 

Je suis entièrement en accord avec toi, on ne reconnait pas assez les qualification acquises.

 

Pour les FMIR, petite précision, si elles ne sont seulement ouverte aux personnes ayant fait une PMM, le nombre est très limité et la plus part des jeunes se retrouvent avec la spé ; SERGE ( service général ), c' est à dire " bon à tout ", sans vouloir être péjoratif !

Et leurs avenir en tant que tel est vite limité.

 

Quand au paquetage, c' est rapide, la Marine nous délivre, quand elle le peut, les effets spéciaux, le reste étant en notre possession.

 

 

attachicon.gifJNR.jpg

 

A jeudi !

 

Moi non plus, je n' y serai pas, en premier ça se déroule en semaine, la plupart des réservistes ont une activité professionnel ( tant mieux ! ), ensuite les programmes ciblent essentiellement les jeunes, lycéen et étudiants, futurs réservistes.

Link to comment
Share on other sites

  • Spécialiste

J'adore avoir raison :

 

(...)Quoiqu’il en soit, nous nous sommes rendus compte que cette nouvelle disposition n’était pas légale aux yeux de la loi et que ce serait dangereux de basculer, même partiellement, vers du bénévolat. Il n’est pas question d’adopter une telle disposition.(...)

Link to comment
Share on other sites

Merci à tous pour vos réponses et à la discussion qui s'est formé ici!

 

Heureux de voir que ça fait machine arrière!

De toute manière, à l'armée, rien que pour être couvert, il faut être convoqué, et donc payé!

Et, à partir de ce constat, force était de constater que ce projet était irréalisable.

 

 

A quand une augmentation des PPA ?

Pour ma part, je n'ai pas pu participer au dernier w-e de l'année et au contrôle Guépard Réserve géant car j'étais déja à 62 jours ....

 

Quand je vois que certains font 5/10 jours par an histoire de se faire mousser.

Quand à l'infime minorité de réservistes MDR qui continue réellement après la FMIR, ça fait rêver, ou pleurer, au choix.

  • Like 2
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.



  • Posts

    Bouchon-Gras 49

    Posted

    C'est avec tristesse que nous apprenons la disparition à 97 ans de Reginald Basque, vétéran de la 4ème Division Canadienne débarqué sur Juno Beach, combattant dans la terrible bataille de la poche de Falaise, dans le nord de la France, en Belgique, aux Pays-Bas et en Allemagne. Blessé dans les dernières heures du conflit, il avait été fait Chevalier de la Légion d'honneur par la France en 2020.  Reginald Basque nait le 11 juillet 1924 à Watervilk dans le Maine. Ses parents, Edmond Basque et Marguerite Le Breton, sont des Canadiens installés aux États-Unis. Reginald a 9 ans lorsque la famille repasse la frontière et s'installe au Québec, en 1933. En 1939, la Seconde Guerre mondiale débute en Europe : Reginald veut s'engager, mais il vient tout juste d'avoir 15 ans ! Il lui faut attendre début 1943 : il a alors 19 ans et décide de rejoindre l'armée canadienne. Volontaire, il est officiellement engagé le 19 mars 1943. Pendant plusieurs mois, il va suivre un entrainement dans différentes villes au Canada. Finalement, en décembre 1943, il quitte son pays à bord du RMS Mauretania, un paquebot transatlantique transformé en navire de transport de troupes. Reginald appartient au Lake Superior Regiment, qui est intégré à la 4e Brigade blindée de la 4e Division blindée canadienne. Le 21 décembre 1943, l'unité débarque à Liverpool. Commence alors une longue période d'entraînement et de préparation au débarquement. Le 25 juillet, Reginald et ses camarades débarquent en France sur Juno Beach, à Courseulles-sur-mer. Si les opérations le long des plages sont terminées, le Lake Superior Regiment est immédiatement déployé, dès le 1er et jusqu'au 23 août 1944, dans la terrible bataille de la poche de Falaise, qui voit les Alliés écraser les forces allemandes. Reginald combat par la suite vers la Seine, qu’il franchit le 28 août. Son régiment se dirige vers le nord de la France en passant par Forges les Eaux, Gaille-Fontaine, Orival, Hornoy, Warlus, Sorel. L’objectif suivant est la Belgique occupée : le régiment traverse les villes de Saint Riquier, Domvast, Marcheville, Le Boisle, Hesdin, Saint Omer. Puis le régiment combat à Bergues qu’il libère après dix jours de violents combats, le 16 septembre 1944. Mais la guerre continue : d'abord en Belgique, puis aux Pays Bas. Finalement, en 1945, l'unité passe en Allemagne. Reginald y est blessé ... le 7 mai 1945, quelques heures avant que la fin de la guerre ne soit annoncée ! Reginald reste quelques mois en Europe : son régiment est officiellement dissous le 15 février 1946. Reginald est renvoyé au Canada pour y être démobilisé la même année. Titulaire de nombreuses médailles et décorations, Réginald Basque sera élevé, en 2020, au grade de chevalier de la Légion d'honneur par la France, comme 1200 autres Canadiens membres de l’Ordre de la Légion d’Honneur pour leur participation à la libération de la France. Réginald Basque est décédé il y a quelques jours à Tracadie, en Nouveau-Brunswick, à 97 ans. (Source : La Semaine Acadienne, Centre Juno Beach / Juno Beach Centre & Ministère des Affaires étrangères/Passionmilitaria)   C'est avec tristesse que nous disons aurevoir à Edward Shames, vétéran du 506 PIR de la 101e Airborne, qui nous a quitté à l'âge de 99 ans. Engagé comme simple soldat en septembre 1942, il est breveté parachutiste et intègre la I Co du 3/506. Le 6 juin 1944, il participe à la Mission ALBANY en Normandie en tant que Sergeant. Promu 2nd Lieutenant, il est ensuite transféré à la E Co du 2/506 avant la campagne de Hollande puis celle des Ardennes en Belgique. (Source : Airborne Muséum)  

    Loulou_006

    Posted

    D'accord merci beaucoup pour vos conseils ! 

    Bouchon-Gras 49

    Posted

    Loulou_006, j'ai supprimé la fin de ton message, je pense que tu tiens à lui, pour sa sécurité évite ce genre de précision. Suivant ce que j'ai pu lire, il te contactera dés qu'il le pourra, j'en suis certain et en attendant comme le dit le proverbe "pas de nouvelle, bonne nouvelle". Il faut t'occuper l'esprit, travail, sport... si vraiment cela est difficile, rapproche toi de son unité et des conjointes de ses camardes avec qui tu pourras parler librement et comme eux vous pourrez vous serrer les coudes. Courage et n'oublie pas discrétion.

    Loulou_006

    Posted

    Il est dans ..................

    Bouchon-Gras 49

    Posted

    Chevalier des air, le Marquis Bernard Henri Marie Léonard Barny de Romanet est un pilote qui figure parmi les plus glorieux as français de la Première Guerre mondiale.   Élève doué et très studieux, il fit ses études à Chalon-sur-Saône, au collège des Minimes, puis chez les Jésuites à Villefranche-sur-Saône (au collège de Mongré que fréquentèrent notamment Pierre Teilhard de Chardin et Antoine de Saint-Exupéry) avant de venir passer, son baccalauréat de philosophie en poche, celui de mathématiques élémentaires au lycée Lamartine de Mâcon. Le Marquis Bernard Henri Marie Léonard Barny de Romanet devant le Spad-Herbemont, (S.20bis6) 9 octobre 1920. (Agence Meurisse 84138/BnF) Entré dans l’armée en octobre 1913, il est cavalier au 16e régiment de chasseurs à cheval en 1914 lorsque la guerre éclate ; avec le grade de maréchal des logis, il s’y distingue par sa bravoure. Il est cité à la suite d'un combat au cours duquel, mettant pied à terre, il relève l'un de ses cavaliers blessés. On le voit aussi, se retournant sur sa selle, tuer net un uhlan qui le poursuivait. Il entre dans l’aviation en juillet 1915. L'aéronautique le passionnait depuis qu'il avait pu assister en 1912 à une exhibition du pilote Marius Lacrouze sur avion Déperdussin. Il effectua un premier vol d’entraînement le 14 décembre 1915 et fut breveté pilote le mois suivant. En juillet 1916, en tant que sous-officier observateur, il fut engagé dans l’aviation d’observation sur le front de la Somme ; au sein de l'escadrille C 51, il y effectua des vols de reconnaissance et de réglage d'artillerie. Mais il voulut s’adonner à la chasse et, devenu officier pilote, il obtint en avril 1917 d’être affecté dans une autre escadrille : l’Escadrille Spa37, formation au sein de laquelle, le 3 mai 1917, au-dessus de Craonne, il remporta sa première victoire aérienne, ce qui lui valut la médaille militaire. Entre mars et octobre 1918, il descendit seize autres appareils ainsi qu’un drachen. Totalisant dix-huit victoires officielles, Bernard Barny de Romanet termina la guerre à la dix-septième place au classement des meilleurs as français de la Grande Guerre. En octobre 1918, il est promu au grade de lieutenant et le commandement de l’escadrille Spa167 lui est confié, escadrille créée à cette date pour devenir la cinquième escadrille du groupe de chasse 12 ; entre le 4 et le 29 octobre, il y remporta ses huit dernières victoires. Bernard de Romanet près de son biplan Spad, en 1920.   Après la guerre, Bernard de Romanet – dont la famille résidait l’hiver au premier étage de l’Hôtel Senecé, siège de l’Académie de Mâcon – devint pilote d’essai et s’attaqua à plusieurs records. Il entra en juin 1919 chez Breguet comme conseiller commercial puis chez Nieuport comme pilote de compétition. Participant à de nombreuses épreuves, il fut trois fois recordman du monde de vitesse sur avion en 1919 et 1920 (vitesses atteintes : de 268 à 309 kilomètres à l’heure) puis sur hydravion (211 kilomètres à l’heure en avril 1920). Le 9 octobre 1920 notamment, il battit le record de vitesse pure, atteignant la vitesse de 292,62 kilomètres à l’heure à bord d’un SPAD-Herbemont doté d'un moteur Hispano-Suiza de 300 CV de puissance, record de nouveau battu le lendemain par l'aviateur Sadi-Lecointe (296,69 kilomètres à l'heure). Un peu plus tard, le 28 septembre 1920, il se classa deuxième au classement de la Coupe aéronautique Gordon Bennett organisée à Étampes, sur avion Spad S.XX bis-5, juste derrière Joseph Sadi-Lecointe. C’est à Étampes-Villesauvage (Essonne), alors qu’il s’entraînait en vue de la Coupe Deutsch de la Meurthe, que Bernard Barny de Romanet se tue le 23 septembre 1921, l’entoilage de son avion, à savoir un appareil modifié de 300 chevaux passé de biplan à monoplan pour être plus rapide, s’étant arraché en vol, provoquant sa chute de quelque 100 mètres d'altitude. Il était âgé de vingt-sept ans. Bernard Barny de Romanet repose à Mâcon, au cimetière Saint Brice. Photo Original téléversé par Frikar sur Wikipédia français. — Transféré de fr.wikipedia à Commons par Bloody-libu utilisant CommonsHelper., CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=20410088   Décorations :    Chevalier de la Légion d'honneur.  Médaille militaire.  Croix de guerre 1914-1918. (Source : Wikipédia)
×
×
  • Create New...