Jump to content
Search In
  • More options...
Find results that contain...
Find results in...

Recommended Posts

Je me lance donc pour les questions :

- combien de temps dure une formation pour un médecin militaire avant qu'il aille sur le terrain ? Y a-t-il une école de formation en Normandie ?

- Sur le terrain, peut-il pratiquer dans  des hôpitaux, des dispensaires et donc s'occuper de civils ou suit-il uniquement des militaires en mission ?

- Si son épouse est infirmière, y a-t-il possibilité qu'elle le suive dans ses affectations ?

- Combien de temps dure une affectation ? Dans l'Education  National, un poste dans les Dom Tom, c'est 4 ans, renouvelable.

Pour l'instant, ce sont les questions principales... Oui, ok, comme ça cela a l'air tordu mais ces infos sont essentielles pour que mon intrigue n'ait pas l'air tordu...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Admin

Bonjour,

Je ne peux répondre à tout mais ;

il y a 6 minutes, luciedm1 a dit :

Y a-t-il une école de formation en Normandie ?

Non, école de santé de Lyon et avant il y avait l'école de médecine de la Marine à Rochefort et Bordeaux.

il y a 8 minutes, luciedm1 a dit :

- Sur le terrain, peut-il pratiquer dans  des hôpitaux, des dispensaires et donc s'occuper de civils ou suit-il uniquement des militaires en mission ?

Hôpitaux de campagne, ils soignent les militaires et les civils, bien sur ça dépend du moment, du lieu...

il y a 10 minutes, luciedm1 a dit :

Combien de temps dure une affectation ? Dans l'Education  National, un poste dans les Dom Tom, c'est 4 ans, renouvelable.

Il y a différentes sortes d'affectations ; les campagnes comparable aux affectations de l'éducation nationale et il y a les OPEX.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Admin

Je te rajoute ce lien qui t'expliqueras l'origine des écoles de médecine et la formation des médecins :

https://fr.wikipedia.org/wiki/École_de_santé_des_armées

 

Notamment ça répond à la question :

 

il y a 58 minutes, luciedm1 a dit :

- combien de temps dure une formation pour un médecin militaire avant qu'il aille sur le terrain ?

Formation des médecins des armées

Le bachelier qui s'engage comme médecin militaire signe un contrat qui le lie au service de santé des armées pour une durée égale à deux fois le temps à la faculté plus trois fois le temps passé en internat (soit 2×6 + 3×3 = 21 ans pour un médecin généraliste), études comprises. En cas d'échec ou d'abandon d'études,il doit alors rembourser la totalité de ses soldes perçues, majorée par un coefficient de 1,5.

Les élèves, recrutés par un concours très sélectif après le baccalauréat, à l'issue de la PACES (première année commune aux études de santé) ou de la DFGSM3, suivent un double cursus : - la même formation universitaire que leurs camarades civils, répartis dans les deux facultés de médecine de Lyon (UFR Lyon Est — fusion des trois anciennes facultés du pôle Est : Grange Blanche, RTH Laënnec et Lyon Nord —, ou UFR Lyon Sud) - une formation médico-militaire complémentaire d'un total de 1800 heures réparties sur les 6 ans d'études. Cette formation est reconnue par un mastère spécialisé de la conférence des grandes écoles remis en fin de 6e année.

Pendant la première année, les élèves bénéficient du soutien de professeurs détachés de l’Éducation Nationale sous la forme de colles écrites hebdomadaires, colles orales, quizz… Les élèves en échec sont autorisés à redoubler leur année à l'École après un conseil d'instruction.

Durant leur cursus universitaire, ils effectuent divers stages au sein des hôpitaux militaires et civils et subissent les épreuves classantes nationales ou ECN (ancien concours de l'Internat). En fonction de leur rang de classement, ils peuvent prétendre à une spécialité hospitalière ou de médecine générale et choisissent un hôpital d'instruction des Armées pour y effectuer leur internat. Actuellement, les postes de spécialité sont très limités (anesthésie-réanimation, chirurgie, psychiatrie majoritairement) et 80 % des élèves doivent se destiner à une carrière de médecin généraliste dans les forces.

Les Santards de 4e, 5e et 6e années bénéficient également de cours spécifiques tels que médecine tropicale, médecine du sport ou médecine d'urgence.

Cette formation est ponctuée et conclue par des stages à l'École du Val de Grâce (EVDG) à Paris. Comme tout médecin civil, les internes des hôpitaux des armées soutiennent une thèse afin d'acquérir le titre de Docteur en médecine.

Formation militaire des praticiens des armées

Elle représente 15 % de la formation totale. Dès l'incorporation, ils suivent une formation militaire initiale (FMI) de quinze jours où on leur enseigne des bases de culture militaire, topographie, exercices sur le terrain. Chaque élève apprend la base de premiers secours (PSC1).

Lors de leur passage en 2e année, ils effectuent la formation militaire complémentaire (FMC), en camp militaire, qui dure deux semaines. Elle approfondit la FMI en matière de culture militaire, avec notamment l'apprentissage de l'utilisation de l'armement ; de même, chaque élève passe l'épreuve du sauvetage au combat de niveau 1 (SC1). Le niveau 2 est quant à lui validé en fin de sixième année, avant l'internat.

En fin de 2e année, les élèves effectuent un stage en unité de trois semaines dans l'armée de leur choix.

En fin de 3e année, une ultime formation militaire spécialisée (FMS) de deux semaines leur est dispensée sur le site de l'École. En 6e année, ils effectuent un exercice de prise en charge des blessés de guerre sur le site de l'école.

Durant l'ensemble de leur cursus, les élèves participent à d'autres événements communs aux grandes écoles militaires comme le tournoi sportif des grandes écoles de la Défense (TSGED) ou encore le séminaire interarmées des grandes écoles militaires (SIGEM). Ils effectuent des gardes chez les pompiers de Paris, Marseille ou Lyon, des stages à l'étranger et passent des brevets militaires : brevet de parachutisme militaire, brevet de sport militaire, d'alpinisme militaire, monitorat de premiers secours, monitorat commando, CEFE, etc. Enfin, ils participent aux cérémonies commémoratives locales de Lyon et de Bron (8 mai, 11 novembre)et au défilé du 14 juillet à Paris.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Author of the topic Posted

Bonsoir,

C'est génial ! Je vais pouvoir piocher dans cette mine d'informations pour élaborer un personnage bien authentique.

Deux autres questions pour en finir avec le parcours de ce personnage : est-ce que la première mission est demandée par le médecin ou bien elle lui est imposée ?

Est-ce que ce parcours de missions est crédible ?

Fez, Marrakech, Tunis, Bordeaux, Grenoble, Bandrélé (Mayotte), Carcassonne, Cayenne, Kourou.

 

Merci encore  !

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Modérateur

A quelle époque ces missions?

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Author of the topic Posted

Les missions se seraient effectuées entre les années 80 et 2000.

Les lieux cités n'ont d'importance que dans la mesure où je les connais pour y avoir travaillé. J'accepte toute autre localité pour le vraisemblable. Je tiens juste à ce que l'existence de ce médecin se termine en Guyane...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Admin
Il y a 13 heures, luciedm1 a dit :

est-ce que la première mission est demandée par le médecin ou bien elle lui est imposée ?

La question est un peu ambiguë, car elle est soumise à divers facteurs :

- les médecins de la Marine, issu de Bordeaux étaient appelé à embarquer sur les différents navires dont les SNLE, c'est un peu leurs but.

- Pour partir en campagne, il faut "poser" son  volontariat. Une campagne c'est être affecté un temps défini dans un hôpital militaire hors du territoire métropolitain, Martinique, Guadeloupe, Nouvelle Calédonie, Réunion, Tahiti, Saint Pierre et Miquelon...

- Pour partir en OPEX, il faut être préparé, on ne part pas comme ça et là ce n'est plus de la médecine traditionnel mais de la médecine d'urgence et de guerre. Les médecin partent dans les convois et prennent autant de risque que les militaires partant au combat ( pour preuve le médecin qui a été tué l'an dernier au Mali ).

Maintenant un médecin militaire reste avant tout un médecin qui a prêté serment, donc sa fonction est de soigner les militaires et notamment les soldats blessés au combat mais il soigne également la population locale.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Admin

Bonjour, je me permets d’ajouter pour un peu d’humour, que dans les régiments où je suis passé, nous appelions le toubib, le « veto », pour exprimer à quel point nous lui faisons confiance ! 

Et nous rajoutions que la devise du service de santé était la suivante : « Des pieds au nombril, nifluril, du nombril au crâne, doliprane! »

 c’est dire si nous étions bien soignés ! 😉

Share this post


Link to post
Share on other sites
Author of the topic Posted

Bonjour,

 

Merci pour ces infos ! Je pense que je vais caser cela quelque part !

  • Merci à tous pour ces précisions qui me donnent l'occasion de réécrire les 50 premières pages de mon bouquin... Ben oui.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Modérateur

Si la période est de 80 à 2000, les pays en Afrique du nord ne sont pas des lieux où auraient pu exercer des médecins militaires, à part missions très particulières et de courte durée.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Author of the topic Posted

Bonjour, bonsoir,

J'ai donc réécrit mes 50 premières pages. Je reviens donc avec quelques petites questions :

- le médecin militaire (de terre) a-t-il un uniforme de parade (modèle avant 2000) ? Si oui de quelle couleur ? Y a-t-il des poches intérieures ?

- le médecin militaire, en campagne, est-il rattaché à un territoire/une zone ou à un groupement d'hommes ?

- quelle(s) distinction(s) honorifique(s) peut recevoir un médecin militaire s'il meurt dans l'exercice de ses fonctions ?

- Un volontaire pour lire ma prose ? (Non, je blague, je n'en suis pas encore là !)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Admin

Bonjour,

Il y a 20 heures, luciedm1 a dit :

- le médecin militaire (de terre) a-t-il un uniforme de parade (modèle avant 2000) ? Si oui de quelle couleur ? Y a-t-il des poches intérieures ?

Oui poche intérieur sur la veste d'hiver jaspé l'hiver, pas sur  qu'il y en avait sur la veste beige d'été ou blanc en Outre Mer.

s-l1600.jpg

Tenue jaspé d'un médecin militaire, durant la guerre les galon ce trouvaient sur les revers de manches, après la seconde guerre les galons sont sur les épaulettes.

images.jpg

s-l1600.jpg

Tenue jaspé et tenue d'été.

Il y a 20 heures, luciedm1 a dit :

- quelle(s) distinction(s) honorifique(s) peut recevoir un médecin militaire s'il meurt dans l'exercice de ses fonctions ?

La Légion d'honneur après si il est déjà titulaire d'un grade, le grade supérieur.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Author of the topic Posted

Bonsoir,

J'étais partie sur un uniforme de parade bleu marine, casquette et gants blancs... Et je n'avais pas pensé à la Légion d'honneur. J'avais trouvé la médaille du service de santé des armées... 🤔

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Admin
Il y a 1 heure, luciedm1 a dit :

J'étais partie sur un uniforme de parade bleu marine, casquette et gants blancs...

FParl-SSA-005.jpg

Ça c'est l'uniforme du Service de Santé des Armées ( actuel ) mais un médecin affecté dans une armée ( terre, mer, air, gendarmerie ) porte l'uniforme de cette armée avec les symboles de la médecine ( fond de galons, épaulettes, turban de képi en velours cramoisi, caducées... )

eppa-promotion-2010_0.jpg

Ce ne sont pas des médecins mais des infirmiers, mais le principe est le même, il y a différents uniformes ( bleu avec une rangée de boutons = armée de l'air, terre de France = armée de terre, bleu avec double rangées de boutons = marine ) ils portent l'uniforme de l'armée où ils sont affectés.

D'autant plus à l'époque de votre roman, où ces personnels faisaient partie entière de leurs armées.

Il y a 1 heure, luciedm1 a dit :

je n'avais pas pensé à la Légion d'honneur. J'avais trouvé la médaille du service de santé des armées... 🤔

Un médecin tué en service, recevra la Légion d'honneur ( il est mort pour la France ), la médaille d'honneur du service de santé récompense plus un travail ( de longue allène ) X temps de service, la direction d'un service...un temps en campagne.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Author of the topic Posted

Bonsoir !

Merci encore pour ce décryptage !!! Cela m'aide énormément ! Si si !

Share this post


Link to post
Share on other sites

  • Recent Status Updates

    • Mi reille  »  berogeitabi

      Excusez moi de me répéter mais pour l'adresse le lieu svp. Merci 
      · 2 replies
    • GabrielM  »  Bouchon-Gras 49

      Bonjour, j'ai abandonné mes études de cuisine ( je suis en 2nde ) pour devenir gendarme. Je n'ai que le brevet des collèges et je souhaiterais commencer ma carrière en tant que sous-officer et on GAV, puis-je passer le BAC dans une école de gendarmerie ? dois-je poursuivre mes études ? que dois-je faire ? 
      · 1 reply
    • Mi reille  »  Fred689

      Bonsoir .pour moi c'est une premiere. Mon fils part au Mali fin juin .Comment fait t'on pour avoir l'adresse exacte de l'endroit ou il va se situer.On m'a donné une adresse qui correspond a rien  .merci de m'aider
      · 0 replies
    • Sonia19  »  Bouchon-Gras 49

      Salut voilà j ai été  draguee sur Twitter par un certain franklin chalmar qui se dit légionnaire au camp de cajuers bref la semaine il ma inonde de belles paroles et de belles photos .bref le mec je peux jamais le voir ou si une seule fois tres vite et après il me dit qu'il vient le week-end et finalement depuis 3 semaines il va sûrement chez une autre et me racontes des histoires le dimanche a 15 heures et le comble je ne lai jamais il a fini par me demander de l argent et quand je lai eu au tel j ai une voix d un étranger alors que lui ma baratiner qui était nait ici qu'elle histoires j ai tout arrêter...
      · 4 replies
    • Benj999  »  emma.milanesi

      Bonsoir Emma,
      j’ai vu que vous avez intégré la spécialité METOC, je me posais des questions sur l’exigence des mathématiques pour cette spécialité et notamment la formation à l’enm qui vient après maistrance.
      la réponse précédente m’a éclairée sur maistrance mais actuellement je suis en L2 de géographie, et avec un bac pro avant, du coup je me pose vraiment des questions sur les maths, les maths en géographie étant limités à de simples statistiques et quelques formules...
      La formation de METOC est-elle accessible? Selon vous 
      et serait-il possible avoir des éclaircissements sur la spécialité s’il vous plaît, la spécialité est peu renseignée en ligne malheureusement.
       
      Désolé du dérangement et merci d’avance pour votre réponse.
      bonne soirée 
       
      · 0 replies
  • Posts

    • Bonsoir! J'ai passé mes tests à Lyon pour rentrer à l'école de maistrance comme Gst RH, et mon dossier est en commission depuis le 7 juillet. Est-ce que vous avez une idée du temps de réponse? Merci d'avance!
    • Bonjour, Je rentre bientôt à Maistrance spécialité technicien aéronautique (porteur) et j'aimerais avoir davantage d'informations sur le BAT qui s'effectue à Rochefort pendant 12 mois environ. Le top serait qu'une personne ayant fait ou qui connait bien cette formation me réponde. Merci à vous.
    • Oui, moi aussi mon PM m'a dit qu'il manquait les billets de train. Il doit m'envoyer un mail pour me convoquer et me restituer les documents. Par contre, je trouve que pour remplir tous les documents pour l'incorporation,ca fait un peu short niveau délai. J'ai vu que ceux de l'an dernier ont eu 3 semaines de plus pour constituer le dossier d'incorporation à Maistrance..
    • Un article intéressant du blogueur finlandais Marko Enqvist sur le parcours politique de la Hongrie dans la région de l'Europe de l'Est:   https://vartiopaikalla.blogspot.com/2020/06/unkari-tuo-hairikko-taka-karpatian.html   Hongrie - le fauteur de troubles de Transcarpatia   Cela pourrait commencer cette écriture comme les contes de fées traditionnels avec "Il était une fois le pays ..." - à savoir, en suivant le plus bas dans lequel la Hongrie a dérivé aujourd'hui, je ne peux rien faire d'autre que de me souvenir de ces gens qui sont descendus dans la rue pour exiger un changement plus rapide et a finalement commencé la révolution hongroise le 23 octobre 1956. Je ne vais pas maintenant dire si le but ultime de ces braves citoyens était une révolution, ou si un acte a finalement conduit à un autre et cette série d'actes a conduit à une chaîne d'événements nous savons que la révolution hongroise de 1956. Mais aujourd'hui, alors que la Hongrie s'éloigne de plus en plus des démocraties occidentales et de leurs valeurs, je ne peux m'empêcher de me rappeler ma propre enfance et comment, en lisant les livres d'histoire de la révolution hongroise de 1956, je m'émerveillais du courage de ces personnes au fur et à mesure se battre pour leurs droits; et comment alors, à la fin des années 80, j'ai vécu une réalité dans laquelle l'emprise oppressive de l'Union soviétique sur l'Europe de l'Est a pris fin et finalement la liberté est venue aux côtés des Hongrois à un grand nombre de peuples asservis qui vivaient sous occupation depuis des décennies; malheureusement, le temps tourne à présent en arrière, la Hongrie s'enchaînant sous le commandement de Viktor Orbán et leur pays s'étendant au-delà de ses frontières presque aussi impitoyablement que l'État soviétique, contre la poignée de laquelle les courageux Hongrois se sont levés par le passé. Beaucoup me pointeront probablement le doigt à ce stade lorsque je comparerai les actions de la Hongrie moderne à celles de l'État soviétique dans les années 1950, et j'admets que la comparaison n'est pas entièrement justifiée, mais la Hongrie d'Orbán agit de manière trompeuse me rappelle un État totalitaire qui voit son droit d'agir en dehors de ses frontières et, si nécessaire, très impitoyablement. Aussi malheureuse que soit l’histoire et malheureuse qu’elle en présente une, il est également faux de se taire et de ne pas partager ses conclusions. Aujourd'hui, la Hongrie s'efforce d'être plus grande et de taille plus importante, le pays en influence d'autres et mène une guerre de l'information sur les salaires sur de nombreux fronts. Comment cela s'est-il produit et pourrait-il arriver à un autre pays est une question rhétorique. Nous, Finlandais, avons également pu, dans une faible mesure, jouer notre rôle dans la nécessité pour l'administration hongroise d'influencer au-delà des frontières du pays, lorsqu'elle estime que cela va à l'encontre des intérêts de la Hongrie. L'administration hongroise a confirmé qu'elle avait envoyé des lettres de berger à ceux qui critiquaient les dispositions d'urgence du pays; en Finlande, de telles lettres de berger ont été envoyées à plusieurs chercheurs, l'eurodéputé du Parti de coalition MEP Petri Sarvamaa et Helsingin Sanomat ont été approchés par une lettre de berger, tout comme Yleisradio (la société nationale de radiodiffusion publique finlandaise). La chose la plus triste dans toute cette affaire est (avec les propres actions répréhensibles de la Hongrie) qu'il semble y avoir des citoyens en Finlande qui pensent que l'influence et la pression de la Hongrie sont acceptables - certains pensent même que les actions du pays sont justifiées. Je vais maintenant essayer de rappeler la façon dont les Finlandais qui se sont inclinés humblement en direction de Tehtaankatu ont été décrits, lorsque l'Union soviétique (ou la Russie) a fait pression sur la Finlande ou sur les Finlandais… De la même manière, maintenant un certain nombre de Finlandais «s'incliner» devant le régime hongrois. (Mes lecteurs étrangers, l'ambassade soviétique, étaient situés à Tehtaankatu, tout comme l'ambassade de Russie.) À ce stade, nous voyons que pour certains Finlandais, l'opposition à l'Union européenne (peut-être même aux valeurs occidentales) est si importante et significative que ce nationalisme, qu'ils promeuvent, peut être oublié et soutenu par les paroles et même les actes d'une Hongrie totalitaire. . Et vient maintenant à l'esprit l'idée qu'Alexander Dugin, un éminent représentant du néo-eurasianisme russe et de l'ultra-nationalisme russe, a déclaré (et qu'il travaille sensiblement):  «Le facteur le plus important ne devrait pas être de savoir si ces groupes sont pro-russes ou non. Ce à quoi ils s'opposent est beaucoup plus important ici. L'ennemi de mon ennemi est mon ami. C'est simple et facile à comprendre. - - - ». À mon avis, certains «nationalistes» finlandais fonctionnent exactement de la même manière. Ce qui est important pour eux, c'est ce à quoi ce tiers s'oppose, il détermine leur relation avec lui, et bien que l'administration hongroise actuelle travaille clairement contre l'idée de l'UE, il est plus que naturel qu'un nombre modéré d'opposants finlandais à l'Union européenne (soi-disant nationalistes) soutiendront également le régime hongrois dans ses actions contre les Finlandais, ce qui est même contraire aux intérêts de la Finlande. C'est un tel nationalisme, mais en même temps, il convient de noter que la mise en œuvre de cette même doctrine pousse également les «nationalistes» finlandais à l'extrême droite à soutenir la Russie, car pour eux l'Union européenne (et plus souvent aussi les valeurs occidentales) apparaissent être une menace plus grande que la Russie totalitaire, où les droits civils sont bafoués et qui envoie ses assassins dans des pays tiers, et qui mène une guerre sur le territoire d'un autre État européen, l'Ukraine, tout en annexant une partie de celui-ci. La répétition est mère d'études dans ce type de «nationalisme». Cependant, la Finlande n'est pas le seul pays visé par l'administration hongroise. L'occupation illégale de la Russie et l'annexion de la péninsule de Crimée ont, pour leur part, également fait naître des «rêves de superpuissance» à Budapest, même s'il convient de noter que, si je comprends bien, ils existaient déjà avant l'occupation russe de la péninsule de Crimée dans la fin de l'hiver 2014, mais l'occupation de la péninsule de Crimée par la Russie a accru les «rêves de superpuissance» et le dangereux nationalisme en Hongrie également, par conséquent, la délocalisation des frontières nationales peut ne plus être considérée comme un problème négatif - les idées ont déjà changé pour parler. La prochaine étape est-elle de passer des paroles aux actes? De nombreux locuteurs de hongrois vivent également sur le territoire des voisins de la Hongrie, en particulier dans ceux qui la bordent, comme la Transcarpatia d'Ukraine (oblast de Zakarpattia), et ils sont influencés par l'administration hongroise à travers des politiques culturelles et identitaires. Mais ils semblent également être impitoyablement utilisés par les dirigeants hongrois comme des pions pour faire chanter les États cibles afin de se plier à des actions susceptibles de contribuer le plus à la direction hongroise actuelle que quiconque. Ces actions des dirigeants hongrois bénéficieront également à la Russie - les actions de la Hongrie seront «Divide et impera», que la Russie utilise également dans ses propres activités hybrides et influentes, telles que la recherche d'un accord avec un État membre de l'Union européenne au lieu de négocier avec l'Union européenne. J'ai vu de mes propres yeux les manifestations de l'influence de cette politique culturelle hongroise lors de ma visite dans l'oblast de Zakarpattia, à Uzhhorod et à Moukatchevo il y a quelques années, comment, en conséquence, l'administration hongroise cherche à influencer la population hongroise de la région d'Ukraine de plusieurs manières, notamment en finançant la restauration de sites culturels et une politique linguistique qui alimente le nationalisme. À mon avis, en partie à cause de cette influence, certains locuteurs natifs du hongrois de la région refusent maintenant d'étudier l'ukrainien, désirant peut-être même regarder dans la direction de Budapest et espérant que la Hongrie prendra le contrôle de la région. À l'époque, je me demandais également à qui appartiendrait la Hongrie et l'administration Orbán? Que l'argent provienne directement du budget de l'État ou que certaines structures permettent, par exemple, que l'aide de l'UE soit canalisée vers de telles activités, tout comme les groupes anti-UE en Slovaquie utilisent les fonds de l'Union européenne pour ses activités anti-UE. Les activités de la Hongrie rappellent l'influence culturelle et linguistique similaire de la Russie dans différents pays à travers diverses organisations, telles que l'association pro-Kremlin, l'association finno-russe RUFI (Suomalais-venäläinen yhdistys RUFI) en Finlande ou Suomenvenäläisten etujärjestö ry (OSORS). L'influence de la Hongrie sur l'Ukraine seule n'est pas visible dans le domaine de la politique culturelle et linguistique, de la même manière que le pays est prêt à jeter des «bâtons au volant de l'Ukraine» dans la politique de sécurité. L'Ukraine coopère étroitement avec l'OTAN depuis de nombreuses années, dont l'un des fruits est l'acceptation récente de l'Ukraine dans le cercle intérieur du programme de partenariat de l'OTAN, c'est-à-dire que l'Ukraine est désormais un partenaire Enhanced Opportunities Partner, ainsi que la Finlande, la Suède, l'Australie et la Géorgie. comme la Jordanie, ont déjà atteint le même statut. Il ne faut cependant pas oublier que l’adhésion éventuelle de l’Ukraine à l’OTAN est éclipsée non seulement par la guerre avec la Russie mais aussi par les actions de la Hongrie. La Hongrie a opposé son veto à la déclaration de l'OTAN à l'Ukraine l'automne dernier dans ce cas, une pomme de discorde était, au moins en apparence, la minorité hongroise vivant en Ukraine et leur statut, mais beaucoup soupçonnent qu'il existe des motifs russes à l'arrière-plan. Le recours au veto à l'automne dernier a été programmé juste après la visite de la direction de l'État russe. La participation active de la Russie en Hongrie et sa coopération avec divers groupes et individus appartenant à l'extrême droite et à l'extrême droite sont bien connues, par exemple fin 2016, un schéma de coopération entre l'État russe et le groupe d'extrême droite a été révélé. Des extrémistes d'extrême droite hongroise se battent également en guerre en Ukraine aux côtés des forces russes par procuration, comme la Légion de Saint-Etienne liée au parti Jobbik, les Hongrois se battent contre le gouvernement ukrainien. La Légion de Saint-Etienne soutient activement la souveraineté de la minorité hongroise d'Ukraine dans l'oblast de Zakarpattia, un soutien a également été apporté aux extrémistes violents. Au moins, les actions des dirigeants de l'État hongrois ne réduiront pas l'utilisation des politiques linguistiques et identitaires dans le cadre de la guerre hybride contre l'État ukrainien, plutôt l'inverse. À Uzhhorod, dans l'oblast de Zakarpattia, en Ukraine, il y a eu deux tentatives pour incendier la Société de culture hongroise de Zakarpattia en février 2018. À l'époque, les médias de propagande russes ont accusé les nationalistes ukrainiens de l'attaque, obtenant un soutien de fond pour leur propagande également hongroise. , ainsi que de nombreux sites Web européens pro-russes diffusant de la désinformation. Depuis lors, l'enquête a mis au jour des membres de l'organisation d'extrême droite polonaise pro-Kremlin, à l'origine de l'attaque. Michał Prokopowicz, membre du groupe polonais pro-Kremlin Obóz Narodowo-Radykalny (eng. The National Radivcal Camp ) et du groupe Falanga, ainsi que membre du parti Zmiana, a également été inculpé. L'auteur de l'attaque est soupçonné d'être Manuel Ochsenreiter, l'extrême droite allemande Zuerst! éditeur en chef. Il travaille au bureau de Markus Frohnmaier, député au Bundestag allemand de l'AfD. En ce qui concerne Ochsenreiter, la procédure n'a pas encore commencé. Ochsenreiter travaille depuis des années pour le régime russe. Il a été un partisan très actif de la politique russe et un porte-parole au moins depuis 2014, participant à l '«observation» du «référendum» sur la péninsule de Crimée occupée par la Russie en mars 2014 et à «l'observation» des «élections» en à l'automne 2014 dans les territoires occupés de l'est de l'Ukraine et agissant également comme «observateur électoral» en Crimée occupée par la Russie en mars 2018. Le discours de Viktor Orbán lors de la célébration du centenaire de la paix à Trianon peut être considéré comme un poison pour la coopération européenne ainsi que pour les pays voisins: "L'Occident a violé les frontières millénaires et l'histoire de l'Europe centrale ... Nous n'oublierons jamais qu'ils l'ont fait". Cela agit-il comme un catalyseur dans la transition des paroles aux actes? La Hongrie, un fauteur de troubles de la Transcarpatie ukrainienne, en veut plus dans le contexte du «continent» que les régions d'Uzhhorod et de Moukatchevo en Ukraine. Et pour éviter de critiquer la politique intérieure du pays, la direction du pays semble avoir recours aux moyens des États totalitaires - précisément ceux contre lesquels le peuple s'est élevé en octobre 1956.
    • Bonsoir, par curiosité tu as fais quels résultats au CSO ? 
×
×
  • Create New...