Jump to content

luciedm1

Recommended Posts

Je me lance donc pour les questions :

- combien de temps dure une formation pour un médecin militaire avant qu'il aille sur le terrain ? Y a-t-il une école de formation en Normandie ?

- Sur le terrain, peut-il pratiquer dans  des hôpitaux, des dispensaires et donc s'occuper de civils ou suit-il uniquement des militaires en mission ?

- Si son épouse est infirmière, y a-t-il possibilité qu'elle le suive dans ses affectations ?

- Combien de temps dure une affectation ? Dans l'Education  National, un poste dans les Dom Tom, c'est 4 ans, renouvelable.

Pour l'instant, ce sont les questions principales... Oui, ok, comme ça cela a l'air tordu mais ces infos sont essentielles pour que mon intrigue n'ait pas l'air tordu...

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur

Bonjour,

Je ne peux répondre à tout mais ;

il y a 6 minutes, luciedm1 a dit :

Y a-t-il une école de formation en Normandie ?

Non, école de santé de Lyon et avant il y avait l'école de médecine de la Marine à Rochefort et Bordeaux.

il y a 8 minutes, luciedm1 a dit :

- Sur le terrain, peut-il pratiquer dans  des hôpitaux, des dispensaires et donc s'occuper de civils ou suit-il uniquement des militaires en mission ?

Hôpitaux de campagne, ils soignent les militaires et les civils, bien sur ça dépend du moment, du lieu...

il y a 10 minutes, luciedm1 a dit :

Combien de temps dure une affectation ? Dans l'Education  National, un poste dans les Dom Tom, c'est 4 ans, renouvelable.

Il y a différentes sortes d'affectations ; les campagnes comparable aux affectations de l'éducation nationale et il y a les OPEX.

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur

Je te rajoute ce lien qui t'expliqueras l'origine des écoles de médecine et la formation des médecins :

https://fr.wikipedia.org/wiki/École_de_santé_des_armées

 

Notamment ça répond à la question :

 

il y a 58 minutes, luciedm1 a dit :

- combien de temps dure une formation pour un médecin militaire avant qu'il aille sur le terrain ?

Formation des médecins des armées

Le bachelier qui s'engage comme médecin militaire signe un contrat qui le lie au service de santé des armées pour une durée égale à deux fois le temps à la faculté plus trois fois le temps passé en internat (soit 2×6 + 3×3 = 21 ans pour un médecin généraliste), études comprises. En cas d'échec ou d'abandon d'études,il doit alors rembourser la totalité de ses soldes perçues, majorée par un coefficient de 1,5.

Les élèves, recrutés par un concours très sélectif après le baccalauréat, à l'issue de la PACES (première année commune aux études de santé) ou de la DFGSM3, suivent un double cursus : - la même formation universitaire que leurs camarades civils, répartis dans les deux facultés de médecine de Lyon (UFR Lyon Est — fusion des trois anciennes facultés du pôle Est : Grange Blanche, RTH Laënnec et Lyon Nord —, ou UFR Lyon Sud) - une formation médico-militaire complémentaire d'un total de 1800 heures réparties sur les 6 ans d'études. Cette formation est reconnue par un mastère spécialisé de la conférence des grandes écoles remis en fin de 6e année.

Pendant la première année, les élèves bénéficient du soutien de professeurs détachés de l’Éducation Nationale sous la forme de colles écrites hebdomadaires, colles orales, quizz… Les élèves en échec sont autorisés à redoubler leur année à l'École après un conseil d'instruction.

Durant leur cursus universitaire, ils effectuent divers stages au sein des hôpitaux militaires et civils et subissent les épreuves classantes nationales ou ECN (ancien concours de l'Internat). En fonction de leur rang de classement, ils peuvent prétendre à une spécialité hospitalière ou de médecine générale et choisissent un hôpital d'instruction des Armées pour y effectuer leur internat. Actuellement, les postes de spécialité sont très limités (anesthésie-réanimation, chirurgie, psychiatrie majoritairement) et 80 % des élèves doivent se destiner à une carrière de médecin généraliste dans les forces.

Les Santards de 4e, 5e et 6e années bénéficient également de cours spécifiques tels que médecine tropicale, médecine du sport ou médecine d'urgence.

Cette formation est ponctuée et conclue par des stages à l'École du Val de Grâce (EVDG) à Paris. Comme tout médecin civil, les internes des hôpitaux des armées soutiennent une thèse afin d'acquérir le titre de Docteur en médecine.

Formation militaire des praticiens des armées

Elle représente 15 % de la formation totale. Dès l'incorporation, ils suivent une formation militaire initiale (FMI) de quinze jours où on leur enseigne des bases de culture militaire, topographie, exercices sur le terrain. Chaque élève apprend la base de premiers secours (PSC1).

Lors de leur passage en 2e année, ils effectuent la formation militaire complémentaire (FMC), en camp militaire, qui dure deux semaines. Elle approfondit la FMI en matière de culture militaire, avec notamment l'apprentissage de l'utilisation de l'armement ; de même, chaque élève passe l'épreuve du sauvetage au combat de niveau 1 (SC1). Le niveau 2 est quant à lui validé en fin de sixième année, avant l'internat.

En fin de 2e année, les élèves effectuent un stage en unité de trois semaines dans l'armée de leur choix.

En fin de 3e année, une ultime formation militaire spécialisée (FMS) de deux semaines leur est dispensée sur le site de l'École. En 6e année, ils effectuent un exercice de prise en charge des blessés de guerre sur le site de l'école.

Durant l'ensemble de leur cursus, les élèves participent à d'autres événements communs aux grandes écoles militaires comme le tournoi sportif des grandes écoles de la Défense (TSGED) ou encore le séminaire interarmées des grandes écoles militaires (SIGEM). Ils effectuent des gardes chez les pompiers de Paris, Marseille ou Lyon, des stages à l'étranger et passent des brevets militaires : brevet de parachutisme militaire, brevet de sport militaire, d'alpinisme militaire, monitorat de premiers secours, monitorat commando, CEFE, etc. Enfin, ils participent aux cérémonies commémoratives locales de Lyon et de Bron (8 mai, 11 novembre)et au défilé du 14 juillet à Paris.

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Bonsoir,

C'est génial ! Je vais pouvoir piocher dans cette mine d'informations pour élaborer un personnage bien authentique.

Deux autres questions pour en finir avec le parcours de ce personnage : est-ce que la première mission est demandée par le médecin ou bien elle lui est imposée ?

Est-ce que ce parcours de missions est crédible ?

Fez, Marrakech, Tunis, Bordeaux, Grenoble, Bandrélé (Mayotte), Carcassonne, Cayenne, Kourou.

 

Merci encore  !

 

 

Link to comment
Share on other sites

Les missions se seraient effectuées entre les années 80 et 2000.

Les lieux cités n'ont d'importance que dans la mesure où je les connais pour y avoir travaillé. J'accepte toute autre localité pour le vraisemblable. Je tiens juste à ce que l'existence de ce médecin se termine en Guyane...

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur
Il y a 13 heures, luciedm1 a dit :

est-ce que la première mission est demandée par le médecin ou bien elle lui est imposée ?

La question est un peu ambiguë, car elle est soumise à divers facteurs :

- les médecins de la Marine, issu de Bordeaux étaient appelé à embarquer sur les différents navires dont les SNLE, c'est un peu leurs but.

- Pour partir en campagne, il faut "poser" son  volontariat. Une campagne c'est être affecté un temps défini dans un hôpital militaire hors du territoire métropolitain, Martinique, Guadeloupe, Nouvelle Calédonie, Réunion, Tahiti, Saint Pierre et Miquelon...

- Pour partir en OPEX, il faut être préparé, on ne part pas comme ça et là ce n'est plus de la médecine traditionnel mais de la médecine d'urgence et de guerre. Les médecin partent dans les convois et prennent autant de risque que les militaires partant au combat ( pour preuve le médecin qui a été tué l'an dernier au Mali ).

Maintenant un médecin militaire reste avant tout un médecin qui a prêté serment, donc sa fonction est de soigner les militaires et notamment les soldats blessés au combat mais il soigne également la population locale.

 

  • Like 1
  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur

Bonjour, je me permets d’ajouter pour un peu d’humour, que dans les régiments où je suis passé, nous appelions le toubib, le « veto », pour exprimer à quel point nous lui faisons confiance ! 

Et nous rajoutions que la devise du service de santé était la suivante : « Des pieds au nombril, nifluril, du nombril au crâne, doliprane! »

 c’est dire si nous étions bien soignés ! 😉

  • Haha 2
Link to comment
Share on other sites

Bonjour,

 

Merci pour ces infos ! Je pense que je vais caser cela quelque part !

  • Merci à tous pour ces précisions qui me donnent l'occasion de réécrire les 50 premières pages de mon bouquin... Ben oui.
Link to comment
Share on other sites

  • Moderator

Si la période est de 80 à 2000, les pays en Afrique du nord ne sont pas des lieux où auraient pu exercer des médecins militaires, à part missions très particulières et de courte durée.

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

  • 3 weeks later...

Bonjour, bonsoir,

J'ai donc réécrit mes 50 premières pages. Je reviens donc avec quelques petites questions :

- le médecin militaire (de terre) a-t-il un uniforme de parade (modèle avant 2000) ? Si oui de quelle couleur ? Y a-t-il des poches intérieures ?

- le médecin militaire, en campagne, est-il rattaché à un territoire/une zone ou à un groupement d'hommes ?

- quelle(s) distinction(s) honorifique(s) peut recevoir un médecin militaire s'il meurt dans l'exercice de ses fonctions ?

- Un volontaire pour lire ma prose ? (Non, je blague, je n'en suis pas encore là !)

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur

Bonjour,

Il y a 20 heures, luciedm1 a dit :

- le médecin militaire (de terre) a-t-il un uniforme de parade (modèle avant 2000) ? Si oui de quelle couleur ? Y a-t-il des poches intérieures ?

Oui poche intérieur sur la veste d'hiver jaspé l'hiver, pas sur  qu'il y en avait sur la veste beige d'été ou blanc en Outre Mer.

s-l1600.jpg

Tenue jaspé d'un médecin militaire, durant la guerre les galon ce trouvaient sur les revers de manches, après la seconde guerre les galons sont sur les épaulettes.

images.jpg

s-l1600.jpg

Tenue jaspé et tenue d'été.

Il y a 20 heures, luciedm1 a dit :

- quelle(s) distinction(s) honorifique(s) peut recevoir un médecin militaire s'il meurt dans l'exercice de ses fonctions ?

La Légion d'honneur après si il est déjà titulaire d'un grade, le grade supérieur.

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Bonsoir,

J'étais partie sur un uniforme de parade bleu marine, casquette et gants blancs... Et je n'avais pas pensé à la Légion d'honneur. J'avais trouvé la médaille du service de santé des armées... 🤔

 

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur
Il y a 1 heure, luciedm1 a dit :

J'étais partie sur un uniforme de parade bleu marine, casquette et gants blancs...

FParl-SSA-005.jpg

Ça c'est l'uniforme du Service de Santé des Armées ( actuel ) mais un médecin affecté dans une armée ( terre, mer, air, gendarmerie ) porte l'uniforme de cette armée avec les symboles de la médecine ( fond de galons, épaulettes, turban de képi en velours cramoisi, caducées... )

eppa-promotion-2010_0.jpg

Ce ne sont pas des médecins mais des infirmiers, mais le principe est le même, il y a différents uniformes ( bleu avec une rangée de boutons = armée de l'air, terre de France = armée de terre, bleu avec double rangées de boutons = marine ) ils portent l'uniforme de l'armée où ils sont affectés.

D'autant plus à l'époque de votre roman, où ces personnels faisaient partie entière de leurs armées.

Il y a 1 heure, luciedm1 a dit :

je n'avais pas pensé à la Légion d'honneur. J'avais trouvé la médaille du service de santé des armées... 🤔

Un médecin tué en service, recevra la Légion d'honneur ( il est mort pour la France ), la médaille d'honneur du service de santé récompense plus un travail ( de longue allène ) X temps de service, la direction d'un service...un temps en campagne.

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

  • 7 months later...

Bonjour, bonsoir !!!

Voilà, j'ai fini d'écrire mon roman... qui tient en une centaine de pages. Je vais maintenant avoir besoin d'un volontaire pour une lecture attentive. Je ne voudrais pas commettre d'impair... Une femme colonel serait la bienvenue, j'en mets une en scène. Oui, en plus du médecin militaire...

Voilà, voilà. Merci encore et belle soirée à vous !

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

  • 10 months later...

Bonsoir,

De retour en ligne après pas mal d'absence à ce que je vois. Je n'ai pas chômé, mon roman a été publié et connaît un petit succès dont la majeure partie vous revient...

Merci encore de votre aide et de votre patience. Puis-je avoir une adresse pour vous faire parvenir un exemplaire ?

Bien cordialement.

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur

Bonjour.

 Merci de repasser nous voir. Content pour vous que votre livre soit publié et que vous soyez satisfaite de son petit succès, comme vous dites. 
Bouchon gras a été d’une grande aide, me semble t’il. C’est à lui que revient le plaisir de vous communiquer une adresse.

 Cordialement

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur

Bonsoir,

Il y a 23 heures, luciedm1 a dit :

. Je n'ai pas chômé, mon roman a été publié et connaît un petit succès dont la majeure partie vous revient...

Bien heureux pour vous, félicitations.

Il y a 23 heures, luciedm1 a dit :

Merci encore de votre aide et de votre patience. Puis-je avoir une adresse pour vous faire parvenir un exemplaire ?

Merci pour ce geste.

Il y a 12 heures, berogeitabi a dit :

Bouchon gras a été d’une grande aide, me semble t’il. C’est à lui que revient le plaisir de vous communiquer une adresse.

Merci bien, je verrai demain comment vous contacter en toute sécurité.

 

Link to comment
Share on other sites



×
×
  • Create New...