Jump to content
×
×
  • Create New...

Le Souffle Du canon - Documentaire


Recommended Posts

  • Membre réputé

Bonjour,

Documentaire qui évoque le SPT = Stress Post-Traumatique réalisé par Nicolas Mingasson ( qui a fait des photos/livre sur l'Afghanistan ). Le film se déroule au Mercantour dans le Centre de Ressource des blessés de l'Armée de Terre qui y accueille les combattants hommes/femmes.

Samedi 28 Mars 2020 à 21h sur LCP-Public Sénat

  • Thanks 1
Link to post
Share on other sites
  • Membre réputé

Bonjour,

Témoignages émouvants, sans tabous, forts.

Respects

 

  • Like 1
Link to post
Share on other sites
  • 7 months later...
  • Membre réputé

Bonjour,

Clip qui montre ce que vivent certains/certaines militaires au quotidien

source ...

 

 

  • Thanks 1
Link to post
Share on other sites
  • Administrateur

Les soldats reviennent rarement "intactes" de ce qu'ils ont vécu ou vu, voir les deux.

Longtemps ce mal resta inconnu ou non reconnu, aujourd'hui on sait.

Pour le soldat, c'est difficile, ça l'est également pour la famille.

  • Like 2
Link to post
Share on other sites
  • Membre réputé

Bonjour,

Il y a 21 heures, Bouchon-Gras 49 a dit :

Les soldats reviennent rarement "intactes" de ce qu'ils ont vécu ou vu, voir les deux.

Longtemps ce mal resta inconnu ou non reconnu, aujourd'hui on sait.

Pour le soldat, c'est difficile, ça l'est également pour la famille.

Oui et le clip à le mérite d'être clair !

Link to post
Share on other sites
  • Staff
Le 16/11/2020 à 21:10, Bouchon-Gras 49 a dit :

Les soldats reviennent rarement "intactes" de ce qu'ils ont vécu ou vu, voir les deux.

Longtemps ce mal resta inconnu ou non reconnu, aujourd'hui on sait.

Pour le soldat, c'est difficile, ça l'est également pour la famille.

C'est incontestable.

En ce qui concerne la famille et les illusions qu'elle peut avoir, les jeunes gens du contingent engagés en Algérie de 1954 à 1962 avec un service militaire de 28 mois et même de 32 mois pour ceux qui furent rappelés en 1954, furent d'une incompréhension totale entre ces deux entités.

Je comprend que les anciens combattants et vétérans n'en parlèrent pratiquement pas et s’exprimèrent bien des années plus tard et encore !

Link to post
Share on other sites
  • Administrateur
Il y a 2 heures, Janmary a dit :

Je comprend que les anciens combattants et vétérans n'en parlèrent pratiquement pas et s’exprimèrent bien des années plus tard et encore !

Les gens qui ont ou qui vivent ce type de "choc" n'en parle pas ou seulement avec leurs frères d'arme" des gens qui ont vécu la même chose qu'eux.

C'est pourquoi, les anciens de 14-18 se taisaient, ceux de 39-45, d'Indochine, d'Algérie, se retrouvaient entre eux, car "les autres ne peuvent pas comprendre".

C'est la même chose pour les gens qui vivent un attentat ou tout autre choc.

Link to post
Share on other sites

Les anglophones y sont peut-être plus sensibles ?

Ou c'est peut-être moi qui ai plus de connaissances outre-Manche et outre-Atlantique...

Mais déjà, en 14-18, est apparu le concept de shell shock, vaguement traduit par "obusite" par les psychiatres français. D'ailleurs je trouve la réécriture "souffle du canon" plus noble. C'était le tout début de la neuro et l'assimilation avec l'électricité faisait qu'on soignait les malades à coup de chocs électriques... Mais on envoyait tout de même les soldats dans la nature, aux bains etc.

Beaucoup de war poets ont écrit sur ce shellshock, directement à l'hôpital ou après la guerre. Beaucoup de femmes écrivains (Rebecca West, Virginia Woolf) se sont interrogées sur ce trauma dans leurs romans.

Néanmoins on soupçonnait volontiers les soldats de "faire semblant" pour ne pas retourner au front ou pour demander une pension et cela a beaucoup freiné les recherches au Royaume-Uni à l'époque.

Après, il y a eu les vétérans du Vietnam aux Etats-Unis, c'est d'ailleurs à partir de là que le concept de PTSD s'est vraiment développé.

J'ai un peu honte de moins connaître l'aspect français. Ce que j'ai lu de poètes ou d'écrivains combattants m'a semblé moins (ou différemment) tourné vers le trauma, excepté Voyage jusqu'au bout de la nuit de Céline et peut-être La Mort de près de Genevoix...

Mais vous me détromperez sûrement.

Link to post
Share on other sites
  • Membre réputé

Bonjour,

Je ne sais pas si cela existe en France mais il existe ailleurs des " chiens soutiens psychologiques " qui aident les vétérans, comme lors de cauchemars le chien le réveille.... !

Link to post
Share on other sites

Oui, cela commence à exister en France.

D'une part plus de chiens d'assistance sont maintenant remis pour soutien psychologique (aux enfants, notamment, mais pas que).

Pour le PTSD spécifiquement, je crois que c'est davantage de la médiation animale, pour l'instant, que de la remise de chien (contrairement au Canada).

Link to post
Share on other sites


  • Posts

    • Comme l'a dit BG, attendre la fin de la période d'inaptitude TEMPORAIRE, donc repassage devant le médecin militaire pour une nouvelle aptitude. S'il est classé inapte définitif aux TAP (paras) alors il pourra demander une réorientation, pas avant.
    • Attention, c'est plein de sucre et le zéro est souvent un facteur faussement "apaisant", un peu comme les gens qui fument des cigarettes lights, ça leurs donnent bonne conscience. Perso j'essaierai de me passer du Coca, l'eau restant la meilleur des boisson. Il faut bien petit déjeuner, déjeuner correctement et diner Legé. Va y doucement tout de même, il faut surtout durer dans le temps. N'étant pas médecin militaire, je ne peux honnêtement répondre à cette question.
    • Bonjour j’ai une question voulant intègre la légion étrangère j’aimerai savoir si ma forte myopie me poserai des probleme pour pouvoir y accéder je dois avoir -4 à chaque yeux voir à peine plus.. merci 
    • Pour moi, être flytoxé, ça voulait dire être crevé, au bout de sa vie comme disent les djeuns. Comme quoi, les expressions voyagent et se transforment. "Faire l'opossum" c'est plus se planquer (avec l'idée de désertion) pour se la couler douce. Merci pour patrouilleur. Bien noté. Belle soirée !
    • Merci beaucoup pour votre réponse, j'ai vu sur le site de la Marine qu'ils acceptent jusqu'à un IMC de 30. Je vais continuer à fond les entraînements actuellement je fais 1h de course à pieds le soir et comme je suis en pleine forme, je peux me permettre de manger moins de 1000kcal/jours. J'ai supprimé tout ce qui est sucre lent, rapide, mauvais gras... je croise les doigts Merci beaucoup ça fait du bien de se faire encourager je me suis mise au sport à fond et j'ai supprimé tout ce qui est mauvais. Je mange que des protéines, légumes et juste 100g de féculents le midi. Je bois de l'eau, café sans sucre et un coca zéro car de temps en temps ça fait du bien 😁😁 ah oui j'ai oublié de préciser j'ai une grosse ossature et j'ai peu de gras au ventre (tour de poigne de 17 cm🙃🙃 et mon poids idéal pour 1m72 serait de 70kg au lieu des 62kg les fameux 10kg en moins) le médecin militaire le prend-il en compte ?