Jump to content

recherche d'information uniforme 1940 SVP


picpus

Recommended Posts

Bonjour, 

Bravo et félicitations pour votre forum !

Je suis un nouvel inscrit et je sollicite de votre part quelques informations sur un uniforme de 1939 1940, en pièce jointe.

Ce soldat, classe 1934, étudiant chimiste, a été sursitaire jusqu'en 1936.

Puis service militaire au 22ème BOA chimistes de 1936 à 1938, dont Algérie ; brigadier de réserve.

Mobilisé au 22ème BOA chimistes de 1939 à 1940, Ligne Maginot, puis démobilisé en Zone Libre.

La photo en PJ a été prise en janvier 1940.

D'avance merci.

Cordialement.

1940 22eme BOA.jpg

Link to comment
Share on other sites

Bonjour,

Merci de votre réponse.

Je possède la fiche matricule de ce soldat donnant les informations précises de date et d'affectation au 22ème BOA.

En complément, j'ai ajouté des bribes de souvenirs de famille.

Je recherche à présent des informations plus complètes sur le parcours militaire du soldat à l'aide de l'analyse de la tenue :

* les pattes de col de la vareuse de tenue de sortie semblent indiquer la 4ème compagnie d'ouvriers d'artillerie, mais cette 4ème compagnie existait-elle en 1939/940 ? ne pourrait-il pas s'agir plutôt de la discrète 104 ème basée à Béni Ounif ?

* les bottes lacées sont-elles réglementaires ?

* autres ?

Depuis ma première question, j'ai retrouvé une autre photo du même soldat (PJ) ; mais je n'y ai pas trouvé d'informations.

Ayant été très impressionné sur le présent site par votre analyse de la photo d'un jeune soldat posant devant un avion ancien, j'ai pensé que vous pourriez très probablement déceler des indices.

Nota : ayant navigué au long cours en salle des machines, le terme "bouchon gras" ne m'est pas inconnu...

Cordialement.

soldat 22eme BOA.jpg

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur

Bonjour,

Il y a 18 heures, picpus a dit :

ayant navigué au long cours en salle des machines, le terme "bouchon gras" ne m'est pas inconnu...

:marinsourire:

 

Il y a 18 heures, picpus a dit :

j'ai retrouvé une autre photo du même soldat

1029984231_soldat22emeBOA.thumb.jpg.a26587dea8b1ff1c3872b70177d6dde1.jpg

Tenue classique d'un soldat des années 39/40, on peut distinguer des galons court sur la manche ainsi que sur le devant du bonnet de police, un 1er classe, un sergent...???

Il porte un ceinturon en cuir à double ardillons ( deux pointes ).

Seul signe distinctif, les pattes de col, ici elle comportent une sorte d'étoile en leurs centre.

Il y a 19 heures, picpus a dit :

les pattes de col de la vareuse de tenue de sortie semblent indiquer la 4ème compagnie d'ouvriers d'artillerie

L'étoile symbolise effectivement les ouvriers d'administration mais difficile sur cette photo d'en savoir plus.

s-l400.jpg

3114698565_1_3_BLI7fJzW.jpg

Car normalement devrait ci trouver un chiffre.

 

Pour bien voir les nuance ;

994_1-320x480.jpg

Sur cette vareuse on distingue bien le galon qui finalement est un prémisse des  galons " basse visibilité " d'aujourd'hui.

Il y a 19 heures, picpus a dit :

Je possède la fiche matricule de ce soldat donnant les informations précises de date et d'affectation au 22ème BOA.

198561762_194022emeBOA.thumb.jpg.8771e834a0218ee9634a9799a0a2907d.jpg

Dans le cas de cette seconde photo, on peut voir notre soldat portant une culotte de cheval de couleur mastic ( comme celles réservées aux officier ) avec renfort en cuir au cuisse, ce qui peut vouloir nous indiquer qu'il est monté ( cavalier ), les bottes à lacets ne sont pas réglementaire et sont l'apanage des aviateurs mais comme beaucoup de chose, ça peut être un achat personnel, remplaçant des leggings ou des houseaux de cavalier.

Malheureusement la photo n’apporte peu d'indice, les pattes de col sont flou, il ne porte aucun insigne ( ce qui est normal pour l'époque ).

Il y a 19 heures, picpus a dit :

les pattes de col de la vareuse de tenue de sortie semblent indiquer la 4ème compagnie d'ouvriers d'artillerie, mais cette 4ème compagnie existait-elle en 1939/940 ? ne pourrait-il pas s'agir plutôt de la discrète 104 ème basée à Béni Ounif ?

Là j'avoue mon ignorance.

Mais si vous avait sa fiche matricule, vous devait y voir son affectation durant la période 39/40.

Link to comment
Share on other sites

Bonjour,

Je vous remercie de votre réponse et des informations qu'elle contient, bravo !

Pour continuer, si vous le voulez bien, je vous communique un extrait anonyme de la fiche matricule, contenant les informations d'affectation aux ouvriers d'artillerie :

* le soldat, classe 1934, étudiant, a été sursitaire jusqu'en 1936

* puis service militaire au 22ème Bataillon d'ouvriers d'artillerie, chimistes, de 1936 à 1938 ; brigadier de réserve

* mobilisé au 22ème BOA chimistes de 1939 à 1940

 

Par ailleurs, j'ai identifié sur internet les caractères distinctifs des ouvriers d'artillerie version 1937 que je vous communique en PJ :

* patte de col rouge écarlate, chiffre jaune jonquille, absence de soutache et d'attribut

* les boutons

 

Par ailleurs, la première photo datée de janvier 1940 étant réalisée au mariage du soldat pendant la "drôle de guerre", il est plausible qu'il ait amélioré sa tenue par des emprunts à des officiers ou à d'autres armes ; de plus, il n'était pas désargenté ! Les pattes de col portent bien le chiffre 4.

 

Enfin, la seconde photo, non datée, ne montre pas les insignes des ouvriers d'artillerie, de façon surprenante ;

est-ce une vareuse d'emprunt après la débâcle ? je l'ignore. 

Je vous renouvèle mes remerciements.

Cordialement.

1934 classe matricule soldat 22eme BOA extrait.jpg

sheet 03 2.jpg

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur

Bonjour,

Merci pour ces informations et pièce jointe, très intéressantes.

Il y a 11 heures, picpus a dit :

la première photo datée de janvier 1940 étant réalisée au mariage du soldat pendant la "drôle de guerre", il est plausible qu'il ait amélioré sa tenue par des emprunts à des officiers ou à d'autres armes ; de plus, il n'était pas désargenté !

Oui, c'est tout à fait possible, surtout pour une cérémonie d'ordre privée.

Il y a 11 heures, picpus a dit :

la seconde photo, non datée, ne montre pas les insignes des ouvriers d'artillerie, de façon surprenante ;

est-ce une vareuse d'emprunt après la débâcle ?

Là également tout est possible, dans cette période trouble. Cependant sa vareuse comportent des galons et sur sa fiche il est bien indiqué qu'il était passé brigadier de réserve, donc je pense que c'est bien sa tenue et son bonnet de police ( calot ), pour les insignes, il ne faut pas oublier qu'en 39/40 il était réserviste donc équipé pour la mobilisation, donc dans l'urgence et certainement avec les moyens du bord, ce qui peut expliquer certaines entorses au régalement.

 

Cordialement.

Link to comment
Share on other sites

Bonjour,

Merci de ces précieuses indications.

A titre d'information, je vous adresse une autre planche année 1937, issue d'internet.

Ce document confirme la tenue des ouvriers d'artillerie à cette date. en particulier la vareuse de tenue de sortie et les pattes de col concernant ma première photo datée de janvier 1940.

Cordialement.

sheet 10.jpg

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur

Merci pour cette nouvelle planche, qui effectivement confirme la tenue de la première photo ( hormis les bottes à lacet ) quand à la culotte de cheval, elle devrait être de même drap et de la même nuance que la vareuse.

Cordialement.

Link to comment
Share on other sites

Bonjour,

Merci pour l'ensemble de vos réponses à ma demande d'uniforme 1940 ; je suis très impressionné !

Pour le plaisir de prolonger notre échange sur les uniformes, voici une (médiocre) photo datée de mars 1917 :

* au centre, enfant, le futur soldat du 22ème BOA chimiste, évoqué plus haut

* à gauche, sa mère, petite-fille du premier soldat de ma présentation (Campagne de Russie en 1812, etc...)

* à droite, son père : ingénieur Centrale Paris, engagé volontaire, officier de réserve, capitaine d'artillerie en mars 1917, deux blessures, Croix de Guerre et Légion d'Honneur

Cordialement.

vlcsnap-2015-01-21-16h49m12s202.png

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur

Bonjour,

Il y a 10 heures, picpus a dit :

Pour le plaisir de prolonger notre échange sur les uniformes, voici une (médiocre) photo datée de mars 1917

Merci pour ce partage.

vlcsnap-2015-01-21-16h49m12s202.png.6a638df363316f2afc3af1711eb86854.png

Voici une belle tenue d'officier, dont l'ensemble est en drap bleu ciel ( dit bleu horizon ).

Fin octobre 1914, les bandes molletières ont remplacées les guêtres en cuir.

La culotte :

Elle comporte un passepoil rouge écarlate ( le décret du 21 avril 1915 établis la mise en place d'un passepoil à la couleur de l'arme d’appartenance :

   - jonquille pour l'infanterie.

   - rouge écarlate pour l'artillerie.

   - garance pour le service de santé.

   - noir pour le génie.

   - blanc pour la gendarmerie prévôtale.

   - bleu foncé pour la cavalerie.

   - vert pour le train des équipages, le service automobile et les pharmacien.

   - gris pour l'intendance.

   - orange pour l’aéronautique.

   - bleu horizon pour le service des chemins de fer de campagne, la poste militaire et les télégraphistes.

La vareuse :

A partir du printemps 1915, la silhouette des officiers subi une profonde mutation sans qu'aucun texte officiel ne vienne s'ajouter au réglement en vigeur. En effet, la proximité d'officiers britanniques très élégants commence peu à peu à blesser l'orgueil des officiers français de tous grades.

Des modifications apparaissent donc peu à peu dans la coupe de la vareuse et se généralisent rapidement. La ceinture de tissu intégrée tend à disparaitre, soit en n'étant tout simplement omise au moment de la conception de l'effet (elle est alors remplacée par une couture), soit en étant purement et simplement découpée et ôtée, des pattes d'épaules apparaissent, le col devient demi-saxe, les boutons deviennent apparents et sont confectionnés en métal, frappés ou lisses.
Les nombreux modèles de vareuses qui résultent du panachages de toutes ces modifications, sont très clairement inspirés du modèle anglais, qui symbolise à l'époque l'élégance masculine. C'est pour cette raison qu'ils sont très appréciés par les jeunes officiers soucieux de leur apparence. Il faut dire qu'ils ont en exemple les haut-officiers qui n'hésitent pas eux aussi, à revêtir ces nouveaux modèles.

Ce n'est qu'en 1920 qu'un modèle regroupent toutes ces modifications, deviendra réglementaire.

1585_1.jpg

 

Sur le haut de la manche gauche ce trouve des brisque de présence au front :

Ces brisques avaient pour effet de montrer l’expérience du feu d’un soldat. Plus il y avait de brisques, plus le soldat était expérimenté, il était alors un vieux briscard.
s-l225.jpg
 
La première brisque indique une présence d’un an au front. Les suivantes marquent 6 mois au front.
 
Le ceinturon :
Là aussi inspiré de l'officier britannique, le ceinturon type Sam Browne Belt pour officier (crochet de sabre), porté de façon non règlementaire de 1915 à 1918 puis devenu obligatoire pour les officiers depuis l'automne 1918 jusque dans les années 40 voire 50.
20180210.jpg
 
 
Le képi :
 
Coiffé du képi pour officier en drap bleu horizon.
 
p_132G_170326192702.jpg
 
 
Il y a 11 heures, picpus a dit :

capitaine d'artillerie en mars 1917, deux blessures, Croix de Guerre et Légion d'Honneur

 

Sur cette photo nous ne pouvons pas voir ses éventuels chevrons de blessures sur la manche droite, ni ses galons puisqu'il se tient les bras dans le dos. Il ne porte pas de décoration, la photo ayant certainement était prise avant l'obtention de la croix de guerre et la Légion d'honneur.
 
Belle photo.
Cordialement.

 

Link to comment
Share on other sites

Bonjour,
Merci de votre réponse dont l'érudition m'impressionne !

Je ne connaissais pas ces chevrons nommés brisques.

Cet officier de réserve de 1917 était dans le civil un dirigeant humaniste et unanimement respecté.

Cordialement et encore merci de vos réponses expertes !

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

  • 3 months later...

Sujet intéressant, mon grand-père a également été affecté au 22ème B.O.A. le 26.09.1939.

image.thumb.png.f089e5c7818e59a7fc098b0922797368.png

Voici 2 des photos que je possède sur le sujet ( au dos des photos il est précisé qu'elles ont été prises à Saint Amans en 1940) :

image.thumb.png.eafbdd7d6b654d909299400bf678ba07.png

L'uniforme sur cette photo est déjà plus visible (seul le soldat de droite porte le N°22 sur le col) :

image.thumb.png.c7ff04f7a2878bd5f16dd9587d21bcc9.png

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur

Bonjour,

Sur la première photo on voit des soldats décontractés qui posent "à table", ils sont pour la plupart en chemise.

Sur la seconde, l'homme de droite est un sergent ( comme nous l'indique le petit galon oblique sur le bas de sa manche et sur son bonnet de police ( calot )), vous noterez qu'il est en espadrilles, souliers de repos. Les autres soldat en vareuse n'ont pas de pattes de col visible, sur les tenues de cette période, les soldat disposent d'une sorte de patte qui se plie sous le col montrant la patte de col et qui peut recouvrir cette patte ( camouflage ) elle est maintenue à l'aide d'un petit bouton que l'on aperçoit sur le deuxième homme à gauche,

image.thumb.png.c7ff04f7a2878bd5f16dd9587d21bcc9.png

- En rouge les galons de sergent.

- En bleu les bouton permettant de maintenir la patte cache patte de col.

- En vert la patte cache visible sous le col relevé.

110.jpg

On aperçoit bien l'exemple des patte cache misent en place et maintenue par le petit bouton.

Link to comment
Share on other sites

Merci pour votre réponse. Il faut effectivement une bonne connaissance des uniformes pour comprendre.

Je vais avoir encore 2 ou 3 autres questions (mais par sur ce sujet), je vais regarder si je dois créer des sujets indépendants.

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur
Il y a 2 heures, Mazeppa a dit :

Il faut effectivement une bonne connaissance des uniformes pour comprendre.

Comme pour beaucoup de chose c'est une observation ( je ne dirai pas un travail, car c'est une passion ) de longue allène.

Link to comment
Share on other sites

  • 2 months later...

Bonjour,

J'ai retrouvé une autre photo du soldat AC, classe 1934, service militaire de 1936 à 1938 au 22ème BOA chimistes (partiellement en Algérie à Béni Ounif), brigadier de réserve, mobilisé de 1939 à 1940 au 22ème BOA (partiellement sur la Ligne Maginot).

J'ignore la date et le lieu de la photo.

J'ignore la nature du matériel montré sur la photo.

Je vais vous adresser un second message.

Cordialement.

soldat AC 22ème BOA.jpg

Bonjour,

En complément de mes demandes d'information sur le soldat AC, je me pose les mêmes questions sur l'un de ses camarades de service militaire, le soldat RZ :

Né en 1914, ingénieur chimiste en 1936, classe 1934, service militaire de 1936 à 1938 au 22ème BOA (Aubervilliers, Algérie, Figuid, Béni Ounif, Colomb Béchar), Maitre-Ouvrier, mobilisé de 1939 à 1940 au 22ème BOA (démobilisé à Lésignan).

Cordialement.

1934 22eme BOA matricule soldat RZ extrait.jpg

soldat RZ 22eme BOA Algérie.jpg

22eme BOA Marseille Oran 1937.jpg

22eme BOA au bord de l'eau Algérie.jpg

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur

Bonjour,

Coté tenue, c'est la même que précédemment.

784094626_soldatAC22meBOA.thumb.jpg.9637802e7ef7453fcd9ebe2c0a7ac992.jpg

Quand à sa "monture" ma première impression serait un tracteur de mine ou simplement loco-tracteur de fort, puisque vous précisez qu'il a été affecté dans la ligne Maginot.

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.



  • Posts

    Bouchon-Gras 49

    Posted

    La rançon n'ayant pas été versé, nous voyons certains dossiers sortir...

    berogeitabi

    Posted

    Du coup si vous avez l’occasion de visionner le film Z de Costa Gavras (1969) je ne peux que vous inviter à le regarder. D’autant qu’il s’agit en filigrane d’une critique de la dictature des militaires en Grece. 

    Heïdi

    Posted

    Bonjour, L'Indonésie 7e client export du Rafale. source.. http://www.paxaquitania.fr/2022/09/lindonesie-devient-officiellement-le.html

    Heïdi

    Posted

    Bonjour, Lu dans un livre sur les saboteurs de 39-45 cette phrase .... Hiver 1938 Hitler avait lancé son Plan Z annonçant le développement à court terme de la puissance maritime allemande. Décidément les dictateurs aiment beaucoup la lettre Z !  

    Bouchon-Gras 49

    Posted

    C'est exactement ce que m'a dit le vice amiral d'escadre (2s) Shèrer (spécialiste des uniformes de la Marine) lorsque j'ai abordé le sujet avec lui.
×
×
  • Create New...