Aller au contenu
Torrens

Histoire, symboles et traditions de la Gendarmerie

Messages recommandés

Le Drapeau

Le Drapeau de la Gendarmerie porte sur son avers "République française - Gendarmerie nationale" et sur son revers "Honneur et Patrie - Valeur et Discipline".

Sur le drapeau des unités GD ne figure que "Honneur et Patrie", sur le revers des unités GM ne figure que "Valeur et Discipline".

 

Cinq batailles sont inscrites au drapeau:

 

- Hondschoote: le 8 septembre 1793, la 32ème division de gendarmerie contribue à la victoire contre les Anglo-Hanovriens.

- Villodrigo: le 23 octobre 1812, une légion de gendarmes à cheval bouscule les dragons anglais en Espagne.

- Taguin: le 16 mai 1843, trente gendarmes participent à la prise de la smala d'Abd el Kader

- Sebasotpol: deux bataillons du régiment de gendarmerie à pied de la garde impériale participent à l'assaut et à la prise de la ville.

- Indochine 1946-1954: durant le conflit, les gardes mobiles perdent 654 tués et disparus, 1500 blessés.

 

Historique

La Maréchaussée apparaît durant la Guerre de Cent Ans. Étymologiquement, maréchaussée signifie écurie.

Le mot "gendarme" (venant de gens d'armes), prend le sens de cavalier pendant le XIVème siècle, puis celui d'homme de guerre fortement armé durant le XVème siècle.

 

Création de la Maréchaussée:

Au XIVème siècle, le Connétable, assisté des Maréchaux de France, est le chef des armées royales, l'ost. Il contrôle les gens de guerre et réprime leurs exactions.

En 1339, Philippe VI décide de doubler la justice du Connétable d'une force particulière confiée à un prévôt. Ce prévôt commande une troupe chargée de combattre les bandes armées suivant l'ost. C'est la création de la Maréchaussée.

 

Extension de compétences:

En 1536, François Ier décide d'étendre la compétence des Maréchaussées aux civils.

 

Un début de structure permanente:

Un édit de 1720 créé les premières brigades permanentes, composées de cinq hommes. Les brigades sont implantées dans les villes où se trouvent des foires, des marchés, au croisement des voies de communication.

Les tournées journalières sont instaurées en 1760.

 

Restructurations:

En 1791, la Maréchaussée devient Gendarmerie nationale.

La loi du 28 Germinal an VI (17 avril 1798) la restructure entièrement; la Gendarmerie est instituée pour assurer "le maintien de l'ordre et l'exécution des lois".

Cette loi est revue par le décret organique du 20 mai 1903, qui sera lui-même abrogé par la loi du 3 août 2009, qui maintient la Gendarmerie au sein des forces armées.

 

 

 

  • Like 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les trèfles et aiguillettes

 

Les gendarmes ne portent pas de fourragère, mais des trèfles et aiguillettes.

 

A l'origine, cet accessoire était utilisé pour verrouiller les pièces d'armures, puis pour lier des bottes de fourrage destinées aux chevaux.

 

Les aiguillettes s'imposent peu à peu dans l'Arme jusqu'à être portées réglementairement en 1720, sous la dénomination "aiguillettes de soie blanche de la Maison du Roi". Ce symbole d'Ancien Régime est abandonné à la Révolution, avant de revenir comme accessoire réglementaire quelques années plus tard.

 

De nos jours, les aiguillettes blanches sont toujours portées avec ferrets et coulants argent pour la GD et or pour la GM. La Garde républicaine et les élèves-officiers portent quant à eux des aiguillettes or.

 

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le ceinturon

En tenue de cérémonie (c'est-à-dire avec trèfles et aiguillettes), les gendarmes portent un ceinturon de soie blanche orné d'une tête de Méduse, or pour la gendarmerie mobile et argent pour la gendarmerie départementale.

Les gardes républicains et les élèves-officiers portent un ceinturon de cuir verni noir, avec tête de Méduse en or.

 

La symbolique

Méduse est un monstre à la chevelure constituée de serpents, qui peut pétrifier un homme d'un seul regard. Persée est parvenu à la décapiter en lui renvoyant son reflet à l'aide de son bouclier. Il a ensuite apporté la tête de Méduse à Athéna, qui l'a fixée ensuite sur son propre bouclier.

 

La tête de Méduse symbolise ainsi la force légitime mise au service de la loi, qui "pétrifie" les malfaiteurs.

 

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

bonsoir,

petite contribution uniformologique

planches de Lucien Rousselot

 

925885SAM2079.jpg

gendarmerie nationale 1791/1800

597762SAM2081.jpg

gendarmerie d'élite de la garde 1801/1815

818164SAM2080.jpg

gendarmerie d'élite de la garde 1801/1815

A+

erreur,

195506SAM2083.jpg

gendarmerie nationale 1791/1800

A+

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

Sur le drapeau des unités GD ne figure que "Honneur et Patrie", sur le revers des unités GM ne figure que "Valeur et Discipline".

 

 

 

Pourquoi cette différence alors que les mêmes valeurs devraient être identique aussi bien au niveau nationale, que départementale ou que pour la gendarmerie mobile ?

Par rapport à ce qu'il a marqué sur les drapeaux, qu'est ce que l'on vous apprend lors de votre formation en fonction de la voie que vous avez choisi ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est une très bonne question, et je vais creuser le sujet, car je n'ai pas de réponse immédiatement.

Aucune différence n'est faite durant notre formation; les différentes subdivisions d'armes et les gendarmeries spécialisées sont complémentaires et non opposées.

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La Gendarmerie dans la Grande Guerre :

12.07.2017

Au château de Vincennes, "la Grande Guerre des gendarmes"

DEXh_OOXoAAunb4.jpg

Dans le cadre des commémorations du centenaire de la Première Guerre mondiale, cette exposition, créée en 2015 à l’occasion de la rouverture du Musée de la gendarmerie nationale, vise à expliquer les missions et l’implication des gendarmes pendant le conflit.

S’appuyant sur les travaux réalisés ces dernières années par les historiens, l’exposition met en lumière le rôle tenu par la gendarmerie pendant le conflit qui reste encore trop peu connu du grand public. Après une présentation des uniformes et de l’armement, elle montre comment les gendarmes accompagnent, à l’entrée en guerre, mobilisation et réquisitions, protègent l’exode des populations des départements envahis, voire font le coup de feu. Si certains gendarmes, comme le garde Merlhe (armée de l’Air), s’engagent à titre individuel dans des unités combattantes, la gendarmerie départementale assure le maintien de l’ordre et la cohésion de l’arrière, tandis que la prévôté assure, non sans pertes sur le front de France et d’Orient (près de 900 morts) un rôle essentiel de logistique, de contrôle, de lutte contre la désertion et de police judiciaire.

L'exposition créée par le Musée de la gendarmerie nationale est accueillie sur le site du SHD Vincennes dans une version itinérante complétée par le SHD.

Pratique:
Service historique de la Défense, Château de Vincennes, Avenue de Paris, 94306. Pavillon du roi, 1er étage, salles d’exposition.
Métro: Château de Vincennes .

Dates : 10 juillet au 23 septembre 2017.
Fermetures exceptionnelles : le 12 juillet matin (ouverture à 14h), le 15 juillet et le 14 août.

Horaires:
• Lundi 13h-17h
• Mardi au jeudi 9h-17h
• Vendredi 9h-16h
• Samedi 9h30-15h
• Fermeture les dimanches et les jours fériés

Des visites commentées proposées au public:
• Vendredi 21 juillet, 14h
• Vendredi 25 août, 14h
• Vendredi 1er septembre, 14h
Durée estimée de la visite : 1 heure environ.

 

( Source : Ligne de Défense )

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ça faisait quelques temps que cette fameuse casquette ( d' une esthétique particulière ) a disparue de la tete de nos camarades gendarme mais maintenant c' est officiel, elle devient donc une pièce de collection.

27.07.2017

Le retour du calot: la casquette des gendarmes tire sa révérence

CA6CASGDz1WEB.jpg

C'est L'Essor qui l'annonce: la casquette, introduite en 2002 à la place du képi, est remplacée par le bonnet de police, le fameux calot. "Dans un message interne, la direction générale annonce la fin de la distribution de ce couvre-chef en dotation initiale", expliquent mes collègues de la revue de la gendarmerie.

"Le port du bonnet de police devient la norme avec les tenues de service", précise ce message interne. "Le port du bonnet de police est élargi aux tenues de ville qui ne prévoient pas la vareuse".

CL000GDNM9Tz1WEB.jpg

Depuis 2011, le port du calot était déjà autorisé avec les tenues de service courant, tandis que le port du képi ou du postillon est lui réservé aux tenues de campagnes, de ville ou de cérémonie.

 

Histoire du bonnet de police ( " calot " ) : file:///C:/Users/Laurent/AppData/Local/Temp/Histoire du bonnet de police et du calot.pdf

 

( Source : Ligne de Défense )

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Paul Boyé décroche le marché de l'habillement de la Police, il détenait déjà celui de la Gendarmerie :

 

23.07.2018

Externalisation: Paul Boyé va gérer l'habillement des policiers et celui des gendarmes

eclair001.pngExit Inéo Support Global qui détenait ce marché depuis 2013.

Paul Boyé Technologies vient de remporter le nouveau marché d'externalisation de la fonction habillement du ministère de l'Intérieur, un marché d'une valeur de 248 millions d'euros sur 4 ans. En fait, le marché a été attribué à un groupement formé par Paul Boyé Technologies et Calberson Sud-Ouest (groupe Geodis).

Titulaire du marché actuel de gestion de la fonction habillement de la gendarmerie nationale depuis 2011 (reconduit en 2014), Paul Boyé technologies ajoute désormais à son activité celle de la gestion de la fonction habillement de la police.

Ce nouveau marché porte à 270 000 hommes et femmes l’effectif qui sera habillé chaque année par la société toulousaine. Ce qui devrait concourir à une augmentation de son chiffre d’affaires de l'ordre de 25 à 30%. Paul Boyé Technologies, qui emploie 243 salariés près de Toulouse, annonce la création d’une trentaine d’emplois supplémentaires.

Jacques Boyé, Président de la société, a déclaré à Occitanie Tribune:
"Je me réjouis de cette victoire. C'est une décision exemplaire du Ministère de l'Intérieur qui a fait le choix de retenir un industriel français de la filière textile habillement face à la concurrence d’intégrateurs dont la spécialité dans le marché de l’énergie (eau, gaz, électricité) est très éloignée du savoir-faire de la fabrication et de la distribution d’habillement administratif et militaire. Les détails des notes attribuées pour la sélection du lauréat, révélées dans le cadre d’une procédure de référé précontractuel engagée par les candidats évincés, ont démontré que le marché avait été attribué au MIEUX disant et non au moins disant. Le critère prix intervenant pour 60% et la qualité technique de la prestation pour 40% dans le calcul de la note d’attribution. C'est une véritable victoire pour l'industrie française de la filière textile habillement ! Depuis quelques années, nous nous retrouvons en effet confrontés à la concurrence d'entreprises dont le cœur de métier est très éloigné de notre activité, et qui se positionnent principalement avec des produits d'importation."

 

( Source : Ligne de Défense )

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×