Jump to content
Search In
  • More options...
Find results that contain...
Find results in...
Sign in to follow this  
Wlfnstn

Le régiment de cavalerie

Recommended Posts

Dernière unité montée de l'Armée française, le régiment de cavalerie se compose de trois escadrons de marche, d'un escadron hors rang et d’un centre d’instruction.

Unités support du régiment de cavalerie :

- l'escadron hors-rang qui compte dans ses rangs la fanfare de cavalerie et la maréchalerie,

- le service vétérinaire.

 

Le service vétérinaire

L'antenne vétérinaire de la Garde républicaine est sous la responsabilité d'un vétérinaire en chef. Les vétérinaires sont des officiers du service de santé des armées.

L'antenne vétérinaire de la Garde républicaine est sous la responsabilité d'un vétérinaire en chef. Les vétérinaires sont des officiers du service de santé des armées.

La pratique de la médecine et de la chirurgie des chevaux au régiment de cavalerie diffère peu de ce qui a cours en milieu civil. La différence tient au fait que cette pratique s'inscrit dans un cadre opérationnel et qu'il n'y a pas d'élevage et de reproduction des chevaux.

Les vétérinaires participent au soutien sanitaire des missions du régiment de cavalerie et accompagnent souvent les chevaux dans leurs déplacements.

Le plateau technique de l'antenne vétérinaire inclus un bloc opératoire, des appareils performants d'imagerie médicale (radiographie, échographie, endoscopie), ainsi que des locaux de soins et d'hospitalisation pour les chevaux. L'ensemble des problèmes médicaux ou chirurgicaux susceptibles d'être rencontrés sont ainsi immédiatement pris en charge au quartier des Célestins où se trouve la clinique vétérinaire.

Les missions des escadrons de marche

Les missions du régiment de cavalerie sont de participer au protocole de l'État et à la sécurité publique générale.

Une des missions premières du régiment de cavalerie est d'assurer des services d'honneur à pied et à cheval au profit des plus hautes autorités de l'État. C'est ainsi que les gardes républicains cavaliers sont employés quotidiennement dans les palais nationaux, au premier rang desquels figure le palais de l'Elysée. Cinq cents services d'honneur sont effectués en moyenne chaque année, allant d'un simple piquet d'honneur avec quelques cavaliers à la mise en œuvre de la grande escorte à cheval.

Force montée projetable du ministère de l'Intérieur, le régiment de cavalerie assure quotidiennement des missions de sécurité publique à cheval dans Paris et sur l'ensemble du territoire français. Le cheval est employé dans des missions diversifiées : surveillance de zones difficiles d'accès, recherche de personnes, surveillance de secteurs touristiques, sécurité de grands rassemblements de personnes et maintien de l'ordre autour des stades.

Régulièrement sollicité lors d'évènements d'envergure comme le sommet du G8, du G20 ou à l'occasion de rencontres sportives importantes, le régiment possède également en permanence un peloton en alerte, capable d'être projeté dans un bref préavis sur un événement inopiné. Au total, il réalise plus de 10 000 patrouilles par an et remplit près de quatre-vingts missions à l'effectif d'au moins une escouade, soit six cavaliers avec leurs montures.

L'escadron hors-rang

Unité support du régiment de cavalerie, l'escadron hors-rang se compose de la fanfare de cavalerie et de la maréchalerie.

La fanfare de cavalerie de la Garde assure la pérennité des fanfares montées et fait revivre dans le cœur des français le panache et le souvenir des prestigieux régiments de l'armée française.

Par le pittoresque de son uniforme traditionnel, la somptuosité des flammes de trompettes et des tabliers des timbales, le brillant de ses cuivres éclatants, la fanfare de cavalerie demeure une formation très sollicitée tant en France qu'à l'étranger.

Son répertoire comporte de très nombreuses marches régimentaires évoquant les artilleurs, les cuirassiers, les dragons, les hussards, les chasseurs, les spahis, les chasseurs d'Afrique et bien sûr, différentes marches de la Garde, composées par les trompettes-major successifs.

Cette formation musicale est bien connue des parisiens qui peuvent l'applaudir lors des grandes cérémonies de l’État : escortes présidentielles et de souverains étrangers. Les ébrouements de chevaux, les claquement cadencés sur la pierre de la rue, les cliquetis d'armes qui s'entrechoquent, et ce sont tous les cavaliers d'autrefois, chevaliers, mousquetaires, dragons du roi, cuirassiers de l'Empire qui revivent un instant.

La maréchalerie et sa forge, où le feu grondant porte le métal au rouge dans le tintement clair des lourds marteaux, est rattachée à l'escadron hors-rang.

Forger à trois marteaux :

La méthode de fabrication des fers, dite "à trois marteaux", est très spectaculaire. Tandis qu'un maréchal-ferrant donne le rythme en tapant sur l'enclume, ses deux compagnons viennent à tour de rôle frapper le fer, porté au rouge, pour lui donner la forme souhaitée. Il faut plusieurs années pour former un maréchal-ferrant.

Le maréchal-ferrant est un artiste :

Plus qu'un artisan, le maréchal-ferrant de la garde est un artiste. D'un simple lopin de métal, parallélépipède brut découpé dans une longue barre, grâce à l'expérience acquise et à un coup d'œil irremplaçable, il va forger en quelques minutes un fer parfaitement adapté à la pointure et à la morphologie du pied de l'animal, antérieur ou postérieur, droit ou gauche. 
Imagine-t-on un bottier fabriquant une chaussure sur le pied de son client ? C'est ce que réalise le maréchal-ferrant, qui bat le métal incandescent sur l'enclume et guide le travail de ses deux assistants, avant de pratiquer les derniers ajustages sur le fer brut de forge pour le poser à chaud "à la française" sur la corne fumante du sabot.

Les pointures vont du 28 au 50 :

Les clous doivent être enfoncés au millimètre près pour ne provoquer aucun dommage et ne pas blesser le cheval. Sait-on qu'un fer doit être changé en moyenne tous les quarante-cinq jours, qu'il en existe plus de vingt sortes et que les pointures vont du 28 au 50, le plus petit tenant à l'intérieur du plus grand ?

En chevaux gris pour ses timbaliers, en chevaux alezans pour ses trompettes, elle possède le privilège de maintenir la tradition et la réputation de la cavalerie de la Garde républicaine.

A l'occasion de concerts symphoniques, la fanfare se joint à l'orchestre de la Garde et assure la partie « trompette de cavalerie » de certaines marches classiques.

 

Le centre d'instruction

Basé à Saint-Germain-en-Laye (78), le centre d'instruction du régiment de cavalerie remplit deux missions essentielles : la formation des gardes nouvellement affectés et le débourrage des jeunes chevaux.

Les gardes affectés au régiment de cavalerie suivent une formation de quatre à six mois au centre en fonction de leur qualification équestre. Ce stage permet de leur inculquer les principes de l'équitation militaire et de les instruire aux missions propres de la Garde : sécurité publique à cheval, service d'honneur à pied et à cheval, escortes.

Le débourrage des poulains est la seconde mission du centre. Achetés à l'âge de trois ans, ils reçoivent une formation de base appelée débourrage, au terme de laquelle ils sont progressivement préparés au service "en armes", c'est à dire avec le harnachement d'armes et le sabre. Ils poursuivent ensuite leur dressage au sein des escadrons dans lesquels ils sont affectés en fonction de leur robe pour effectuer, l'année suivante, leur premier service à l'occasion des cérémonies commémoratives du 8 mai.

Le centre de Saint-Germain-en-Laye forme également l'ensemble des gendarmes amenés à effectuer des missions de sécurité publique à cheval, ainsi que des policiers municipaux. Des militaires étrangers (Qatar, Maroc, Algérie...) y sont également accueillis au titre de la coopération internationale.

Servir au régiment de cavalerie

Comment servir au régiment de cavalerie ?

  • Conditions générales d'admission  :

- être sous-officier ou Gendarme Adjoint Volontaire (voir conditions sur le site www.lagendarmerierecrute.fr).
- être déclaré apte physiquement à la pratique de l'équitation par un médecin militaire ;
- avoir réussi les épreuves de sélection techniques ;                    

- Pour les maréchaux-ferrants : détenir le CAP de maréchalerie ;

- Pour la Fanfare de cavalerie : aucun niveau équestre n'est requis. En revanche, sont pris en considération le diplôme de fin d'études des conservatoires nationaux et régionaux, celui d'une école nationale de musique ou le prix d'une confédération musicale française.

Stages en école et affectation :

Après la formation commune en école de Gendarmerie, un stage spécifique "cavalerie" se déroule au centre d'instruction de Saint-Germain-en-Laye (78) avant une affectation en unité opérationnelle.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  

×
×
  • Create New...