Jump to content

Pour ceux qui souhaitent se déplacer afin de rendre hommage aux soldats français morts pour la France


Recommended Posts

  • Administrateur

Lundi 8 avril 2019 à 15h30 : le gouverneur militaire de Paris invite le plus grand nombre à assister au passage du cortège funèbre, sur le pont Alexandre III, du médecin des armées Marc Laycuras, mort pour la France au Mali le 2 avril 2019.

56446482_2319900934739018_5615290502497697792_n.jpg

 

Lundi 8 avril 2019 à 17h, une cérémonie publique d’hommage de la nation au médecin des armées Marc Laycuras, mort pour la France le 2 avril 2019 au Mali, se tiendra dans la cour d'honneur de l'hôtel national des Invalides, et sera présidée par la ministre des Armées, Florence Parly.

Accueil du public entre 16h et 16h30 au 129 rue de Grenelle, 75007.

 

56177082_2319904291405349_319319982255112192_n.jpg

 

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur

Tiré d'une dépêche de l'AFP.

Plusieurs centaines de militaires et de simples citoyens sont venus nombreux saluer la mémoire de Marc Laycuras, mort à l'âge de 30 ans, et élevé au grade de commandant à titre posthume. Le cortège funèbre a rejoint la cour d'honneur des Invalides après avoir emprunté le pont parisien Alexandre III.

"C'était votre première opération, ce devait être la première d'une longue carrière. Ce mardi 2 avril, votre route s'est soudainement arrêtée alors que vous étiez frappé par l'ennemi, lâche et invisible", a déclaré la ministre des Armées Florence Parly devant le cercueil du militaire français, recouvert d'un drapeau bleu-blanc-rouge. "Ce mardi 2 avril, la France perdait l'un des siens. Votre engagement nous honore. Votre sacrifice nous oblige", a-t-elle poursuivi en présence de la famille du militaire décédé, de la directrice du Service de santé des armées (SSA), le médecin général Maryline Gygax Généro et du chef d'état-major des armées, le général François Lecointre.

Marc Laycuras, qui relevait de la 120e antenne médicale basée au Mans, engagée au côté du 2e Régiment d'infanterie de marine (2e RIMa), était en opérations dans la région malienne du Gourma, frontalière du Burkina Faso.

Les jihadistes du Groupe de soutien à l'Islam et aux musulmans (GSIM) ont revendiqué l'attaque, dans un communiqué diffusé sur les réseaux sociaux.

Le commandant Laycuras est le 24e militaire français décédé au Mali depuis l'intervention française Serval en 2013 dans ce pays, suivie de l'opération antiterroriste Barkhane élargie à cinq pays du Sahel en 2014. 

( Source : Ligne de Défense )

 

56587553_2304153313000485_1375721687546331136_o.jpg

Aux Invalides, la Nation rend un dernier hommage au médecin des armées Marc Laycuras, mort pour la France le mardi 02 avril, au Mali.

32918ce025e159a320057e4d045920ea-hommage-national-aux-invalides-la-legion-d-honneur-pour-le-medecin-principal-marc-laycuras.jpg

25364-190408190502897-0.jpg

brevet-de-pilote-aeronavale-1930-1950.jpg.png

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...
  • Administrateur

13.05.2019

L'hommage aux deux commandos marine tués au Burkina aura lieu mardi matin

morts au combat.jpg

 

C'est demain mardi que la France rendra hommage aux deux commandos français, Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello, tués pendant l’opération de libération d'otages, au Burkina Faso.

L'hommage se déroulera mardi matin aux Invalides; à 11 heures, Emmanuel Macron y présidera une cérémonie d’hommage national. Cette cérémonie sera retransmise en direct à la télévision.

Le cortège funèbre franchira une heure avant le pont Alexandre III. D'où l'invitation désormais traditionnelle du gouverneur militaire de Paris à tous ceux qui souhaitent rendre hommage aux soldats morts pour la France.

Hier dimanche, en soirée, la ministre des Armées Florence Parly était présente pour rendre un premier hommage aux deux soldats français tombés au combat, lors du retour, discret, en métropole des deux dépouilles. Les corps avaient quitté la base de Gao un peu plus tôt.

( Source : Ligne de Défense )

 

60630579_2298472006865178_559850284113723392_o.jpg

Dimanche 12 mai, à Gao, au Mali, la force Barkhane a rendu hommage à nos frères d’armes, les maîtres Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello, morts au combat lors de l’opération de libération d’otages au Burkina Faso.

( Source : Ministère des Armées )

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur

14.05.2019

L'hommage aux deux opérateurs du commando Hubert tués au Burkina Faso

FRANCE-BURKINA-BE_96856627340460256831.jpg

La France a rendu, ce mardi matin, un hommage national aux deux membres des forces spéciales tués en libérant des otages au Burkina Faso.

Les cercueils des commandos marine, les premiers maîtres Cédric de Pierrepont, 33 ans, et Alain Bertoncello, 28 ans, recouverts du drapeau tricolore, ont d'abord traversé la Seine, sur le pont Alexandre III. Ils y ont été salués dans le cadre de l'hommage citoyen aux soldats tombés au combat, une pratique qui remonte à 2011, alors que l'armée française était déployée en Afghanistan.

2019-05-14T082252Z_103144634_RC1D4BD8DAF0_RTRMADP_3_FRANCE-S2580455495863491380.jpg

Les cercueils des deux bérets verts ont ensuite été disposés, côte à côte, dans la cour d'honneur des Invalides, symboliquement reliés par une "sangle de vie" utilisée par les nageurs de combat.

macron2.jpg

Le président Macron a fait une poignante allocution, en présence des familles des deux commandos, suivie de la sonnerie aux morts et de la Marseillaise. Il y a retracé "la mission périlleuse" du 9 mai menée par les opérateurs du 1er RPIMa et du commando Hubert et réaffirmé la volonté de la France de "lutter contre le terrorisme". Il a salué la "bravoure inouïe" des soldats qui ont réussi la mission au prix de la vie de deux d'entre eux, "héros de la Nation".

Le Président a aussi décoré les défunts de la Légion d'Honneur à titre posthume.

Leurs cercueils ont ensuite été portés par leurs camarades des forces spéciales au son du chant militaire "Loin de chez nous en Afrique", clôturant une cérémonie d'environ une heure.

macron1.jpg

Les obsèques du Lorientais Cédric de Pierrepont, l’un des deux militaires tués lors de l’opération de libération des otages au Burkina-Faso, auront lieu mercredi 15 mai 2019, à Larmor-Plage. 

Les obsèques d’Alain Bertoncello auront lieu samedi, chez lui en Haute-Savoie, dans l’intimité familiale.

 

( Source : Ligne de Défense )

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur

img_9224-4237955.jpg

Les obsèques de Cédric de Pierrepont, l'un des deux commandos marine tués dans l'opération qui a permis de libérer 4 otages au Burkina Faso, ont été célébrées ce mercredi 15 mai en l'église de Larmor-Plage dans le Morbihan, d'où il était originaire. Une cérémonie en présence d'une foule immense.

 la commune de Larmor-Plage s'était préparée à recevoir beaucoup de monde tant l'émotion est grande dans le pays de Lorient après la disparition des deux hommes. Et pour cause, le siège la Forfusco est à Lorient, où Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello se sont formés puis ont servi d'abord en tant que fusiliers marins puis comme commandos marine. Implantés depuis des décennies dans le paysage local, ces corps militaires sont très visibles lorsqu'ils s'entraînent en rade de Lorient. Ils font donc, pour ainsi dire, partie du quotidien des habitants.

16h30 : la cérémonie est terminée. Le cercueil sort sous les applaudissements de la foule. Les militaires des forces spéciales ont entonné le même chant que la veille aux Invalides "Loin de chez nous". Déjà joué pendant la cérémonie, de même que la chanson de Joe Dassin, "Siffler sur la colline", l'"Amazing Grace" a été à nouveau chanté par les militaires et la foule.

15h45 : Florence, la compagne de Cédric de Pierrepont a pris la parole "l'amour avec toi était simple et si grand. Tu étais un fils pour mes parents, un frère pour le mien, un fils et un frère aimant, un tonton comme on rêve tous, le compagnon idéal, l'amour de ma vie ...". "À mes côtés, tu le seras toujours ... " a-t-elle ajouté en sanglots.

La mère du commando s'est ensuite exprimée : "Tu étais mon fils, mon cœur, mon héros, avec un caractère bien trempé. Tu n’es plus là. Tu ne connaîtras pas la joie d'être papa et pourtant tu aurais été formidable (...) Tu as connu un bonheur immense avec ta chérie. Tu t’es épanoui avec tes frères d’armes et cette grande famille qu’a été l’armée." a déclaré sa mère.

15h25 : l'émotion est immense lors de la lecture du Psaume 22, "le Seigneur est mon berger", voulue par la famille.

15h10 : dans son hommage, le père Rémi souligne l'exemplarité des deux commandos tués, "l'exemple d'hommes qui se donnent totalement pour tout le monde et dont la mort enseigne tout le monde". 

14h45 : la cérémonie religieuse est célébrée par le père Rémi, l'aumônier des forces spéciales dans l'église en présence des proches et amis du défunt ainsi que des autorités militaires, à l’abri des photographes et des caméras.

14h30 : un rafale, un Atlantic 2 de recherche en mer de la BAN de Lann Bihoué et deux hélicoptères de la Marine nationale ont survolé la commune avant le début de la cérémonie

 

( Source :  https://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/morbihan/vannes/larmor-plage-foule-aux-obseques-cedric-pierrepont-1669815.html?fbclid=IwAR3gVsGPN8R48XfjM8v0ufIervkHRkyDzU7menQTkcrNXT-fAguDkgXZplM )

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur

Silence et recueillement, ce samedi matin à Montagny-les-Lanches, sur la place de l'église du village pour les obsèques d'Alain Bertoncello.

le-commando-hubert-sort-de-l-eglise-sous-les-applaudissements-photo-le-dl-vincent-bouvet-gerbettaz-1558174197.jpg

photo-le-dl-vincent-bouvet-gerbettaz-1558174197.jpg

a.jpg

les-collegues-du-commando-de-marine-hubert-ont-fait-le-deplacement-en-haute-savoie-photo-le-dl-vincent-bouvet-gerbettaz-1558168080.jpg

office-a-ete-assure-par-aumonier-des-fusiliers-marins-olivier-guillou-en-interims-l-officier-pierre-marie-crespin-en-opex-au-mali-photo-le-dl-vincent-bouvet-gerbettaz-1558174197.jpg

famille-et-amis-proches-du-militaire-tue-au-combat-au-burkina-faso-dans-la-nuit-du-9-au-10-mai-sont-venus-lui-dire-un-dernier-au-revoir-photo-le-dl-vincent-bouvet-gerbettaz-1558165173.jpg

une-foule-emue-a-tenu-a-accompagner-la-sortie-du-cercueil-photo-le-dl-vincent-bouvet-gerbettaz-1558174197.jpg

photo-le-dl-vincent-bouvet-gerbettaz-1558165870.jpg

( Source : Le Dauphiné )

18.05.2019

Obsèques d'Alain Bertoncello tué au combat au Burkina Faso: tout un village pleure son héros

FRANCE-BURKINA-BENI5583568350870113471.jpg

Le village de Montagny-les-Lanches (Haute-Savoie) a rendu ce samedi hommage à Alain Bertoncello, l'un des deux militaires du commando Hubert tués le 10 mai au Burkina Faso (photo AFP). Alain Bertoncello avait vécu 18 ans à Montagny-les-Lanches, 720 habitants. Un village montagnard où l'église, l'école et la mairie sont sur la même place et où les vaches laitières qui en constituent la principale ressource broutent jusque devant les maisons.

L'AFP a consacré une belle et sobre dépêche à cette cérémonie. En voici des extraits:

"Ciel plombé, vol lent de deux hélicoptères au dessus de la petite église néogothique, "Sur un prélude de Bach" de Maurane en fond sonore, la cérémonie a commencé dans une atmosphère de grande mélancolie. Le cercueil était arrivé au milieu d'une haie d'honneur de cinquante drapeaux, et de dizaines de marins et de parachutistes en béret rouge. Une trentaine de membres du commando Hubert de nageurs de combat auquel appartenait le militaire de 28 ans, en béret vert et visage masqué pour préserver leur anonymat, ont été applaudis à leur entrée dans l'église. Six d'entre eux ont porté à la sortie le cercueil recouvert du drapeau national.
Ses amis d'avance étaient venus, chacun avec une rose blanche. Les centaines de personnes présentes ont suivi la cérémonie par haut-parleur, après avoir pu signer des registres de condoléances sur la place. Ou se remémorer le jeune homme à travers une série de photos disposées sur un panneau métallique. On y voit Alain Bertoncello, yeux clairs et cheveux blonds drus, éclatant de santé, avec un sourire à la fois très franc et très doux.
Lors de la cérémonie, où la tante du jeune homme jouait de l'harmonium et sa soeur Aude de la flûte traversière, les hommages ont décrit un jeune homme remarquable, au-delà de l'émotion de circonstance. Un de ses soeurs a souligné son "sens de la famille et des autres, qui pour (lui) a pris une autre dimension, donner (sa) vie pour en sauver d'autres".
Sa compagne Lea a indiqué qu'il avait fait d'elle "la femme la plus heureuse du monde". Son ami Maxime Chatelain a rappelé comment il avait "son destin tout tracé" dans l'armée, lui qui "était à l'aise sur terre, dans l'eau, dans les airs" et... maîtrisait "même le feu, quand il allumait le barbecue". "Mais j'ai toujours été impressionné par ton humilité (...) Je suis tellement fier de toi", a-t-il ajouté en sanglotant.
Un de ses compagnons du commando Hubert a évoqué "les immenses qualités humaines" de "Bébert", "irréprochable dans tous les domaines", "soucieux du détail" et devenu une sorte de "concierge" du bâtiment des militaires, dans lequel il effectuait de multiples réparations."

 

( Source : Ligne de Défense )

Link to comment
Share on other sites

  • 5 months later...
  • Administrateur

04.11.2019

La dépouille du Spahi tué au Mali de retour en métropole mardi matin

pointeau.jpg

Le brigadier Ronan Pointeau, 24 ans, qui faisait partie du 1er régiment de Spahis de Valence, est samedi mort après "le déclenchement d'un engin explosif improvisé au passage de son véhicule blindé". Son détachement faisait partie d'un détachement "engagé dans une escorte de convoi" à 20 km d'Indelimane, dans la région de Ménaka, près de la frontière avec le Niger. 

Comme le veut la tradition, un hommage aura d'abord lieu à Paris, mardi après-midi, avant une cérémonie à la caserne de son régiment, à Valence (Drôme).

 

05.11.2019

Barkhane a rendu hommage à Ronan Pointeau dont le corps traversera le pont Alexandre III ce mardi

ema.jpg

 

Cet après-midi, un hommage populaire sera rendu à 16h30 sur le pont Alexandre III afin d’honorer la mémoire du brigadier-chef Ronan Pointeau, tué au Mali le samedi 2 novembre. Ce spahi, fils de gendarme, a trouvé la mort lorsque le VBL où il se trouvait a été frappé par un IED et s'est retourné.

Ses deux camarades de l'équipage du VBL ont été blessés mais leur pronostic vital n'est pas engagé selon l'EMA.

La cérémonie intime d’honneurs funèbres militaires réservée à la famille et aux proches aura lieu à 16h40 dans la cour d’honneur de l'Hôtel national des Invalides. Elle sera présidée le général Burkard, chef d’état-major de l’armée de Terre.

 

( Source : Ligne de Défense )

 

 

Link to comment
Share on other sites

  • 6 months later...
  • Administrateur

Un hommage du SSA et de l'armée de l'Air aux deux militaires morts la semaine dernière à l'entraînement

cazaux.jpg

Mardi matin, le général d’armée aérienne Philippe Lavigne, chef d’état-major de l’armée de l’Air, a coprésidé avec le médecin général des armées Maryline Gygax Genero, directrice centrale du Service de santé des armées, l’hommage funèbre aux deux militaires de la base aérienne de Cazaux qui ont trouvé la mort la semaine dernière lors d’un entraînement à l’hélitreuillage.

hommage.jpg

Le sergent Pierre Pougin, de l'armée de l'Air, est mort à l’entraînement le 29 avril et l’infirmier en soins généraux de premier grade Quentin Le Dillau, du SSA, est décédé le lendemain, des suites de ses blessures. Ils ont chuté au sol au cours d’un entraînement à la mission de Search and Rescue dans la journée du mercredi 29 avril, dans les environs de Biscarosse, dans les Landes.

Les circonstances de cet accident qui a eu lieu alors que les deux militaires étaient hélitreuillés restent à établir.

Les deux militaires étaient bretons, Pierre Pougin originaire de Rennes et Quentin Le Dillau de Lorient. "Ils étaient de ceux qui avaient fait le choix de défendre notre pays de la plus belle des façons, en engageant leur vie pour protéger celle de leurs concitoyens", selon le général Lavigne, CEMAA, qui a ajouté: "Sergent-chef Pierre Pougin, tous ceux qui vont ont côtoyé se souviennent de votre sourire, de votre sérieux, de votre esprit de camaraderie et de votre grande humilité."

S’agissant de Quentin Le Dillau, la directrice du SSA a déclaré: "Vous avez déterminé, depuis votre entrée dans l’armée, votre manière de servir autour de la notion du don de soi et du sens de l’autre".

 

( Source : Ligne de Défense )

Link to comment
Share on other sites

  • 2 months later...
  • Administrateur

Tojohasina Razafintsalama, 43e soldat français mort pour la France au Sahel depuis 2013

C'est en début de semaine prochaine qu'auront lieu, très probablement, les cérémonies en mémoire du 1ere classe Tojohasina Razafintsalama. Le plan Hommage avec un passage sur le pont Alexandre III et la cérémonie aux Invalides seront suivis d'une autre cérémonie, à Tarbes, siège du 1er RHP. Les dates et horaires seront précisés ce week-end.

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2020/07/24/tojohasina-razafintsalama-43e-soldat-francais-mort-pour-la-f-21346.html

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur
Les honneurs militaires seront rendus à feu brigadier Tojohasina RAZAFINTSALAMA du 1er RHP en cour d’honneur de l’hôtel national des Invalides demain lundi après-midi dans la plus stricte intimité lors d’une cérémonie présidée par le Chef d'état-major armée de l'Armée de Terre.
Soyons nombreuses et nombreux à rendre un dernier hommage à notre soldat mort au service de la nation marquant ainsi notre soutien à ses proches et camarades au passage du cortège funèbre sur le pont Alexandre III, demain à 16h30.
Link to comment
Share on other sites

  • 4 months later...
  • 2 weeks later...
  • Administrateur
Cérémonie d'hommage aux militaires de la Gendarmerie nationale décédés et blessé lors d’une intervention pour violences conjugales à Saint-Just (63).
Suivez le direct ce jour lundi 28 décembre 2020 à 13h45, en présence de Gerald Darmanin, ministre de l'Intérieur, Florence Parly, ministre des Armées et du DGGN.
 
(source : ministère de l'intérieur)
  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...
  • Administrateur

L'hommage national aux trois morts du 1er RCh aura lieu lundi

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/media/01/01/1736526504.jpg

Le traditionnel hommage national aura lieu lundi en fin d'après-midi, aux Invalides. Le convoi transportant les corps des trois cavaliers du 1er régiment de chasseurs franchira le pont Alexandre III vers 16h30. 

Voici le programme des hommages:
- Ce jeudi, un hommage du Premier ministre. Jean Castex, en déplacement auprès de la Force Barkhane au Tchad, a rendu un hommage au maréchal des logis Tanerii MAURI, aux brigadiers Quentin PAUCHET et Dorian ISSAKHANIAN sur la base aérienne 172 de N’Djamena (Tchad). Il a déposé une gerbe en leur mémoire.
- Lundi 4 janvier 2021 : Un dernier hommage sera rendu aux trois soldats au passage du cortège funèbre sur le pont Alexandre III, à 16h30. Chacun pourra marquer son soutien à leurs familles, à leurs proches et à leurs frères d’armes par une présence digne et silencieuse tout en respectant les consignes sanitaires en vigueur. Une retransmission en direct sera assurée par les médias et les réseaux sociaux du gouverneur militaire de Paris (Facebook live). 
- Lundi 4 janvier 2021 : Les honneurs funèbres militaires, à 16h40 à l’Hôtel national des Invalides (HNI). Présidée par le général d'armée Thierry Burkhard, chef d'état-major de l'armée de Terre, la cérémonie sera organisée dans la plus stricte intimité.
- Mardi 5 janvier 2021 : La cérémonie d’hommage national aura lieu au sein du 1er régiment de chasseurs à Thierville-sur-Meuse (55), à 15h15. Elle sera présidée par Florence Parly, ministre des Armées.

Plan Hommage: honorer les soldats morts pour la France en opérations extérieures

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/media/02/00/3583375693.jpg

Ce lundi après-midi aura lieu une cérémonie d’hommage aux trois soldats français tués lundi dernier au Mali. Les honneurs funèbres militaires seront rendus à 16h40 à l’Hôtel national des Invalides. Présidée par le général d’armée Thierry Burkhard, chef d’état-major de l’armée de Terre, la cérémonie sera organisée dans la plus stricte intimité.

Cette cérémonie s’inscrit dans le plan Hommage qui est mis en œuvre après la mort de soldats français tombés en opérations extérieures. Chacune de ses étapes permet d’honorer la mémoire des militaires disparus (photo Dicod ci-dessus).

Qui pilote le plan Hommage ? C’est le Gouverneur Militaire de Paris qui est chargé de sa mise en œuvre. La priorité est de soulager la famille de tous soucis matériels, administratifs et financiers à l’arrivée de la dépouille mortelle.

Depuis quand? En août 2011, deux soldats du 2e régiment étranger de parachutistes (2e REP), ont été tués au combat en Kapisa (Afghanistan). Alors gouverneur militaire de Paris et ancien « père » de la Légion étrangère, le général Bruno Dary a décidé de mettre en place un « plan Hommage » similaire à ce qui se pratiquait déjà dans des pays anglo-saxons comme le Canada et le Royaume-Uni.

Où a-t-il lieu ? Le plan Hommage s’organise autour de trois lieux.

D’abord, le pont Alexandre III où se déroule l’hommage populaire aux morts (photo AFP ci-dessous). Ce pont, qui porte le nom du tsar de Russie Alexandre III (1845-1894), relie l’avenue Winston-Churchill, où se trouvent le Petit Palais et le Grand Palais, et l’esplanade des Invalides. Il a été construit entre 1897 et 1 900. Le franchissement du pont par les convois officiels se fait en prélude à la cérémonie officielle qui se tient peu après aux Invalides.

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/media/01/00/2923065827.jpg

Ensuite, aux Invalides. Y sont rendus les hommages militaires, comme ce sera le cas ce lundi. Mais un hommage national peut aussi s’y dérouler. Par exemple, en décembre 2019, le président Macron avait prononcé un éloge funèbre avant de remettre la Légion d’honneur, à titre posthume, à treize soldats « morts pour la France » au Mali.

Enfin, la dernière étape se déroule dans la ville de garnison des soldats morts. Ainsi, demain, mardi 5 janvier, la cérémonie d’hommage national aura lieu au sein du 1er régiment de chasseurs à Thierville-sur-Meuse (55), à 15h15. Elle sera présidée par Florence Parly, ministre des Armées.

 

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/media/01/01/2293243107.jpg

 

 

L'hommage aux deux morts du 2e RH aura lieu jeudi à Paris

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/media/02/01/3608727949.jpg

Le traditionnel hommage aux soldats tombés en opex aura lieu jeudi, pont Alexandre III vers 16h50, avant une cérémonie aux Invalides, à 17h, en mémoire du sergent-chef Yvonne Huynh et du brigadier-chef Loïc Risser, au 2e régiment de hussards, à Haguenau (Bas-Rhin). Ces deux militaires ont trouvé la mort au Mali, samedi dernier.  

La ministre sera à Haguenau, vendredi 8 janvier à 16h30, pour la cérémonie d’hommage national.

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/media/00/01/3505393049.jpg

Ce jour, elle a rendu un hommage national mardi à Thierville-sur-Meuse, près de Verdun (Meuse), aux trois soldats du 1er régiment de chasseurs décédés le 28 décembre au Mali (photo AFP).

"Aujourd’hui, la France pleure. Elle pleure dans le froid glacial du mois de janvier, en se souvenant de la chaleur de vos âmes. Et demain, elle fera bloc. Elle fera bloc pour faire face. Avec vos familles, avec vos frères d’armes, nous ferons face. Au Sahel, je sais que déjà, vos camarades font face. Le cœur en peine, l’âme au combat. Ils le font pour nous. Ils le font pour vous, ils le font pour votre mémoire. Ils le font pour continuer votre combat, sans jamais oublier ce en quoi vous avez toujours cru, ce pour quoi vous êtes tombés", a-t-elle déclaré.

 

(Source : Ligne de Défense)

Link to comment
Share on other sites

  • 6 months later...
  • Administrateur

220088458_4455243784506828_5758743052345344962_n.jpg

Mon adjudant-chef,

Vous venez de quitter la terre libanaise.

Nous vous accueillerons bientôt en France, pays dont vous portez les couleurs depuis de nombreuses années.

Esterhazy

 

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur

222693021_4467140716650468_450411762189340640_n.jpg

Mon adjudant-chef,

Vous avez servi 36 ans sous les couleurs de la France, 9 ans sous celles d’Esterhazy. Vous avez porté haut notre image, aujourd’hui c’est nous qui vous portons.

222816088_4467147926649747_6322148940738737547_n.jpg

A chaque étape de votre retour auprès des vôtres, nous sommes là à vos côtés.

Esterhazy

221181458_4467140913317115_6246527038487175089_n.jpg

(source : 3eme régiment de Hussards)

 

Link to comment
Share on other sites

  • 2 months later...
  • Administrateur

Hommage solennel à Adam Tahri, le plongeur démineur décédé en rade de Brest 

 

Le plongeur démineur de 27 ans, Adam Tahri, qui a trouvé la mort il y a une semaine, lors d’une plongée d’entraînement en rade de Brest, a été inhumé, ce vendredi, avant de recevoir les hommages militaires.

immense-emotion-lorsque-ses-collegues-plongeurs-ont-porte-le_5916843_820x500.jpg

Immense émotion lorsque ses collègues plongeurs ont porté le cercueil devant la famille et le personnel militaire. (Le Télégramme/Stéphane Jézéquel)

ses-freres-d-arme-ont-porte-son-cercueil-avant-de-recevoir_5916847_820x500.jpg

Plus d’une centaine de militaires, les membres de son unité au complet, soutenus par d’anciens plongeurs démineurs et plongeurs de commando sont venus le saluer une dernière fois. La famille présente et de nombreuses personnes de la région de Plougastel-Daoulas, ainsi que des Brestois, proches ou anonymes, ont assisté à cette cérémonie des plus émouvantes. Le marin de 27 ans, décédé vendredi dernier lors d’un entraînement en rade de Brest, a été élevé au rang de premier maître et a reçu la Médaille d’or de la Défense nationale.

Brillant et apprécié

Émotion forte et contenue de la part de ses frères d’arme, ses collègues d’unité (le groupe de plongeur démineurs - ou GPD - de l’Atlantique) qui ont lentement porté le cercueil devant plus de 200 personnes réunies devant le centre funéraire de l’Ouest, à Brest.

L’amiral Arnaud Provost-Fleury, adjoint organique d’Alfan à Brest, en l’absence du préfet maritime Olivier Lebas en déplacement à l’étranger, a retracé la courte mais brillante carrière de ce plongeur d’élite. « Sportif accompli, il était chaleureux, dynamique et enthousiaste. C’était un homme aux convictions profondes, un passionné ! »

Partout dans les rangs, le jeune homme a été qualifié de « solaire » par ses proches et de particulièrement « attachant » par ses collègues. « Soyez assurés de la profonde fidélité et de l’indéfectible soutien de la Marine nationale », a ajouté l’amiral à l’intention de la famille plongée dans une insondable tristesse.

Quelques minutes avant la cérémonie, sous le choc de cette brutale disparition, son papa, Mansour Tahri, a parlé avec émotion de son fils. « Il était brillant. Il avait été très fort à son BTS et à son cours de Maistrance, à Brest. » Derrière lui, des anciens de son BTS en électrotechnique essuyaient leurs larmes. Des collègues de l’école de plongée et des marins de Toulon avaient également fait le déplacement pour saluer une dernière fois leur collègue et ami. Le sabre des officiers mariniers supérieurs, ainsi que la Médaille d’or ont été alors posés sur le cercueil recouvert des couleurs nationales. Des anonymes brestois attachés à la Marine et touchés par le sacrifice des marins et soldats, s’étaient joints à l’hommage. Un homme, sans lien direct avec la famille, est venu, quant à lui, déposer une gerbe…

(source https://www.letelegramme.fr/finistere/brest/a-brest-hommage-solennel-au-plongeur-demineur-disparu-en-rade-adam-tahri-24-09-2021-12832824.php?fbclid=IwAR0sycS5CGqFXcNdZVzmCNgjAeobhd_dnjcEZKcXee3nYa9wPCRIl9z2_-0 )

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur

243118291_4501185206630607_8277353988426313894_n.jpg

Hier à Gao, dernier hommage de la Force Barkhane au caporal-chef Maxime BLASCO, mort pour la France le vendredi 24 septembre.

243118291_4501185199963941_5733339457001695110_n.jpg

243661387_4501185189963942_5713457278772456641_n.jpg

 

Rendez-vous ce mercredi 29 septembre à partir de 15h sur le pont Alexandre III ou sur nos réseaux, de près ou de loin, avec le sergent Maxime Blasco, mort pour la France.

243148111_6180587195315847_3703319411718384655_n.jpg

Link to comment
Share on other sites

  • 3 weeks later...
  • Administrateur

Les hommages militaires au maréchal des logis Adrien Quélin seront rendus mercredi 20 octobre au quartier général Guillaume lors d'une cérémonie présidée par le chef d'état major de l'Armée de Terre, le général Pierre Schill.

(Armée de Terre 27e brigade d'infanterie de montagne - Page officielle)

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur

Aujourd'hui s'est tenue la cérémonie d'hommage à Adrien Quelin, promu à titre posthume maréchal des logis-chef pour ses services rendus à l'armée et à la France.

243200802_4359055384201843_6163181750500926192_n.jpg

246826588_4359056947535020_5097980153942907400_n.jpg

246924280_4359056307535084_6156236200961155677_n.jpg

Celle-ci s'est déroulée sur la place d'armes du quartier général Guillaume, à Gap, présidée par le chef d'état-major de l'armée de Terre, en présence de sa famille et des autorités civiles et militaires.

(Armée de Terre 27e brigade d'infanterie de montagne - Page officielle)

  • Thanks 2
Link to comment
Share on other sites

  • 2 months later...
  • Administrateur

271699374_5162389457127298_7498629944382948702_n.jpg

Le 10 janvier 2022, le Bataillon #Savoie a rendu les honneurs militaires au sergent Jérémy Amoroso, engagé à la 3ème compagnie depuis 2003. Ses frères d'armes conserveront la mémoire de sa bienveillance, de son esprit de cordée et de son sourire.

271686242_5162389453793965_2393022500282672425_n.jpg

En présence du gouverneur militaire de Lyon, du général commandant la 1ère division et du général commandant la 27e BIM, le 13e BCA a serré les rangs autour de sa famille et de ses proches. cette cérémonie marque le profond respect de notre institution envers celui qui nous a quitter le 31 décembre 2021 lors d'une mission courte durée à la Réunion.

271705351_5162389640460613_3282825079040398923_n.jpg

Le bataillon se tient et se tiendra auprès de ses proches en mémoire de son engagement.

271699478_5162389500460627_18306764189728110_n.jpg

(Source : Armée de Terre Défense Sud-est 1re Division 27e brigade d'infanterie de montagne)

Link to comment
Share on other sites

  • Similar Content

    • By Pendemonium
      Alors là, j'en reste sans voix...
       
       
      faut lire la suite, c'est pire !
       
      J'espère que son partie est alerté et va prendre la mesure de ces propos inadmissibles..... comment peux on tenir de tels propos lorsqu'on est élu ? Surtout affilié à un des parties politiques les plus représentatifs des français ?
      Etonnant, le représentant local des anciens combattants n'a ni infirmé, ni confirmé les propos (http://www.courrier-picard.fr/region/le-maire-de-jussy-choque-l-assistance-par-ses-propos-lors-ia0b0n236867)
    • By Torrens
      D'après L'Express, la France devrait renforcer son dispositif en RCA de plusieurs centaines d'hommes pour intensifier son soutien à la Mission internationale de soutien à la Centrafrique (MISCA). L’objectif serait de faire cesser les exactions des rebelles qui ont renversé le président Bozizé. Celui-ci fera l'objet d'une obligation à quitter le territoire français où il s'est réfugié.
    • By Pendemonium
      On peut lire cet article sur le blog de Mr JD Merchet :
        Je me dis "tiens, ça semble une bonne nouvelle". Mais d'ou vient ce besoin ?  
      ça tombe sous le sens. Mais ça ne répond pas à ma question... aaaaahhhh...je comprend mieux. Mais vu de chez moi, l'arbre semble cacher la forêt. On souhaite protéger qui en réalité ? les militaires? les officiers d'état major ? les gouvernements qui prennent les décisions ?
      Uzbin a montré bien des choses: les limites des italiens à gérer une zone (graissage de pattes talibanes pour avoir la tranquillité), les limites du matériel français (les frag, la dotation à 6 chargeurs etc...) ? les limites du format français  (absence d'hélico de manœuvre, de combat ... on peut dire ce qu'on veut mais les systèmes d'arme engagés les années suivantes (artillerie, drone, déminage, char, VBCI, ...) ont montré que le maillage de différents composantes armées étaient plus efficients)
       
      Quelqu'un peut m'en dire plus afin que je ne tire pas de conclusion hâtive ?
    • By Pendemonium
      Un rapport relayé sur le blog opex360.com ne nous apprend rien. Mais pour une fois, c'est dit : les déficits capacitaires que la France devra affronter en les retardant ou en les étalant déjà depuis longtemps nombre de programme sont édifiant.
      A400M, mirage 2000D, ravitailleur en vol, navires patrouilleurs, ravitailleur, char léger, VAB etc....
      Ce que tout le monde sait, les députés Yves Fromion et Gwendal Rouillard l'ont écrit dans un rapport diffusé par la commission de la Défense de l’Assemblée nationale.
      J'aime beaucoup le coté "il était une fois" employé par l'auteur du blog :
       
      ça pourrait faire sourire si les enjeux n'étaient pas aussi grave. Le remplacement de l'armée par une milice devient palpable faute de construire aujourd'hui les moyens des ambitions politiques des dirigeants de demain. Faut pas rêver, si ces trous se creusent davantage, ils ne se combleront pas en 1 an ou 2 ....
    • By Pendemonium
      L'armée de terre compte encore dans son parc un certain nombre de véhicule vieux de 30 ans d'age.
      En tête de liste des véhicules très utilisé il y a le VAB.
      Le VAB reste également la seule monture polyvalente du SSA pour la relève tactique.
      On compte à ses coté le valeureux VLRA aussi pratique que dépourvu de protection et ...le J5 (passons..)
      Je cite le directeur central du SSA
       
      Mais rien n’émerge actuellement. Nos bon vieux vab san avec leur immense croix rouge et blindage des années 80 ont été ressorti au Mali (quid de l'expérience des VAB SAN afgha armés et banalisés ?)
       
      Les américains ont même fait l'acquisition de véhicules sanitaires protégés : http://www.armyrecognition.com/decembre_2010_defense_armees_militaires_actualites/larm_e_am_ricaine_commande_250_v_hicules_m-atv_version_ambulance_oshkosh_defense.html
      (j'avoue avoir du mal à imaginer la cellule san derrière qui semble minuscule)
       
      Je m'attendais à la sortie d'une version sanitaire du Sherpa par Renault Truck Défense mais ma recherche a fait choux blanc.
      En gros, je n'ai trouvé aucune prospections du service et aucune solution proposée par nos industriels.
      Le PVP me semble trop petit voir insuffisamment protégé.
      Il reste l'achat a l'étranger.
       
      Des infos ? des avis ? des idées ?


  • Posts

    Bouchon-Gras 49

    Posted

    Moscou veut le retrait des forces de l’Otan présentes en Roumanie… où Paris prévoit d’envoyer un groupement tactique.   Lors du sommet de Varsovie, en 2016, les membres de l’Otan décidèrent d’établir une « présence avancée réhaussée » [eFP] dans les États baltes et la Pologne ainsi qu’une « présence avancée adaptée » dans le sud-est de l’Europe, et notamment en Roumanie. Il s’agissait alors de prendre des mesures de « réassurance » au profit des pays s’estimant menacés par la Russie, qui, deux ans plus tôt, avait arraché la Crimée de l’Ukraine, en dépit du mémorandum de Budapest [1994] et l’accord « d’amitié » signé par Moscou et Kiev en 1997. Depuis, la Roumanie accueille un quartier général de brigade multinationale [à Craiova], qui est venu s’ajouter au site AEGIS Ashore de Deveselu, lequel est un élément, avec ses missiles intercepteurs SM-3 Block IIA, de la défense antimissile de l’Otan. En outre, les Alliés envoient régulièrement des avions de combat dans la région, afin de renforcer les moyens de police du ciel des forces roumaines et bulgares. Enfin, les déploiements de navires en mer Noire se sont plus fréquents. De même que les exercices. En décembre, et alors que la Russie continuait d’accentuer sa pression militaire sur l’Ukraine et venait de préciser les garanties « juridiques » sur sa sécurité qu’elle entendait obtenir des États-Unis et de leurs alliés européens, il fut rapporté que le général Todd Wolters, le commandant suprême des forces alliées en Europe [SACEUR], venait de proposer le renforcement de la posture de l’Otan en Roumanie et en Bulgarie, sur le même modèle que celle mise en place pour les pays baltes et la Pologne. Visiblement, ce projet a depuis avancé, alors que les mouvements de troupes russes aux abords de l’Ukraine s’intensifient et que les discussions entre la Russie, les États-Unis et l’Otan n’ont rien donné. En effet, lors de ses voeux aux Armées, le 19 janvier, le président Macron a fait savoir que la France était prête à « prendre toutes [ses] responsabilités dans des missions de type eFP, en particulier en Roumanie, si elles étaient décidé ». A priori, le conditionnel n’était sans doute pas nécessaire. « Je salue chaleureusement l’annonce du président Emmanuel Macron sur la disponibilité de la France de participer à la présence militaire avancée de l’OTAN en Roumanie. Le partenariat stratégique entre la Roumanie et la France sera ainsi renforcé sur le flanc oriental, dans la région de la Mer Noire », a en effet réagi le président roumain, Klaus Iohannis. Présentant, à son tour, ses voeux aux militaires et aux personnels civils de la Défense, la ministre des Armées, Florence Parly, n’a pas évoqué cette possible participation française à cette nouvelle mission de l’Otan qui se dessine au conditionnel. En effet, elle a parlé d’une « posture de fermeté à laquelle nous contribuons en déployant des moyens en Roumanie, en lien avec nos Alliés, comme l’a indiqué le président de la République hier [le 19/01], et comme nous le faisons aussi vis-à-vis des États baltes », où l’armée de Terre a déployé un sous-groupement tactique interarmes [S/GTIA] sous commandement britannique, en Estonie. Évidemment, un renforcement du flanc oriental de l’Otan est vu d’un très mauvais oeil par la Russie, d’autant plus que, parmi les garanties de sécurité qu’elle exige, il est demandé aux Alliés de « ne pas déployer de militaires et d’armements supplémentaires en dehors des pays dans lesquels ils se trouvaient en mai 1997 » [soit avant l’adhésion à l’Alliance des pays ayant fait partie du Pacte de Varsovie, ndlr], sauf « cas exceptionnels » et avec son « accord ». Ce 21 janvier, répondant à une question écrite, la diplomatie russe a enfoncé le clou, en citant, en particulier, les cas de la Roumanie et de la Bulgarie. « Il n’y a pas d’ambiguïté », a-t-elle soutenu. De l’ambiguïté, Mme Parly en voit pourtant dans l’attitude de Moscou. « À l’Est de l’Europe, nous voyons un niveau de tensions rarement atteint depuis la fin de la Guerre froide. La Russie adopte une rhétorique agressive et, par ses actions, elle cultive l’ambiguïté stratégique pour mieux contraindre ses voisins – l’Ukraine au premier chef mais aussi le reste de l’Europe. Dans ce contexte, c’est notre sécurité et la stabilité de notre continent qui sont en jeu. Il est donc essentiel que nous autres Européens, nous fassions entendre notre voix », a en effet estimé Mme Parly. Comme le disait le cardinal de Retz, qui savait de quoi il en retournait, « on ne sort de l’ambiguïté qu’à son détriment ». Toute la question est de savoir si la Russie prendra le risque de sortir de la sienne. PAR LAURENT LAGNEAU · 21 JANVIER 2022 (Source : Opex 360)   Crise en Ukraine : "Il faut absolument que la France reprenne l'initiative" Antoine Arjakovsky estime que le contexte de la présidence française de l'Union européenne doit être l'occasion pour Emmanuel Macron de se rendre, pour la première fois, en Ukraine. (© Fournis par franceinfo) Alors que la rencontre entre les chefs de la diplomatie russe et américaine au sujet de la crise en Ukraine, vendredi 21 janvier, à Genève, n'a débouché sur aucun résultat tangible, l'historien Antoine Arjakovsky, estime sur franceinfo qu'"Il faut absolument que la France reprenne l'initiative". Selon le directeur de recherche au Collège des Bernardins, spécialiste de l’Ukraine, "la France a été progressivement marginalisée". franceinfo : Est-ce que la France joue encore un rôle dans le dossier de la crise ukrainienne ? Antoine Arjakovsky : Le problème, c'est que la France a été progressivement marginalisée et que les Russes cherchent maintenant à marginaliser la France. Ils organisent des rencontres avec les États-Unis en Europe, sans l'Europe et donc sans la France. Il faut absolument que la France reprenne l'initiative. Le président Macron est allé plusieurs fois en Russie. Il n'est pas allé une seule fois en Ukraine, alors que l'Ukraine est considérée comme un pays qui a signé un traité d'association avec l'Europe, qui défend la démocratie, qui se bat pour l'Europe. Il y a eu des morts pour l'Europe. Il n'y a pas eu une seule visite d'un président français. On se dit que, si la France est présidente du Conseil de l'Union européenne, c'est vraiment à la France de prendre une initiative forte en se rendant en Ukraine, comme le font les Canadiens, les Allemands, les Américains. Antoine Arjakovsky, historien à franceinfo Tout le monde va à Kiev pour montrer la solidarité de ces pays. Il faudrait que la France aille à Kiev au nom de la France, au nom de l'Europe, pour dire réellement tout l'appui que la France accorde à l'Ukraine, à la démocratie, à la paix en Europe, avec des menaces beaucoup plus fortes vis-à-vis du Kremlin. Ce qu'a dit Macron au Parlement européen, à savoir qu'il était favorable à mettre en place une stratégie de sécurité en Europe et que cela prendrait plusieurs mois puisque cela demande des négociations internes avec les Etats-Unis. Et ensuite, ils veulent en plus négocier avec les Russes. Ce n'est pas du tout une rhétorique qui peut inquiéter le Kremlin. Les discussions continuent entre Américains et Russes. Est-ce que c'est une bonne nouvelle ? C'est forcément positif qu'ils se rencontrent. [Antony] Blinken [le chef de la diplomatie américaine], manifestement, essaie de gagner du temps, puisqu'il avait promis de répondre par écrit la semaine prochaine à l'ultimatum qui avait été envoyé au mois de décembre dernier par le Kremlin aux États-Unis. Pour moi, le plus important, c'est que les Américains sont conscients du fait qu'ils doivent renverser la stratégie du Kremlin, qui est cette sorte de rhétorique victimaire où les Russes ont essayé d'expliquer que c'est eux qui souffrent d'un encerclement de l'OTAN et qu'ils sont les victimes de l'histoire. Le problème n'est pas du côté des Occidentaux. Le problème, c'est du côté des Russes. Quelle est la marge de manœuvre des Américains ? Les Américains cherchent à mettre la Russie devant ses responsabilités en expliquant que les 100 000 soldats [massés à la frontière ukrainienne], c'est un fait réel, avéré et reconnu. Il faut que les Russes, qui ont annoncé aujourd'hui par la bouche de Lavrov qu'ils ne menaçaient pas l'Ukraine, acceptent d'être cohérents avec leurs gestes. La position des États-Unis, c'est de montrer qu'il y a du mensonge du côté russe et qu'il faut au contraire qu'ils soient cohérents. S'ils veulent vraiment discuter sur un plan sérieux et diplomatique, alors tout est possible. Mais s'ils ne veulent pas discuter, s'ils continuent à masser des troupes à la frontière, à ce moment-là, il n'y a plus de marge de manœuvre. Ce sera une réponse économique, financière. Est-ce que la poursuite des discussions passe forcément par le retrait des troupes à la frontière ? C'est une pression énorme sur les Ukrainiens. Il y a des troupes qui sont massées depuis plusieurs mois. Il y a des guerres hybrides, de la propagande, des attentats aux frontières, des alertes bombes. C'est une pression énorme. Au point que le président Zeletski a fait une déclaration solennelle avant-hier à la télévision devant les Ukrainiens : "Surtout, ne paniquez pas. Les Russes veulent que l'on craque face à cette pression psychologique et que l'on donne des arguments à la Russie pour attaquer". C'est surtout ce qu'il ne faut pas faire. Pour discuter et essayer de trouver une solution géostratégique, il faut pousser les Russes à reculer leurs chars, leurs hommes et à changer de rhétorique. (Source : France-Info)   Dans les négociations entre la Russie et les Etats-Unis, Macron tente de faire entendre la voix de l’Europe. Le vice-ministre d’Etat britannique chargé du Moyen-Orient, de l’Afrique du Nord et de l’Amérique du Nord, James Cleverly, le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, la ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock, et le secrétaire d’Etat américain, Antony Blinken, avant une réunion au ministère des Affaires étrangères à Berlin, en Allemagne, jeudi 20 janvier 2022. KAY NIETFELD / AP Comme ils s’y étaient engagés, les Etats-Unis consultent les Européens sur les discussions au sujet de l’Ukraine et de la sécurité du continent. Mais la France souhaite que l’UE joue un rôle plus important. Les Etats-Unis n’ont cessé de le marteler, en marge des discussions amorcées avec la Russie sur la sécurité du continent : « Rien ne sera décidé sur l’Europe sans l’Europe. » De fait, la promesse de l’administration Biden s’est accompagnée d’un réel effort de consultations des alliés continentaux, préoccupés d’être mis à l’écart à la demande de Vladimir Poutine. Les échanges organisés ces dernières semaines semblent cependant toucher leurs limites, du moins vu de Paris et de Berlin. Avant de voir le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, à Genève (Suisse), vendredi 21 janvier, Antony Blinken, le secrétaire d’Etat américain, était à Berlin, jeudi, pour rencontrer ses homologues allemand, Annalena Baerbock, et français, Jean-Yves Le Drian, ainsi que le vice-ministre britannique des affaires étrangères, James Cleverly. « Les consultations actuelles consistent à nous débriefer des tractations avec les Russes, mais nous voulons une vraie coordination, en préalable aux négociations, maintenant que l’on entre dans le dur, dit un diplomate français, ce n’est plus un sujet bilatéral russo-américain. » Sur le fond, si Américains et Européens rejettent en bloc l’essentiel des demandes russes, dont le gel de l’élargissement de l’Alliance atlantique (OTAN), les différences d’approche se font sentir dans trois grands domaines : la réalité des menaces pesant sur l’Ukraine, l’attitude à adopter en cas d’escalade et la question sensible des sanctions brandies pour dissuader la Russie d’attaquer. Ainsi, la France comme l’Allemagne continuent d’être perplexes face à l’alarmisme des Etats-Unis et du Royaume-Uni, qui considèrent qu’une attaque en Ukraine serait imminente, au vu du déploiement de forces russes aux frontières du pays. Par Philippe Ricard (Source : Le Monde)   «Une guerre de haute intensité ne peut être exclue» (© SPUTNIK / REUTERS «Poutine cherche rêve de reconstituer l'URSS, avec des vues sur l'Europe centrale.») Professeur agrégé et docteur en géographie-géopolitique, Jean-Sylvestre Mongrenier est chercheur à l'Institut français de géopolitique (Université de Paris-VII). Il est aussi chercheur associé à l'Institut Thomas More. FIGAROVOX.- Washington accuse Moscou d'avoir posté des agents dans le pays pour mener une opération de déstabilisation. Ces accusations sont-elles fondées ? Que cherche la Russie ? Jean-Sylvestre MONGRENIER.- Ces accusations sont crédibles, ce type d'opération constituant un classique du genre : déclencher un incident qui sert de prétexte à une agression militaire plus large. Un mot-clef dans le vocabulaire militaire russe : «maskirovka». Il se traduit par «petite mascarade» ou «dissimulation». La mystification, la feinte et la désinformation relèvent de la maskirovka. Souvenons-nous des «petits hommes verts» de Crimée ! En somme, la «guerre hybride» dont on parle tant aujourd'hui n'est jamais qu'une variante des guerres «masquées» et irrégulières d'antan, aux modalités et effets démultipliés par les possibilités qu'offrent de nouvelles technologies. Cessons de s'interroger sur les objectifs poursuivis par Vladimir Poutine et les dirigeants russes, comme si l'on ne voulait pas comprendre. Qu'on se reporte à la doctrine de l'«étranger proche», énoncée au début des années 1990, aux déplorations de Vladimir Poutine sur la «catastrophe géopolitique du XXe siècle» (la fin de l'URSS), à son discours sur le «monde russe» qui pose la revendication d'un droit d'intervention militaire partout où il y a des populations russophones. Moscou cherche à imposer un nouveau Yalta pour reconstituer tout ou une partie de l'URSS, avec des vues sur l'Europe centrale. Quant à l'Ukraine, Vladimir Poutine a déclaré à plusieurs reprises qu'elle n'avait pas de raison d'être, l'été dernier encore, dans une longue dissertation à prétention historique. Faute d'être dans le secret des états-majors, il importe, pour anticiper la menace, de considérer les représentations et discours géopolitiques ainsi que l'impressionnant dispositif militaire déployé autour de l'Ukraine. En vérité, la Russie a déjà envahi l'Ukraine : elle s'est emparée de la Crimée, première annexion forcée en Europe depuis 1945, et elle contrôle une partie du Donbass. La question est de savoir jusqu'où la Russie est prête à aller, militairement et territorialement. Évidemment, Moscou préférerait soumettre sans combattre. Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a déclaré, mardi 18 janvier, attendre des réponses des Occidentaux quant aux exigences de Moscou sur le non-élargissement de l'Otan. Dans ce contexte, une intégration de l'Ukraine à l'Otan est-elle possible ? Doit-on considérer que la Russie est l'arbitre des élégances et dispose d'un droit de veto sur les décisions des Alliés ? Non. Une question rhétorique : la Russie a-t-elle demandé notre autorisation pour signer le traité de Tachkent (1992), sept ans avant le premier élargissement de l'Otan? Rappelons qu'il s'agit d'un pacte militaire, à l'origine de l'OTSC (Organisation du traité de sécurité collective), qui la lie à certains États post-soviétiques. A-t-elle demandé notre autorisation pour établir l'Union eurasienne, aux portes de l'Europe ? Non plus. Au demeurant, le thème de l'Otan est un leurre. Il n'y a pas de consensus entre alliés pour accepter l'Ukraine en son sein. Sur le principe, l'Otan est ouverte à tout État européen qui fait une demande d'adhésion. En pratique, cette politique de la «porte ouverte» est suspendue. Cela, Vladimir Poutine le sait très bien. En fait, la Russie n'est pas sur la défensive mais à l'offensive : le maître du Kremlin se pose en «rassembleur des terres russes» et il veut s'emparer de territoires autrefois conquis et dominés, en dépit du fait que les États post-soviétiques soient reconnus sur le plan international et représentés à l'ONU, avec les droits et devoirs afférents (la Charte des Nations unies reconnaît le principe de légitime défense). Par ailleurs, les dirigeants russes ont un double discours concernant l'Otan. Sur le plan extérieur, ils font mine de s'inquiéter, en parlent à la manière d'une entité diabolique en pleine «expansion», comme si les Alliés opéraient des conquêtes. Entre eux et dans les médias russes, les mêmes comparent l'Otan à un «tigre de papier». Ils affirment que les Occidentaux, définitivement rétifs à la guerre et toute épreuve de force, ce dont témoignerait la forte baisse des dépenses militaires de l'après-Guerre Froide, sont stratégiquement déclassés et historiquement dépassés. Bref, ils n'ont que mépris pour l'Otan et plus encore pour ses membres européens. L'Ukraine a affirmé dimanche avoir des «preuves» de l'implication de la Russie dans une cyberattaque d'ampleur qui a visé cette semaine plusieurs sites gouvernementaux, dans un contexte de vives tensions entre Kiev et Moscou. Si les faits sont établis, quelles seront les répercussions ? D'ores et déjà, cela vient accroître plus encore les tensions entre la Russie d'une part, de l'autre l'Ukraine et ses partenaires occidentaux. Les actions de ce type, dans le cyberespace, sont partie intégrante de la guerre dite «hybride». C'est une «guerre avant la guerre», avec des objectifs tout à la fois matériels (endommagement et destruction d'infrastructures «critiques») et psychologiques (intimidation, voire sidération de la population). L'hostilité entre États est marquée par une «extension du domaine du conflit», pour paraphraser Houellebecq : «depuis le fond des océans jusqu'aux orbites géostationnaires, et dans tous les domaines de l'activité humaine.» Du point de vue de l'Otan, nous n'échapperons pas à la nécessité de qualifier ces cyberattaques. Entrent-elles dans la catégorie des menaces et des actes couverts par l'article 5 ? (la clause de défense mutuelle du traité de l'Atlantique Nord). D'aucuns croient évacuer le débat en répétant qu'il est difficile d'établir la responsabilité d'un État en matière de cyberattaques. C'est une esquive, avec l'espoir que les effets de telles attaques demeureront limités. Si tel n'était pas le cas, nous ne pourrions plus longtemps plaider l'ignorance et l'impuissance. Alors, il faudra poser des actes souverains. Comment la situation peut-elle, selon vous, évoluer ? Mal, très mal. Une guerre de haute intensité ne peut être exclue. Citons ici Julien Freund, dont le centième anniversaire de la naissance (2021) est passé inaperçu : «Il faut prévoir le pire pour qu'il n'advienne pas». Dans la présente situation, complaisance et «accommodements» (le nouveau terme pour plaider l'apaisement) sont exclus. À l'inverse, soyons fermes, renforçons les solidarités géopolitiques occidentales et réarmons. La «paix par la force» donc. Invoquer sans cesse le «dialogue avec la Russie» a quelque chose de pathétique. Quel rôle l'Union européenne et la France peuvent-elles jouer? La France, l'Union européenne et les États qui composent cette dernière ne sont pas sur Sirius : une offensive russe en Ukraine, ce grand pays à cheval sur l'Europe centrale et orientale, provoquerait une onde de choc qui balaierait tout le Continent, avec de multiples répliques et répercussions. Nul ne pourrait s'abstraire d'un tel contexte, aux plans militaires, stratégique et géopolitique. L'économie et le système énergétique seraient également touchés. Ne fantasmons donc pas sur une tierce voie. C'est une échappatoire mentale. Au vrai, les questions de défense relèvent d'abord des États, maîtres des moyens militaires, et de l'Otan, cette grande alliance occidentale qui regroupe la majeure partie des États européens. En revanche, le cadre d'action qu'est l'Union européenne est important pour les sanctions économiques et technologiques. Ces sanctions sont utiles et efficaces, mais leurs effets relèvent d'un laps de temps plus long que celui des coups de force militaires. La priorité est de faire front, politiquement, diplomatiquement et militairement. Agathe Lecoulant (Source : Le Figaro)

    Bloopy73

    Posted

    Oui, en effet devrai-je peut-être les recontacter ? Je suis très motivé et depuis longtemps j'essaie de trouver des informations là-dessus mais elles sont cachés ou alors pas mis à jour. J'ai pris rdv en CIRFA la semaine prochaine pour en savoir plus pour intégrer la réserve, peut-être qu'ils m'aiguilleront mieux que sur le site ? Comment postuler en tant qu'opérateur terrestre en Pro Def à Toulon ? Par l'APER de Toulon je suppose donc ? Pour avoir des informations, je leur envoi un mail à cette adresse ?   Et autre question, si par exemple je suis pris en tant qu’opérateur terrestre Pro Def à toulon, en ce qui concerne le transport, le logement et bien tout est pris en charge ? (Car je suis de Nantes)

    Bouchon-Gras 49

    Posted

    Non pas forcément, Toulon est le plus demandeur (plus grosse base militaire d'Europe). Brest n'est plus le port phare, quand à Lorient, la région est gavé d'ancien fusiliers et commandos, donc... Cependant tes instructeurs auraient pu t'aider. Et en général, les premiers ont une chance (en étant bien motivé) de pouvoir être sélectionné pour effectuer une FMIR. Oui, c'est la seule. Sans FMIR, je te conseil de postuler en tant qu'opérateur terrestre en Pro Def à Toulon. Tu peux essayer de te rapprocher de l'APER Toulon, pour avoir des information. dpmm-pm3-aper-toulon.accueil.fct@def.gouv.fr

    Bouchon-Gras 49

    Posted

    Pierre DAC, ce nom ne dit certainement rien aux plus jeunes d'entre nous. Pierre Dac (1893-1975). André Isaac, dit Pierre Dac, né le 15 août 1893 à Châlons-sur-Marne (Marne 51), aujourd'hui Châlons-en-Champagne), et mort le 9 février 1975 à Paris,inhumé à Paris 20e cimetière père lachaise div 87. Le chansonnier de la France libre. Pierre Dac, le grand ami de Francis Blanche, le bretteur des mots au comique inénarrable, créateur du feuilleton radiophonique Signé Furax.  (Après la guerre, il constitue un fameux duo humoristique avec Francis Blanche) Mobilisé en août 1914 au lendemain de son vingt-et-unième anniversaire, il revient du front quatre ans plus tard avec deux blessures : un éclat d'obus lui raccourcit de douze centimètres le bras gauche le 10 mai 1915, un autre le blesse à la cuisse en 1916. C'était un ancien combattant de la Première Guerre mondiale en 1939. Deux blessures en quatre ans de première ligne en tant que fantassin. A bouffer de la boue. Évidemment, quand la guerre débute, Pierre Dac est trop vieux pour combattre. Malgré cela, la défaite venue, Pierre Dac fera tout pour rejoindre Londres et offrir ses services. Réfugié en 1940 au 42, boulevard de Strasbourg à Toulouse avec Fernand Lefèbvre, futur pilote de la France librenote , Pierre Dac décide de rejoindre Londres en novembre 1941, mais il est arrêté lors de sa tentative de traversée des Pyrénées et incarcéré le 16 novembre 1941 à la Carcel Modelo (prison modèle) de Barcelone pendant quatre mois. Il est ensuite remis aux autorités françaises de la zone libre, à sa demande, et il est transféré à la prison de Perpignan le 6 mars 1942, où il ne reste qu'un mois grâce à un jugement très bienveillant. Au printemps 1943, Pierre Dac tente à nouveau sa chance en essayant de rejoindre en train le Portugal, via l'Espagne, sous une fausse identité canadienne. À nouveau arrêté le 18 mai, il est incarcéré à la prison de Valencia de Alcántara, au sud du pays. Un projet éventé d'évasion lui vaut un transfert le 4 juin à Cáceres, en Estrémadure. Il finit par être échangé contre quelques sacs de blé et des fûts d'essence, grâce à des négociations entre Espagnols et Britanniques sous la houlette de la Croix-Rouge française. Il quitte ainsi l'Espagne pour le Portugal le 29 août 1943 et rejoint Alger puis Londres, où il est emmené en avion le 12 octobre, pour y rejoindre l'équipe « Les Français parlent aux Français » de Radio Londres. Il intervient pour la première fois le 30 octobre 1943. À l'antenne, il parodie des chansons à la mode (Les Gars de la marine devenant « Les gars de la Vermine », Ça fait d'excellents Français, Horst-Wessel-Lied) pour brocarder le gouvernement de Vichy, les collaborationnistes et le régime nazi. Il a été, parmi d'autres, la voix du refrain célèbre de Jean Oberlé « Radio-Paris ment, Radio-Paris ment, Radio-Paris est allemand » sur l'air de La Cucaracha, les paroles de couplet étant l'œuvre de Maurice Van Moppès. Enthousiasmé par ce slogan efficace, Jacques Duchesne, le directeur de l'émission, décida de le placer en générique de l'émission. Fait unique, Pierre Dac a été nommé, en tant que civil, membre d'honneur du Groupe Lorraine, alors que ce groupe n'était composé que de militaires des forces françaises aériennes stationnées au Royaume-Uni. Il a reçu cette nomination honorifique à la suite d'un déjeuner bien arrosé et qui lui fit oublier de participer à une émission de radio de la BBC prévue cet après-midi là, son seul manquement durant la guerre. Lorsque, le 10 mai 1944, Philippe Henriot, sur Radio-Paris, s'en prend à Pierre Dac en évoquant ses origines juives et en mettant en doute son intérêt pour la France, demandant « La France, qu'est-ce que cela peut bien signifier pour lui ? », l'humoriste lui répond le lendemain sur Radio-Londres dans un discours lapidaire baptisé « Bagatelle sur un tombeau », dans lequel il déclare que son frère Marcel, mort au front lors de la Première Guerre mondiale, porte bien sur sa tombe l'inscription « Mort pour la France », alors que sur celle de Philippe Henriot on écrirait « Mort pour Hitler, fusillé par les Français ». Une réponse prémonitoire, puisque Henriot est abattu par la Résistance quarante-huit jours plus tard. Après guerre Pierre Dac animera des galas pour récolter des fonds pour les rapatriés de la guerre. Il forme avec Francis Blanche un duo mythique auquel on doit de nombreux sketches dont le fameux Le Sâr Rabindranath Duval (1957) qui sera créé au Théâtre des Trois Baudets, et un feuilleton radiophonique en 213 épisodes, Malheur aux barbus, diffusé de 1951 à 1952 sur Paris Inter, et publié en librairie cette même année ; personnages et aventures sont repris de 1956 à 1960 sur Europe 1, sous le titre Signé Furax (soit 1 034 épisodes). Ces émissions sont suivies par de nombreux auditeurs. Plus tard, entre 1965 et 1974, en compagnie de Louis Rognoni, Pierre Dac crée la série Bons baisers de partout, une parodie en 740 épisodes des séries d'espionnage des années 1960, diffusée sur France Inter. Surnommé par certains le « Roi des Loufoques », pour son aptitude à traquer et créer l'absurde à partir du réel, orateur pince-sans-rire et persifleur hiératique, il manie aussi bien les calembours que les aphorismes. Quelques extraits de sa prose : Sur les ondes Pierre Dac disait souvent aux auditeurs : « Bonne année, mes chers copains, bonne victoire, et à bientôt » « C’est pour moi une extraordinaire sensation que de pouvoir, ce soir, vous parler librement devant ce micro, alors qu’il y a environ deux mois j’étais encore à méditer, entre les quatre murs d’une cellule […], ce qui démontre d’une manière péremptoire, absolue et définitive, que la prison mène à tout à condition d’en sortir. « La Révolution Nationale a commencé avec un bâton et sept étoiles : elle finira avec une trique et trente-six chandelles ! » « Peut-être, Monsieur Henriot, me répondrez-vous que je m’occupe de ce qui ne me regarde pas. Et ce disant, vous serez logique et conséquent avec vous-même, puisque, dans le laïus que vous m’avez tout récemment consacré, vous vous écrivez notamment : “ Mais où nous atteignons les cimes du comique, c’est quand notre Dac prend la défense de la France ! La France qu’est-ce que cela peut bien signifier pour lui ? ” Eh bien ! Monsieur Henriot, sans pour autant vouloir engager de vaine polémique, je vais vous le dire ce que cela signifie pour moi, la France.[...] C’est un beau pays la France, Monsieur Henriot, où depuis toujours, on sait ce que ça signifie, la France, et ce que ça signifie, l’Allemagne. Des campagnes napoléoniennes, en passant par celles de Crimée, d’Algérie, de 1870-71, de 14-18, jusqu’à ce jour, on a, dans ma famille, moi y compris – j’en porte personnellement les traces dans ma chair et les insignes à ma boutonnière – lourdement payé l’impôt de la souffrance, des larmes et du sang. Voilà, Monsieur Henriot, ce que cela signifie pour moi, la France. Alors, pourquoi ne pas nous dire ce que cela signifie pour vous, l’Allemagne ? » Malgré le succès, Pierre Dac est resté un homme modeste, presque effacé. Fumant depuis l'âge de 18 ans, il meurt en 1975 d'un cancer du poumon dans la plus grande discrétion.   Distinctions  Chevalier de la Légion d'honneur (octobre 1945)  Croix de guerre 1914-1918 avec une palme et cinq étoiles  Croix de guerre 1939-1945 avec une palme  Médaille de la Résistance française (Source :  https://www.reseau-canope.fr/enseigner-la-resistance/D003?fbclid=IwAR3mtQFvIBSz6HBgJ7eLuDhquFpAFuAXeSCL591pv3gMxuTTWuWH9aTLQTs    et   https://www.notrecinema.com/communaute/stars/stars.php3?staridx=16577&fbclid=IwAR0EMxc7dT75m9HAta0KlkSNEUpIK8ee4PRnNWNzpqNAwI7nSDqMJLcgGKY  - Rudolph de Patureaux Ecrivain - Wikipédia )

    Bloopy73

    Posted

    A très bien, je ne savais pas qu'elle favorisait le rapprochement géographique. Etant de Nantes, ça va être plus compliqué d'être prit pour Toulon que Brest ou Lorient en gros ?   Je suis actuellement à Nantes, et j'ai effectué l'an passé une PMM où j'ai fini dans le top 3. Je savais qu'après une PMM j'aurai eu l'opportunité d'intégrer la réserve mais finalement c'est plus compliqué que ça en a l'air ! J'aurai pensé que la démarche se serai faite avec mes instructeurs mais enfaite non, tout se passe sur le site de la garde nationale. Je chercherai une FMIR, FUSIL (qui se rapprocherai donc le plus du métier de fusilier marin) mais sinon je serai tout à fait preneur d'effectuer une FMIR MARPO ou alors juste être filtreur à l'entrée d'une base ou autre. Cependant, je ne sais pas si les FMIR ou autre est aussi à voir sur le site de la garde nationale.
×
×
  • Create New...