Jump to content
Sign in to follow this  
Bouchon-Gras 49

Service National Universel

Recommended Posts

Ça y est le projet prend forme et va voir le jour :

 

03.03.2019

Le SNU sera lancé le lundi 4 mars, à Évreux

MjAxOTAzNjZiYzMwMzdlZjk5ZmE5ZGQ1MzJmMmRlZTA5NjEwOTU.jpgLe secrétaire d’État auprès du ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, Gabriel Attal, lancera la campagne de recrutement du futur "Service national universel" demain lundi, dans l’Eure. Près de 2 000 jeunes suivront le SNU dès cette année, du 16 au 28 juin.

Cet entretien avec mon confrère Stéphane Vernay est paru ce matin dans Dimanche Ouest-France.

À quoi ressemblera le futur « Service national universel » ?
Il se fera en deux phases, une obligatoire et une facultative. La phase obligatoire sera divisée en deux périodes de quinze jours : deux semaines de cohésion en hébergement collectif pour commencer, puis deux semaines de mission d’intérêt général, auprès d’une association, d’une collectivité ou d’un corps en uniforme, type pompiers, police, gendarmerie, armée… La phase facultative se fera sous forme d’un volontariat de trois mois dans un dispositif existant, comme le service civique, le service sanitaire, la garde nationale ou les jeunes sapeurs-pompiers volontaires.


Qui le fera, et quand ?
À terme, tous les garçons et les filles l’année suivant la classe de troisième. Les deux semaines en hébergement collectif, qui vont débuter pour 2000 jeunes dès le mois de juin, comprendront un bilan de santé et de maîtrise de la langue française, des activités de plein air, des moments autour des valeurs de la République, des questions d’environnement et des formations à la sécurité civile : gestes qui sauvent, réaction à un accident, une catastrophe, un attentat.

Ils feront tout cela dans leur région d’origine ?
Non, pas pour cette première partie en hébergement collectif. Un des principes du SNU est de retrouver le creuset républicain qui était visé autrefois par le service national, recherchant la mixité sociale et la cohésion des territoires. Nous voulons préparer les jeunes à vivre dans une société dans laquelle les risques ont évolué, les encourager à s’engager et leur faire découvrir de nouveaux horizons. D’où l’obligation de faire ces quinze jours loin, au contact de camarades qui viendront de toute la France. Ce sera différent pour les 15 jours de mission d’intérêt général, qui pourront être répartis sur plusieurs semaines et seront à faire au sein d’une structure près de chez soi. Les jeunes recevront plusieurs propositions de missions et de structures d’accueil dans cette phase-là. Ils pourront faire le choix de leur engagement.

Qui est concerné par le test de juin que vous évoquez ?
150 à 200 jeunes qui se porteront volontaires dans treize départements pilotes. Dans l’Ouest, cet hébergement aura lieu au lycée Lesage de Vannes (Morbihan), au lycée professionnel Olivier-Guichard de Guérande (Loire-Atlantique) et dans trois établissements, les lycées Senghor, Aristide Briand et le lycée horticole d’Évreux (Eure). J’ai demandé aux préfets et aux recteurs d’académie concernés de dresser le profil de la jeunesse de chacun de ces départements de façon à ce que ces premiers groupes soient représentatifs, en termes de milieu social d’origine, de jeunes en situation de handicap, en apprentissage ou en décrochage scolaire.

Vous aurez suffisamment de candidats pour cela ?
J’en suis persuadé. C’est même l’inverse que je redoute. Les premières remontées montrent que les jeunes sont très, très intéressés. Les filles, notamment, sont très demandeuses. Qu’est-ce qui les motive ? Les formations de protection civile, l’envie très forte de rencontrer d’autres jeunes, de milieux sociaux différents, d’autres régions…

Qui assurera les formations ?
Des experts dans chacun des domaines concernés : Croix-Rouge, pompiers, éducateurs spécialisés… L’encadrement des centres, organisés en maisonnées de 10 jeunes, sera assuré à la fois par des professionnels volontaires de l’Éducation nationale et des militaires, à raison d’un adulte pour cinq jeunes, ce qui assure un encadrement très élevé.

Il a été dit qu’ils porteraient un uniforme ?
Je préfère parler de « tenue commune » plutôt que d’uniforme. Nous avons lancé un challenge auprès de treize lycées dotés d’une filière mode ou design, en leur demandant d’imaginer un ensemble qui comportera les couleurs tricolores, les symboles et la devise de la République. Nous réunirons un jury la semaine du 24 mars, au ministère, pour choisir. Il sera composé de quatre personnalités, dont une jeune lycéenne d’Angers, membre du conseil national de la vie lycéenne.

La tenue sera disponible dès juin ?
Oui, et elle sera donnée aux jeunes, qui seront invités à la conserver. Je voudrais qu’ils puissent l’utiliser en cas de crise, de façon à être identifiés tout de suite comme des gens formés aux premiers secours, capables de participer. Elle pourra également être portée lors des cérémonies patriotiques.

Que chercherez-vous à évaluer lors du test de juin ?
Nous voulons nous assurer que nos organisations fonctionnent, que le système d’affectations est bon, que le taux d’encadrement est adapté, nos modules d’enseignement efficaces. Nous évaluerons également l’intérêt de ces quinze jours pour les jeunes, pour voir si c’est bien facteur de cohésion et si ça leur ouvre de nouvelles perspectives, notamment en ce qui concerne les jeunes décrocheurs.

Quand étendrez-vous le dispositif à toute la France ?
Un premier rapport sur la question nous a suggéré de le faire progressivement pour un déploiement complet en 2026, mais je voudrais aller plus vite. Si toutes les conditions matérielles et de sécurités étaient bien réunies, nous pourrions accélérer et tenter de le faire d’ici à 2022 ou 2023. Dès l’année prochaine, tous les départements accueilleront 150 à 200 jeunes volontaires. Nos treize départements pilotes continueront aussi, mais avec des effectifs en augmentation. À terme, il y aura 800 000 jeunes à former chaque année.

Combien tout cela coûtera-t-il, une fois le SNU pleinement déployé ?
Les estimations sont en cours, mais nous pensons être en deçà de 1,5 milliard par an. Ce sera très, très en deçà des estimations alarmistes qui chiffraient la proposition d’Emmanuel Macron à 7 milliards. Et il faut voir le SNU comme un investissement. En faisant le bilan de santé de chaque jeune, nous pourrons détecter des maladies à un stade précoce et en prévenir le développement. Le SNU aidera également à réduire le nombre de décrocheurs. Il y en a 3 millions aujourd’hui, à raison de 100 000 nouveaux par an, sachant que le coût moyen de prise en charge pour chacun est estimé à 230 000 €. À moyen et à long terme, le SNU se traduira par des économies.

Dans un autre registre : les jeunes participent-ils au Grand débat en cours ?
Les inquiétudes que nous avions se sont éloignées : ils se sont mobilisés grâce aux rendez-vous organisés pour eux, par les MJC, les Jeunes chambres économiques, les maisons des lycéens, le collectif Animafac et de multiples initiatives lancées sur Internet. Je réunirai tous ces collectifs au ministère mercredi prochain pour échanger sur les premières remontées. Vous avez vous-même participé à des réunions.

Qu’avez-vous observé ?
J’en ai suivi une vingtaine, effectivement. J’ai surtout entendu des préoccupations liées aux conditions de vie des jeunes, notamment en matière de mobilité et de pouvoir d’achat. L’avenir de la planète et l’environnement étaient également des thèmes très présents dans les échanges.

Que pourriez-vous proposer en réponse à cela ?
Je commence à avoir quelques idées. Sur le pouvoir d’achat, la réflexion s’ouvre sur le revenu universel d’activité aux jeunes. Prévu dans le cadre du plan pauvreté, il permet de regrouper plusieurs aides en une seule, et donc d’obtenir toutes celles auxquelles vous avez droit. Mais les jeunes ne font pas partie du dispositif, alors qu’ils sont nombreux à ne pas demander toutes les aides auxquelles ils peuvent prétendre. Je regarde aussi du côté de la prime d’activité, dont les étudiants ne peuvent pas bénéficier. Il faut travailler à plus de 78 % d’un temps plein pour la toucher. Nous pourrions l’ouvrir aux jeunes qui travaillent à mi-temps, ou à tiers-temps.

Et sur la mobilité ?
J’avance beaucoup sur le sujet du permis de conduire. Il a déjà été décidé que les jeunes auront un module de formation au Code de la route pendant la phase obligatoire du SNU, et que nous leur fournirons un accès gratuit à une plateforme internet qui leur permettra de s’entraîner. Nous leur paierons ensuite le passage du code, sans doute dans la foulée de la mission d’intérêt général. Et nous étudions la possibilité d’étendre cette prise en charge à la conduite pour ceux qui suivront la phase volontaire du SNU.

 

( Source : Ligne de Défense )

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 13 heures, Bouchon-Gras 49 a dit :

Ils feront tout cela dans leur région d’origine ?


Non, pas pour cette première partie en hébergement collectif. Un des principes du SNU est de retrouver le creuset républicain qui était visé autrefois par le service national, recherchant la mixité sociale et la cohésion des territoires

Le service National durait 18 mois et non pas 15 jours en collectif qui est très insuffisant pour créer un "Esprit de Corps Républicain"   Seul(e)  les volontaires seront satisfait. Quand à ceux qui partent pour des stages linguistique (fin de troisième) à l'étranger ou des stages d'applications dans l'industrie ou en Colonie de Vacances,devront abandonner ces activités pour satisfaire aux obligations du SNU créé par un Président et géré par un Secrétaire d’État qui n'ont jamais fait de Service militaire ou de Service National ! Je renvoie au Service National de la République Fédérale Allemande déjà exprimé ici même et que je vais poster de nouveau.

 

Il y a 13 heures, Bouchon-Gras 49 a dit :

Combien tout cela coûtera-t-il, une fois le SNU pleinement déployé ?


Les estimations sont en cours, mais nous pensons être en deçà de 1,5 milliard par an. Ce sera très, très en deçà des estimations alarmistes qui chiffraient la proposition d’Emmanuel Macron à 7 milliards. Et il faut voir le SNU comme un investissement. En faisant le bilan de santé de chaque jeune, nous pourrons détecter des maladies à un stade précoce et en prévenir le développement. Le SNU aidera également à réduire le nombre de décrocheurs. Il y en a 3 millions aujourd’hui, à raison de 100 000 nouveaux par an, sachant que le coût moyen de prise en charge pour chacun est estimé à 230 000 €. À moyen et à long terme, le SNU se traduira par des économies.

> 1;5 milliard d'Euros pour l’État  Sans prendre en compte les prises en charge des collectivités et des animateurs. Curieuse façon de faire des comptes.L'ordre de 4 milliard est évoqué par nombre d''économistes et les collectivités et les 7 milliards d'Euros de confirmé pour l'ensemble des jeunes appelés à "servir" dans le cadre du SNU.

> Dire que le SNU se traduira par des économies est un escroquerie. A priori les auteurs de ce propos n'ont jamais exercés des responsabilités au sein d'entreprises. L’État et ses hauts fonctionnaires sont inaptes à gérer un budget National depuis prés de 40 années au vue des déficits publics que l'on aggrave encore...et toujours !

Les attendus de la Cour des Comptes concernant les déficits publics, la gestion des dépenses publique sont de plus en plus significatifs ou prés de  60 milliards d''Euros sont dépensés inutilement et devrait faire l'objet d'économie budgétaire ! Sans commentaires !

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le Service National Allemand à été modifié alors que nous abandonnions le notre.

Deux options =

1° – Pour les jeunes appelés, ils peuvent servir pendant toute la durée de leur service (une  année, j’ignore aujourd’hui).dans le cadre militaire.

2° - Servir une période court de service militaire et servir ensuite dans le cadre civile.

L’exemple le plus cité est de servir en maisons de retraites.

En France, nombre de ces établissements sont des plus onéreux et peu de places sont proposées de faits.

De faits, en République Fédérale Allemande, l’apport de jeunes gens issus du service National, permet d’avoir des couts de fonctionnement faible d’une part, et d’autre part, d’assurer des formations professionnelles à ces jeunes dans les domaines en rapport avec ces établissements, tel conducteurs d’ambulance, métiers de restauration, métiers des soins  (aide infirmiers), métiers d’entretiens (tout corps de métiers comme électricien, plombiers, chauffagistes, etc.etc)..

En conclusion, les tarifs sont plutôt bas et le nombre de places disponibles vacantes permet à tout à chacun(e) d’envisager cette solution comme ultime retraite.

Deux pays, deux solutions.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bien sur, on recherche des volontaires chez les anciens militaires et les réservistes...

 

08.03.2019

Les réservistes et les anciens de l'armée de terre sollicités pour encadrer le SNU

eclair001.pngCe n'est pas surprenant... Le ministère des Armées est en recherche de cadres pour le SNU, même si "la contribution des Armées est en cours d'affinage".

On se souviendra que le recrutement des jeunes volontaires pour le service national universel (SNU) est officiellement lancé depuis lundi, avec un site dédié qui permet à des jeunes de participer à une première phase test au mois de juin. Entre 2 000 et 3 000 volontaires participeront à la première phase du service national universel du 16 au 28 juin prochain, en internat. Puis ils réaliseront une mission d'intérêt général auprès d'associations, de collectivités, ou de corps en uniforme pendant deux semaines entre juillet 2019 et juin 2020. 

Pour cette phase test, la première quinzaine se déroulera en internat ou dans des bâtiments de l'armée. Les jeunes en uniforme seront encadrés par des militaires et éducateurs rémunérés.

Pour prendre les devants, un appel a été lancé par le MinArm pour sensibiliser les réservistes et les anciens militaires pour qu'ils encadrent "la préfiguration du SNU":

reservistes.jpg

Le commandement des forces terrestres, par exemple, a diffusé cette note, le 26 février, pour lancer un appel aux volontaires. 

 

( Source : Ligne de Défense )

Share this post


Link to post
Share on other sites

Sans faire du mauvais esprit, mais lorsque l'on voit l'état des Champs Élysées ce lundi 18 mars après le week-end du 16 et 17 mars, ou bien des jeunes gens se sont radicalisés, nous pouvons dire que le SNU de deux semaines ne pourra pas modifier l'attitude de ces groupuscules qui s'étendent dans le pays !

Heureusement que nombre de jeunes gens ne se reconnaissent pas dans ces événements et avancent dans leurs vies avec d'autre fondamentaux !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  

  • Sujets

  • Messages

    • Bonjour Voulant servir mon pays, j'aimerais rentrer dans l'armée et être au cœur du combat. Pourriez vous m'expliquer les différences entre les régiment d'infanterie s'il vous plaît ? Par exemple entre un RI et un RIMa Merci d'avance
    • Bonjour ! Je suis en phase de préparation de ma candidature à Maistrance et je suis dyschromate rouge-vert. La situation est celle-là : lors de la visite médicale, je passerai d'abord le test d'Ishihara. Un daltonien peut réussir à dissimuler son état en apprenant purement et simplement le test. Sans fautes, on est classés C1 directement et donc apte à toutes les spés. Le problème : soit je simule effectivement pour essayer de m'assurer une classification qui me permette de faire ma spé de prédilection NAVIT mais cela me pose un assez gros soucis de conscience et d'honnêteté. Ou bien je passe tout cela honnêtement en ratant Ishihara, ce qui me mènera à la lanterne de Beyne que je raterai sûrement ce qui mène à C3 voire C4. Si je suis classifié C4 toutes les spés qui m'intéressaient se ferment et donc mon projet de la Marine (qui me tient vraiment aux tripes) s'effondre. Je sais que je demande plus là un conseil éthique que technique mais bon je ne connais personne de mieux placé pour répondre. 🙂 Merci d'avance et désolé pour la longueur du post !
    • Bonjour à tous et à toutes  J'ai 18 ans, en BTS et j'aimerais me lancer dans l'armée de terre pour me sentir utile et servir mon pays.  Tout types d'informations est la bien venue.  Cordialement  
  • Popular Contributors

×
×
  • Create New...

Important Information