Jump to content
×
×
  • Create New...

Recommended Posts

Bonjour à tous, je recherche désespérément l'unité de l'uniforme de mon oncle, à gauche sur la photo. Nous sommes en 1936 et je pense qu'il était dans son service militaire car né en 1914.

Par avance merci pour votre aide car je suis en train de retracer le passé de cet oncle qui reste une énigme pour la famille.

yves lacape.jpg

Link to post
Share on other sites
  • Administrateur

Bonjour,

Le militaire de l'armée de terre à gauche sur la photo ( les deux autre étant eux de l'armée de l'air et sous réserve au vu de la qualité de la photo, deux pilotes ). Donc pour en revenir à votre oncle, il porte une vareuse d'infanterie des années 30 à col saxe dit également " aiglon " de teinte moutarde / kaki.

1113_1-721x1080.jpg

( vareuse d'un lieutenant d'artillerie coloniale vers 1940 )

Juste pour information, le col demi saxe dit " aiglon " est la transition et l'évolution entre les patte de col en triangle de la fin de la première guerre et le col ouvert des années 40 à aujourd'hui.

vareuse-bleu-horizon-sous-officier-63ième-ra-1917-1918.jpg.png

14-18, col droit.

imgp0014.jpg

vareuse-de-commandant-d-infanterie-coloniale-1918-1928.jpg.png

Fin de guerre les pattes de col changent de forme pour devenir triangulaire.

vareuse-toile-cachou-officier-artillerie-coloniale-1930.jpg.png

Pour prendre la forme d'un losange.

tenue-uniforme-de-sous-officier-de-l-infanterie-coloniale-modele-annees-30-veste-et-culotte.jpg

Le col s'étire mais reste fermé.

wp_20179.jpg

En 1940 il s'ouvre...

 

vous remarquerez qu'il aborde sur la poitrine, sous la pointe du col un ruban de rappel de décoration. Notez également le turban du képi de couleur clair, peut être bleu ciel ???

Le seul indice qui pourrez définir le régiment serait de pouvoir distinguer ses pattes de col.

Donc si c'est une photo que vous possédez, essayez de la scanner puis d'agrandir, peut être aurez vous une qualité nous permettant d’identifier son régiment ou unité.

Link to post
Share on other sites
  • Administrateur

Je rajouterai ces petits détails ;

269259744_yveslacape.thumb.jpg.a4b43c83c0d03b161cc71d730e1aa64f - Copie.jpg

Le plateau de son képi ne comporte aucun nœud hongrois, donc il n'était au moment de la photo, ni officier, ni sous officier supérieur.

On distingue néanmoins un galon légèrement oblique sur la manche droite, peut être sergent ???

Si il effectue son service militaire, pour avoir obtenu une décoration, on peut imaginer qu'il n'était pas en métropole, Afrique, Asie ???

Il me semble distinguer le chiffre 1 sur ses pattes de col.

Peut être 1er régiment de spahis ???

Il y a 21 heures, collectrant a dit :

je suis en train de retracer le passé de cet oncle qui reste une énigme pour la famille.

Si vous possédez le nom, prénom, date et lieux de naissance vous pouvez consultez sa fiche matricule ;

Année de classe = année de naissance ( 1914 ) + 20 donc classe 1934.

Si vous connaissez son lieu de résidence vers cette période, consultez les registres en ligne des archives départementales, vous devriez trouver.

Sinon aux archives militaires de Pau.

  • Like 1
Link to post
Share on other sites

Merci pour toutes ces informations. Cette photo a été prise lors du mariage de son frère (Le pilote de gauche) et dans la mémoire transmise on disait qu'il avait une cape au moment du mariage, ce qui conforterait l'idée du 1er Saphi que l'on lit effectivement sur le col. En 1940, au moment où il a été prisonnier en Allemagne, il était sergent. Maintenant il faut que je retrouve son parcours militaire pour en savoir plus. Un grand merci pour votre aide.

Link to post
Share on other sites
  • Administrateur

Bonjour.

la couleur claire du képi nous oriente d'ailleurs plutôt vers une unité de cavalerie, qu'une unité d'infanterie. Et le 1er spahis  est effectivement une unité de cavalerie. En 1936, il s'agissait du 1er régiment de spahis marocains. (1er RSM) .

Dommage que l'on ne puisse voir s'il y a port d'une fourragère. Ce qui nous aiderait.

Link to post
Share on other sites

IMG_3202.thumb.JPG.77cca826e7480718231b7cdfa9bb9490.JPG

Sur cette photo on ne voit pas de fourragère.

Ce pantalon est-il règlementaire pour un régiment de cavalerie ?

Je n'ai malheureusement pas accès à sont livret matricule car la ville de Saintes ne l'a pas encore publié (classe 34).

Peut-on déterminer avec cette photo le type de décoration qu'il aurait obtenu ?

Merci pour votre aide précieuse. Je vais faire des recherches sur le 1er RSM entre 1934 et 1936 ...

Link to post
Share on other sites
  • Administrateur

Bonjour,

Merci pour la photo qui est de meilleur qualité mais ne nous donne pas tous.

il y a 41 minutes, collectrant a dit :

Peut-on déterminer avec cette photo le type de décoration qu'il aurait obtenu ?

On ne peut que supposer, on ne distingue pas le ruban ( qui est néanmoins monté sur " boule " comme ça ce faisait couramment durant 14-18 et jusqu'aux années 40 ).

index.jpgbarette-attache-pour-medaille-n-3.jpg

La barrette est maintenue par de petites brides cousues sur la veste.

 

Pour en revenir à la médaille, certainement la médaille coloniale :

produit_image1_7606_1332936301.JPG

( Qui est l’ancêtre de la médaille Outre Mer d'aujourd'hui )

il y a 55 minutes, collectrant a dit :

Ce pantalon est-il règlementaire pour un régiment de cavalerie ?

Les cavaliers possédaient plusieurs tenues, de combat, de travail,  de gala, de cérémonie appelée grande tenue, elle comporte les épaulettes à franges, le burnous, le ceinturon d’apparat avec le sabre... et de ville appelé également " petite tenue ", où la culotte d'équitation et les botte laissaient la place à un pantalon et des soulier " bottine ".

02.jpg

Voici les différentes tenues d'un officier du 4e régiment de spahis Marocain en 1914.

https://tenue31.fr/spahis-et-compagnies-sahariennes/

La petite tenue, dite tenue de ville sert au militaire qui à l'époque ne se déplace pas en civile, d’être reçu pour des diner, invitation souvent privée.

Il y a 6 heures, berogeitabi a dit :

il s'agissait du 1er régiment de spahis marocains. (1er RSM)

Petit détail qui me dérange, les spahis et tirailleurs Marocains porte une étoile chérifienne sur le képi les pattes de col, plaques de ceinturon... Les Spahis et tirailleurs Tunisiens porte quand à eux un croissant. Or là il ne porte ni l'un ni l'autre.

12eRST_Sous-Off.jpg

Exemple d'un sous officier du 12e régiment de spahis tunisien.

Donc rien de sur...pas si facile.

 

Il y a 1 heure, collectrant a dit :

Je n'ai malheureusement pas accès à sont livret matricule car la ville de Saintes ne l'a pas encore publié (classe 34).

C'est bien dommage car la solution est là.

Vous pouvez toujours tenter d'écrire, j'avais réussi à obtenir une copie ( payante ) des fiches matricule de mon arrière grand père de cette manière, il suffit d'une personne gentille...ce n'est pas gagné.

Sinon tenter auprès de quelqu'un qui serait sur Saintes.

Link to post
Share on other sites
  • Administrateur
Il y a 16 heures, Bouchon-Gras 49 a dit :

Petit détail qui me dérange, les spahis et tirailleurs Marocains porte une étoile chérifienne sur le képi les pattes de col, plaques de ceinturon... Les Spahis et tirailleurs Tunisiens porte quand à eux un croissant. Or là il ne porte ni l'un ni l'autre.

C'est bien ce qui m'avait chagriné. En l'occurence aujourd'hui, il s'agit de l'étoile cherifienne. 

En fait les éléments pouvant nous aider ne sont pas nombreux. Déjà le fait qu'il n'y ait pas de fourragère pourrait nous amener à exclure cette unité du 1er spahis.  Faut il alors remettre en cause le numéro 1 que l'on croit apercevoir sur les pattes de col?

Link to post
Share on other sites
  • Administrateur
Il y a 6 heures, berogeitabi a dit :

En fait les éléments pouvant nous aider ne sont pas nombreux. Déjà le fait qu'il n'y ait pas de fourragère pourrait nous amener à exclure cette unité du 1er spahis.  Faut il alors remettre en cause le numéro 1 que l'on croit apercevoir sur les pattes de col?

Le fait qu'il ne porte pas de fourragère n'est pas forcément une assurance, car j'ai déjà vu des photos ancienne de soldats de régiment ayant cette citation et...ne la portant pas.

Ce qui est sur, c'est que sont képi est bleu ciel avec le dessus rouge ( bien plus foncé que sa tenue ) on y devine également le chiffre 1.

Alors quelles unités portaient ce type de coiffure ?

Le 07/01/2019 à 17:57, collectrant a dit :

Je n'ai malheureusement pas accès à sont livret matricule car la ville de Saintes ne l'a pas encore publié (classe 34).

Après avoir réfléchis cette nuit ( je dors tout de même... ) mon grand père était de ces années et j'ai obtenu ses états signalétique auprès des archives militaires de Pau.

Pour cela vous écrivez en fournissant le maximum d'information ( nom, prénoms, date et lieu de naissance, la classe, le matricule si vous l'avez... ) et surtout un petit arbre généalogique déterminant votre parenté.

 

Si vous obtenez ces documents, merci de nous faire partager son parcours.

Link to post
Share on other sites
  • Administrateur
Il y a 4 heures, Bouchon-Gras 49 a dit :

Ce qui est sur, c'est que sont képi est bleu ciel avec le dessus rouge

Cavalerie, dont font partie les spahis. 

Spahis 
Le bandeau est bleu ciel, le turban rouge garance et les passements dorés
Link to post
Share on other sites
  • Administrateur

J'ai trouvé cette uniforme :

fbd60310.jpg

Tenue du Capitaine Henry de Bournozel des spahis vers 1933, détache aux affaires indigènes.

La tenue n'est pas la même puisque veste blanche des colonies mais le col est du même modèle col demi saxe dit aiglon, les pattes comporte l'étoile et le croissant certainement au vu de ses fonctions.

  • Like 1
Link to post
Share on other sites
  • Moderator
Le 07/01/2019 à 17:57, collectrant a dit :

IMG_3202.thumb.JPG.77cca826e7480718231b7cdfa9bb9490.JPG

Sur cette photo on ne voit pas de fourragère.

Ce pantalon est-il règlementaire pour un régiment de cavalerie ?

Je n'ai malheureusement pas accès à sont livret matricule car la ville de Saintes ne l'a pas encore publié (classe 34).

Peut-on déterminer avec cette photo le type de décoration qu'il aurait obtenu ?

Merci pour votre aide précieuse. Je vais faire des recherches sur le 1er RSM entre 1934 et 1936 ...

Bonjour,

Le délai de communicabilité de certaines archives étant de 100 ans, voire 120 ans, pour tout ce qui concerne les personnes (75 ans dans certains cas), la classe 34 ne devrait être numérisée qu'en 2034... Si vous avez donc l'occasion de passer aux Archives départementales, cela peut être une solution ; il sera, néanmoins, sans doute nécessaire d'apporter la preuve de votre filiation avec l'individu (livret de famille, etc.). 

Vous pouvez tenter de lancer une recherche nominative sur le site suivant dans l'espoir d'avoir des retours (ce n'est pas garanti...) http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/arkotheque/client/mdh/recherche_transversale/bases_nominatives.php

 

Bonnes recherches ! 

  • Like 1
Link to post
Share on other sites
  • 3 weeks later...

Je reconstitue le passé de mon oncle petit à petit, mais il y a encore pas mal de trous et d'inconnues ...

A ce jour ce que je sais : 1932 - 18 ans dans l'armée - dernière photo

1936 - toujours dans l'armée - première photo

1940 - prisonnier en Allemagne.

1942 - rapatrié médical en France je ne sais où ?

1946, je le retrouve à Toulon dans "la coloniale" selon mes informations ? Et voici la seule photo de cette époque.

Ensuite, je pense qu'il est en Indochine, peut-être à la Légion, mais je ne trouve aucune information. Je le retrouve civil en 1954.

Il décède en 1963.

image.png.ee4dda75e7f3fd11c14a9bb79aa89d08.png

Link to post
Share on other sites
  • Administrateur

Bonjour,

Heureux d'avoir de vos nouvelles.

Il y a 11 heures, collectrant a dit :

Je viens de retrouver une photo qui pourra peut être compléter les informations

J'ai téléchargé cette photo et tenté de zoomer, malheureusement la " qualité " ne me permet pas de distinguer les détails ( pattes de col, képi... )

Pour la seconde c'est la même chose, il faudrait au moins pour la seconde que vous scanniez directement la photo, ce qui permettrait d'obtenir une meilleur définition, de plus elle nous apporterait plusieurs renseignements, peut être pourrions nous définir ses rubans de décorations, il porte deux insignes ( au moins un, l'autre étant peut être une ombre ? ) de poitrine qui pourrait nous donner son régiment.

Sinon, il porte la tenue classique d’après guerre, blouson d'inspiration " Ike " ( lui même inspiré des blouson de battle dress Britannique ), bonnet de police ( appelé familièrement " calot " ) avec soutache de l'arme et insigne de grade ou d'arme ( ancre pour l'infanterie de marine ou coloniale ).

  • Like 1
Link to post
Share on other sites
  • 1 year later...

Bonjour ' pour votre recherche sur votre oncle pourriez vous me contacter au 03 84 22 21 15 si vous êtes toujours à la recherche d informations svp

Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.



  • Posts

    • En 2020, le bagad, fier représentant de la Marine Nationale, n'est sorti qu'une fois hors des frontières du pays. C'était ces jours derniers en Egypte au pied des Pyramides.  
    • Je ne m'attendais pas à un tel niveau de détails dans votre réponse mais puisque nous y sommes, et en grand amoureux d'Histoire je me dois donc de répondre à mon tour à vos différents points. Je résumerai néanmoins mes propos par cette phrase du grand historien Marc Bloch: "Il y a deux catégories de français qui ne comprendront jamais l'histoire de France, ceux qui refusent de vibrer au souvenir du sacre de Reims, ceux qui lisent sans émotion le récit de la fête de la Fédération." Oui et alors? Vouloir nier que le catholicisme a façonné notre pays serait une aberration, nos clochers, nos jours fériés... tout ne fait que le rappeler mais je ne crois pas qu'il s'agisse ici d'un débat sur la religion qui n'aurait d'ailleurs sûrement pas sa place ici. Et pourtant cela n'a pas grand chose à voir avec la religion. Richelieu assiège la Rochelle parce que les protestants sont le parti de l'étranger, les anglais en l'occurrence qui soutiennent les assiégés afin de pouvoir diviser la France mais encore une fois je ne vous pas trop le rapport avec le fait qu'on occulte trop souvent le mot France. Vous parlez ici de la France et cette histoire dont vous parlez est la même qui est attaquée par ces individus. Ils n'ont pas attendu la république pour nous détester.  La république n'est laïque que depuis 1905, les congés payés, l'école universelle n'ont rien non plus à voir avec la république, même le droit de vote des femmes n'a rien à voir (il avait même été supprimé en 1791 par Sieyès et remis en place par un président se définissant monarchique)... ce sont plus des progrès techniques et sociaux totalement indépendants du régime politique qui en sont les causes. Ils sont d'ailleurs aussi survenus dans des monarchies et ne sont pas présents dans toutes les républiques, ni propres à la république française qui a parfois attendu longtemps pour les mettre en place. Bien cordialement
    • C'est avec grande tristesse que nous apprenons le décès à 99 ans de Marian Sebring Elcano, engagée comme infirmière pendant la Seconde Guerre mondiale. Elle avait notamment été déployée en Normandie 10 jours après le D-DAY, sur Omaha Beach. Elle était récipiendaire de la Légion d'honneur. Adieu Marian, et merci d'avoir pris soin de nos libérateurs    La jeune Marian nait dans la petite ville de Brookville, en Pennsylvanie, lorsqu'elle décide de suivre des études d'infirmière, rejoignant la Oil City Hospital School of Nursing. En 1943, alors âgée de 20 ans, elle s'engage dans l'U.S. Army Nurse Corps avec l'un de ses amies infirmière. Si son engagement initial est d'un an, il est immédiatement reconduit avec l'entrée en guerre des États-Unis en Europe en 1943.   Les deux jeunes filles rejoignent alors la Géorgie et le 45th Evacuation Hospital, qui est créé au Camp Gordon. L'unité hospitalière partage le camp avec certaines des divisions les plus célèbres de la Seconde Guerre mondiale, dont les 4th Infantry Division et 10th Armored Division. Marian et le 45th Evacuation Hospital sont alors envoyés en Europe : leur navire, l'Aquitania, accoste en Écosse le 24 novembre 1943 et les troupes sont envoyées au camp de Wotton-under-Edge, dans le Gloucestershire, en Angleterre. L'unité restera sur place jusqu'au 13 juin 1944. Mis en alerte, le 45th est envoyé à Southampton et embarque sur le HMS Glenearn, direction la Normandie !   Le 45th Evacuation Hospital débarque sur Omaha Beach à 15 heures le D-DAY +10, soit le 16 juin 1944. Après avoir été transféré sur des péniches de débarquement, le personnel est amené jusqu'à la plage. Les membres de l'unité avancent au-delà de la plage et s'installent immédiatement pour fournir un soutien médical, au lieu exact où sera installé le cimetière américain de Colleville. Mais l'unité, qui dépend de la 1st Army, doit déménager et s'installe à La Cambe, où sera érigé après-guerre le cimetière allemand. L'unité suit le front et doit avancer, s'installant à Airel, Saint-Sever, Senonches et finalement La Capelle, dans l'Aisne, en septembre 1944.   Entre septembre et décembre 1944, le 45th Evacuation Hospital installe ses baraquements dans la province de Liège, lorsque le 16 décembre, la contre-attaque allemande dans les Ardennes prend tout le monde par surprise. L'unité est alors à Eupen et est touchée par l'offensive allemande : à 5h30, d'intenses tirs d'artillerie ennemie touchent la ville et un obus explose même contre le bâtiment médical où se tiennent les opérations, sans gros dommages. Marian, qui s'est spécialisée dans l'orthopédie depuis juin 1944, va traiter les soldats qui doivent être amputés ou qui ont des lésions cérébrales. Les médecins et infirmières sont installés au sous-sol, Marian rampant sur ses mains et ses genoux, distribuant des médicaments à partir d'un panier qu'elle tient serré dans sa bouche.   La contre-attaque maîtrisée par les Alliés, l'unité médicale repart et s'installe à Spa, puis en Allemagne, terminant la guerre dans la ville de Bretten, en Baden-Württemberg, jusqu'à ce que l'unité devienne en juillet 1945 la Station Hospital 1. En novembre 1945, alors Captain de l'US Army, Marian Sebring Elcano est libérée avec les honneurs. Elle rentre aux États-Unis et se marie avec Michael Phillip Elcano, un officier d'artillerie ayant débarqué en Normandie le ... 6 juillet, 20 jours après elle !   Elle avait été faite Chevalier de la Légion d'honneur cette année par le Gouvernement français, mettant fin à plus de 75 ans d'attente. Elle était également récipiendaire de la Meritorious Service Unit Plaque, de la World War II Victory Medal, de la European, African, Middle Easter Campaign Medal et de la American Campaign Medal. ( Source : Passion Militaria )
    • Effectivement nous sommes en France, pays qui autorise la libre expression et de ce fait, je vais vous donner mon avis. Avant la république laïque, la France était un royaume chrétien, le Roi étant le représentant de Dieu sur terre, ne permettant aucunes contestations de son pouvoir et donc de religion. Preuve il en faut des guerres de religion ( 1562 à 1598 ), contre l'autre religion ( minoritaire ) présente sur notre sol à cette époque, le protestantisme. Ces guerres qui se termina par la conversion au catholicisme de celui qui allait Régnier sous le nom de Henri IV et l'établissement de l'édit de Nantes. En 1620, Louis XIII et Richelieu combattirent les protestants, notamment à La Rochelle, dont le siège est resté gravé. Dans bon nombre de villes, Richelieu fit araser nombre de châteaux afin de contrer toutes places fortes protestante. (  https://fr.wikipedia.org/wiki/Guerres_de_Religion_(France)  ) Souvenons nous de Charles Martel qui à Poitier menant à une importante et historiquement décisive victoire franque connue comme(que l'on nomme souvent Ma'arakat Balâṭ ash-Shuhadâ, bataille du Pavé des Martyrs, selon les sources arabes), mettant fin à la « dernière des grandes invasions arabes de France » (  https://fr.wikipedia.org/wiki/Charles_Martel     ) La France laïque, c'est la République, parlementaire, celle dont le chef d'état est un représentant élu, la république démocratique des grandes lois sur l'instruction, le droit de grève, de réunion, la laïcité, la liberté des cultes qui permet à tous citoyens de croire ou de ne pas croire, de s'exprimé, c'est la république du Front populaire, des congés et de la culture accessible à tous... Effectivement ! Est de mettre la main sur le monde en y établissant leurs règles.
    • Bonjour a tous !  J'aimerais savoir si parmis vous il y aurais des militaire du 12e régiment de cuirassiers ?  Merci !