Jump to content

Recommended Posts

  • Administrateur
Venez visiter en famille un authentique Poste de Commandement du Mur de l’Atlantique, 
sur 5 niveaux et 300 m² intérieurs. Vous y découvrirez l’incroyable histoire de la Poche de Saint-Nazaire, la dernière région de France libérée le 11 mai 1945. 
 
Conception et fonctionnement du Grand Blockhaus
 
Pour diriger le tir des canons de Batz-sur-Mer et contrôler le trafic maritime entre Belle-Ile-en-Mer et Noirmoutier, la construction d’un Poste de Direction du Tir (PDT) lourd type S 414 est décidée durant le deuxième semestre 1942. 
grand_blockhaus_batz_sur_mer_atlantikwall.jpg
 
Il sera installé sur le promontoire rocheux de la Dilane, à 16 mètres au-dessus du niveau de la mer. Le cinquième niveau hébergeant le télémètre sera ainsi à 28 mètres de haut. La construction du gros œuvre commence le 22 octobre 1942 pour s’achever le 8 février 1943.
g.jpg
 
Les premiers travailleurs qui mettent en place le squelette métallique du bunker avec 125 tonnes de fer sont principalement des ouvriers nord-africains cantonnés au camp Africain II au Pouliguen. Ils sont relayés par une centaine d’ouvriers travaillant pour l’entreprise du bâtiment allemande Polansky et Zöllner, en contrat avec l’Organisation Todt. Une cinquantaine de menuisiers s’activent pendant plusieurs semaines pour coffrer avec du bois l’ensemble du squelette métallique du bâtiment. Puis le béton liquide est coulé pendant 27 heures ! Cet ouvrage de 25 mètres de long sur une hauteur maximale de 17 mètres a nécessité 1 800 m3 de béton, ce qui représente 300 camions toupies de 6 m3 ! Son espace intérieur est de 285 m2, les murs donnant sur l’extérieur et les plafonds ont partout 2 mètres d’épaisseur.
59057139.jpg
 
Presque seul sur la lande et posé sur un promontoire rocheux, le blockhaus est très visible. En février 1943, il est camouflé en grosse villa. 
 
avant-du-blockhaus.jpg
À cause de la présence permanente de troupes dans le bâtiment, tout est prévu pour le confort des hommes : les chambres sont chauffées par des radiateurs, une partie du sol est carrelé tandis que certains murs sont recouverts de lambris. Deux pièces sont équipées de toilettes et de lavabos avec l’eau courante, ce qui est rare à cette époque. Les portes étanches ainsi que l’air filtré qui circule dans le blockhaus permettent aux soldats de vivre en autarcie, même en cas d’attaque par les gaz de combat. Avec une réserve d’eau et de nourriture ainsi qu’une infirmerie, le blockhaus est autonome pour tenir plusieurs jours en cas de combat. 

154061_2313_le-grand-blockhaus_muse-le-grand-blockhaus.JPG

939707-560x373.jpg

atlantikwall_le_grand_blockhaus_luc_braeuer_batz_sur_mer_2.jpg

d.jpg

le-grand-blockhaus.jpg

v.jpg

En juillet 1940, le 280e bataillon d’artillerie de la marine allemande est envoyé dans la région de Saint-Nazaire. Cette unité, qui doit protéger son port et la Loire contre toute attaque maritime britannique, installe ses canons dans trois anciennes positions de la marine française : à la pointe Saint-Gildas et au Pointeau au sud de la Loire, et au fort de l’Eve. En décembre 1941, deux batteries supplémentaires sont créées, l’une au sud de la Loire, à Préfailles, l’autre au nord, à Batz-sur-Mer. Ces deux batteries sont armées chacune de deux vieux canons de la marine française d’un calibre de 240 mm, montés sur des affûts sur voie-ferrée Saint-Chamond pendant la Première Guerre mondiale. Selon les clauses de l’armistice du 22 juin 1940, ces canons, conservés dans le parc de réserve générale d’artillerie de l’armée française, ont été livrés aux Allemands.
16+Canon+88+2017.JPG
 
 
La 4e batterie affectée à Batz-sur-Mer devra bloquer l’accès nord de la Loire et contrebattre tout navire de guerre voulant soutenir un débarquement sur la plage de La Baule. Dès leur arrivée fin 1941, les artilleurs de marine de la 4e batterie s’installent autour du Moulin de Kermoisan où une dizaine de baraquements en bois ont été construits. L’Organisation Todt a érigé un véritable camp retranché protégé par un double réseau de barbelés entre lesquels des mines sont posées. Au milieu de ce camp, deux aires de tir pour les canons sur rail sont raccordées directement à la voie ferrée Batz-sur-Mer – Le Pouliguen. La batterie est située à environ 500 mètres à l’intérieur des terres, au raz du sol, ce qui la rend invisible de la mer en cas de duel avec d’éventuels navires. 

images.jpg

 

800x600_9-ceremonie-reddition-11-ma-400547.jpg

index.jpg

 

Le musée est ouvert tous les jours 
de 10h à 19h sans interruption, du 1er avril au 11 novembre
et pendant les vacances scolaires de février, de 10h à 18h.
 
Plein tarif - adultes : 7.50€
 
Tarif réduit - enfant 5-12 ans (avec jeu de piste offert) 
et ancien combattant, handicapé : 5.50 €
 
 
rVD0lUGZGXeGZZLSlScbKMIun5w@920x619.jpg
 
 
Pour les passionnés un lieu incontournable, vraiment trés intéressant, lors de ma dernière visite, j'ai pu discuter avec un ancien FFI, arrêté par la Gestapo et emmené à La Baule pour un interrogatoire musclé... à la Libération il rejoignit l'Armée française.

 

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.



  • Posts

    Bakoua

    Posted

    Bonjour, Je m'interroge sur les modalités me permettant de devenir réserviste opérationnel ou citoyen. Concernant la réserve citoyenne, je découvre plusieurs liens sur votre forum ou ailleurs, mais les liens sont cassés ou obsolètes. A priori on me redirige sur ce site, mais je ne vois que des missions en réserve opérationnelle : https://www.reservistes.defense.gouv.fr/ La réserve citoyenne n'existe peut être plus ? Merci  

    Bakoua

    Posted

    Je suis également intéressé, ce n'est pas évident de prendre position ne connaissant pas l'envers du décors de ces différentes entités.

    Marie111222

    Posted

    Bonjours , jais dénoncer mon contrat car la spécialité me plaisait pas jais voulue contacter directement mon cirfa mais celui-ci m’a dit que ne peut pas me reprendre car jais une FGI donc ses a moi d’aller démarcher l’es régiment  mais jais que des refus et a coter de ça d’autre cirfa me dise que ses possible de re ouvrir un dossier en cirfa donc je suis un peut perdu 

    Bouchon-Gras 49

    Posted

    Bonjour, Effectivement, mais bon c'est une histoire de temps et de passience. Bon attention, partir dans les DOM-TOM, se nomme partir en "campagne", l'OPEX ce sont des opérations extérieur, façon douce de dire partir dans une zone de combat et donc à risque et personne n'est prêt a envoyer des "enfants" dans une zone de combat avec ce que ça sous-entend. Son SIGYCOP indique un 2 dans la partie G, "état Général" c'est large, une scoliose, du surpoids... Dommage qu'elle ne sache pas la cause, afin de solutionner le soucis. Mécanicienne, elle partira forcément, le rôle d'un marin est d'embarquer et avec cette spécialité, peu de chance de rester à terre. Il faut qu'elle garde le morale, qu'elle s'accroche, qu'est ce que, quelques mois dans une vie... bon pour un jeune je sais la vision n'est pas la même mais cependant il lui faut savoir être patiente, s'accrocher, ça va venir !

    Tintinduweb

    Posted

    Elle dort dans une chambre isolée des autres filles majeures, elle a même interdiction de se rendre dans leur chambre pour "papoter" ! A Paris pour le 14 juillet, ça ne posait pas de problèmes, mineures et majeures étaient "ensemble"... Bon après, ce n'est pas bien grave mais du coup, ça la marginalise encore un peu... Et bien sûr, les garçons sont logés à l'étage en dessous ! Concernant sa période de probation prolongée de 6 mois, ses instructeurs se demandent si ce n'est pas lié avec son inaptitude de 11 mois aux opex, mais sans en être sûrs. Ce qui ne rassure pas, ou en tout cas ce qui contrarie, c'est que cette période a été prolongée pour "raison de santé", sans autre explication... 🤔 Pour en revenir au fait que les mineurs ne partent pas en opex, personne ne lui a dit, même pas à la PMM ! Et pourtant, la Marine recrute dès 17 ans (16 pour les mousses)... On a même signé en tant que parents une autorisation pour partir aux DOM-TOM !? Bon maintenant, ma fille l'accepte et va prendre son mal en patience. Elle l'aurait su avant n'aurait pas entamé sa détermination ! Et sinon, elle a choisi MOMACHINE !      
×
×
  • Create New...