Aller au contenu
GIGIBE59

A quelle unité appartenait mon grand-père ?

Messages recommandés

Bonjour, mon grand-père a fait la guerre 14-18 dans l'infanterie, disparu en 1939 je ne sais pas grand-chose de lui. Voici deux photos retrouvées dans les papiers de la famille :

Sur le col de son uniforme on semble distinguer sur son côté droit le chiffre 33, sur son côté gauche le chiffre 42. Quelqu'un peut-il me dire à quel régiment il pouvait appartenir ? Je sais juste qu'il a " fait" Verdun, comme la plupart des appelés de l'infanterie pendant cette guerre, qu'il a connu les tranchées, mais c'est tout ce que je sais, et j'aimerais en savoir un peu plus...

Cordialement

GIGIBE59

Papa_Doom.jpg

grandpère.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Vous pouvez faire des recherches au Fort de Vincennes prés de Paris ou sont centralisés tout les dossiers militaire des "poilus" de cette époque. C'est ce que j'ai entrepris il y de longues années.

Peut-être qu'un spécialiste ou animateur du forum pourra vous renseigner d'avantage que moi même. Recherchez son livret militaire...si vous pouvez le retrouver !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 8 minutes, Janmary a dit :

Vous pouvez faire des recherches au Fort de Vincennes prés de Paris ou sont centralisés tout les dossiers militaire des "poilus" de cette époque.

Uniquement pour les officiers et les unités.

il y a 25 minutes, GIGIBE59 a dit :

Sur le col de son uniforme on semble distinguer sur son côté droit le chiffre 33, sur son côté gauche le chiffre 42. Quelqu'un peut-il me dire à quel régiment il pouvait appartenir ?

Il ne peut y avoir que les même chiffre, ceux de son régiment lors de la photo, donc ici 33e réiment d'infanterie qui effectivement participa à la bataille de Verdun.

http://www.archivespasdecalais.fr/Activites-culturelles/Chroniques-de-la-Grande-Guerre/Reunion-des-grandes-figures-du-33e-RI-a-Verdun

http://www.33ri-guerre-14-18.fr/

il y a 29 minutes, GIGIBE59 a dit :

je ne sais pas grand-chose de lui.

Enfin d'en savoir plus c'est relativement facile :

Si vous avez sa date de naissance et département de résidence lors de ses vingt an, vous pouvez consulter les fiches matricules aux archives départementales ( la plus part sont disponibles en ligne ), donc certainement archives du Pas de Calais année de naissance + vingt an = année de classe et vous obtiendrez mine d'informations.

 

Si vous n'avez pas sa date de naissance, prenez votre acte de naissance, y figure les dates et lieu de naissance de vos parents, obtenez l'acte de naissance de chacun de vos parents où y figure la dates et lieu de naissance de leurs parent... une fois obtenu demandez l'acte de naissance de votre grand père et vous voila parti pour l'aventure à remonter le temps.

 

il y a 37 minutes, GIGIBE59 a dit :

grandpère.jpg

Dommage que la photo ne soit pas d'une très bonne résolution, votre grand père et l'homme à gauche, sur le haut de la manche gauche de sa vareuse figure des chevrons de présence au front ( leurs nombre indique le temps au front au moment de la photo ) mais même en zoomant on ne peut distinguer les détails.

 

Je vous souhaite de bonnes recherches et n'hésitez pas à partager le fruit de vos trouvailles avec nous, merci.

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci à tous pour ces réponses qui m'encouragent à aller un peu plus loin... je possède l'acte de naissance de mon grand père, je continue donc mes recherches côté des archives départementales...

Cordialement

GIGIBE59

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 23 minutes, GIGIBE59 a dit :

je possède l'acte de naissance de mon grand père, je continue donc mes recherches côté des archives départementales...

Ça va faciliter les recherches.

Tenez nous au courant de vos résultats.

Bravo pour ce devoir de mémoire.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

  • Contenu similaire

    • Par youpibird
      Bonjour,
      J'ai une question pour choisir mon unité du réserviste. Pour soumettre le candidature pour devenir réserviste, on dois choisir mon unité et J'habite a Toulouse ce moment
      1. Je voudrais choisir l'unité avec des entrainments actives (simulation de tir, simulation de combat etc), Quel régiment est adapté pour mon souhaite?
      2. Vous pensez que il est important de choisir le régiment qui est à proximité de chez moi?
      Pourriez-vous me renseigner si vous avez des infos. Je vous remercie par avance

       
    • Par Bouchon-Gras 49
      La Musique de l' infanterie est stationnée à Lille.

      Musique de l’Infanterie de Lille Héritière de la musique du 43ème Régiment d’Infanterie de Lille et de la Musique des forces terrestres la Musique de l’Infanterie est basée à Lille dpuis le 1er septembre 2016. Elle est et restera un orchestre de nomenclature brassband,ce qui fait qu’elle demeure la seule et unique formation de ce type au sein de l’armée de Terre. Ses musiciens sont pour la plupart issus des Hauts de France et ont tous un ou plusieurs prix de conservatoire ce qui fait que l’orchestre voit sa renommée perdurer depuis des années.   Cette formation, connaît un essor particulier et ses tâches musicales n’ont de cesse de se multiplier. Elle rehausse les cérémonies militaires et civiles: prises d’armes, commémorations, présentations au drapeau, accueils de chefs d’états ou de gouvernements, défilés ou parades. (Quelques 120 prestations par an dont une vingtaine de concerts). Son repertoire, vaste, varié et éclectique, permet à cette formation musicale d’être une parfaite vitrine de l’armée d’aujourd’hui, puisqu’ elle peut répondre sans délai aux exigences les plus diverses (musique militaire ou légère, marches américaines, variétés, hymnes nationaux, quintette de cuivres...). Par exemple, la formation est allée au Maroc, en Géorgie, au Mexique en Allemagne, au Québec, Grande bretagne, Belgique...   Son homogénéité et le professionnalisme de ses exécutants en font aussi la formation privilégiée pour l’accompagnement de solistes de renom tels Messieurs Steven MEAD, Roger WEBSTER, Jacques MAUGER, François THUILLIER, William HOUSSOY, Jean-Luc PETITPREZ, Gabriel CAPET, Gregory LETOMBE, David MAILLOT. La musique est actuellement placée sous la direction de Monsieur le Chef de Musique Hors Classe Maurice MARC assisté du Major Sous-chef de Musique Francis MARESCAUX et du Tambour Major l’Adjudant Cédric ROLLAND.   ( Source : Meuse / Verdun )  
      L'orchestre de l'ancien 43e RI de Lille, devenu Musique des forces terrestres, en concert demain soir à la salle Colucci
      Le brass-band du 43e Régiment d'infanterie de Lille, ancienne appellation de cet extraordinaire orchestre à la renommée internationale,
      se produira samedi, à la salle des fêtes Michel-Colucci. Chaque année, l'association LOUIS, qui s'occupe du bien-être au quotidien des enfants handicapés et de leurs familles, organise, à Râches, un prestigieux concert, destiné à récolter des fonds. Cette fois, Isabelle Letombe, la présidente, a réussi un coup de maître en faisant venir la Musique des forces terrestres de Lille.
      Un rendez-vous rendu possible grâce aux rapports amicaux entretenus par Gregory Letombe, trésorier de l'association LOUIS et saxophoniste de renom, avec un membre percussionniste de l'orchestre militaire. Le rapprochement s'est opéré facilement car la plupart des musiciens du « 43 », tous militaires, sont aussi des citoyens nordistes, membres d'harmonies municipales. Et qui ont eu, parfois, l'occasion de rencontrer la famille Letombe.
      « La Musique du 43 » est un orchestre issu d'un régiment créé en 1638 sous l'appellation « Royal des Vaisseaux » et qui s'est illustré notamment à Marengo et Iéna. Cette entité a toujours possédé une musique, créée initialement pour rehausser les cérémonies militaires et civiles.
      Renommée mondiale
      Au fil des restructurations, la musique militaire du 43e Régiment d'infanterie de Lille évolua vers une formation plus professionnelle et éclectique. C'est d'ailleurs par son basculement vers la variété (classique, rock, jazz, funk) que le brass-band (1) est devenu une formation mondialement reconnue. Comme en témoignent ses concerts à succès au Mexique (2010) et en Allemagne (2011). C'est le Québec qui sera la prochaine destination des Lillois. En 2010, le 43e Régiment d'infanterie a été dissous pour faire place au commandement des forces terrestres d'une part et du groupement des bases de défense d'autre part. Mais malgré son changement d'appellation, la musique conserve son brass-band.
      Placée sous la baguette du chef de musique principal Maurice Marc, la formation se produira à Râches, demain soir. •  RENAUD LAM TAN HING (CLP)
      (1) Le brass-band, est un ensemble formé de cuivres à perce cylindro-conique, à l'exception des trombones. Les trompettes en sont par conséquent exclues, ainsi que les cors. Le brass-band trouve ses origines en milieu militaire (XIXe siècle) et britannique. Il connut son apogée avec l'arrivée des musiciens de jazz de la Nouvelle-Orléans.
      Demain soir à 20 h 30, salle des fêtes Michel-Colucci. Chant soliste : Aurélie Leupe ; saxophone soliste : Gregory Letombe. Avec la participation de la classe de danse de Valérie Vincent du conservatoire de Roubaix.
       
      ( Source : La Voix Du Nord )

      Question/réponse du Sénat : https://www.senat.fr/questions/base/1998/qSEQ98040236S.html

      Le 43e Régiment d'Infanterie a de tout temps possédé une musique. Historiquement, la musique servait à rythmer la vie quotidienne en garnison (le réveil, la soupe, l'extinction des feux ...), a rehausser les cérémonies et prises d'armes (honneurs au drapeau, aux morts, le ban ...), mais surtout à commander la manœuvre des troupes sur les champs de bataille très bruyants (rassemblement, "en avant", "chargez", "feu" ...)
      Seule formation de ce type dans l'armée de terre, aujourd'hui le brass band du 43eRI rehausse les cérémonies militaires et civiles: prises d'armes, commémorations, présentations au Drapeau, accueils de chefs d'états ou de gouvernements, défilés ou parades... (plus de 100 prestations par an dont une trentaine de concerts).
      Son répertoire vaste et varié lui permet de pouvoir répondre sans délai aux exigences les plus diverses : musique militaire ou légère, marches étrangères, variétés, hymnes nationaux, quintette de cuivres. L'esprit de tradition militaire est conservé avec ce type de formation puisque l'ensemble de cuivres était au 17ème siècle la formation type des musiques militaires notamment la garde républicaine. Le Brass-band s'honore d'arborer une tenue de gala reprenant l'uniforme de tradition de l'infanterie jusqu'en 1914. Il s'agit d'un orchestre à part entière, avec une palette sonore étendue, des timbres chaleureux, un répertoire éclectique, et des musiciens du terroir, issus des écoles de musique et des conservatoires des régions Nord Pas-de-Calais Picardie.
      Son homogénéité et le professionnalisme de ses exécutants en font aussi la formation privilégiée pour l'accompagnement de solistes de renom : Steaven MEAD ainsi que Roger WEBSTER que la formation a pu accompagner lors du concert de Gala . Le Brass band est actuellement placé sous la direction du chef de musique militaire hors classe Maurice MARC

      assisté du major sous-chef de musique Francis MARESCAUX et du tambour-major l'adjudant Christophe DESREUMAUX.
      Aujourd'hui, elle recrute des musiciens jouant un instrument de la famille des cuivres, et ayant eu un cursus d'apprentissage dans les écoles de musiques et les conservatoires.
      Pour tous renseignements concernant le recrutement au sein de la musique 03.28.38.24.43.
      Dans le cadre de la réorganisation des formations musicales de l'armée de terre elle devient Musique de l'infanterie à compter  du 1er aût 2016
      ( Source : International Military Music Society )
    • Par Guillaume57
      Bonjour ! ( Mes excuses si j'ai mal placé mon sujet ) 
      Je me (re)présente, je m'appelle Guillaume, 19ans et je vis aux environs de Metz! 
      J'aimerai avoir quelques avis/informations concernants des régiments car je viens juste de passer mes tests à Nancy et ils s'avèrent être très positifs. Mon souhait étant d'intégrer l'infanterie, je ne sais pas quel régiment pourrait me correspondre le mieux (je sais qu'il n'y a pas de bon ni de mauvais régiments).
      J'ai déjà effectué quelques recherches sur le 152e régiment d'infanterie, le 5e régiment de dragons (si je ne me trompe pas il y a des unités d'infanterie) mais aussi sur le régiment de marche du tchad et mes questions sont les suivantes :
      - j'aimerai avoir des avis sur ces différents régiments et leur "mode de fonctionnement" ( fréquence de départ en opex, matériel etc)
      - j'aimerai savoir si il est possible de choisir d'intégrer uniquement le groupement d'infanterie dans le 5e RD car je ne comprends pas bien le fonctionnement de ce régiment ?
      - j'aimerai aussi savoir si le RMT est un RIMa ou un RPIMa? ( je suis malheureusement inapte para car selon le médecin j'ai un peu de "jeu" au niveau de ma rotule droite) 
      - et enfin j'aimerai savoir si vous avez d'autres régiments d'infanterie se situant +/- dans l'est/nord de la France qui s'avèrent être intéressants?
      merci d'avoir pris le temps de me lire et merci d'avance pour votre aide !! 
    • Par Bouchon-Gras 49
      Création en juillet d' une école interarmes à Saumur ( 49 ).
      La future Ecole du combat interarmes (ECIA) verra le jour le 1er juillet
      En amont de sa création officielle, le 1er juillet, l'Ecole du combat interarmes (ECIA) accueillera les premières "universités interarmes" (UIA), du 23 au 27 mai.
      Articulée autour d'un exercice de mise en situation tactique divisionnaire baptisé "Douaumont 2016", ces universités interarmes valoriseront la première action de formation tactique au commandement et au combat interarmes dédiée à l’ensemble des futurs chefs de corps et chefs de BOI (Bureau Opérations Instruction) de la force terrestre Au contact.
      Douaumont 2016, c'est 5 jours de travail, dont 3 jours d'exercice sur le système de simulation Janus. C'est aussi une centaine de "joueurs" et près de 400 encadrants et organisateurs.
      ECIA. Une cérémonie aura lieu en septembre pour marquer la création de ce qui est présenté "plus comme un commandement" que comme une école par le général de Barmon, commandant les Écoles militaires de Saumur. L'ECIA va fédérer les écoles de la cavalerie, de l'infanterie, du génie et de l'artillerie au sein d'un réseau qui sera adossé à l'école d'état-major de Saumur. Sa mission: diversifier les actions de formation et mener des actions à destination, entre autres, des chefs de corps et des patrons de BOI, mais aussi des commandants de compagnie.
      ( Source : Ligne de Défense )
×