Jump to content
Utilisateur06

Reconversion en tant que militaire

Recommended Posts

Bonjour.

J'ai 27 ans, je suis dans l'armée de l'air en tant que sergent. Je ne me suis jamais présenté à des épreuves aux concours de sous-officier de la gendarmerie par voie interne.

J'aimerai à l'issue de mon contrat changer d'arme et devenir gendarme. Cependant j'ai quelque questions sur divers spécificités du recrutement des militaires dans la gendarmerie nationale. Certaines de mes questions ne nécessiteront qu'une courte réponse :

1) Si je change d'arme, vais-je préserver mon échelon pour la solde ?

2) Sur d'autres forums j'entend dire que l'ancienneté d'un militaire est préservé si il rentre en gendarmerie. En quoi mon ancienneté dans l'armée va t'elle jouer lors de mon recrutement (mise à part la solde) ? mon grade ? (je sais pas...)

3) Le bulletin de notation joue t'il sur la recrutement d'un militaire dans la gendarmerie ? (alors non... Je vous vois venir... Je n'ai pas un bulletin mauvais loin de là c'est juste une question comme une autre 😉)

4) Je n'ai pas mon permis de conduire, est ce grave ? Comment sont reçus les futurs gendarmes sans permis ?

5) Les militaires (terre, air, marine) sont ils bien reçus dans la gendarmerie de façon générale ?

6) Le recrutement est il différent entre une reconversion d'un militaire vers la gendarmerie nationale et la gendarmerie de l'air ?

7) La formation des candidats pour devenir sous-officiers de gendarmerie dure de douze mois et comporte 3 phases (formation militaire, technique et territoriale). Est ce le cas pour un militaire sous-officier qui change d'arme ? Si non, quel formations attendent un militaire sous-officier pour son recrutement dans la gendarmerie et combien de temps cela dure ?

9) Les nouveaux gendarmes recrutés en interne ont un statut de stagiaire pendant une année, est ce le cas ? (j'entend dans le statut "stagiaire" un période de test, de mise en condition opérationnelle pour devenir titulaire en quelque sorte).

10) Dans l'éventualité d'une demande d'affectation particulière, à savoir :

- > Département cybercriminalité du service technique de recherches judiciaires et de documentation (STRJD).

-> Département informatique et électronique de l'institut de recherche criminelle de la Gendarmerie nationale (IRCGN).

-> Les sections de recherches (SR) dans le domaine des systèmes d'informations.

-> Tout autres départements, sections ou unités relevant du domaine des SIC (Système d'Information et de Communication).

Doit on passer de toute manière par l’accomplissement d'années de service en gendarmerie ? ou dans le cadre d'une reconversion, y a t'il des facilités d'affectations grâce à l'expérience de la spécialisation militaire ?

Je pense que les réponses que vous m'apporterez seront très utiles et je vous remercie par avance de votre patiente. Je sais que c'est un long questionnaire mais il me semble pertinent dans la mesure ou nous somme dans un forum qui rassemble un certain nombre d'utilisateurs et d'experts qui seront m'aiguiller.

Cordialement,

Share this post


Link to post
Share on other sites

Concernant ta future orientation, personnellement, je n'attendrai pas la fin de contrat des 5ans pour passer en gendarmerie, profite d'être encore dans l'AA pour passer le concours gendarmerie ou passerelle si elle existe encore pour le changement d'armée.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour,

Je ne suis pas un grand spécialiste mais...

Le 01/11/2018 à 23:57, Utilisateur06 a dit :

1) Si je change d'arme, vais-je préserver mon échelon pour la solde ?

2) Sur d'autres forums j'entend dire que l'ancienneté d'un militaire est préservé si il rentre en gendarmerie. En quoi mon ancienneté dans l'armée va t'elle jouer lors de mon recrutement (mise à part la solde) ? mon grade ?

Oui, la solde c'est quand même important !

Ça te permet également ( en conservant ton échelon actuel ) de progresser plus rapidement, c'est toujours intéressant.

Le 01/11/2018 à 23:57, Utilisateur06 a dit :

3) Le bulletin de notation joue t'il sur la recrutement d'un militaire dans la gendarmerie ?

Bien sur, ton dossier sera épluché, de même ta hiérarchie doit émettre un avis ( favorable ou non ).

Le 01/11/2018 à 23:57, Utilisateur06 a dit :

4) Je n'ai pas mon permis de conduire, est ce grave ? Comment sont reçus les futurs gendarmes sans permis ?

C'est handicapant, je ne serai que te conseillé de profiter de ton temps libre actuel pour le passer.

Le 01/11/2018 à 23:57, Utilisateur06 a dit :

5) Les militaires (terre, air, marine) sont ils bien reçus dans la gendarmerie de façon générale ?

J'en connais plusieurs qui l'on fait et ça c'est bien passé pour eux.

Le 01/11/2018 à 23:57, Utilisateur06 a dit :

6) Le recrutement est il différent entre une reconversion d'un militaire vers la gendarmerie nationale et la gendarmerie de l'air ?

Il faut bien comprendre que la gendarmerie mobile, départementale, de l'air, maritime, la Garde Républicaine... sont des affectations, donc un gendarme peut aller de l'un à l'autre.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

  • Sujets

  • Messages

    • Bonjour Ludo, soit le bienvenu parmi nous. Je te souhaite bonne chance pour tes projets. Au plaisir.
    • Bonjour à toutes et à tous! Je me présente, je m'appelle Ludo , j'ai 22 ans , je suis actuellement étudiant en L3 Sciences de la vie et de la Terre .  J'ai pour projet de passer le concours SOG, dès la fin de mon diplôme.  Au plaisir de discuter!
    • As durant la Grande Guerre, général est collaborateur durant la seconde, Armand PINSARD. ( Pour info :Il est ici nullement le fait de faire l’apologie d'acte de collaboration, mais le récit de la vie d'un AS de la 1er guerre, de plus je rappel que cet homme a été jugé et puni pour ces faits ) Armand Pinsard, né le 29 mai 1887 à Nercillac (Charente) et décédé le 10 mai 1953 à Ceyzériat (Ain) Né dans une famille d'agriculteurs, Armand Pinsard s'engage dans l'armée en 1906 et sert au 2e régiment de Spahis au Maroc jusqu'en 1908 où il est affecté au 1er régiment de chasseurs à cheval en France. Il se porte alors volontaire pour servir dans l'aviation militaire, et, obtenant son brevet de pilote le 15 février 1913, est l'un des rares pilotes militaires d'avant-guerre. Il sert dans l'Escadrille MS23 (en) en août 1914. Envoyé au front dès le début des hostilités, avec l'escadrille SPA 23, créée à Saint-Cyr-l'École, où il croise Roland Garros, il est fait prisonnier le 8 février 1915, après que son appareil ait effectué un atterrissage forcé derrière les lignes allemandes. Il entreprend plusieurs tentatives d'évasion ; après plusieurs échecs et une année de captivité, il réussit à s'évader en compagnie d'un camarade en creusant un tunnel sous le mur de leur prison. Après avoir rejoint les lignes alliées, il est promu lieutenant et reprend l'entraînement pour prendre en mains les nouveaux avions de chasse mis en service pendant sa captivité. Il est alors versé dans l'Escadrille N 26 où il pilote le tout premier chasseur SPAD S.VII envoyé au front, puis la N78 dont il prend le commandement, et finit la guerre à son ancienne escadrille, la SPA 23. , remportant un total de 27 victoires aériennes confirmées entre le 1er novembre 1916 et le 22 août 1918, dont 9 sur des ballons d'observation ennemis. Il a été l'un des premiers pilotes à combattre avec le SPAD S.VII, son appareil étant peint en noir. En 1916, il est décoré de la Légion d'honneur, puis est élevé au titre d'officier en 1917. Il est 8e dans la "liste des as" pour le nombre d'avions abattus confirmés. Resté dans l'armée en tant que militaire d'active, il va progressivement monter en grade et accéder à diverses postes à responsabilité dans l'aviation de chasse durant l'entre-deux-guerres. En 1929, il est impliqué dans une affaire de corruption en ayant accepté une rétribution d'une société aéronautique en échange de son appui pour une commande - l'affaire sera étouffée par le ministre de l'air Laurent-Eynac. En 1932, il crée et commande la 7e escadre de chasse, sur le terrain de Dijon. En novembre 1936, il commande la 11e Brigade de Chasse, affectée à la base aérienne 122 Chartres-Champhol. En 1940, avec le grade de général il commande le groupe de chasse 21, à Gouvieux-Chantilly.     Armand Pinsard sert toujours dans l'Armée de l'Air française pendant la Seconde Guerre mondiale en tant que commandant du Groupe de Chasse 21. Il a à sa dispostion un Morane Saulnier 406 qu'il a fait peindre en noir, marqué de la cigogne de l'ex-SPA 26, qu'il baptise "Le Pirate". Il sera blessé, au sol, le 6 juin 1940 lors du bombardement de l'aérodrome des Aigles, à Gouvieux-Chantilly (Oise), où il sera très grièvement blessé. Hospitalisé à Paris et soigné par le docteur Thierry de Martel, il évacue la capitale dans une ambulance juste avant l'arrivée des troupes allemandes. Réfugié en Zone Libre où il passe sa convalescence au Canet, il y rumine contre les causes de la défaite en écrivant une lettre au maréchal Pétain dans laquelle il plaide pour une dictature militaire implacable pour redresser le pays : "Le français ne demande qu'à être dirigé, il suffit donc de lui donner les chefs qui en sont aptes". Guéri de ses blessures, Pinsard va s'installer à Vichy et va y militer pour l'acquittement d'Emile Dewoitine, incarcéré par le régime de Vichy. Il est en fait rétribué par le gouvernement japonais qui souhaite embaucher l'industriel français. Le général Jean Bergeret fait alors expulser le général Pinsard de Vichy. Ce dernier s'installe alors à Paris au début de l'année 1942 où il va se rapprocher des cercles collaborationnistes et soutenir le gouvernement de Pierre Laval lors de réunions politiques. Au mois d'août 1943, il accepte la responsabilité d'inspecteur général des œuvres sociales de la Légion des volontaires français contre le bolchevisme LVF. Il est arrêté par la police à la libération le 1er septembre 1944 et interné à la prison de Fresnes, d'où il sera jugé pour faits de collaboration et condamné le 6 novembre 1944 aux travaux forcés à perpétuité et confiscation des biens par la Cour de justice de la Seine. Il va cependant bénéficier des mesures de clémence et voir sa peine commuée en 1946 à 10 ans de prison, puis libéré en 1947 et rétabli dans ses droits à pension de général en 1948. Son fils Jacques, qu'il a fait inscrire à la Milice en 1944, est condamné à l'indignité nationale et part pour l'Argentine où il va décéder d'un accident de la route en 1947. Armand Pinsard décède le 10 mai 1953, âgé de 65 ans à Ceyzériat (Ain), lors d'un dîner d'anciens pilotes, les "Vieilles Tiges". Le corps du général Pinsard a été inhumé une première fois à Bourg-en-Bresse puis transféré ultérieurement au cimetière d'Arcachon (carré 15).   ( Source : Wikipédia   https://fr.wikipedia.org/wiki/Armand_Pinsard  )  
  • Popular Contributors

×
×
  • Create New...

Important Information