Aller au contenu
Baresco

Reconversion pour un sous-officier

Messages recommandés

Bonjour à tous,

J'ai cherché sur le forum mais je n'ai trouvé de réponse adéquat.

Je suis actuellement Sergent (semi-direct sans le BAC), et j'entame une reconversion, le poste que je vise demande au minimum le BAC. Est ce que par équivalence du fait de sous-officier je peux prétendre postuler à ce poste puisqu'un sous-officier doit être titulaire d'un BAC.

Autre solution serait-une VAE mais une VAE accorde plus un diplôme pour un poste qu'un diplôme général. Et je ne voit pas quelle VAE je pourrait avoir avec mon métier d'artilleur chef de pièce.

Je vous remercie par avance pour vos réponse.

Au plaisir de vous lire.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour.

il me semble que pour qu'un diplôme militaire ait une reconnaissance lui donnant un niveau IV (dans votre cas), il doit être inscrit au RNCP (répertoire national des certifications). Or le BSAT artillerie sol/sol n'est pas inscrit au RNCP. Cela reste à vérifier impérativement auprès de votre cellule reconversion.

En majorité cela correspond  à des diplômes permettant l'accès à des emplois civils équivalents (mécanicien, cuisinier, RH etc etc...) .

Pour la VAE qui est un dispositif assez long, il faut monter un dossier auprès du ministère délivrant le diplôme que vous visez. Ce dossier est en général assez complexe car il faut détailler toutes vos activités en lien avec le diplôme souhaité. Ensuite une commission étudie votre dossier et va, soit valider certaines épreuves au vu de votre expérience, soit vous demandez de passer les épreuves qui n'auront pas été validées. Je pense aux maths, à l'anglais par exemple...  Ce dispositif demande à être accompagné pour monter un dossier cohérent et nécessite largement plus d'une année. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci de votre réponse.


J'ai parcouru le fichier RNCP et le BSAT de ma spécialité (sol-air) donnais bien une équivalence titre IV jusqu'en 2006. Pas besoin de préciser que je l'ai obtenu bien après.

Pour la VAE en effet cela semble très complexe et ne souhaitant pas resigner je me trouve un peu dans une voie sans issue.

Je vais contacter ma RRH afin de savoir si ils connaissent d'autre possibilité afin de partir avec ce titre IV qui m'ouvrirai bien plus de porte que mon simple titre V obtenu dans le civil.

Après la suppression de mon IDPNO car semi direct je me voit vraiment partir une main devant, une main derrière. 

Cordialement.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour à tous,

Je reviens aujourd'hui car après réflexion et en analysant la situation et surtout en me demandant réellement ce que je voulais faire pendant mes 40 prochaines années je m'oriente sur une VAE pour obtenir par acquis un Titre IV.

Après un parcours fastidieux sur le RNCP plusieurs qualifications m'ont l'air de "coller" avec mon passé. Voici les principales dans l'ordre de la plus concrète à la plus complexe :

Code RNCP

Intitulé

27217

Agent de sécurité chef de poste

964

BP : Brevet professionnel Agent technique de sécurité dans les transports

965

BP : Brevet professionnel Agent technique de prévention et de sécurité

30695

Chef d’équipe de prévention et de sécurité

24834

Chef d’équipe de surveillance et d’intervention

4478

BAC PRO : Baccalauréat professionnel Sécurité-Prévention

 

Toutes ces certifications permettent d'obtenir un Titre IV n'hésitez pas à commenter si vous même avez effectué une VAE, si vous connaissez ces qualifications ou juste pour discuter.

 

Mais pourquoi un Titre IV? Pour avoir les prérequis afin de me présenter à la formation SSIAP 3.

Je prends tous les conseils, remarques ou critique constructive.
Merci pour votre lecture et au plaisir.

😉

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

Je suis sans intervenir ce sujet depuis quelques jours.

Effectivement les diplômes militaires ont pour certains une équivalence civile mais pour être réellement reconnus, le mieux est d'obtenir le diplôme reconnue par l'éducation nationale.

il y a une heure, Baresco a dit :

Mais pourquoi un Titre IV? Pour avoir les prérequis afin de me présenter à la formation SSIAP 3.

Petite question,

As tu étais voir Défense mobilité et leurs as tu expliqué ton projet ?

Je te mets ici un lien intéressant :

https://www.pompiers.fr/grand-public/devenir-sapeur-pompier/metiers-surete-et-securite/diplome-securite-incendie-et-secours

Quel est réellement ton projet derrière ça ?

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour à toi,

Pour répondre à ta première question, j'ai bien été voire défense mobilité, j'ai eu déjà plusieurs RDV mais disons que mon premier choix à été abandonner (il y a une dizaine de jours) faute de moyen (Création d'entreprise).

Par conséquent je recommence depuis le zéro avec un choix n°2 porté sur le métier de Chef de service sécurité incendie.

Ce métier allie aujourd'hui très souvent la prévention incendie mais également la lutte contre la malveillance.

Avec une VAE Agent de sécurité chef de poste (par exemple) je validerais dans le civil mes acquis de militaire, ceux ci seront reconnus et cela me permettrait d'avoir par cette voie un titre IV. (prérequis pour la SSIAP 3)
En parallèle l'obtention du SSIAP 3, qui ne demande pas forcément d'expérience dans le milieu de l'incendie me permettrais de pouvoir prétendre au poste de chef de sécu incendie tant sur le plan prévention incendie que sur le plan de la lutte contre la malveillance.

Les offres d'emplois que j'ai pu scruter sur internet me font ressortir que aujourd'hui les deux parties sont intimement lié et qu'un chef de service ait souvent amener à manager une équipe incendie et une équipe sécurité.

J'espère avoir répondu au mieux à tes attentes.

Cordialement

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 15 minutes, Baresco a dit :

En parallèle l'obtention du SSIAP 3, qui ne demande pas forcément d'expérience dans le milieu de l'incendie

Pour pouvoir obtenir le SSIAP 3, il faut avoir eu le 2 et un certain temps et idem ave le 1.

 

J'avais voulu passé le SSIAP en formation professionnelle et l'agent de mon administration ( qui, on peut ce poser la question sur ses compétences... ) m'avais conseillé de passer les trois dans la foulé et après quelques appels auprès de centres de formation, j'ai vite su que l'on ne peut pas.

il y a 19 minutes, Baresco a dit :

Les offres d'emplois que j'ai pu scruter sur internet me font ressortir que aujourd'hui les deux parties sont intimement lié et qu'un chef de service ait souvent amener à manager une équipe incendie et une équipe sécurité.

Dans l'établissement où je travail ( CHU ) les agents de sécurité possèdent obligatoirement tous le SSIAP 1 et leurs chefs d'équipe le SSIAP 2 ( ce sont principalement tous des pompiers volontaires et certains d'anciens pompiers de Paris ).

Seul deux personnes possèdent le SSIAP 3, l'ingénieur responsable de ce service et son adjoint ( ancien militaire de la sécurité civile ).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 3 minutes, Bouchon-Gras 49 a dit :

Pour pouvoir obtenir le SSIAP 3, il faut avoir eu le 2 et un certain temps et idem ave le 1.

 

Je me permet de te corriger ayant contacter un centre de formation pour le SSIAP 3.

SSIAP 1 = formation

SSIAP 2 = formation + expérience mini en SSIAP 1

Mais SSIAP 3 : (extrait du dossier d'inscription SSIAP 3)

"Le dossier de candidature comprend obligatoirement pour tous les stagiaires

 1 photo d’identité

 Ce dossier rempli, daté et signé

 La photocopie recto/verso de votre pièce d’identité

 L’évaluation de la capacité à retranscrire des anomalies sur la main courante

 Le certificat médical ci-joint complété par un médecin datant de moins de 3 mois

 La photocopie de votre diplôme de secourisme (AFPS ou PSC1 acquis depuis moins de 2 ans, CFAPSE, PSC1 ou SST en cours de validité)

 La photocopie de votre diplôme de niveau IV minimum ou la photocopie de votre diplôme SSIAP2, ERP2, IGH2 avec le recyclage triennal avec une attestation employeur justifiant de 3 ans d’exercice de l’emploi"

Un Niveau IV suffit à prétendre postuler au stage.

il y a 7 minutes, Bouchon-Gras 49 a dit :

Dans l'établissement où je travail ( CHU ) les agents de sécurité possèdent obligatoirement tous le SSIAP 1 et leurs chefs d'équipe le SSIAP 2 ( ce sont principalement tous des pompiers volontaires et certains d'anciens pompiers de Paris ).

Oui c'est belle et bien la définition de leur poste, agent de sécu SSIAP1, Chef d'équipe SSIAP 2.

Alors que le responsable/chef possédant le SSIAP 3 est plus un gestionnaire et un responsable réglementation. Il manage et envoie les SSIAP 1 et 2, il n'a donc "en théorie" pas besoin des SSIAP inférieur.

N'hésite pas à me corriger.

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 30 minutes, Baresco a dit :

je me permet de te corriger

Tu as raison, je n'ai pas bien relu.

 

Formation SSIAP 3 : chef de service de sécurité incendie

Condition d'accès à l'examen

Pour vous permettre de passer l'examen de chef de service de sécurité incendie, vous devrez :

  • être titulaire du diplôme de niveau 4 minimum (NB : ou validation des acquis de l'expérience)
  • ou être titulaire du diplôme d'ERP 2 ou d'IGH 2 avec 3 ans d'expérience dans la fonction
  • ou être titulaire du SSIAP 2 avec 3 ans d'expérience dans la fonction

 

il y a 30 minutes, Baresco a dit :

Alors que le responsable/chef possédant le SSIAP 3 est plus un gestionnaire et un responsable réglementation. Il manage et envoie les SSIAP 1 et 2, il n'a donc "en théorie" pas besoin des SSIAP inférieur.

Oui, d’ailleurs son bureau est loin du poste de sécurité, il gère les agents mais aussi tous les problèmes de sécurité  ( pour la sureté il a une sorte de binôme, ancien gendarme qui gère plus cette partie et il a du boulot ), il fait partie de la commission de sécurité, il passe donc dans tous les bâtiments, services pour vérifier que tous est aux normes et en bon fonctionnement, à la suite il fait les demandes pour les réparations et l'entretien des organes de sécurité ( portes coupe feu, gaines de ventilation, installation des extincteurs...).

Il a cependant l’équipement lui permettant d'intervenir sur un sinistre mais...

Donc pour en revenir à ton projet,

Il y a 2 heures, Baresco a dit :

Après un parcours fastidieux sur le RNCP plusieurs qualifications m'ont l'air de "coller" avec mon passé. Voici les principales dans l'ordre de la plus concrète à la plus complexe :

Code RNCP

 

Intitulé

 

27217

 

Agent de sécurité chef de poste

 

964

 

BP : Brevet professionnel Agent technique de sécurité dans les transports

 

965

 

BP : Brevet professionnel Agent technique de prévention et de sécurité

 

30695

 

Chef d’équipe de prévention et de sécurité

 

24834

 

Chef d’équipe de surveillance et d’intervention

 

4478

 

BAC PRO : Baccalauréat professionnel Sécurité-Prévention

 

 

Toutes ces certifications permettent d'obtenir un Titre IV

Oui mais quel rapport avec ton emploi et tes fonctions actuel

 

Le 04/10/2018 à 10:06, Baresco a dit :

avec mon métier d'artilleur chef de pièce.

C'est là que ça risque de " tiqué " car je vois mal ce que tu peux valider par l’acquis.

A moins d’être chef d'équipe combat ( type combat d'infanterie ), ce qui ce rapprocherait de ces emplois.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci pour ta réponse

il y a 23 minutes, Bouchon-Gras 49 a dit :

Oui, d’ailleurs son bureau est loin du poste de sécurité, il gère les agents mais aussi tous les problèmes de sécurité  ( pour la sureté il a une sorte de binôme, ancien gendarme qui gère plus cette partie et il a du boulot ), il fait partie de la commission de sécurité, il passe donc dans tous les bâtiments, services pour vérifier que tous est aux normes et en bon fonctionnement, à la suite il fait les demandes pour les réparations et l'entretien des organes de sécurité ( portes coupe feu, gaines de ventilation, installation des extincteurs...).

Il a cependant l’équipement lui permettant d'intervenir sur un sinistre mais...

Et merci pour ces infos celles ci colle avec ce que je pensais de ce poste, hors mis ta dernière phrase qui je pense est du à la multitude de tâche à accomplir dans ce métier.

il y a 25 minutes, Bouchon-Gras 49 a dit :

Oui mais quel rapport avec ton emploi et tes fonctions actuel

C'est là que ça risque de " tiqué " car je vois mal ce que tu peux valider par l’acquis.

Pour ce point voici un "petit" résumé du référentiel d'emploi concernant la VAE agent de sécu chef de poste (N°27217)

Soit dit en passant je n'ai pas poussé mes recherches encore sur quelles certifications demandé. (CF tableau plus haut) j'ai pris le premier pour exemple.

Extrait de :

 http://www.rncp.cncp.gouv.fr/grand-public/visualisationFiche?format=fr&fiche=27217

"Le titulaire de la certification a prouvé qu’il  est capable de :
     A1 : - Participer avec son responsable direct à l’identification les risques liés au site (Direction, chef d’équipe)
- Identifier les consignes, ordres de mission, mémento (1) des agents placés sous ses ordres
- Identifier les dysfonctionnements, incidents (intrusion, sinistre, vol) et met en place ou préconise les actions correctives (évolutions, moyens)
     A2 : - Encadrer et coordonner l’activité de l’équipe et les tâches de chaque agent : agents de sécurité et de prévention, opérateur vidéo surveillance, agents de sécurité cynophile, agents de sécurité incendie et secours aux personnes
- Veiller au respect des normes et instruction de son entreprise
- S’assurer du respect des dispositions du décret n° 2012-870 du  10 juillet 2012 (2)
- Intervenir en appui de ses agents en cas de besoin (incidents, accidents,)
     A3 : - Communiquer en permanence avec chaque agent d’exploitation placé sous ses ordres
- Transmettre et rendre compte à son responsable direct les rapports d’activité de son équipe, les besoins et observations exprimés par le client
- Émettre des avis sur les comportements et les compétences du  ou des agents placés sous ses ordres
- Assurer les relations avec les forces de sûreté"

Voici ce dont je doit montrer être capable et avoir acquis ces tâches. Je vais essayer sans réflexion et en un minimum de temps coupler mon expérience avec les compétences demander.

A1 : typiquement ce que l'on retrouve sur la mission Sentinelle ou avant le plan Vigipirate (une bonne dizaine de mission pour ma part) avec donc une approche extérieur essayait de déceler les failles afin d'y remédier. Où même plus simplement comme le service de semaine où nous devons limiter les entrée du bâtiment de 3334m2 afin de mieux filtrer, contrôler. Dans le même contexte en faisant le service d'élément d'intervention dans le régiment cela correspond également bien au 2eme tiret. Le poste d'accueil et de filtrage à l'entrée du camp également.

A2 : étant chef de groupe PROTERRE, chef de pièce d'artillerie, chef Armement petit calibre de mon unité, je pense avoir mes chance en encadrement. Le 1er et 2eme tiret me font principalement pensez à mon armurerie où le respects des normes et instruction y est très présentes et où il est impossible de ne pas s'y soumettre. Je n'ose même pas parler des missions étrangère où le respects des conventions internationales rentre en vigueur ainsi que la lois présente sur le territoire.

A3 : 1er tiret : Rendre compte? Acte réflexe chez un combattant, tous ce que l'on fais, amène forcément à un compte rendu oral ou écrit.
2ème tiret : Évolution des subordonnées : Rédaction de résumé sur mes subordonnés lors des notations annuel, compétence, envie, savoir faire, savoir être, sport...
3ème tiret : Relation avec les forces de sécurité : Je reviendrais à nouveau sur Sentinelle avec de nombreuses patrouilles mixte avec la Gendarmerie.

 

J'ai pondu ça s'en réfléchir et sans reprendre mes missions une à une afin à chaque fois d'en tiré le meilleurs et des exemples pour la réalisation des compétences mais je pense qu'un militaire ayant un minimum de service et de missions (et le grade pour) peux largement prétendre à cette VAE.

En espérant te relire rapidement.

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Effectivement en lisant ton expérience, ça cadre ( difficile de " juger " une personne juste comme ça sur une courte présentation ).

il y a 4 minutes, Baresco a dit :

En espérant te relire rapidement.

Tiens nous au courant de l'avancé de ton projet, une VAE c'est long, donc nécessite pas à passer nous donner de tes nouvelles.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui je comprend la difficulté à estimer la validité ou non d'un projet de VAE ainsi en si peu de temps.

Je vais déjà allez de ce pas envoyer un mail à mon recruteur pour lui faire part de ces nouveau éléments car une fois de plus je creuse et je creuse mais je n'ai pas entamer de démarche, faute à moi de vouloir sans doute prendre de l'avance mais j'aime avoir les réponses avant les questions du conseiller, ça évite les pertes de temps surtout qu'un RDV ce prend généralement pour un mois plus tard... Je suis jeune, certes mais je ne souhaite pas éterniser ma reconversion (dans la limite du raisonnable au vue d'une VAE) afin de pouvoir au plus vite rebondir dans le civil et retrouver un emploi rapidement.
Quoi qu'il en soit je viendrais poster, j'espère, régulièrement sur le sujet afin détaillez mes propos et pourquoi pas aider un prochain lecture dans sa quête.

Je te souhaite un bon dimanche, moi je suis de service afin de pouvoir encore plus prétendre à cette VAE (humour).

Cordialement

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 2 heures, Baresco a dit :

une fois de plus je creuse et je creuse mais je n'ai pas entamer de démarche, faute à moi de vouloir sans doute prendre de l'avance mais j'aime avoir les réponses avant les questions du conseiller, ça évite les pertes de temps surtout qu'un RDV

Tu as bien raison, car il faut bien ciseler ton projet pour qu'il est maximum de chance de réussir.

 

Il y a 2 heures, Baresco a dit :

je suis de service

Bon service, cordialement.

A bientôt.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour.

Bon, concernant la VAE, elle peut bien sûr être entreprise sans attendre. Pas besoin d'entrer dans un parcours reconversion. Mais je préconise fortement le suivi pour mener à bien cette VAE. Il existe en région des organismes spécialisés pour ce suivi et qui aident aussi sur le choix du diplôme à valider puis lorsque celui ci est identifié aident sur le montage du dossier. Pour cela il faut prendre contact avec un centre de conseil sur la VAE:    Centre de conseil VAE. Liste et annuaire par régions

Il y a 7 heures, Baresco a dit :

Mais pourquoi un Titre IV? Pour avoir les prérequis afin de me présenter à la formation SSIAP 3

D'où l'intérêt toujours exprimé ici sur le forum et à destination des jeunes recrues, de leur dire de passer et réussir le bac ou leur IUT ou BTS avant de rentrer à l'armée afin de préparer la suite de la carrière. AVOIR les PREREQUIS, c'est fondamental et on l'oublie trop souvent.

Le 04/10/2018 à 14:02, Baresco a dit :

J'ai parcouru le fichier RNCP et le BSAT de ma spécialité (sol-air) donnais bien une équivalence titre IV jusqu'en 2006. Pas besoin de préciser que je l'ai obtenu bien après.

Oui malheureusement les équivalences ne sont accordées que pour des durées limitées.

Il y a 4 heures, Baresco a dit :

Pour ce point voici un "petit" résumé du référentiel d'emploi concernant la VAE agent de sécu chef de poste (N°27217)

Soit dit en passant je n'ai pas poussé mes recherches encore sur quelles certifications demandé. (CF tableau plus haut) j'ai pris le premier pour exemple.

Extrait de :

 http://www.rncp.cncp.gouv.fr/grand-public/visualisationFiche?format=fr&fiche=27217

"Le titulaire de la certification a prouvé qu’il  est capable de :
     A1 : - Participer avec son responsable direct à l’identification les risques liés au site (Direction, chef d’équipe)
- Identifier les consignes, ordres de mission, mémento (1) des agents placés sous ses ordres
- Identifier les dysfonctionnements, incidents (intrusion, sinistre, vol) et met en place ou préconise les actions correctives (évolutions, moyens)
     A2 : - Encadrer et coordonner l’activité de l’équipe et les tâches de chaque agent : agents de sécurité et de prévention, opérateur vidéo surveillance, agents de sécurité cynophile, agents de sécurité incendie et secours aux personnes
- Veiller au respect des normes et instruction de son entreprise
- S’assurer du respect des dispositions du décret n° 2012-870 du  10 juillet 2012 (2)
- Intervenir en appui de ses agents en cas de besoin (incidents, accidents,)
     A3 : - Communiquer en permanence avec chaque agent d’exploitation placé sous ses ordres
- Transmettre et rendre compte à son responsable direct les rapports d’activité de son équipe, les besoins et observations exprimés par le client
- Émettre des avis sur les comportements et les compétences du  ou des agents placés sous ses ordres
- Assurer les relations avec les forces de sûreté"

Voici ce dont je doit montrer être capable et avoir acquis ces tâches. Je vais essayer sans réflexion et en un minimum de temps coupler mon expérience avec les compétences demander.

A1 : typiquement ce que l'on retrouve sur la mission Sentinelle ou avant le plan Vigipirate (une bonne dizaine de mission pour ma part) avec donc une approche extérieur essayait de déceler les failles afin d'y remédier. Où même plus simplement comme le service de semaine où nous devons limiter les entrée du bâtiment de 3334m2 afin de mieux filtrer, contrôler. Dans le même contexte en faisant le service d'élément d'intervention dans le régiment cela correspond également bien au 2eme tiret. Le poste d'accueil et de filtrage à l'entrée du camp également.

A2 : étant chef de groupe PROTERRE, chef de pièce d'artillerie, chef Armement petit calibre de mon unité, je pense avoir mes chance en encadrement. Le 1er et 2eme tiret me font principalement pensez à mon armurerie où le respects des normes et instruction y est très présentes et où il est impossible de ne pas s'y soumettre. Je n'ose même pas parler des missions étrangère où le respects des conventions internationales rentre en vigueur ainsi que la lois présente sur le territoire.

A3 : 1er tiret : Rendre compte? Acte réflexe chez un combattant, tous ce que l'on fais, amène forcément à un compte rendu oral ou écrit.
2ème tiret : Évolution des subordonnées : Rédaction de résumé sur mes subordonnés lors des notations annuel, compétence, envie, savoir faire, savoir être, sport...
3ème tiret : Relation avec les forces de sécurité : Je reviendrais à nouveau sur Sentinelle avec de nombreuses patrouilles mixte avec la Gendarmerie.

 

Normalement tout militaire par son expérience peut aisément prétendre à valider des acquis dans le domaine de la sécurité. Cependant il lui manquera malgré tout bien des notions nécessaires à l'obtention de la totalité du diplôme. il ne faut donc pas imaginer faire un copier/coller des activités militaires avec ce qui est demandé dans le civil. Si lors du passage en commission le diplôme n'est pas validé dans son intégralité, il faudra éventuellement repasser les

D'où la nécessité et j'insiste là dessus, il est indispensable de se faire accompagner (malheureusement payant). Vous serez sans nul doute étonné de la complexité des dossiers à remplir (en particulier pour les diplômes de l'éducation nationale). Au passage je précise qu'un BP est plus professionnalisant qu'un Bac pro souvent trop théorique aux yeux des employeurs.

Vous verrez qu'il faut absolument aller dans le détail des TOUTES les activités menées, les durées les lieux, les intervenants, les partenariats, les durées d'emploi, les chiffres éventuels etc etc... C'est très long et il faut vraiment faire appel à sa mémoire, même éloignée.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

Le ‎04‎/‎10‎/‎2018 à 12:09, berogeitabi a dit :

Ce dossier est en général assez complexe car il faut détailler toutes vos activités en lien avec le diplôme souhaité.

Assez complexe en effet.

Dans le premier livret on écrit son expérience/son/ses employeurs . Avant, il fallait justifier de 3ans d'expérience mais depuis l'an dernier, il suffit d'un an.

Si c'est ok, alors on fait le 2eme livret.

Le ‎04‎/‎10‎/‎2018 à 12:09, berogeitabi a dit :

Ensuite une commission étudie votre dossier et va, soit valider certaines épreuves au vu de votre expérience, soit vous demandez de passer les épreuves qui n'auront pas été validées. Je pense aux maths, à l'anglais par exemple...

En fait, on passe devant un jury qui a lu le 2e livret. Il peut être composé de prof qui enseigne le diplôme ou de professionnel du métier. Et qui pose des questions sur ce que tu as écrit.

Suite à ça, oui soit validation entière ou partielle ou pas du tout.

Pour les maths, ils estiment que si dans ce que tu as décrit dans le livret il y a des calculs = se sont des maths. Oui, dans tout les cas s'il y a une langue il faut la passer. C'est précisé dans le livret, si je me souviens bien. Je pense aux diplômes dans le tourisme.

Si validation partielle ou rien n'est validé, on peut à nouveau passer devant un jury car il y a deux dates. 1ere date en juin et la 2e en décembre.

P-Emploi prend en charge les frais si on fait option " accompagnement ".

Et oui +++++ il vaut mieux être accompagné pour écrire le 2e livret.

Le ‎07‎/‎10‎/‎2018 à 17:34, berogeitabi a dit :

Vous verrez qu'il faut absolument aller dans le détail des TOUTES les activités menées, les durées les lieux, les intervenants, les partenariats, les durées d'emploi, les chiffres éventuels etc etc...

Ah ça... pour aller dans les détails de TOUTES les activités, on y va !  ":angel: !    

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui, pas si simple que ça le parait, en plus c'est assez long, donc ça demande une certaine motivation et un projet bien réfléchis et bien préparer.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 21 heures, Bouchon-Gras 49 a dit :

en plus c'est assez long, donc ça demande une certaine motivation et un projet bien réfléchis et bien préparer.

Oooooh Ouuuuiiii !

J'avais commencé en septembre, trop court pour le jury de décembre mais ok pour le jury de juin !

Je souhaite a Baresco de réussir sa reconversion :beretbleu: !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci à tous pour vos réponses qui étoffe ce sujet. De mon côté j'avance doucement jai une réunion d'information obligatoire sur la VAE lundi pour ensuite pouvoir prendre un rdv avec un spécialiste VAE

Retranscrire toutes mes activités mili dans le civil ne suffira pas mais j'ai toujours espoirs que ça aide fortement. J'ai déjà pu sortir l'ensemble de mes activités depuis mon premier jours via un logiciel en allant toquer a la bonne porte au gestionnaire effectifs. 

Si quelqu'un d'autre est en cours de VAE ou à finit ce parcours son expérience est la bienvenu. Un plus si c'est dans la sécu. 

Je m'oriente sur une VAE agent de sécurité chef de poste. (RNCP 27217)

A vous lire,

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

  • Sujets

  • Zone Militaire

  • Messages

    • Bonjour, je ne sais pas si cela à déjà été publier je suis nouveau sur le site et je ne connais pas encore bien le fonctionnement. Je suis âgé de 23 ans et je souhaites rentrer dans la Marine National dès 2019 en tant que QMF, j'ai un rendez-vous d'information en Janvier 2019 justement pour en savoir d'avantage, je me suis bien entendu renseigner de fonds en comble sur le corps d'armée ( ce qui est d'une logique me diriez vous ), je ne suis pas un grand sportif , mais je compte très vite m'y mettre en format intensif ( endurance, pompes, abdos, tractions mon plus gros point faible, si vous avez des conseils je suis preneur surtout pour les tractions ). Ma détermination est sans égale, je voudrais donc savoir les conditions d'accès durant la VM avec le/la médecin militaire, l'IMC maximum etc etc.. Ce qui est éliminatoires durant les épreuves sportifs, en plus du parcours sportifs est ce qu'il y a toujours les tractions ? Je vais travailler la psyco et l'entretien de motivation,    J'ai un corps assez costaud, un minimum musclé, je suis plutôt carré comme personne, un peu de bidoche mais clairement pas graisseux au point de déborder sur les hanches. Si je taf le coté sportif, est ce que cela suffira pour passer les épreuves d'ici 2019 ( vous me direz quand on veux on peux ) ? Quels conseils me donneriez vous ?   Je vous remercie d'avance pour vos futurs réponses Au plaisir.
    • Une présentation courte mais très explicite. En tout cas, merci !
    • Si vous passez par Toulon, outre son marché Provence, et la visite de la rade, prenez l’après midi, installez vous dans le téléphérique ( pour ceux qui ont le vertige, il y a la route, en voiture ou à pieds ) destination le mont Faron.   Le mémorial du débarquement et de la libération de Provence est situé sur les hauteurs nord de Toulon, sur le mont Faron dans le Var (France). Propriété de l’État, le mémorial du Mont Faron est consacré au débarquement allié du 15 août 1944 et à la libération de la Provence. La réouverture est prévue pour le mois d'avril 2017. Il est l’un des neuf « Hauts lieux de la mémoire nationale » du ministère de la Défense, dont l’entretien et la valorisation sont placés sous la responsabilité de la direction de la mémoire, du patrimoine et des archives (DMPA), et mis en œuvre par l’office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONAC-VG). Le mémorial du Mont-Faron commémore le débarquement allié en Provence le 15 août 1944, l'opération Anvil Dragoon. En 1963, pour en choisir l'emplacement, Jean Sainteny, ministre des Anciens Combattants, proposa la ville de Toulon, dont la prise avait une importance capitale pour la libération de la Provence. Sur le mont, face à la rade, se trouvait la tour Beaumont, petit fortin militaire destiné à la surveillance du littoral érigée en 1845. Afin de réaliser le mémorial, l'architecte Pascalet en a utilisé les locaux, y appuyant une série de bâtiments bas. L'ensemble fut inauguré le 15 août 1964 par le général de Gaulle. Dès 1958, la Tour Beaumont, au sommet du Mont-Faron, est aménagée en Musée des Libérateurs de Toulon autour de deux figures historiques de la région : Napoléon Bonaparte et le général de Lattre de Tassigny, commandant de l’armée B. Inauguré en 1959, pour la mise en service du téléphérique, ce lieu est confié pendant 32 ans au Centre culturel et touristique du Faron, association sous la présidence du général Magnan, commandant en 1944 de la 9e DIC qui libéra Toulon. En automne 1963, le gouvernement du général de Gaulle décide la création d’un musée commémoratif du débarquement de Provence entre Menton et Marseille. Pour en choisir l’emplacement, M. Sainteny, ministre des anciens combattants, propose Toulon dont la prise a eu une importance capitale pour la libération de la Provence. Bien qu’isolé, le Mont Faron séduit par l’étendue de son panorama. À cet effet, la tour Beaumont et son terrain sont cédés, par le ministère de la Marine, au ministère des Anciens Combattants. La ville de Toulon, consciente de l’impact touristique, concède gratuitement une parcelle alentour de 2,720 m2. Afin de réaliser le mémorial, les architectes Pierre Pascalet et François Carpentier, aidés dans leur mission par le Comité du Mémorial, ont utilisé les locaux existants notamment la Tour Beaumont, y  adjoignant une série de bâtiments bas. A l’occasion du 20ème anniversaire du débarquement de Provence, le 15 août 1964, le Général de Gaulle inaugure le mémorial du Mont-Faron avec l’objectif de mettre en avant la participation des forces françaises à la libération du pays et à la victoire des alliés. Le mémorial se veut être le symbole de la France libérée par elle-même et redorer le sentiment de fierté nationale.   Bien que le débarquement fut majoritairement mené par les Américains, c’est l’Armée B du général de Lattre de Tassigny composé aux deux tiers des troupes de l’ancien empire colonial, mais aussi la résistance, qui libèrent Toulon et Marseille. La participation des troupes françaises dans l’effort de guerre et la vision du Général de Gaulle d’une France forte, combattante et résistante ont contribué à redonner une place au pays dans le concert des nations d’après guerre. A l’occasion du 50ème anniversaire, le 14 août 1994, la commémoration du débarquement de Provence est un moyen pour la France d’entretenir symboliquement les liens avec ses anciennes colonies devenues indépendantes. 18 pays africains représentés par 14 chefs d'Etat et 4 délégations de rang ministériel (Togo, Gabon, Djibouti, Sénégal, Cameroun, Guinée, Burkina-Faso, Tchad, Bénin, Mauritanie, Mali, Madagascar, Niger et Centrafrique) assistent aux côtés du président de la République française à la revue navale commémorant le débarquement de Provence. Le 15 août 2014, François Hollande, président de la République, a annoncé la rénovation du mémorial lors de la cérémonie de commémoration du 70e anniversaire du débarquement de Provence, souhaitant qu’il devienne « le mémorial du débarquement et de la libération de Provence ». Le mémorial rénové rend hommage à tous les combattants, qu’ils soient « Français libres, soldats venus d’Afrique, résistants et alliés ». Sa rénovation a permis d’adapter la muséographie au public du XXIe siècle afin de le rendre plus attractif, renforcer sa vocation pédagogique et l’inscrire sur son territoire. Débuté en septembre 2014, le projet de refonte est placé sous la responsabilité de la DMPA en qualité de maître d’ouvrage. L’ONAC-VG en assure la mise en œuvre en qualité de maître d’ouvrage délégué. Il s’appuie sur l’expertise d’un comité scientifique, présidé par le professeur Jean-Marie Guillon, et du service d’infrastructure de la défense (SID) pour les travaux. La restauration du mémorial a ainsi pu être achevée dix-huit mois après l’annonce présidentielle. Conformément au souhait du président de la République, la diversité des origines des combattants venus libérer la France – les soldats venus d'Afrique, les résistants et les alliés – aux côtés des Français libres et, par conséquent, la pluralité des mémoires du débarquement de Provence, sont mises en avant dans la nouvelle muséographie. La nécessité de faciliter la compréhension du sens des événements par les visiteurs, de rendre un juste hommage à l’ensemble des acteurs de l’événement et de prendre en compte les avancées de la recherche historique et des technologies muséographiques rendait indispensable la rénovation du mémorial. Au-delà d’une démarche de mise aux normes de l’infrastructure et de valorisation de ce Haut lieu de la mémoire nationale, la rénovation du mémorial a également pour objectif de renforcer la vocation pédagogique du lieu, l’esprit civique, la cohésion nationale et le lien armées-Nation. La muséographie doit permettre de faciliter la compréhension par le public des événements de l’été 1944, le débarquement du 15 août et la libération de la Provence. Ainsi, grâce aux derniers enseignements de l’historiographie, elle développe un discours scientifique renouvelé et plus adapté aux attentes des visiteurs. À cet effet, sur près de 600 m² d’espace, se déploie une muséographie moderne, utilisant l’audiovisuel pour placer les témoins au cœur de ce mémorial. Ces différents outils de médiation, tels que des bornes interactives ou des cartes dynamiques, permettent d’illustrer toutes les mémoires en s’appuyant sur de nombreux témoignages de soldats alliés, combattants de l’Armée B, résistants et civils.  S’appuyant sur les principes énoncés par le Président de la République lors de son allocution du 15 août 2014 au Mont-Faron, à l’occasion du 70e anniversaire de la Libération, la muséographie du Mont-Faron doit être en mesure de mieux traduire et faciliter la compréhension de cet événement historique peu connu du grand public.  La nouvelle muséographie s’articulera autour de 4 thématiques :  Thématique 1 : Les préparatifs du débarquement du 15 août 1944 Présentée dans la Tour Beaumont (171 m²), cette thématique se déploie au travers de 7 salles et s’attache à décrire les forces en présence tant ennemie qu’alliée. A partir d’objets et de multiples témoignages sera décrite la diversité des forces de libération et de la Résistance dans les préparatifs de l’opération Anvil-Dragoon. Le discours historique s’attachera au respect des mémoires afin de rendre compte que cet effort a été assuré majoritairement par les Alliés, Américains en particulier et souligner le rôle essentiel tenu par les forces françaises – Armée B du général de Lattre de Tassigny et Résistants de l’intérieur. Thématique 2 : Le débarquement du 15 août 1944 Déployée sur 214m², cette séquence dédiée au Débarquement du 15 aout constitue l’élément central du projet muséographique. S’articulant en quatre points, le discours historique retracera, au travers d’éléments dynamiques, les préparatifs, le débarquement, la libération de Toulon et Marseille. Au cœur de l’ancienne salle des Gardes, un dispositif multi-écrans synchronisé proposera d’expliquer, de manière sensible et émotionnelle, les grandes phases du débarquement de Provence. Enfin, au cœur de la partie rocheuse du Mont-Faron, espace appelant au recueillement, seront décrits quelques faits majeurs de cet épisode militaire en insistant sur le sacrifice et l’abnégation des combattants. Ces dispositifs scénographiques invitent ainsi le public à vivre une expérience de visite spécifique. Thématique 3 : En marche vers la victoire,… Dans la salle Provence, le discours historique s’attachera à développer davantage la liesse des populations provençales libérées, la reconstruction mais aussi la poursuite des combats. Il apparait essentiel de rappeler que l’Armée B poursuit son mouvement tout au long du couloir rhodanien, s’illustre à Colmar puis franchit le Rhin et le Danube, faisant de son chef, le général de Lattre de Tassigny, l’un des signataires de l’acte de capitulation de l’Allemagne nazie. Thématique 4 : Le Mont-Faron, un haut lieu de la mémoire nationale S’inscrivant sur son territoire, le mémorial du Mont-Faron est, depuis 2014, reconnu comme l’un des neuf hauts lieux de la mémoire nationale. Cette dernière séquence évoquera davantage la mémoire des faits passés, le souvenir mais aussi la transmission de valeurs citoyennes… La vocation du mémorial est donc d’être un lieu de réflexion et d’enseignement. C’est pourquoi, ce projet rénové s’appuiera aussi sur un espace dédié permettant d’accueillir des ateliers pédagogiques pour faire ressortir la diversité des acteurs de cet événement, et d’abord la diversité de l’Armée B et de la Résistance dans son action et sa composition. Le mémorial est ouvert tous les jours en juillet et août, fermé le mardi le reste de l'année.   1er avril au 30 juin : 10h-12h30 - 13h15-19h15
        1er juillet au 31 août : 10h-19h15
        1er septembre au 31 octobre : 10h-12h30 - 13h15-19h15
        1er novembre au 31 mars : 10h-12h30 - 13h15-17h15  
      Fermeture annuelle du site la deuxième quinzaine de décembre (pour l’année 2017 du 14 décembre au 2 janvier 2018)
      Fermé le 1er mai, le 1er janvier
      Fermé le week end suivant les journées du patrimoine Durée du film 10 minutes, Pas de guide, visite libre uniquement, Photos et vidéos interdites dans le musée, Tél. 04 94 88 08 09 Le site est extraordinaire, avec une vue exceptionnelle sur la ville de Toulon et la rade. La conception des expositions du musée est moderne, quelques objets dans des espaces aérés. Vous l'aurez deviné je préfère les conceptions anciennes avec beaucoup d'objets sans chorégraphie, dommage que les photos soient interdites ( personnellement j'en ai fait, car rien n'indiquait le contraire, je n'était pas le seul. Je viens juste de voir que ce n'est pas autorisé. ) mais le mémorial est intéressant, ça reste à voir et le téléphérique est sympa même si durant la descente nous avons étaient bloqués à mis chemin, à cause du Mistral.  
  • Contributeurs populaires

×