Jump to content
×
×
  • Create New...

Les combats de Camerone


Recommended Posts

  • Administrateur

Récit des combats de Camerone :

Tous les ans, la Légion étrangère fête et rend hommage aux combattants de Camerone et au capitaine Danjou.

cceccf29f6ac570180eec5066e130982.jpg

« L’armée française assiégeait Puebla.

La Légion avait pour mission d’assurer, sur cent vingt kilomètres, la circulation et la sécurité des convois. Le colonel Jeanningros, qui commandait, apprend, le 29 avril 1863, qu’un gros convoi emportant trois millions en numéraire, du matériel de siège et des munitions était en route pour Puebla. Le capitaine Danjou, son adjudant-major, le décide à envoyer au devant du convoi une compagnie. La 3ème compagnie du Régiment étranger fut désignée mais elle n’avait pas d’officier disponible. Le capitaine Danjou en prend lui-même le commandement et les sous-lieutenants Maudet, porte-drapeau, et Vilain, payeur, se joignent à lui volontairement.

Le 30 avril, à 1 heure du matin, la 3ème compagnie, forte de trois officiers et soixante-deux hommes, se met en route. Elle avait parcouru environ vingt kilomètres, quand, à 7 heures du matin, elle s’arrête à Palo Verde pour faire le café. A ce moment, l’ennemi se dévoile et le combat s’engage aussitôt. Le capitaine Danjou fait former le carré et, tout en battant en retraite, repousse victorieusement plusieurs charges de cavalerie, en infligeant à l’ennemi des premières pertes sévères.

Archi-Tact_Maquette-tactile-Hacienda-Trinidad-Camerone.jpg

Arrivé à la hauteur de l’auberge de Camerone, vaste bâtisse comportant une cour entourée d’un mur de trois mètres de haut, il décide de s’y retrancher pour fixer l’ennemi et retarder ainsi le plus possible le moment où celui-ci pourra attaquer le convoi.

Pendant que les hommes organisent à la hâte la défense de cette auberge, un officier mexicain, faisant valoir sa grosse supériorité du nombre, somme le capitaine Danjou de se rendre. Celui-ci fait répondre : « Nous avons des cartouches et ne nous rendrons pas ». Puis, levant la main, il jura de se défendre jusqu’à la mort et fit prêter à ses hommes le même serment. Il était 10 heures. Jusqu’à 6 heures du soir, ces soixante hommes, qui n’avaient pas mangé ni bu depuis la veille, malgré l’extrême chaleur, la faim, la soif, résistent à deux mille Mexicains : huit cents cavaliers, mille deux cents fantassins.

maxresdefault.jpg

A midi, le capitaine Danjou est tué d’une balle en pleine poitrine. A 2 heures, le sous-lieutenant Vilain tombe, frappé d’une balle au front. A ce moment, le colonel mexicain réussit à mettre le feu à l’auberge.

Malgré la chaleur et la fumée qui viennent augmenter leurs souffrances, les légionnaires tiennent bon, mais beaucoup d’entre eux sont frappés. A 5 heures, autour du sous-lieutenant Maudet, ne restent que douze hommes en état de combattre. A ce moment, le colonel mexicain rassemble ses hommes et leur dit de quelle honte ils vont se couvrir s’ils n’arrivent pas à abattre cette poignée de braves (un légionnaire qui comprend l’espagnol traduit au fur et à mesure ses paroles).

Les Mexicains vont donner l’assaut général par les brèches qu’ils ont réussi à ouvrir, mais auparavant, le colonel Milan adresse encore une sommation au sous-lieutenant Maudet ; celui-ci la repousse avec mépris.

d1.jpg

L’assaut final est donné. Bientôt il ne reste autour de Maudet que cinq hommes : le caporal Maine, les légionnaires Catteau, Wensel, Constantin, Léonhard. Chacun garde encore une cartouche ; ils ont la baïonnette au canon et, réfugiés dans un coin de la cour, le dos au mur, ils font face ; à un signal, ils déchargent leurs fusils à bout portant sur l’ennemi et se précipitent sur lui à la baïonnette. Le sous-lieutenant Maudet et deux légionnaires tombent, frappés à mort. Maine et ses deux camarades vont être massacrés quand un officier mexicain se précipite sur eux et les sauve ; il leur crie : « Rendez-vous ! » – « Nous nous rendrons si vous nous promettez de relever et de soigner nos blessés et si vous nous laissez nos armes ». Leurs baïonnettes restent menaçantes. « On ne refuse rien à des hommes comme vous ! » répond l’officier.

Les soixante hommes du capitaine Danjou ont tenu jusqu’au bout leur serment ; pendant 11 heures, ils ont résisté à deux mille ennemis, en ont tué trois cents et blessé autant. Ils ont, par leur sacrifice, en sauvant le convoi, rempli la mission qui leur avait été confiée.

L’empereur Napoléon III décida que le nom de Camerone serait inscrit sur le drapeau du Régiment étranger et que, de plus, les noms de Danjou, Vilain et Maudet seraient gravés en lettres d’or sur les murs des Invalides à Paris.

En outre, un monument fut élevé en 1892 sur l’emplacement du combat. Il porte l’inscription :

ILS FURENT ICI MOINS DE SOIXANTE
OPPOSÉS À TOUTE UNE ARMÉE
SA MASSE LES ÉCRASA
LA VIE PLUTÔT QUE LE COURAGE
ABANDONNA CES SOLDATS FRANÇAIS
LE 30 AVRIL 1863
À LEUR MÉMOIRE LA PATRIE ÉLEVA CE MONUMENT

 Depuis, lorsque les troupes mexicaines passent devant le monument, elles présentent les armes. »

En réalité, l’inscription portée sur la pierre tombale fut écrite en latin. Il y est inscrit :

QVOS HIC NON PLVS LX
ADVERSI TOTIVS AGMINIS
MOLES CONSTRAVIT
VITA PRIAM QUAM VIRTVS
MILITES DESERVIT GALLICOS
DIE XXX MENSI APR. ANNI MDCCCLXIII
IN MEMORIAM NOC MONUMENTUM SUIS PATRIA PONEBAT
ANNO MDCCCXCII

 

 

legion-monument-1.jpg

Camerone 2017-56.jpg

camerone-2018-un-rennais-dans-les-premiers-rangs-de-la-grande-fete-de-la-legion_0.jpg

La main en bois, relique du capitaine Danjou.

Pionniers-Camerone.jpg

( Source : ANORI )

85725547_o.jpg

Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.



  • Posts

    • ah vous voulez que je vous la réenvoie. Madame, Monsieur,          J'ai l'honneur de vous faire parvenir ma candidature en Classe Préparatoire scientifique MPSI au Prytanée National Militaire. Élève de terminale au lycée Jules Verne à Nantes et ayant pour objectif de passer les concours de l'école militaire de saint Cyr ou encore de l’école Navale pour devenir officier j'aspire à intégrer votre classe préparatoire MPSI.             Passionné de mathématiques et de physique-chimie, j'ai suivi l’option maths expertes en plus des deux enseignements de spécialités en première et terminale ce qui m’a permis de développer mon esprit logique et mon goût pour le travail. J’aime également beaucoup la philosophie car la manière de penser est la même que celle des mathématiques et mon niveau d’anglais est B2, ce qui est un atout pour les écoles d’officiers.              Mes 5 années en tant que chef et second de patrouille au scout m’ont beaucoup appris. J’ai pu développer mon sens des responsabilités, le travail d’équipe et la cohésion. Le travail de groupe dans vos classes préparatoires doit être un prolongement de cette dimension collective que j’ai expérimenté.            Sportif, je pratique également l'escalade et l'athlétisme ce qui m’a permis de m’améliorer physiquement et surtout mentalement.      Le choix de votre établissement s’explique par le fait qu’il m’offre le cadre de rigueur et de travail qui compléteront ma réelle détermination et me permettront de m’améliorer sur le plan intellectuel et physique dans le but de réussir les différents concours. En espérant que ma candidature retiendra votre attention, veuillez agréer, Madame, Monsieur, ma considération distinguée.   Il faut que je réduise de 200 caractères
    • Pas du tout. Ca c'est ce que croit tous les gens qui ont un membre de leurs famille dans les armées, mais ce n'est pas un critère de recrutement et en sois ça n'apporte rien. Et si tu vas plus loin nous avons tous dans nos famille à un moment ou a un autre, dés fois éloigner une personne qui a été militaire, la France ayant subit plusieurs guerre. Ca c'est bien il faut que ta lettre reste la tienne, à travers tes idées et tes expressions. Par contre je t'invite a réécrire ta nouvelle lettre car avec les divers corrections je ne vois plus rien, ça sera plus clair, merci.
    • Merci en tout cas de ton aide, j'ai encore améliorer la lettre en gardant le même style d'écriture. aussi, est-ce que ca aide si je met que mon grand frere est chasseur alpin?  merci beaucoup à vous aussi, je viens de lire. je ne comprend pas pourquoi il faut mettre "nous". Je sais qu'il faut le mettre parce que les gens n'aiment pas les "je" mais j'ai toujours trouvé ca bizarre.