Jump to content
×
×
  • Create New...

Les combats de Bazeilles


Recommended Posts

  • Administrateur

Bazeilles est devenu le symbole des troupes de marine. L'anniversaire de Bazeilles est célébré chaque années.

Cet épisode héroïque a inspiré le plus célèbre tableau patriotique d'Alphonse de Neuville, intitulé Les Dernières Cartouches.

images.jpg

 

Récit des combats de Bazeilles :

 

1870 : la France est en guerre. Son territoire est envahi. Pour prendre part à la lutte, marsouins et bigors sont, pour la première fois de leur histoire, groupés dans une même division, la division de marine qui sera surnommée la division bleue.

Commandée par le général de Vassoigne, elle est composée de 2 brigades :
la 1ere, général Reboul, est formée du 1er Régiment d'Infanterie de Marine de Cherbourg et du 4eme de Toulon; la 2eme général Martin des Pallières, comprend le 2eme Régiment d'Infanterie de Marine de Brest et le 3eme de Rochefort. Le 1er Régiment d'Artillerie de Marine de Lorient fournit 3 batteries.

La Division bleue fait partie du 11eme Corps d'Armée affecté à l'armée de Mac Mahon. Rassemblée au camp de Chalons, celle-ci, dans la deuxième quinzaine d'août, va tenter la jonction avec l'armée de Bazaine enfermée dans Metz.

Bataille1_CarteSedan.jpg

Le 20 août, après six jours de marches et de contres-marches harassantes, un de nos corps d'armée s'étant laissé surprendre à Beaumont, la 1ere brigade, celle du général Reboul, doit intervenir, d'ailleurs avec succès, pour le dégager.

8199163-12806776.jpg

Le lendemain 31 août vers midi, c'est l'autre brigade qui est chargée de reprendre Bazeilles que l'ennemi vient d'occuper.

Le général Martin des Pallières enlève sa troupe. L'ennemi est refoulé, mais sa supériorité en nombre et en artillerie lui permet, en multipliant ses attaques, de reprendre pied dans la localité. La mêlée est acharnée; les pertes sont sévères des deux côtés; le général Martin des Pallières est blessé et le village en feu.
Vers 4 heures de l'après-midi, les nôtres ne tiennent plus que les lisières nord du village. C'est alors que la brigade Reboul, conservée jusque là en réserve, est engagée et, avant la tombée de la nuit, Bazeilles est entièrement reprise une nouvelle fois. toujours au prix de combats acharnés.

big.jpg

On s'organise pour la nuit. Seules des grand-gardes, placées aux ordres du commandant Lambert, sous-chef d'état-major de la Division, tiendront la localité. Le commandant Lambert, comprenant que l'ennemi, puissamment renforcé pendant la nuit, va revenir en force, lui tend un piège.

Lorsque, le 1er septembre au lever du jour, les bavarois commencent à pénétrer dans le village, ils croient celui-ci abandonné. Une vigoureuse contre-attaque, menée par 150 marsouins, les surprend et les mets en fuite. Nous sommes à nouveau, et pour la troisième fois, maîtres de Bazeilles.

A ce moment survient un coup de théâtre. Le général Ducrot, qui vient de remplacer Mac Mahon blessé, veut regrouper l'armée et l'ordre est donné d'abandonner Bazeilles.

Ce que l'ennemi n'a pas réussi, la discipline l'obtient : Bazeilles est évacué. Mais le général de Wimpfen, porteur d'une lettre de service, revendique le commandement et, prenant le contre-pied des dispositions de son prédécesseur, ordonne que soient réoccupées les positions abandonnées.

Il faut donc reprendre Bazeilles dont les Bavarois n'ont pas manqué de s'emparer entre temps. De Vassoigne n'hésite pas et sa division, en une seule colonne, s'empare du village pour la quatrième fois, malgré la défense acharnée de l'adversaire.

1200px-Marines_contre_bavarois_043.JPG

Le 1er Corps d'armée Bavarois, renforcé d'une division supplémentaire, et appuyé par une artillerie de plus en plus nombreuse, reprend ses attaques qu'il combine avec des manoeuvres d'encerclement, tandis que dans le village se multiplient les incendies.

Luttant à un contre dix, les marsouins, malgré les obus qui les écrasent et les incendies qui les brûlent et les suffoquent, défendent pied à pied chaque rue, chaque maison et chaque pan de mur. Ils ne cèdent le terrain que très lentement infligeant à l'ennemi des pertes sévères. Hélas, celles qu'ils subissent ne le sont pas moins et, ce qui est très grave, les munitions commencent à manquer.

Le général de Vassoigne, toujours très calme, estime que sa mission est maintenant accomplie, que "l'infanterie de marine a atteint les extrêmes limites du devoir" et qu'il ne doit pas faire massacrer une telle troupe, susceptible de rendre encore des services. Vers midi, il fait sonner la retraite.

Cependant le général de Wimpfen veut encore tenter une percée vers l'est. A cet effet, aux environs de 16 heures, il fait appel au général de Vassoigne et se met avec lui, épée en main à la tête des débris dont il dispose.

Balan est en grande partie repris, lorsque sur l'ordre de l'empereur, il fait mettre bas les armes.
La Division bleue a perdu 2.655 des siens, l'ennemi, bien plus du double.

 

( Source ANORI )

 

4a6d10476c14b767ce07c2cba39aee30-g91-1600x1200.jpg

Maison de la dernière cartouche.

Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.



  • Posts

    • Bonjour, Quelqu'un pourrait-il m'aider à retrouver l'origine d'un insigne militaire métallique? Impossible de le retrouver sur internet.Il s'agit d'un insigne métallique rond sur lequel il y a un homme assis en tailleur (couleur or) . le fond est bleu. Au verso est écrit "Arthus Bertrand - Paris". Merci pour votre aide. Cordialement.
    • ah vous voulez que je vous la réenvoie. Madame, Monsieur,          J'ai l'honneur de vous faire parvenir ma candidature en Classe Préparatoire scientifique MPSI au Prytanée National Militaire. Élève de terminale au lycée Jules Verne à Nantes et ayant pour objectif de passer les concours de l'école militaire de saint Cyr ou encore de l’école Navale pour devenir officier j'aspire à intégrer votre classe préparatoire MPSI.             Passionné de mathématiques et de physique-chimie, j'ai suivi l’option maths expertes en plus des deux enseignements de spécialités en première et terminale ce qui m’a permis de développer mon esprit logique et mon goût pour le travail. J’aime également beaucoup la philosophie car la manière de penser est la même que celle des mathématiques et mon niveau d’anglais est B2, ce qui est un atout pour les écoles d’officiers.              Mes 5 années en tant que chef et second de patrouille au scout m’ont beaucoup appris. J’ai pu développer mon sens des responsabilités, le travail d’équipe et la cohésion. Le travail de groupe dans vos classes préparatoires doit être un prolongement de cette dimension collective que j’ai expérimenté.            Sportif, je pratique également l'escalade et l'athlétisme ce qui m’a permis de m’améliorer physiquement et surtout mentalement.      Le choix de votre établissement s’explique par le fait qu’il m’offre le cadre de rigueur et de travail qui compléteront ma réelle détermination et me permettront de m’améliorer sur le plan intellectuel et physique dans le but de réussir les différents concours. En espérant que ma candidature retiendra votre attention, veuillez agréer, Madame, Monsieur, ma considération distinguée.   Il faut que je réduise de 200 caractères
    • Pas du tout. Ca c'est ce que croit tous les gens qui ont un membre de leurs famille dans les armées, mais ce n'est pas un critère de recrutement et en sois ça n'apporte rien. Et si tu vas plus loin nous avons tous dans nos famille à un moment ou a un autre, dés fois éloigner une personne qui a été militaire, la France ayant subit plusieurs guerre. Ca c'est bien il faut que ta lettre reste la tienne, à travers tes idées et tes expressions. Par contre je t'invite a réécrire ta nouvelle lettre car avec les divers corrections je ne vois plus rien, ça sera plus clair, merci.