Jump to content

Recommended Posts

Bonjour,

J'ai postulé il y a un certain temps à la réserve de la Gendarmerie Nationale mais pour le moment je n'ai pas eu de PMG ou de FORT. Le problème est que j'atteindrais bientôt la limite de validité de mes tests psychotechniques. Ma question est donc, que faire si jamais je n'ai toujours pas de stage après la date anniversaire de mes tests et comment les refaire pour accéder à un stage ?

Merci 🙂

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Similar Content

    • By mataflic
      Bonjour, avant d'appeler les administrations concernées, je vous sollicite afin de savoir si je peux cumuler un ESR dans la Marine (30 jours bloqués), mon ancienne armée avec mon actuel ESR en gendarmerie. En effet, à fin mai, je n'aurai été employé que 9 jours par la Gendarmerie (restrictions budgétaires et faute de place pour mon recyclage au tir). Ca risque de coincer pour la visite médicale car mon dossier médical est physiquement à la Région de Gendarmerie. Merci
    • By Bouchon-Gras 49
      Voici une nouvelle mission pour nos camarades réservistes de la Gendarmerie.
      14.02.2019
      Plus de 1 000 gendarmes déployés pour sécuriser les bus d'Ile-de-France (actualisé)

      Des patrouilles de gendarmes réservistes seront déployées, à partir du mois d'avril, dans les bus des quatre départements de la grande couronne parisienne, selon le syndicat des transports Ile-de-France Mobilités. Selon l'AFP, la mesure a été votée à l'unanimité lors du conseil d'administration d'Ile-de-France mobilités, présidée par Valérie Pécresse (LR), la présidente de la Région. 
      Les premières patrouilles seront menées, à partir d'avril, dans le Val-d'Oise et la Seine-et-Marne, puis dans l'ensemble des départements de grande couronne (Yvelines et Essonne en plus), comme me l'a confirmé le patron des gendarmes d'IdF (dont 2 000 réservistes), le général Georges Strub, qui rappelle qu'une convention identique associé déjà la SNCF et la gendarmerie nationale.
      Dans chaque département, 1 000 gendarmes seront déployés à bord et à proximité des transports en commun, sur un financement de la Région de plus de 500 000 €. Ce financement servira à financer les ESR des réservistes de la gendarmerie d'IdF dont, actuellement, la disponibilité est plus importante que le niveau d'engagement "et qui pourront donc s'inscrire dans ce dispositif". 
      Chaque patrouille (250 par département) sera normalement constituée de trois réservistes de la Garde nationale et un gendarme d'active. Ils pourront procéder à des fouilles de bagages et des contrôles d'identités.
      Une expérimentation a été menée entre octobre et fin décembre dans le Val-d'Oise, avec trois patrouilles par semaine, avec pour conséquences un "effet immédiat constaté dans la lutte contre la fraude" et l'absence d'incidents recensés lors des patrouilles. Mais hors des créneaux de présence des gendarmes, une dizaine d'incidents a été recensée (jets de projectile, vols, rixe...), précise IDF Mobilités qui ajoute que "du 22 octobre au 31 décembre, 30 patrouilles de gendarmes ont été effectuées. Sur cette période, et en présence des militaires, aucun incident n’a été recensé. Sur cette même période, mais hors des créneaux de présence des gendarmes, une dizaine d’incidents a été recensée (jets de projectile, vols, rixe…)".
      Ces patrouilles s'ajoutent à plusieurs mesures déjà votées par la région Ile-de-France: déploiement de la vidéo-surveillance dans les transports, recrutements d'agents de sécurité et de médiation, etc. Valérie Pécresse a par ailleurs confirmé sa volonté d'expérimenter la reconnaissance faciale "pour la sécurité anti-terroriste", avec des caméras installées dès maintenant à l'entrée de gares. 
       
      ( Source : Ligne de Défense )
    • By MsMaverick34
      Bonjour, 
      Actuellement militaire du rang (QM2) dans la Marine et pacsée à un Second-Maître affectée au Bataillon des Marins Pompiers de Marseille, je souhaiterais passer le concours SOG afin d'intégrer la Gendarmerie. 
      Je sais qu'en "inter-armée" le rapprochement de conjoint est possible même si extrêmement compliqué à faire valoir auprès de la hiérarchie, mais effectivement tout de même possible. 
      J'ai contacté un recruteur du CIR afin de savoir si ce même rapprochement était possible ou non entre un gendarme et un marin… Tout en sachant que mon conjoint ne peut pas être muté, puisqu'un marin pompier de Marseille… Ca bosse forcément à Marseille. Ce dernier m'a expliqué qu'il ne fallait compter là dessus, puisque cette mesure semble déjà compliquée à mettre en place entre deux gendarmes, "alors imaginez entre un gendarme et un militaire d'une autre arme, n'y pensez même pas !"
      Est-ce le cas ? 
      Et si ce n'est pas le cas, quelles peuvent être les démarches que je serais amenée à entamer afin de parvenir à me faire affecter dans une brigade pas trop loin de notre domicile ? Quel serait le délai d'attente ? 
      Il y a bien-sûr le facteur "chance" en sortie d'école et une place tout prête pour moi dans le 13. Mais on ne peut pas faire une vie sur des "peut-être que"... 
      Merci par avance pour vos réponses qui je l'espère, pourront m'éclairer  
    • By MartinMatin
      Bonjour,
      Je suis actuellement en Gendarmerie, et plus j'y pense, plus je m'intéresse à la Marine. J'y ai grandi tout près, à Toulon, mon père était dans la Marine, et j'ai de plus en plus envie d'embarquer. Seulement voila, j'ai deux "soucis"
      Le premier, c'est que je suis déjà en passe d'être gendarme (actuellement en école) ancien gav, et que je compte bien faire quand même quelques années de Mobile. Je cherche donc à savoir si, tout étant dans l'âge requis pour rentrer à Maistrance, s'il y a des modalités particulières au changement, une passerelle, quoi que ce soit. Comment sont gérées les années d'ancienneté de gendarme ? Dois-je démissionner pour commencer un parcours de recrutement tout simple ? 
       
      Mon deuxième souci, c'est mon bagage. 
      J'ai un BAC L, pas parceque je suis littéraire, mais pour l'anglais principalement (spe anglais 18/20 au bac en 2015) et aussi parceque les maths façon collège lycée, ne m'ont pas donné vraiment envie (et pourtant, pour en avoir refait avec la Gendarmerie, je trouve ça hyper intéressant... dès lors que ça me sert concrètement et réellement à quelque chose d'utiliser des maths). Or, de l'idée que j'ai de la Marine, une spécialisation est nécessaire, et pour avoir sa place sur un bateau (voire un soum, ce qui me plairait aussi!!) il faut avoir une spécialité d'ordre technique. En tout cas, tout ce qui est RH, administratif, restauration, ça ne m'intéresse pas. Moi tout ce que je veux, c'est être embarqué, et faire quelque chose d'utile et de concret. Alors je me demande... les fus par exemple, ne sont pas vraiment embarqués, de ce que j'ai compris. Et les spécialités qui m'intéressent de prime abord, comme navit, detec ou manoeu, nécessitent des compétences techniques. 
      Alors je me demande si avec mon simple BAC L, je peux tenter le coup, et être formé de zéro. Quitte à avoir du mal à cause de lacunes, je sais me débrouiller et je percute vite.
       
      Merci d'avoir lu jusqu'au bout mon pavé, et merci d'avance pour vos réponses. 
    • By Bouchon-Gras 49
      Mais qui sont donc ces " gens " qui composent la réserve opérationnelle ?
      Des hommes, des femmes, des jeunes, des moins jeunes, certains ont de l' expérience, d' autres n' en ont pas...
      En voici quelques exemples :
       
      Les réservistes, ces civils qui nous protègent
      La défense nationale n'est pas qu'affaire de militaires. Des soldats à temps partiel, issus de la société civile, participent aussi à nous protéger. Rencontre.
      Par Alix Ratouis Modifié le 17/02/2016 à 13:56 - Publié le 17/02/2016 à 08:02 | Le Point.fr   Béret vert vissé sur le crâne, gilet pare-balles sanglé et Famas au poing, Amaury, 31 ans, observe d'un œil concentré la foule qui déambule sous la tour Eiffel. Avec deux autres militaires, il forme l'un de ces nombreux trios qui arpentent les rues de la capitale, depuis les attentats de janvier 2015 et le déploiement de l'opération Sentinelle. Du haut de son 1,97 m, Amaury porte beau l'uniforme. Qui donc irait deviner que sous sa tenue de guerre se cache un professeur d'arts plastiques ?
      Ils sont chefs d'entreprise, étudiants, artisans, avocats ou chômeurs, et pratiquent l'art militaire à temps partiel. Ils sont réservistes, dits « opérationnels », sans l'appui desquels les armées françaises marcheraient sur trois pattes.
      En 1997, la professionnalisation de l'armée sonne la suspension du service militaire, mettant nos gouvernants face à un défi : comment maintenir un lien entre la nation et les forces armées ? « Une armée sans lien étroit avec sa population serait un non-sens, explique le général Beckrich, ancien secrétaire général du Conseil supérieur de la réserve militaire. Avant d'être militaire, on est civil, le citoyen ne doit pas penser que la défense ne regarde que les militaires. » Notre réserve voit ainsi le jour en 1999, offrant une large palette à toutes les volontés : à ceux qui veulent tâter de la vie de soldat, la réserve opérationnelle, où ils se verront confier les mêmes missions que les militaires d'active, dont ils auront le statut et la solde. Pour ceux qui ne goûteraient pas le rythme militaire ou seraient frappés par la limite d'âge appliquée dans l'armée, la réserve citoyenne. Dans ce cas, ni port d'uniforme ni solde, mais une façon de consacrer une partie de son temps à la défense du pays en mettant à la disposition du ministère du même nom son expertise professionnelle.
      L'envie de « servir » et de « protéger »

      Depuis longtemps, Amaury voulait se rendre utile autrement que dans l'Éducation nationale, sans autre idée précise. Il n'y a pas de militaires dans sa famille. C'est donc un ami officier qui le met sur la piste de la réserve. Il y trouve tout de suite son compte, comme Noémie, lycéenne de 19 ans, ou Hélène, 31 ans. Tous ont les mêmes mots à la bouche : l'envie de « servir » et de « protéger ». Amaury ressent également une attirance pour l'autodiscipline et le maintien d'une bonne condition physique ; Noémie y voit l'occasion de bouger, prendre des risques, apprendre un métier, elle va peut-être même s'engager dans l'active pour devenir mécanicienne ; Hélène, enfin, bac + 5 chargée de communication, y voit l'occasion d'exercer ses compétences.
      Ils sont curieux et avides d'expériences, et sur ce plan-là, ils sont servis. Les réservistes découvrent un monde complètement nouveau, des activités inconnues, et cela les enthousiasme. « Ils font plus de prosélytisme que les militaires d'active », s'amuse le général Beckrich. Avant d'être lâchés sur le terrain, ils reçoivent une première formation de deux semaines au cours de laquelle on leur apprend les grades, à s'habiller, marcher au pas, obéir aux ordres reçus, utiliser une arme et une boussole. À quoi s'ajoutent, pour participer à l'opération Sentinelle, des techniques de combat rapproché, du secourisme et une formation renforcée en tir de combat. « On ne met pas un soldat avec un fusil d'assaut dans les rues de Paris sans qu'il le maîtrise parfaitement », affirme le général Beckrich. Mais quid de son expérience, comparée à celle d'un soldat de métier ? Le général assure que les réservistes ont le même niveau de qualification qu'un militaire d'active, et pas moins d'expérience qu'un jeune sortant de l'école qui va pour la première fois sur le terrain.
      Des missions diversifiées pour attirer les volontaires
      L'armée bichonne ses réservistes. Puisque entrer dans la réserve repose sur le volontariat, et que l'engagement peut varier de un à cinq ans, il s'agit d'être attractif en proposant des missions diversifiées : opérations de sécurité, gestion des catastrophes naturelles, maintenance de matériels, surveillance des feux de forêt, missions informatiques, de droit financier ou de traduction, protection d'installations, contrôle naval du trafic commercial, surveillance des côtes… Les sémaphores fonctionnent ainsi avec 50 % de réservistes, ce qui évite de bloquer du personnel d'active 24 heures sur 24 sur des tâches répétitives, au risque de le faire périr d'ennui et de le voir ne pas renouveler son contrat dans l'armée. En effet, il faut aussi fidéliser les militaires professionnels ! Le réserviste, lui, sur une douzaine de jours, ne devrait pas avoir le temps de se lasser. Car, au-delà de l'amour de la France et de l'envie de servir, les soldats de réserve trouvent dans l'expérience militaire une occasion de flirter avec l'aventure, de faire des rencontres et de vivre « l'esprit de camaraderie et d'entraide ». Selon Amaury, il y a « une ambiance du tonnerre » dans la 5e compagnie du 1er régiment de la Légion étrangère. Hélène, elle, affirme que jamais dans le civil elle ne trouvera cette « mentalité particulièrement solidaire ».
      C'est le rêve de partir en opex, les opérations extérieures, qui pousse certains à entrer dans la réserve. Pour 2 % de réservistes, le rêve se concrétise, ils sont envoyés au Proche-Orient, au Niger, partout où la France intervient. Intégrés aux forces spéciales, ils apportent un appui en matière de renseignements, notamment. Grâce à eux, un otage d'Aqmi a été libéré au Mali au printemps dernier. Ces réservistes-là ont suivi un entraînement plus que particulier : ils ont été testés pendant des stages commando, lâchés trois jours dans la nature sans manger ni dormir. Tous les profils figurent parmi les postulants, du pilote d'A380 à l'éboueur. Et pas besoin d'être bâti comme Rambo pour emporter le morceau de la sélection, c'est le mental qui fait la différence.
      Participer à l'effort de guerre
      Les armées considèrent que pour être efficace, le réserviste doit effectuer au moins 20 jours de service par an. La loi impose à l'employeur de lui en accorder au minimum 5. Certaines entreprises en octroient 20, voire 30, après avoir signé une convention avec la Défense. Leur façon de participer à l'effort de guerre. Mais de nombreux salariés préfèrent se cacher, craignant que cela nuise à leur carrière, et prennent sur leurs vacances ou leurs RTT à l'insu de leur société : une convention signée relève de la volonté du dirigeant, pas forcément de celle du chef de service, qui peut voir les absences d'un mauvais oeil.
      Olivier, 50 ans, n'a pas ce problème, puisqu'il dirige sa propre PME. Il n'a pas d'enfant, mais une femme formidable, qui accepte qu'il parte en mission deux mois tous les deux ans : « Pour partir dans un excellent état d'esprit, il faut le soutien de l'employeur et de la famille, sinon il ne faut pas partir. » Ses missions de renseignements en Yougoslavie, en Afrique, au Proche-Orient, « éprouvantes mais exaltantes » l'ont tenu « en haleine » et lui ont permis de travailler « avec des hommes et des femmes qui ont une intelligence de situation hors du commun », raconte-t-il.
      Élodie, 41 ans, infirmière en réanimation à l'hôpital d'Annecy, partage cette exaltation. Pour le personnel médical, les opex sont une occasion unique d'exercer une médecine différente et d'avoir des échanges humains et professionnels inédits, comme en Afghanistan en 2014, où elle travaillait au sein d'une équipe internationale. Elle a participé en Guyane au démantèlement d'un camp de 800 orpailleurs illégaux armés jusqu'aux dents. Marcher dans la jungle avec 15 kilos sur le dos – réserve d'eau, nourriture, pharmacie –, c'est dur, surtout quand on a mal fait son sac, mais cela permet de découvrir une « solidarité et des valeurs » qu'elle n'avait « jamais touchées du doigt ». En mission, tout le monde se serre les coudes, « on part ensemble, on revient ensemble », quitte à porter le sac du voisin. Elle revient dans son hôpital toujours « boostée », avec de nouvelles idées pour améliorer la prise en charge des malades.
      Les avantages sans les inconvénients
      Pour Stéphane, 45 ans, médecin urgentiste et légiste à l'hôpital d'Angers, trois enfants, exercer son métier dans un milieu dégradé est un défi professionnel. Les populations en détresse qu'il côtoie l'aident à « remettre les pendules à l'heure » et à « cesser de râler sur nos conditions de vie en Occident ». Et le danger qu'il court ? « En opex, le principe de précaution n'existe pas. Mais si on part, c'est qu'on a confiance dans la manière dont la mission a été préparée. »
      Au retour, il y a toujours un moment de flottement : « En opex, on n'est jamais seul et on est délivré des contingences matérielles, rapporte Élodie. Le matin, on n'a pas à se demander comment on va s'habiller ou ce qu'on va manger le soir. » Une fois rentré, il vaut mieux vite se remettre dans le bain de la vie civile. Mais bientôt l'envie de repartir taraude. S'ils sont si impatients de rempiler, pourquoi ne deviennent-ils pas militaires à plein temps ? Surtout pas ! Ils veulent conserver leur « liberté », le côté « à la carte », « très confortable », de la place de réserviste, et « avoir une vie » à eux. Les valeurs militaires, oui, mais les contraintes de l'institution, non merci.
       
      ( Source : article du Point, Par Alix Ratouis  Modifié le 17/02/2016 à 13:56 - Publié le 17/02/2016 à 08:02 | Le Point.fr  )
×
×
  • Create New...

Important Information