Aller au contenu

Messages recommandés

     Bonjour à tous ! Après avoir parcouru le forum je n’ai malheureusement pas trouvé de sujet similaire au mien. 

     Je me présente, John 24 ans, vidéaste indépendant dans l’événementiel, caporal chef dans les sapeurs pompiers du calvados. 

     Je souhaite intégrer la réserve opérationnelle. Dans la Marine Nationale. Dans la spécialité Fusilier Marin. Habitant à Caen (calvados-Normandie) je souhaiterai être réserviste à Cherbourg. Ce qui ferai environ 1h30 de route de chez moi à la base navale. Ma question est donc la suivante :

prennent-ils des réservistes à la BN de Cherbourg ? Et si oui prennent ils des fusiliers marins ? 

Merci d’avance.    

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut,

Il y a 4 heures, JohnLPB a dit :

prennent-ils des réservistes à la BN de Cherbourg ?

Oui comme toutes les bases.

Il y a 4 heures, JohnLPB a dit :

prennent ils des fusiliers marins ? 

Oui, après avoir effectué un FMIR fusilier à Lorient ou à Toulon.

  • Thanks 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci beaucoup 😊 je crois que tout est dit. Rapide claire et précis. Simple et efficace j’adore ce genre de raiponce. 

Je vais donc contacter la BN de Cherbourg alors 😃

merci d’avoir refait ma soirée. Bonne nuit à vous. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 10 heures, JohnLPB a dit :

je crois que tout est dit.

Pas tout à fait.

C'est l'APER Paris ( il me semble ) qui gere la BN Cherbourg.

Donc c'est eux que tu dois contacter :

https://www.etremarin.fr/devenez-reserviste

Les APER via la Garde Nationale est en pleine refonte mais voici les coordonnées de l'APER Paris :

https://www.acoram.fr/aquitaine-nord/wp-content/uploads/sites/22/2017/06/LETTRE_INFO_06-17-Paris.pdf

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

  • Contenu similaire

    • Par HernanF
      Un article excellent et très complet sur le porte-avions Charles-de-Gaulle après son ATM.
       
      Le porte-avions «Charles-de-Gaulle» prêt à repartir en mission
      https://www.la-croix.com/France/Securite/Le-Charles-Gaulle-pret-repartir-mission-2019-02-12-1201001898

       
      Avec le groupe aéronaval articulé autour de son porte-avions, la France dispose d’un instrument politique et stratégique de premier plan. Alliant autonomie d’ac­tion, souplesse d’emploi, puissance, mobilité et endu­rance, le porte-avions constitue un instrument privilégié de la projection de puissance vers la terre et permet également de maîtriser les espaces aéromaritimes ou de défendre le territoire. (Source: Marine nationale)
    • Par Eaglelion
      Bonjour à tous !  je souhaite discuter avec un NAVIT, ou un technicien pont navire et manœuvrier ! Si quelqu’un d’actif dans la Marine est disponible.. 
      En vous remerciant d’avance. 
    • Par Bouchon-Gras 49
      Implanté dans l'enceinte du fort du Roule, situé au sommet de la montagne du même nom, avec une vue imprenable sur la rade.
      La montagne est creuse, les Allemand s'y étaient réfugiés et actuellement la Marine Nationale occupe toujours les lieux.
      Sur les flans de la montagnes sont disséminé des batteries sous bunker, reliés par galeries., il doit être possible de les visiter, à ce renseigner avant.




       
      L’accès du fort par une petite route sinueuse est accessible en auto et on peut également la faire à pied.
       
      Fort du Roule
       
        Le musée de la Libération se dresse au sommet de la montagne du Roule à Cherbourg. Il est aménagé dans un fort du Second Empire, occupé par l’armée allemande pendant la Seconde Guerre mondiale. Le musée retrace le rôle joué par Cherbourg – premier port libéré – au cours du second conflit mondial, en mettant l’accent sur le quotidien des civils et des militaires.
      Le musée de la Libération s’est installé au fort du Roule construit au sommet de la montagne du même nom qui domine la ville. Le fort, culminant à 117 mètres, a été reconstruit sous Napoléon III entre 1853 et 1857. Sa position stratégique, dominant la rade et formant un éperon central entre les deux seules voies de pénétration de l’intérieur des terres vers la ville (les vallées de la Divette et du Trottebecq), en faisait la clé de la défense de Cherbourg, d’où l’expression «qui tient le Roule, tient Cherbourg».


      En juin 1940, il fut l’un des lieux phares de la Résistance française devant l’invasion allemande. Pris par les Allemands, le fort est transformé en véritable camp retranché et des souterrains sont creusés dans le roc. Cherbourg devient une forteresse. Le 26 juin 1944, après d’âpres combats, le fort est repris par les Américains, faisant de Cherbourg le premier port libéré de France. Pendant quelques mois, Cherbourg sera le plus important port du monde, avec 25 000 tonnes de matériel débarquées chaque jour !


      En 1949, un historien local, M. Lemaresquier, lance l’idée de perpétuer sur ce  lieu les souvenirs du Débarquement et de la Libération de l’Europe. En 1954, avec l’appui de l’Ambassade des Etats-Unis, le musée de la Libération voit le jour avec un parcours retraçant l’histoire du port de Cherbourg depuis le Moyen-Âge et comprenant les salles militaires, plus spécifiquement dédiées à la commémoration de la Seconde Guerre mondiale.


      En 1994, à l’occasion du 50e anniversaire du Débarquement, le musée est entièrement rénové et sa muséographie revue. Aujourd’hui, les collections, riches d’environ 500 objets et documents, s’étendent sur 780 m² répartis sur deux niveaux.
      Baigné dans la pénombre, le sous-sol évoque l’Occupation, entre 1940 et 1944. Six salles racontent l’exode et la Résistance, la propagande, le quotidien des civils et les préparatifs du Débarquement. L’étage retrace, en pleine lumière, le Débarquement et la Libération. Il permet de découvrir le rôle joué par Cherbourg, premier port libéré, dans l’avancée des troupes alliées. En effet, la prise de Cherbourg, seul port en eau profonde de la région, constitue un objectif stratégique vital pour les troupes américaines débarquées à Utah Beach. La ville est libérée le 26 juin 1944. Elle devient alors le centre d’un impressionnant effort logistique : le port permet le ravitaillement du front par la route, le rail et le Pipe Line Under the Ocean (PLUTO) qui alimente les troupes en pétrole. Cartes, photographies, enregistrements sonores, maquettes, objets et multimédia évoquent l’histoire de la ville.


      pratiques
      Adresse
      Musée de la Libération – Fort du Roule 50100 Cherbourg-en-Cotentin 02 33 20 14 12 Tarifs
      - Plein tarif : 4 euros
      - Jeunes : gratuit pour les moins de 26 ans
      - Groupes : 10 personnes et plus : 2.50 euros
      - Gratuité : le mercredi pour tous, les 8 mai, 11 novembre, 25 et 26 juin pour tous, tous les jours sur justificatif : moins de 26 ans, bénéficiaires des minimas sociaux, titulaires d’un avis de non-imposition, bénéficiaires de l’allocation adultes handicapés et un accompagnateur, enseignants, personnels de la Culture, titulaires des cartes Icom / Icomos, titulaires d’une carte de presse, membres des Amis des musées de Cherbourg et du Cotentin.
      - Pass/tarifs groupés éventuels : Pass trois musées cherbourgeois : Musée de la Libération, Musée Thomas Henry, Muséum Emmanuel Liais, 10 euros, valable un an. Horaires d'ouverture hebdomadaires
      Du mardi au vendredi : 10h-12h30 et 14h-18h
      Samedi et dimanche : 13h-18h Durée de visite à prévoir
      1h Fermetures annuelles
      Fermé les lundis et jours fériés sauf les 8 mai et 11 novembre.


      Office de tourisme de référence - Adresse Quai Alexandre III - 50100 - Cherbourg-en-Cotentin - Tel 02 33 93 52 02 - http://www.cherbourgtourisme.com - contact@cherbourgtourisme.com Accès PMR Site web
      www.ville-cherbourg.fr Courriel : musees@ville-cherbourg.fr
       
      J'ai fais plusieurs fois la visite de ce musée mais il y a maintenant une vingtaine d'années et je pense que la présentation a du changer.
    • Par Bouchon-Gras 49
      Cherbourg, troisième port militaire français, non loin de là, dans l'enceinte de la gare maritime  est implantée la Cité de la mer,

       

      qui poséde le premier exemplaire Français des Sous marins Nucléaire Lanceur d'Engin, lancé par le général de Gaulle à deux pas, dans l'Arsennal.

      Le Redoutable est le premier Sous-marin Nucléaire Lanceur d’Engins (SNLE) construit en France. Il est en service actif pendant une vingtaine d’années pour la Marine Nationale dans le cadre de la stratégie française de dissuasion.
      Ce géant de 128 m de long accueille 135 membres d’équipage pour des missions de 70 jours sans revoir la surface. Désarmé et dénucléarisé, il est aménagé pour la visite à l’ouverture de La Cité de la Mer à Cherbourg dans les années 2000.


       


      Cherbourg, berceau des sous-marins et ville natale du Redoutable
      L’Arsenal de Cherbourg est le principal chantier de construction des sous-marins français. Aujourd’hui prénommé Naval Group (anciennement DCNS -Direction des Constructions NavaleS), il a construit Le Redoutable et l’a démantelé après son service actif.
      Et pour continuer la visite, Le Redoutable se découvre depuis sa darse en extérieur. Sous ses 8 000 tonnes d’acier, le sous-marin s’offre sous un autre angle.

      Le Redoutable est le 1er sous-marin nucléaire lanceur d’engins (SNLE) français.
      Il est le 76e sous-marin construit à l’Arsenal de Cherbourg.
      Il aura nécessité :
      14 000 000 heures de travail, 6 000 plans de construction, 7 000 tonnes d’acier, 6 km de soudure de coque, 24 tronçons d’un poids unitaire de 200 tonnes. Le Redoutable mesure 128 mètres de longueur sur 10,60 mètres de largeur et pèse 8 000 tonnes. 
      Son immersion maximale est supérieure à 200 mètres.
      Il peut se déplacer, en plongée, à plus de 20 nœuds (soit environ 36 km/h).

      Dans un contexte de Guerre froide opposant les États-Unis à l’Union Soviétique, le Général de Gaulle décide, dès son arrivée au pouvoir en 1958, de constituer une force de dissuasion nucléaire nationale au travers du programme Cœlacanthe.
       
      Le Général de Gaulle lors du lancement du SNLE Le Redoutable le 29 mars 1967 © SHD
      L’accession de la France à la puissance atomique et son accession à son indépendance en matière de défense sont pour elle, désormais, une garantie essentielle et sans précédent de sa sécurité propre.
      Charles de Gaulle, Président de la République
      Le programme Cœlacanthe englobe l’étude, le développement et la construction :
      de sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (SNLE) et de leur dispositif de propulsion et de mise à feu ; de missiles balistiques munis de têtes nucléaires ; d’infrastructures dédiées telles que l’usine d’enrichissement d’uranium de Pierrelatte ou la base navale de l’Ile Longue… En 1967, avec le lancement du Redoutable, la France devient le 4e puissance mondiale à se doter d’une force de dissuasion nucléaire sous-marine. La même année, les Anglais mettent en service effectif le HMS Resolution, un sous-marin nucléaire lanceur d’engins.
      Ce sont les Américains qui ont construit le 1er sous-marin propulsion nucléaire : l’USS Nautilus lancé en 1954.  Ils sont suivis, en 1957, par les Russes avec le K-3 Leninski Komsomol.





      Un témoignage sur les premiers sous-marins nucléaires
      Le sous-marin Le Redoutable propose une visite audioguidée à bord, de 35 minutes  au fil des différents lieux de vie des sous-mariniers : salle des machines, poste de commandement, cafétéria, cabines de l’équipage et des officiers, salle des torpilles.
        Un accès pour les personnes à mobilité réduite à l’intérieur du Redoutable a été aménagé
      INFO PRATIQUE : Audioguide disponible en français, anglais, néerlandais, allemand, italien et espagnol.
      L’audioguide est disponible pour les enfants de 5 à 12 ans !
        Les enfants de moins de 5 ans n’ont pas accès au Redoutable. La visite peut-être alternée entre deux adultes, et l’enfant peut pendant ce temps jouer autour du bassin tactile.
       
       
      Je vous conseil cette visite, j'ai pu assister au retrait du tronçon nucléaire de ce bateau, j'ai eu la chance quelques années aprés de faire partie de l'unité qui le gardiennait dans les bassins du port militaire, j'ai eu de nombreuses fois l'occasion de le visiter pour des rondes de sécurité ou pour accompagner quelques visite d'autorités, bien avant qu'il ne devienne un musée. C'est avec plaisir que je l'ai retrouvé en musée et visité avec mon épouse.
      La cité de la mer est vraiment bien fait, compter une journée complète de visite.

    • Par Alsur
      bonjour : j'aimerai vous présente un programme de rayonnement de la marine dans les écoles ingénieur et d'enseignement supérieur, peu connu et dont je fais parti depuis peu . (ps désolé si c'est le mauvais forum , je ne trouvais pas d'endroit plus approprier ) 
      "Le programme ambassadeur a pour vocation de développer les relations entre l’enseignement supérieur et l’institution. L’objectif est de communiquer sur la Marine nationale, ses métiers et ses carrières."(etremarin.fr) 
      En pratique l’élève ambassadeur doit être comme le représentant de la marine nationale dans son école pour guider et orienter les candidats (en priorité des officiers au vue du diplôme bac+5 préparé) , faire vivre ou même initier une culture marine au sein de son école et apporter une aide technique et logistique aux activités de la marine dans son école ( salon , rencontre de recruteur...).Encadré par des officiers de recrutement attaché à leur région , ils sont pour beaucoup d’écoles le premier interlocuteur du milieu maritime et plus largement de défense.
      en lien , la page de recrutement  :
      https://www.etremarin.fr/rejoignez-l-equipage/offres-d-emploi/ambassadeur-marine-nationale-hf
              
       
×