Jump to content

Ce moment qu'il faut prendre en compte en s'engageant...


MARTY

Recommended Posts

Sandra est penchée sur le cercueil. Elle dévisage son mari. Délicatement, elle enlève le tissu masquant le cou. Dix jours plus tôt, lors d’un accrochage en Afghanistan, le lieutenant Valéry Tholy a reçu un éclat à la gorge. Il est mort sur le coup. Sandra regarde ce trou : « Ce n’est pas beau, mais c’est la cause de sa mort. C’est important de voir la blessure. » Avant d’entrer, elle avait peur. « On avançait dans le couloir, je tenais la main du colonel. Mais ensuite j’étais bien. J’étais enfin avec mon mari. Je lui ai tenu la main pendant que le prêtre chantait la prière des parachutistes. Je n’entendais pas les phrases. Etrangement, c’était un beau moment. »

http://www.parismatch.com/Actu-Match/Monde/Actu/Afghanistan.-Pour-qui-sonne-le-glas-367146/

cela se passe de commentaire.....

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Il est vrai que tant que on est pas confronté a une situation du terrain, même si lors du processus de recrutement on pense avoir réfléchi sur la question,avoir analysé tus les aspects. On doit bien être loin de la réalité du terrain. Marty merci pour votre lien, il permet de méditer sur la question et sa ne fait pas de mal parfois et c'est un témoignage qui ne laisse pas indifférent quand on ce passionne pour cette univers qu'est l'Armée et de vouloir servir son pays.

Link to comment
Share on other sites

Après dans des conséquences telles que la mort, il faut surtout penser, au moment de signer, à l'impact que cela peut avoir sur notre famille 'angoisse lors d'OPEX, deuil, etc...), même si -cela peut paraître égoïste- quand on est jeune, il ne faut pas trop écouter les autres et faire le métier que l'on souhaite.

Link to comment
Share on other sites

  • 3 months later...

Ceci est poignant.

 

Quand on est jeune, on se croit invincible et immortel alors que la moindre frappe ou le tout petit mauvais coup peut supprimer une vie.

 

Ce n'est pas des jeux vidéo.

 

FOX

Link to comment
Share on other sites

J'avais déjà lu cet article et en relisant j'ai eu exactement les mêmes frissons qu'a la première lecture.

 

Le témoignage est poignant et même si je candidate pour une spécialité embarquée qui n'est pas en première ligne lors d'OPEX, il fait réfléchir. Rien n'est prévisible. Comme le souligne à juste titre Fox, s'engager ce n'est pas allumer sa console. Charger son arme ce n'est pas simplement appuyer sur X. L'adrénaline ce n'est pas la manette qui tremble. En s'engagent, il n'y a qu'une vie. NOTRE VIE, pas de pause, pas de codes de triche.

 

Cette femme donne au lecteurs un leçon de courage. Chapeau à elle...

 

Je ne peux m'empecher d'avoir une pensée pour les familles de soldats décédés en OPEX, mais aussi à celles qui ont un ou une proche en OPEX et qui à chaque flash info ont le coeur qui bat de plus en plus vite.

Link to comment
Share on other sites

Le témoignage est poignant et même si je candidate pour une spécialité embarquée qui n'est pas en première ligne lors d'OPEX, il fait réfléchir. 

 

Tu auras tout le temps de réfléchir à ça lors d'un exercice d'impact missile.

Link to comment
Share on other sites

Mais à ce moment là, je serai déjà engagé. C'est un peu tard pour commencer à s'en soucier. Je sais que je candidate dans une force où "je risque moins" que les collègue de l'Armée de Terre, mais peut importe l'engagement, signé un contrat de militaire c'est accepter de vivre pendant la durée de ce contrat avec cette eventualité.

 

J'ai pesé le pour et le contre et j'ai choisi de m'engager...La Psycologue m'en a même parlé pendant l'entretien d'évaluation.

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Ce n'est pas ce que je voulais dire. Ce que je voulais dire c'est que en cas de conflit les marins ne sont pas moins exposés, contrairement à ce qu'on pourrai croire.

Si tu n'est pas convaincu, recherche l'histoire du "général Belgrano" (le navire, pas le général).

Link to comment
Share on other sites

Je te rejoins entièrement sur ce point ! Et on peut prendre en compte le conflit coréen avec en 2010 la corvette sud-coréenne CHEONAN qui fut coulée par la corée du nord !

 

Le risque 0, n'éxiste pas lorsque l'ont est militaire. J'en suis conscient et je l'ai d'ailleurs "expliqué" à la psy lors de mon entretien. Un soldat fait voeux de dévouement pour sa patrie, jusqu'au don de soi s'il le faut, et même si je ne suis pas suicidaire, je suis près à prendre ce risque, d'une part parce que je sais que j'aurais une bonne formation avant d'être en zone de conflit et d'autre part parce que je sais que l'armée a tout à m'apporter.

 

Maintenant, quand on regarde les soldats Français tombés au combat au cours de ces dernières années (et pas que Français d'ailleurs), ce sont les troupes de terre qui dénombrent la quasi-totalité des pertes subies, parce qu'elles sont en premières lignes dans les combats qui sont menés à ce jour. Le dernier Marin tombé au champ d'honneur était un Second Maître Commando me semble-t-il, un marin certe, mais sur la terre. Maintenant, la Marine est aussi pleinement engagée, de nombreux batiments ont participés à l'opération serval, d'autres ont été engagés dans la tentative de libération de Denis Alex, d'autres sont en missions dans des zones à forte piraterie, et les risques sont malgré tout important, j'en suis conscient et je suis désolé si tu as semblé dérouté du fait que je pensais que la Marine, c'était être un "militaire planqué", loin de moi cette idée.

Link to comment
Share on other sites

N'oubliez pas cependant que le but du soldat "n'est pas de mourir pour son pays mais de faire en sorte que celui d'en face meure pour le sien".........

 

Je vous laisse le soin de trouver de qui est cette citation....

Link to comment
Share on other sites

La version "sobre" m'a fait pensé au Général !

 

 

Mais en réalité, après quelques petites recherches, il s'agit de Churchill ! Et d'après de nombreuses sources d'Internet, il ne s'agit pas de "Celui d'en face" mais de "Sal*** d'en face", étrangement une fois qu'on a mis le juron, Churchill s'impose naturellement !

Link to comment
Share on other sites

Sauf que le S.... d'en face est un homme comme celui de notre côté qui est là pour défendre ses convictions, son pays, son honneur, sa patrie....

 

A la guerre, on respecte son ennemi, malheureusement parfois certes mais on le respecte.

 

Donc "celui" pas le "s....." n'en déplaise à monsieur le Prime Minister...

Link to comment
Share on other sites

De nos jours, je suis d'accord sur toute la ligne. Mais il faut voir le contexte dans lequel la phrase a été sortie ! A l'époque, les british était quand même malmenés par les Allemands et Mister C. n'était pas réputé pour sa langue de bois et sa bienséance ! Ceci-dit cela n'excuse en rien le fait d'insulter et de mépriser son ennemi.

Link to comment
Share on other sites



  • Posts

    HernanF

    Posted

    Le trois-mâts ARA Libertad, navire-école de la Marine argentine, dans la rade du Toulon , troisième escale européenne dans son 50e Voyage de formation.   Ici hier au large de Bormes-Les-Mimosas, dans le Var, lieu de naissance du marin argentine Hippolyte Bouchard.  

    frmepervine

    Posted

    Hello !  J'ai une petite question à poser à une féminine qui aurait passé les examens au cso dernièrement  Merci ! 

    Mysteriosa

    Posted

    Bonsoir à toutes et à tous, Tour d'abord j'espère poster sur le bon forum, je m'en excuse par avance si ce n'est pas le cas. Je voulais savoir s'il était possible de retrouver un légionnaire en ayant que peu de renseignements.  Je n'ai pour informations utiles qu'une date, un lieu (dans lequel il travaillait ), son âge, ainsi que sa nationalité. Je connais aussi la ville où il a passé une bonne partie de sa vie. Ne me jugez pas j'ai complétement oublié son prénom. J'avoue que ce qui m'a interpellé lors de la rencontre c'est qu'il me disait être légionnaire mais travaillait (ou n'était-il qu'en mission?) dans un musée privé, enfin plutôt à l'entrée de celui-ci. Avait-il terminé ses classes ? Était-il un jeune légionnaire à la retraite ? Je n'en sais rien. Toujours est-il que j'aimerai le retrouver, mais je ne sais pas de quelle manière. Si quelqu'un a une idée je suis preneuse ! Merci                

    Yoan

    Posted

    C'est exactement ça, j'ai cherché à joindre la BA de Creil aujourd'hui demandant le service de recrutement de la réserve : sans succès. Sûrement réessayer plus tard... Mais oui je craint bien que les CIRFA, dans ce cas précis, ne soient pas de la plus grande efficacité. Aussi, je pense que plus vite c'est fait, mieux c'est ! Merci de porter attention à ma question en tout cas, c'est sympa ! 

    Bouchon-Gras 49

    Posted

    Je n'oser pas le dire, sinon le mieux est d'avoir un contact sur la base ou tenter de joindre un officier s'occupant de la réserve.
×
×
  • Create New...